05/03/19

L'appel du néant, de Maxime Chattam

L'APPEL DU NÉANT POCKET

Après La conjuration primitive (excellent) et La patience du Diable (sombrement efficace), on retrouve notre WonderWoman - alias Ludivine Vanker - dans une affaire suintant la menace terroriste (l'auteur précise avoir écrit deux fois ce roman avant les événements de 2015).

Dans cette copie totalement revue et corrigée, on ne peut s'empêcher d'imaginer la version autrement plus torturée que cette mouture assez fade et fastidieuse. On est loin des nuits blanches promises et des cauchemars plus vrais que nature. L'enquête s'ouvre sur la découverte d'un corps amoché sur la voie ferrée puis par l'intrusion de la sécurité intérieure dans les locaux de la section de recherches. Très vite, Ludivine va adhérer aux théories amenées par ce Marc Tallec et le suivre dans sa traque des fanatiques avec ses excès en tout genre. Mais quelle frustration.

En effet, le tout est parsemé de discours philosophiques et d'analyses politiques qui exposent la complexité de la tâche en évitant également les raccourcis faciles. L'auteur est attentif aux détails et aux clichés, on sent le souci de bien faire et le travail de recherches... sauf que cela alourdit l'enquête initiale. À force d'avancer à pas prudents, le rythme fait défaut : quid de l'intensité dramatique ? C'est faible, avec quelques invraisemblances dans le déroulement de l'histoire. Le rôle attribué à l'héroïne est surjoué (le chapitre 31 a bien failli me perdre). En somme, c'est assez inégal et donne la sensation d'un roman long et un peu mou. Notre Chattam habituel, adepte de la part sombre et de la racine du mal, semble anormalement sage et raisonnable dans cet ultime épisode. #tristesse

Par contre, le format audio est très, très bon. Le lecteur pour Audiolib - Sylvain Agaësse - maintient la gravité et le désespoir avec une constance salutaire. Son interprétation vous tient en éveil et donne envie d'aller jusqu'au bout. 

©2017 Éditions Albin Michel (P)2018 Audiolib

L'appel du néant audiolib

également disponible en format poche chez POCKET (2019)

 

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Bal fatal (Agatha Raisin enquête 15), de M. C. Beaton

Bal fatalAgatha Raisin vient enfin de sauter le pas en ouvrant son agence de détectives privés. Elle a embauché sa voisine, Mrs Comfrey, comme assistante. Et déjà les premières affaires viennent remplir leurs journées, même si ce sont des demandes pour retrouver un animal perdu ou une voiture volée.
La roue tourne quand une riche divorcée évoque les menaces de mort dont sa fille est la cible. Celle-ci doit prochainement se fiancer et il ne faudrait pas que la cérémonie vire au cauchemar. Agatha accourt avec ses gros sabots et déclenche une véritable émeute !
Mais le pire est écarté... du moins, il semblerait que notre détective concentre désormais toute la haine et la rancœur d'un assassin en puissance. Tentative d'empoisonnement, agression ou intimidation deviennent son lot quotidien. Ses amis vont et viennent, bougonnant contre Agatha, sans cesse par monts et par vaux pour résoudre ses enquêtes. Un grand repas de Noël ne sera pas de trop pour réconcilier tout ce petit monde.
Eh bien, i
l y a du rythme et de la folie dans cette histoire ! Agatha Raisin continue de mener sa barque en employant sa matière grise et son bagou au service d'une clientèle en détresse. Certes, les habitants de Carsely lui reprochent d'attirer le crime et le chaos dans leur village. De plus, il ne fait pas bon vivre dans Lilac Lane. L'ancien cottage de James Lacey voit désormais défiler les locataires et les affinités ne sont pas toujours de mise avec notre chère Agatha.
Mais que cette lecture est drôle et avenante ! Mention spéciale pour le personnage d'Emma Comfrey et le majordome Gustav. Sinon, avec son héroïne aussi extravagante, la série assure le show et nous régale de péripéties mouvementées et néanmoins loufoques. C'est absolument irrésistible, lu avec entrain et volubilité par Françoise Carrière - un autre bonus à ce rendez-vous incontournable.

