22/01/20

Le Troisième Jumeau, de Ken Follett

Le Troisième JumeauVoici donc un roman de Ken Follett initialement paru dans les années 90 ! Oui, ça se sent... (on parle de disquette d'ordinateur). Ah, ah. Et puis les réflexions mesquines sur les hommes, sur les femmes, c'est tellement misogyne, tellement banal. De toute façon, les personnages sont lamentables. Tous. Entre la brillante chercheuse en génétique, le séduisant étudiant en droit et les méchants pourris jusqu'au trognon, on nous joue la sérénade habituelle. Gros soupirs. Roulement des yeux. Ça m'a agacée... mais vraiment !

En revanche, l'histoire est plutôt pas mal : Jeannie Ferrami cherche à déterminer si l'humain se distingue par sa génétique ou son éducation. Elle cherche à étudier des jumeaux aux parcours dissemblables pour appuyer son propos. Elle fait ainsi la rencontre de Steve (son frère est un criminel récidiviste) qui ne lui cache pas son attirance, sauf qu'il est plus jeune donc elle préfère le tenir à distance. Sur ces entrefaites, Steve est arrêté par la police pour viol : identification du témoin, analyse biologique... tout colle. Le gars tombe des nues et jure son innocence. De son côté, Jeannie ne va pas renoncer si facilement à son cobaye et redouble d'efforts pour démêler cet imbroglio, tout en se heurtant à des magouilleurs sans vergogne.

Dans l'univers très machiavélique de Follett, les ordures ont la belle vie et nous démontrent l'étendue de leurs talents sans craindre d'être mis à mal. C'est souvent très exagéré mais c'est ce qui rend la lecture aussi sordide et stimulante. Chapeau la rouerie de l'auteur : franchement exemplaire. Reste cependant à supporter sa vision étriquée ou limite ringarde (les balbutiements amoureux et tout ça... berk !). Pour le reste, son scénario est ficelé comme une production hollywoodienne et ça distraie décemment le lecteur. Prochain titre audio à découvrir : Le Pays de la liberté

©1997 Éditions Robert Laffont (P)2019 Audiolib

Marie Bouvier offre une belle performance de comédienne / lectrice et nous fait passer un agréable moment à suivre cette nébuleuse histoire où se côtoient politiciens véreux et scientifiques aveuglé par les gros sous... Les révélations sonnent farfelues, mais pourquoi pas ? Action, rythme et rebondissements font ainsi bon ménage dans ce roman. 

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


20/01/20

Dernier été pour Lisa, de Valentin Musso

Dernier été pour Lisa

Il y a un parfum de Harry Quebert dans cette histoire : au cours de l'été précédant son entrée à l'université, Lisa est assassinée sur la plage. Son petit copain Ethan est accusé du crime, son meilleur ami Nick est sidéré.
Des années plus tard, Nick est devenu un écrivain à succès et retourne dans sa ville natale pour les obsèques de son père. Il apprend également la libération de Ethan et rencontre un détective privé convaincu de son innocence. Il voudrait inciter Nick à revoir les faits et étudier plus longuement la potentielle rédemption de son ami d'enfance.
Cette position va rapidement le mettre mal à l'aise. Au fil de ses retrouvailles avec le passé, Nick est chamboulé par ses découvertes. L'intrigue prend d'ailleurs des tours et des détours assez déconcertants - sans trop surenchérir dans les rebondissements à outrance - et se boucle sur une note pleine d'amertume.
En fait, ce roman se lit facilement car il est habilement ficelé. Par contre il distille une note de tristesse, de regret et de remords qui laisse un sensation de peine indélébile. Plus j'y songe et plus je me demande si j'ai réellement apprécié ce dénouement... Et le style pompeux (« dans l'ébène de la nuit » ... par exemple) m'a de temps en temps fait lever les yeux au ciel.
Somme toute, la lecture a honoré correctement son contrat : intriguer et divertir. Bon point, donc.

©2018 Éditions du Seuil (P)2018 Sixtrid

Avec ce nouveau thriller d'une redoutable efficacité, Valentin Musso nous entraîne au cœur d'une petite ville américaine en apparence sans histoires, et qui cache bien ses secrets.

