10/10/17

Ça, Tome 1 de Stephen King

Ça 1« C'était le clown. Il essayait de se faire passer pour George.
- Exact. Tout comme il essayait de se faire passer pour la momie dans l'histoire de Ben. Et pour le clochard malade dans celle d'Eddie.
- Le lépreux ?
- Oui.
- Mais est-ce que c'est vraiment un clown ?
- C'est un monstre, répondit carrément Richie. Une sorte de monstre. Qui se trouve quelque part  ici, en plein Derry. Et qui tue les gosses. »

Au mois d'octobre 1957, dans la ville de Derry, un garçon de six ans, George Denbrough, est tué par un clown qui se cachait dans les égouts. Son frère, Bill, profondément marqué par la tragédie, a rapidement conscience qu'une entité maléfique se terre dans les rues de la ville. Avec ses nouveaux camarades, Ben Hanscom, Eddie Kaspbrak, Stan Uris, Richie Tozier, Mike Hanlon et Beverly Marsh, ils forment le Club des Ratés et vont ensemble partager leurs sinistres expériences, car tous ont été témoins de phénomènes surnaturels inquiétants. Comprenant qu'ils sont les seuls capables d'affronter « ça », ils vont unir leurs forces pour le traquer et l'éliminer. Mais une vingtaine d'années plus tard, leur cauchemar est de retour et le Club des Ratés doit retourner dans le Maine pour achever leur mission.

Grand classique de l'horreur, Ça est aussi un roman effroyablement long et lent, peut-être trop ambitieux, avec ses 1500 pages de lecture (en deux tomes). J'avoue avoir été mise k-o. En optant pour le format audio, téléchargé sur Audible, soit 26 heures d'écoute pour une plongée en enfer, je n'ai pas choisi la facilité non plus. Le jeu d'acteur d'Arnaud Romain est pourtant impeccable, dosant l'intensité dramatique ou émotionnelle aux moments propices. Cela devient vite palpable de réalisme, comme une séance de cinéma, avec l'imagination galopante pour se projeter les images dans la tête. Fichtrement glaçant, c'est sûr. Mais voilà... c'est long, terriblement long. Et je trouve dommage que Stephen King privilégie autant la densité, le cheminement tortueux, la mise en place pointilleuse, etc. pour coller le lecteur à son fauteuil. Résultat, c'est éreintant à suivre, ça casse le rythme, on alterne les séquences au rythme soutenu à des phases de creux, il y a une multitude de détails rébarbatifs, de longs palabres inutiles, des passages graveleux... En bref, c'est passablement poussif et lassant. Un brin déçue, je ne me lance donc pas dans la deuxième partie.



>> Ce livre audio est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.

©1988 Albin Michel & © 2017 ™ Warner Bros. Entertainment Inc. (P)2016 Audible FR

Lu par : Arnaud Romain / Durée : 26 h 26 min /  Éditeur : Audible Studios

Série : Ça, Livre 1

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26/09/17

Agatha Raisin enquête #5 : Pour le meilleur et pour le pire, de M. C. Beaton

Pour le meilleur et pour le pire Agatha Raisin enquête 5

La vie d'Agatha Christie est de nouveau en pleine tourmente : son mari disparu, Jimmy, refait surface à Carsely et vient briser les aspirations romantiques de notre héroïne. Agatha explose de colère. Aussi, en découvrant le corps assassiné de Jimmy, tous les soupçons se tournent vers sa veuve en pétard. Ou si ce n'est elle, pourquoi pas James Lacey, son preux chevalier servant ? Notre couple impossible est sous les feux de la rampe et reprend donc du service, à savoir enquêter pour leur compte, et laver leur honneur en prouvant leur innocence. Toutefois, l'entente entre nos deux voisins n'est plus au beau fixe. Agatha, ayant perdu son cottage, doit s'installer chez James... pour une cohabitation houleuse et conflictuelle. Le crime, lui, n'attend pas. Nos détectives amateurs se lancent donc sur les traces du passé de Jimmy, mais essaiment dans leur sillage une flopée de victimes et le courroux de la police. Bill Wong, pour la première fois, est tiraillée entre son amitié pour Agatha et sa loyauté envers son amoureuse. Farouchement allergique à Agatha Raisin, celle-ci ne la supporte plus et met tout en œuvre pour la bousculer de son piédestal.

