11/09/18

Trop beau pour être vrai, de Kristan Higgins

Trop beau pour être vraiGrace a rompu avec Andrew quand celui-ci est tombé amoureux de sa sœur Natalie. Malgré sa souffrance, la jeune femme a longtemps fait bonne figure pour éviter toute compassion excessive, jusqu'à l'annonce de leurs fiançailles. Pour échapper à la honte et à la pitié de ses proches, elle s'invente donc un petit ami idéal.
Mais Grace en a assez de son statut d'éternelle célibataire et cherche à trouver un nouvel homme dans sa vie. Pourquoi pas son voisin ? Lorsque Cal s'est installé dans la maison d'à côté, Grace l'a d'abord accueilli en l'assommant avec une crosse de hockey. Elle pensait qu'il s'agissait d'un cambrioleur et a prévenu la police (elle était certes un peu éméchée et bouleversée).
Depuis, Cal lui lance des regards incendiaires et l'évite comme la peste. Quel sombre idiot... mais ô combien sexy et attirant ! Grace se rince souvent l'œil depuis son grenier mais Cal n'est pas aveugle et lui demande de cesser ses séances d'espionnage. Voilà, c'est dit.
Cal et Grace forment donc un couple impossible et aux réparties explosives. On applaudit des deux mains en savourant le ton comique. On y retrouve aussi tous les ingrédients chers à Kristan Higgins : des personnages entiers, passionnés, sensibles et attachants. L
a famille occupe toujours une place primordiale : encombrante mais indispensable. Et la relation entre Grace et ses sœurs est farfelue (par contre le coup du fiancé qui permute les prétendantes... au secours !).
Prof d'histoire, Grace est passionnée par les reconstitutions géantes et pousse ses élèves à l'accompagner. Cal est forcément torride dans son genre. Dès lors qu'il y a rapprochement entre Grace et lui, cela va beaucoup trop vite (aaaah Autant en emporte le vent sur grand écran, comment ne pas craquer ?!). Par contre je n'ai pas vu venir la fin et c'est tant mieux. J'ai adoré. Kristan Higgins, tu es définitivement mon héroïne !

HarperCollins (2015) - traduit par Sandrine Jehanno

 


10/09/18

Comment le faire craquer en 10 leçons, de Joanna Bolouri

Comment le faire craquer en dix leçonsCat est chroniqueuse pour le Lowdown Magazine où elle tient une rubrique sur l'amour en signant sous le pseudo de Glasgow Girl. Séparée de son compagnon, Cat vit seule avec sa fille et partage son expérience de célibataire avec beaucoup de dérision. Un jour, elle se moque ouvertement d'un bestseller sur les règles d'or de la séduction - vexant au passage son auteur - et doit faire son mea culpa en appliquant à la lettre ses conseils avisés pour trouver l'âme sœur. Cat y met de la mauvaise volonté (trop caustique et indépendante pour papillonner des cils avec un sourire sibyllin sur les lèvres). Pourtant, les préceptes suivis se révèlent efficaces : elle vient de rencontrer un charmant dentiste, auprès duquel elle se transforme en un modèle de vertu, et voit la relation décoller !
On le sait, Cat est une jeune femme qui rêve d'amour mais qui couche aussi avec un inconnu rencontré dans un bar, elle joue parfois les vamps mais adore se vautrer devant une série tv en pyjama, elle déprime en apprenant le mariage de son ex mais fait bonne figure pour son adorable poupette, sa meilleure amie est désopilante et sa sœur essentielle à son bon équilibre. En bref, le petit monde de Cat est actuel : il allie charme et humour en toute simplicité. On ne nous vend pas une héroïne parfaite et irréprochable... mais tellement attachante ! J'ai, de plus, adoré son humour sarcastique et sa relation volcanique avec le mystérieux Dylan. On sourit tout du long et les 300 pages défilent en inspirant une sensation merveilleuse. Une comédie franchement pétillante !