Texte lu par Marc-Henri avec toujours autant de dextérité et de confort à l'écoute ! Un très bon moment.

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17/01/20

Juste avant de mourir, de S.K. Tremayne

Juste avant de mourir LizzieVictime d'un grave accident de voiture, Kath s'en sort avec quelques égratignures et une mémoire en vrac. Impossible de se souvenir des derniers événements. Par contre, elle a bien conscience de la colère froide de son mari Adam et des troubles du comportement de leur fille Lyla. Cette dernière devient également très protectrice envers sa mère et lui répète tout le temps qu'un homme les surveille sur la lande. Cet homme serait Adam.
Commencent ainsi à germer une pointe de doute et une flopée d'interrogations... sur l'attitude de son époux, sur les circonstances de son accident, sur sa famille et sur l'héritage laissé par sa mère (qui a tout donné au frère en prétendant agir pour le bien de sa fille). Kath cherche à éclaircir la situation mais se heurte à des révélations qui vont déstabiliser ses acquis.
Vivant dans une ferme isolée au beau milieu de la campagne du Devon, Kath se sent plus vulnérable que jamais... encerclée par du flou et pressentant un danger imminent !

On retrouve l'empreinte de Tremayne dans ce troisième roman sur fond de tension psychologique et de drame familial. On ne moufte pas de toute la lecture jusqu'au dénouement : un final confus et chaotique, avec un dernier lapin sorti du chapeau, youhou, pas vu venir ce truc. C'est un peu moyen, mais ça n'enlève en rien le stress éprouvé depuis les premiers chapitres ni le tricotage minutieux de l'intrigue pour en venir là.
En fait, ce que j'apprécie par-dessus tout dans les romans de Tremayne, c'est l'atmosphère si particulière qui s'en détache. C'est suffocant et néanmoins captivant. Cette fois, la région du Dartmoor est mise à l'honneur : cadre sauvage, climat rude, colonie de moutons et de poneys. En un mot, superbe ! Les décors sont une vraie valeur ajoutée à la lecture (les Cornouailles dans La menace ou Eilean Torran, petite île écossaise dans Le Doute)... on fantasme à mort. En somme, c'est mon rendez-vous incontournable au-delà de l'appréhension à n'avoir pas toujours une intrigue qui tient la route. Après tout, ça se lit vite et bien aussi.
Bon point pour moi !

©2018 / 2019 Titre original : "Just Before I Died" / Presses de la Cité pour la traduction française par Isabelle Maillet (P)2020 Lizzie

Prêtant sa plume à un drame familial qui interroge le poids de l'hérédité, les liens du couple et le mystère qui entoure les enfants atteints du syndrome d'Asperger, le maître du thriller atmosphérique revient avec un quartet brumeux qui laissera le lecteur hagard, ivre de secrets inavouables et de stupéfiantes révélations.

Excellente interprétation de Laëtitia Lefebvre ... avec des séquences FLIPPANTES dès qu'elle se glisse dans la peau de Lyla ! ... Mais vraiment. J'étais aux aguets dans ma maison, verrouillant scrupuleusement toutes les portes, toutes les fenêtres, et sursautant au souffle du vent et à la pluie tombante. Une expérience mémorable !!!

 

16/01/20

Je sais que tu sais, de Gilly Macmillan

Je sais que tu sais LizzieLecture clairement efficace en format audio !
Vingt ans après le meurtre de ses deux meilleurs amis, Cody Swift relance l'affaire avec un podcast car il est convaincu que le coupable incriminé était innocent. Son initiative n'est pourtant guère accueillie avec entrain auprès des témoins de l'époque. Entre les traumatisés à vie et les réfractaires allergiques à remuer le passé, cette enquête de la seconde chance s'annonce pénible et douloureuse.
Et pourtant, contre toute attente, Cody Swift fait bouger les lignes. Sa compagne et lui reçoivent d'ailleurs des menaces pour les obliger à cesser leurs activités. Le succès de leur émission grandit. Le dossier est finalement déterré et la police revoit sa copie.
C'est le troisième roman de Gilly Macmillan que je lis (il me semble). J'aime bien ses histoires à suspense qui nous mènent par le bout du nez et nous font gober tout et n'importe quoi. On mord facilement à l'hameçon, ne cherchant pas à botter en touche. On se laisse prendre dans ses filets, comme ça, on a le plaisir de tomber des nues en lisant son dénouement.
Cela me convient tout à fait : un bon cold-case rondement ficelé avec des acteurs pas très nets et de nouvelles révélations qui viennent les ébouriffer. C'est plutôt pas mal. Mais là où je dois reconnaître le succès de cette lecture, c'est son format audio : la réalisation est top et la performance réussie. C'est super addictif à écouter et on ne voit pas le temps passer. Je recommande fortement (10 heures d'écoute) !