©2019 Albin Michel (P)2019 Audible Studios

 

Posté par clarabel76 à 13:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25/02/19

La Veuve, de Fiona Barton

La Veuve lizzieVeuve du principal suspect dans la disparition de Bella Elliott, Jane Taylor est désormais libre de tout confesser. Avait-elle connaissance de la double vie de son mari ? est-il coupable d'avoir enlevé l'enfant ? où se trouve la fillette ? Jane est-elle complice de son crime ? ou simplement victime du caractère dominant de son époux ?
Très vite, le doute est planté dans l'esprit du lecteur. La personnalité trouble et troublante de la veuve est avérée. On suit ainsi les multiples échanges entre Kate Waters, la journaliste qui cherche à arracher son scoop, ou Bob Sparkes, le policier principal qui y perd son latin, et les différents protagonistes de cette enquête. On alterne aussi entre le passé et le présent, brouillant davantage les pistes pour remonter le fil de l'intrigue et débroussailler l'obscur et l'inexplicable.
Au final, la lecture est un labyrinthe sans fin. Jane mène la danse tout du long, mais son personnage est déroutant, peu charismatique, trop secret, bref non fiable. On perçoit déjà chez Kate Waters une pugnacité qui fera son succès (cf. La coupure), de même Bob Sparkes révèle une sensibilité profonde, que cette histoire sordide ne va pas manquer d'ébranler. Quoi qu'il en soit, nous sommes tous les pigeons de cette étrange histoire.
Par contre, l'interprétation audio est excellente, tenue de main de maître par Marie-Eve Dufresne qui s'entend pour accentuer le malaise autour de la veuve et appuyer sur les interrogations : qui a fait quoi, qui dit vrai ou pas. Tout ce qui en sort n'est nullement émouvant, mais inspire du dégoût, de l'incompréhension. Un grand flou. On déteste ça, on a les yeux ou les oreilles collés aux mots de l'auteure. On absorbe cette confession insaisissable et désolante, tout en pestant ou en hochant la tête. Beaucoup de distance à prévoir, peu d'empathie à espérer, mais une sensation d'uppercut permanente (et désagréable, forcément). Une expérience très déstabilisante pour la fascination qu'elle suscite. À tenter.

©2017 Fleuve Éditions, département d'Univers Poche, pour la traduction française. Traduit par Séverine Quelet (P)2019 Lizzie

Repris en format poche chez POCKET (2018)

LA VEUVE

07/02/19

Anatomie d'un scandale, de Sarah Vaughan

Anatomie d'un scandaleConseiller influent et proche du premier ministre, James Whitehouse est un homme charismatique et brillant. Marié et père de deux enfants, il incarne l'ambition, la réussite, l'accomplissement. Une image sans tache.
Pourtant, James est accusé de viol. Une ancienne collaboratrice, avec laquelle il aurait entretenu une liaison plusieurs mois durant, vient de porter plainte suite à leur rupture. Kate Woodcroft, une avocate pénaliste, est en charge du dossier. Et elle est particulièrement remontée car elle va tout mettre en œuvre pour avoir la tête de Whitehouse. Spectatrice tétanisée, son épouse Sophie n'a plus les idées claires mais pense avant tout à préserver son image en affichant son soutien.
Viennent aussi s'ajouter les souvenirs de leurs années d'études à Oxford au cours desquels le sulfureux club des Libertins a fait couler beaucoup d'encre. Ceci pouvant expliquer cela, une lente et déconcertante plaidoirie se construit. Plaidoirie contre les abus, pour les droits des femmes et tristement révélatrice des arcanes du pouvoir.
Je ne suis pas mécontente d'en avoir fini car cette lecture m'aura inspiré un profond ennui : c'est très long, assez austère et tellement froid. Je n'ai eu aucune empathie pour les personnages ni pour leurs histoires. Non, c'est très distant. Très emprunté. J'ai aussi longtemps espéré un rebondissement, des révélations fracassantes, la moindre bagatelle qui ferait exploser cette fichue tension psychologique qui colle à la peau... en vain. 
J'en sors sidérée et déçue. Les deux comédiennes ont pourtant prodigué une lecture irréprochable. Leur talent ne peut hélas lutter contre la sensation glaciale qui filtre à travers leurs confessions. Sarah Vaughan opère un sérieux changement de cap avec ce roman, peu convaincant à mon goût. 
La ferme du bout du monde avait été une découverte rafraîchissante, quel revirement...

