16/02/16

Le Grand roman de ma Petite vie, par Susie Morgenstern & ill. par Albertine

Le grand roman de ma petite vie

Bonnie est une adolescente de 13 ans, qui vit à Paris dans un petit appartement exclusivement féminin. Sous le même toit, cohabitent donc la grand-mère Omama, la mère surbookée par son boulot et notre héroïne dont la tête grouille de questions existentielles, du genre : se réveiller ou rester au lit, routine ou aventure, sociable ou sauvage, jeans ou jupe, se marier ou rester célibataire, divorce ou famille unie, accepter ou se battre, mon histoire ou la tienne... Enfin bref, après un début assez hésitant, très ancré dans les préoccupations adolescentes, le roman finit par proposer une perspective de lecture tout à fait délirante ! Car notre jeune narratrice est drôle et talentueuse, à cultiver un humour mordant et voir la vie autrement. Son approche est féministe, résolument. Car elle doit aux femmes de sa vie le choix de conduire son destin de manière décomplexée, du moins c'était avant de se trouver empruntée, figée dans un corps dont on ne contrôle plus les odeurs, affublée d'une chevelure improbable, avec le sentiment de paraître perpétuellement dégingandée. Treize ans, ça use. Aussi Bonnie affronte ses propres tempêtes avec un sens de l'autodérision absolument jouissif. Il faut la suivre dans ses aventures, quand par exemple elle décroche sa participation à un concours d'écriture et qu'elle doit se rendre à Deauville, avec Carl, l'autre candidat qualifié, dont elle est secrètement amoureuse, et quand la grève des trains menace leur voyage, ils décident tous deux de louer un tandem et de pédaler jusqu'en Normandie ! Et ça continue de tourbillonner dans tous les sens, entre une vie familiale turbulente, un papa absent qui réapparaît par magie, une meilleure amie qui voit son monde s'écrouler, une grand-mère secrète qui dévoile peu à peu une vieille histoire de famille, une montre Patek Philippe qu'on dote de tous les honneurs, une mamie richissime qui s'ennuie au Bristol, un job décroché en douce pour s'offrir une chambre à soi, et un appartement de plus en plus riquiqui pour accueillir une joyeuse smala ! Le roman est ainsi riche d'une ambiance colorée, pétulante et chaleureuse et peut s'enorgueillir d'offrir un moment de lecture à la fois tendre et désopilant, où viennent s'y faufiler les illustrations facétieuses d'Albertine qui apportent un charme supplémentaire à cette délicieuse surprise de début d'année ! À découvrir.  

La Martinière J. / Janvier 2016

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15/02/16

Jonas Le Requin mécanique, de Bertrand Santini & ill. de Paul Mager

Jonas le requin mécanique

Ancienne vedette d'une série de films à succès (Les Dents de la mort), Jonas, le requin blanc, coule une retraite paisible à MonsterLand, un parc d'animations réunissant les monstres du cinéma. Il tente ainsi de distraire un public désabusé en singeant ses anciennes prouesses, mais notre mangeur d'hommes accuse les années et une mécanique rouillée. Résultat, le spectacle est constamment annulé, à force de pannes répétées. Le directeur est à bout de patience et décide d'envoyer Jonas à la casse.

Seulement, cette discussion n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd et le vieux Krokzilla veut avertir son pote de prendre la poudre d'escampette. Pourquoi ne pas saisir la chance de vivre son rêve en goûtant à la vie sauvage et aux courants de l'océan ? Mais Jonas en frissonne d'effroi. Il refuse de quitter son nid douillet, persuadé de la bonté des humains, auxquels il a dédié sa vie en tentant de les divertir du mieux possible. Ha, ha. Quel utopiste. 

C'est donc contraint et forcé que le cauchemar des stations balnéaires de Californie s'aventure vers le grand large, croisant en chemin un manchot rigolo, pris au piège d'un filet de pêche. Lui, Jonas, est enchanté de se faire un nouveau copain, sans toutefois oser lui avouer qu'il est fait de boulons et d'huile, de peur d'être ridicule. Loopy tombe dans le panneau et pactise avec le diable pour assurer ses arrières. 

