15/10/19

Hollywood Monsters, par Fabrice Bourland

HOLLYWOOD MONSTERS

« Souviens-toi des minutes qui ont précédé l'instant où cette créature est apparue sur Mulholland Highway, au beau milieu de la nuit : un épais brouillard s'était mis à envahir les montagnes, on s'était trompés de route, on avait choisi un autre itinéraire que celui initialement prévu, un silence funèbre régnait partout autour de nous.
- Ah ça ! Une ambiance angoissante, digne d'un film avec Boris Karloff !
- Tu viens de le dire toi-même : une ambiance angoissante. C'est comme si on avait eu sur l'écran une succession de plans rapprochés d'une même force suggestive : un coin de paysage abandonné, un manteau de brume au-dessus de la route, la lune dans un ciel d'encre... Et soudain, au milieu de ce décor sinistre, une créature fantastique jaillie de nulle part court à perdre haleine dans notre direction. Cet être a l'aspect physique d'un homme-loup, et un air terrifié...
- Tu ne crois pas que tu renverses un peu les choses, là ?
- Pas du tout. C'est lui qui avait l'air terrorisé, mais les autres éléments de la séquence ont influencé notre cerveau et nous avons donné à cette scène une interprétation contraire à ce qu'elle était. Toute la charge négative que l'imaginaire collectif confère à la figure du loup-garou, nous l'avons spontanément affectée à cet inconnu. Pour nous, ce n'était plus lui qui était terrifié : il était devenu terrifiant ! »

Andrew Singleton et James Trelawney sont en vacances sur la côte californienne et profitent des petits plaisirs de la vie mondaine sous la houlette de leur ami journaliste et critique du cinéma. Un soir, au retour d'une soirée, ils se trompent de route et tombent nez-à-nez avec un loup-garou ! Le lendemain, ils apprennent qu'une femme a été assassinée au même endroit et décident d'en informer la police.
N'attendez pas une enquête oppressante avec un écheveau impossible à démêler. C'est assez cosy & vintage comme lecture. Par contre, c'est aussi un texte extrêmement érudit et truffé de références à la gloire du cinéma hollywoodien, pendant son Âge d'Or des années 30. C'est super distrayant pour qui s'en soucie et c'est du petit lait à boire !
C'était également la dernière enquête des Détectives de l'Étrange car à ce jour ils n'ont pas réapparu pour hanter mes nuits avec leurs sombres histoires teintées de fantastique. Dommage.

Éditions 10-18 Grands Détective - 2015

Série : Le Fantôme de Baker Street - Les Portes du sommeil - Le Diable du Crystal Palace - Le Serpent de feu

#ChallengeHalloween #MonstresCréatures #AmericanHalloween

 


10/10/19

Le Retour d'Arsène Lupin, par Frédéric Lenormand

Le Retour d'Arsène LupinUn retour d'Arsène Lupin qui colle davantage à l'original !
Après mon incursion chez les Héritiers, je retrouve notre fringant gentleman sur les traces d'un Delacroix disparu (pour le compte d'une baronne assez roublarde).

Lupin vient de suivre une thérapie et a résolu de soigner son addiction au vol en créant sa propre agence de détectives privés (sous couvert d'anonymat bien sûr). Ceci n'est pas une blague. Or, Jim Barnett a plus d'un tour dans son sac et traite ses affaires avec une redoutable célérité. Cette fois, son enquête le pousse à croiser artistes fauchés, beautés exotiques et fieffés coquins... non sans un certain goût pour l'emphase et l'ironie.
L'auteur est très en verve avec son infatigable trublion qui conduit cette intrigue tambour battant. C'est truculent à souhait, dans un Paris d'un autre temps et mettant en scène des créatures légendaires (comme la fascinante Mata Hari). L'exubérance de notre héros n'est point "un concours de vanité, d'apparences et d'égoïsme" mais accuse "la beauté sans la morale, l'élégance sans la générosité, la verve sans la culture, l'esprit sans la profondeur".
Lupin n'a pas fini de s'allonger sur le divan pour explorer la part sombre de ses tourments ! ... Mais que d'humour et d'espièglerie. C'est charmant.

Le Masque (2018)

Dans les fastes de la Belle Époque, à travers une intrigue riche en rebondissements, Frédéric Lenormand nous offre un Arsène Lupin ivre d’astuce et de rouerie.

