04/03/13

"I met a girl in the rain, who had lost her mother's earrings. And I killed her."

Enfin, la suite d'Humaine :

IMG_8631

L'histoire reprend exactement là où elle se terminait dans le tome 1, et sincèrement ce n'est pas difficile de se familiariser à nouveau avec ce qu'il se passe, car les évènements ont pris une telle tournure qu'on ne peut que suivre le rythme imposé. Le temps de la contemplation, des envolées lyriques et des descriptions émerveillées sur le plaisir de reprendre goût à la vie est bel et bien révolu. Désormais Lenah doit rendre des comptes et, même si elle tente de s'accrocher à son petit univers, ses erreurs du passé ne cessent de la rattraper.

Vicken a donc été sauvé par Lenah au terme d'un nouveau rituel. Rhode également est de retour et Justin, comprenant qu'il est de trop, prend ses distances avec une certaine amertume. Il est bon de souligner que les sentiments de Lenah sont encore très forts pour tous ses prétendants, et chacun remplira un rôle bien défini au cours de l'histoire. Attendez-vous à des cœurs qui s'emballent, des ventres noués et des sourcils qui se haussent de surprise, car l'aventure promet monts et merveilles.

Lenah doit donc affronter la présence d'un vampire sur le campus de Wickham, un vampire redoutable et sanguinaire, qui n'hésitera pas à tuer tous les proches de la jeune fille jusqu'à ce que celle-ci accepte de lui céder les secrets du rituel. Mais Lenah est sous le coup d'un blâme des Aeris, les vamps qui dictent les règles. Ils sont fâchés après elle pour avoir pratiqué la magie et lui imposent de choisir entre retourner dans le passé et sauver toutes les âmes qu'elle a volées, ou demeurer dans le présent, mais avec l'interdiction d'aimer librement Rhode.

L'ambiance dans cette suite est donc totalement opposée à ce que la série avait suggérée en premier lieu, et franchement j'ai beaucoup aimé cette nouvelle orientation. Reste du premier tome une sensation de charme éthéré, mais l'histoire a clairement évolué. Les personnages seraient ridicules de se comporter comme des adolescents lambda, aussi l'auteur n'a pas hésité à les brusquer, en multipliant les pertes et les victimes, en les mettant face à des choix douloureux ou au cœur de situations inextricables, et en proposant des solutions hasardeuses. J'espère que l'attente pour la suite ne sera pas trop longue, aucune date n'a été annoncée à ce jour.

Âmes soeurs (Humaine #2), par Rebecca Maizel
Albin Michel jeunesse, coll. Wiz, 2012 - traduit par Rebecca de Hassard

 A écouter : le nouveau single de Vanessa Paradis (en attendant l'album le 13 mai) ♥

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


28/02/13

Le chocolat, c'est bon pour la santé.

Enfin, la suite de La Mafia du chocolat :

IMG_8618

Ne vous laissez pas impressionner par le début longuet et inactif, au cours duquel Anya retourne en prison suite à de récents déboires avec son meilleur ennemi (Charles Delacroix), les choses vont finalement se mettre en place, avec un petit exil au Mexique où la jeune fille va se familiariser avec la culture du cacao, puis retour à la case départ, à New York, auprès de la tristement célèbre Famille Balanchine.

Un nouveau coup du sort a frappé douloureusement Anya et sa sœur Natty, de nouvelles cartes sont distribuées, l'héritage familial est en péril, la jeune fille ne sait plus à quel saint se vouer, ses anciens alliés étant désormais ses nouveaux ennemis... Par contre, elle pourrait bien se réconcilier avec son ancien tortionnaire et élaborer un nouveau marché qui débouterait la commercialisation illicite du chocolat.

Je vous laisse gamberger, tout comme je laisserai planer le doute sur sa relation avec Win, qui sort avec une autre fille. Le choc. Son absence est un vide difficile à combler, et ce n'est pas la personnalité de Theo Marquez, aussi pétillante soit-elle, qui pourra nous consoler. Je dis ça, je ne dis rien. Ne craignez toutefois pas l'apparition d'un triangle amoureux, nous sommes très loin de ces basses considérations romantiques. (Du moins, je pense.)

