17/05/16

Le Cannibale de Crumlin Road, de Sam Millar

Le cannibale de Crumlin Rd

Pour sa deuxième enquête, après Les Chiens de Belfast, Karl Kane va de nouveau basculer dans l'immonde et l'horreur. Des jeunes filles disparaissent dans la nature, avant de refaire surface le corps martyrisé et atrocement mutilé. Bizarrement, la police ne mobilise pas ses troupes pour cesser ce massacre. Il faut dire aussi que les victimes sont pour la plupart de pauvres nanas défoncées, des junkies, des laissées-pour-compte, ce qui ne manquera pas de faire réagir notre détective, qui s'applique à dénoncer les exactions des forces de l'ordre. Il est d'autant plus en pétard qu'il a débusqué un début de piste concret mais constate que son alerte reste sans effet. Le principal suspect, Robert Hannah, appartient à la crème de la société, avec de nombreuses relations haut placées, et une immunité diplomatique. Karl Kane, lui, fonce dans le tas. Mais à pétarader de la sorte, l'homme s'attire les mauvaises grâces du dangereux psychopathe... Et là, bon sang de bois, quel flip ! Petite parenthèse sur l'extraordinaire interprétation de Lazare Herson-Macarel qui rend le personnage exécrable au possible, avec son ton mielleux et perfide, on enverrait valdinguer son iPod à travers la pièce tant on pousse des cris hystériques en tremblant d'effroi ! Chapeau. Donc, Kane devient à son tour l'obsession du Bob, qui va le toucher en plein cœur en ciblant la prunelle de ses yeux. Ohlala, mes aïeux, j'ai encore souffert avec cette lecture morbide et effroyable. J'avais déjà relevé combien c'était dur et glauque de plonger dans un livre de Sam Millar, et pourtant j'y retourne tête baissée, le cœur soulevé de dégoût et d'angoisse, mais j'y retourne. C'est terrible. J'ai davantage apprécié le personnage de Kane, moins centré sur sa petite personne, moins focalisé sur ses hémorroïdes, et qui se révèle amant fébrile, papa maladroit, fils déboussolé... Une figure en patchwork plutôt convaincante. De toute façon, cette série réserve bien des surprises, plus ou moins appréciables, entre le portrait attachant du privé cabossé par la vie, ses enquêtes conduites à l'ancienne, mais qui dérivent invariablement vers des sentiers chaotiques, avec le souci du détail sinistre. Un procédé discutable, qui suscite des sentiments contradictoires et inspire aussi un profond malaise. Je prends néanmoins déjà rendez-vous pour le prochain épisode (Un sale hiver), où il semblerait que Karl renoue avec son passé et le meurtre de sa mère ! 

Interprété par Lazare Herson-Macarel, pour Sixtrid (mars 2016) - durée 7h 47

Traduit par Patrick Raynal (The Dark Place) pour les éditions du Seuil

Repris en poche chez Points (Policier, 2016)

 


14/05/16

Ces lieux sont Morts, de Patrick Graham

Ces lieux sont morts

Amateurs de sensations fortes, ne passez pas votre chemin et jetez-vous sur ce roman incroyable et stupéfiant ! Tout commence un soir d'hiver, à l'approche des fêtes de Noël, Rebecca Miller, la nouvelle compagne du docteur Eric Searl, un éminent spécialiste du coma profond, est en route pour le chalet familial avec ses trois enfants. Le voyage cumule néanmoins les déconvenues, entre les chamailleries des mômes, la course-poursuite d'un camion fou et une effroyable tempête de neige. Rebecca est à cran, seule au volant, en pleine campagne paumée, regrettant amèrement l'absence de son fiancé, bloqué par une urgence de dernière minute. Elle pense alors trouver un bref répit en faisant halte dans un restoroute, où elle prend en stop un jeune garçon bègue, qui rend visite à sa grand-mère. Seulement cet individu est un dangereux psychopathe, recherché par le FBI, coupable de massacres en série, avec une prédilection pour les familles et tout ce qui touche le docteur Searl (son parcours professionnel, ses expériences, sa plus jeune fille Kirsten). Autant avouer qu'à ce stade de ma lecture, quelques 100 pages avalées en une goulée, j'avais les nerfs à vif et le palpitant dans le rouge écarlate. Quelle tension, mais quelle tension ! Non contente de nous guider à un rythme démentiel, l'histoire nous embarque dans un délire hallucinant, dont les enjeux sont plus qu'inattendus, pour ne pas dire aberrants ! Clairement, cette lecture prend aux tripes. Elle nous bouscule, nous attrape dans ses filets, nous soumet à une pression constante. Puis nous absorbe, nous broie et nous recrache au terme d'une terrifiante machination... Un parcours, certes éreintant, mais purement et simplement captivant. C'était le premier roman que je lisais de l'auteur, Patrick Graham, et ce ne sera certainement pas le dernier, tant j'ai été bluffée par son sens du rythme et de la tension psychologique, d'une puissance machiavélique sidérante. Graham n'a rien à envier aux maîtres du thriller américains - ou disons qu'il leur a tout pompé avec efficacité et prodigiosité - et s'impose avec style dans ce créneau sous haute surveillance. ;-)