Milady (2017) - traduit par Claire Allouch

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07/09/18

Pas facile d'être une fille facile, d'Anna Premoli

Pas facile d'etre une fille facileFraîchement débarquée à New York, Jordan Walsh décroche exprès un job de serveuse à la cafétaria qui fait face à l'hôpital. La jeune femme est ravissante, elle possède un physique avantageux dont elle n'hésite pas à jouer, elle a aussi un caractère optimiste et enjoué. Un vrai rayon de soleil. Oui, franchement, on craque pour elle ! Pourtant, Jordan est loin d'être une blonde vaporeuse et idiote. Si ses intentions affichées sont de rencontrer et épouser un riche médecin, c'est aussi pour soigner sa maman malade. Mais le premier jour de son boulot, elle s'effondre aux pieds de Rory Pittman, médecin des urgences, et est opérée de l'appendicite. Rory est très beau, charmant et n'ignore rien du plan de carrière de Jordan... car Rory est un électron libre : il est trop jeune et déjà fiancé. S'installe donc une connivence délicieuse entre le docteur et sa patiente, pleine de taquineries, de virées romantiques, de tendresse et d'humour. C'est adorable. Il n'y a aucune ambiguïté entre eux - caramba - et c'est ce qui rend leur relation formidable. C'est seulement lorsque Jordan va enfin dégoter la perle rare que l'attitude de Rory va vaciller. Notre docteur glamour va se montrer distant, capricieux et blessant. Jaloux ? À ce stade, inutile de préciser que la lectrice a des yeux de merlan frit et sent son petit cœur tout mou battre la chamade. Cette lectrice, c'est moi. Totalement conquise et gâteuse. Savourant avec gourmandise cette comédie débordante de peps et de légèreté. Les personnages sont justes et très attachants. Jordan est une héroïne extraordinaire : audacieuse, fantasque et généreuse. J'ai adoré la complicité entre Rory et elle, naturelle et directe. Tous deux ont beaucoup à partager et vont améliorer leur vision de la vie, ce qu'ils attendent et espèrent. Pas besoin de vous faire un dessin. La lecture est entraînante, elle inspire joie et bonheur. J'ai pleinement succombé à son sortilège et j'espère que d'autres romans d'Anna Premoli seront traduits et publiés en VF ! ♥ Gros big-up pour Mme Eliza et Casey (la bibliothécaire). 

Lj (16 mai 2018) * Traduction d'Alexandra Teissier

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06/09/18

La dernière confidence d'Hugo Mendoza, de Joaquín Camps

LA DERNIÈRE CONFIDENCE D'HUGO MENDOZAVictor Vega, professeur de littérature à l'université, est en pleine galère : lourdement endetté auprès de la mafia russe, il doit également répondre des accusations de viol lancées par une étudiante. La proposition de son amie Ana Cifuentes est donc pour lui une formidable aubaine : contre une forte rémunération, il doit certifier l'authenticité des manuscrits de son mari décédé.
Hugo Mendoza a en effet écrit un premier roman au succès retentissant, mais peu de temps après l'homme a disparu en mer. Depuis deux ans, chaque 3 décembre, sa veuve reçoit une boîte à chaussures contenant un roman inédit qu'elle publie à titre posthume. Mais Ana est saisie d'un doute car elle s'imagine que Hugo est toujours en vie, planqué quelque part, et demande à Victor de tracer l'origine des manuscrits.
Notre homme accepte de relever le défi, passionné par la vie de l'écrivain et par ses romans, et s'installe dans le studio de Hugo Mendoza, dans un petit quartier de Madrid. Très vite, pourtant, il comprend que son enquête dérange mais ne se laisse nullement intimidé. Au contraire. Victor persiste et entraîne dans sa course sa fidèle amie Paloma, une belle plante obèse qui ne porte que des survêtements moulants, mais aussi une jeune nonne férue d'informatique, surnommée sœur Clavier, et Bea, la frangine sexy et rebelle d'Ana Cifuentes.
Quand on a entre les mains ce gros roman de 650 pages, on frémit d'impatience à l'idée de monter à bord, espérant un embarquement immédiat pour une aventure ébouriffante. Le ton est immédiatement donné : on a du suspense, de la dérision et de l'humour, ainsi que de folles péripéties, un rythme endiablé, des personnages cocasses, d'autres plus pernicieux, des chausse-trappes à foison et moults rebondissements en tous genres.
En gros, on ne s'ennuie pas une seconde et on dévore ce bouquin à la façon d'un Harry Quebert picaresque et flamboyant. Et ça roule sur la langue, ça croque sous la dent, ça vous tient en haleine du début à la fin. Je n'avais rien anticipé, j'avais élaboré mille théories, j'ai coulé à pic. Que dire ? Cette lecture est captivante ! J'ai beaucoup aimé. Et je recommande.