©2019 Édition française publiée par Les Escales, traduit par Séverine Quelet (P)2019 Lizzie

  • Lu par : Emmanuel DekoninckOliver Premel
  • Durée : 10 h env.
  • Avec la participation de Thierry Janssen, Pierre Lognay, Fabienne Loriaux, Claire Tefnin, Maxime Van Santfoort et Patrick Descamps
  • L'émission L'HEURE DE LA VÉRITÉ de Cody Swift est également disponible en 11 volumes de 15 à 20 minutes chacun : L'heure de la vérité

 

  • En savoir + : https://urlz.fr/bArY

 

26/12/19

La Kermesse fatale (Agatha Raisin enquête #19), de M. C. Beaton

La kermesse fatale audibleLa ravissante Toni Gilmour est toujours sur le devant de la scène - Agatha pourrait en prendre ombrage mais comment lutter contre la jeunesse, la fraîcheur, la compétence aussi ? Car Toni est extrêmement douée dans son rôle de détective ! Ce que Agatha ne lui reproche guère... en fait, notre sémillante quinquagénaire se désespère de trouver un amoureux. *encore*

Dans cet épisode, Agatha va tomber sous le charme d'un certain George, venir à la rescousse de Mrs Bloxby et débusquer l'individu qui aurait glissé du LSD dans la marmelade de la kermesse (panique à bord, les petites dames du village ont plané des journées complètes !). Ah oui, James Lacey aussi fait son comeback.

Je n'en reviens pas d'être déjà au TOME 19 !!! Certes on tourne en rond dans cette série même si le peps ne manque pas : Agatha Raisin est une héroïne pétulante et allergique à la monotonie, donc toujours prompte à s'embarquer dans de folles aventures. Ses histoires criminelles sont cocasses sans être ébouriffantes non plus. Par contre il serait temps de lui trouver un nouvel ancrage pour adoucir ses petits coups de blues. Les hommes défilent mais nul ne parvient à convaincre l'assistance ... mise à part Charles Fraith ! HAHAHA.

©2019 Albin Michel (P)2019 Audible Studios

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,


27/11/19

La Femme du banquier, de Cristina Alger

La Femme du banquier

Voilà une lecture agréable et distrayante, dont on suit le fil comme sur des roulettes et en se prenant vite au jeu.
D'un côté, on a l'histoire d'une jeune femme qui apprend la mort tragique de son mari dans un accident d'avion. Mais bientôt elle réalise que son homme, qui travaillait pour une banque suisse, était impliqué dans un lourd dossier d'évasion fiscale et plus encore.
Parallèlement, une journaliste accepte de reprendre le flambeau tendu par son mentor décédé et s'attaque à un article concernant des magouilles financières et politiques. Or le sujet vient chatouiller les babines de son beau-père dont la campagne pour l'élection présidentielle vient d'être annoncée.
Les deux affaires vont venir se télescoper... on s'en doute. En attendant, l'une et l'autre vont pas mal louvoyer car elles sont devenues des cibles de choix pour leurs détracteurs. Les menaces se font pressantes, du coup le rythme et les rebondissements se donnent le mot. Cela se ressent à la lecture qui file à toute vitesse.
Par contre, l'intrigue criminelle reste assez légère et convenue. 
Mais on ne s'ennuie pas du tout. Les chapitres alternés permettent aussi de tenir la cadence. C'est entraînant à lire, très sympathique et divertissant. Attendez néanmoins le format poche ou empruntez un exemplaire en bibliothèque. Sinon le format audio est top avec l'excellente Rachel Arditi !