Fleuve Noir, 2014 - repris par Pocket, juin 2015

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/05/16

En vrille, de Deon Meyer

En vrille

Après avoir vaillamment combattu ses vieux démons, Benny Griessel craque et replonge dans l’alcool, au grand dam de son collègue, Vaughn Cupido, à qui l'on vient de confier la responsabilité d'une nouvelle enquête criminelle. Ernst Richter, créateur d’un site qui fournit de faux alibis aux conjoints adultères, vient d'être assassiné, mais ce génie de l'informatique avait plus d'un tour dans son sac et multipliait les casquettes pour remettre à flot sa société aux comptes déficitaires. Tous les coups semblaient permis, aussi les forces spéciales ne s'étonneront plus de déterrer d'autres vérités cinglantes : activités illicites, lettres de menace et d'insulte. Les suspects ne vont pas manquer. Mais face à la séduisante Desiree Coetzee, la directrice opérationnelle d'Alibi.co.za, Vaughn perd également toute consistance. Il procède à une interpellation expéditive, se fourvoie avec panache et finit par remonter les bretelles d'un Benny désespérément inefficace en le contraignant à se soigner une bonne fois pour toute. Grosse prise de conscience pour notre Hawk à la carapace fêlée, mais grand pas en avant dans sa vie ! Ouf. En parallèle, on assiste aux rencontres entre un viticulteur et son avocate, auprès de laquelle il déploie l'arbre généalogique de sa famille. Pourquoi un tel déballement ? On le découvrira fort tard dans l'histoire, tout juste saisit-on que la police vient de débarquer sur ses terres pour procéder à une inculpation, mais qu'il entend préparer sa défense en bonne et due forme. Cette lecture m'aura finalement semblé moins palpitante, en comparaison du frénétique Kobra, dont le tempo avait été effréné et ensorcelant. C'est le risque avec les auteurs prolixes, à l'instar de Michael Connelly ou Harlan Coben, dont les parutions rapprochées sont souvent de qualité inégale mais continuent d'attirer les lecteurs dans leurs filets. Je suis volontairement chocolat. J'apprécie donc cette série sud-africaine où on y retrouve des personnages tenaces et imparfaits, un pays en butte à une ségrégation raciale et un taux de criminalité galopant. L'enquête est certes assez lente et pêche en révélations fracassantes, elle ne découle pas non plus sur un dénouement époustouflant, mais l'écoute reste agréable et entraînante, toujours sous l'égide du brillant Eric Herson-Macarel, dont la voix chaude illumine le texte et rend la lecture toujours classieuse et envoûtante.

