05/05/08

Mathématique du crime - Guillermo Martinez

mathematique_du_crimeDans la sereine et studieuse Oxford, alors qu'enfle la rumeur de la résolution imminente du plus ardu problème des mathématiques, le théorème de Fermat, un tueur en série adresse à l'éminent logicien Arthur Seldom de mystérieux messages - fragments d'une démonstration écrite en lettres de sang... Aidé du narrateur, un jeune étudiant à peine débarqué de son Argentine natale, Seldom saura-t-il trouver la clé de l'énigme ? Mêlant adroitement la singulière atmosphère des colleges britanniques, les tourments de la passion, les abstractions de Wittgenstein et de Gödel, les mystères des sectes pythagoriciennes et les antiques secrets de la magie, Mathématique du crime, roman policier de construction classique et pourtant hors normes, nous tient en haleine jusqu'à son dénouement, un magistral acte de prestidigitation. (Présentation de l'éditeur)

Cette intrigue policière conviendra à tous les amateurs des schémas classiques, façon Agatha Christie et consorts. Pendant 260 pages, l'histoire excelle à faire planer le doute, sur un tempo indolent. Les effusions de sang et les courses-poursuites infernales sont inenvisageables, de même l'artillerie lourde des experts en ingénierie ultra-branchée est une entité totalement inconnue. Ici, tout se recoupe par les mathématiques, une science exacte et confuse à la fois, car la démonstration déployée par l'auteur dans ce roman en bluffera plus d'un. Ok, c'est un roman policier très classique, pas révolutionnaire dans son genre, toutefois c'est distrayant et ça fait fonctionner les méninges (non, il n'est pas nécessaire d'être mathématicien pour comprendre la trame du livre !). Et puis, le cadre est splendide : Oxford, vu par les yeux d'un jeune argentin brillant et ébloui, qui ne résiste pas aux charmes de l'Angleterre (et des anglaises). Imaginez John Hurt et Elijah Wood dans la peau des figures principales (le roman a été adapté au cinéma), confrontés à des crimes imperceptibles, selon les termes d'Arthur Seldom, qui découvre qu'un élève chercherait à imiter le maître. Vous obtiendrez une belle ambiance feutrée, un zest de dissimulation, de longs discours savants, pas mal de tendresse, d'élégance et des petites touches de mystère pour toujours laisser planer le doute, bref ce roman permet de réconcilier les adeptes de Conan Doyle et ceux d'Henry James.

Traduit de l'espagnol (argentin) par Eduardo Jiménez - 260 pages - 7.90 €

Nil éditions, 2004. Editions Robert Laffont, 2008. Coll. Pavillons poche.

Mathématique du crime vient d'être adapté au cinéma par le réalisateur espagnol Alex de la Iglesia, à qui l'on doit Mes chers voisins, et le délirant Le Crime farpait, avec dans les rôles principaux John Hurt et Elijah Wood. Crimes à Oxford est sorti dans les salles le 26 mars 2008.


02/05/08

Jaune Caravage - Gilda Piersanti

jaune_caravageRome, automne 2006, la Nuit Blanche bat son plein, la ville est en ébullition. Des torrents de jeunesse se déversent dans les rues et convergent vers le Gazomètre, nouveau symbole des nuits romaines, véritable phare dressé face à la Ville éternelle. Mais l'aube sera sanglante, une jeune fille est retrouvée atrocement mutilée sur les quais du Tibre. La victime s'appellait Eva Ismaïlova, elle avait dix-sept ans, était d'origine slave et vivait seule avec sa mère.

C'était une superbe jeune fille blonde, la fierté de Katja qui est ravagée de douleur d'apprendre la mort de son unique enfant. Mariella et sa coéquipière Silvia avancent à tâtons dans cette délicate enquête. Leur rencontre avec Leonora, la meilleure amie d'Eva, leur laisse entrevoir une autre personnalité de cette délicieuse mais étrange défunte ;  Eva aimait le mensonge, les nuits de débauche, les paradis artificiels et coucher avec des types plus vieux qu'elle. La découverte de l'identité de son amant ne va pas sans relancer une autre piste de cette affaire, qui baigne incontestablement dans l'univers fragile et cruel de l'adolescence, les jeux de dupes et l'amour passionnel.