Leur équipée folle et incongrue donne lieu à une lecture absolument désopilante ! 😉 On rit, on frémit, on sourit, on soupire, on râle, on beugle et on pousse des cris... de joie et de bonheur. Franchement, ce sont 110 pages de plaisir, pigmentées d'illustrations semblant tout droit tirées d'un film d'animation -quelle coïncidence - et forte d'une histoire délirante, racontée avec verve et humour, pour un festival de sensations.  

Après le succès du Yark, Bertrand Santini propose un autre héros littéraire à la fois touchant et délicieusement naïf (datant de 2014, depuis l'auteur a aussi raconté les aventures du chien Gurty). Jonas est une créature précédée de sa réputation monstrueuse, alors qu'il est finalement tout sucre tout miel au fond de lui, confronté à un apprentissage de la vraie vie, tantôt brutal, tantôt cocasse.

On croise aussi une belle brochette d'énergumènes dans cette épopée, dont le coriace capitaine Grisby ou le très avide Gavin Payet, plus tous les habitants de Wampanig Island qui lancent une pêche au trésor contre le squale. Les humains sont des idiots. Et Jonas, un doux rêveur. Lui avait pour désir profond de rencontrer sa maman et d'être vivant “pour renifler le froid, le chaud, la faim, sentir la flamme brûler, le vent caresser et renifler les odeurs, même les mauvaises” ! 

Quelle tristesse. On pense aussi à Pinocchio en lisant la fin émouvante, quelque peu précipitée, tout en refermant ce petit bouquin et en soupirant fort, fort, fort... de bonheur. Voilà une lecture exquise, merveilleusement drôle et légèrement attendrissante, conduite avec panache et tendresse. On passe un fabuleux moment en compagnie de Jonas, à terrifier les foules et à braver les tempêtes ! Je recommande.

Grasset Jeunesse / Octobre 2014

J'avoue que j'ai beaucoup aimé la représentation du pirate et de son singe...

SOURCE : Paul Mager

 

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13/02/16

Mon chat Boudin, de Christine Roussey

IMG_5725

Ah, quel album ! Il réunit le talent, l'humour, l'élégance, le délire et le cocasse. C'est drôle, tout le temps. C'est écrit avec une vivacité éclatante, et qui fait un bien fou. C'est illustré avec tendresse et simplicité... miam, ça me plaît.

C'est donc l'histoire d'une fillette hyperactive, au planning chargé du matin au soir, pas le temps de souffler, c'est la course tous les jours, pas une minute à perdre, sous peine d'être en retard. Son chat Boudin, c'est tout le contraire. C'est le roi des flemmards. Il excelle dans l'art de la paresse et cultive avec génie le droit de glander, de se prélasser, de paresser.

À sa façon, il va envoyer voltiger l'empressement hystérique de sa jeune maîtresse pour la conduire au jardin, près de l'étang ou sous le grand sapin, et ainsi la surprendre. Tous deux vont ronronner de plaisir, juste regarder les coccinelles, écouter le vent ou le bloup des carpes dans l'eau. On oublie trop souvent que l'eau qui claquette et clapotte, c'est si chouette ! ;-)

Cette lecture facétieuse est quelque part une ode au farniente ou rappelle simplement l'importance de profiter du moment présent, de savoir ne rien faire, juste prendre le temps de s'asseoir, de regarder la vie autour et et de sourire juste pour le plaisir. Une lecture FORMIDABLE et craquante sous toutes les formes. Je recommande, chaleurement. ♥

De la Martinière Jeunesse ♦ Janvier 2016

IMG_5726   IMG_5727

IMG_5728   IMG_5729

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

12/02/16

City Atlas : Faites le tour du monde en 30 plans de villes, de Georgia Cheerey & ill. par Martin Haake

IMG_5601

Après lecture, pour les plus jeunes, de l'imagier autour du monde, il me fallait replonger dans ce grand atlas illustré. Sa lecture invite à partir à la découverte des 30 villes les plus mythiques, à travers le monde (Berlin, Athènes, Paris, Londres, Moscou, San Francisco, Tokyo, New York, Buenos Aires...). Si, rien qu'avec la couverture (toilée), vous ne craquez pas déjà, je renonce tout de suite à vous convaincre d'aller plus loin.

Au fil des pages, pourtant, vous découvrirez des plans de ville ordonnés de façon très artistique, en glissant quelques conseils à voir, faire, entendre, comme par exemple emprunter le funiculaire de Gloria à Lisbonne, gravir les flèches de la cathédrale de la Sagrada Familia à Barcelone, faire un tour de roue au London Eye, goûter les fromages hollandais ou une tarte aux pêches renversées, acheter une baguette à Paris, revivre les années disco au Musée Abba de Stockholm (mon rêve !!), dévorer des yeux l'époustouflante cathédrale Basile le Bienheureux à Moscou, craquer pour la délicieuse tartelette au beurre de Montréal, écouter du jazz de Chicago, trouver la perfection en matière de pizza à Little Italy ou goûter l'une des meilleures inventions de New York dans un stad à hot-dog... ☺

Une fois le ventre bien rempli, les yeux écarquillés de bonheur et les idées pleins la tête pour planifier votre prochaine destination de globe-trotter, vous saluerez l'excellente initiative de cet album aux indications prévisibles, facétieuses et espiègles, qui mettront tout le monde d'accord, sur ce qu'il est nécessaire d'entreprendre lors de vos futures escapades. Un vrai coup de cœur pour ce magnifique ouvrage ! ♥

Gallimard Jeunesse / Octobre 2015

IMG_5603

IMG_5604

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/02/16

Atma, gardien des esprits, par Shuky & Gorobei

Tome 1 : À la recherche de Sara

Atma T1 Gardien des esprits

Attention, les amis, si la grisaille ambiante vous ronge le moral, tentez cette lecture absolument désopilante, et qui ne se prend pas au sérieux, vous êtes assurés d'une bonne séance de rires et gloussements qui font un bien fou.

Après avoir passé la journée à pêcher sur le rivage de son île paradisiaque, Atma rentre au village et découvre que tous les habitants ont disparu. Sa grand-mère est dans un piteux état et lui confie que sa sœur Sara a également été enlevée. Atma a à peine le temps de se remettre de ses émotions qu'il fonce dans sa barque pour courser les individus malfaisants. Aidée de deux amis, il décide de prendre d'assaut la prison des envahisseurs, des pirates connus sous le nom de zizigouilleurs, à la mine patibulaire, mais décidément trop stupides pour être dangereux. La suite de l'histoire le prouvera. Atma et ses potes se faufilent partout où ils veulent, à force de ruses et de faux-fuyants, ça ne fait pas du tout frissonner, juste glousser de bonheur. Car c'est franchement drôle et on se marre du début à la fin. L'histoire est entraînante, plongée dans un univers proche du jeu vidéo, aux couleurs acidulées et au graphisme tout en rondeurs, elle distille aussi un peu de tension (kidnapping, disparition, mort) sans être trop solennelle et introduit une donnée fantastique sur le don supposé d'Atma, qui voit des lumières, lesquelles seraient des âmes bienfaisantes censées le guider dans sa fonction de gardien. J'espère en apprendre davantage par la suite. Forcément, cette série à l'univers déjanté ne pouvait que se multiplier, et j'en suis fort aise. Pour l'heure, on ne s'ennuie pas un instant et on savoure les répliques des personnages, leurs mimiques et leurs expressions. Bon public, j'ai adoré et ricané plus d'une fois. Cette bande dessinée, destinée évidemment à un jeune public, a su largement me conquérir. ;-)

Makaka Editions / Janvier 2016

Afficher l'image d'origine

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


09/02/16

Parce que c'était nous, de Mhairi McFarlane

Parce que c'était nous

Pour avoir été lu peu après Demain est un autre jour (sympa, mais agaçant), le roman de Mhairi McFarlane a été une bouffée de fraîcheur et une très agréable surprise ! On suit à nouveau l'histoire d'une jeune femme de trente ans, Rachel Woodford, qui vient de rompre avec son fiancé, qu'elle fréquentait depuis treize ans, et qui retombe sur son meilleur ami de fac, Ben Morgan, dont elle n'avait plus de nouvelles alors qu'ils formaient un couple inséparable.

