04/09/07

Pavillon noir - Thibaut de Saint Pol

Pavillon_noirCyril est un génie. Le pirate le plus aguerri des temps modernes. Depuis son repaire de Marchenoir, il sillonne nuit et jour un océan infini, pillant les ordinateurs désarmés, envoyant par le fond les programmes de ses rivaux. Sa course est une guerre impitoyable, mais Cyril, sûr de sa puissance, s'apprête à semer le chaos. A l'échelle planétaire.
Mais d'où viennent les voix qu'il entend derrière sa porte, cette impression d'être épié ? Et cette présence féminine ? Quelqu'un menacerait-il de faire échouer le grand projet qui est le sien ? (4ème de couverture)

Voilà les 60 premières pages du roman, le reste vous le découvrirez en lisant ce livre ! Car "Pavillon noir" est un thriller, français, élégant et froid. A l'image de son jeune héros, Cyril, le cyber-pirate. Insensible et calculateur, ce garçon de vingt ans n'en tient pas moins un monologue envoûtant. Le lecteur entre vite dans la confidence de son projet fou, de même qu'en reculant de quelques pas, il assiste à un autre étrange ballet.
Car en marge du flux insensé, un autre pion s'est glissé dans la toile. Je préfère réserver la surprise au lecteur sur son identité (toutefois, j'ai constaté que certains websites dévoilaient l'info, dommage je trouve !). En ne sachant rien, le lecteur pourra ainsi gagner beaucoup en duperie et séduction ! Progressivement, au coeur de l'histoire, un passionnant face-à-face entre l'observé et l'observant s'installe. Qui est qui ? ... Je persiste à croire que, moins on en sait, plus on peut apprécier ce roman ! La surprise est de taille. On plonge dans la folie d'un cyberpirate, on décrypte son combat, on regarde par-dessus son épaule ses vils agissements, récoltant une bonne couche de paranoia au passage. Puis, on assiste à un autre complot, à une mise en place tout aussi rusée et intelligente. A la fois, confusion et fascination se donnent la main pour enchanter le lecteur !  Et même si la fin est un peu prévisible, le roman est foncièrement captivant. Ambiance noire, délicieusement énigmatique, avec des personnages bien campés, et un scénario efficace.  Ça se lit très vite !
Intéressante découverte, pour ma part.

Plon - 222 pages - En librairie Août 2007.

** Rentrée Littéraire 2007 **

Site de l'auteur : www.thibaut-desaintpol.fr

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


31/07/07

La chambre des morts - Franck Thilliez

Chambre_des_mortsUne nuit de décembre, dans la région dunkerquoise, deux potes un peu pétés d'alcool décident de tagger des locaux avant de rouler à toute berzingue, phares éteints, dans la zone industrielle.
En chemin, la voiture heurte un corps. Amoché et zigouillé net, l'inconnu avait près de lui un sac rempli de billets. Pas moins de deux millions d'euros en coupures de cent !
L'aubaine pour ces deux fauchés, licenciés de leur job d'informaticiens et qui pointent au chômage depuis des mois.
Alors Vigo et Sylvain prennent la décision de garder les sous, de planquer le corps et de rentrer chez eux sans rien dire de cette horrible mésaventure.
Cependant, cet acte inconsidéré sera aussi la déclaration de mort pour une petite fille aveugle, retenue en otage par un monstre ignoble. Et bientôt, une autre fillette va être enlevée.
S'agit-il d'une signature macabre par le même tortionnaire ? Et nos deux lascars du début, pétris de remords seront-ils ?
Voici en quelques lignes la recette du polar français qui n'a pas à rougir car dans le genre thriller implacable le Monsieur se pose là ! Franck Thilliez est un grand malade du bocal ! Où puise-t-il cette inspiration ? Ambiance morbide, misère humaine et sociale, paysages rigoureux ... "La chambre des morts" a l'avantage d'être efficace dans son genre mais incroyablement inquiétant dans un autre sens.
Beaucoup de noirceur, des âmes putrides, une atmosphère glauque, une enquête nébuleuse, et pourtant le lecteur est entraîné du début à la fin. Le personnage de l'inspectrice Lucie Henebelle reste toutefois sympathique et touchant, c'en est presque un soulagement dans ce tas d'immondices !
On sort de cette lecture soulagé d'être à la fin. Vivant.