 

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07/10/19

Les nouvelles aventures de Arsène Lupin - Les héritiers, par Benoît Abtey & Pierre Deschodt

LES NOUVELLES AVENTURES DE ARSÈNE LUPIN LES HÉRITIERSParfait pour commencer, et puis ça se disperse !
Disons que l'idée de retrouver Arsène Lupin était émoustillante : notre gentleman, qui aime emprunter les identités et évoluer dans la bonne société à l'insu de tous, souhaite remettre à sa place un jeune député aux dents longues (et pourri jusqu'au trognon). Qu'il ait jeté son dévolu sur l'amoureuse de Lupin, la vaporeuse Athéna del Sarto, n'est pas anodin non plus... Celle-ci a pourtant repoussé ses avances car elle a percé le secret de Lupin. Mais la nouvelle va exacerber la colère du politicard et sceller leur destin.
Un rendez-vous est donc donné au Bazar de la Charité, le 4 mai 1897. Survient le drame. Après quoi, Arsène disparaît... le cœur brisé. Sa vengeance ne se fera pas attendre. Par contre il faudra un détour par le Maroc - une incroyable parenthèse dans le désert avec un sauvetage grandiloquent d'une jeune artiste britannique... ce passage est digne des meilleurs J'ai Lu Aventures & Passion - pour avoir un aperçu de notre aigrefin !
Glamour, passion & divertimento : les héritiers de Lupin osent et bousculent les traditions. Ils évoquent également un conflit européen avec des secrets d'état divulgués et instrumentalisés par Arsène Lupin. La presse crie au scandale et contraint notre héros à sortir de sa réserve. C'est aussi à partir de ce moment que j'ai moins accroché.
En nous entraînant dans un roman d'espionnage et de politique, l'histoire perd en fanfaronnade et en superbe (n'est pas Lupin qui veut). Les péripéties s'enchaînent mais deviennent de plus en plus improbables. Et s'il est vrai que ça reste du pastiche, il n'empêche... On attend de Lupin son arrogance et sa désinvolture, son panache et son esbroufe. Non du grand-guignol.
Ce n'est pas un mauvais roman - juste une déception après y avoir cru en dégustant l'apéritif. C'est nettement moins inspiré dans la dernière partie. Dommage.

10-18 / Grands Détectives / 2017

Incendies, complots internationaux, trahisons, secrets d’état, et une histoire d’amour... De Paris au Maroc, Arsène Lupin, ressuscité par Abtey & Deschodt, nous revient en grande forme !

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04/10/19

La cage dorée, de Camilla Läckberg

La cage doréeCamilla Läckberg est très perturbante dans ce changement de registre.
Certes, son héroïne fait froid dans le dos : après des années de mariage, Faye est larguée comme une vieille chaussette par un mari cavaleur et tyrannique. Des années à bafouer son estime de soi et son ambition. On se dit, déchire-tout. Venge-toi. Ne lâche rien.
Ça tombe bien car Faye choisit de prendre sa revanche. Elle met au point un plan redoutable et sans scrupule. Elle ne laisse rien au hasard et rend le lecteur complice malgré lui.
Sauf que c'est difficile de compatir à sa situation. En plus de l'amertume ambiante, l'histoire est truffée de sexe... toutes les cinq minutes. C'est vulgaire et gratuit. Franchement indigeste.
De toute façon, dans ce roman, tout le monde en prend pour son grade : les hommes qui veulent des maîtresses au bureau et des potiches en cuisine, les femmes qui renoncent trop vite, qui sont condamnées par le temps, l'âge et les kilos en trop, sans oublier les clichés suédois devenus un fantasme (et un business).
Bref. Camilla Läckberg avait la rage au ventre quand elle a commencé à écrire ce roman ! C'est pas possible autrement. Il faut avertir les aficionados du couple Erica Falck / Patrik Hedström, ceux qui préfèrent les paysages idylliques de Fjällbacka. Le choc risque d'être insoutenable.
Cette fois, on quitte ce cocon douillet pour une vision plus sombre et écœurante de la vie de famille, de la vie de couple et des relations amoureuses. C'est déstabilisant... Et pourtant, cela a réussi à me tenir en haleine. Comme une plongée en apnée dans cette histoire sordide et dérangeante.
Comme quoi, cette Camilla, elle assure !