Après avoir redouté une suite plus lente, avec quelques passages de flottement, je n'ai pas du tout regretté ma lecture, finalement j'ai aimé ce qu'elle a su m'apporter et me raconter. L'histoire d'Anya Balanchine demeure passionnante, avec ses zones d'ombres, son poids de l'héritage, son caractère passionnel. L'action m'a semblé moins dense, mais les révélations et autres rebondissements n'en sont pas moins violents, bouleversants et accrocheurs pour la suite des aventures !

Le tome 3, In the Days of Death and Chocolate, ne paraîtra en VO qu'en septembre 2013, souhaitons que la traduction française soit rapprochée.

La fille du parrain, par Gabrielle Zevin
Albin Michel jeunesse, coll. Wiz, 2013 - traduit par Cécile Chartres 

13/02/13

"Neferet est plus dégoulinante que de la fiente d'oiseau sur un toit en tôle."

IMG_8554

** attention, spoilers ** Le Conseil Supérieur a rétabli Neferet dans ses fonctions de grande prêtresse de la Maison de la Nuit. Cette démone a été blanchie du meurtre de Heath, faisant porter la responsabilité sur Kalona. Ce dernier rêve de se venger, mais est prisonnier par un lien invisible. Il complote avec son fils préféré, Rephaïm, pour ramener Zoey à Tulsa. Celle-ci se ressource sur l'île de Skye auprès de Stark et n'a pas l'intention de rentrer. Son âme a été brisée, elle ne se sent plus elle-même et son cœur est meurtri. Il faudra l'annonce d'une nouvelle bouleversante pour la convaincre de rejoindre ses amis éplorés.

J'ai eu un peu de mal à me remettre dans le bain, la série s'éternisant et le rythme de publication étant ce qu'il est, ce n'est pas toujours facile de raccrocher les wagons. Et cette série demande tout de même un temps d'adaptation, histoire de reprendre ses marques. Après quoi, tout roule comme sur des roulettes. La série est bien rodée, les engrenages s'activent et font apparaître la machination infernale. Cette fois, moins de Zoey en premier plan, plus de Neferet, et une Lucie en affirmation totale dans son rôle de leader. Vraiment, quel chemin parcouru pour l'ancienne amatrice de musique country qui était souvent mal embouchée !

Mais surtout, ce qui m'a surprise, c'est l'éventail de petites intrigues qui éclosent et donnent naissance à d'autres scénarios tous plus ahurissants, sournois mais habilement troussés. Alors, oui il y a des personnes qui meurent, d'autres qui choisissent leur camp, d'autres qui se dévoilent, et d'autres qui obtiennent une seconde chance... Je crois même déceler entre les lignes des petites bombes à retardement ! Enfin, tout ça nous promet d'autres heures de lecture palpitantes, avec des petites pointes d'humour, des références à la pop-culture et pas mal de réflexions métaphysiques aussi (je sais enfin distinguer les interventions de la fille dans l'écriture de la mère !). Série annoncée en 12 tomes, c'est énorme, il n'en faut pas plus !

House of Night #8 : Awakened - P.C. Cast & Kristin Cast
en VF : Libérée - traduction de Julie Lopez - Pocket jeunesse, 2013

Prochain tome à paraître en octobre.

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12/02/13

“Never show them what you’re really feeling because that’s how they hurt you.”

IMG_8551

Voilà un roman à l'ambiance singulière, non dénuée de charme, surtout au début, et qui m'a donné l'illusion d'une belle promesse de lecture, avant de me décevoir un petit peu. L'histoire se passe à une époque semblable à celle du Moyen-Âge, Felicita est une jeune fille de bonne famille, qui vit à Pelimbourg, une cité pour aristocrates qui pratiquent la magie. Elle mène une existence confortable, dictée par l'autorité abusive de son frère. Ses illusions se brisent lorsqu'elle apprend le suicide de sa meilleure amie, qui refusait d'épouser un type qu'elle n'aimait pas. A son tour, face à un mariage arrangé, Felicita préfère prendre la fuite en simulant sa mort par noyade.

Elle trouvera refuge dans la ville des Hobs, où il n'y a ni magie ni richesse. Pour elle, commence une nouvelle vie de misère et de dur labeur. Elle est recueillie dans un squat, dans la rue des Bulots, avec d'autres garçons et filles qui ont fui un passé douloureux, sans jamais rien dévoiler. Felicita a elle-même menti sur ses origines, car les Hobs nourrissent une haine farouche envers son frère et les gens de son espèce.