Quatrième volet des Saisons Meurtrières, Jaune Caravage boucle ce premier cycle avec un brio époustouflant ! De loin, cette enquête de Mariella de Luca est la plus étoffée, la plus construite avec parcimonie, la plus conduite sur du velours. En parallèle, l'auteur nous ouvre les portes de l'intérieur de l'inspecteur, jeune femme de 35 ans, amoureuse de son bel archéologue. Leur relation, jusque-là épanouissante, connaît le creux de la vague, car Mariella se laisse ronger par la suspicion et les doutes, son tempérament volcanique commence à épuiser son compagnon. Bref, qu'est-ce que cela annonce ? Et puis, d'un autre côté, l'histoire va apporter quelques éclaircissements sur des faits mystérieux survenus dans le petit studio de Mariella (cf. Bleu Catacombes), et qui pourraient avoir un rapport avec la disparition du fils de son supérieur, le commissaire D'Innocenzo.

Jaune Caravage est un livre qui boucle une série qui n'a jamais cessé de faire grandir l'intérêt du lecteur, au fil des tomes (quatre, au total) truffés de références culturelles (musique, cinéma, peinture, poésie...). La dernière page tournée reste un crève-coeur, car j'ai personnellement le sentiment que TOUT ne m'est pas conté sur Mariella De Luca et que son histoire personnelle est encore enveloppée par des brumes de secrets et de rebondissements sans fin. Y aura-t-il un autre cycle ? Je croise les doigts.

Jaune Caravage, Gilda Piersanti

Editions le Passage, 2008 - 280 pages - 17€

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

30/04/08

Bleu Catacombes - Gilda Piersanti

bleu_catacombesEté 2003, en pleine canicule, les catacombes romaines battent tous les records de fréquentation... jusqu'à ce qu'un groupe de visiteurs réfugié dans ces chambres froides d'un genre nouveau tombe nez à nez avec une tête coupée. L'horreur ne fait que commencer, puisqu'une autre tête sera retrouvée dans une cabine de bain, à Ostie, là où l'inspecteur Mariella De Luca passe quelques jours de vacances, avec son amoureux. Notre super flic, déjà rencontrée dans Rouge Abattoir, voit ses congés écourtés et rentre d'urgence à Rome pour résoudre ces meurtres en série qui paraissent être la signature d'un inconditionnel de Judith, l'héroïne biblique qui a nourri l'art occidental du fantasme de la décapitation.

Amoureux de l'histoire de l'art et de l'archéologie, installez-vous dans votre fauteuil ! L'intrigue policière, ici présente, va fortement puiser dans ces deux sources d'inspiration pour tisser la toile implacable de cette machiavélique machination. En fait, dès les premières pages, le lecteur est dans la confidence du nom du coupable. L'intérêt, pour la suite, est de savoir pourquoi, quel mobile, quelles circonstances et quelle folie poussent le criminel à décapiter cinq personnes ! De son côté, Mariella est rapidement décontenancée par les événements, n'arrivant pas à trouver le lien entre les victimes : la star internationale du monde de l'art et une paisible directrice d'orphelinat. Elle a deux pistes à suivre : la veuve éplorée, et la maîtresse froide et calculatrice de Max Fegiz.

Ce qui désoriente aussi notre héroïne concerne sa fraîche et éblouissante passion pour un bel archéologue rencontré lors d'une enquête précédente (cf. Vert Palatino), Paolo Ronca. On connaît le parcours sentimental de notre croqueuse d'hommes, sa fragilité à s'attacher et son refus calculé de s'impliquer dans toute relation. Mais son histoire avec Paolo la prend à contre-pied de ses (vains) idéaux. La jeune femme tombe amoureuse, ne peut plus se passer de son amant, et peut-être son enquête en cours souffre de son léger manque de concentration. Pourtant, qu'est-ce qu'on s'attache au personnage de Paolo, qu'est-ce qu'on aime cette idée de passion naissante et prometteuse ! J'aime particulièrement la lecture de romans policiers qui mettent en scène des héros récurrents, dont on suit la vie personnelle qui évolue au fil des épisodes. Gilda Piersanti a saisi cette essence et donne ainsi à sa série des Saisons Meurtrières une autre motivation de s'intéresser à ses romans, en plus de lire une intrigue policière habile et captivante. Bleu Catacombes est le troisième titre de la série. N'hésitez pas !

Bleu Catacombes, Gilda Piersanti

Editions le Passage, 2007 - 250 pages - 17 €

Prix du Polar méditerranéen 2007 - Prix SNCF du polar européen, 8ème édition.

