14/01/19

Le Réseau Corneille, de Ken Follett

Le réseau corneilleFrance, 1944. Le Débarquement est imminent. Tous les réseaux clandestins et les services d'espionnage sont aux cent coups. Depuis Londres, Betty met en place son Réseau Corneille, lequel rassemble six femmes avec pour mission de s'infiltrer dans un château occupé par des allemands pour y saboter le système de communication. Betty n'a que quelques jours pour mettre au parfum des novices, parfois dotées d'un tempérament volage ou trop caractériel. C'est peu, assez frustrant, mais Betty n'a plus le choix. Sur le terrain depuis des mois, figurant parmi les meilleurs agents, elle craint désormais pour sa couverture récemment menacée.
Petit rembobinage sur la scène d'ouverture du roman. Gran-diose ! Près de Reims, un groupe de résistants tente une action de force contre l'occupant mais l'opération tourne court. Betty parvient à s'échapper avec son mari, Michel, salement blessé. Tous leurs camarades ont été arrêtés, probablement torturés et donc passibles de livrer des secrets. Betty sait que son temps est compté. Mais elle veut tenter le tout pour le tout.
Face à elle, un officier allemand, Dieter Frank, pourrait bien lui mettre des bâtons dans les roues. C'est un homme redoutable, comme elle, il est rusé et parvient à anticiper les faits et gestes de l'ennemi. Je ne compte plus le nombre de fois où mon cœur a fait des bonds de cabri tant j'étais affolée à suivre Betty et Dieter dans ce jeu du chat et de la souris particulièrement féroce.
Vous l'avez compris : j'ai dévoré ce roman, écouté en une dizaine d'heures au cours de séquences que j'entrecoupais avec frustration. J'étais totalement captivée par l'histoire - merveilleusement lue par Caroline Klaus - j'étais comme devant un film de guerre, au scénario plein de suspense, entre frissons, angoisse, terreur et émotion. J'étais 100% au cœur de l'intrigue.
J'ai aimé sa mise en scène, ses personnages, même ses envolées sentimentales ont fini par m'attendrir (je roulais des yeux quand Betty et Paul roucoulaient tendrement...). Bref. Ken Follett possède un vrai talent de conteur. Et ça passe très, très bien en format audio : on ne voit pas le temps passer. On trépigne après chaque piste, on enchaîne les chapitres... C'est terriblement addictif. Et l'hommage rendu aux héroïnes de l'ombre est, par sa simplicité, d'une grande noblesse.

©2002 Éditions Robert Laffont. Traduit par Jean Rosenthal. (P)2018 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


10/01/19

Nous étions les filles de la plage, de Meg Donohue

Nous étions les filles de la plageHuit ans ont passé depuis le tragique été durant lequel Colin a été retrouvé mort sur une plage à Avalon, en Californie. Depuis, sa sœur jumelle vit dans son souvenir et laisse peu de place à son fiancé dans leur relation qui s'effrite. Celui-ci la met en garde et annonce, trois mois avant leur mariage, qu'il préfère prendre de la distance. Kate est effondrée et impuissante. Elle vient notamment d'apprendre qu'elle est enceinte.
Elle se tourne alors vers ses amies, Dani et Vanessa, malgré la distance et le poids du passé qui ont eu raison de leur connivence. L'une collectionne les petits boulots, fume et boit trop, promet d'écrire un roman avant ses 30 ans, l'autre est mariée mais malheureuse, son mari a embrassé une autre femme au boulot, depuis elle a repris contact avec son premier amour et espère le revoir à Avalon.
Car les amies ont pris conscience de leur responsabilité non assumée dans la mort de Colin. En acceptant de retourner ensemble dans leur bungalow sur la plage, elles ont espoir de retrouver l'élan qui fait défaut à leur existence. Leur présent est alourdi par le passé : toutes trois n'ont pas dit toute la vérité. Huit ans plus tôt, Dani, Vanessa et Kate ont en effet précipité le drame d'une manière ou d'une autre et perdu à jamais l'insouciance de leur jeunesse.
Je ne sais plus comment ce roman a atterri entre mes mains, avant de réaliser que j'avais déjà lu La fille qui cherchait son chien du même auteur. J'ai donc plongé et avalé 100 pages d'une traite : la tension dramatique est palpable, savamment dosée par un suspense réel. Seulement, au fil des chapitres, l'intérêt s'est émoussé. Quand, comment, pourquoi. Impossible de pointer du doigt. Peut-être l'amertume me semblait de plus en plus lourde et indigeste.
Toujours est-il que j'ai fini par me lasser : une fois révélés, les secrets ne nous laissent pas bouche bée. Que de tristesse et de non-dits... Le verdict final est désolant. En bref, ce court roman n'a pas su me convaincre pleinement et taille le portrait de trois copines sans concession, en laissant filer toute légèreté... J'espérais davantage de charme, de chaleur, de douceur. En vain.

