15/12/17

Le Livre de Perle, de Timothée de Fombelle

Le livre de Perle

J'avais une petite appréhension au moment d'ouvrir le roman de Timothée de Fombelle, étant donné mon degré d'amour pour ce que l'auteur a coutume d'écrire. J'éprouve toujours un sentiment proche de la peur d'être déçue. Alors j'attends bêtement de vaincre ma trouille, puis je me sermonne d'avoir trop attendu car, franchement, j'ai encore reçu des pages et des pages d'amour tant c'était beau et bon. C'est un roman aux multiples facettes. Un roman avec des tonnes de tiroirs. Un roman qui vous raconte une histoire, laquelle vous en raconte une autre et vous promène encore plus loin vers d'autres horizons. Car c'est un roman magique, qui fait voyager, rêver et sentir battre le cœur toujours plus fort. Un roman qui fait comprendre la vie et ses combats. Une lecture indescriptible pour tout ce qu'elle procure et offre, si ce n'est un grand chant d'amour et de poésie à découvrir sans frémir ! ♥

Vers l'âge de quatorze ans, le narrateur s'est perdu dans la forêt et a rencontré un vieil ermite vivant isolé dans sa cabane. Ce type prétend s'appeler Joshua Perle. Son passé n'appartient qu'à lui, il confie au garçon de rentrer chez lui sans le questionner ni ouvrir l'une de ses précieuses valises qui encombrent le modeste logis. Mais notre ami croyant échapper à la vigilance de son hôte s'arme de son appareil-photo et brave l'interdiction, avant de s'évanouir pour se réveiller au bord d'une route. La suite de l'aventure révèle le fabuleux écheveau tissé autour de la figure légendaire de Joshua Perle - il sera question d'une fée et d'un prince sans royaume, d'une confiserie de guimauves, d'un fils prodige, d'une guerre, de trésors éparpillés, de mythes et de croyances en l'impossible. En gros, ce roman est aussi un hymne à l'imagination et à son pouvoir capable de renverser des montagnes. Ce sont autant de messages subliminaux qui ne pouvaient que me séduire. J'ai donc absorbé tout ça en ressentant un immense feu de joie s'embraser au creux de mon ventre et une totale dévotion à l'égard de cette plume charmeuse et lyrique. Offrez ce livre autour de vous ! C'est de l'amour sans demi-mesure et c'est prodigieux. #iputaspellonyou

Gallimard, 2014 - repris en poche Pôle Fiction, 2017

 

Le livre de Perle Pole fiction

 

Pépite du roman européen 2014.
Prix de la Foire de Brive 2015.

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01/12/17

Vingt-quatre heures dans l'incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, de Chris Grabenstein

Vingt quatre heures dans l'incroyable bibliothèque de M LemoncelloKevin vient de remporter le concours pour découvrir en avant-première la fantastique bibliothèque de Luigi Lemoncello et ainsi passer une nuit complète pour tout explorer avec onze autres camarades du même âge. Peu avant la délivrance, l'excentrique mécène leur propose de participer à une nouvelle partie, avec pour immense plateau de jeu la bibliothèque elle-même. Le but ? Réussir à en sortir dans les vingt-quatre heures. Comment ? En résolvant une multitude d'énigmes et en dénichant les indices savamment planqués par-ci, par-là. Deux équipes s'affrontent, les petites cellules grises sont en action... un, deux, trois, lisez !
Les amoureux des livres ne peuvent que succomber au charme de cette lecture, qui nous transporte dans l'univers fabuleux des rayonnages à perte de vue, où des milliers de bouquins sont alignés comme de bons petits soldats, avec des références à foison et des invitations à picorer à satiété. Miam, miam. Mais la bibliothèque de M. Lemoncello réserve aussi son lot de surprises, avec son aspect avant-gardiste incluant des hologrammes ou des échelles électromagnétiques pour parcourir les étagères et piocher le livre choisi. On reste comme des mômes, les yeux écarquillés et éblouis par de telles merveilles techniques qui côtoient en parfaite osmose les belles reliures et les archives plus traditionnelles.
L'histoire, ensuite, est un clin d'œil au roman de Roald Dahl - Charlie et la chocolaterie - et son incroyable Willy Wonka qui ouvre les portes de son usine à cinq enfants et leur famille pour partager sa grande passion. Les jeunes convives de M. Lemoncello pénètrent aussi l'antre secret, mais doivent montrer patte blanche, respecter les consignes et déployer des trésors d'ingéniosité pour décoder les rébus et autres devinettes de ce jeu grandeur nature.
Il règne une véritable effervescence dans l'histoire, un excès d'enthousiasme débordant, qui peut tourner la tête ou créer une sensation de vertige. Je craignais, au départ, ne pas être à ma place, pour finalement y adhérer à fond et avoir envie de participer à cette chasse au trésor. J'ai trouvé l'enquête passionnante. Bien ficelée, truffée de détails littéraires, mais aussi joyeuse et inattendue.
En bref, c'est une lecture qui s'adresse à tous les grands amateurs de jeux - plateau, mots, vidéo - et qui rayonne de bienveillance. La traduction d'Anath Riveline propose également de savoureuses alternatives aux œuvres originales... pour des choix très judicieux !
Un parfait petit bouquin qui fera plus d'un heureux. Je recommande.
♥ 

