11/03/14

Vertige, par A. Kaufman & M. Spooner

IMG_0749

Tout indiquait que j'allais a-do-rer ce roman : un couple, que tout sépare, se retrouve seul au monde, coincé dans une situation désespérée. Le temps, l'adversité, la solitude, le désarroi... bref tout concorde pour briser les tabous, faire sauter les barrières et rapprocher nos deux opposés. Bingo, l'étincelle surgit et les paupières ne cessent de cligner frénétiquement.

Mais revenons à la toute première rencontre, entre Lilac LaRoux et Tarver Merendsen. Soit la riche héritière, habituée aux égards de son rang, et le commandant tout juste auréolé de gloire, en tant que héros de guerre, mais qui ne cadre pas avec le tralala qui règne à bord du majestueux vaisseau où ils se trouvent, bref le contact est fatal et se solde sur une humiliation publique.

Elle est froide, snob et détestable, il se tient à distance et nourrit une rancune tenace, et pourtant les voilà tous deux à bord d'une navette de secours, avant un atterrissage catastrophique sur une planète inconnue ! Ils vont devoir se serrer les coudes, mais surtout se supporter, pour trouver une solution rapide et se sortir de ce mauvais pas. Jamais un tel manque d'affinités entre deux personnages n'aura suscité autant d'enthousiasme et de gloussements !

Il faut les suivre dans leur épopée, à grincer des dents et se méprendre sur les intentions de l'autre, les accompagner dans leur déroute, marcher, marcher encore, des heures et des jours durant, explorer un terrain désertique, et peut-être hostile. L'alchimie émergeant entre Lilac et Tarver est finalement LE POINT FORT du roman !!! Leur relation va s'écrire avec beaucoup de finesse et de pudeur, un peu d'humour aussi, dans un contexte mystérieux et un brin angoissant.

Car tout n'est pas clair sur cette planète, et on finit par douter de la tranquillité environnante et suspecter un drame prochain. Jusque là, franchement, c'est impeccable. On savoure, on ricane, on tourne les pages avec fébrilité et enthousiasme, puis ... à quelques pages de la fin, survient un TWIST invraisemblable, qui soulève perplexité et embarras, ni plus ni moins. La partie SF prend son envol, alors qu'elle avait été purement anecdotique jusqu'à présent. Je suis moyennement convaincue par cette issue, toutefois cela n'a pas nui à mon appréciation générale qui reste TRES positive !

Encore une fois, je regrette le choix de l'éditeur français pour cette couverture, qui est nettement moins jolie que la version originale, These Broken Stars. D'autres livres vont paraître, mais en introduisant de nouveaux personnages plantés dans un décor similaire. Il ne sera plus question de Lilac et Tarver, ce qui rend cette série intéressante à découvrir, sans être contraignante sur la durée.

La Martinière J. , octobre 2013 - traduit par Maïca Sanconie et Daniel Lemoine


06/03/14

Mystic City, de Theo Lawrence

IMG_0734

Pour une entrée en matière, c'est plutôt réussi ! L'histoire se passe dans un New York futuriste, gouverné par deux puissantes familles, les Rose et les Foster, qui se livraient une guerre des clans jusqu'à l'annonce de leur réconciliation, scellée par les fiançailles de leur progéniture. Ils font ainsi front commun pour remporter les prochaines élections et terrasser la menace grimpante de la candidate Mystique, qui représente les Bas-Fonds, les exclus, les opprimés.

Le problème, c'est que la délicieuse Aria Rose n'a aucun souvenir de ses six derniers mois. On lui répète qu'elle a été victime d'une overdose (le stic, une drogue magique), qu'elle est folle amoureuse de Thomas Foster, avec lequel elle entretenait une liaison secrète que ses parents ont finalement découverte, avant de consentir à leur union. C'est beaucoup pour une seule personne ! Aria est complètement désemparée.

Elle a certes quelques flashes, aperçoit un individu sans visage dans ses rêves, reçoit des messages codés, elle veut se convaincre de vivre une sublime histoire d'amour, mais ne ressent que de la frustration. Elle considère son fiancé comme un étranger, cherche à le connaître, puis rencontre dans la rue un autre jeune homme. Hunter Brooks, du charme, de l'impertinence, de l'interdit, bref la demoiselle est immédiatement troublée !

J'ai trouvé cette lecture poignante et palpitante, dans le sens où l'héroïne croise de nombreux obstacles sur son parcours (mensonges, trahisons, famille oppressante, enjeux politiques...). Comme elle, on a envie de savoir, de comprendre et de se battre. Très vite, se dégage d'elle un caractère de rebelle, qui refuse qu'on l'enferme dans des carcans. Elle a besoin de retrouver ses repères, au lieu de se couler dans une existence facile, superficielle et puérile.