HarperCollins (2016) - Traduit par Jeanne Deschamp

Titre VO : All the Summer Girls


Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14/12/18

Gare aux fantômes : qui vivra verra ! (Agatha Raisin enquête 14), de M. C. Beaton

Agatha Raisin enquête Gare aux fantomes

Il y a encore du remue-ménage dans la vie d'Agatha Raisin. Ayant eu vent de ses talents d'enquêtrice, son nouveau voisin, Paul Chatterton, la convie chez une vieille dame acariâtre qui prétend que son manoir est hanté. La police a fait peu de cas de son affaire et ses voisins sont tous d'avis que c'est une vieille peau détestable. Agatha et Paul sont également reçus comme des malpropres et estiment qu'ils ont tout à gagner de retirer leurs billes avant le massacre. Dommage pour Agatha qui commençait à trouver excitant de passer du temps avec son nouvel ami...
Je vous vois venir, mais rassurez-vous, point de béguin à l'horizon. L'homme est marié, même si son épouse est absente. Et Agatha Raisin est vaccinée contre les peines de cœur. D'ailleurs, j'étais juste en train de songer à Charles Fraith que... tadam... le voici le voilà dans toute sa superbe. Le tandem qu'Agatha et lui forment figure parmi les plus attachants et improbables !
Mais revenons à notre intrigue : quid des fantômes chez l'horrible Witherspoon ? Sont-ce des affabulations d'une grand-mère esseulée et désireuse d'attirer l'attention ? Roulement de tambours. Et nouveau crime en perspective. On soupire d'aise à retrouver l'énergie positive d'Agatha Raisin. Même si la tournure de l'intrigue ne surprend plus, on apprécie énormément l'humour et les paysages anglais de ce rendez-vous incontournable. Je regrette un peu le personnage de John Armitage, au profit de ce Paul Chatterton, dont le rôle demeure encore très ambivalent (on apprend à se méfier aussi). L'enquête criminelle est également plus décousue, avec moins de substance croquante, par contre elle se conclut sur une perspective hautement réjouissante. À suivre, donc, très prochainement... et plus précisément fin février 2019 !
Bravo aussi à Françoise Carrière dont l'interprétation pleine de verve donne du piquant à cette lecture : sa participation est essentielle au succès de la série. Je ne cesse de le répéter.

©2003 / 2018 M.C. Beaton / Éditions Albin Michel. Traduit par Clarisse Laurent. Titre VO : Agatha Raisin and the Haunted House

(P)2018 Audible Studios

Résultat de recherche d'images pour "agatha raisin gif"

 

Sleeping Beauties, de Stephen King & Owen King

sleeping beautiesEmbarquement immédiat pour Dooling, petite ville des Appalaches, où les habitants ne sont ni plus ni moins des êtres ordinaires. En apparence. Dans la prison pour femmes, une nouvelle prévenue vient semer la zizanie : Evie Black est inquiétante et mystérieuse. Avec son aura puissante, elle envoûte ses comparses, sous l'œil goguenard du personnel impuissant. Commence alors un étrange phénomène : les femmes s'endorment et ne se réveillent plus. À la place, leur corps est recouvert par un cocon qu'il est déconseillé de transgresser (sous peine de voir les endormies se métamorphoser en folles furieuses). Bientôt, le syndrome Aurora frappe toute la communauté féminine de Dooling et d'ailleurs.
Comme souvent dans les romans de Stephen King, on se focalise sur un monde en vase clos, on scrute les comportements humains en situation désespérée et on laisse l'auteur s'en donner à cœur joie pour dépeindre des vies banales fouettées par un vent de panique. Ce faisant, il épingle sans vergogne toutes les bassesses possibles et inimaginables et gratine, non sans humour, ses congénères dans cette vision d'une société qui les priverait de compagnie féminine (devinez quoi ! ... les WC seraient d'une crasse monumentale). Bref. Vous gloussez bien derrière votre bouquin à les imaginer se dépatouiller sans vous.
Maintenant, parlons technique, car ce livre audio est le prolongement d'un roman de 830 pages, soit près de 28 heures d'écoute. Oui, tout ça. Un vrai marathon de lecture qui semble interminable... et pourtant je suis bon public. Seulement, mon ami, j'ai jugé qu'il y avait trop de tours et de détours pour toucher au but. Et à force de tourner autour du pot, on trépigne d'impatience, on geint et on a l'impression de s'abrutir. Ceci dit, je ferme les yeux (loin de moi le syndrome Aurora) car j'ai été littéralement hypnotisée par l'ambiance sordide de Dooling et par le caractère étrange et fantastique de l'intrigue. Cette histoire écrite à quatre mains (père et fils) se voudrait un hommage à nous les femmes, nous le charme (pauvres diables que sont les hommes). Un brin caustique et déjanté.
Bravo à la fabuleuse Marie Bouvier qui a lu ce texte avec patience et dévotion : j'ai totalement adhéré à ses interprétations car elle multiplie sans relâche les voix selon les personnages (et ils sont nombreux) ou leurs personnalités. On peut plus facilement se repérer et avancer dans l'histoire avec aisance. Une véritable prouesse.

