03/06/22

Sombre Eden (Les chemins de poussière #2) de Moira Young

J'aime vraiment cette série, notamment pour son ambiance qui laisse planer un parfum de danger et de désespoir. Attention, ce n'est pas triste. Les événements sont lourds, les coups durs, les trahisons et les morts s'enchaînent. Et pourtant, ça reste captivant à lire. Enfin moi, ça me fascine.

Sombre edenNous sommes donc repartis sur les chemins de poussière, à dos de cheval, en compagnie de Saba et ses proches. Malgré les efforts prodigués, les liens familiaux sont désaccordés. Saba et Lugh ne se comprennent plus. Tous deux ont des fantômes à leurs trousses, ils ne se confient pas et souffrent de cette situation. Dans le fond, leur relation est devenue toxique. Le frère a l'intention de retourner à une vie calme, tandis que la sœur a de la colère en elle. Trop d'injustice vue et subie au cours des derniers mois. Saba est incapable de tourner la page. Elle est malheureuse et inconsolable. Il n'est pas dit non plus que leur horizon soit à la hauteur de leurs espérances. Une nouvelle menace court sur le territoire. Saba va l'apprendre à ses dépens. En attendant, que d'errances... que de fougue... que de décisions irréfléchies... que de non-dits... que de conclusions hâtives. Et Emmi fait son grand retour dans le rôle de petite sœur boulet (ça ne m'avait pas manqué). Vraiment, dans cette famille, il serait temps de discuter à cœur ouvert !

Si ça pouvait être aussi simple, ce serait tristement plat aussi. Ça n'aurait pas la même saveur (amère et désabusée). Ouaip, on en redemande. Après tout, les personnages sont tous imparfaits. Ils ont leurs faiblesses, ils précipitent l'action dans du grand n'importe quoi, ils provoquent des drames, ils embrouillent les idées. On a la tête à l'envers à force de croire ou de ne plus croire les faits qui sont rapportés - je pense notamment aux rôles de Jack et DeMalo. À tel point que je ne sais même pas ce qu'il faut en penser ! Ça me perturbe, oui. Toutefois, ça montre bien la complexité de Saba et de son parcours. Elle avance selon son instinct, et parfois ça dérape. Impossible de boucler cette note sans un grand cri d'amour pour Maev ♥ formidable jusqu'au bout.

Gallimard jeunesse, 2013 pour la traduction - repris en poche dans la collection Pôle fiction (2015)

Tome 1 : Saba, Ange de la Mort

⭐⭐⭐⭐⭐

Prix Utopiales de Nantes 2012
Prix des Incorruptibles 2013

 


30/05/22

Saba, Ange de la Mort (Les chemins de poussière #1) de Moira Young

Petite relecture du tome 1 avant de plonger dans la suite (jamais lue). Oups. Et c'est tellement bon ! L'ambiance, les personnages, l'aventure. Suis conquise, à nouveau.

Saba Ange de la MortDans un monde ravagé et corrompu, on suit le long parcours de Saba en quête de son frère jumeau, lequel a été enlevé par quatre cavaliers après avoir tué leur père. En chemin, la jeune fille va faire des rencontres, plus ou moins bonnes. Dupée, enchaînée dans une cage, forcée à se battre dans une arène, elle va prendre des risques insensés pour sauver un inconnu d'une prison en flammes, fuir avec d'intrépides amazones, rattraper les bourdes de sa petite sœur (insupportable), crever de faim et de soif, traverser des tempêtes de sable, échapper à des monstrueux vers géants - et j'en passe.

Le style n'est pas banal non plus. C'est une histoire dans laquelle on plonge en grimaçant tellement la langue est brute et sans artifice, ça change des standards mais ça colle tellement à la personnalité de l'héroïne. Saba possède l'étoffe d'une Katniss ou d'une Keleana. C'est une nana forte et intraitable. Elle a grandi dans la misère, n'a reçu aucune éducation, n'accorde sa confiance à personne, ne jure que sur son frère et se nourrit d'une colère rouge dans le ventre qui lui donne cet instinct de survie.

