24/01/19

La nuit de l'ogre (Chris Kovac 2), de Patrick Bauwen

La nuit de l'ogre audibleChris Kovac est de nouveau dans la tourmente : une jeune fille a oublié dans sa voiture un sac contenant un bien sinistre cadeau. En poussant les analyses, l'homme découvre que cette étudiante serait la fille disparue de sa surveillante en chef. Celle-ci lui demande de mener une enquête en toute discrétion... ce sur quoi, on se doute, notre médecin urgentiste va s'illustrer en renouant avec ses pires cauchemars.
Son meilleur ennemi, le commissaire Battista, est également dans la place. Son équipe a investi les tunnels du métro, recueilli un corps et poursuivi les investigations. En fait, les deux intrigues sont liées et conduites en parallèle - non, je ne spoile pas - c'est écrit sous nos yeux. La vérité vraie.
Et pourtant, il ne faudrait pas se fier aux apparences car Bauwen est extrêmement habile en la matière. À ce propos, il est préférable d'avoir lu Le Jour du chien au préalable, essentiellement pour se familiariser avec les personnages et le fil rouge de cette série. Oui, un fil rouge. En fait, une voix anonyme et sépulcrale, qui cogne dans votre tête et vous hante dans votre sommeil. On ne moufte pas, c'est effroyable. Je ne suis pas prête de soigner mes insomnies avec un tel régime... mais passons.
J'avais déjà bien accroché avec le premier roman, cette fois j'ai trouvé qu'il était encore plus redoutable : on plonge dans les coulisses des sociétés secrètes, du corps médical, des réseaux secondaires, des fascinations macabres etc. Même Maxime Chattam pourrait s'en enorgueillir. On a un Kovac complètement ravagé, toujours intuitif mais résigné à franchir toutes les limites. Toutefois, on l'accompagne dans ses dérives et ses délires, au diable leurs effets anxiogènes. Les enchaînements se révèlent percutants, les rebondissements ahurissants (rien vu venir : c'est fou !). En bref, j'ai trouvé cette lecture bluffante. On n'a certes pas encore tout résolu, un psychopathe court les rues, le suspense reste entier et les démons sont à la fête. Bauwen nous tient en haleine avec une rouerie remarquable. Applaudissements dans la salle. 

©2018 Albin Michel (P)2018 Audible Studios

L'interprétation de Sylvain Agaësse est TOP. Peut-être pas utile d'en rajouter une couche avec les personnages tordus... on a compris, hein. 

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


21/01/19

Sa vérité, de Melanie Raabe

Sa véritéSans nouvelles de son mari - kidnappé en Amérique du Sud depuis 7 ans - Sarah reçoit un coup de fil des autorités annonçant que Philipp est de retour. La jeune femme accourt à sa rencontre, puis tombe des nues. Cet homme n'est pas son mari mais personne ne l'entend.

Dans l'intimité de leur maison, l'homme tombe le masque. Il n'est pas celui qu'elle pense, par contre elle a intérêt à filer droit car il lui promet une vie infernale et de perdre bien plus qu'elle n'imagine si elle persiste à crier à l'imposture.

Dès lors, le lecteur devient le témoin d'un vrai travail de sape. Deux ennemis s'affrontent. Lequel des deux ment ? Ambiance glaciale garantie. Pour ça et pour la tension psychologique tirée au cordeau, le roman est tout à fait réussi. Non seulement il entube son audience en alternant les doutes et les suppositions, mais il ne laisse absolument rien filtrer.

Je m'attendais néanmoins à un final plus renversant, à défaut d'être explosif. Au lieu de ça, c'est la douche froide. On en revient à un roman lu avec avidité, mais juste avant l'arrivée, boum, le crash. Quelle désillusion. En fait, on pourrait dépouiller tout le thriller de ses artifices inutiles au vu de la solution vendue. Tout ça pour ça. Etc. C'est décevant.

JC Lattès (2018) - Traduit par Céline Maurice

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

19/01/19

La face cachée de Ruth Malone, d'Emma Flint

LA FACE CACHÉE DE RUTH MALONEUn soir d'été, Ruth Malone supporte difficilement la chaleur et la fatigue dans son petit appartement du Queens. Profitant du sommeil de ses enfants, elle sort fumer et promener le chien dans le quartier. Le lendemain matin, elle découvre la chambre vide de ses mômes et signale aussitôt leur disparition.
La police est néanmoins circonspecte quant au déroulement de la soirée. Pour les enquêteurs, il ne fait aucun doute que Ruth Malone est coupable. L'opinion publique aussi se dresse contre elle : Ruth Malone n'est pas affligée par le drame qu'elle vit. Parce que Ruth Malone est une femme séduisante, séparée de son époux. On apprend aussi qu'elle est serveuse dans un bar et collectionne les liaisons.
Dans cette Amérique des années 60, le portrait de Ruth Malone devient sulfureux et blâmable. Et au lieu de se défendre, celle-ci s'enferme dans son mutisme. Elle refuse de coopérer ou de se soumettre au détecteur de mensonge. Elle clame son innocence. Mais elle ne pleure pas, elle ne s'effondre pas en public et elle continue de voir ses amants.
Un journaliste va tenter de donner une meilleure image de Ruth Malone. Chroniqueur au Herald, Pete Wonicke est fasciné par la jeune femme, dont il tombe peu à peu amoureux. Il va mener sa propre enquête et multiplier les articles pour percer “la face cachée de Ruth Malone”.
En somme, toute cette affaire n'est qu'une histoire d'acharnement et de jugement des apparences. Certes, le personnage de Ruth est difficile à cerner et exacerbe toutes les passions. La lecture en devient étrange et palpitante à sa façon. On tourne les pages avec l'envie de comprendre, de savoir, de faire tomber les masques. Le dénouement est effarant.
Entre compassion et écœurement, on referme non sans amertume le dossier de cette affaire très, très complexe. C'est poignant. Et lourd à porter. Délicat et sensible. En bref, ce roman ne laisse pas indifférent.

10-18 (2018) - traduit par Hélène Amalric

Titre VO : Little Deaths

 

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

17/01/19

La fille idéale, de Gilly MacMillan

la fille idéale les escalesUn soir d'été, Zoe et son frère Lucas donnent un concert dans une église. La cérémonie est interrompue brutalement par un homme en colère contre la jeune fille, coupable d'avoir tué son enfant.
La mère de Zoé intervient aussitôt en l'entraînant loin du public pour se réfugier dans leur grande et belle maison. Le silence est total. L'heure fatidique.
Maria doit désormais répondre aux regards surpris de son mari. Leur Famille de la Deuxième Chance s'est en effet fondée sur les non-dits : Chris et son fils Lucas ignorent tout du passé de Zoe et Maria. Quelques heures plus tard, le corps de la mère est retrouvé inanimé dans le cabanon du jardin.

C'est un fait, la construction du roman est redoutable : on a des chapitres courts, plusieurs intervenants, des bribes d'informations et de révélations qui relancent les pistes et chamboulent les idées.
On a une tension psychologique au taquet, un suspense tendu au cordeau et une boule au ventre à suivre ce drame en puissance. C'est très réussi. Absolument bluffant.
Restent les 50 dernières pages. Trop abruptes. Trop enclines à la providence. Trop maladroites. En bref, le dénouement est bancal et vient chatouiller la très bonne appréciation de l'ensemble.
Mais ceci reste anecdotique. Car la lecture est captivante. Elle vous absorbe dans sa machine à broyer. Elle vous cloue sur place et elle vous attache à sa suite.
C'est une histoire sur les apparences, souvent trompeuses, sur les fautes qui vous collent aux basques et sur le sentiment de rédemption impossible. Les personnages ne sont pas attachants, mais ils sont justes et humains à leur façon.
Pour le ton et pour la tournure, ce roman est remarquable et poignant. J'ai bien aimé.

éditions les escales (2017) - traduit par Christel Paris

titre VO : The Perfect Girl

Existe en format poche chez Pocket (2018)

La fille idéale pocket

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16/01/19

Le jour du chien (Chris Kovac 1), de Patrick Bauwen

le jour du chienUn soir, après son service, le docteur Chris Kovac est victime d'une agression dans le train. Il découvre après coup les images sur internet et là c'est le choc car il surprend dans la foule le visage de son épouse décédée trois ans plus tôt.
Comment est-ce possible ? Avec son beau-frère Sam, il a identifié le corps de Djeen. Pleuré sa mort. Maudit le coupable. Jamais effacé ce souvenir. Et aujourd'hui, son fantôme resurgit brutalement et fait vaciller ses remparts.
Kovac décide de relancer l'enquête, au grand dam de la police. Et ce faisant, il va remuer les cendres et s'attirer des antipathies. À commencer par le Chien, un psychopathe en cavale, farouchement obsédé par la femme qu'il a poussée sous les roues du métro.

Tout ça m'a fait penser, au départ, à un roman de Harlan Coben : les fausses certitudes, les réapparitions du passé, les vieux démons qui bondissent hors des placards, le pauvre type qui se débat comme un diable pour débusquer la vérité...
Je pensais avoir toutes les cartes en main, et puis pas du tout. Patrick Bauwen nous en bouche un coin. Il va clairement nous balader et tracer son histoire en empruntant des pistes inattendues. Suspense, surprise et révélations s'en donnent à cœur joie. Résultat, c'est pas mal du tout.
On a une lecture audio entraînante - Sylvain Agaësse est formidable - au cœur d'une mécanique redoutable et efficace. Elle donne parfois l'illusion d'un cauchemar éveillé et nous abandonne sur une perspective glaçante que 
La nuit de l'ogre devrait dissiper sans tarder. Affaire à suivre, donc...

©2017 Albin Michel (P)2017 Audible Studios

Posté par clarabel76 à 20:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14/01/19

Le Réseau Corneille, de Ken Follett

Le réseau corneilleFrance, 1944. Le Débarquement est imminent. Tous les réseaux clandestins et les services d'espionnage sont aux cent coups. Depuis Londres, Betty met en place son Réseau Corneille, lequel rassemble six femmes avec pour mission de s'infiltrer dans un château occupé par des allemands pour y saboter le système de communication. Betty n'a que quelques jours pour mettre au parfum des novices, parfois dotées d'un tempérament volage ou trop caractériel. C'est peu, assez frustrant, mais Betty n'a plus le choix. Sur le terrain depuis des mois, figurant parmi les meilleurs agents, elle craint désormais pour sa couverture récemment menacée.
Petit rembobinage sur la scène d'ouverture du roman. Gran-diose ! Près de Reims, un groupe de résistants tente une action de force contre l'occupant mais l'opération tourne court. Betty parvient à s'échapper avec son mari, Michel, salement blessé. Tous leurs camarades ont été arrêtés, probablement torturés et donc passibles de livrer des secrets. Betty sait que son temps est compté. Mais elle veut tenter le tout pour le tout.
Face à elle, un officier allemand, Dieter Frank, pourrait bien lui mettre des bâtons dans les roues. C'est un homme redoutable, comme elle, il est rusé et parvient à anticiper les faits et gestes de l'ennemi. Je ne compte plus le nombre de fois où mon cœur a fait des bonds de cabri tant j'étais affolée à suivre Betty et Dieter dans ce jeu du chat et de la souris particulièrement féroce.
Vous l'avez compris : j'ai dévoré ce roman, écouté en une dizaine d'heures au cours de séquences que j'entrecoupais avec frustration. J'étais totalement captivée par l'histoire - merveilleusement lue par Caroline Klaus - j'étais comme devant un film de guerre, au scénario plein de suspense, entre frissons, angoisse, terreur et émotion. J'étais 100% au cœur de l'intrigue.
J'ai aimé sa mise en scène, ses personnages, même ses envolées sentimentales ont fini par m'attendrir (je roulais des yeux quand Betty et Paul roucoulaient tendrement...). Bref. Ken Follett possède un vrai talent de conteur. Et ça passe très, très bien en format audio : on ne voit pas le temps passer. On trépigne après chaque piste, on enchaîne les chapitres... C'est terriblement addictif. Et l'hommage rendu aux héroïnes de l'ombre est, par sa simplicité, d'une grande noblesse.

©2002 Éditions Robert Laffont. Traduit par Jean Rosenthal. (P)2018 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10/01/19

Nous étions les filles de la plage, de Meg Donohue

Nous étions les filles de la plageHuit ans ont passé depuis le tragique été durant lequel Colin a été retrouvé mort sur une plage à Avalon, en Californie. Depuis, sa sœur jumelle vit dans son souvenir et laisse peu de place à son fiancé dans leur relation qui s'effrite. Celui-ci la met en garde et annonce, trois mois avant leur mariage, qu'il préfère prendre de la distance. Kate est effondrée et impuissante. Elle vient notamment d'apprendre qu'elle est enceinte.
Elle se tourne alors vers ses amies, Dani et Vanessa, malgré la distance et le poids du passé qui ont eu raison de leur connivence. L'une collectionne les petits boulots, fume et boit trop, promet d'écrire un roman avant ses 30 ans, l'autre est mariée mais malheureuse, son mari a embrassé une autre femme au boulot, depuis elle a repris contact avec son premier amour et espère le revoir à Avalon.
Car les amies ont pris conscience de leur responsabilité non assumée dans la mort de Colin. En acceptant de retourner ensemble dans leur bungalow sur la plage, elles ont espoir de retrouver l'élan qui fait défaut à leur existence. Leur présent est alourdi par le passé : toutes trois n'ont pas dit toute la vérité. Huit ans plus tôt, Dani, Vanessa et Kate ont en effet précipité le drame d'une manière ou d'une autre et perdu à jamais l'insouciance de leur jeunesse.
Je ne sais plus comment ce roman a atterri entre mes mains, avant de réaliser que j'avais déjà lu La fille qui cherchait son chien du même auteur. J'ai donc plongé et avalé 100 pages d'une traite : la tension dramatique est palpable, savamment dosée par un suspense réel. Seulement, au fil des chapitres, l'intérêt s'est émoussé. Quand, comment, pourquoi. Impossible de pointer du doigt. Peut-être l'amertume me semblait de plus en plus lourde et indigeste.
Toujours est-il que j'ai fini par me lasser : une fois révélés, les secrets ne nous laissent pas bouche bée. Que de tristesse et de non-dits... Le verdict final est désolant. En bref, ce court roman n'a pas su me convaincre pleinement et taille le portrait de trois copines sans concession, en laissant filer toute légèreté... J'espérais davantage de charme, de chaleur, de douceur. En vain.

HarperCollins (2016) - Traduit par Jeanne Deschamp

Titre VO : All the Summer Girls


Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14/12/18

Gare aux fantômes : qui vivra verra ! (Agatha Raisin enquête 14), de M. C. Beaton

Agatha Raisin enquête Gare aux fantomes

Il y a encore du remue-ménage dans la vie d'Agatha Raisin. Ayant eu vent de ses talents d'enquêtrice, son nouveau voisin, Paul Chatterton, la convie chez une vieille dame acariâtre qui prétend que son manoir est hanté. La police a fait peu de cas de son affaire et ses voisins sont tous d'avis que c'est une vieille peau détestable. Agatha et Paul sont également reçus comme des malpropres et estiment qu'ils ont tout à gagner de retirer leurs billes avant le massacre. Dommage pour Agatha qui commençait à trouver excitant de passer du temps avec son nouvel ami...
Je vous vois venir, mais rassurez-vous, point de béguin à l'horizon. L'homme est marié, même si son épouse est absente. Et Agatha Raisin est vaccinée contre les peines de cœur. D'ailleurs, j'étais juste en train de songer à Charles Fraith que... tadam... le voici le voilà dans toute sa superbe. Le tandem qu'Agatha et lui forment figure parmi les plus attachants et improbables !
Mais revenons à notre intrigue : quid des fantômes chez l'horrible Witherspoon ? Sont-ce des affabulations d'une grand-mère esseulée et désireuse d'attirer l'attention ? Roulement de tambours. Et nouveau crime en perspective. On soupire d'aise à retrouver l'énergie positive d'Agatha Raisin. Même si la tournure de l'intrigue ne surprend plus, on apprécie énormément l'humour et les paysages anglais de ce rendez-vous incontournable. Je regrette un peu le personnage de John Armitage, au profit de ce Paul Chatterton, dont le rôle demeure encore très ambivalent (on apprend à se méfier aussi). L'enquête criminelle est également plus décousue, avec moins de substance croquante, par contre elle se conclut sur une perspective hautement réjouissante. À suivre, donc, très prochainement... et plus précisément fin février 2019 !
Bravo aussi à Françoise Carrière dont l'interprétation pleine de verve donne du piquant à cette lecture : sa participation est essentielle au succès de la série. Je ne cesse de le répéter.

©2003 / 2018 M.C. Beaton / Éditions Albin Michel. Traduit par Clarisse Laurent. Titre VO : Agatha Raisin and the Haunted House

(P)2018 Audible Studios

Résultat de recherche d'images pour "agatha raisin gif"

 

Sleeping Beauties, de Stephen King & Owen King

sleeping beautiesEmbarquement immédiat pour Dooling, petite ville des Appalaches, où les habitants ne sont ni plus ni moins des êtres ordinaires. En apparence. Dans la prison pour femmes, une nouvelle prévenue vient semer la zizanie : Evie Black est inquiétante et mystérieuse. Avec son aura puissante, elle envoûte ses comparses, sous l'œil goguenard du personnel impuissant. Commence alors un étrange phénomène : les femmes s'endorment et ne se réveillent plus. À la place, leur corps est recouvert par un cocon qu'il est déconseillé de transgresser (sous peine de voir les endormies se métamorphoser en folles furieuses). Bientôt, le syndrome Aurora frappe toute la communauté féminine de Dooling et d'ailleurs.
Comme souvent dans les romans de Stephen King, on se focalise sur un monde en vase clos, on scrute les comportements humains en situation désespérée et on laisse l'auteur s'en donner à cœur joie pour dépeindre des vies banales fouettées par un vent de panique. Ce faisant, il épingle sans vergogne toutes les bassesses possibles et inimaginables et gratine, non sans humour, ses congénères dans cette vision d'une société qui les priverait de compagnie féminine (devinez quoi ! ... les WC seraient d'une crasse monumentale). Bref. Vous gloussez bien derrière votre bouquin à les imaginer se dépatouiller sans vous.
Maintenant, parlons technique, car ce livre audio est le prolongement d'un roman de 830 pages, soit près de 28 heures d'écoute. Oui, tout ça. Un vrai marathon de lecture qui semble interminable... et pourtant je suis bon public. Seulement, mon ami, j'ai jugé qu'il y avait trop de tours et de détours pour toucher au but. Et à force de tourner autour du pot, on trépigne d'impatience, on geint et on a l'impression de s'abrutir. Ceci dit, je ferme les yeux (loin de moi le syndrome Aurora) car j'ai été littéralement hypnotisée par l'ambiance sordide de Dooling et par le caractère étrange et fantastique de l'intrigue. Cette histoire écrite à quatre mains (père et fils) se voudrait un hommage à nous les femmes, nous le charme (pauvres diables que sont les hommes). Un brin caustique et déjanté.
Bravo à la fabuleuse Marie Bouvier qui a lu ce texte avec patience et dévotion : j'ai totalement adhéré à ses interprétations car elle multiplie sans relâche les voix selon les personnages (et ils sont nombreux) ou leurs personnalités. On peut plus facilement se repérer et avancer dans l'histoire avec aisance. Une véritable prouesse.

© 2018 Éditions Albin Michel. Traduit par Jean Esch  (P)2018 Audiolib 

 

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20/11/18

Amelia, de Kimberly McCreight

Amelia Kimberly McCreightKate est anéantie en apprenant que sa fille vient de sauter du toit de son école. Amelia avait quinze ans, c'était une élève appliquée, sportive et discrète. Toutes deux avaient une relation de confiance, du moins le supposait-elle. Kate est avocate dans un gros cabinet de New York et culpabilisait de privilégier sa carrière à sa vie familiale. Nulle trace du père, silence radio à son sujet. L'annonce du suicide provoque une onde de choc. Cela ne cadre pas avec l'image de sa fille. Elle pensait tout connaître à son sujet mais va vite faire marche arrière et plonger dans le déni. Un message l'avertissant que sa fille « n'a pas sauté » va finalement la soutenir dans son idée que les véritables causes sont encore cachées. Que cache le suicide d'Amelia ? Mensonges, non-dits, règlements de compte, coups bas et trahisons. Un spectacle désolant des bassesses des ados qui s'activent sur les réseaux sociaux pour déchaîner leur violence. Et la vérité va s'imposer dans toute son horreur. On tombe sur des hyènes hystériques et anonymes qui déballent façon Gossip Girl pour exacerber la jalousie, la rivalité, la rancœur et l'intimidation. C'est affreux et affligeant. Les mômes sont sans pitié et pensent désormais que l'attaque est la meilleure défense. Résultat, je n'ai pas du tout accroché. Ni l'histoire ni les personnages n'ont su me toucher. Ce roman est glaçant et cruel. Tout ce qu'il révèle est également triste, sombre et dramatique. Malgré mes attentes, ça ne prend pas. J'ai trouvé la lecture trop amère et écœurante : je suis totalement passée à côté.

©2015 Le Cherche Midi, traduction d'Élodie Leplat. Titre original : Reconstructing Amelia (P)2018 Lizzie, un département d'Univers Poche.