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

29/04/08

La danse des obèses - Sophie Audouin Mamikonian

la_danse_des_obesesUne histoire très yerk, ça vous dit ? Cela se passe à Paris, un premier cadavre est retrouvé, au centre d'une mise en scène sordide mais flippante. Un homme d'une corpulence au-delà de la normale a été la victime d'une extrême barbarie (je vous épargne les détails). Le capitaine Philippe Heart, chargé de l'enquête, tombe des nues. Il s'attendait à mettre la main sur le pédophile fraîchement arrêté et qui s'est fait la malle à l'hôpital. Las, ce n'est pas son homme et l'affaire s'annonce corsée. Quelques jours plus tard, comble de l'horreur, un autre cadavre est découvert et il s'agit une nouvelle fois d'un obèse. Le sang des inspecteurs ne fait qu'un tour : un dangereux maniaque a choisi de faire la peau aux personnes obèses, leur infligeant un supplice écoeurant (les gaver de mets divins, puis les affamer jusqu'à ce que mort s'ensuive). D'après les fichiers de signalement, cinq personnes obèses sont portées disparues. La police sait d'avance qu'une série de crimes commis par un dingue va hanter leurs nuits blanches, faire fonctionner leurs méninges (le type signe ses crimes avec un poème crypté) et qu'il faut mettre fin au début de paranoïa qui frappe les quartiers parisiens (merci la presse d'avoir déballé en gros titre l'existence d'un Obèse Killer !).

Très yerk, je vous le disais ! On pensait Sophie Audouin-Mamikonian auteur reconnue pour la jeunesse grâce à Tara Duncan, on la découvre fascinée par l'horreur et la perversité humaine dans ses moindres détails. Sophie n'aime pas les obèses ?* non. Sophie met en scène un type obsédé par un trauma de l'enfance, qui a choisi de se venger et de s'en prendre à ses cauchemars vivants (les personnes trop grosses). Je n'en dévoile pas trop, le roman s'ouvre déjà sur l'horreur et annonce la couleur : abominable, effrayant et subtilement intelligent. On y croise le supplice d'un enfant, confiné dans un placard, puis, sans lien de cause à effet (dirons-nous), un serial-killer élevé au rang de grand chef cuisinier, fin gourmet. Pour preuve : les titres des chapitres savent mettre en appétit !

Le jour même où il est chargé de l’enquête la plus tordue de sa carrière, le capitaine Philippe Heart tombe amoureux. Apparemment, aucun rapport entre son histoire d’amour naissante et les meurtres atroces qu’il doit élucider. En réalité… Ce détail, donné par l'éditeur, est un excellent appel pour titiller la curiosité. En réalité, le résultat est plutôt mitigé. J'ai trouvé cet aspect sentimental de l'histoire assez gnan-gnan. De même, ce thriller, d'assez bonne facture, se lit agréablement, arrache quelques grimaces de dégoût mais ne laissera pas un souvenir impérissable. L'enquête emprunte très vite des chemins glauques, des embrouillaminis personnels, bref des détails un peu invraisemblables et guère saisissants (pour qui aimerait que ça colle, un peu, avec la réalité !). Il n'en demeure pas moins fort plaisant de découvrir un auteur qualifié dans son registre aux antipodes de son domaine de prédilection ! ... A tenter.

Robert Laffont, 2008 - 308 pages - 20 €

* Pourquoi ce raccourci ? parce qu'elle en parlait déjà ici ...

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

18/04/08

Miss Marple, volume 1 - Agatha Christie

Miss_marplue_volume_1Miss Marple est une jeune novice de soixante-cinq ans quand on la rencontre pour la première fois en 1930 dans L'affaire Protheroe. Elle va devenir au fil du temps une enquêtrice redoutable et la concurrente la plus sérieuse du célèbre Hercule Poirot.

La campagne anglaise est un véritable havre de paix parsemé de petits villages aux cottages si typiques. Ainsi St Mary Mead où vit une communauté tranquille composée de colonels à la retraite, de dames soignées et de vieilles filles à l'existence rangée, du moins en apparence... Car l'une d'elles, Miss Marple, est convaincue du contraire : « Le mal rôde partout ! » Et elle le prouve en observant avec minutie la vie de ses contemporains, leurs qualités et leurs travers. Abandonnant alors son tricot, elle vient prêter main-forte à la police locale ; et ses idées saugrenues mais géniales permettent de résoudre les enquêtes criminelles les plus complexes.