©2018 Préludes, pour la traduction française (P)2018 Audiolib

 

 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05/02/19

Fausses promesses (Promise Falls 1), de Linwood Barclay

Fausses promesses audibleIl ne fait pas bon vivre à Promise Falls et David Harwood en sait quelque chose, cf. Ne la quitte pas des yeux.

De retour dans sa ville natale, notre homme s'est installé chez ses parents en attendant des jours meilleurs (plus de boulot, plus d'appart). Afin d'occuper ses journées creuses, il est expédié chez sa cousine Marla, réputée fragile depuis la perte de son bébé, sauf qu'il la trouve en train de pouponner. En cherchant plus loin, il réalise que cet enfant a été vraisemblablement arraché à sa mère, laquelle est découverte assassinée dans sa cuisine. La cavalerie débarque, Marla est arrêtée et David vole à son secours.

C'était fort sympathique de retourner à Promise Falls, de reprendre contact avec David, ses parents, le détective Barry Duckworth etc. En fait, tout cet emballage est une valeur ajoutée au plaisir de lecture. Vient ensuite l'enquête du bébé confié par un ange. Sans oublier les écureuils pendus, les mannequins dans la grande roue, les étudiants fauchés et le fétichiste du chiffre vingt-trois. Aucun détail n'est laissé au hasard pour servir ci et là l'intrigue. Une part de mystère va être levée mais le reste est tenu au chaud pour la suite, à voir dans Faux amis. J'ai bien aimé le principe, parce qu'il n'y aucune frustration dans tout ça. En plus du suspense et de l'humour, l'ambiance reste conviviale malgré les trucs bizarres et le danger qui rôde à Promise Falls. Comme dirait mon pote Arnold : hasta la vista, baby.

©2018 Belfond. Traduit de l'anglais par Renaud Morin (P)2018 Audible Studios

 

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01/02/19

Par accident, de Harlan Coben

Par accident Harlan CobenHanté par la disparition tragique de son frère Léo, survenue quinze ans plus tôt, Napoléon Dumas n'a jamais abandonné l'espoir de résoudre ce mystère. Son frère et sa petite copine ont été fauchés par un train. Maura, son amoureuse, a disparu de la circulation, emportant avec elle ses secrets. Les autres membres de leur Club des conspirateurs ne sont pas sortis indemnes de cet épisode. Nap a d'ailleurs choisi de devenir policier avec pour vocation de débroussailler le passé. Une récente affaire va finalement lui offrir l'occasion de relancer l'enquête : Maura vient de réapparaître sur le devant de la scène. Elle est de retour en ville, même si elle semble toujours fuir toute intrusion policière. Mais Nap n'a pas dit son dernier mot et est résolu à démêler tous les nœuds de ce terrible cold case. Et là je dis bingo pour ce nouveau Harlan Coben ! Franchement top. J'y ai retrouvé son humour, sa maîtrise du suspense, ses combines faussement éculées, ses pistes nombreuses pour nous embrouiller. Le boss est rusé comme un sioux, on sent qu'il se fait plaisir dans cette histoire et ça fonctionne très, très bien : lecture d'une traite, sans réel soupçon et grosse surprise au compteur. C'est redoutable, toujours efficace. On adore aussi le clin d'œil à Myron Bolitar. On sent toute la tendresse de l'auteur envers son personnage fétiche et c'est tellement bon. En bref, on ne s'ennuie pas une seconde. Il y a du rythme, des rebondissements, des meurtres, des révélations jusqu'au point final. On pourrait accuser Coben d'être productif, de ne pas se renouveler, il n'empêche, c'est aussi un auteur attentif au monde qui l'entoure, qui pique et épingle avec l'air de ne pas y toucher, et puis ses histoires restent captivantes. On dit amen à chacun de ses rendez-vous, donc on adhère complètement à son savoir-faire.