Un certain Jack au charme malicieux va venir s'y frotter aussi. Le fou. Mais on adore. Bizarrement, j'avais zappé le personnage de DeMalo ! Et maintenant, me voilà intriguée... Énigmatique, sombre, dangereux. Hmm. Et je ne vous dis pas comment il dévisage Saba la première fois qu'ils se croisent ! Pfiou. Certes, ça n'efface pas le sex-appeal de notre mauvais garçon, son sourire de travers, ses yeux gris argenté, ses chansons paillardes etc. Le bijou (pierre de cœur) a déjà craqué pour lui.

Bref. Super début de saga ! Ambiance suffocante. Atmosphère type western post-apo. Personnages bourrus. Émotions sans chichi. Lecture en apnée. Sensation grisante. Saba déchire. N'hésitez plus. Vraiment, cette saga mériterait une seconde chance !

Gallimard Jeunesse, 2011 pour la traduction française / 2013 pour la collection Pôle Fiction

Traduit par Laetitia Devaux

“Yer in my blood, Saba, he says. Yer in my head. Yer in my breath, yer in my bones...gawd help me, yer everywhere. You have bin since the first moment I set eyes on you.”

⭐⭐⭐⭐⭐

23/05/22

Imagine-moi (Shatter Me #6) de Tahereh Mafi

J’ai vécu deux semaines en totale immersion dans cette saga #shattermeseries 😶‍🌫️❤️ Et maintenant, c’est fini.

Imagine moi

Adieu l'ambiance sous pression, l'acharnement du Rétablissement, les séances de torture, les expériences en laboratoire, les cœurs brisés et l'amour qui fout le camp.

Ce dernier tome est raconté du point de vue de Kenji (qui masque ses coups de stress avec ses blagues) et de Juliette. Pour elle, le destin a d'ailleurs basculé dans le grand n'importe quoi - ce n'est plus qu'une coquille vide. Quelle tristesse. Son personnage a perdu en profondeur, même si elle reste un élément déclencheur dans le conflit. On assiste donc à son calvaire, à sa lutte intérieure et à ce lien troublant avec A. Certaines scènes sont assez dures. D’autres, bouleversantes.

“Imagine me
master of my own universe
I am everything I ever dreamed of”

Bien sûr, l'histoire a évolué depuis le premier tome Ne me touche pas et oui, les trois premiers livres sortent du lot, ce sont les meilleurs ; la suite est judicieuse, retorse et désabusée, un complément nécessaire mais sans doute pas renversant. On a toutefois un épilogue (adorable) qui se prolonge dans une novella Believe Me qui me tente énormément !

Bon sang, je ne suis vraiment pas prête à les quitter ! 😢😢

éditions Michel Lafon, 2020 - Traduit par Philippe Mothe

“Come back to life, love. I’ll be here when you wake up.”

⭐⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 20:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Provoque Moi (Insaisissable #5) de Tahereh Mafi

Provoque moiCette nouvelle saison est, sans conteste, différente des premiers tomes de la série et pourtant elle vient compléter l'histoire en fournissant des détails inattendus (mais cohérents). Dans ce cinquième tome, l'action est quasi inexistante, ou se diffuse plus sournoisement, du fait de la situation des personnages.

Spoiler alert. Suite au carnage survenu lors du symposium, les rebelles voient leur position menacer. Juliette a disparu, Warner aussi. Kenji et ses camarades doivent bouger du Secteur 45 et songer à une contre-attaque, malgré l'absence de leurs leaders. 

Loin, très loin de là, Juliette est entre les mains de ses tortionnaires. Sa mémoire est en vrac, ses souvenirs refluent, la folie guette. Brutalement, tout lui revient : sa famille, ses liens avec Warner, son rôle dans le Rétablissement. Accrochez-vous. Ce sont aussi des révélations qui vont éclairer beaucoup de choses !

Entre souvenirs d'enfance et premières rencontres, retrouvailles et évidences, chaque déclaration n'en est que plus bouleversante. De son côté, Warner aussi croupit dans une cellule. Empoisonné. Amaigri. Blessé. Il refuse néanmoins de s'apitoyer sur son sort et garde espoir de sauver Juliette. Moins sûr quand les fantômes resurgissent en braquant une arme, bras ouverts pour une accolade. Quel enfer.

De par cette configuration, les instants partagés entre Warner, Juliette et Kenji sont rares. Nous avons dans ce roman trois voix, trois parcours, trois visions d'une intrigue qui rend compte d'un engrenage implacable. Un passé poignant. Un présent foutu. Un avenir tellement incertain. Et au final, les dernières pages précipitent les personnages vers une issue (bizarrement) apaisante. Comme une pause dans le temps. Hmm.

