15/01/19

Snow, de Danielle Paige

SNOW DANIELLE PAIGESnow a grandi dans un hôpital psychiatrique, en compagnie de Bale, son ami de toujours et son grand amour. Elle rêve du jour où ils pourront quitter Whittaker ensemble et vivre loin des spectres qui les entourent.
Son univers bascule lorsque le garçon est arraché sous ses yeux pour disparaître vers l'inconnu. Snow bascule également dans cette autre dimension... et découvre un royaume figé dans l'hiver et tenu par un monarque qui sème la terreur sur ses sujets.
Snow n'a pas fini de multiplier les découvertes, en comprenant qu'elle joue à sa façon un rôle à part entière dans la prophétie qui menace le Roi des Neiges.

Pas facile d'expliquer ce que la lecture nous réserve. Si je m'appuie sur ma propre expérience et les sensations ressenties, j'ai plongé à l'aveuglette dans le roman, ne sachant rien à son sujet, et ai ainsi appréhendé chaque détail de son histoire avec avidité et hallucination.
En gros, j'ai adoré.
L'ambiance est fascinante. Elle pose un cadre sans cesse renouvelé mais son aura demeure étrange, envoûtante, féerique. Le charme opère et la musique s'écoule. On découvre des enjeux et des alliances, des mystères et des mensonges, des aventures et des trahisons. C'est fabuleux.
Seul souci, l'embrouillamini autour du personnage central. Snow est une jeune fille qui a grandi sous cloche, dans l'ignorance totale de ses origines et du pouvoir entre ses mains. Sa propulsion soudaine dans le Royaume des Neiges fait vaciller ses certitudes et va lui révéler tout son potentiel. Bref. On pardonnera ses hésitations, ses doutes, ses angoisses, ses approximations.
Par contre, ses moindres pas sont guidés systématiquement par un garçon. Entre Bale, son amoureux kidnappé sous son nez, pour qui elle a franchi la frontière invisible et bravé tous les dangers afin de le retrouver, puis il y a Kaï, sensible et inaccessible, sans oublier Jagger, ce voleur au grand cœur, qui fait battre celui de notre héroïne plus que de raison... En vrai, ça fait beaucoup de prétendants pour une seule demoiselle, même si les lignes sont assez floues, et si l'essentiel se passe dans l'émotion, l'effleurement, le désir trouble.
Je peux comprendre l'idée, mais la lecture au premier degré peut s'avérer déconcertante. D'où prudence avant de condamner hâtivement. Car l'ambiance globale est tout de même prodigieuse. J'ai ressenti une profonde admiration, une vraie immersion dans ce monde imaginaire. J'ai aussi beaucoup aimé le clan des Voleuses : leurs ruses, leurs masques, leurs pactes, leurs non-dits et leurs secrets. C'est comme pour tout : beau en apparence et tellement trompeur. 
Au final, j'ai été séduite. La lecture n'est pas sans défaut mais elle a aussi du charme et du mystère à revendre. Une découverte parfaite pour la saison.