Le passage, 2005 - Pocket, 2006 - 340 pages.  Cet ouvrage a reçu le prix des lecteurs Quais du polar.

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

28/07/07

Brume de chaleur - Chuck Logan

Brume_de_chaleurPar un mois de juillet caniculaire à Stillwater, Minnesota, le corps d'un prêtre est retrouvé assassiné dans son confessionnal. Ce crime porte la marque du vengeur masqué surnommé Le Saint. La police soupçonne l'un des leurs, Harry Cantrell, d'être ce redresseur de torts qui remporte un succès populaire en zigouillant tous les types suspectés de pédophilie dans le comté. Le shérif fait alors appel à Phil Broker, un ex-flic spécialisé dans les missions d'infiltration, pour approcher Harry, lui tirer des informations sur le Saint avant de l'envoyer en cure de désintoxication.
Car Harry et Broker sont de vieux camarades mais la mort de Diane Cantrell a brisé cette amitié, l'un accusant l'autre d'être responsable du crime affreux qui a coûté la vie de l'épouse. Depuis Harry a plongé dans l'alcool, son comportement a sombré en conséquence.

L'intrigue du roman prend alors plusieurs pistes. Il y a d'un côté cette chasse à l'homme entre Broker et l'ancien ami, une quête vicieuse et chaloupée où Harry se montre plus vif et malin que son alter ego. Puis vient l'enquête sur l'identité du Saint, plus ou moins liée à la recherche précédente, car Broker soupçonne Harry de détenir des pièces cruciales au puzzle sanglant. Ceci menant inévitablement aux scènes des crimes commis sans état d'âme, dans la peau du tueur qui piste ses proies et brouille l'enquête.

"Brume de chaleur", dans son cadre de petite ville languide et qui somnole sous la chaleur accablante, se veut finalement un roman plus opaque, plus lourd et définitivement plus noir. L'ambiance est sombre, l'écriture de Chuck Logan terriblement âpre et le problème soulevé fait froid dans le dos. Dans une Amérique blindée par son système judiciaire à double tranchant, la société tend à se réveiller vers une triste réalité : face à une violence croissante et à des crimes horribles, l'homme décide de plus en plus à faire justice lui-même.
Un roman plus noir que noir, en somme. Avec des personnages comme Phil Broker qu'on retrouve dans "Presque veuve", précédemment paru. Grande habileté dans l'intrigue, le suspense et l'exposition d'une peinture à la fois sinistre, réaliste mais jamais démoralisante.
Se lit d'une traite.

Editions du Masque - 356 pages. Traduit de l'américain par Aurélie Tronchet.

Posté par clarabel76 à 16:15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

07/07/07

Le crime du corbeau ~ Mary London

"Le crime du corbeau" rappelle les bonnes vieilles intrigues policières imaginées par Agatha Christie : tout semble y coller à merveille. Le personnage central, Sir Malcolm Ivory, aristocrate débonnaire et perspicace, très carré dans son raisonnement et ses principes... Autour une enquête menée sans tambour ni trompette avec une flopée de suspects qui jamais n'exultent d'être la cible d'investigations plus ou moins poussées. On s'y croirait : le bon vieux temps de Miss Marple ou d'Hercule Poirot ... Mary London, aujourd'hui sexagénaire, semble avoir mis entre parenthèses l'évolution criminelle et ses acteurs plus ou moins crapuleux. L'auteur préfère nous plonger dans un univers aseptisé, aux côtés de l'aristocrate enquêteur, elle s'intéresse au milieu de la Haute Société. Dans "Le crime du corbeau", le très sélect Club des Scriveners (auteurs et bibliophiles réunis) est visé par un mystérieux Vengeur qui envoie des lettres à chacun des membres en les accablant tour à tour. Sir Malcolm Ivory décide de mener une enquête discrète car il soupçonne l'un des membres d'être le fameux Corbeau. Aussi pendant les 3/4 du texte, on suit l'homme dans sa scrupuleuse (mais légère) investigation. Pas une goutte de sang, pas d'affrontement, jamais de menaces corporelles ou verbales, "Le crime du corbeau" se veut résolument soft. Et à la sauce Agatha Christie, on réunit l'assemblée des suspects pour désigner le réel coupable en fin de roman.
Autant dire que Mary London souhaite renouveller avec un genre d'un autre temps, sans prendre de risques. Pas de surprise au tournant, on reprend les mêmes ingrédients et on signe. Un poil trop basique, presque décevant.