L'ambiance de la saga s'est métamophosée ! Tahereh Mafi se concentre sur la tension psychologique, le drame romantique, les manipulations scientifiques, les personnages à fleur de peau. Sa plume lyrique fait le reste. C'est prodigieux ! On découvre cette lecture pour toutes ces raisons, moins pour l'attrait de l'adrénaline et d'un univers renversant. Évidemment, j'aime beaucoup. 

Éditions Michel Lafon, 2019 - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Philippe Mothe

“... it didn’t matter how many times he reset the story or remade the introductions— Aaron always fell in love with her. Every time.”

⭐⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22/05/22

Crois en moi (Insaisissable #4) de Tahereh Mafi

Crois en moiEn 2017, Tahereh Mafi annonce qu'elle va écrire une suite, déclinée comme une saison deux, à sa série iconique. C'était un pari fou mais un défi de taille. La série a en effet évolué. L'action est d'abord longue à se mettre en place. Par contre, la tension psychologique est bien réelle. La plume de Tahereh est plus accomplie. On sent son attachement à ses personnages, à montrer qu'ils ne sont pas parfaits.

D'ailleurs, tous les points noirs du début s'expliquent. Tout prend sens au fil des pages. Un peu de patience. Certes, Warner est l'ombre de lui-même. Son passé lui revient comme un boomerang. Juliette n'est pas prête à encaisser les coups. Pourtant, c'était logique ! Mensonges. Non-dits. Ou trahisons. Tout part en cacahuète. Et la série prend un nouvel envol.

Spoiler Alert. Juliette a pris les commandes du Secteur 45 et attend la risposte... qui se fait attendre. La jeune femme veut marquer les esprits, prendre ses propres décisions, être indépendante. Elle ne veut pas être un poids pour Warner ou ses compagnons. Et prend en pleine poire les alliances entre les familles des dirigeants. Leur enfance commune. Leur éducation. Leur avenir entrelacé.

Car Warner va trop tarder pour lui confier les ficelles du métier. En vérité, il vit un deuil difficile et ne trouve pas les mots pour exprimer ce qu'il ressent. Comme s'il avait honte de son état d'esprit. C'est déroutant quand on ne soupçonne pas cette facette chez lui. Ça, et tant d'autres choses encore. J'ai bien cru que j'allais prendre Adam dans mes bras !

Pendant ce temps, les enfants du Rétablissement s'invitent en Amérique du Nord pour rencontrer le Phénomène Juliette. Ils viennent la jauger, puis faire leurs rapports à leurs parents. Les codes sont écrits d'avance. Mais surtout, tout le monde semble être au courant de son grand secret. Même Castle, qui ne cesse de jouer un rôle pas très net.

Préparez-vous à une déflagration d'une ampleur dévastatrice. Mais. Vraiment.💔 Si vous aimez les déclarations dramatiques et déchirantes, c'est ici. “Give me another chance, ” he whispers, resting his forehead against mine. “Please,” he says softly, “I swear on my life. I won’t disappoint you.”

Certes, la nouvelle ambiance de la série a changé et s'éloigne des prémices de Shatter Me (Ne me touche pas). Les personnages peuvent parfois rétropédaler. Les émotions sont fortes, disproportionnées et omniprésentes. Ça reste cependant très cohérent. Rappelons que Juliette a fait le hold-up du siècle ! Imaginez une jeune femme inexpérimentée à la tête d'un monde à reconstruire. C'est loin d'être simple, donc.

Pour l'heure, je suis séduite et même curieuse de cette orientation aux mille possibilités. 

Éditions Michel Lafon, 2018 - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Philippe Mothe

“So this—
This is agony.
This is what they talk about when they talk about heartbreak. I thought I knew what it was like before. I thought I knew, with perfect clarity, what it felt like to have my heart broken, but now—now I finally understand.”

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Ne m'abandonne pas (Insaisissable #3) de Tahereh Mafi

Ne m'abandonne pasL'univers n'est pas super abouti, l'action intervient tardivement et les solutions sont presque expédiées ou trop belles pour être vraies. Et pourtant, je ne regrette rien. Certains passages sont déchirants, d'autres agaçants. Les personnages évoluent. La perfection existe, encore une fois. Suis pas loin d'être en PLS après ça.