Milan (2018) - Traduit par Emmanuelle Pingault

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14/01/19

Le Réseau Corneille, de Ken Follett

Le réseau corneilleFrance, 1944. Le Débarquement est imminent. Tous les réseaux clandestins et les services d'espionnage sont aux cent coups. Depuis Londres, Betty met en place son Réseau Corneille, lequel rassemble six femmes avec pour mission de s'infiltrer dans un château occupé par des allemands pour y saboter le système de communication. Betty n'a que quelques jours pour mettre au parfum des novices, parfois dotées d'un tempérament volage ou trop caractériel. C'est peu, assez frustrant, mais Betty n'a plus le choix. Sur le terrain depuis des mois, figurant parmi les meilleurs agents, elle craint désormais pour sa couverture récemment menacée.
Petit rembobinage sur la scène d'ouverture du roman. Gran-diose ! Près de Reims, un groupe de résistants tente une action de force contre l'occupant mais l'opération tourne court. Betty parvient à s'échapper avec son mari, Michel, salement blessé. Tous leurs camarades ont été arrêtés, probablement torturés et donc passibles de livrer des secrets. Betty sait que son temps est compté. Mais elle veut tenter le tout pour le tout.
Face à elle, un officier allemand, Dieter Frank, pourrait bien lui mettre des bâtons dans les roues. C'est un homme redoutable, comme elle, il est rusé et parvient à anticiper les faits et gestes de l'ennemi. Je ne compte plus le nombre de fois où mon cœur a fait des bonds de cabri tant j'étais affolée à suivre Betty et Dieter dans ce jeu du chat et de la souris particulièrement féroce.
Vous l'avez compris : j'ai dévoré ce roman, écouté en une dizaine d'heures au cours de séquences que j'entrecoupais avec frustration. J'étais totalement captivée par l'histoire - merveilleusement lue par Caroline Klaus - j'étais comme devant un film de guerre, au scénario plein de suspense, entre frissons, angoisse, terreur et émotion. J'étais 100% au cœur de l'intrigue.
J'ai aimé sa mise en scène, ses personnages, même ses envolées sentimentales ont fini par m'attendrir (je roulais des yeux quand Betty et Paul roucoulaient tendrement...). Bref. Ken Follett possède un vrai talent de conteur. Et ça passe très, très bien en format audio : on ne voit pas le temps passer. On trépigne après chaque piste, on enchaîne les chapitres... C'est terriblement addictif. Et l'hommage rendu aux héroïnes de l'ombre est, par sa simplicité, d'une grande noblesse.

©2002 Éditions Robert Laffont. Traduit par Jean Rosenthal. (P)2018 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10/01/19

La petite librairie des gens heureux, de Veronica Henry

La petite librairie des gens heureuxQuoi ? Un roman qui parle de livres et de librairie ! Il ne m'en fallait pas davantage pour partir en vrille. À l'arrivée, j'ai été agréablement surprise par cette lecture pleine de charme et de gourmandise. Un roman qui ne paie pas de mine et qui vous prend totalement au dépourvu.
Direction un petit village de la côte anglaise, Peasebrook. Le propriétaire de la librairie locale vient de mourir en léguant à son unique fille son bien le plus précieux, Nightingale Books. Mais Emilia se retrouve avec un lourd fardeau sur les bras, car la librairie se porte mal et les dettes s'accumulent. Son père vivait d'insouciance et de passion. Aujourd'hui, Emilia doit décider si elle poursuit l'aventure droit dans le mur ou se résoud à vendre la vieille bâtisse à un promoteur âpre au gain.
Pourtant, elle découvre rapidement l'existence d'une communauté très attachée à la librairie : des amoureux des livres, mais aussi des personnes ayant toutes aimé profondément son propriétaire. Julius était un homme formidable, attachant, avec le cœur sur la main. Tous ont désormais conscience qu'ils ne peuvent pas abandonner Nightingale Books et entendent soutenir Emilia face à son héritage.
Les petites histoires viennent ainsi s'immiscer, ci et là, avec sa brochette de personnalités affables. Chacun y va de son anecdote, mais aussi de ses secrets ou de ses ambitions, pas toujours honorables. Autant de petites billes qui roulent et viennent s'entrechoquer pour créer une formidable osmose. Oui, il y a dans cette lecture une aura magique et poignante : une harmonie réelle et captivante.
J'étais finalement bien lovée dans mon canapé à tourner les pages du roman. Avec un sourire niais sur le visage. Je me sentais dans mon élément, parfaitement chouchoutée dans cette ambiance. Comme un doux refuge qui inspire un vrai confort. Ne cherchez pas le moindre soubresaut, juste l'assurance d'une rencontre improbable et néanmoins lumineuse. J'ai été conquise sur toute la ligne : effet cocooning assuré !