Un tombereau d'applaudissements pour la lecture faite par Odile Cohen... la classe jusqu'au bout. Chapeau.

©2019 Titre original : "En bur av guld" / ACTES SUD, pour la traduction française par Rémi Cassaigne (P)2019 Actes Sud

La vengeance sera douce et impitoyable : il lui a tout pris, elle ne lui laissera rien. 

La Cage dorée est un thriller glaçant qui résonne funestement avec l’ère #MeToo. Pour la première fois, Camilla Läckberg quitte Fjällbacka pour explorer la perversité de l’homme dans les hautes sphères de la société stockholmoise. Et montrer combien il peut être fatal de sous-estimer une femme.

 

 

Cari Mora, de Thomas Harris

Cari Mora... tout simplement, inconsistant !
Un riche malfrat cherche à mettre la main sur le magot de Pablo Escobar et parvient à bidouiller un tournage quelconque pour entrer dans la villa inaccessible au public. Seulement les lieux sont gardés par l'héroïque et redoutable Cari Mora (passé difficile, nouveau départ et études de véto). Qu'à cela ne tienne. Le commanditaire a rassemblé plusieurs margoulins autour du projet, tous sans foi ni loi, dont le protecteur de la jeune femme, et tous prompts à sceller des pactes qu'ils vont fausser sans retenue.
En fait ce roman raconte l'histoire d'un braquage qui vire au casse-tête et qui ressemble à une mascarade avec ses personnages caricaturaux & ses retournements de situation surévalués. C'est assez mal dosé, surtout. On se retrouve avec une histoire qui se voudrait nerveuse et méchante... mais qui ne produit qu'une sensation de platitude désolante.
Au final, tout n'est que légende. Pablo Escobar, Cari Mora, Thomas Harris... oubliez tout. Que de la poudre aux yeux. Sans son illustre signature, ce roman aurait été une simple distraction - passable et quelconque - pas loin de passer inaperçue !
C'est ennuyeux.

©2019 Calmann-Lévy (P)2019 Audiolib

C'est toujours difficile, quand on est une femme, d'écouter Antoine Tomé car il n'arrive pas à ajuster la voix des rôles féminins. Comme il se trompe, cela rend les personnages creux et ridicules. C'est désormais une triste habitude... à laquelle je refuse de plier ! Un effort, svp.

 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


12/09/19

Qui va à la chasse (Hamish Macbeth 2), de M. C. Beaton

On ne risque pas de connaître quelques nuits blanches avec Hamish Macbeth ! C'est le genre de roman policier suranné qu'on lit pour se consoler du retour de la grisaille. On n'est pas loin du cliché en recommandant une théière chaude et un plaid à moumoute pour entamer sa lecture.

Qui va à la chasse

L'histoire nous invite dans le château de la famille Halburton-Smythe (rappelez-vous de Priscilla qui fait battre le cœur de notre grand échalas à la chevelure flamboyante). La demoiselle ramène de Londres le dramaturge en vogue - également son fiancé attitré - que les invités de ses parents sont impatients de rencontrer. Mais la soirée est polluée par les remarques déplaisantes d'un affreux goujat. Comme d'habitude, cet individu est retrouvé mort. Et les suspects ne manquent pas. Même s'il est écarté de l'enquête, Hamish Macbeth continue de fouiller la lande pour apporter la preuve du crime parfait. En effet, la police a d'abord conclu au banal accident de chasse. Que nenni. Notre écossais a de la suite dans les idées et trace son chemin en vagabondant ci et là, en ressassant les discussions entendues, en téléphonant à son cousin journaliste ou en toquant à la porte d'une vieille tante pour cerner la personnalité du défunt.

Il oublie ainsi ses déboires sentimentaux en sachant la jolie Priscilla inaccessible et prisonnière de son rang. Sa relation avec Henry est d'ailleurs un vrai casse-tête (... et je n'étais pas loin de penser à Sidney Chambers et Amanda). En tout cas c'est tout aussi élégant et poudré, baignant hors du temps, conduit sans esbroufe et avec un grand classicisme. Je n'avais pas deviné le dénouement - après tout je considère que cette série se lit surtout pour son emballage, moins pour son suspense qui n'est pas franchement insoutenable ! Ça manque encore de piquant, ceci dit...