Presses de la Cité, 2018 - Traduit par Claire-Marie Clévy

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10/08/18

La courte histoire de la fille d’à côté, de Jared Reck

La courte histoire de la fille d'à côtéMatthew est amoureux de sa voisine, la fabuleuse Tabby. Ils se connaissent depuis toujours, ont grandi ensemble et sont inséparables. Mais Matt n'a jamais osé avouer ses sentiments. À la place, son cœur se brise en voyant son amie monter dans la voiture de Liam Branson - un élève de terminale ultra populaire. Le garçon est jaloux et masque son amertume derrière son humour. Pourtant, l'entente avec Tabby est toujours au beau fixe. Celle-ci n'a qu'à traverser la rue pour se réfugier chez les Wainwright où sa place est acquise. Tabby a tout partagé avec Matt : s'empiffrer de bonbons devant un marathon Star Wars, se déguiser en pygargue le soir de Halloween, partager les restes de dinde farcie et de jus de viande, s'échanger des cadeaux le lendemain de Noël... Pour Matt, Tabby est sa promise. Son futur. Son évidence. Et déjà le garçon se fait des films - façon comédie romantique - il ne doute pas qu'un jour les deux meilleurs amis tomberont dans les bras l'un de l'autre en se promettant l'éternité. Clap de fin. Un matin, cependant, les rêves s'effondrent car la réalité a repris ses droits. Et le raz-de-marée émotionnel est foudroyant.

Ce roman est certes bouleversant, mais pendant longtemps il nous transporte dans l'univers drôle et farfelu de son narrateur. Matt est un adolescent de quinze ans tout à fait ordinaire, amateur de basket, de friandises et de jolies filles, il a des idées folles qui bouillonnent dans la tête et des désirs absurdes, qui nous remettent aussi les pieds sur terre. Car l'auteur a tout compris des jeunes qu'il a l'habitude de côtoyer dans son boulot (prof dans un atelier d'écriture) et parvient à s'exprimer comme eux, sans fausse note. Le ton est cynique, naïf et paumé. On vit ainsi au rythme de leurs doutes et interrogations. Matt est en adoration devant Tabby mais souffre en silence quand elle tombe amoureuse d'un autre. Et quand survient le drame, on a également le cœur en miettes. Colère, détresse, nostalgie, impuissance... En somme, j'ai beaucoup aimé le tourbillon des émotions que nous fait vivre ce roman. J'ai aimé son style, son humour, ses personnages et sa sincérité. J'ai ri et pleuré. Je ne suis pas prête d'oublier Matthew & Tabitha ! C'était une belle découverte. À conseiller. 