City éditions (2017) - Traduit par Ariane Maksioutine

Titre VO : How to Find Love in a Bookshop

Existe en format poche (2018)

 

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09/01/19

Des millions de larmes et de rires, de Karma Brown

Des millions de larmes et de riresTegan et Gabe vivent le grand amour depuis leur rencontre à l'université. Désormais mariés, ils attendent la naissance de leur premier enfant dans trois mois. Mais un soir d'hiver, sur une route verglaçante, leur voiture fait une embardée.
La jeune femme se réveille sur un lit d'hôpital et apprend qu'elle a perdu son bébé. Effondrée, elle ressent une profonde rancœur à l'égard de son compagnon et s'enfonce dans la dépression. Les semaines passent, l'amertume a fait son nid et Tegan refuse de reprendre goût à la vie.
Le couple est dans l'impasse : ils ne se comprennent plus et se disputent sans cesse. Gabe cherche à bousculer Tegan et lui propose finalement de partir pour un long voyage de six semaines : les plages de Bangkok, la cuisinie italienne, le surf à Hawaii... Pourquoi ne pas réaliser leurs vieux rêves pour sauver leur amour ?
Tegan accepte. À son corps défendant. Elle n'est plus que l'ombre d'elle-même. Elle se ment. Et elle ment aux autres. Elle refuse d'évoquer le drame qu'elle vit. Son deuil insurmontable. Et s'enferme dans une bulle increvable.
En fin de compte, ce voyage va lui offrir mille sensations et autres émotions : en remontant le fil des souvenirs, elle va extérioser sa douleur trop longtemps enfouie.

- Ça peut paraître dingue, mais peut-être que je n'ai pas envie de surmonter tout ça.
Je suis soulagée de l'avoir enfin dit tout haut.
- Est-ce que j'ai vraiment envie d'aller mieux ? D'aller de l'avant ? Parce que... parce que...
Je m'interromps, le souffle coupé par le chagrin.
Gabe m'interroge d'une voix douce, compréhensive.
- Parce que tu as peur d'oublier ?
Je hoche la tête en aspirant un peu d'air.
- Et si j'oubliais tout l'amour que... tout l'amour que...
- Tu ne l'oublieras pas, m'interrompt Gabe d'une voix imprégnée de détermination. Je ne te laisserai pas oublier.

Je ne m'y attendais pas du tout, mais ce roman est juste bouleversant ! Je l'ai lu d'une traite, j'ai voyagé, j'ai rêvé, j'ai souri, j'ai pleuré. Même après avoir terminé ma lecture, je me sentais encore imprégnée par ses mots et ses messages. Que d'amour et d'espérance entre les lignes... c'était magnifique.

HarperCollins (2015) - Traduit par Florence Guillemat-Szaras

Titre VO : Come Away With Me

 

05/01/19

Les Enchantements d'Ambremer (Le Paris des Merveilles 1), de Pierre Pevel

les enchantements d'ambremer audible

Quelle extraordinaire lecture, où l'on découvre un univers original et fabuleux sous la plume de Pierre Pevel.
L'histoire se déroule dans un Paris des Merveilles, un Paris pittoresque et vieillot, celui de la Belle Époque, avec ses Grands Boulevards, ses immeubles haussmanniens, ses rues pavées, ses canotiers et ses corsets... mais aussi ses sirènes dans la Seine, ses saules rieurs, ses chats ailés, ses farfadets, ses gnomes, ses dragons et ses licornes...
Oui, imaginez un monde féerique, où se mêleraient magie et enquête policière, avec des personnages truculents en sémillants porte-drapeaux. Voici donc l'univers flamboyant que nous propose cette série. De quoi se frotter les mains avec jubilation. 
Louis Denizart Hippolyte Griffont est mage du Cercle Cyan. Ingénieur excentrique, il prête également ses lumières pour résoudre des mystères... de là à être impliqué dans un trafic d'objets enchantés, il n'y a qu'un pas qu'il va franchir avec aisance. En chemin, il croisera également sa délicieuse épouse, Isabel de Saint-Gil, une habituée des arnaques. Même si entre eux, le mariage appartient désormais au passé, une profonde tendresse demeure. D'où une association inopinée face à des sorciers maléfiques qui vont sortir du bois et présager une prolifération de sombres complots.
Verdict : c'est entraînant, étourdissant, captivant. J'ai adoré cet univers follement original, la plume enjouée de l'auteur, les personnages fantasques, l'humour guilleret et l'influence romanesque de Maurice Leblanc ou Gaston Leroux. On se croirait dans un grand feuilleton du 19ème avec une touche fantastique pour éblouir davantage le lecteur. J'ai totalement adhéré.
Je suis déjà parée pour écouter la suite proposée en exclusivité par Audible Studios : Maud Rudigoz livre une performance enchanteresse et très plaisante pour l'oreille. Le cocktail est savoureux. Un régal, vraiment.