Recueil des premiers cinq romans mettant en scène, de 1930 à 1950, Miss Marple, vieille dame à l'existence rangée, en apparence, qui observe avec suspicion ses concitoyens de St Mary Mead.

J'ai repris l'excellente présentation de l'éditeur, car tout y est : le personnage, le cadre, les enquêtes qui se tricotent comme une écharpe ou un pull, au coin du feu, la tasse de thé pas loin, et les scones au raisin ! Miam. Tout est indémodable chez Agatha Christie, peut-être vieillot et plan-plan pour les amateurs de sensations plus croustillantes. Mais personnellement je trouve qu'il fait bon de regarder en arrière et de se reposer dans cette atmosphère hors du temps. J'aime cette détestable Miss Marple, cette mêle-tout perspicace, discrète comme une ombre, qui fourre son nez dans le linge sale des autres, un rien sainte-nitouche quand elle veut ! Non, ce n'est pas méchant. C'est la petite vieille qui ne paie pas de mine, impeccable pour ne pas attirer l'attention ni éveiller les soupçons, mais la mémé est redoutable ! Sur le petit écran, j'ai appris à l'apprécier sous les traits de l'actrice Joan Hickson, pour la chaîne BBC (3 saisons existantes).

Miss Marple fait sa première apparition dans L'Affaire Protheroe où le corps du colonel P., personnage hautement détesté par ses semblables, est retrouvé assassiné dans le presbytère du narrateur (un pasteur assez fat, qui prend son épouse pour une andouille, à mon goût !). Ce roman a été publié en 1930 et ne devait pas marquer le début d'une série. Et de fait, Miss Marple ne réapparaît qu'en 1942 dans Un cadavre dans la bibliothèque qui est l'une des intrigues les plus connues dans l'histoire policière (un cadavre d'une jeune fille inconnue est découvert dans la bibliothèque d'une maison bourgeoise). Dans La plume empoisonnée, Miss Marple n'intervient que très tardivement dans l'enquête, qui ne se passe pas à St Mary Mead. Very shocking, isn't it ? Cette histoire est comme le vin, elle se bonifie avec le temps. A l'époque, elle passait même pour audacieuse et révolutionnaire ! On y trouve des femmes divorcées, des lettres anonymes qui sèment le trouble dans la petite communauté, une jolie gouvernante amoureuse de son patron, et d'autres figures atypiques, excentriques qui exacerbent les plus folles spéculations ! L'enquête qui suivra, dans Un meurtre sera commis le..., se replace dans le décor de prédilection du petit village anglais près de St-Mary Mead. Une petite annonce a été publiée dans la gazette locale faisant écho d'un meurtre qui sera commis à Little Paddocks le vendredi 29 octobre à 18h30 très précises. Strictement réservé aux intimes, cet avis tiendra lieu de faire-part. Une murder-party, damned ! On retrouve encore une fois dans cette histoire la palette des personnages haut en couleurs (le pasteur et sa femme, les vieilles filles, la jeune femme pauvre ET des réfugiés ! L'auteur se place ici en bonne chroniqueuse des séquelles laissées par la guerre.).

Bref, lire ou relire Agatha Christie, LA reine du roman policier, championne du whodunit, est un ticket pour l'assurance et le confort d'un travail bien fait, bien net et délicieusement guindé. Cela ne fait pas dresser les cheveux sur la tête, ne donne ni suées froides ni nuit blanche, mais c'est sophistiqué, suranné. C'est reposant.

L'intégrale - II -  Agatha Christie : Miss Marple, volume 1.

Editions du Masque, département des éditions Jean-Claude Lattès, 2008 pour la présente édition. 19,90€

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , ,


14/04/08

The Mist (Brume) - Stephen King

the_mistAprès une longue période de canicule insupportable, un violent orage et une tempête s'abattent sur la côté du Maine, où résident le narrateur, David Drayton, son épouse et leur fils de cinq ans. L'accalmie aidant, une soudaine nappe de brume s'installe au large du lac. Elle apparaît dense, blanche, stagnante et persistante. David a un méchant pressentiment et insiste auprès de sa femme pour l'accompagner faire des courses. Mais elle refuse. Dans le magasin du centre-ville, c'est la cohue et chacun semble se jeter sur la dernière boîte de conserve existante. La queue en caisse est interminable, le courant coupé et le groupe électrogène crachote ses derniers ronronnements poussifs. Puis, c'est la pagaille. Un garçon vient les prévenir que la nappe de brume enveloppe toute la ville, elle absorbe tout, telle une redoutable ogresse. Indrédule, la foule s'éparpille, se bouscule, crée un désordre indescriptible, et force est de reconnaître que le gamin n'a pas tort. Cette brume est anormale, assez menaçante et David préfère rester à l'abri dans le magasin. Car très vite, tous ceux cherchant à sortir du magasin sont aussitôt happés par l'inconnu et disparaissent. L'horreur reste encore à venir !