Gallimard jeunesse (2018) - traduit par Nathalie Peronny

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09/08/18

En poche ! La magnifique, d'Anne-Laure Bondoux

Roman préalablement publié sous le titre Pépites (2005)

la magnifique anne laure bondouxBella Rossa a vingt ans et possède une beauté sauvage (une chevelure rousse, des formes généreuses et une poitrine plantureuse qui lui attire bien des ennuis).
Elle s'occupe seule de la ferme familiale à Maussad-Vallée. Son père est devenu paralytique suite à une mauvaise chute et passe son temps à boire. Sa mère a fichu le camp des années plus tôt en suivant des pélerins vers l'Ouest.
Avec la guerre, Bella Rossa sent le vent tourner et décide de quitter la ferme après une altercation un peu chaude avec des soldats. Elle charge fissa son barda à bord d'une vieille carriole et décide de tenter sa chance en ruant elle aussi vers l'or.
En chemin, elle croise un séduisant sergent, Jaroslaw Modrzejewski... une rencontre pour le meilleur et pour le pire.


Caramba ! Voilà une histoire passionnante, qui nous fait vivre des émotions fortes et bouleversantes. Il y a certes une histoire d'amour orageuse, avec ses hauts et ses bas.
Mais elle ne doit pas nous faire oublier le beau
 portrait de femme dans toute sa complexité : sa conquête de la liberté et son lot de déconfitures.
Loin des clichés, le
 Far-West révèle aussi son univers cru et sans pitié. Notre Bella Rossa est farouche, elle ne manque pas de courage et va traverser des petites villes paumées, avec ses communautés inquiétantes, ou d'autres plus chaleureuses, sans masquer les drames humains toujours plus touchants.
C'est parfois dur, mais la fascination n'en est que plus intacte. Dès les premières lignes, on plonge aussitôt dans l'ambiance. On ressent un total dépaysement et un réel envoûtement. 
Les personnages sont attachants, le style de l'auteur est tour à tour poétique et captivant. Impossible de lâcher prise.
En somme, ce voyage au pays des cowboys et des prospecteurs, en plein Gold Rush, est juste parfait ! J'ai adoré.

Bayard coll. Je Bouquine (2018 pour la présente édition)

couverture illustrée par Frédéric Rébéna

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02/08/18

Les enfants du fleuve, de Lisa Wingate

les enfants du fleuveAlors que leur mère est en plein accouchement difficile, les cinq enfants Foss sont arrachés de leur péniche pour être conduits dans un étrange orphelinat. On leur explique que leur maman est morte et que leur père a renoncé à ses droits parentaux. Les adorables bambins aux boucles blondes sont rapidement exhibés et présentés à des riches familles qui les adoptent les uns après les autres. Rill est l'aînée de la troupe, elle a douze ans et se rebiffe contre cette séparation forcée. Elle ne comprend pas non plus qu'on leur impose de changer de nom et qu'on leur interdise d'évoquer leur vraie histoire. En attendant, la fillette s'accroche pour supporter les conditions difficiles au foyer, les regards libidineux du gardien, les brimades des autres gamins... Leur famille est éclatée mais Rill ne perd pas espoir de sauver sa fratrie.

En Caroline du Sud, de nos jours, Avery Stafford est une jeune avocate à qui tout sourit. Elle vient de se fiancer à son ami d'enfance et se mobilise pour la nouvelle campagne de son père (sénateur) quand elle fait la rencontre d'une vieille dame qui s'émeut à la vue de son bracelet en forme de libellule. Un détail en amenant un autre, Avery va contacter un certain Trent Turner, chargé de remettre un courrier en mains propres à sa grand-mère, laquelle n'a hélas plus toute sa tête. Négociant au mieux, la jeune femme parvient à obtenir les documents qui la poussent à enquêter toujours plus loin sur un héritage familial complexe et inattendu.

Sitôt les premiers chapitres avalés, le temps de replacer chaque personnage dans son contexte, j'avoue que l'histoire n'a pas cessé de me hanter ! On suit avec passion les deux parcours racontés en parallèle, attendant avec fébrilité la collision, car l'intrigue est conduite de longue haleine et remue profondément notre corde sensible. On y découvre aussi le scandale Georgia Tann ou, pendant trente ans, son trafic d'adoptions sous le manteau a fait sa fortune, en volant les plus démunis pour complaire aux foyers argentés. Bénéficiant au passage de complicités bienveillantes, son marché juteux n'a jamais été inquiété mais propulsé de nombreuses familles dans un chaos sans nom.