Il y a aussi beaucoup d'action, surtout dans les derniers chapitres. Avant cela, l'histoire prend son temps pour nous plonger dans son univers - aucun effet de somnolence à craindre, c'est tout de suite prenant ! On se familiarise avec les lieux et les personnages, on se passionne pour les arcanes de l'histoire, même la romance est jolie, avec ses maladresses et ses sursauts trop spontanés. Mais franchement, c'est un très bon début de série, dans la grande tradition des romans YA comme The Mortal Instruments.

PKJ, janvier 2014 - traduit par Guillaume Fournier

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22/02/14

Gipsy Song, Le choix de Kenzie par Beth Kephart

IMG_0671  heart

J'ai adoré ce roman qui m'a littéralement transportée en Espagne, un pays qui ne me fait pas plus rêver que ça en temps ordinaire, mais là, j'étais fascinée, envoûtée par le décor, la chaleur, les personnages, la tendresse, et que de lyrisme dans tout ça ! C'est merveilleux, très beau, doux et apaisant, on comprend pourquoi l'héroïne, Kenzie, s'y sent à son aise et considère son exil comme un refuge, un nouveau départ.

Pourtant, c'était plutôt mal parti pour elle. Elle a été envoyée dans le ranch de Miguel, dans la campagne de Séville, sous ordre de sa mère, qui n'a pas supporté l'annonce de sa grossesse. La jeune fille n'a que 18 ans, tout un avenir à construire, elles ne sont plus que deux à la maison, depuis le décès brutal du père, qui reste un chagrin insurmontable pour elle. Complètement paumée, elle se repose à l'ombre des arbres, discute avec l'enfant à naître (et qu'elle va faire adopter), passe des heures en cuisine avec Estela ou à parler oiseaux et chevaux avec Esteban, le jeune palefrenier (gentil, séduisant, secret, etc.).

Il ressort de cette lecture une atmosphère qui nous imprègne, par l'odeur des épices, des oranges ou de la paella, par le soleil lourd et la chaleur accablante, par le rythme des guitares et des chants, par le flamenco, par les grigris des gitans de passage... C'est chatoyant, entêtant, magique, ensorcelant. La prose de Beth Kephart, joliment traduite par Corinne Julve, résonne comme une berceuse à nos oreilles. Un vrai festival pour l'âme et le coeur.

Je n'avais plus le goût de quitter cette histoire, qui est celle d'un apprentissage et de choix de vie, car je me sentais parfaitement à mon aise dans le ranch de Miguel. Comme un cocon douillet, tellement apaisant. Je trouve juste dommage le choix de la couverture française, alors que l'édition originale, Small Damages, est beaucoup plus attrayante, plus conforme au contenu du livre. Pas sûre que cet indigo tape dans l'oeil du futur lecteur... et ce serait tellement dommage de passer à côté !

La Martinière J., février 2014 - traduit par Corinne Julve

21/02/14

Flamingo de Molly Idle

flamingo

Cette lecture est un régal pour les yeux ! L'histoire fait rencontrer une petite fille et un flamant rose. L'enfant s'amuse à imiter l'oiseau en se contorsionnant dans toutes les positions, mais le flamant n'apprécie pas d'être singé. Alors il roule la demoiselle, qui tombe à l'eau.

Grrr, la fillette n'est pas contente. Elle boude. L'oiseau se repentit et lui propose un ballet à deux. Et les voilà en train de danser, de voltiger, de redoubler de grâce et de complicité. C'est magnifique !

L'album aussi est tellement beau à lire, le design est épuré, quelques touches de rose, très peu de texte, deux silhouettes pimpantes et des petits rabats à soulever pour enrichir chaque scène, en bref c'est une lecture admirable, toute en délicatesse, qui traite d'amitié naissante, capable d'affronter toutes les épreuves. J'ai adoré.

Seuil jeunesse, septembre 2013 - adapté par Martine Laffon

IMG_0642

IMG_0643

IMG_0644

IMG_0646

Et en vidéo ! 

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14/02/14

La déclaration, de Philippe Jalbert

IMG_0563

Oh, oh, oh ! Cette histoire est franchement adorable ! Les illustrations et les couleurs sont déjà une invitation au bonheur. Prenez donc un petit lapin, impatient de rejoindre sa douce pour lui déclarer sa flamme. Pas facile de trouver les mots, et le courage ! Mais il se lance, avec une pleine brassée de fleurs, il court à perdre haleine, il rêve éveillé, lui le prince et elle la princesse, tous deux dans leur beau château, à l'aube d'une vie éblouissante et merveilleuse...