Il y a de l'action dans cet épisode, particulièrement cocasse et mouvementé, mais l'esprit de dérision est sauf. Agatha est dans le creux de la vague, James n'a pas non plus un beau rôle, on loue la patience d'ange de Mrs Bloxby, on peste contre Roy Silver et on affiche notre penchant pour Bill. De plus, l'enquête est bien troussée et nous tient en haleine jusqu'à la dernière ligne droite. De toute façon, c'est une lecture délicieusement farfelue et distrayante. Les tomes se suivent, se ressemblent sans doute, mais ne cessent de m'enchanter. Retrouver Agatha Raisin, c'est pour moi l'assurance de bonnes heures de lecture, en compagnie d'une héroïne enquiquinante et indélicate au possible. 

Françoise Carrière, la lectrice pour Audible Studios, assure le job et devient - à mes oreilles - l'incarnation ultime d'Agatha Raisin ! ☺

-----------

 

>> Livre audio proposé en exclusivité par Audible et uniquement disponible en téléchargement.

©2017 Albin Michel. Traduit de l'anglais par Françoise du Sorbier (P)2017 Audible Studios

Texte lu par Françoise Carrière - Durée : 5 h 47 

 

23/09/17

Agatha Raisin enquête #4: Randonnée Mortelle, par M. C. Beaton

Agatha Raisin Randonnée mortelle

Après avoir rempli sa part de contrat - en acceptant de travailler six mois à Londres dans son ancienne agence de relations publiques - Agatha Raisin est de retour à la maison. Et forcément, un nouveau crime a lieu, lequel va entraîner notre sémillante détective amateur et son acolyte James Lacey sur les sentiers de la randonnée. C'est à Dembley, parmi un groupe de marcheurs, que le drame a frappé. Une certaine Jessica Tartinck a été zigouillée dans un champ de colza, plaçant le propriétaire, sir Charles Fraith, dans le collimateur de la police. Seule Deborah Camden, proche de la victime, croit formellement en l'innocence du baronnet et s'épanche auprès de sa tante, Mrs Mason, présidente de la Société des dames de Carsely, pour obtenir l'aide d'Agatha Raisin. Bonne poire, celle-ci se mêle au groupe de randonneurs et parvient à endormir leur suspicion en glanant de précieuses informations.

La conduite de l'enquête est, somme toute, dérisoire et farfelue, mais ce n'est pas ce qui importe dans cette série, dont l'humour et la personnalité haute en couleur de l'héroïne soulèvent le plus vif enthousiasme. Tome après tome, l'auteur s'appuie sur sa formule à succès avec une Agatha empotée et hargneuse, un James évanescent mais de plus en plus troublé par sa voisine (huuu). Cela avance au pas de course, dans une totale incohérence, Carsely fait certes défaut au paysage, et la fin est surprenante - précipitée, mais surprenante !

Je suis désormais la série par livre audio, car j'apprécie fortement l'interprétation de Françoise Carrière dont le plaisir de vivre les folles enquêtes d'Agatha Raisin se ressent et est parfaitement communicatif. Direction les Cotswolds pour un séjour pittoresque et désopilant. Je suis FAN. ♥


>> Un livre audio en exclusivité par Audible et uniquement disponible en téléchargement.

©1994 / 2016 M.C. Beaton / Éditions Albin Michel. Traduit de l'anglais par Jacques Bosser (P)2017 Audible Studios

Texte lu par Françoise Carrière - Durée : 4 h 35 

21/09/17

L'indien blanc, de Craig Johnson

L'indien blancWalt Longmire abandonne temporairement ses plaines du Wyoming pour accompagner son ami Henry Standing Bear à une expo sur l'art indien, à Philadelphie, et ainsi rendre visite à sa fille Cady, qui travaille pour un prestigieux cabinet d'avocats. Débordée, celle-ci décline son invitation à souper et promet de le retrouver dans la soirée. Or, quelques heures plus tard, un agent de police lui annonce que Cady est à l'hôpital, plongée dans le coma suite à une agression. Walt est fou de douleur, fou de chagrin. La police de Philadelphie cherche également à canaliser sa fougue mais c'est sans compter sur la compassion de la famille Moretti, la mère et les frères de Vic, son adjointe, laquelle accourt aussitôt en apprenant la nouvelle.