La révolte va finalement se mettre en branle, menée par le chef de la rue des Bulots, le dénommé Dash. C'est un jeune homme extrêmement influent, qui a d'ailleurs séduit Felicita, jusqu'à ce qu'elle comprenne dans quel piège elle est tombée. Je préviens tout de suite, dès la deuxième moitié du livre, l'atmosphère se veut languide mais poisseuse, les jeunes boivent et se droguent, ils couchent ensemble, leurs idées ne deviennent plus très claires, et pour le lecteur aussi ça devient un peu confus.

Enfin bref, tout ça pour dire que le roman n'est pas trop mal dans l'ensemble, le début est merveilleusement prometteur, avec une atmosphère poétique et fascinante, mais la suite n'a pas su combler mes espérances. Je sors de ma lecture quelque peu déçue, par un dénouement hâtif qui succède une longue période d'inaction, et des personnages qui sont restés inaccessibles (Jannick, le vampire hybride, par exemple) et déconcertants dans leur évolution. Ce roman avait un charme hors du commun, mais il m'a finalement moyennement convaincue. C'est dommage.

Rouge est l'océan, par Cat Hellisen
La Martinière J., 2013 - traduit par Maïca Sanconie

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/02/13

“I gave you my heart, but it wasn't enough.”

IMG_8527

Huit mois ont passé depuis le départ inexpliqué de Caleb, mais suite à de nouveaux soucis judiciaires le garçon est dans l'obligation de s'inscrire à un programme d'intervention dans les écoles avec d'autres victimes de la route. Et paf, il est dans le même groupe que Maggie. Ces deux-là ne sont pas à l'aise de se retrouver, leur début de relation amoureuse, vite écourtée par les aléas de la vie, leur revient en pleine figure. Ils doivent faire comme si tout était oublié, sauf qu'ils sont encore bien empruntés, par les mensonges et les non-dits, mais aussi par leur attirance commune.

Alors, Caleb joue le chaud et le froid, il cherche à maintenir Maggie à distance, à ne plus lui donner le moindre espoir et il se montre parfois cassant avec elle. D'un autre côté, il est jaloux dès qu'elle s'approche d'un autre, il la cherche, il a besoin d'elle, il la désire tout en sachant que c'est impossible. Maggie n'est pas dupe, mais elle est devenue plus forte et plus sûre d'elle. Elle cherche même à le pousser dans ses retranchements pour qu'il avoue toute la vérité sur leur sordide affaire. Bref, ce n'est pas de tout repos.

L'histoire n'est donc pas simple et n'a pas fini de brusquer le petit couple. Caleb a encore beaucoup de démons à chasser, par contre Maggie est devenue une chouette petite nana, qui a énormément à apporter. Toute perspective d'idylle semble d'ailleurs compromise, même si les sentiments sont là, très forts et sincères. Non vraiment, ils ont encore du chemin à faire et ça peut paraître bien long au bout d'un moment. Sinon, j'ai franchement apprécié  l'ensemble du groupe de RESTART, avec ce barjot de Lenny en tête, et j'ai adoré l'épilogue, entre tendresse, espoir et délivrance, mon cœur a fait boum ! C'était une belle petite série, en deux tomes, qui touchera le lecteur pour la portée de l'histoire et pour la richesse des personnages.

Retour à Paradise, par Simone Elkeles
La Martinière J., 2013 -  traduit par Sabine Boulongre

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,


04/02/13

"Je suis fatiguée de me souvenir."

IMG_8526

Grace se réveille dans une pièce toute blanche, où elle pense être retenue en otage par un certain Ethan, un type très séduisant qu'elle a rencontré au parc, alors qu'elle était ivre morte, et qui vient effectivement lui apporter des plateaux-repas sans dire un mot. Pourquoi est-elle là ? Elle a un peu la mémoire en vrac, alors elle se force et commence à raconter son histoire.