©2018 Belfond, pour la traduction française / Titre original : DON’T LET GO. Traduit de l’américain par Roxane Azimi (P)2018 Lizzie, un département d'Univers Poche

Benjamin Junger est parfait ! J'ai beaucoup aimé sa voix, sa narration, son style. C'était excellent. À propos, Harlan Coben vient de signer un contrat avec Netflix pour adapter pas moins de quatorze de ses romans en séries et films. Sauf exception pour la série Bolitar... too bad.

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29/01/19

La disparue de Noël, de Rachel Abbott

La disparue de NoëlTout commence sur une route de campagne verglacée. Au volant de sa voiture, une femme est témoin d'un accident. Lorsque la police arrive sur les lieux, la conductrice a été tuée et sa fillette de six ans enlevée. Sans le moindre indice, ni aucune piste, l'enquête va piétiner. Six ans plus tard, une adolescente se présente chez Emma et David en tant que Natasha. L'homme est sous le choc : son enfant perdu est de retour. Seule sa nouvelle épouse demeure circonspecte. Adolescente mutique et renfrognée, Natasha ne lui inspire aucune confiance. D'abord, elle leur interdit de contacter la police et refuse d'expliquer d'où elle vient, puis accuse David d'être entièrement responsable du drame de son enfance.

Ce début très prometteur a largement rempli son office : bonne intrigue tordue, personnages peu fiables, tension psychologique palpable. L'auteur réussit à placer ses jetons subtilement. Et même si ses intentions sont loin d'être transparentes, le flou est savamment entretenu. On a envie d'avancer dans l'histoire pour découvrir ce qu'elle mijote. Malheureusement, à mi-parcours, tout part en cacahuète : on a un kidnapping interminable et des rebondissements gros comme une baleine. Ça devient lourd et lassant. Pas très convaincant. Bien sûr, Marie Eve Dufresne est remarquable : elle rend Natasha plus détestable que jamais ! Ado sur la corde raide, vulnérable et fragile, trop bizarre pour être honnête... On gobe tout. Par contre les méchants sont trop méchants. Mais c'est courant en livre audio d'accentuer les défauts ou les caractéristiques des personnages. Cela influence parfois la lecture, pas toujours cool... 

© 2017 Belfond, pour la traduction française. Titre VO : Stranger Child (P)2018 Lizzie

25/01/19

Passage des ombres (Trilogie des ombres 3), de Arnaldur Indridason

Passage des ombres

Un vieil homme meurt dans son lit, avec d'anciennes coupures de presse à ses côtés. Sa voisine interpelle un inspecteur à la retraite pour fouiller dans son passé.

En 1944, pendant l'occupation de l'armée américaine, le corps d'une jeune femme est découvert en ville. L'enquête révèle une triste histoire de viol mais piétine dans le vide, ou disons que les conclusions vont laisser un goût amer aux détectives (Flovent et Thorson). Konrad va y remettre un peu d'ordre en nous propulsant dans un contexte délicat, pendant la guerre et la cohabition avec l'armée américaine. À l'époque, les demoiselles batifolent joyeusement avec les officiers aux noms d'acteurs, rêvant d'une vie meilleure ou d'amour romantique, avant de retomber lourdement dans la réalité. On racontait alors que « c'était la faute des elfes » et on méprisait ces filles naïves ou honteusement abusées. Pour Konrad, cette affaire n'a pas tout dit et est vraisemblablement porteuse d'une honte indélébile. À son tour de traquer sans relâche les fantômes du passé, de pointer les erreurs et les condamnations hâtives, lesquelles auraient obnubilé son enquêteur des années durant.

En écoutant cette histoire, je me faisais la réflexion que plus rien ne me surprenait chez Arnaldur Indridason. En fait, je pense en avoir fait le tour. Je reconnais désormais son style, ses personnages, ses intrigues, toujours les mêmes tourments et solutions. Oui, tout est écrit d'avance. On connaît le chemin et on ne se trompe pas. Ce n'est pas un reproche. Après tout, la lecture est classique et convenue. Tout est propre, lisse, attendu. Sans surprise. La lecture par Philippe Résimont est solennelle et au diapason avec les révélations (haro sur les voix féminines, j'insiste). L'auteur joue subtilement avec les émotions en distillant cette touche de nostalgie et de dramaturgie dans ses enquêtes. On en ressort à chaque fois avec le cœur lourd. En somme, c'est incontournable.