©2018 / The Banker's Wife / Éditions Albin Michel, pour la traduction française (P)2019 Audiolib

Après le succès de l'éblouissant Park Avenue, Cristina Alger plonge dans le monde opaque de la haute finance. Ce thriller où glamour, corruption et politique se mêlent dans le secret des coulisses du pouvoir, raconte aussi la quête éperdue d'une femme pour découvrir la vérité sur un homme qu'elle croyait connaître.

 

 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20/11/19

Qui a une taille de guêpe (Hamish Macbeth 4), de M.C. Beaton

Qui a une taille de guêpeÇa se confirme : c'est de mieux en mieux !
Les enquêtes de Hamish Macbeth m'inspirent cocooning, ambiance vintage et dépaysement dans la campagne écossaise. C'est une lecture 100% confort et conduite en toute bonhomie avec en figure de proue notre sympathique policier (nonchalant et désintéressé de sa carrière). Lui se plaît dans son village de Lochdubh (on se souvient de son exil contraint et forcé dans Qui s'y frotte s'y pique). Il aime sa petite vie tranquille, auprès de son chien et de ses moutons. Et pas loin de la ravissante Priscilla Halburton-Smythe.

Dans ce nouvel épisode, un couple venu s'installer dans une vieille bicoque fait déjà beaucoup jaser car l'épouse, intrusive et insolente, s'attire de moins en moins la sympathie des gens. À l'exception des ménagères qui périssent d'ennui, la population a vite fait de fuir Trixie Thomas sans demander son reste ! Et puis... le drame, encore.
Hamish Macbeth sent l'appel du crime et y répond en retoquant posément le médecin (dont les conclusions vont susciter la suspicion). Humm... C'est fort sympathique à lire, tout ça. J'aime de plus en plus cette série qui est fraîche et distrayante. Il y a aussi un fil rouge concernant l'amourette entre Hamish et Priscilla... de quoi devenir chèvre ! Mais c'est assez cocasse et moins fastidieux que le problème entre Agatha Raisin et James Lacey.
#vaderetrosatan

©2019 Albin Michel (P)2019 Audible Studios

La performance de François Delaive me sied davantage ! Miracle. C'est plus tolérable à écouter, moins de voix crispantes pour ridiculiser les personnages féminins. Ce n'était plus possible... donc on dit merci !

 

08/11/19

Un Noël presque parfait (Agatha Raisin enquête #18), de M. C. Beaton

Un Noël presque parfaitCe roman voit l'arrivée d'une nouvelle recrue : Toni Gilmour, blonde, les yeux bleus, des cils clairs et un visage harmonieux. La jeune fille vient de décrocher le poste de stagiaire pour seconder Agatha Raisin à retrouver les chiens et chats perdus.
Car notre Agatha est lasse et s'ennuie fermement - James Lacey est en vadrouille, ouf ! Pourquoi ne pas organiser un réveillon exceptionnel en invitant tous ses amis ? Oui, oui... elle récidive, après une expérience mémorable (rappelez-vous dans Bal fatal).
En attendant (nous sommes au mois d'octobre), Agatha accepte de rendre visite à une vieille excentrique qui prétend être en danger. Mrs Tamworthy a rassemblé toute sa famille pour son anniversaire et compte sur la détective pour sentir le traître qui souhaite la zigouiller.
L'affaire va s'embrouiller. Ses complices défilent (Charles et Roy sont dans la place). Finalement c'est sa nouvelle assistante qui va se montrer efficace et intuitive. Agatha sent la moutarde lui monter au nez... mais pour quelle raison, vous demandez-vous ?
Certes, au bout de 18 tomes, on connaît la chanson : Agatha Raisin a le crime dans la peau et dénoue les enquêtes sans aucune délicatesse et avec beaucoup de chance. Là où on voit une évolution, c'est dans son regard sur son âge et le temps qui passe (soupirs). Agatha ne court plus après tous les spécimens masculins qui pointent dans son radar. Et puis - surtout - Agatha fait enfin preuve d'une grande lucidité concernant James Lacey.
Oui, oui. Préparez-vous : danse de la joie ou crise de nerfs. Moi, je dis ça...