Adolescente déjantée et perturbée par la mort de son père, Grace s'est mise à boire beaucoup, à sortir, à draguer et à coucher avec des garçons, de même elle se mutile la peau mais ne confie à personne son désarroi. Sa mère est tout le temps absente, Grace n'a pas d'amis dignes de confiance, jusqu'à ce qu'elle rencontre Sal, qui vient d'emménager et avec qui elle s'entend tout de suite très bien, au point de lui parler d'elle sans cacher ses secrets les plus honteux. Tout roule jusqu'au jour où les deux filles se disputent, Grace est au bout du rouleau mais rencontre Nat à l'arrêt de bus. C'est un garçon ordinaire, sur lequel elle ne flashe pas immédiatement, mais qu'elle va revoir des jours plus tard, et ainsi de suite. Elle va tomber folle amoureuse de lui, vouloir partager son bonheur, se réconcilier avec Sal et planer sur son petit nuage.

Assez rapidement, on prend conscience que l'histoire ne tourne pas rond et qu'elle va mal finir. On aimerait prévenir Grace, la maintenir à distance et la préserver de la casse, mais on fonce avec elle droit dans le mur et on prend les mêmes coups. Forcément on a mal. On souffre pour Grace aussi. C'est là le tour de force du roman, de réussir à nous capturer entre ses filets, de nous faire vivre la spirale infernale d'une adolescente en détresse affective et qui perd pied. C'est, tout simplement, bouleversant. Très à fleur de peau. C'est la deuxième fois que je lis ce roman (la première fois en français) et j'ai ressenti exactement les mêmes émotions. Même si je savais d'avance ce qui m'attendait, j'ai replongé aussi sec dans ce récit troublant, hypnotique et d'une sensibilité rare.

C'est une lecture que je conseille fortement. Pour toutes les âmes en dérive, "fatiguées de se souvenir". Il y a tout de même un message positif : ne jamais laisser tomber, ne jamais renoncer.

Confusion, par Cat Clarke
Robert Laffont, coll. R, 2012 -  traduit par Alexandra Maillard

J'ai rêvé que tu cognais
À ma porte sans relâche
Les bruits qui montaient en l'air
Me rendaient folle de rage
Tu cognais, cognais, cognais

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01/02/13

"Evan avait une histoire commune avec Lucy ; ils avaient partagé toute une enfance. Et ça, personne ne semblait le comprendre."

entretoietmoi

Amis depuis l'enfance, Lucy et Evan sont inséparables, même après le divorce des parents de la jeune fille et le déménagement de celle-ci pour Atlanta où elle vit avec sa mère, ils ne manquent jamais l'occasion de se retrouver pendant les quelques jours que Lucy passe chez son père au moment de Noël.

Cette année semble différente des autres, car Lucy n'est pas elle-même, elle n'est plus celle qu'Evan pensait connaître. C'est son look, d'abord, qui le déconcerte : avec ses cheveux noirs, ses piercings et son teint pâle, la jeune fille n'a vraiment pas l'air dans son assiette. Et puis elle est silencieuse, taciturne et renfermée.

Ne sachant pas trop sur quel pied danser, Evan se raccroche à ses bons vieux souvenirs, à cette amitié qui les lie depuis l'enfance et à la connivence qui existait entre eux. Il a bon espoir que Lucy redevienne un peu elle-même. Pour l'heure il tente de ranimer la flamme (éteinte) de son amie, il lui parle de ses projets, de ses études (la pression paternelle énorme !), de sa passion pour le dessin, toujours intacte, de son envie d'écrire une bande dessinée qui raconterait leur folle jeunesse.

Lucy écoute, fait preuve d'enthousiasme et semble avoir conscience de la déception qu'elle suscite. Mais elle ne lâche rien, alors les jours passent et ces deux-là tentent de raccrocher les wagons brinquebalants. Et puis c'est l'époque de Noël, le paysage est enneigé, on a l'impression d'une bulle et on n'attend rien du récit. Quand j'en ai pris conscience, j'ai aussi réalisé que j'étais déçue. En fait, l'histoire est molle et monotone, elle sent le spleen à plein nez. Si vous espériez une bluette sentimentale, passez votre chemin !

Pourtant, j'ai aimé toute la première moitié du livre. J'ai aimé me plonger dans la petite vie d'Evan. C'est un garçon formidable, bien dans ses baskets, entourée d'une famille exemplaire, avec une grand-mère très drôle et des amis extras. Le seul souci de ce garçon est de devoir répondre aux ambitions de son père, alors qu'il rêverait secrètement de devenir un artiste. A côté Lucy est sombre, déprimante. On découvre son secret à mi-parcours, mais ça m'a laissée insensible. Je n'ai pas aimé son personnage, à vrai dire. Je n'ai pas aimé qu'elle manipule ... enfin, vous verrez.