©2015 Bragelonne (P)2018 Audible Studios

Également disponible en Collection Folio SF (n° 571)

A79325

Parution : Mars 2017


19/12/18

Nos vies en mille morceaux, de Hayley Long

Nos vies en mille morceauxDylan et son frère Griff ont passé leur enfance à parcourir le globe avec leurs parents. Libres et insouciants, ils incarnent la famille aimante et offrent un aperçu du bonheur de vivre ensemble. Mais peu avant le 13ème anniversaire de Griff, leurs parents ont un accident de voiture. Un drame puissance mille. Les garçons sont anéantis, privés de repères, ils se retrouvent seuls au monde. D'abord recueillis par une collègue d'école, la sublime et attachante Beyoncé (keep on dreaming), ils sont ensuite envoyés dans une petite ville du Pays de Galles, chez une cousine qu'ils n'ont jamais rencontrée de leur vie.
Commence une autre étape pour recoller les morceaux de leur existence brisée. Et là, moi j'étais effondrée avec mon roman entre les mains : ses éclats de rires et ses cascades de larmes vont et viennent en alternance. Ascenseur émotionnel droit devant. J'ai pourtant tout encaissé car cette lecture est aussi extrêmement positive. Elle vous envoie de bonnes ondes vivifiantes, elle déborde d'amour, de poésie et de musique, en même temps qu'elle évoque le chagrin insurmontable, la perte et la solitude.
L'auteur avait déjà produit ce numéro de haute voltige avec son héroïne Lottie Biggs, ou comment raconter une histoire poignante, sans verser dans le mélodrame, en rappelant qu'il faut s'accrocher et croire en la vie. Elle récidive donc avec Dylan et Griff à travers un portrait magnifique et bouleversant des deux frères dont la détresse est à couper le souffle. Et même si on a le cœur lourd et la boule au ventre, même si on tend l'oreille pour écouter leurs murmures, on sourit aussi tout du long à la lecture de cette histoire miraculeuse.
On fait ainsi provision de mots doux, on ramasse des mots piochés ci et là : “avec ou sans moi, la vie continue”, “on se sent toujours mieux après un bon thé gallois”, “parfois, malgré tout, la vie est belle”. Et on court écouter l'album des Beach Boys et leur chanson, The Nearest Faraway Place. « On aurait dit la musique qui clôt un film. Du genre doux et triste et, en même temps, plein d'espoir. » 
Ce roman est magique.