Changement de décor pour notre shérif, qui s'éloigne de son comté d'Absaroka pour un milieu urbain dans lequel il se sent comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Du bruit, des carcans, des faux-semblants et de la violence. Cette plongée en ville ne réussit pas à notre shérif, déboussolé. Et puis le drame vient le rattraper et fragiliser sa vieille carcasse de cowboy solitaire. Il se sent plus désemparé que jamais, à mener une vendetta personnelle dans un univers d'argent sale et de corruption. 

Le charme du Wyoming manque cruellement à l'appel, mais la lecture n'en reste pas moins fascinante et riche en prospections. On découvre un Walt Longmire sans son étoile de shérif, et néanmoins détective tenace à débroussailler une enquête menée de longue haleine. Malgré les longueurs, et l'enchevêtrement tarabiscoté des indices pour conduire au dénouement, on assiste avant tout à l'expédition d'un homme hors de son univers familier et on savoure ses interactions avec des personnages secondaires fort attachants. Un bon melting-pot, qui rappelle cependant que notre homme doit rentrer au bercail ! 

Jacques Frantz, le lecteur pour Sixtrid, est comme d'ordinaire excellent dans son rôle et nous régale de sa voix bourrue qui interprète un shérif mélancolique et égaré. On ne s'ennuie pas, cela s'écoute sans déplaisir, et on passe un bon moment. 

©2011 Éditions Gallmeister (P)2017 Sixtrid - Interprété par Jacques Frantz (9h 45)

Traduction : Sophie Aslanides 

Sur les hauteurs du Mont Crève-Cœur, de Thomas H. Cook

Sur les hauteurs du Mont Crève-coeurTrente ans plus tôt, le corps de Kelli Troy est retrouvé sur les hauteurs du Mont Crève-Cœur. Ce drame suscite un vif émoi auprès de ses jeunes camarades. Kelli était nouvelle en ville, elle venait de quitter Baltimore avec sa mère et commençait tout juste à se fondre une place au soleil. C'est finalement en décrochant le rôle de Juliette, pour la pièce du lycée, que son destin semble avoir été scellé. Kelli est en effet tombée amoureuse de son partenaire, au grand dam de Ben Wade, le narrateur du roman. Celui-ci était fou d'elle, mais se gardait d'étaler ses sentiments. Désormais médecin à Choctaw, l'homme ressasse avec amertume l'enchaînement malheureux des événements ayant conduit au drame que l'on sait. C'est auprès de son vieil ami Luke qu'il livre tous les détails de ce récit tragique, depuis sa rencontre avec Kelli, sa passion obsessionnelle et silencieuse, leurs virées en pick-up, ses articles sur les émeutes de 1962, son soutien pour la cause des Noirs, ses découvertes sur le passé historique du Mont Crève-Cœur, ses confidences explosives au sein d'une communauté blanche et conservatrice de l'Alabama, et enfin l'hypocrisie, la trahison et les désillusions.

On absorbe tout ça au terme d'une lecture assez longue et très lente. Thomas H. Cook a coutume de broder ses intrigues autour de flash-backs interminables - procédé judicieux pour Dernière conversation avec Lola Faye - mais qui tend cette fois à diluer le suspense et rendre la lecture répétitive. Le narrateur est un type torturé, probablement par un sentiment de culpabilité, mais il porte surtout en lui le poids des regrets et des remords. Sa confession ne dédouane sans doute pas ses actes, elle vient éclairer un chapitre sombre de son passé et soulager la curiosité dévorante du lecteur. On a là du Thomas H. Cook hyper classique et attendu, mais probablement trop redondant à mon goût. Excellent Guy Moign, le comédien interprète pour Sixtrid ! 