En somme, cette lecture est excellente ! Elle m'a fait vivre mille émotions et se révèle étonnamment attachante. On se balade ainsi en plein cœur de l'Amérique bon chic bon genre à courir après une histoire invraisemblable, tour à tour romanesque, poignante et passionnante. Une belle trouvaille.

éditions Les escales (2018) - Traduit par Aude Carlier

 

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09/07/18

Les mille et une vies des urgences, de Dominique Mermoux & Baptiste Beaulieu

LES MILLE ET UNE VIES DES URGENCESJe ne connaissais pas le roman de Baptiste Beaulieu, Alors Voilà, lui-même tiré de ses chroniques de blog : Alors Voilà. | Journal de soignées/soignantes réconciliées. Mais j'ai adoré cette adaptation illustrée par Dominique Mermoux.
C'est une lecture à la fois drôle, touchante et pleine de sincérité. Un témoignage sensible, mais sans sensiblerie futile, de la vie des urgences et des petites fourmis qui s'y bousculent. On y croise des internes au top, des hommes et des femmes avec leurs bagages, leurs désirs et leurs secrets, des chefs grincheux, des malades qui vont et viennent, des cas insolites ou farfelus, d'autres bouleversants, d'où les anecdotes à la pelle !
Tout commence avec la dame de la chambre 7 du cinquième étage - celle que Baptiste surnomme L'Oiseau de Feu, du fait de sa chevelure flamboyante. Gravement malade, cette femme est en train de s'éteindre mais résiste jusqu'au retour de son fils bloqué en Islande à cause du volcan en éruption. Pour combler cette attente, Baptiste décide de lui raconter des histoires.
Entre joie et peine, ce rendez-vous aux urgences est un patchwork d'émotions. On en sort le cœur plus gros, plus lourd, plus compatissant aussi. On éprouve une grande admiration pour le dévouement de Baptiste, Anabelle, Frottis, Chef Pocahontas, Blanche, Fabienne, Poussin, Brigitte, Solveig, Amélie, le commandant Viking etc. On rit et on pleure à leurs côtés (bienvenue aux soirées camouflage). En bref, on s'installe dans un coin et on les écoute...
C'est sans artifice, sans pathos. Juste de l'humanité et de la vie 
Très, très bon !

Rue de Sèvres (2017)

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Streamliner #1. Bye-bye Lisa Dora & #2. All-in Day, de 'Fane

Streamliner byebye lisa dora

Cristal O'Neil vit seule en plein désert avec son vieux père Evel, une ancienne légende des courses de vitesse au volant de sa mythique Black Widow. Ils sont propriétaires d'une petite station service sur des hectares à perte d'horizon.
Leur tranquillité va être mise à mal avec l'arrivée de Billy Joe, clope au bec, blouson en cuir et sourire carnassier. Leader des Red Noses, il a l'intention d'organiser une course sauvage, réunissant des milliers de pilotes intrépides.
Abusé par ce rassemblement de têtes brûlées, le père de Cristal va précipiter son malheur et mettre en jeu le titre de propriété de la station, contraignant sa fille à conduire la Black Widow pour sauver leur gagne-pain.
Tous ont la rage de vaincre et se contrefichent des règles. Mais tous sont alléchés par l'appât du gain ou par le désir de changer de vie. D'ailleurs le casting ne manque pas d'être époustouflant : outre la chanteuse de rock Calamity, les amazones des Black Panties ou les mystérieux frères Jarret, on trouve aussi  William Boney alias « The Kid » cherchant à échapper aux fédéraux à ses trousses...
On sent à la lecture de cette série (en deux volumes) la poussière du désert, la poudre de la carabine, la sueur et le sang des challengers, le sel des larmes aussi.
Et c'est avec fascination qu'on plonge dans cette ambiance - à la fois âpre et sexy, mais sans racolage. On s'attache aux personnages, leurs parcours et leurs histoires se dévoilent. On découvre plus loin la course médiatique et les magouilles politiques. Les autorités sont dépassées, le run du siècle est lancé.
Bref on suit les pleins et les déliés, les courbes impeccables, les freinages implacables, les moteurs qui chauffent et le caoutchouc qui brûle. La mort est défiée à chaque instant et la vie vécue à mille à l'heure...
Autant dire que j'ai gobé cette lecture avec exaltation. C'était intense et j'ai adoré !