C'est le premier Stephen King que je lis et je n'en suis pas mécontente. Ce n'est pas un livre bien épais (200 pages) mais c'est suffisant pour faire hérisser tous les poils sur les bras. Ce qu'il se passe derrière et/ou dans cette brume est apocalyptique, l'ambiance déjà s'y prête avant d'en savoir plus. Le doute fait craindre, bien avant d'en obtenir quelques explications. Et même alors, on demeure sur ses gardes, absolument abasourdie et estomaquée par ce que la suite peut nous réserver. Certes, le narrateur va s'en sortir car c'est lui qui nous raconte cette histoire hallucinante. Qu'en est-il du reste ? Ce n'est pas forcément l'appel du fantastique et de la terreur qui me plaît forcément, bien que cela participe à l'addiction, mais j'ai été bluffée par l'atmosphère qui règne dans ce magasin où la quasi totalité de l'action se déroule. On sent des êtres paniqués, vulnérables, effrayés devant l'innommable. Et c'est davantage dans leur réaction que peut venir le danger, l'inattendu et le retournement de situation. C'est absolument bien maîtrisé, dirigé d'une main de maître. Oui, assurément Stephen King est un génie du noir, du suspens latent ... et de l'horreur, bien évidemment.

La nouvelle Brume est parue sous le titre original The Mist dans le recueil : Skeleton Crew (Brume en français) et a été adaptée à l'écran par Frank Darabont (La ligne verte, Les Evadés). Sortie française : février 2008.

The Mist (Brume), par Stephen King.

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Serge Quadrappani.

Editions Albin Michel, 1987, 2008 pour la présente édition. 14€

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

07/03/08

Rouge abattoir - Gilda Piersanti

rouge_abattoir_1Le quartier chic et paisible de Testaccio à Rome est de nouveau frappé par un crime horrible : le corps d'une jeune femme mutilée a été retrouvé dans son appartement. Il s'agit d'une troisième victime dans ce petit coin branché de Rome, la presse pense aussitôt à un serial-killer, mais le commissaire D'Innocenzo refuse cette hypothèse. Pour l'heure, il doit accepter l'arrivée d'une super flic, l'inspecteur principal Mariella De Luca, pour l'aider à boucler cette enquête qui met à cran les grosses têtes haut placées.

Mariella est une jeune femme efficace, qui va aussitôt mettre le pied à l'étrier et entrer dans le vif du sujet. Elle fait la connaissance de Tecla Tittoni, une caissière de cinéma, et de son frère Alberto, qui est le projectionniste. Ce couple lui laisse une impression étrange, le garçon est un coureur de jupons, la fille est hautement détestée dans tout le village. De plus, ils semblent avoir tous deux connu les victimes de Testaccio. Alors, de manière peu orthodoxe, Mariella va procéder à une enquête sur le terrain, passant outre les règles d'usage, en s'invitant chez les Tittoni ou en appréhendant un autre individu louche lors de ses promenades nocturnes, et en solitaire.

C'est un roman policier qui appartient à ce genre qui nous plonge dans une intrigue correcte et qui nous fait pénétrer dans l'intimité des personnages. Ici, nous apprenons à mieux connaître l'inspecteur Mariella De Luca et ses nouveaux collègues, surtout parce que Rouge Abattoir appartient à la série des Saisons Meurtrières (trois titres suivent) et que nous allons ainsi pouvoir suivre l'évolution de toute la clique. L'auteur Gilda Piersanti est italienne mais vit en France depuis vingt ans, c'est en français qu'elle a écrit son texte mais situe son action dans la Ville Eternelle. Cadre superbe et fascinant, Rome est ensevelie sous la neige et apporte cette atmosphère frileuse et angoissante, nécessaire à l'intrigue. Celle-ci, assez hasardeuse en cours de lecture, après un début fracassant, connaît un sursaut de rebondissements dans les derniers chapitres. Belle entrée en matière, pour une série qui s'avoue convaincante !