Cet hiver si particulier aura toutefois le mérite de permettre à Evan et Lucy de faire le point sur leur amitié amoureuse, pour peut-être les aider à construire quelque chose de plus fort, de plus beau. Mais il faudra être patient ! C'est aussi un roman d'apprentissage qui montre toute la difficulté d'être ce qu'on voudrait être, sans décevoir ses proches, d'assumer ses choix et ses préférences en conséquence. Ce n'est pas toujours rose, ni drôle mais ça permet de grandir, d'être heureux et en paix avec soi-même.

Bon point pour le charme du livre : sa couverture, très belle, et les illustrations ouvrant chaque chapitre, en plus des planches de BD sur Aelysthia, le monde imaginaire créé par Evan, et aussi les chansons des Beatles et des Beach Boys !

Entre toi et moi, par Stephen Emond
Albin Michel jeunesse, coll. Wiz, 2013 - traduit par Valérie Le Plouhinec

" Le problème, c'était l'espoir. L'espoir de ne pas faire de mal, l'espoir que l'amour s'épanouirait, ça, c'était douloureux. Alors que se consacrer au malheur, c'était juste un sentiment mort. C'était comme arracher un pansement en sachant que de toute manière ça ferait un mal de chien. "

" Jusque-là les choses avaient été moins que claires avec elle, mais à présent une idée commençait à briller dans la tête d'Evan, aussi fort qu'un phare dans la nuit. Il savait une chose : il voulait la sauver. "

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18/01/13

“Some things must be done however much we wish to avoid them.”

IMG_8460

Dans ce troisième tome, le temps presse et certains éléments restent encore obscurs concernant la Prophétie. Lia n'a pas trouvé toutes les Clés, ni la Pierre et l'heure du Rituel contre Samaël approche. Ajoutez que sa sœur Alice vient d'arriver à Londres, escortée de son fiancé... James Douglas, l'ancien soupirant de Lia. Le monde de celle-ci est chamboulé, elle va tenter d'avertir le garçon qu'il court un grave danger. Au lieu de ça, elle réveille une petite flamme éteinte et brise le cœur de sa jumelle. Dès lors, cette dernière ne veut plus entendre raison et lie définitivement son destin à celui des Âmes. Lia est désespérée et commence à douter de sa capacité à réussir sa Mission, dans ses rêves l'ennemi gagne du terrain et elle lui concède progressivement cette victoire.

Ouhlala, il serait temps qu'elle se réveille ! Lia est devenue l'héroïne qui occupe tout le terrain, qui cavale à droite et à gauche, qui tremble de peur, qui cherche des solutions, qui tait ses angoisses et qui aime à perdre la raison aussi (Dimitri, son séduisant garde du corps... n'importe qui abandonnerait sa vertu pour ses beaux yeux ! Ce garçon est irrésistible.) Résultat, le personnage d'Alice est mis en retrait. Pour la première fois, j'ai ressenti un petit pincement au cœur en pensant à elle. C'est tellement triste ce que le sentiment d'abandon et de désamour peut faire naître chez certains.

Enfin bref, l'intrigue se traîne un peu dans la première moitié du roman, on lambine beaucoup et on passe son temps à attendre, espérer, chercher, craindre et sursauter au moindre bruit. L'action est vraiment très lente, mais je le savais déjà. En fait, ce que j'aime par-dessus tout dans cette série, c'est son romantisme désabusé et son charmé éthéré. Eh oui, cela se passe comme ça chez Michelle Zink : on aime le sens du sacrifice, on a le goût de la dramaturgie et on tourne la dernière page sur une pointe d'amertume, car l'histoire n'offre pas de dénouement heureux. Et c'est tant mieux, car cela confère à l'ensemble une volonté de ne pas céder à la facilité. *Applaudissements*

Maudites, tome 3 par Michelle Zink
Hachette jeunesse, coll. Black Moon, 2011 - traduit de l'anglais (USA) par Laurence Kiefé

Les premiers tomes sont disponibles en format poche.

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14/01/13

Attrape-moi si tu peux.