Interprété par Eric Herson-Macarel, pour Sixtrid (avril 2016) - Durée : 11h 46

Traduit par Georges Lory (Icarus) pour les éditions du Seuil

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12/05/16

Condor, de Caryl Férey

Condor

Lorsque le fils de son ami, directeur du journal populaire, est retrouvé mort d'une overdose, Gabriela, une jeune vidéaste intrépide, s'arme de sa caméra pour traiter du sujet et cherche à rallier l'avocat des causes perdues, Esteban Roz-Tagle, fils d'une grande famille avec laquelle il a rompu par lassitude et dégoût. Tous deux se lancent sans le savoir dans une longue et périlleuse enquête qui va les entraîner, depuis les quartiers pauvres de Santiago jusqu'aux résidences huppées, à se heurter aux huiles de la ville ou aux petites frappes qui dealent la came pour le compte d'un chef mafieux. Le couple débusque ainsi un nombre incalculable de trafics et autres magouilles inavouables, et s'attire fatalement l'antipathie de leurs rivaux, qui vont lâcher à leurs trousses des tueurs aguerris, les coinçant jusqu'au fin fond de l'impitoyable désert d'Atacama pour un ultime règlement de compte... Et  l'histoire de dérouler son fil sans discontinuer, au rythme frénétique d'une intrigue sombre et poignante, servie par une écriture percutante. Avec pour toile de fond l'histoire du Chili, son passé dictatorial et son héritage corrompu, inutile d'attendre du roman une autre vocation que celle suggérée en préambule - violence, démons insatiables, univers implacable, âpre et douloureux, quête de la vérité vouée au suicide. Malgré les digressions poétiques, les incantations magiques et l'interlude romantique entre Gabriela et Esteban, on ressent avant tout l'amertume, l'angoisse, les relents de haine et de mort qui imprègnent le récit. C'est lourd, sans compromis. On ne sort bien évidemment pas indemne d'une telle lecture, élégamment portée par l'interprétation de Michel Vigné, dont la voix rauque et grave nous accompagne dans cette traque sanglante. Une lecture pleine de ferveur et vibrante d'émotions.

Texte lu par Michel Vigné pour Écoutez Lire, Gallimard (durée : 11h 55)  - mai 2016

Challenge ABC Policier Thriller Challenge ABC Policier Thriller Challenge ABC Policier Thriller

05/05/16

Lontano, de Jean-Christophe Grangé

LONTANO CD

Convoqué par son père, une barbouze aux bras longs, Erwan Morvan se rend en Bretagne pour enquêter sur l'issue tragique d'un weekend d'intégration - un jeune élève d'une école militaire a trouvé la mort dans des circonstances douteuses. Les révélations du dossier font peu à peu renaître le spectre de l'Homme-Clou, un ancien tueur en série arrêté dans les années 70 par Morvan père en Afrique. Alors que les victimes s'enchaînent, la signature se confirme et le vieux règlement de comptes pointe également son museau. Mais dans Lontano, c'est aussi une histoire de famille dont il est question. Le clan Morvan dans toute sa superbe. Un clan brouillon, déglingué et pas franchement attachant. Le père règne en maître et se prend pour un chef mafieux. La mère reçoit ses coups sans moufter. Erwan obéit aux injonctions du père qui joue avec sa carrière de flic. Loïc, devenu un richissime trader, est camé jusqu'à l'os, englué dans un divorce. Gaëlle, la cadette, après un long combat contre l'anorexie et des séjours à l'hôpital, perpétue sa rébellion en vendant son corps dans les palaces, dans l'attente de percer au cinéma. Ce piètre tableau de famille dévoile sans surprise des liens distendus et usurpés, où l'on se ment et on triche, couche avec la femme du frangin, joue avec les sentiments, etc. Malgré tout, le clan ne cède rien dès qu'un des leurs roule hors-piste. La cavalerie accourt et applique ses méthodes non conventionnelles. Les rangs se resserrent, laissant apparaître un semblant d'affection sincère, mais les non-dits continuent de flotter dans l'air. D'où Congo Requiem (Albin Michel, mai 2016).

Ma lecture de Lontano n'a pourtant pas été un long fleuve tranquille, puisque j'y ai trouvé des longueurs, des tacles répétitifs contre la politique, un ton péremptoire qui semble donner son avis sur tout, oui, parfois Lontano s'égare... La fin aussi est beaucoup trop rapide. Le Mal est éradiqué stupidement, avec un grand ménage dans les règles de l'art, tout ça après un  marathon de 777 pages ou 23h 48 en livre audio ! Cela aurait pu être fignolé. De même, une œuvre plus condensée aurait permis une intrigue plus intense et une lecture encore plus percutante. Mais je chipote, car je lirai bien évidemment le prochain roman avec avidité. Direction le Katanga !

Texte lu par Hugues Martel pour Audiolib (23h 48) - Octobre 2015 / Albin Michel, 2015

Techniquement, Hugues Martel, comédien de son état, a mis à profit son timbre grave pour lire cette histoire abracadabrante de magie yombé, de vendetta personnelle et de secrets familiaux. Espérons qu'il reprendra du micro pour la parution prévue en juin prochain de Congo Requiem pour Audiolib.