Editions Le Passage, 2003 /

rouge_abattoirPocket, 2008. - 277 pages.

La série des Saisons Meurtrières comporte :

  • Rouge abattoir (2003)

  • Vert Palatino (2005)

  • Bleu Catacombes (2007)

  • Jaune Caravage (2008)

 

Posté par clarabel76 à 08:05:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

06/03/08

L'alchimiste assassiné - Fidelis Morgan

alchimiste_assassinePerruque déplumée de guingois, visage barbouillé d'une épaisse couche de fards commençant à dégouliner, lady Anastasia Ashby de la Zouche, baronne Penge, comtesse de Clapham, est en prison pour dettes, et pas pour la première fois. Elle doit à son droguiste la peccadille de six shillings, et le misérable a eu la témérité de l'assigner en justice. Les temps ont changé depuis l'intronisation de Guillaume d'Orange, venu de Hollande instaurer la monarchie parlementaire ; la société anglaise est devenue de plus en plus obsédée par l'argent, le profit et la richesse, même Madame la comtesse, âgée de soixante ans, a dû se lancer sur le marché du travail pour survivre. Après une courte carrière dans l'écriture de tragédies héroïques, sous le nom de plume du Galant Ethéré, lady Ashby a ensuite choisi de se tourner vers le journalisme, glanant des bribes de cancans fielleux ou rédigeant des diatribes contre les charlatans, les dernières modes, les nouvelles pièces. Sa mauvaise fortune voulut que le jour où le recouvreur de dettes vint frapper à sa porte, la comtesse se trouvait entre deux contrats. Sa bourse était par conséquent des plus plates.

Qu'elle n'est pas la surprise de lady Ashby de la Zouche, lorsque dans la prison de Fleet, elle tombe nez à nez avec une drôlesse prénommée Alphiew, son ancienne suivante qui disparut sans prévenir avec son argenterie et Monsieur le comte, bien des années auparavant ! Son sang ne fait qu'un tour, elle bondit sur l'ingrate et demande des comptes, mais Alphiew parvient à s'échapper de Fleet, récupérant le contrat en or promis à la comtesse par Monsieur Cue, responsable de presse. La jeune fille n'est pourtant pas mauvaise, puisqu'elle va parvenir à obtenir la libération de sa bienfaitrice, se disculper des accusations injustifées, proposer une collaboration contre le gîte et le couvert à Anglesey House, l'hôtel particulier de German Street, dans les quartiers chics. La façade est galante, or l'intérieur fait peine à voir. Seul Godfrey, l'ancien palefrenier, un misérable vieux coquin, est resté au service de la dame, même après que le cheval fut vendu, et qu'il n'y eut plus eu d'argent pour les payer !

La liberté étant une chose précieuse, la survie en est une autre. Lady Ashby et Alphiew comprennent que l'argent manque et acceptent avec empressement la proposition d'une femme mystérieuse, bien vêtue et élégante, portant capuche pour dissimuler son identité. Il s'agit en fait d'une dénommée Mme Wilson, qui soupçonne son époux, Beau, de lui être infidèle. Elle embauche la comtesse et sa suivante pour espionner les faits et gestes du mari présumé volage. Malheur ! cette mission, finalement pas si anodine, plonge nos deux donzelles dans un fichu pétrin ! Lady Ashby est prise sur le fait : la cheville foulée d'être tombée sur le corps de Beau Wilson, le bustier et les gants dégoulinants du sang de la victime ! Accusée de meurtre, la comtesse est arrêtée et envoyée en prison. Alphiew se sauve mais n'abandonne pas sa maîtresse, pour elle l'enquête doit continuer !

Quelle aventure truculente ! Fidelis Morgan a lancé une série fort sympathique, surtout portée par son duo de personnages atypiques et attachants, Lady Ashby de la Zouche et Alphiew. L'une est fantasque et un peu folle, l'autre n'a pas de culture mais percute en moins de deux, bref elles n'en perdent pas une miette dans ce Londres puant et mystérieux, à courir à toute berzingue, dans les ruelles sombres et dans le quartier d'Alsatia, où vivent tous les criminels à l'abri des poursuites de la loi, se rendent chez les apothicaires, et rusent auprès d'Isaac Newton en personne pour chercher le moindre indice et démasquer le coupable. Ce sont deux tornades, perruques de traviole, le teint un peu défraîchi, mais fortes en culot, pétillantes et toujours pleines d'allant. Elles nous entraînent dans une foisonnante et palpitante pochade libertine, qui fait revivre toute la trivialité londonienne du XVIIème siècle.