Et aussitôt ça fait tilt, leur relation amicale scintille à nouveau, tenant compte des nouvelles configurations (lui est marié à une avocate brillante, belle et richissime, il vient d'emménager à Manchester et cherche à renouer avec ses anciens contacts). De son côté, Rachel est journaliste (section judiciaire) et pensait son avenir tout tracé jusqu'à ce qu'elle décide de faire un grand ménage. L'heure est aussi aux souvenirs, qu'elle ressasse sans amertume. Car entre Ben et elle, l'histoire n'a pas de nom. C'est avant tout une amitié fusionnelle, sans ambiguité apparente, et puis... l'histoire va nous en apprendre davantage, au fil des chapitres, en alternant présent et passé, pour faire revivre cette formidable alchimie, les sentiments cachés, les frôlements, les malentendus... jusqu'à l'inéluctable question : comment et pourquoi ont-ils coupé les ponts ?

C'est ce qu'on va découvrir au terme d'un chassé-croisé passionnant et vibrant d'émotion. Mine de rien, j'ai dévoré cette histoire, qui se laisse lire avec plaisir et ravissement. On craque pour les personnages, pour l'humour et pour l'histoire aussi, qui n'est pas du tout comparable au roman de David Nicholls, Un jour, que j'avais trouvé trop déprimant. Cette fois, le ton est léger, drôle et primesautier, avec un bon sens de la dérision, qui fait souvent sourire. Rachel est entourée d'une bande de potes très attachants et collectionne les hauts et les bas d'une vie banale (compétition déloyale au boulot, déconvenues amoureuses etc.). C'est simple, mais super agréable à partager. J'ai vécu cette lecture avec le sentiment d'en faire partie et d'être triste d'en sortir. Suis complètement fan de l'auteur ! ;-)

>> Ce livre audio en version intégrale vous est proposé en exclusivité par Audible 

- uniquement disponible en téléchargement.

 Parce que c'était nous | Livre audio

©2013 Milady. Traduit de l'anglais par Odile Carton (P)2019 e-Dantès

06/02/16

Nos Saisons, de Virginie Aladjidi & Caroline Pellissier - ill. par Emmanuelle Tchoukriel

IMG_5744

Magnifique album que celui-ci ! Un album qui parle de souvenirs et d'enfance, et toutes ces heures passées à jouer dans le jardin, à observer la nature et à en tirer le meilleur pour occuper de pleines journées, au fil des saisons.

Il souffle sur cette lecture un formidable vent de nostalgie, et les émotions sont magiques, car jamais tristes, juste éblouissantes.

Cet album est donc une pépite, de tendresse, de douceur, de délicatesse. On y retrouve avec joie une liste de petits bonheurs : danser en écrasant les feuilles d'automne, souffler dans le froid pour voir la buée sortir de la bouche, suivre les traces des moineaux dans la neige, cueillir des coucous pour en faire des couronnes et des bouquets, construire des cabanes de bois, batifoler près de la rivière, guetter le hérisson qui ne vient jamais, cueillir des mûres et les dévorer avant d'en faire des confitures, ramasser des champignons...  

C'est une histoire intemporelle, car les souvenirs, sensibles et poétiques, n'appartiennent pas seulement au passé : ce sont aussi les aventures minuscules et extraordinaires de chaque enfant aujourd'hui et demain. C'est beau et poignant, jusque dans les illustrations, précieuses et raffinées, aux couleurs douces, qui apportent une ambiance paisible et harmonieuse. Un joli coup de cœur ! ♥

Nathan / Janvier 2016

IMG_5745   IMG_5746

IMG_5747   IMG_5748

Posté par clarabel76 à 14:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26/01/16

Quatre Sœurs, 3. Bettina, de Cati Baur (d'après Malika Ferdjoukh)

heart red

IMG_5661

Place, place au troisième tome de la génialissime série des Quatre Sœurs, dans son excellente adaptation en bande dessinée par la brillantissime Cati Baur ! 😍 Et je n'exagère pas. 

Aaaah, qu'est-ce que c'est bien ! Au risque de me répéter, et gazouiller niaisement des mots d'amour, cette lecture est mon instant doudou par excellence. On trouve tout dans cette série : de l'humour, de la tendresse, des frangines extras, des colères, des larmes, des gratins, des coups de cœur, des gamins turbulents, des vacances, des garçons, et des filles, des premières amours, des ruptures, des fantômes, des lettres, des robes, des chansons et des danses, des coups de fil, des coups de déprime, des câlins, des cafards, des bisous, des poireaux, des cigarettes, des cerises et des nuits blanches...