 


04/05/16

Block 46, de Johana Gustawsson

Block 46

Alexis Castells, une française installée à Londres, écrit des livres sur les maniaques criminels et les dossiers les plus tordus impliquant des psychopathes. La jeune femme s'est fait un nom dans la profession et avoue exercer cette fascination morbide pour se “guérir” d'une perte traumatisante, mais ceci appartient à son jardin secret. Depuis, Alexis mène une vie mondaine et superficielle, refusant de s'investir dans toute nouvelle relation. Son univers de nouveau s'effondre à l'annonce du meurtre sauvage de son amie Linnéa, une créatrice de bijoux, originaire de Suède. Alexis parvient à convaincre une vieille connaissance, la profileuse Emily Roy, de participer à l'enquête et se rend sur place pour constater qu'un serial killer sévit en toute impunité dans la région de Falkenberg sans jamais avoir alerté la police jusqu'à présent. En parallèle de cette sombre histoire, on plonge aussi dans l'enfer des camps de concentration pour suivre le calvaire d'un jeune allemand, Erich Ebner, un étudiant en médecine qui va servir d'assistant au Doktor Horst Fleisher dans le fameux Block 46. Ce chassé-croisé entre le passé et le présent va naturellement alimenter l'investigation menée de concert par Alexis et Emily, mais chaque élément est amené au compte-gouttes et accentue l'atmosphère poisseuse et pesante du livre. L'ensemble est plutôt bien construit, malgré quelques maladresses et le besoin de déballer des détails glauques, sans doute pour rendre le récit plus saisissant (la surenchère, parfois... faut y prendre garde !). Cela reste néanmoins un premier roman agréable à parcourir, particulièrement bien ficelé et documenté, avec une fin assez surprenante et menée à un train d'enfer. L'auteur a réuni de bons ingrédients pour rendre une copie tout à fait correcte et convenir d'une lecture efficace et prenante. 

Texte lu par Emilie Ramet (durée : 7h 48) pour Hardigan
>> Disponible en téléchargement sur Audible

Block 46 | Livre audio

Avec l'aimable autorisation des éditions Bragelonne, 2015

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03/05/16

Et le silence sera ta peine, par Elodie Geffray

ET LE SILENCE SERA TA PEINE

Nicolas Z., fils de ministre, a coutume de passer son samedi soir à boire avec des amis et de bomber le torse pour tomber les filles et les épingler sur son tableau de chasse. Ce soir-là il retrouve une ancienne copine, Sandra, belle comme le jour, mais insensible à son charme ravageur. Cela émoustille ses sens. Aussi, se propose-t-il de la raccompagner et de l'entreprendre avec force et fracas. En s'opposant à ses assauts, la jeune fille heurte mortellement un clou qui lui transperce la nuque. Nicolas perd les pédales. Il appelle son père à la rescousse, lequel convoque son sbire pour nettoyer la scène de crime et établir un plan d'urgence. Ivan Korolyov en a fait son métier et contrôle la situation. Peu de temps après, il recrute un pauvre bougre, Dominique Constantin, la cinquantaine d'années, clairement au bout du rouleau, et lui propose un joli pactole et une mise au vert pendant quatre-vingt jours. Après quoi, Constantin devra se présenter au commissariat pour s'accuser du crime de la jeune fille disparue. Dominique est désabusé. Il pactise avec le diable et part à la campagne, dans la ferme de Martine, une éleveuse de chèvres dynamique et franche, auprès de laquelle il va se sentir ravigoté. Ivan ne dit mot mais observe avec acuité le rapprochement de ces deux âmes esseulées. Mayday, mayday, le navire prend l'eau. Incroyable premier roman qui valse d'états d'âme en revirements de situation avec un sens parfaitement maîtrisé de la mise en scène et du suspense ! On suit donc Dominique, placide et débonnaire, dans ses derniers moments de liberté, Ivan, sans cesse de méchante humeur, qui se découvre une passion pour l'écriture, Nicolas qui se morfond à Paris et sombre à vue d'œil dans le déshonneur, mais aussi le commissaire Osmond, toujours élégamment vêtu, qui a flairé l'entourloupe ou cette petite voisine, amatrice de romans policiers, qui observe les allées et venues de l'impasse sans imaginer une seconde devenir le témoin clef de cette vilaine affaire. C'est franchement bien composé, selon une rythmique impeccable et dans le respect d'une tension psychologique redoutable. Une découverte étonnante, qui ouvre à son auteur de belles perspectives d'avenir. 

Belfond Thriller, Février 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21/04/16

L'Aiguille creuse, d'après Maurice Leblanc

L'Aiguille creuse Audible

Au château d'Ambrumésy, Raymonde de Saint-Véran, la nièce du comte de Gesvres, surprend un rôdeur en pleine nuit. Elle lui tire dessus et le blesse. Pourtant, on ne retrouve aucune trace du corps, et rien ne semble avoir été volé au château. La police se trouve dans la plus grande perplexité, lorsque se présente le jeune Isidore Beautrelet, brillant élève de rhétorique, féru d'énigmes et de faits divers. Il clame haut et fort détenir toute la vérité sur cette étrange affaire et réserve la primeur de ses révélations aux journaux, mais peu de temps avant de mettre ses plans à exécution, le garçon se trouve nez-à-nez avec le dénommé Arsène Lupin, fort intrigué par cet adversaire malin et coriace. 

Voilà un livre qui colle parfaitement avec son époque - début du XXe siècle - et qui nous régale avec les noms des personnages, leur fonction, leur caractère, sans oublier l'enquête qui rebondit de péripétie en mystère. Isidore Beautrelet est forcément présomptueux à vouloir tenir tête au gentleman cambrioleur et se montre souvent imbuvable à pérorer de la sorte. Il y a donc de l'insolence, du rythme, de la belle-époque, des déguisements, des cavalcades, des enlèvements, des devinettes, un parchemin codé, de l'amour et du drame. Tous les ingrédients essentiels pour un bon feuilleton. Il m'a néanmoins semblé que l'histoire s'essoufflait à mi-parcours avant de retrouver tout son panache pour se conclure de manière flamboyante et très théâtrale. Le duel avec Herlock Sholmès, clin d'œil à Conan Doyle, est d'ailleurs l'un des passages les plus passionnants du roman ! 

Je découvre enfin Arsène Lupin, ce héros légendaire, directement à la source, celle de la plume de Maurice Leblanc, et non plus par le truchement du cinéma ou de la télévision. Mes sentiments sont cependant multiples, à l'égal des facettes du personnage, qui ne le rendent pas forcément aimable ou sympathique, tout du moins charismatique. Lupin est arrogant, cynique, flambeur et impénitent... mais aussi romantique, passionné et loyal. C'est un personnage trouble et troublant, mais une figure forte et incontournable dans le paysage littéraire.

La réalisation sonore et l'interprétation de Philippe Colin, toutes deux particulièrement enlevées, peuvent aussi influencer la lecture, si l'on apprécie le rythme feuilletonesque, particulièrement virevoltant, et le charme vintage de l'intrigue. J'ai ainsi passé un moment agréable, à renouveler le cas échéant, en attendant ma prochaine escapade à Étretat.

Lu par Philippe Colin (durée : 7h 35) pour La Compagnie du Savoir, avril 2009

>> Disponible en téléchargement sur Audible.

L'Aiguille creuse

Le Livre de Poche, 224 pages ♦ Date de parution : Mars 1973

20/04/16

Carnets noirs, de Stephen King

CARNETS NOIRS

Bill Hodges est de retour ! Flic à la retraite, reconverti détective pour tromper son ennui, l'homme a pris part à l'arrestation de Mr. Mercedes et se retrouve à nouveau impliqué dans une traque infernale en compagnie de ses fidèles assistants, Holly et Jerome. Mais ne précipitons pas notre affaire, car le trio intervient assez tardivement dans l'histoire, laquelle nous a d'abord introduit un pauvre type frustré, qui déboule chez son auteur préféré, l'arme au poing, pour faire main basse sur le contenu du coffre-fort et saisir sa collection de carnets noirs. Morris Bellamy est en effet obsédé par la série à succès de John Rothstein, celle des aventures de Jimmy Gold, bouclée en trois tomes, et dont la fin n'a absolument pas convaincu notre lecteur assidu. Ayant pris connaissance de l'existence d'une suite, cachée, le gars a craqué et perdu tout contrôle. Envoyé en prison, il passera des années à rêver de son trésor enfoui. Seulement voilà, la malle a été découverte par un gamin, Peter Saubers, considérant là une véritable aubaine pour sauver ses parents de la banqueroute. 