Labyrinthes, 460 pages. Traduit de l'anglais par Denyse Beaulieu.

A aussi été lu par Chimère

  • Existe aussi :  Les reines rivales (Labyrinthes, 2007)

Posté par clarabel76 à 07:50:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/03/08

Jane Austen et le révérend - Stephanie Barron

jane_austen_et_reverendQuittant Bath pour la ville de Lyme, la famille Austen est victime en chemin d'un accident qui blesse gravement Cassandra, la soeur de Jane. Cette dernière s'arme de courage et se rend vers la propriété la plus proche, High Down Grange, réputée pour être peu hospitalière. Et effectivement, le propriétaire des lieux, Geoffrey Sidmouth est rustique, bourru, agacé par cette arrivée à l'improviste. Il consent toutefois à venir en aide à Jane et sa famille et les héberge quelques jours chez lui. L'activité dans cette maison est intriguante, et éveille quelques interrogations chez Jane. Il y a d'abord la cousine du gentilhomme, Séraphine LeFèvre, une beauté éthérée un brin mystérieuse, qui est originaire de France. Assez effacée, elle sort peu de la maison ou se promène la nuit avec une lanterne de forme curieuse et vêtue d'une pèlerine rouge.

Le contact avec Sidmouth ne s'est pas fait sans mal, mais Jane a su lui tenir tête et peut-être cela a-t-il influencé dans l'attitude du gentleman pour les jours suivants. Galant et guindé, il adopte un port assez froid, tout en se montrant très prévenant auprès de Jane et sa famille. C'est lui qui débauche le médecin, Mr Dagliesh, pour soigner Cassandra, lui qui conduira les Austen chez Mr Crawford sur son site de fouilles, et pourtant le ton badin semble faux dans le coeur de Jane (qui ne peut s'empêcher de palpiter un peu plus fort). Elle se méfie de l'homme, donnant foi aux ragots qui courent à son sujet. On murmure un tas de choses à Lyme, sur un prétendu Révérend et sa clique, sur la demoiselle Séraphine et sur des activités illégales livrées la nuit sur la plage. Jane a aussi fait la connaissance du capitaine Fielding, qui lui confie instantanément ses soupçons sur Sidmouth qu'il juge être le Révérend, un pilier de la contrebande entre la France et l'Angleterre.

Fielding, qui se dit à la solde des Douanes, voudrait démasquer ce brigand et remporter ainsi la bataille sourde qui gronde entre Sidmouth et lui, dans laquelle Séraphine joue un rôle important. Aucun des concernés n'est prêt à dévoiler le fond du problème, au nom de l'Honneur, mais Jane est bien décidée à mener jusqu'au bout sa petite enquête toute personnelle. Il lui est impossible de réfléchir autrement, incapable de terminer son manuscrit en cours (Les Watsons). Alors la jeune femme use de son sens de la répartie, de sa capacité de jugement et de sa perspicacité toute féminine pour écouter, questionner, sonder, allant même jouer les héroïnes à la Mrs Ann Radcliffe en errant le soir sur le Cobb ou dans une caverne isolée sur la plage...

jane_austen_et_le_reverend_2Que dire sur ce roman d'une Austenite convaincue, passionnée au point d'imprégner son récit du style de son idole (sans parvenir à l'égaler, on s'en doute), mais travaillant avec soin ce souci du détail, de la formule et du contexte avec un aplomb remarquable ?! Stephanie Barron est réellement parvenue à faire illusion, surtout durant les premiers chapitres de son histoire. Elle dépeint une Jane Austen vive, intelligente, pointilleuse et sensible au charme d'un gentleman inquiétant et fort séduisant par toute cette part de mystère qui l'entoure ! Je me dois de reconnaître avoir beaucoup pensé que c'était tout de même drôlement romanesque, dans le fond. Le gentleman arrogant, réputé mauvais bougre, suspecté d'être le fameux contrebandier qui sévit sur la côte, et qui fait battre le coeur de notre demoiselle... l'action où se mêlent le goût du sel marin, les tempêtes, la chasse entre les troupes des Dragons et les bandits en pleine nuit, et une héroïne au coeur de l'intrigue, cheveux au vent, et une séduction qui connaît son acmé !... Il ne faut surtout pas se méprendre, ce genre de roman n'est pas un pastiche de l'oeuvre de Jane Austen. L'écrivain est ici utilisé en tant que personnage principal, et Stephanie Barron a beaucoup respecté la personnalité de la dame, bien cadré le décor, beaucoup lu les biographies et a su baliser son sujet. C'est un zéro faute sur cet aspect, et personnellement j'ai beaucoup apprécié cette part d'imagination. On ne pourra reprocher à Mrs Barron d'avoir spolié Jane Austen, ni d'avoir fait affront au personnage. Et il me semble, alors, que lire les enquêtes de Jane Austen par Stephanie Barron n'est qu'une simple invitation au divertissement littéraire et historique, dans une ambiance élégante et racée, avec une enquête pas extraordinaire, mais tout à fait potable (saluons que le couperet ne tombe qu'au dernier chapitre, et pas un soupçon avant !). Pour toutes ces raisons, j'ai été séduite et je suis prête à poursuivre cette belle lancée.