©1987 / 2019 M.C. Beaton / Albin Michel. Traduit de l'anglais par Marina Boraso (P)2019 Audible Studios

Par contre, je ne suis pas contente... mais vraiment pas contente... de la lecture faite par François Delaive concernant les voix féminines - c'est à pleurer de rire ! Franchement ridicule. Il me semble avoir sursauté quand j'ai entendu l'une d'elles dans les cinq premières minutes. Je n'en revenais pas. C'est une blague ou quoi ? En tout cas, on se moque du monde. Revoyez votre copie, faites simple - la narration est par ailleurs agréable et fluide - donc quel intérêt de singer les dames du roman.. C'est insupportable !

 

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/09/19

L'Outsider, de Stephen King

L'Outsider

Grandiose, vraiment, pour ne pas dire carrément flippant !
La petite ville de Flint City est sous le choc suite à l'arrestation de leur coach fétiche pour le meurtre d'un enfant. Malgré les preuves accablantes, Terry Maitland clame son innocence. Mais l'inspecteur Anderson veut boucler rapidement cette affaire.
Et tout va partir en cacahuète ! Car la masse populaire est en colère, les familles sont éplorées, la presse est avide d'images qui font la une... La confusion est totale, même si le chagrin est immense et le désespoir tout aussi vaste.
Stephen King nous réserve un grand thriller qui nous retourne le cerveau et qui nous cloue sur notre canapé en nous faisant tourner les pages avec fébrilité. Le scénario est franchement noir et poignant, d'où la boule d'angoisse au ventre et la curiosité chevillée au corps car on crève d'envie de démêler les ficelles de cette intrigue inexplicable.
Peu à peu, on comprend aussi que la solution va chatouiller. On retrouve d'ailleurs cette chère Holly Gibney venue éclairer la lanterne opaque des enquêteurs. Son aide ne sera pas de trop pour affronter ce qui nous attend ! Brrrr... ça frise parfois l'insensé mais ça promet de bonnes séquences terrifiantes.
En somme, on savoure l'intensité dramatique, le suspense de malade et l'ambiance hyper pesante de cette lecture qui nous colle à la peau. Tout bonnement efficace !

©2019 Stephen King c/o The Lotts Agency Éditions. Traduction Albin Michel (P)2019 Audiolib

Excellent lecteur qui rend (à juste titre) la lecture addictive avec ses moments de doute, d'humour ou de peur panique. Une écoute très prenante et qu'on prend également le temps d'explorer en glissant lentement dans son atmosphère...  une réussite !

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02/09/19

La Dernière Chasse, de Jean-Christophe Grangé

La Dernière ChasseRevenu d'entre les morts, le commissaire Niemans des Rivières pourpres reprend du service pour se rendre en Allemagne où le corps martyrisé d'un riche héritier a été retrouvé en pleine Forêt Noire. 
Avec son équipière (Ivana Bogdanovic) il découvre l'existence d'une chasse très particulière, selon un étrange rituel ancestral, et à laquelle s'adonne une famille aussi troublante que fascinante. Sans le savoir, Niemans est déjà mis k-o.
Les deux policiers ont donc une solide enquête à démêler et partent en roue libre sans se soucier des procédures officielles. Leur attitude dérange et les amène à devenir la cible d'un bataillon de Chasseurs Noirs (vestiges des criminels enrôlés par Himmler pour traquer les juifs) et d'une meute de Chiens enragés qui font clairement trembler dans les chaumières.
On se croirait presque dans Le Chien des Baskerville pour l'ambiance, les spectres et les démons ! Mais on remballe vite ses espérances car le roman se révèle assez frustrant et déconcertant. Les yeux fermés, je n'aurais jamais parié sur J-C Grangé pour en être l'auteur ! Cela m'a semblé trop facile, un peu plat et fade. 
En fait, la conduite est sans surprise : intrigue sordide, meurtres horribles, atmosphère suffocante, personnages éreintés. Je n'ai pas ressenti de réelle plongée en apnée non plus. N'ayant pas encore lu La Terre des morts, j'avais gardé le souvenir du rythme frénétique et enivrant de Congo Requiem. Et ça manque. 
En somme, La Dernière Chasse est un bon thriller mais il est loin d'être bluffant.

©2019 Éditions Albin Michel (P)2019 Audiolib

Excellente interprétation par Thierry Blanc ! Une lecture audio entraînante et qui inspire beaucoup de terreur ! Hyper efficace.