description

 

©2019 Albin Michel (P)2019 Audible Studios

 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07/11/19

Qui s'y frotte s'y pique (Hamish Macbeth 3), de M. C. Beaton

Qui s'y frotte, s'y pique Hamish MacbethHamish Macbeth doit remplacer un collègue durant trois mois dans la désolante petite ville de Cnothan. Une décision imposée par son supérieur et qu'il digère très mal. Il remarque d'ailleurs que l'ambiance y est délétère et peu hospitalière. Son nouveau chef est irascible. On le fait tourner en bourrique à propos d'une histoire de sorcières et de squelette... Bref. Hamish Macbeth file un mauvais coton. Seule sa rencontre avec une charmante artiste peintre pourrait parvenir à chasser ses idées noires. Ça et un nouveau crime ! ... Car là où Hamish passe, un individu trépasse.
On y est !!! Cette série poursuit son bonhomme de chemin et s'enrichit pour le mieux. L'intrigue se révèle délicieusement cocasse et saugrenue (ah... cette anecdote sur les homards !). Hamish s'empêtre dans des ruminations qui font sourire (demande en mariage ou pas ?). Autour de lui, c'est le festival des mauvaises langues. Adieu Lochdubh, on s'expatrie vers des terres plus hostiles mais les décors font toujours rêver. Et on apprend aussi qu'en Écosse, on entre toujours par la cuisine et seulement par la porte principale pour les grandes occasions ou pour un cercueil !
Suis définitivement conquise par cette série pleine de charme. Coté intrigue, je n'avais pas deviné le coupable... ou peut-être ne m'étais-je pas pleinement impliquée pour le découvrir tant j'étais séduite par ce qu'il se passait autour !
Même la performance audio ne m'a pas fait grincer des dents. On progresse. C'est bien !

©2019 Albin Michel (P)2019 Audible Studios

« En cette fin du mois de janvier, le nord de l'Écosse était encore accablé par une obscurité quasi permanente : un soleil bas et maussade faisait son apparition vers neuf heures du matin pour s'éclipser dès le début de l'après-midi. La terre brune des champs était jonchée de broussailles, la lande désolée se transformait en un marécage lugubre, et des écharpes de brume spectrales s'accrochaient aux flancs des hautes montagnes. »

 

Résultat de recherche d'images pour "mois celte 2019" Résultat de recherche d'images pour "mois celte 2019" Résultat de recherche d'images pour "mois celte 2019"

Mois Celte 2019 chez Cryssilda

 

03/11/19

Le Signal, de Maxime Chattam

Le Signal

Il y a du Stephen King dans ce roman, ou je ne m'y connais pas !!!
Une famille ordinaire vient s'installer dans une grande demeure aux abords d'une forêt. Leur voisin les prévient de ne pas trop s'y approcher... Mais les enfants sont jeunes et aventuriers. Ils vont prendre des risques qu'ils vont vite regretter.
Dans la maison aussi, l'ambiance vire au cauchemar. Les occupants comprennent alors que les lieux sont maudits et désormais hantés par des fantômes sanguinaires. À vouloir préserver les uns et les autres, les Spencer réalisent tardivement qu'ils sont tous devenus leurs cibles favorites.
Quelle ambiance... une vraie réussite !
Cela m'a fait du bien de retrouver un Maxime Chattam aussi bon et terrifiant (après quelques déboires dont Le Coma des mortels ou Que ta volonté soit faite).
Et puis j'ai lu ce roman pile au bon moment - saison automnale, proche Halloween... C'était juste parfait !
Un rendez-vous opportun pour lectrice avide de sensations fortes.

J'ai été largement servie. Pfiou !

©2018 Éditions Albin Michel (P)2018 Audiolib

Une lecture audio AU TOP.
Un roman certifié Blackprint esthétiquement impressionnant.

Avez-vous déjà eu vraiment peur en lisant un livre ?