Juliette, notre héroïne, va enfin apprivoiser ses pouvoirs et se comporter en maillon fort de la résistance. Son groupe a trouvé refuge auprès de l'ennemi. Car tous ont compris qu'un lien hors du commun existe entre Warner et elle. Le commandant en chef a remis sa vie entre les mains de la jeune femme. En retour, celle-ci ne fait que piétiner ses sentiments. “I love you and it isn’t enough.”

Montagnes russes émotionnelles. Ou je n'y comprends rien.

Par contre, le comportement d'Adam est désespérant. Sa colère. Sa frustration. Sa violence. C'est déroutant de sa part. Je ne comprends pas le choix de Tahereh Mafi d'avoir altéré un personnage au préalable doux et prévenant. Je regrette un peu ce parti pris. Valoriser un potentiel au détriment d'un autre, ce n'est pas fair-play.

Mais ce tome reste incroyable à lire, à découvrir, à suivre. J'ai beaucoup aimé : la tension entre Juliette et Warner, la préparation du soulèvement contre le Rétablissement, la perfidie d'Anderson, l'humour de Kenji, les confidences, les plans cachés, l'admiration sans limite de notre psychopathe patenté, “Ignite, my love. Ignite.”

Finalement, je comprends la nouvelle saison car l'histoire ne peut pas nous laisser sur cette note. C'est trop vague, trop illusoire. J'EN VEUX ENCORE. Je veux du Warnette. Je veux des réponses. Et je veux encore cette écriture, musicale et romantique, bref magnifique !

Éditions Michel Lafon, 2014 - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean-Noël Chatain

“You allow the world to think you're a heartless murderer," I tell him. "And you're not."
He laughs, once; his eyebrows lifting in surprise. "No," he says. "I'm afraid I'm just the regular kind of murderer.”

⭐⭐⭐⭐⭐❤️

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21/05/22

Ne m'échappe pas (Insaisissable #2) de Tahereh Mafi

Ne m'échappe pasSpoiler Alert. La Juliette du Point Oméga est pénible - merci Kenji d'avoir exprimé haut et fort ce que nous pensions tous. Haro sur son attitude puérile et égoïste ! Adam, pas mieux dans ce psychodrame en puissance. Et Warner, égal à lui-même.

Juliette a donc rejoint la résistance, après avoir échappé à Warner en lui laissant un souvenir cuisant. Mais sa relation avec Adam est compromise. Les pouvoirs de la jeune fille ne font que bouillonner dans ses entrailles. Ils ne demandent qu'à sortir et sont incontrôlables. 

La situation au Point Oméga est tendue. La présence de Juliette met finalement tout le monde en danger, d'autant que Warner n'a pas renoncé à elle. Il la traque et accompagne jour et nuit les patrouilles qui sillonnent le Secteur 45. Ses sentiments ne font que la troubler, car Juliette refuse de voir au-delà de l'image du meurtrier impitoyable qu'il est. 

Et pourtant... et pourtant.

Mon cœur, lui, a chaviré. Dans ce roman, j'ai beaucoup soupiré contre l'héroïne. Trop centrée sur ses atermoiements amoureux. Elle saoule le monde avec son histoire impossible. Adam est affaibli. Sujet à une batterie de tests. Le couple passe moins de temps ensemble, et donc ne se parle plus. S'installent les incompréhensions. Imaginez alors les crises de larmes et les déclarations déchirantes... Inspire, expire.

C'est un peu pénible car ça occulte presque qu'une révolution est en cours. Une opération pour éliminer le Commandant Suprême. Juliette doit être équipée pour sa première mission. Surprise : tout va partir en cacahuète. Mais notre héros au charme ténébreux va faire un retour fracassant ! Ô joie. 

... Bon, mon cœur va se briser au chapitre 62. Ça, c'est moins cool.

Sans quoi, quel plaisir de lire ce deuxième tome ! Au départ, j'ai un peu grincé des dents. Le changement d'ambiance est déstabilisant, les comportements des personnages sont parfois indigestes. Mais l'écriture fait des merveilles. Peu à peu, j'ai plongé avec délice dans l'histoire. J'ai accompagné Juliette (et Kenji) dans cette aventure dingue, dingue, dingue.