© 2018 Éditions Albin Michel. Traduit par Jean Esch  (P)2018 Audiolib 

 

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20/11/18

Amelia, de Kimberly McCreight

Amelia Kimberly McCreightKate est anéantie en apprenant que sa fille vient de sauter du toit de son école. Amelia avait quinze ans, c'était une élève appliquée, sportive et discrète. Toutes deux avaient une relation de confiance, du moins le supposait-elle. Kate est avocate dans un gros cabinet de New York et culpabilisait de privilégier sa carrière à sa vie familiale. Nulle trace du père, silence radio à son sujet. L'annonce du suicide provoque une onde de choc. Cela ne cadre pas avec l'image de sa fille. Elle pensait tout connaître à son sujet mais va vite faire marche arrière et plonger dans le déni. Un message l'avertissant que sa fille « n'a pas sauté » va finalement la soutenir dans son idée que les véritables causes sont encore cachées. Que cache le suicide d'Amelia ? Mensonges, non-dits, règlements de compte, coups bas et trahisons. Un spectacle désolant des bassesses des ados qui s'activent sur les réseaux sociaux pour déchaîner leur violence. Et la vérité va s'imposer dans toute son horreur. On tombe sur des hyènes hystériques et anonymes qui déballent façon Gossip Girl pour exacerber la jalousie, la rivalité, la rancœur et l'intimidation. C'est affreux et affligeant. Les mômes sont sans pitié et pensent désormais que l'attaque est la meilleure défense. Résultat, je n'ai pas du tout accroché. Ni l'histoire ni les personnages n'ont su me toucher. Ce roman est glaçant et cruel. Tout ce qu'il révèle est également triste, sombre et dramatique. Malgré mes attentes, ça ne prend pas. J'ai trouvé la lecture trop amère et écœurante : je suis totalement passée à côté.

©2015 Le Cherche Midi, traduction d'Élodie Leplat. Titre original : Reconstructing Amelia (P)2018 Lizzie, un département d'Univers Poche. 

 


08/11/18

Chantage au presbytère (Agatha Raisin enquête 13), de M. C. Beaton

Chantage au presbytère Agatha Raisin 13

Chaaaaleur dans le village de Carsely : le nouveau vicaire fait sensation ! Il faut dire que Tristan Delon est particulièrement sexy. Toutes les femmes sont folles de lui. Et pourtant sous la façade du gendre idéal, le type se révèle odieusement arriviste. Couic, le bellâtre est assassiné dans le salon du pasteur, faisant de ce cher Alf Bloxby le principal suspect aux yeux de la police.
Son épouse (et amie proche d'Agatha Raisin) la supplie de leur venir en aide. Une aubaine pour notre héroïne, grande amatrice d'intrigues à résoudre, et qui justement soupirait d'ennui dans son cottage, sans nouvelles de James Lacey, de Charles Fraith ou de Roy Silver. Son nouvel acolyte se nomme John Armitage, un écrivain séduisant, qui ne la laisse pas insensible... sauf que Agatha a également appris de ses erreurs passées !
Au commencement de ma lecture, j'ai sans doute trouvé qu'il y avait une grande similitude avec l'histoire du vétérinaire (cf. Tome 2 : Remède de cheval). Ce sont en effet toujours les mêmes ficelles, les mêmes situations incongrues qui alimentent le quotidien d'Agatha Raisin. Les personnages sont tous interchangeables, Tristan Delon, Paul Bladen, James Lacey, John Armitage... bref, c'est de bonne guerre, du moment que l'humour est sauf, tout va bien !
Cette série de MC Beaton est du divertissement pur et dur. Je suis bonne cliente, car elle me fait passer un bon moment. Et la version audio, lue par Françoise Carrière, est également réjouissante ! Rendez-vous est d'ailleurs pris pour fin novembre et la parution du 14ème tome : Gare aux fantômes !