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31/07/19

Qui prend la mouche (Hamish Macbeth 1), de M. C. Beaton

Qui prend la moucheAprès une Agatha Raisin pittoresque, nous rencontrons un Hamish Macbeth particulièrement affable et a priori benêt. Mais qu'on ne se trompe pas sur l'énergumène dont la patience et la logique sont hautement plus ciselées que les apparences laisseraient supposer... Quiconque croise ce policier débonnaire au détour d'un loch ou dans la verte campagne écossaise aurait tout lieu de conclure qu'il serait vain de lui confier une enquête. L'homme n'est pas antipathique mais assez intrusif dans la vie des gens. Les stagiaires du séjour de pêche organisé par les Cartwright en font d'ailleurs l'expérience et anticipent souvent la petite collation dès qu'il s'approche nonchalamment de leur groupe. Eux aussi ont tendance à sous-estimer ses talents de fin limier, et pourtant... Quand le crime est commis, tous ont néanmoins le profil idéal pour être le coupable et ne perçoivent plus alors l'ingérence de Macbeth dans leurs petites affaires de manière aussi complaisante.

OK l'intrigue policière est pauvrette mais ce n'est clairement pas ce qu'on attend des livres de M.C. Beaton. J'ai vite pris mon parti de découvrir ses romans pour leur ambiance et la brochette de personnages insolites qu'ils ont tendance à proposer. Rien que pour ça, le voyage vaut le coup d'œil !

Le dénouement se déroule en clin d'œil à Agatha Christie même si la démonstration est moins grandiloquente et beaucoup plus expéditive car l'auteure n'a vraiment pas pris le temps de peaufiner son intrigue. Hop hop hop les faits sont exposés, les indices dévoilés, les dés lancés, les masques envolés. Et le rideau tombe aussi. 
Fin de la représentation.

Une petite lecture sympathique... certes pas révolutionnaire et moins piquante que la série Agatha Raisin. Toutefois je suis séduite par l'esprit vintage et pantouflard de cette échappée écossaise. Affaire à suivre dans Qui va à la chasse !

©2019 Albin Michel. Traduit de l’anglais par Karine Guerre (P)2019 Audible Studios

 

Vous aimez Agatha Raisin ? Vous allez adorer Hamish Macbeth ! Comme sa grande sœur Agatha, cet Hercule Poirot à la sauce écossaise entraîne le lecteur dans des aventures totalement déjantées sorties tout droit de l'imagination de M.C Beaton. Avec, en prime, le charme des lochs, des highlanders mystérieux et des châteaux hantés. Attention, fantômes !

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10/07/19

L'oubli, par Emma Healey

L'oubli, d'Emma HealeyRemarquable ! Ce roman nous glisse dans la peau de Maud, une vieille dame atteinte de la maladie d'Alzheimer. Avec elle, on perd aussi ses repères, on radote, on confond le présent et le passé, on tourne en rond. C'est bluffant.
Vivant seule dans sa maison, assistée de sa fille et de sa petite-fille, Maud a pour obsession son amie Elizabeth. Sans nouvelles de sa part, elle est persuadée qu'elle a disparu. Elle harcèle son fils de coups de fil, se rend au commissariat de police, se faufile dans son jardin. Elle rassemble ainsi les preuves mais demeure impuissante à alerter ses proches.
En creusant bien, on réalise aussi qu'une autre tragédie se mêle à ses souvenirs avec la disparition de sa sœur Sukey, près de soixante-dix ans plus tôt, laissant sa famille dans la plus grande incertitude, les doutes planant toujours sur son mari Franck.
Commence alors le véritable challenge du roman, à savoir comment démêler la vérité dans ce magma de pensées embrouillées ? C'est toute la prouesse de l'histoire qui nous confine dans l'esprit de Maud - narration à la 1ère personne - et qui nous fait avancer à tâtons dans la lecture. Aucune action, une analyse pertinente et une tension psychologique au taquet.
On embarque à bord avec une totale confiance, curieux de connaître la suite et soucieux du personnage de Maud dont la maladie est décrite très justement. Un premier roman réussi !

Pocket (2015) - Traduit par Corinne Daniellot pour les éditions Sonatine

Titre VO : Elizabeth is Missing

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,