Après cette brillante entrée en matière, lente, longue, pointilleuse et nécessaire, on retrouve les rouages d'une littérature policière assez classique, où l'auteur excelle à planter une ambiance et esquisser des personnages désaxés franchement inquiétants. Une fois tous ces éléments en place, il est facile de se fondre dans la lecture et d'en suivre la cadence imposée. La lecture audio est également agréable et envoûtante (même si le défaut d'Antoine Tomé reste et demeure son interprétation des voix féminines beaucoup trop crispante). Ce sont ainsi 14 heures d'écoute palpitante et entraînante. Il faut dire ensuite que l'histoire sert ici d'exutoire au concept de la création littéraire, la barrière entre le lecteur et l'auteur, la fascination obsédante des fans, le pouvoir de l'imaginaire, l'étincelle nécessaire pour inventer et embarquer un public (un bon lecteur ne fait pas forcément un bon auteur). Ce retour sur le pouvoir de la fiction, près de 30 ans après Misery, pointe ainsi du doigt tous les changements et les comportements de notre société en mal de sensations... Par contre, l'auteur s'est de nouveau planté dans son dénouement, expédié trop rapidement et sans grande surprise. Seule la brève apparition de Barry Hartsfield sert de teasing racoleur et troublant. 

Texte lu par Antoine Tomé pour Audiolib, Avril 2016 (durée : 14h 39)

Traduit par Océane Bies & Nadine Gassie pour les éditions Albin Michel (Finders Keepers)

Challenge ABC Policier Thriller Challenge ABC Policier Thriller Challenge ABC Policier Thriller

19/04/16

Principes mortels, de Jacques Saussey

Principes Mortels Audible

Franck a dix-huit ans en cette année 1979 où il débarque chez sa tante Hélène et son mari Victor dans leur ferme de la Creuse pour réviser son Bac. Sa mère l'a expédié fissa pour l'éloigner du foyer familial car elle a enfin pris la décision de divorcer de son époux alcoolique et violent. Cette mise au vert n'est pourtant pas source de réconfort pour le garçon qui replonge dans le souvenir de son cousin Paul, décédé quatre ans plus tôt dans un accident de mobylette. La ressemblance physique étant également troublante, Franck se sent emprunté vis-à-vis de sa tante toujours marquée par le deuil mais il s'installe dans leur routine avec ses bouquins et sa moto. Il remarque rapidement que l'ambiance est loin d'être joyeuse et sereine à la maison, son oncle Victor tombe gravement malade et refuse d'être hospitalisé, sa tante est impuissante, énigmatique et fuyante. Franck pressent qu'un nouveau drame va frapper sa famille et tente de limiter les coups, sans toutefois empêcher le doute de poindre dans son esprit. Et si la mort de son cousin était également un accident déguisé et qu'elle pourrait aujourd'hui faire éclater toutes ses certitudes ?

Malgré quelques défauts dans le déroulement de l'intrigue et la sensation d'une fin en demi-teinte, que je considère trop déprimante, le roman est tout de même très bon et nous propose une ambiance inquiétante particulièrement réussie. Le suspense est bien en place, la tension psychologique implacable, l'histoire aussi est sombre et palpitante. Tous les ingrédients sont réunis pour rendre l'écoute agréable et distrayante. La lecture faite par Benjamin Jungers est d'ailleurs irréprochable : son timbre de voix colle parfaitement à l'ambiance pesante du récit et apporte un aspect solennel et poignant à l'écoute. J'ai beaucoup apprécié. Il est à noter que ce roman est parrainé par F.Thilliez, ce qui constitue un coup de pouce avantageux !

Lu par Benjamin Jungers (durée : 6h 52) pour Audible, nov. 2015

>> Uniquement disponible en téléchargement, en exclusivité sur Audible.

Principes Mortels

Format papier / ebook : Les Nouveaux Auteurs, 2013

Offre d'essai Audible : Premier mois gratuit