A signaler, cependant, que ce tome n'est pas le premier de la série, il s'agit en fait de Jane Austen à Scargrave Manor, paru étrangement l'année d'après en France. L'auteur y fait quelques allusions dans ce livre, et c'est bien dommage ce léger couac. Il faut donc considérer, à ce jour, l'ordre de publication en France des oeuvres de Stephanie Barron, comme suit :

  1. Jane Austen à Scargrave Manor  (1998)

  2. Jane Austen et le révérend   (1997)

  3. Jane Austen et l'Arlequin  (2000)

  4. Jane Austen à Canterbury  (2001)

  5. Jane Austen et la sorcière du Derbyshire  (2003)

  6. Jane Austen et le prisonnier de Wool House  (2006)

  7. Jane Austen et les fantômes de Netley  (2007)

  8. Jane Austen et l'héritage du comte  (2008)

* Les dates de publication correspondent aux sorties françaises.

Labyrinthes - 400 pages - Traduit de l'anglais par Corinne Bourbeillon.

Le site de l'auteur : http://www.stephaniebarron.com

04/03/08

Les portes du sommeil - Fabrice Bourland

portes_du_sommeilDeux ans après leur premier exploit rencontré dans Le fantôme de Baker Street, les détectives Singleton et Trelawnay ont choisi de faire une pause entre deux enquêtes. Andrew se rend à Paris pour résoudre l'étrange mystère qui plane autour du suicide - présumé - de Gérard de Nerval. Là, il est approché par le commissaire Fourier de la Sûreté Nationale sous prétexte d'une affaire débusquée par un journaliste qui a fait le rapport entre la récente mort du marquis de Brindillac et celle du poète Pierre Ducros survenue quelques mois plus tôt. Tout deux ont été emportés dans leur sommeil, avec un masque d'effroi sur le visage. Ces deux cas ont, de même, en commun d'avoir croisé sur leur chemin un singulier bougre au regard sidérant. L'individu se couvre de postiches et de patronymes différents, difficile de mettre la main dessus.

Cette affaire du « Sommeil qui tue » prend un pas dans l'étrange, car Andrew Singleton est lui-même frappé de rêves hallucinatoires où une jeune femme blonde, à la beauté extraordinaire, lui communique des messages de prudence et des conseils sur l'enquête à tenir. Avec son acolyte James Trelawney, il s'embarque donc à bord de l'Orient-Express pour la destination de Vienne, où nos deux détectives espèrent comprendre la signification des Portes du sommeil, évoquées lors d'une réunion de la Société Métapsychique à Paris.

Le surnaturel rejoint vite les ficelles de cette enquête, qui me semble plus étoffée que dans Le fantôme de Baker Street, mais à la rigueur ceci n'est qu'un détail auquel j'attache très peu d'importance ! J'aime tellement l'ambiance de cette série policière, où la littérature sert d'indices pour démêler les faits crapuleux. Ici nous croisons le surréalisme avec André Breton à la terrasse du Café de la place Blanche, et nous approchons Gérard de Nerval au sommet de la tour Saint-Jacques. Si le spiritualisme était à l'honneur dans le 1er tome, il s'agira davantage de la signification des rêves dans ce livre. C'est prenant, très bien écrit, le tout dans une ambiance des années 30 merveilleusement repeinte, on s'y croirait ! Une fantastique invitation, que je vous engage à découvrir !

10-18, coll. Grands Détectives, 250 pages.

A lire : interview de Fabrice Bourland

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , ,