31/12/16

Le petit Lord Fauntleroy, de Frances H. Burnett : lu par Valérie Lesort

J'avais vu durant mon enfance le téléfilm réalisé par Jack Gold, avec Ricky Schroder et Alec Guinness dans les rôles de Cédric et son grand-père, ainsi que le dessin animé japonais, une version adorable du petit Lord Fauntleroy, mais je n'avais jamais lu le roman de Frances H. Burnett jusqu'à présent. Cet oubli est enfin réparé ! Et quel délice.  

Le petit Lord Fauntleroy CD

Cédric Errol a grandi heureux et insouciant à New York, sans se douter de l'existence de son grand-père anglais, le riche comte de Dorincourt, qui s'est fâché avec son fils. Peu après la mort de celui-ci, le vieil homme invite le garçon à le rejoindre pour hériter de son titre. Ce changement de vie ne va nullement perturber l'enfant ni altérer sa nature placide et généreuse. Car Cédric est aussi charmant que foncièrement bon. Il ne voit que le bien et est persuadé d'avoir un grand-père extraordinaire. Il est certes un peu contrarié de ne pas vivre sous le même toit que sa mère mais se console en lui rendant visite chaque jour à dos de cheval. Cédric ignore toute la vérité sur son grand-père : ce dernier n'a jamais accepté le mariage de son fils avec une américaine et la traite sans complaisance. C'est un homme froid et redouté dans toute la campagne environnante. Pourtant, au fil des jours, la vie auprès de Cédric va transformer cet homme acariâtre en un être sensible et bienveillant ! Ce classique de la littérature anglaise est une lecture onctueuse et sans aucune mièvrerie. Je le dis haut et fort. En cette saison doucereuse, qui me pousse à me gaver de sucreries, je ne pouvais que succomber à cette histoire improbable d'une amitié naissante entre un jeune garçon au cœur pur et son terrible grand-père constamment renfrogné. Tout n'est que bonté, amour et attendrissement, dans cette complicité sincère et touchante. Le cynisme est exclu. Et quel bonheur. Je termine mon année de lectrice sur une note de légèreté, de tendresse & de paix dans le monde ! 

Texte intégral lu par Valérie Lesort pour les Éditions Thélème (Durée : 4 h 29)

Téléchargement disponible sur Audible ** Promotions de Noël sur les titres enfants ** 

 

Collection : Folio Junior N°116 

Le petit Lord Fauntleroy

Illustrations : Charlotte Voake

Traduction : Charlotte et Marie-Louise Pressoir

 


19/12/16

Les Quatre filles du Dr March, de Louisa May Alcott : lu par Françoise Gillard

Cette relecture embaume l'enfance, la nostalgie, la douceur et la félicité. J'ai tout bonnement adoré ! Texte lu par Françoise Gillard qui propose une interprétation enjouée, aux accents mutins, très appréciable.

LES QUATRE FILLES DU DR

En cette veille de Noël, Meg, Jo, Beth et Amy se lamentent de célébrer les fêtes sans les flonflons habituels. Il y a d'abord la guerre, puis l'absence de leur père, qui les contraint de revoir leur train de vie, mais leur nature pleine d'abnégation supplante bien évidemment les plaintes pour la forme. Et de fait, elles n'hésitent pas à subvenir aux besoins des plus démunis, comme partager leur délicieux petit-déjeuner en offrant leurs brioches et autres friandises dans la joie et la bonne humeur. Cette belle harmonie familiale ne peut qu'interpeller leur jeune voisin, Laurie, qui vient de s'installer chez son grand-père M. Laurence et regarde souvent avec envie le manège des filles. Jo va ainsi le tirer de sa solitude et faire de lui son meilleur ami inséparable. Ensemble, ils partageront les premiers bals dans la bonne société, se cacheront derrière les tentures pour masquer une toilette défraîchie ou tromper une timidité maladive, ils se lanceront également sur le lac gelé avec leurs patins, partageront les confidences et effaceront d'un coup d'éponge les bouderies passagères. Toutefois, l'essence même du livre revient à la famille March, aux liens inextinguibles entre les sœurs, à leurs tempéraments distincts et colorés qui constituent néanmoins un ensemble cohérent et très attachant. Meg, l'aînée, est l'âme romantique, Jo le garçon manqué, Beth la fleur fragile et Amy le bébé capricieux. Avec leur maman, qu'elles soutiennent et qu'elles admirent, les quatre filles March vont contre vents et marées dans une existence perturbée par la guerre, la maladie, la pauvreté et la vieille tante March acariâtre. On passe ainsi une année chaleureuse, entre grands bonheurs et petites déceptions, à partager les rires et les pleurs de cette famille aux valeurs pieuses et apaisantes. C'est assez décalé avec notre époque, et à moins d'avoir une âme cynique irrécupérable, on ne se délecte pas moins de cet esprit délicieusement mièvre et onctueux. Une lecture adorable, parfaite pour la saison. 