Gallimard jeunesse (2018) - Traduit par Laetitia Devaux

Titre VO : The Nearest Faraway Place

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28/11/18

Méto : L'intégrale (version anniversaire), par Yves Grevet

Méto intégrale version anniversaire

Dix ans déjà que cette trilogie culte fascine, intrigue, interpelle chaque lecteur qui pose son regard sur la couverture illustrée par Thomas Ehretsmann. Le lecteur l'ignore, mais le verrouillage est activé.
Il y a en effet ce CRAC légendaire, un bruit à peine audible dans un dortoir où règne un silence angoissant. Des voix chuchotent, c'est pas moi, c'est lui. 
Au matin, tous constatent qu'un lit a craqué et la panique monte d'un cran. Mais pourquoi ?
À ce stade, impossible de reposer l'ouvrage ou de poursuivre son chemin en faisant comme si.
Impossible.
L'histoire de Méto ne se raconte pas. Il faut s'y aventurer en toute confiance et savourer sa parfaite maîtrise, son suspense et sa mise en scène. Tout y est. On débarque dans une Maison sur une île, où vivent une soixantaine d'enfants, tous distincts selon des rubans de couleur. Or, tous semblent redouter qu'ils se déchirent (ou que leur lit se brise). Alertés, les César les conduiraient hors de la Maison. Par contre, nul ne sait ce qui les attend après.
Dans cette Maison, les règles sont strictes, les repas avalés à heure fixe selon un rituel établi, les corvées ne manquent pas, les enfants doivent se dépenser physiquement en pratiquant du sport (un jeu de salle appelé Inche) et suivent des cours sur la culture de la pomme de terre ou sur une chaudière.
Le reste, c'est mystère et boule de gomme.
Quel est donc ce monde que nous propose Yves Grevet ? Un univers étrange, dense et palpitant. Des personnages forts et mémorables. Une action qui suit son cours, entre aventure, anticipation et espionnage. Un lecteur tenu en haleine tout du long.
En dix ans, d'autres romans ont paru et creusé la perspective d'une société qui se renouvelle, qui déconcerte et qui chamboule notre imaginaire, mais MÉTO avait tout compris avant l'heure.
Voilà pourquoi il n'est jamais trop tard pour lire ou relire cette série. Ce n'est plus une nouveauté, mais dix ans d'un amour qui n'a jamais flétri. Les éditions Syros célèbrent donc son anniversaire en publiant une intégrale (des trois volumes) sous une magnifique jaquette dépliable. En chiffres, ce sont aussi 14 prix littéraires, 896 pages d'une intrigue passionnante et des traductions à travers le monde (8 langues dont le coréen, l'allemand, le russe ou le néerlandais).
Du grand, du bon, du très, très bon !

Syros, 2018  *** version anniversaire ***

« Ne te fais pas d'illusions: la seule voie de la survie est l'obéissance envers ceux qui détiennent du pouvoir. »

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21/11/18

Malo de Lange, de Marie-Aude Murail

Première parution en volume unique de cette fabuleuse saga à mi-chemin entre les Mystères de Paris et Charles Dickens.
Roman illustré en trois parties et 56 tableaux.

Malo de LangeUn bambin de deux ans, blond aux yeux bleus, est abandonné à l'hospice et recueilli par deux sœurs qui rêvaient d'une petite fille. Avec son charmant minois et son caractère enjoué, Malo devient vite la coqueluche des demoiselles de Lange.
Chouchouté dans un cocon douillet, il explore aussi le voisinage pour lier connaissance avec la ravissante Léonie de Bonnechose ou apprendre l'arguche avec La Bouillie. 
Mais les ennuis se présentent sous la figure de Riflard, qui prétend être le père de Malo. Bien entendu, ce type n'est qu'un escroc qui va kidnapper le garçon pour servir ses sombres desseins.
En attendant, la question sur les origines de Malo est posée. Que signifie cette fleur de lys tatouée dans son dos ? S'agit-il réellement de la marque des criminels ? Malo perd tous ses repères et décide de ne pas retourner chez les demoiselles de Lange.
À la place, il 
devient un grinche (autrement dit, un voleur) et s'associe avec d'autres jeunes égarés pour trousser les riches. La suite des aventures réserve d'autres surprises, au fil des rencontres et des rebondissements. On va cavaler derrière Malo, partager ses péripéties et assister à des drames, dans une excellente mise en scène qui relance sans cesse la lecture.
Le rythme est vif, les situations souvent inattendues et palpitantes. On rit, on tremble, on erre dans les rues de Paris, ambiance 19ème siècle, avec des yeux écarquillés et le cœur prêt à bondir hors de la cage thoracique. On tourne avec impatience les pages de ce roman-feuilleton amoureusement élaboré et empreint d'humour. C'est vraiment très, très bon. Cela m'a aussi fait grandement plaisir de retrouver ce héros charismatique et de reprendre une bouchée de son histoire étonnante et riche en émotions.
« Moralité, pour être heureux, il faut prendre les choses du bon côté, comme disait saint Laurent sur son gril, juste avant d'être retourné. »

L'école des loisirs (2018) - illustration de couverture par Régis Lejonc

 

 