juillet 2004

Posté par clarabel76 à 15:50:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26/06/07

En des lieux désolés - Kay Mitchell

en_des_lieux_desolesA Malminster, la gente féminine court un grave danger depuis qu'une série de meurtres frappe la communauté, s'en prenant à des jeunes filles rentrant seules le soir. Trois filles ont été surprises, la quatrième est retrouvée in extremis sur le pas de sa porte. Il s'agit de la fille aînée de l'inspecteur chef Morrissey !

C'est donc le deuxième titre que je lis de Kay Mitchell et le deuxième dans l'ordre de publication, après "Un si joli village". On y retrouve John Morrissey et son équipier Neil Barrett sur les sentiers sordides de cette enquête criminelle, aux trousses d'un serial-killer qui semble jouer avec les nerfs de l'inspecteur.
En plus de son habileté à mener son histoire, Kay Mitchell parvient à instaurer une ambiance de plus en plus attachante grâce à ses personnages. Morrissey est un homme marié, accaparé par son boulot, qui s'en veut d'oublier l'anniversaire de mariage alors que son épouse s'y est appliquée depuis des mois. Et Barrett est un cavaleur, un intrépide prêt à boucler toutes ses affaires (criminelles et sentimentales) en un tour de main. Sans cesse taquiné par son supérieur, Barrett doit se mordre l'intérieur de la joue pour ne pas exploser et s'appliquer dans son travail, surtout quand il essuie les foudres de son chef, excédé de ne pas être à la hauteur dans son propre foyer !

Bref, une enquête bien menée, un schéma classique, mais un suspect pas facile à appréhender (ni même à deviner pour le lecteur !), "En des lieux désolés" (référence au poème d'Eliott) est donc une lecture tout à fait indiquée pour se détendre et activer ses neurones au service de crimes exercés par un maniaque sexuel ! Jamais glauque ni morbide, ce policier est fort sympathique, et saupoudré avec un peu d'humour british !
A découvrir.

250 pages - Librairie des Champs-Elysées, coll. Labyrinthes. Traduit de l'anglais par Florence Vuarnesson. Titre vo: In stony places.

J'en profite pour tirer mon chapeau car les 4ème de couverture dans cette collection sont toujours très bien rédigées. Encore pour exemple : Pour un mannequin en quête de célébrité, figurer en page trois du Sun peut faire office de tremplin pour la gloire. N'est-ce pas sur cette célèbre planche que s'étale leur vérité... toute nue ? Mais les stars le savent bien, le vedettariat n'entraîne pas que des avantages. Gail Latimer, faisant fi des conseils de prudence de ses proches, a exposé ses charmes aux yeux de tous. C'est hélas à la seule vue du médecin légiste qu'elle dévoile son cou marbré de bleu. L'admirateur qui l'attendait dans le sous-bois près de son domicile a également étranglé deux autres jeunes femmes dont le plus grave défaut était sans doute une beauté... sans défauts.