©2016 Éditions du Seuil (P)2017 Sixtrid - Interprété par Guy Moign (durée : 9h 53)

Traduction de Philippe Loubat-Delranc [Breakheart Hill]

 

 


La menace, de S.K. Tremayne

LA MENACELorsque Rachel rencontre David Kerthen, à Londres, la jeune femme croit immédiatement au conte de fées. David est bel homme, avocat brillant, veuf et père d'un adorable garçon, Jamie. Sous le charme, elle l'épouse et part vivre dans son manoir, Carnhallow, au cœur des Cornouailles. C'est là que tout va se compliquer. Entre les souvenirs de l'épouse tragiquement disparue, les murs figés dans le temps et les fantômes du passé familial, Rachel perd pied. Elle remarque aussi que Jamie se comporte de façon étrange et fuyante avec elle. Le garçon n'est plus que l'ombre de lui-même, il s'isole et chuchote dans son coin, il prétend que sa mère est vivante et déclare enfin que Rachel va mourir le soir de Noël. Glacée d'horreur, elle cherche à en toucher un mot à David, qui se ferme comme une huître et interdit formellement sa nouvelle épouse de céder à une curiosité malsaine. Son fils ne souffre nullement de troubles psychotiques, sa mère est bel et bien morte, aucun spécialiste de l'âme humaine n'est apte à comprendre leur deuil. Le sujet est clos. Sauf pour Rachel, décidée à en découdre. Alors qu'elle pense être enceinte, elle se demande qui est réellement l'homme qui partage sa vie. 

Ouch, cette histoire affiche clairement son ambiguïté et sa volonté de brouiller les cartes. Au départ, on pense fatalement à Daphné du Maurier, avant d'en chasser l'idée car le roman de SK Tremayne surprend, mais de façon obscure. On le sait, l'auteur est friand des mystères, des névroses et des embruns, cf. Le doute pour en juger. Cette fois encore, il joue avec les frontières qui séparent le réel du fantasme, il sème le trouble, rend ses personnages nébuleux, lance des pistes puis revient sur ses pas, en bref il entraîne le lecteur dans un long dédale infernal et l'égare exprès pour rendre “la menace” insaisissable jusqu'au bout. Par principe, le suspense psychologique est au taquet. La lecture se veut nerveuse et angoissante... même si le stress ressenti est pesant. Au final, j'ai fatalement décroché dans la dernière ligne droite car j'étais à la limite de la suffocation, et je trouvais que cela partait dans tous les sens, que cela devenait ridicule. 
Par contre, j'ai été à cran avec la lecture audio de Virginie Méry pour Audible Studios (également la narratrice de Rebecca pour Audiolib - tiens donc). Son interprétation est remarquable car elle multiplie les casquettes et les
 personnalités, en devient pernicieuse et borderline. En gros, sa composition est à double tranchant. C'est souvent effrayant, pour ne pas dire dérangeant, mais c'est à la hauteur des attentes car son jeu de rôles est bluffant. À tenter en écoute.

 

©2017 Place des Éditeurs. Traduit de l'allemand par Catherine Barret (P)2017 Audible Studios

>> Livre audio en exclusivité sur Audible & uniquement disponible en téléchargement.

Texte lu paVirginie Méry (durée : 9 h 58) pour Audible Studios

La menace | Livre audio

 

 

19/09/17

En poche ! Au-dessus de tout soupçon, de Declan Hughes

AU-DESSUS DE TOUT SOUPÇONDanny et Claire Brogan vivent avec leurs deux filles dans une belle propriété du Wisconsin. Ils y mènent une existence douce et heureuse, selon toutes les apparences. Mais au retour d'un weekend à Chicago - pour y retrouver son amant - Claire tombe des nues en découvrant une maison vide, sans nulle trace de son mari ni de ses enfants, et hurle d'effroi en tombant sur le cadavre de son chien. Lorsque les enquêteurs interviennent, ils trouvent à leur tour le corps d'un ami d'enfance de Danny.
Coup de projecteur sur le passé - à l'âge de onze ans, Danny et trois copains ont incendié une maison avec ses occupants à l'intérieur. Un geste accidentel et malheureux. Et une tragédie qui vient se télescoper sur la famille Brogan, trente ans après. 

Au départ, le roman surprend par son style narratif tarabiscoté - humour grinçant, tendance à blablater droit devant, mode sarcastique dérangeant. Cela a rendu mon début de lecture difficile et peu engageant. J'ai finalement passé outre pour connaître le dénouement de l'intrigue, alléchée par une entame franchement très bonne - imaginez une soirée de barbecue assez flippante, des personnages douteux, des secrets longtemps enfouis et une vengeance concoctée dans les règles de l'art. Du suspense, du flou, des meurtres sanguinaires, une jouissance déplacée à tout nous raconter... Un roman surprenant et inclassable, qui se lit avec une curiosité aiguisée. 