C'était sensationnel. Merci mille fois. 

Les filles Verdelaine ont donc du souci à se faire pour entretenir la grande maison familiale. L'argent manque. Charlie lance l'idée de louer la chambre des parents à un inconnu. Onde de choc et instant d'émotion chez nos demoiselles. Puis, toutes vont céder la bouche en cœur avec l'arrivée de Tancrède. Il est beau, mystérieux, charmant et différent de Basile. Lui, le grand frère attentionné. Le roi du couscous. L'amoureux de Charlie. « Ce pauvre Basile est amoureux de la Vill'Hervé et de son contenu. » Et Charlie en a assez de couver... elle veut sentir son corps vibrer, son cœur bondir hors de sa poitrine, elle veut être belle et désirable, briser ses chaînes de petite fille trop sage et grande sœur modèle. Go, Charlie ! Vis ton rêve. Et enflamme l'assistance, avec « une robe de festival de Cannes, une robe de bal chez l'ambassadeur, pas une robe de sœur » !

Et on vit à fond cette histoire naissante, cette passion amoureuse qui balaie tout sur son passage, tandis que d'autres traînent des petites mines chiffonnées et épongent avec peine leurs chagrins qui débordent de partout. Oh, que c'est douloureux aussi ! Une lecture qui donne autant de joie que de pincement au cœur. C'est si bon, et tellement fort. Je suis amoureuse de cette série, de son histoire fantasque, avec ses mots et ses expressions uniques et rigolotes, et fatalement je suis envoûtée par la bande dessinée, dont l'esprit, les couleurs, les illustrations correspondent trait pour trait à ce que j'avais en tête, je savoure chaque miette de ma lecture. Miam, miam. 

Cati Baur respecte la magie, la poésie et l'espièglerie de cette série avec son talent, sa simplicité, sa sensibilité et sa fraîcheur. Quel délicieux cocktail de talents. C'est idiot, mais j'appréhende la publication (l'an prochain) du tome 4. Ce sera comme dire au revoir, encore une fois, à des personnages devenus des proches amis, presque une deuxième famille (beh oui, moi aussi j'ai des frangines infernales, qui me vampirisent joyeusement). ;-) N'y pensons pas. Et puis la relecture est aussi un plaisir infini. 

Pour l'heure, lâchons la main de Bettina, de Hortense, d'Enid, de Charlie... et patientons jusqu'aux prochaines retrouvailles, avec une Geneviève secrète et pas si légère, qui aura aussi le tournis pour un beau et étrange garçon. Gnéééé... Cati Baur et Malika Ferdjoukh, vous êtes mes héroïnes ! 😘 😺

« Un centimètre de bonheur, de délices déraisonnables plutôt qu'un hectare de quiétude et de modération. Quelle audace, notre Charlie. Tout ça pour une baraque en ruine et quatre frangines qui ne valent pas un pet. »

Rue de Sèvres / Janvier 2016

IMG_5662   IMG_5663

IMG_5664   IMG_5665

smileyc002

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11/01/16

#Hommage David Bowie (1947-2016)

« L'artiste est par nature un être insatisfait. Parfois il se surprend à connaître des moments de plénitude. Mais ce sentiment le quitte aussi vite qu'il est venu. »

Haddon Hall

Haddon Hall, c'est l'histoire d'une maison, à Londres, à la fin des années 60. C'est aussi et surtout LA maison qui a accueilli le couple David et Angie, et leurs nombreux amis artistes. David est encore un musicos à l'univers obscur, pas bien défini, qui pressent cependant un génie en puissance. Il crée, il bidouille, il tente de multiples expériences. Il essuie quelques succès d'estime, sans quoi il bute, il tâtonne, il mène une vie d'artiste incompris, entouré de ses potes, les Marc, John, Mick et compagnie... Sans oublier, Angie, son amoureuse, qui incarne le glamour, le désir, la passion, l'amour libre. Avec son look androgyne et une attitude équivoque, David succombe à l'effervescence hippie, période de recherche, de doute et d'insouciance.