Aaaaah, on soupire, on touche au but, on y croit, oui, on y croit... et puis paf ! Cruel retour à la réalité. Je n'en dis pas davantage, mais monsieur Philippe Jalbert est un grand expert dans l'art et la manière de boucler ses histoires sur une jolie pirouette ! Cela tombe bien, j'adore ça !

Ce nouvel album ne fait pas exception à la règle : non seulement il est surprenant et drôle, mais aussi adorable et poilant. C'est une lecture tendre et malicieuse, qui explique aussi qu'être amoureux, ça donne des ailes, ça rend muet, mais c'est aussi accessoire et passablement ennuyeux quand on est des tout petits ! C'est très rigolo, en forme de joli pied de nez, avec courbettes mouchées et sans tralala. 
J'adore ! ♥

Seuil jeunesse, février 2014

IMG_0564

IMG_0565

IMG_0566

IMG_0567

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


13/02/14

Attachiante, de Sarra Manning

IMG_0617

Quelle bonne tranche de rigolade a su offrir cette lecture ! C'est sur la base commune que tout les oppose, ils se détestent et pourtant ils ne font que se croiser, que débute notre petite histoire. Jeane Smith est une originale, une excentrique, par son look, ses idées, sa façon de vivre. Michael Lee est beau gosse, populaire, sexy, attachant, serviable. Pour elle, il est hyper arrogant et prétentieux. Pour lui, elle n'est rien qu'une folle mal fagotée.

Ces deux-là se parlent la première fois car Michael suspecte sa petite copine de flirter avec le petit copain de Jeane, ou inversement. Perplexe, notre demoiselle met les pieds dans le plat et sème malgré elle une zizanie à petite échelle (cela reste tout de même cantonné dans la sphère du lycée). Jeane est également une sommité dans l'univers 2.0, elle tient un blog, tweete à longueur de journée, a développé sa marque, donne des conférences, etc. Elle vit carrément sur une autre planète que celle de ses congénères.

À ses yeux, Michael Lee incarne tout ce qui la hérisse, il le lui rend bien, et pourtant toute cette tension électrique entre eux va finir par leur exploser en pleine figure. Devinez quoi ? Ils vont se jeter dans les bras l'un de l'autre, en cachette bien évidemment. Cela pourrait nuire à leur réputation. C'est très, très drôle de suivre leur “idylle” impossible, ponctuée de joutes verbales, de taquineries, de chamailleries. C'est plus fort qu'eux, il faut qu'ils rejettent toute idée romantique de leur folle liaison, qu'ils mettent sur le compte d'une pulsion physique et hormonale.

Qu'est-ce que j'ai pu rire, sourire, ricaner, glousser, en demander encore ! C'est bon aussi d'avoir une héroïne à forte personnalité, qui rappelle ainsi la vieille notion du Girl Power chère aux Spice Girls, même si toute cette fanfaronnade masque bien évidemment des blessures profondes et un sentiment amer de solitude. J'ai juste trouvé que ça manquait de punch vers la fin, surtout après le passage à New York, mais les 3/4 du roman sont à déguster, sans faire la fine bouche. C'est la bidonnade assurée !

Hachette jeunesse, septembre 2013 - traduit par Cécile Leclère

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Les Nouvelles Aventures de Tallulah Casey, de Louise Rennison

IMG_0560

Cette série est un vrai bonheur ! Tout de suite, l'auteur vous plonge dans l'ambiance déjantée et exubérante où batifolent son héroïne et toutes ses copines, pour un nouveau stage à Dother Hall, l'école censée réveiller et épanouir la fibre artistique qui sommeille en vous. Rappelez-vous, Tallulah Casey, petite cousine de Georgia Nicolson, s'était livrée à un solo de danse irlandaise, qui lui avait valu tous les honneurs de ses pairs. Si, si. C'est indiscutable.

Notre foldingue préférée est donc de retour, prête à réviser ses classiques (en matière de bécots), suite à un conciliabule avec sa cousine, mais surtout suite à ses nombreuses et palpitantes séquences émotionnelles avec les garçons (Alex, Charlie, Ben, mais aussi Caïn Hinchcliff, alias le prince des ténèbres). On en frissonne d'excitation par avance ! Le résultat sera, bien évidemment, à la hauteur de toutes vos attentes : on se bidonne du début à la fin.