Traduit par Cécile Leclère (All The Things You Are)

POCKET 2017

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10/09/17

Te laisser partir, de Clare Mackintosh

TE LAISSER PARTIRJacob, un môme de cinq ans, est fauché un soir de pluie par une voiture, qui prend aussitôt la fuite. La mère est brisée, la presse crie au scandale, la police lance de nombreux appels à témoins, et malgré tous leurs efforts, l'enquête stagne. Pour le capitaine Ray Stevens et sa jeune collègue Kate, la frustration est énorme au moment de se résoudre à classer l'affaire sans suite. Pour Jenna, une artiste locale, l'existence aussi a été impactée par ce drame. Bouleversée et en pleine tourmente émotionnelle, la jeune femme part recommencer sa vie au Pays de Galles, en louant un petit cottage abandonné, proche de la mer. Jenna est secrète, mais a besoin de retrouver calme, paix et sérénité. Dans ce trou paumé, sa retraite semble parfaitement indiquée et bénéfique. 

Ce qui est intéressant dans cette lecture, c'est son calme imperturbable à nous raconter les vies des uns et des autres - entre Jenna, en pleine remise en question personnelle, le capitaine Ray, qui néglige sa famille et ne la comprend plus, et enfin Kate, jeune, libre et sans attache... On sent le drame qui s'infiltre partout, entre les lignes, et qui connote le roman d'une ambiance bien lourde et poignante. 
Au départ, j'ai trouvé que cela fonctionnait très bien et n'ai d'ailleurs pas vu venir le coup de bâton qui clôt la première partie. Stupeur et tremblements. C'était tout moi. Seulement voilà, après ça, j'ai été déçue par le nouveau tournant de l'histoire, par le rapport de force inégal et branlant. J'ai très vite senti l'arnaque, d'où mon agacement à participer à cette mascarade.
L'enquête aussi a pris mauvaise tournure, entre les négligences et les énormités, j'ai trouvé son déroulement incongru. Par contre, on découvre un autre aspect du travail de la police et on se rend compte que rien n'est jamais providentiel, que les inspecteurs sont des types ordinaires, et que la vie ne ressemble pas à une série tv.
OK pour la forme, mais j'ai été peu surprise par ma lecture, finalement peu audacieuse et trop convenue. L'ensemble est bancal, malgré une prestation audio de bonne qualité - Joséphine de Renesse est touchante, Philippe Résimont fait carrément flipper (mais n'est pas à l'aise avec les voix féminines). 
Si ce n'avait été pour son format audio, littéralement happant, j'aurais probablement mis de côté les 450 pages du roman. Un buzz littéraire moyennement justifié, pour ma part. :/

©2014 Clare Mackintosh / Publié pour la première fois au Royaume-Uni, sous le titre "I Let You Go", par Sphere, un département de Little, Brown / Hachette Livre (Marabout) pour la traduction française

(P)2017 Audiolib, Texte lu par Joséphine de Renesse & Philippe Résimont (durée : 11h 35)

08/09/17

Dans l'ombre (Trilogie des ombres T.1), d'Arnaldur Indridason

Dans l'ombre

Un représentant de commerce a été froidement exécuté dans son appartement - fait troublant, la balle provenait d'un revolver de l'armée américaine. Flovent, de la police criminelle islandaise, se voit aussitôt assisté d'un représentant de la police militaire, en la personne de Thorson. Bien qu'étant natif du Canada, ce dernier a des origines islandaises et parle couramment la langue. C'est tout naturellement qu'il est devenu l'interprète auprès des Britanniques, puis des Américains, depuis l'occupation de leurs troupes sur l'île. L'histoire se passe en 1941. La guerre gronde en Europe, tandis qu'un climat de suspicion règne sur cette contrée à la limite du cercle polaire. La victime supposée, un certain Felix Lunden, attire l'attention des enquêteurs du fait de ses origines allemandes et des rapports étroits entretenus par sa famille et les mouvements nationalistes. Flovent et Thorson doivent également cerner la signification d'un autre indice relevé sur la scène du crime, puisque la victime portait sur le front une croix gammée gribouillée avec son sang.