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12/11/18

Didier, la 5ᵉ roue du tracteur, de Ravard & Rabaté

didier la 5e roue du tracteurIl n'y a pas que l'amour dans le pré... il y a aussi l'humour !
Didier est un fermier au physique bedonnant. Il a 45 ans. Il est célibataire. Un matin, après une visite chez le médecin, il réalise qu'il n'a jamais connu l'amour et décide de se lancer. Pourquoi pas sur Meetic ? Sa sœur Soazig rédige une petite annonce, peaufinant le portrait du Didier, proche du cas désespéré.
Mais ne le blâmons pas, car notre ami est franchement impayable. En effet, Didier aime sa routine, sa liqueur de poires, ses vaches, le cyclisme, les copains... notamment Régis, un collègue qui vient de tout perdre et qui se refait une petite santé chez Soazig et Didier.
Entendons... tournée des foires, buvette, galette saucisses, concours de sillon, course de cochons et j'en passe. Il fait bon vivre dans ce petit coin de Bretagne, à la campagne, où l'ambiance est joyeuse et salutaire.
Quid de l'amour ? Cela ne manque pas non plus. Cela déboule sans crier gare, cela déborde et cela vous noue une étonnante relation, je ne vous raconte pas, même notre Didier crie pitié, il n'est pas une machine à sexe ! Ha, ha.
Ça peut paraître naïf mais c'est une BD qui fait chaud au cœur. On s'attache aux personnages, on sourit à leurs petites histoires. Jamais on ne cherche à se moquer d'eux. Au contraire. On rencontre des hommes et des femmes ordinaires, avec leurs problèmes et aussi leurs désirs un peu fous. On les quitte presque à regret car on a passé un vrai bon moment avec eux.
C'est doux, c'est tendre, c'est drôle. Une touche de poésie, une dose de sourire. Hop, une très chouette lecture !

Futuropolis (2018) 


Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07/11/18

Les oubliés du dimanche, de Valérie Perrin

Les oubliés du dimanche

Justine est aide-soignante dans une maison de retraite, elle a 21 ans et se sent proche de ses petits vieux. Elle écoute leurs histoires, s'émeut de leur solitude, tente d'oublier son désarroi en sortant au dancing où elle croise souvent le même type.
Elle ne se souvient jamais de son nom, mais lui confie son quotidien. Et lui l'écoute patiemment, lui pose des questions, la raccompagne après le boulot, lui téléphone, l'attend.
En vrai, Justine a d'autres chats à fouetter car elle a commencé à fouiller le passé d'une patiente, la belle Hélène, qui a longtemps souffert de n'avoir pas su lire, qui se souvient aussi de sa rencontre avec Lucien, de la guerre, du café qu'ils tenaient, de Simon qui vivait dans la cave...
Cette histoire va se télescoper avec les racines de Justine, qui vit chez ses grands-parents, avec son cousin Jules, car tous deux ont perdu leurs parents dans le même accident de voiture. En fait, ce drame couvre d'autres non-dits, d'autres secrets de famille, lesquels viendront éclore au fil des chapitres. On s'en doute, on les attend avec hâte. Et notre espérance sera grandement récompensée.
Au moment de tourner la dernière page, on ressent un bien-être immense et la certitude d'avoir lu un roman bouleversant et très juste, qui ne verse jamais dans le pathos ou la sensiblerie inutile. Et ça, j'apprécie beaucoup. On se rend compte que l'auteur cherche simplement à broder des liens, à tisser une histoire, à raconter l'amour et la famille. Car aimer, c'est n'avoir jamais à dire qu'on est désolé.
Et pourtant, il y a du chagrin, de la mélancolie, du sacrifice.. mais c'est tout plein de douceur et de tendresse. On ne s'attache pas forcément à la narratrice, mais on l'accompagne bien volontiers dans son pèlerinage. On se faufile dans les coulisses des Hortensias, on mène l'enquête sur le Corbeau, puis on oublie, on plonge dans le passé, on pleure les morts, on se dit que demain est un autre jour, après tout.
N'en jetez plus, j'ai beaucoup, beaucoup aimé. C'est une lecture attachante, profonde et sans artifice. Pour un premier roman, Valérie Perrin touche en plein cœur !

©2015 Albin Michel (P)2018 Audible Studios

Son deuxième roman, Changer l'eau des fleurs, est également disponible en exclusivité sur Audible (format audio).

 

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,