Et découvrir, avec des yeux écarquillés, une lecture, nimbée d'une aura psychédélique fabuleuse, délicieusement décadente, parée de touches d'humour, qui balance avec nonchalance du rock-n-roll en déroute et de la pop qui explose, auréolant d'envie et de nostalgie une époque où tout était possible et attendu. Sous la plume de Néjib, on assiste avec fascination à la naissance d'un mythe. Ou quand David devint Bowie. Tout un art. ♥

Haddon Hall : Quand David inventa Bowie, par Néjib (Gallimard, 2012)  

IMG_6649

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06/01/16

Le Trône de fer & Le Donjon rouge, de George R.R. Martin

En ces temps-là nimbés de brume, où la belle saison pouvait durer des années, et la mauvaise toute une vie, se multiplièrent un jour des présages alarmants. Au nord du Mur colossal qui protégeait le royaume, se massèrent soudain des forces obscures. Au sud, l'ordre établi chancela. Le meurtre et la corruption, la lâcheté et le mensonge enserrèrent inexorablement le trône convoité...

Trone de Fer

Comme probablement beaucoup de personnes, c'est après avoir vu la première saison de la série télé créée par HBO que ma curiosité a été piquée de lire le Trône de Fer de G.R.R. Martin. Et c'est au bénéfice du livre audio, à l'écoute du formidable Bernard Métraux, que j'ai choisi de me lancer dans l'aventureEt quelle aventure ! Certes, l'adaptation tv est très fidèle au roman et j'aurais pu zapper une lecture-fleuve et aller à l'essentiel, mais cela aurait été dommage de se priver de cette mise en bouche, pour la simple et bonne raison qu'on y découvre une introduction nécessaire à l'univers des Sept Couronnes, des familles aux liens inextricables, des ambitions politiques, des conflits en souffrance et des intrigues tarabiscotées qui annoncent le chaos, le sang, la guerre, la vengeance et la soif du pouvoir.  
Miam, miam.

Cela m'a également permis de me rafraîchir la mémoire, car j'ai vu la saison 1 il y a maintenant deux, trois ans (j'ai oublié, le temps passe si vite). Ce livre audio a donc été une aubaine et je n'ai pas boudé mon plaisir. 😏

L'histoire, en quelques mots. Au Nord du royaume de Westeros, vit la famille Stark de Winterfell, où Lord Eddard y mène une existence rangée, auprès de son épouse Catelyn et leur nombreuse marmaille. Tout bascule le jour où le roi Robert débarque en personne pour le nommer nouvelle Main du Roi et le convoque auprès de lui à la cour. La reine Cersei fait grise mine. Elle n'en peut plus de se débarrasser de son époux grassouillet pour placer sur le trône son fils Joffrey. Ned Stark n'est pas dupe et cherche à la confondre, confiant ses doutes auprès d'une audience au sens de l'honneur fort discutable. Sa femme Catelyn mène aussi ses propres combats, chevauchant le royaume pour réclamer la tête du tortionnaire de son fils handicapé. À force de désespoir, elle kidnappe Tyrion Lannister et fait frémir de rage sa sœur Cersei. Les esprits chauffent et cogitent des plans retors pour rendre la pareille, sauf que les dés sont pipés et chamboulent les destinées. Armez-vous de vos sels, âmes fragiles, ça va valser ! Sur ce grand échiquier, vient également s'ajouter le sort de la jeune Daenerys Targaryen, dont le père a été dépossédé par Robert Baratheon, au terme d'une guerre sans pitié qui a conduit la jeune fille et son frère à vivre en exil. Ses épousailles avec un seigneur dothraki sonnent leur retour imminent ... et fracassant. 

Cette lecture, menée à fond de train, aura quelque peu ruiné ma vie sociale occupé de nombreuses heures de mes vacances, mais cela aura valu le coup car la découverte est franchement excitante. Et je le rappelle, il faut absolument lire les romans et regarder en parallèle la série tv, les deux programmes vous réservent un festival d'émotions fortes, avec haute probabilité d'addiction, au point de contaminer toute une maisonnée ! Damned. 

Gallimard, coll. Ecoutez Lire / 2014 ♦ Texte intégral lu par Bernard Métraux (Durée d'écoute : environ 17h & 20h) ♦ Trad. de l'anglais par Jean Sola

🐦🐦🐦🐦🐦🐦🐦🐦   

Volume 2 : Le Donjon rouge de l'intégrale I (J'ai Lu, 2010)

Le Donjon rouge