Rue de Sèvres (2017)

 

Streamliner allin day

SÉRIE EN 2 TOMES - 'Fane offre avec Streamliner une œuvre sensible, explosive et déroutante qui lui ressemble.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04/07/18

Un petit pois pour six (Histoires des Jean-Quelque-Chose) de Jean-Philippe Arrou-Vignod

Un petit pois pour sixC'est toujours à la saison estivale que je retrouve ma famille des Jean-Quelque-Chose - une marmaille de six garçons turbulents et leurs parents d'une patience d'ange - dans une série de petites chroniques de la vie quotidienne.
Et ainsi, on se rend à la bibliothèque chaque jeudi après-midi, on couvre les rendez-vous secrets de Jean-A, on part à la pêche aux lançons, on écoute les conseils aguerris de papa, on s'inspire des palpitantes enquêtes du Club des Cinq, on écrit et on réécrit de belles histoires, on organise une super fête des mères, on découvre chez Papy Jean une cabane dans les arbres et on s'imagine passer toute une nuit là-haut, même pas peur, même si la nuit des Robinsons vaut bien quelques frissons...
En somme, c'est savoureux et tendre à lire. On replonge au pays de l'enfance et de l'imagination foisonnante. On se fond une place confortable parmi une joyeuse tribu attachante. On vit au rythme de leurs bagarres et de leurs jeux. C'est merveilleux.
La lecture est adorable. On sourit tout du long et on se sent comme dans un cocon douillet. Un territoire familier.
Mais bien sûr je ne vous apprends rien : il suffit de replonger dans la nouvelle compilation de cette famille aux petits oignons pour goûter le parfum du bonheur !  

Gallimard jeunesse (2018) - illustrations de Dominique Corbasson

 

Le 21 février 2018, Dominique Corbasson s'éclipsait avec sa poésie, sa douceur, sa fraîcheur et son charme discret... 
Jean-Philippe Arrou-Vignod lui a rendu hommage.

J'ai eu le bonheur de faire une dizaine de livres avec Dominique Corbasson. Durant près de vingt ans, elle a donné un visage à mes Jean-Quelque-chose. Son trait lui ressemblait : élégant, lunaire et drôle.
Elle envoyait ses délicieuses saynètes sur des bouts de papier, l'air de rien, et chaque fois, c'était juste, piquant, poétique. Elle seule savait rendre émouvante une rangée de bottes d'enfants ou un bracelet scoubidou.
Parfois, dans l'euphorie, il lui arrivait d¹ajouter quelques Jean à ma petite tribu. On en riait ensemble. « Six frangins, Dominique, tu ne crois pas que c¹est bien suffisant ? » Tant pis, je changeais la scène pour elle ou en écrivais une autre. Elle se savait étourdie, oubliait ses lunettes partout, mais son coup de crayon, lui, était net, précis, étrangement doux et tranchant et à la fois.
Il y a quelques semaines encore, elle livrait trois couvertures, si fraîches, si pétillantes de vie.  Aujourd'hui, les Jean sont un peu orphelins. On ne leur dessinera plus de cabanes dans les arbres, de soirée au cirque ou de 404 familiale surchargée de bagages jusqu'au toit. 
Dominique va salement nous manquer.

...

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,