©2018 Traduction française, Éditions Métailié (P)2018 Audiolib

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24/01/19

La nuit de l'ogre (Chris Kovac 2), de Patrick Bauwen

La nuit de l'ogre audibleChris Kovac est de nouveau dans la tourmente : une jeune fille a oublié dans sa voiture un sac contenant un bien sinistre cadeau. En poussant les analyses, l'homme découvre que cette étudiante serait la fille disparue de sa surveillante en chef. Celle-ci lui demande de mener une enquête en toute discrétion... ce sur quoi, on se doute, notre médecin urgentiste va s'illustrer en renouant avec ses pires cauchemars.
Son meilleur ennemi, le commissaire Battista, est également dans la place. Son équipe a investi les tunnels du métro, recueilli un corps et poursuivi les investigations. En fait, les deux intrigues sont liées et conduites en parallèle - non, je ne spoile pas - c'est écrit sous nos yeux. La vérité vraie.
Et pourtant, il ne faudrait pas se fier aux apparences car Bauwen est extrêmement habile en la matière. À ce propos, il est préférable d'avoir lu Le Jour du chien au préalable, essentiellement pour se familiariser avec les personnages et le fil rouge de cette série. Oui, un fil rouge. En fait, une voix anonyme et sépulcrale, qui cogne dans votre tête et vous hante dans votre sommeil. On ne moufte pas, c'est effroyable. Je ne suis pas prête de soigner mes insomnies avec un tel régime... mais passons.
J'avais déjà bien accroché avec le premier roman, cette fois j'ai trouvé qu'il était encore plus redoutable : on plonge dans les coulisses des sociétés secrètes, du corps médical, des réseaux secondaires, des fascinations macabres etc. Même Maxime Chattam pourrait s'en enorgueillir. On a un Kovac complètement ravagé, toujours intuitif mais résigné à franchir toutes les limites. Toutefois, on l'accompagne dans ses dérives et ses délires, au diable leurs effets anxiogènes. Les enchaînements se révèlent percutants, les rebondissements ahurissants (rien vu venir : c'est fou !). En bref, j'ai trouvé cette lecture bluffante. On n'a certes pas encore tout résolu, un psychopathe court les rues, le suspense reste entier et les démons sont à la fête. Bauwen nous tient en haleine avec une rouerie remarquable. Applaudissements dans la salle. 

©2018 Albin Michel (P)2018 Audible Studios

L'interprétation de Sylvain Agaësse est TOP. Peut-être pas utile d'en rajouter une couche avec les personnages tordus... on a compris, hein. 

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21/01/19

Sa vérité, de Melanie Raabe

Sa véritéSans nouvelles de son mari - kidnappé en Amérique du Sud depuis 7 ans - Sarah reçoit un coup de fil des autorités annonçant que Philipp est de retour. La jeune femme accourt à sa rencontre, puis tombe des nues. Cet homme n'est pas son mari mais personne ne l'entend.

Dans l'intimité de leur maison, l'homme tombe le masque. Il n'est pas celui qu'elle pense, par contre elle a intérêt à filer droit car il lui promet une vie infernale et de perdre bien plus qu'elle n'imagine si elle persiste à crier à l'imposture.

Dès lors, le lecteur devient le témoin d'un vrai travail de sape. Deux ennemis s'affrontent. Lequel des deux ment ? Ambiance glaciale garantie. Pour ça et pour la tension psychologique tirée au cordeau, le roman est tout à fait réussi. Non seulement il entube son audience en alternant les doutes et les suppositions, mais il ne laisse absolument rien filtrer.

Je m'attendais néanmoins à un final plus renversant, à défaut d'être explosif. Au lieu de ça, c'est la douche froide. On en revient à un roman lu avec avidité, franchement prometteur, et au moment de lancer sa torpille, d'éclabousser le lecteur, boum, le crash. Quelle désillusion. En fait, on pourrait dépouiller tout le thriller de ses artifices inutiles au vu de la solution vendue. Tout ça pour ça. Etc. C'est décevant.

JC Lattès (2018) - Traduit par Céline Maurice

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,