On s'habitue également au rythme erratique de la série. Tahereh Mafi joue beaucoup avec la sensibilité des personnages, faisant apparaître des faces cachées et des fêlures insoupçonnées. La notion de triangle amoureux est d'ailleurs biaisée dès le départ. Mais tout s'explique. Patience... 

Éditions Michel Lafon, 2013 - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean-Noël Chatain

“I want you,” he says. He says “I want all of you. I want you inside and out and catching your breath and aching for me like I ache for you.” He says it like it’s a lit cigarette lodged in his throat, like he wants to dip me in warm honey and he says “It’s never been a secret. I’ve never tried to hide that from you. I’ve never pretended I wanted anything less.”

⭐⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20/05/22

Ne me touche pas (Insaisissable #1) de Tahereh Mafi

Ne me touche pasJe n'avais pas relu la série depuis dix ans et je retombe en amour. Je retrouve un premier tome qui me frappe par sa fraîcheur et sa timidité de débutant. C'est charmant. L'histoire se déploie lentement mais se révèle fortement addictive. En une soirée, c'était bouclé. J'ai déjà enchaîné avec la suite. Oui, ça m'avait manqué !

Juliette est internée dans un asile, persuadée d'être un monstre. Ses parents ne veulent plus entendre parler d'elle, depuis le jour où elle a tué accidentellement un enfant. Car Juliette est capable de tuer par un simple toucher. Nulle explication à ce phénomène. La jeune fille vit un cauchemar et frôle la folie.

Seule, dans sa cellule, elle reçoit finalement la visite d'un garçon, Adam, qu'elle a connu dans son enfance. D'abord, elle doute de lui. Refuse de lui parler. Puis cède à la curiosité. Ensemble, ils rêvent de s'enfuir. C'est alors que des soldats débarquent pour la conduire auprès du Commandant en chef.

Warner a en effet décidé de faire d'elle son arme redoutable. Concrètement, le monde est en ruine. Catastrophes écologiques et effrondements économiques. La population a remis son destin entre les mains du Rétablissement. À travers les continents, des Commandants Suprêmes assurent le maintien de l'ordre et veillent à protéger les plus faibles.

Warner, le fils de l'un d'eux, a décroché le poste du Secteur 45. Il est obsédé par Juliette. Certes, il se montre brutal et empressé. Limite psychopathe. Il la couvre de belles toilettes, lui sert trois repas par jour. Il lui répète qu'elle est incroyable. Que son potentiel est énorme. Trop, c'est trop. Juliette étouffe, refuse ses discours et cherche à s'évader. Au fond, c'est une bombe à retardement. Et le détonateur est enclenché. 

Ce premier tome place ses pions, fait entrevoir un univers et des personnages, une tension psychologique et un mouvement dramatique qui vont prendre de l'ampleur. L'écriture de Tahereh Mafi est prodigieuse - poétique, scrupuleuse, obsédante. Elle pointe les failles et les errances du cerveau de l'héroïne. Sa détresse est profonde, mais sa résilience bien réelle. Un mélange de force et de faiblesse. Et tout ça, oui, est fascinant.

Michel Lafon, 2012 - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean-Noël Chatain

Warner drops his hand. His glassy green eyes are so delighted I'm petrified.
"God, I've missed you," he says to me.
"You didn't actually think I'd let you go so easily?

⭐⭐⭐⭐⭐❤️

Posté par clarabel76 à 14:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27/04/22

L'Assassineuse (Keleana #1), de Sarah J. Maas

Enfin ! Je me lance dans cette première série de Sarah J. Maas en me targuant d'avoir pu éviter le moindre spoiler jusqu'à présent donc je fonce avant que ça me rattrape.

Keleana 1Encore une fois, nous avons un début de série qui décolle en douceur. Tout commence dans un camp de prisonniers où est retenue la redoutable Keleana Sardothien, assassineuse condamnée pour travaux forcés. Le prince héritier a pourtant décidé de l'en extirper pour la présenter au tournoi organisé par son père, le roi d'Adarlan. Une vingtaine de candidats doivent s'affronter pour devenir son champion, comprendre : sa main armée. On lui promet un contrat et la liberté. La jeune femme, brisée par une année de souffrances, accepte. Keleana n'a pourtant rien perdu de son mordant. Elle reprend vite du poil de la bête en séjournant au château et en s'attelant à son entraînement en compagnie du capitaine de la garde. Elle est surveillée, mais elle aussi épie. Car des phénomènes étranges se répètent et viennent perturber le déroulement du tournoi. Keleana est trop méfiante pour partager ses doutes et poursuit seule son enquête.