Au programme, donc, des drames : l'école croule sous les dettes et est menacée de fermeture, d'où la tentative désespérée de l'administration et des élèves de sauver les murs avec un nouveau spectacle de folie - une adaptation haute en couleur de Songe d'une Nuit d'été, avec des costumes farces et des interprétations insensées !

Mais ce n'est pas tout, on a droit aussi à une mise en scène ubuesque des Dents de la Mer, des crises existentielles, des petits copains qui vont et viennent, des copines qui partent à Los Angeles, des chouettons mignons, des groupes de rock qui font rugir de plaisir, des pépites qui frétillent, des cours de bécots sur le mollet, des missives nocturnes, et tant de bonnes choses encore !

Qu'est-ce qu'on rigole ! C'est la parfaite petite lecture exaltante, qui vous met de bonne humeur et qu'on quitte trop tôt, à regret. On devrait prescrire Louise Rennison en barre vitaminée, à avaler matin, midi et soir. Vivement le 3ème épisode maintenant, intitulé en VO : 
The Taming of the Tights !

Gallimard jeunesse, octobre 2013 - traduit par Catherine Gibert

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12/02/14

“... et voilà pourquoi nous deux, c'est fini.”

IMG_0600

En cette période où l'on nous rappelle que l'amour est une valeur marchande, il est de bon goût de faire un “inventaire après rupture” pour bien enfoncer le clou ! Min et Ed viennent de rompre, après une relation brève mais intense. Ils n'avaient absolument rien en commun, elle est plutôt quelconque et adore les vieux films, lui est basketteur, fêtard et coureur de jupons. C'était écrit d'avance, mais pourtant ces deux-là ont vécu une jolie histoire, sincère et touchante.

L'auteur a réussi un véritable tour de force, en nous embarquant dans cette histoire dont on connaît déjà la fin, sauf la raison de la rupture. Et on revit ainsi toute la romance via l'inventaire de babioles qu'avait conservées la jeune fille, dans une grosse boîte qu'elle compte désormais déposer sur le pas de la porte de son ex. Tous ces objets ont symbolisé leur histoire : la rencontre, leur première sortie, les petits délires à deux, autant de promesses d'instants précieux.

Et on s'attache, bon sang, on s'attache à cette histoire vouée à l'échec, on a envie d'y croire, malgré les petits détails qui n'échappent pas au regard de lynx. L'identification est d'autant plus forte, plus troublante. On se glisse dans la peau de Min et on se sent tout comme elle : en vrac, le coeur brisé et amer. On a eu aussi le goût d'y croire, de rêver - la chute n'en est que plus rude. J'ai beaucoup aimé cette histoire, j'ai été très sensible au discours de la jeune fille, à sa détresse et à ses désillusions. C'est poignant, mais pas du tout déprimant.

J'ai également savouré l'écriture et la traduction, tout de suite j'ai accroché au style vif, poétique et exaltant de la lettre de Min pour Ed. La jeune fille est meurtrie, ça se sent, elle livre aussi tous les beaux souvenirs de leur histoire à deux, son sentiment de trahison etc. Jamais elle ne décharge sa bile haineuse contre lui, elle se montre simplement sincère et c'est mille fois plus convaincant. Le livre lui-même est un appel à la tentation : une belle petite brique rose, truffée  d'illustrations au charme vintage, et une jolie couverture. J'ai totalement succombé !

Inventaire après rupture, de Daniel Handler (Nathan, août 2012 - traduit par Rose-Marie Vassallo)
L'auteur est également connu pour la série jeunesse, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, qu'il a signée de son pseudonyme Lemony Snicket.

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11/02/14

La conjuration primitive, de Maxime Chattam

IMG_0613

Oh, purée ! Quelle lecture sensationnelle, mais ô combien éprouvante ! L'histoire débute quelque part dans les montagnes, un jeune gendarme toque à la porte d'un profiler à la retraite, puisqu'il aurait besoin de ses précieux services pour aider sa brigade à résoudre une affaire complexe. Le type dit niet, avant de se rétracter suite à un énième acte abominable, relayé par la presse. Une redoutable machination est en place, qui impliquerait tous les tordus de France et Navarre à se mobiliser pour faire entendre leur Cause et créer une nouvelle donne.

Bon sang de bon sang ! C'est qu'on ne rigole pas du tout. Et je vous épargne les scènes abjectes des faits et autres méfaits de ces malades, qui prennent leur pied en bichonnant leurs penchants sadiques. Parfois je me disais, ouf l'auteur va faire l'impasse, il s'arrête juste au moment crucial, et puis non ... quelques lignes plus loin, on est en plein dedans, dans la gadoue, dans l'innommable, l'impensable, l'intolérable. Mais comment il fait, l'auteur, pour jongler entre sa petite vie tranquille et son univers d'écrivain sans cesse au bord du gouffre  ?!!