©2018 Albin Michel. Traduction de Françoise du Sorbier (P)2018 Audible Studios

 

30/10/18

Vintage, de Grégoire Hervier

vintage gregoire hervier

Thomas Dupré, journaliste occasionnel, est un passionné de guitares et de musique rock. Attendu en Écosse pour une commande spéciale, il se rend au manoir de Jimmy Page, proche du Loch Ness, pour rencontrer un collectionneur excentrique. Celui-ci va néanmoins lui confier ses déboires. On vient de lui voler la mythique Moderne de Gibson, mais sans preuve tangible, les assurances réclament un gage de son existence. Il embauche donc Dupré pour partir par monts et par vaux en quête de cette guitare de légende.

Ladite enquête va s'annoncer pleine de surprises et d'inattendus : on va de découvertes en avancées, toutes rocambolesques, décalées et déjantées, voire audacieuses et périlleuses. L'aventure est complètement dingue et excitante. J'ai adoré l'épopée en Amérique, sur les traces d'Elvis, et toutes les anecdotes insolites et savoureuses. Miam miam.

Au final, la lecture est entraînante, sur près de 9 heures d'écoute, dont on ressort avec une sensation échevelée et émoustillante. C'est tellement bon... tellement grisant. J'étais comblée. Voilà un super roman, rock-n-roll et décoiffant : une découverte qui rend l'âme voyageuse et survoltée. Franchement top !

©2016 Au Diable Vauvert. Repris en poche chez 10-18

(P)2018 Audible Studios. Lu par : Hervé Carrascosa

  • Durée : 9 h env.

Pour pimenter tout ça, Hervé Carrascosa assure le show avec exaltation, sans tomber dans l'excès. C'est tout aussi excitant à lire, à écouter, à imaginer, à apprendre. Longue vie à la Gibson !

>> Ce livre audio en version intégrale vous est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.

vintage gregoire hervier audible

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Mort sur le Nil, d'Agatha Christie & lu par Samuel Labarthe

Mort sur le nil audiolibCe titre d'Agatha Christie est sans doute celui dont j'ai vu et revu le plus souvent l'adaptation TV, à tel point que l'histoire a fini par s'imprimer dans mes petites cellules grises. Je connais l'intrigue, je connais le dénouement, je connais les ruses, je connais les répliques... mais qu'importe. Je signe pour une nouvelle escapade et j'ai pris grand plaisir à voguer sur le Nil en compagnie de ces voyageurs crapuleux (la brochette de personnages est large et croustillante), en plus d'assister à un mélodrame de premier ordre, qui s'avère poignant jusqu'au bout. 

Scandale dans la bonne société anglaise ! La belle et riche héritière, Linnet Ridgeway, vient d'épouser son régisseur, Simon Doyle, auparavant le fiancé de sa meilleure amie, Jacqueline de Bellefort. Le couple convole en justes noces en Égypte, avec l'extrême désagréable surprise de trouver l'amoureuse déchue à leurs trousses. Voilà une attitude fortement désobligeante. Jacqueline se défend d'être jalouse ou haineuse, mais son attitude prouve tout le contraire. Hercule Poirot, lui, est également troublé pour l'entêtement de la demoiselle, dont il avait déjà croisé le chemin à Londres, alors qu'elle se trouvait en galante compagnie et ne cachait rien de ses sentiments amoureux. Pour notre détective belge, c'était assurément une démonstration excessive et préoccupante. Alors que ce joli monde embarque à bord de la même croisière sur le Nil, l'ambiance est aussi lourde de sensualité que de cupidité autour de ce singulier trio. Et le danger gronde...

Un très, très grand roman, admirablement lu par Samuel Labarthe, connu en tant que commissaire Laurence dans Les Petits Meurtres d'Agatha Christie (ou voix française de George Clooney). C'est divinement bon. N'hésitez pas à publier d'autres romans de la Duchesse du crime en format audio SVP !