Dès les premiers chapitres, j'ai mordu à l'hameçon et scruté les moindres détails en ramassant tous les petits cailloux abandonnés sur mon chemin. C'est son truc, à Sarah J. Maas. Semer des indices partout. Bref. Au départ, le personnage de Keleana peut surprendre car elle n'est pas aussi terrible que sa réputation laisse entendre. C'est une demoiselle presque superficielle (elle aime les toilettes et batifoler avec le prince). Mais c'est un rôle de façade. Son caractère va s'étoffer et réserver du lourd. Pour l'heure, on observe et on prend des notes. On explore et on se questionne. Les personnages vont et viennent, avec leurs non-dits et leurs actes manqués. Ça sent le coup de théâtre, hmm. J'ai beaucoup aimé sa relation avec son capitaine, au passage. Avec la scène du duel, quand les deux mains touchent la ligne blanche du cercle, awww... c'était magnifique !

Me voilà de nouveau toquée d'un univers fantastique, empreint de magie, de créatures démoniaques, de tension dramatique et d'autres bonnes surprises. J'en suis toute excitée ! ♥

La Martinière J. / 2020 pour la nouvelle édition - traduction par Anne-Judith Descombey

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 19:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18/03/22

La Reine des ombres (The Shadows Between Us #1), de Tricia Levenseller

La Reine des ombresLors du lancement en fanfare de la collection Stardust avec ce premier titre, je n'avais pas prêté attention au fait que ça allait être du Young Adult - ça m'aurait évité d'en espérer davantage ! Je ne dis pas le contraire : la lecture est agréable, charmante et légère. Les pages filent à toute vitesse, l'histoire est correcte, les personnages veulent bousculer les codes. Seulement, je me sens frustrée car j'avais imaginé autre chose - comme une intrigue plus fouillée et un univers plus torturé.

Après tout, on nous vend un Roi des Ombres inaccessible et très puissant. Le jeune homme (Kallias) vient de monter sur le trône après le meurtre de ses parents. Il vit à l'écart de tous, enveloppé dans son brouillard. Nul n'a le droit de l'approcher ou de le toucher. Il n'est pas exclu non plus qu'on cherche à l'éliminer lui aussi. L'héroïne est, de son côté, une demoiselle très ambitieuse. Elle a en effet prévu de séduire le roi, de l'épouser puis de le tuer. Tout simplement. Alessandra ne doute de rien et s'incruste à l'un de ses bals pour attirer son attention. Elle joue les belles indifférentes et parvient facilement à manipuler le souverain en obtenant un droit de séjour au palais. Bingo. La vie à la cour est cependant très, très superficielle. On ne parle que de toilettes et de flirts. Le ton employé est vraiment désinvolte. La relation avec le roi se révèle creuse et un peu fadasse. Lui aussi veut tirer profit de la situation en faisant un pacte avec la courtisane. Okay, pourquoi pas. On va bientôt entrer dans le vif du sujet.

Mais ça stagne. L'intrigue demeure simpliste. Peu construite, peu consistante. Le suspense est léger. Même les personnages sont moins récalcitrants. Moins scandaleux. Alessandra se vantait d'avoir zigouillé son premier amant puis d'avoir collectionné les conquêtes pour grossir son pécule. Kallias, lui, voulait démasquer les assassins de sa famille et le robin des bois qui dépouille les riches. Ça annonçait du lourd et au bout du compte c'est gentillet. Y'a pas d'autre mot. Ça m'a saoulée aussi qu'on place l'héroïne au-dessus du lot et dans de telles proportions. Enfin, bref. Je ne suis pas mécontente de l'avoir lu non plus. Il faut juste se préparer à une lecture basique et non à un fantasme de lecture ! Aucune fièvre à bord, juste du badinage amoureux et de longues descriptions vestimentaires (pff).

Hugo Roman, coll. Stardust (2022) - Traduit par Pauline Vidal

#LaReinedesombres #NetGalleyFrance

⭐⭐⭐ 🤔

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,