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


21/06/07

Les papillons noirs ~ Jean Baptiste Baronian

"Les papillons noirs" donne l'illusion d'un vieux polar des années 50, Bogart vieillissant, un vieil imper défraîchi sur le dos, et dans le rôle de ce privé un peu manqué, Stevens. Le roman s'ouvre sur un rendez-vous avec une ancienne maîtresse, Diane, qui recherche son mari Franck, disparu depuis treize jours. La femme est inquiète, tente de comprendre ce mystère et charge Stevens de mener une enquête discrète. Les deux anciens amants vont ainsi discuter de toutes les éventualités réservées au sort de Franck, ce mari que Diane avouer détester malgré tout. Stevens et Diane vont de bistro en brasserie parler, éluder, se mémorer un temps qui ne sera plus. Tour à tour, Stevens envisage une escapade amoureuse, un kidnapping, une fuite à l'étranger, un décès accidentel... mais Diane réfute chaque proposition. Progressivement la jeune femme apparaît énigmatique, évasive, soupe-au-lait et amère. Elle fume des cigarettes à la menthe, boit du vin et s'emporte contre la foule, les intempéries et le temps qui ne change pas les gens. Bref, "Les papillons noirs" nous baigne dans un temps ancien, une époque surréaliste, nous balade dans les rues de Bruxelles et nous fait suivre un personnage décadent, désabusé et paumé. L'issue du roman est assez surprenante, après un passage qui frôle la fantasmagorie, et accentue son côté sombre et mystérieux. C'est une lecture captivante, au tempo soutenu, avec un côté suspense lancinant. Un agréable moment en perspective.

juin 2004

Posté par clarabel76 à 15:57:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14/06/07

Un si joli village - Kay Mitchell

Quatrième de couverture
Aux yeux du visiteur non averti, Little Henge ressemble à ces milliers de villages anglais bien tranquilles. Le pasteur y croise la postière, l'épicier salue ses clientes fidèles et tout ce petit monde semble destiné à couler des jours paisibles.
Mais au pub du village, les langues se délient plus souvent qu'à leur tour. Après quelques pintes, chacun livre avec satisfaction des informations sur la vie privée de son voisin.
Et c'est tout bénéfice pour les bavards quand un ragot salé agrémente la conversation.
Justement, un mari présumé fidèle vient d'être séduit par la femme fatale du village. Il n'en faut pas davantage pour secouer ce si joli village et conduire un de ses paisibles concitoyens au meurtre...

un_si_joli_village

Voici un bien sympathique roman policier, bien ancré dans les clichés du petit village anglais, des commères, des notables irréprochables en apparence, et pourtant une série de meurtres va être commise, ébranlant sérieusement la sérennité de cette communauté.
Avec son intrigue bien ficelée, ses personnages affables et sa très jolie couverture, le roman de Kay Mitchell procure un agréable moment de lecture. Je ne connaissais pas du tout l'auteur et je ne sais pas non plus si ce titre s'inscrit dans une série, toutefois l'inspecteur principal Morrissey et son sergent Barrett forment une équipe qui gagne à être connue et retrouvée.
A suivre, donc. La lecture d'autres romans de Kay Mitchell coule de source.

Labyrinthes / Librairie des Champs-Elysées - 287 pages. Traduit de l'anglais par Isabelle Maillet.

Posté par clarabel76 à 21:30:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

10/05/07

A la morgue, et autres histoires noires - Dashiell Hammett

A_la_morgueDashiell Hammett a véritablement créé le genre du roman noir où on croise bandits, détectives, policiers corrompus, femmes fatales dans un chassé-croisé sans scrupule, où l'on brasse les crimes variés (vol, escroquerie, meurtre, vengeance, arnaque ou braquage). L'ambiance est lourde, accentuée par des dialogues tracés au peigne fin. On en sort généralement fasciné et admiratif, car Hammett avait ce "truc" de la formule tranchante et pouvait exceller avec ses issues brillantes et étonnantes !
On retrouve dans quelques-unes des dix nouvelles composant ce recueil le célèbre détective de la Continental Agency, l'homme dont on ne connaîtra jamais le nom et qui parle peu mais n'en pense pas moins.
J'ai beaucoup aimé cette atmosphère d'une Amérique fragilisée et déséquilibrée par son climat instable, un tableau des années 20 assez réaliste. La femme arbore même des atours admirables (courage, rouerie et intelligence) dans cette société en pleine mutation.
Ces dix textes ont été écrits entre 1922 et 1925 et figurent parmi les premières histoires de Dashiell Hammett, toutes destinées à paraître dans des journaux et magazines. On y rencontre une Femme d'aventurier, Le chapeau noir dans la pièce obscure, Le salaire du crime, La barbier et sa femme, Itchy le bienséant, L'ange du second étage, A la morgue, Quand la chance vous sourit, L'homme qui tua Dan Odams, Un inconnu dans la maison.
Beaucoup de finesse au service des intrigues crapuleuses, noires mais percutantes, une sombre ambiance étouffante mais qui renvoie à de belles heures du Roman Noir par excellence !