©1937 Agatha Christie Limited / Éditions du Masque / Éditions Lattès. Traduit par Elise Champon et Robert Nobret

(P)2016 Audiolib :

 

 

 

25/10/18

La Saison des feux, de Celeste Ng

la saison des feux

Les habitants de Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, mènent tous une vie parfaite et soigneusement planifiée, où rien ne dépasse, rien ne déborde. La famille Richardson incarne la réussite sociale et professionnelle, ce qui fascine la jeune Pearl, la fille de leur nouvelle locataire, Mia Warren, photographe désargentée et mère célibataire. Mais la fascination est réciproque, car les enfants Richardson découvrent eux aussi un mode de vie sans carcans et sans pression à travers cette amitié. Dans le même temps, une collègue de Mia se bat pour obtenir la garde de son bébé (abandonné un soir de détresse). Le procès est retentissant, les passions sont toutes déchaînées... Et les répercussions à Shaker Heights plus redoutables et dévastatrices.

Ce roman est stupéfiant, inattendu et captivant. D'une tension dramatique insoupçonnée. L'histoire peut sembler lente car elle se déploie avec mille précautions, distribuant patiemment les cartes d'une partie fébrile, mais où les nombreux non-dits et actes manqués vont également ponctuer les heures précédant la catastrophe... Oui, les étincelles crépitent et l'embrasement est proche. Quand la pression est à son apogée, on retient notre souffle, attendant la suite avec angoisse. Quelle prouesse. Celeste Ng revient sur ses thèmes de prédilection (la famille, la transmission, les racines, l'adolescence, la maternité) et propose une nouvelle lecture bouleversante, qui nous entraîne loin, très loin, sur des sentiers chaotiques, où chaque ramification va se croiser de façon implacable. Rien n'est finalement anodin dans cette histoire et chaque recoupement se révèle d'une manière ou d'une autre poignant et grandiose. Cette lecture est terrible, éprouvante pour son effet domino, mais franchement épatante.

©2018 Sonatine Éditions, traduit par Fabrice Pointeau ("Little Fires Everywhere") (P)2018 Lizzie, un département d'Univers Poche.

Bravo à Micky Sebastian pour son interprétation, c'est un plaisir de la retrouver et d'écouter sa voix forte, sensible et admirablement nuancée pour dresser le portrait d'une société américaine vulnérable et pleine de contradictions.  

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

#Help, de Sinéad Crowley

help sinead crowleyElles se rencontrent sur internet, se connaissent sous des pseudonymes, partagent ensemble les joies et les déboires de la maternité, se racontent des bribes de leurs vies... qu'un individu surveille secrètement, rassemblant méticuleusement les moindres indices pour percer leur réelle identité. Ainsi, ces mamans qui se livrent avec insouciance sur un forum ne réalisent pas (encore) qu'elles sont désormais les cibles potentielles d'un tueur en série. Quand le sergent Claire Boyle, enceinte de six mois, est contrainte de se ménager, elle découvre l'existence du site NetMaman.com et tombe vite accro. Les langues se délient à une vitesse, les confessions sont sans filtre, les masques tombent. Claire elle-même se surprend à suivre les conversations avec ardeur. Yvonne Mulhern y a aussi trouvé son refuge. Venant tout juste de quitter Londres pour la nouvelle promotion de son mari à Dublin, elle se sent seule et désœuvrée, en plein baby-blues. Pourtant, un détail l'intrigue quand l'une des filles du forum disparaît sans crier gare. Serait-ce la jeune femme assassinée qui fait actuellement les gros titres des journaux ? L'enquête est prenante, avec un dénouement inattendu (ou pas). Qu'on se rassure, Yvonne ne va pas jouer les Jessica Fletcher, rôle attribué à Claire, notre policière acharnée, que son mari doit presque ligoter sur son canapé pour qu'elle veille sur sa santé. Ce qui est intéressant, finalement, c'est de retrouver un quotidien banal et des gens ordinaires, des femmes en détresse ou tiraillées entre leur carrière et leur vie de famille, sans oublier l'impact des réseaux sociaux, l'addiction et la nuisance, s'ils sont consommés à l'aveugle. Certes la couverture est vilaine, le roman classique et sans surprise, si ce n'est un bon gros suspense qui tient la route. Cela ne me dérangerait pas de lire les deux autres livres de cette série (déjà publiés en VO).

Le Masque (2018) - Traduit de l'anglais (Irlande) par Emilie Passerieux

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,