J'adore les thrillers qui me collent des sueurs froides, avec Chattam c'est comme avaler un café sans crème et sans sucre, tellement noir que ça vous filerait presque un ulcère à l'estomac, mais pas de problème, j'en veux encore ! Pourtant, l'histoire est rude, les rouages grinçants, irritants, le rythme infernal, la bascule dans l'horreur est incessante, la surenchère n'est pas loin, mais j'étais déjà cuite. Je me suis même surprise à vouloir mettre mon quotidien entre parenthèse pour reprendre ma lecture et connaître la suite de l'histoire.

La version Audiolib est sans fausse note, juste un poil agaçante dans l'interprétation du profiler, mais il faut dire aussi que, même sur papier, c'est un type aux aptitudes surestimées, qui ne fait que de la figuration dans la résolution de l'intrigue et qui apparaît simplement en monsieur-je-sais-tout la plupart du temps. Un rôle surfait, pas assez exploité ! L'interprétation de Sylvain Agaësse ne nous le sauve pas, puisqu'il lui donne un air docte et désagréable ! Sinon, l'équipe de la Puzzle Squad est très attachante. La mise en scène est flippante à souhait, elle tient en haleine, nous plonge dans l'angoisse et l'horreur, le contrat est rempli, le lecteur mis k-o.

Audiolib, janvier 2014 - texte intégral lu par Sylvain Agaësse (durée d'écoute : 13h) - éditions Albin Michel, mai 2013

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10/02/14

L'Appel du Coucou, par Robert Galbraith

IMG_0606

Un soir d'hiver, la célèbre top-model, Lula Landry, fait une chute mortelle depuis le balcon de son appartement de Mayfair. Les conclusions de la police décrètent qu'il s'agit d'un suicide. Trois mois plus tard, le frère de la victime, l'avocat John Bristow, se présente chez le détective Cormoran Strike. Il est éploré depuis la mort tragique de sa soeur car il ne croit pas en la thèse du suicide et réclame une révision du dossier. D'abord réticent, Strike finit par accepter l'enquête (notamment pour renflouer ses caisses vides).

Dans le même temps, il reçoit sa nouvelle secrétaire intérimaire, Robin Ellacott, qui comprend rapidement dans quel bouge elle vient d'atterrir. Les affaires du privé sont au point mort, le type est un ancien militaire, de la Brigade spéciale d'investigation, rendu au civil après une blessure à la jambe. Il vient de rompre avec sa richissime fiancée, mis à la porte, obligé de crécher dans son bureau, Strike est au bord du gouffre. Il doit aussi rembourser une dette, reçoit des menaces de mort, voilà à quel quotidien s'oblige la jeune femme !

Et pourtant, Robin prend peu à peu goût à cette ambiance décalée et sordide, elle s'implique dans ses recherches pour Cormoran, s'investit dans son travail et se surprend à aimer ça. Strike opère de façon méticuleuse, épluche tous les articles de la presse, rencontre les proches de Lula, met bout à bout tous les morceaux du puzzle qui se reconstitue à fur et à mesure. Car le bougre va réussir à arracher la vérité à cette sombre affaire où fleurent aussi les secrets familiaux, les intérêts personnels, les trahisons, mensonges et autres vilains secrets.

Bluffée, non je ne l'ai pas été, car ça reste tout de même une enquête très classique, construite de manière traditionnelle, sans être rébarbative non plus. J'ai en effet pris un plaisir fou à suivre les pérégrinations de notre détective désabusé (et j'ai adoré son assistante de choc !). C'est incontestablement une lecture qui se laisse parcourir en toute aisance et simplicité. Sûr que la véritable identité de l'auteur a largement contribué au succès du livre, au risque d'en lasser d'autres et de décevoir encore et toujours les plus nostalgiques... Pour ma part, j'ai appris qu'il y aurait d'autres livres avec le détective Cormoran Strike et je m'en réjouis d'avance !

La version audio est une pleine réussite, grâce à Lionel Bourguet qui livre une interprétation haletante, “rendant palpable l'inquiétante noirceur de ces personnages apparemment festifs que l'on croise au coin d'une rue, la nuit”. En somme, on ne décroche pas avant la fin, on frissonne, on s'interroge, on savoure cette ambiance londonienne et le déroulement conventionnel de l'intrigue. Très, très bien !

Audiolib, janvier 2014 - texte intégral lu par Lionel Bourguet (durée d'écoute : 18h 23)
Traduit par François Rosso pour les éditions Grasset.