IMG_8457

Ce troisième tome voit le retour d'un spectre dans l'existence d'Emma, en la personne de Thayer Vega, le frère de Madeline, une amie de Sutton. Celle-ci aurait entretenu une liaison secrète avec le garçon, mais depuis le soir de son meurtre, Thayer a tout bonnement disparu de la circulation ! Il se présente un soir dans la chambre de la jeune fille, mais Emma est terrorisée et alerte la police.

Encore une fois, il faudra faire preuve de grande patience avec cette lecture pour connaître le fin mot de l'histoire. L'auteur a su peaufiner un scénario tordu qui nous tient en haleine, nous force à réfléchir et supposer que tout le monde est potentiellement coupable dans cette série. Les filles sont toutes des pestes, elles agissent bizarrement, les garçons aussi sont secrets, et que dire des parents dont les comportements paraissent tout autant mystérieux. Tout est calculé pour titiller notre paranoïa, procédé efficace, car nos idées s'entrechoquent et font la part belle à la folle du logis.

J'ai certes ma petite idée sur l'identité du coupable, mais je ronge mon frein d'attendre trois autres tomes pour confirmer mes soupçons. Cette série a des effets démoniaques, redoutables et vicieux. Cela se lit très vite, c'est agaçant, vraiment stressant, mais ça vous rend accro !

The Lying Game, tome 3 : Action ou vérité, par Sara Shepard
Fleuve Noir, coll. Territoires, 2013 - traduit par Isabelle Troin

09/01/13

"You will always be a monster, there is no turning back from it. But what type of monster you become is entirely up to you."

IMG_8446

Cette nouvelle série de Julie Kagawa a été une réelle bonne surprise ! C'est un roman sur les vampires, qui se passe dans un futur hypothétique, et qui nous propose quatre pistes de lecture toutes plus intéressantes les unes que les autres. D'abord, nous faisons connaissance avec Allie, une jeune fille qui tente de survivre en pillant les poubelles pour manger et qui se cache des vampires pour ne pas être enregistrée et servir de banque de sang. Sa petite bande et elle vont organiser une excursion au-delà des murs de la ville, mais leur épopée va mal tourner. Pour Allie, deux options s'offrent à elle : mourir ou devenir elle-même un vampire !

Il faut expliquer que la population humaine a été décimée par un grand fléau, contre lequel seuls les vampires auraient pu résister. Les scientifiques ont tenté de trouver un remède, mais à la place ils ont créé une nouvelle espèce, les Enragés, sorte de croisement entre le zombie et le vampire. Résultat, nul n'est à l'abri du danger et ça zigouille à tour de bras. Allie va tenter de se familiariser à son nouveau mode de vie, refusant de se considérer comme un monstre, tentant de préserver le minimum d'humanité qui subsiste en elle, mais c'est très difficile. C'est surtout le regard des autres qui lui rappelle quelle est sa place désormais.

Par un étrange concours de circonstances, Allie va se joindre à un groupe d'hommes et de femmes guidé par un ancien pasteur en quête d'un lieu baptisé Eden. Leur expédition est suicidaire, mais la jeune fille est attirée par cette famille et se glisse parmi eux en dissimulant qui elle est. Elle va se lier avec le fils du pasteur, le très charmant Zeke, s'attacher, prendre des risques et se mettre en péril. Mais sûr que ça valait le coup ! Même si les vérités sont encore plus douloureuses, se bercer d'illusions le temps de quelques semaines est une aubaine à saisir à bras le corps, et en haussant les épaules.

L'univers de la série est infiniment plus sombre, plus dur que ce à quoi nous avait habitué l'auteur. C'est nettement moins romantique, aussi les quelques percées sentimentales sont à déguster avec une petite cuillère, en savourant chaque bouchée. Le rythme de lecture est vif, intense et trépidant. Ce 1er tome parvient à nous séduire sans effort, il y a aussi la petite touche d'humour fortement appréciable, l'héroïne est forte et sensible, l'action surgit sans prévenir, enfin bref c'est agréablement surprenant, ça se lit avec avidité et je réclame la suite avec impatience !

Je suis une immortelle, par Julie Kagawa
Harlequin, coll. Darkiss, 2012 - traduit par Marilyne Beury
 

"You didn't hear what she told me when I got up -- you're so cute I could put you in a pie. Tell me that's not the creepiest thing you've ever heard."

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,