Editions La Découverte, coll. Culte fictions / 190 pages, avec introduction de Jean-Claude Zylberstein. Une préface et une bibliographie établies par Natalie Beunat, auteur de Dashiell Hammett : parcours d’une œuvre (Encrage, 1997), ainsi qu’une chronologie de Marie-Christine Halpern permettront de mieux comprendre la vie et l’œuvre de l'auteur de la Clé de verre et du Faucon maltais.

  • Encore plus de Noir comme Polar, cliquez sur cette adresse.

  • ... et quelques extraits en clichés (agrandissez l'image en cliquant dessus) :

IMGP4525

IMGP4528

04/05/07

Ceux qui vont mourir te saluent ~ Fred Vargas

Plaisante fut la lecture de mon premier Fred Vargas. Décidée à connaître cet auteur de policiers très en vogue, je me suis lancée avec "Ceux qui vont mourir te saluent". Efficace, élégant et détaché, le style de Vargas fait mouche. L'auteur réussit à nous entraîner vers des impasses avant de nous reconduire vers d'autres issues qui sèmeront le doute dans l'esprit du lecteur. N'est pas suspect le coupable désigné !..
Autre point fort: les personnages. Entre le trio déjanté des jeunes Claude, Tibère et Néron, le débonnaire inspecteur Richard Valence, la subliminale Laura Valhubert, le richelieu Lorenzo Vitelli, et la petit brochette d'électrons libres... Fred Vargas combine une formule qui marche. Dandysme, cynisme, meurtres, intrigue, suspense et dénouement presque blasé.
Rien n'est sensationnel dans ce roman policier, mais c'est très attachant. L'écriture est poétique, l'histoire basique, les héros malgré eux et l'analyse psychologique qui prévaut le crime sanguinolent, les coups de feu et autres poursuites infernales dans ces rues de Rome.
Convaincue, oui je le suis !

mai 2004

Posté par clarabel76 à 14:57:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02/05/07

Autobiographie d'une tueuse ~ Brigitte Kernel

Roman policier, "Autobiographie d'une tueuse" rassemble les mémoires d'une super-mamie de 82 ans dont la présente aventure débute en regardant l'émission de télévision "Retrouvailles" (un vague Perdu de vue présenté par Jacques Pradel...). Un couple de Nigauds (comme elle les surnomme) lance un appel de recherche: celui de retrouver sa mère qui a accouché sous X... Aussitôt, les souvenirs d'Eugénie remontent à la surface, elle téléphone et dit que c'est elle, la mère de ce Nigaud.
Bref, les événements ne font que commencer car réellement mère, l'est-elle ou pas?.. Et puis, la confession de ses "petits meurtres entre nous", de ceux qu'on commet pour éliminer ceux qui nous gênent.. une voisine presque centenaire, un mari, un fils, une meilleure amie envahissante.. Décidément, la vie d'Eugénie est parsemée de cadavres !
Mais tel est pris qui croyait prendre, car de fil en aiguille les masques tombent.. N'est pas victime qui veut !

Ce roman de Brigitte Kernel ne remplit pas les grandes lignes et règles des romans policiers, toutefois il nous captive par les révélations doucereuses que délivre le personnage central dans ses cahiers dédiés à son mari disparu. L'héroïne est une grand-mère ahurissante et qui répond au nom d'Eugénie Grandet, "un vrai personnage de roman". Mais les deux Eugénie n'ont en commun que leur nom car cette Eugénie introduite dans "Autobiographie d'une tueuse" n'a rien d'une sainte !
Ecrit assez allègrement, ce roman se lit rapidement, si ce n'est le rythme qui semble s'essoufler en cours de route avant d'aboutir sur une touche finale décapante. En somme, un petit roman agréable.

mai 2004

Posté par clarabel76 à 14:47:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]