Voilà qui embrouille copieusement enquêteurs et enquête, laquelle se nourrit de nombreux rebondissements et donne à lire un scénario moins prévisible. Certes, la conduite est classique, le rythme tranquille et linéaire, les personnages aussi s'avèrent assez lisses, mais l'ensemble peut surprendre et s'écoute surtout avec grand intérêt. J'avais cru percevoir de la déception chez les fidèles du commissaire Erlendur, d'où mon appréhension avant de m'y lancer, et au final j'ai été personnellement conquise. J'ai beaucoup aimé le contexte historique - les projecteurs sont braqués sur ce caillou volcanique occupé par les troupes des alliés, on y découvre une cohabitation tendue, entre des islandaises en pleine émancipation et des pêcheurs qui font mauvaise figure, les baraquements militaires ne désemplissent pas, et le contre-espionnage ne chôme pas non plus. Les deux enquêteurs vont certainement apporter davantage à cette trilogie, n'esquissant pour l'heure que de vagues zones d'ombre, laissant apparaître quelques failles, l'auteur aura donc beau jeu de s'y faufiler ! Une lecture qui s'annonce pleine de promesses en devenir. Un bon rendez-vous qui n'a pas à rougir de ses choix ni de son apparente simplicité. 

Très bonne lecture de Philippe Résimont. 

©2015 / 2017 Arnaldur Indridason / Publié avec l'accord de Forlagið / Éditions Métailié, Paris, pour la traduction française par Eric Boury

(P)2017 Audiolib, Texte lu par Philippe Résimont (durée : 9h 03)

TOME 2 À PARAÎTRE EN OCTOBRE 2017 CHEZ MÉTAILIÉ - LA FEMME DE L'OMBRE

07/09/17

Rester groupés (Anne Capestan 2), de Sophie Hénaff

Rester groupésOn se croirait presque dans un Agatha Christie, rappelez-vous Un meurtre sera commis le... En effet, dans le roman de Sophie Hénaff, des individus sont informés de leur date de décès et succombent le jour dit, incapables de conjurer le mauvais sort. Le criminel court toujours et la police, sans indice, fait grise mine. Aussi, c'est à la nouvelle brigade d'Anne Capestan qu'est confiée cette patate chaude, d'autant plus que l'une des victimes n'est autre que son ex beau-père ! Pour nos Poulets grillés, l'enquête requiert la même vigilance qu'un dossier lambda, même si elle est conduite avec ce grain de fantaisie caractéristique à nos joyeux trublions. Deux nouvelles recrues ont néanmoins rejoint leurs rangs - un jeune freluquet qui se prend pour D'Artagnan et un rat aux crocs acérés, qui viendra à leur rescousse lors d'une rixe contre des hooligans. L'ambiance promet encore d'être loufoque et mouvementée, ce qui régale la lectrice sensible au burlesque que je suis. Car ce roman s'inscrit dans la lignée du précédent et nous ressert la recette du succès. Pourquoi changer une équipe gagnante ? D'où nos détectives excentriques, leurs méthodes non-conformistes, leurs traits d'humour et d'esprit à démêler des nœuds improbables. Il ne faudrait, en effet, pas se leurrer sur notre brigade de laissés-pour-compte, qui déjouent les pronostics et dépatouillent des enquêtes complexes, mais qui s'attirent aussi les foudres de leurs détracteurs à force de sortir des clous. Entre cas de conscience, vie privée versus carrière professionnelle, soupçon de corruption... Anne Capestan et ses Poulets grillés vont enfourcher leur cheval de bataille ! Ceci pour dire que la lecture n'est pas seulement insolite ou superficielle, c'est certes un rendez-vous plein de fraîcheur, d'humour et de plaisir, mais l'histoire ne manque ni de cohérence ni de consistance. Cette série ne cesse de me réjouir, à quand la suite ?

>>  Livre audio en exclusivité sur Audible & uniquement disponible en téléchargement.

©2016 Albin Michel (P)2017 Audible Studios. Texte lu par Christine Braconnier (durée : 7h 24)

      Rester groupés (Anne Capestan 2) | Livre audio

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,