Lu par Françoise Gillard pour les Éditions Thélème - Durée : 4 h 15 min (Version intégrale)

©1996 Nathan (P)2008 Éditions Thélème

Téléchargement disponible sur Audible

 

HARDCOVER BOOK PUBLISHED BY PUFFIN IN BLOOM WITH MATCHING BOOKMARK

Little Women Hardcover Book Published By Puffin in Bloom with Matching Bookmark

Puffin In Bloom is a new line of classics with
gorgeously illustrated covers by Anna Bond.

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15/12/15

Une part de ciel, de Claudie Gallay

Une Part de Ciel Babel

Pour tout avouer, j'ai choisi d'écouter le livre audio (texte lu par Pauline Huruguen pour les éditions Thélème) mais j'ai d'abord grimacé en entendant la voix de la comédienne qui ne m'inspirait qu'un profond ennui. (En plus de constater qu'il y a une totale absence de réalisation sonore, avec un enregistrement trop bas pour ma station d'accueil, poussée à plein volume, la lecture est quasi inaudible en faisant le brushing du matin.) Cette déconvenue réglée, j'ai fini par m'habituer et j'ai réussi à trouver un certain confort dans cette histoire assez banale, mais qui dégage charme et quiétude, tout en collant pile poil à l'atmosphère de saison. 

Aux premiers jours de décembre, Carole regagne la vallée de la Maurienne où son père Curtil lui a fixé rendez-vous. Celui-ci étant en retard, Carole s'installe dans un gîte et décide de l'attendre. Une routine s'établit rapidement, elle traduit un bouquin sur Christo, prend ses repas chez Francky, papote avec son frère Philippe, donne un coup de main à sa sœur Gaby, qui survit dans un bungalow truffé de courants d'air, évoque Balzac avec la jolie Môme, flirte avec Jean de la scierie, ressasse le bon vieux temps avec Sam, récure les gamelles du chenil de la Baronne... Les jours passent, sans plus donner de nouvelles de Curtil. Le temps est gris, froid, hivernal. Ce retour aux sources évoque aussi pour Carole son enfance, la maison qui a pris feu et leur mère forcée de sauver ses enfants, pardon, de choisir lequel de ses enfants sortir en premier. Un geste qui a longtemps hanté Carole, qui ne cesse de se sentir coupable d'avoir été élue au détriment de sa sœur, aujourd'hui malade, affaiblie, traînant une vie de misère.

Malgré un style remarquable, la narration est lente, longue et s'enfonce dans la monotonie et la langueur. Sans oublier que le cadre dans lequel est plantée l'histoire est d'une tristesse à pleurer. C'est déconcertant de se dire que, même si j'ai dévoré ce bouquin, apprécié l'idée et le contexte, il n'a pas réussi à m'enchanter pleinement. 

Actes Sud, Août 2013 ♦ Babel, Octobre 2014 ♦ éditions Thélème, Janvier 2014

Une Part de Ciel Theleme

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15/04/14

La maison d'à côté, de Lisa Gardner

IMG_0819

Une nuit dans sa grande maison, Sandra Jones attend le retour de son mari, retenu par son boulot, leur petite fille endormie dans la chambre d'à côté. Mais la jeune femme va disparaître, sans laisser le moindre indice. Au lieu d'alerter immédiatement la police, d'interroger l'entourage, de manifester une sincère compassion, l'homme se comporte d'une façon qui va interpeller le commandant D.D. Warren chargée de l'enquête.

La suite, toutefois, ne sera qu'un condensé de promesses voilées : action fouillée, mais lente, suspense d'ordre psychologique, tension perceptible, sans être renversante, des personnages au passé trouble et inquiétant, sauf qu'ils ne suscitent aucune empathie. Pourtant, l'auteur ne ménage pas sa peine à vouloir brouiller les pistes pour tenir en éveil l'intérêt du lecteur... malgré tout, la sauce ne prend pas. J'avais misé gros sur la découverte de Lisa Gardner, en choisissant ce titre récompensé par le Grand Prix des Lectrices Elle, mais au final j'ai trouvé l'intrigue convenue, engourdie et sans effet de surprise. Une déception, pour ma part.

Le Livre de Poche, septembre 2012 ♦ traduit par Cécile Déniard pour les éditions Albin Michel ♦ éditions Thélème, février 2011 - texte intégral lu par Élodie Huber (durée : 12h 15)

Lecture papier en parallèle avec l'écoute du cd des éditions Thélème, que je découvre pour l'occasion. Très belle voix d'Élodie Huber, interprétation agréable et distrayante, mais réalisation sonore inexistante, aucune indication du changement de chapitre, un assemblage curieux, qui me laisse très franchement perplexe.