Milan, 2017 - Trad. d'Anath Riveline

Illustration de couverture : Golden Cosmos

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17/11/17

Geisha ou Le jeu du shamisen, de Christian Perrissin & Christian Durieux

geishaJapon, 1912. La famille de Setsuko Tsuda quitte leur village de campagne pour s'installer en ville dans l'espoir d'une vie meilleure. Ancien samouraï, l'homme est fier mais accepte les petits boulots, jusqu'au jour où, suite à un accident de tramway, il devient éclopé. La misère ronge leur foyer, le père s'oublie dans l'alcool, puis prend la décision de vendre sa fille à l'okiya Tsushima. Coup dur pour la fillette de dix ans. La patronne lui réserve un accueil froid et implacable - elle juge son physique ingrat et son visage peu harmonieux. Elle change aussi son nom pour Kitsune, “la renarde”. L'enfant suit néanmoins une éducation de qualité et fait l'apprentissage des arts (chant, danse, prestance, musique, thé). Elle assiste également ses grandes sœurs, les geisha, mais subit les foudres de Komayo, la favorite. S'exerçant en secret au shamisen, une guitare à trois cordes, Kitsune révèle un véritable don qui lui assure une porte de secours, contrairement à sa camarade Kingyo, une jolie fille sans réel talent, qui n'échappera pas à sa destinée de servante ou prostituée. Quelle lecture captivante ! C'est avec un intérêt grandissant que j'ai suivi le parcours romanesque de la jeune Setsuko, devenue Kitsune, plongée dans les coulisses d'une vénérable maison de geisha. On y découvre un monde secret, à la hiérarchie pointilleuse et dont le respect pour la tradition est éminemment appliqué. Le tout baigne dans un esthétisme soigné, en noir et blanc, idéal pour accentuer le raffinement et la nostalgie d'une époque. Il s'agit cependant de la première partie d'un diptyque - je l'ignorais - d'où ma frustration au moment de tourner la dernière page car j'en voulais encore ! En attendant, je suis sous le charme, ravie de cette bande dessinée qui incarne magnifiquement la fascination qu'exercent les geisha, et qui rend hommage aux femmes cultivées qu'elles étaient, sans sombrer dans une panoplie de clichés ou fantasmes graveleux. Une lecture passionnante, à la fois délicate et mélancolique. Très, très bon ! ♥

Futuropolis, 2017

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10/11/17

David Bowie n'est pas mort, de Sonia David

David Bowie n'est pas mortJe suis clairement dans une thématique à fendre l'âme, ces temps-ci, et j'enchaîne les lectures bouleversantes à un point... Je ne suis plus qu'une flaque de larmes, c'est dit. Ce roman de Sonia David a également fait big-bang dans mon cœur et ma tête. Il a pour lui de parler de famille dysfonctionnelle, de parents qui s'éteignent, de deuil à absorber, de souvenirs à redorer, de portraits sans fard à dessiner... C'est tout ça, mais c'est surtout terriblement personnel, ça résonne partout, ça vous touche et ça vous interpelle.
Hélène a 52 ans et deux sœurs, Anne et Émilie, qui ont respectivement 55 et 49 ans. Elles mènent chacune une existence autonome et se voient une fois par an pour conforter leur lien sororal. Fin mai 2015, Hélène apprend par téléphone la mort de sa mère. Un choc, plutôt qu'un chagrin, car Hélène avait pour sa mère, égoïste et fantasque, des sentiments contradictoires. Un an plus tard, c'est au tour de son père de tirer sa révérence - un père doux et mystérieux, qui aimait défendre ses idées avec ardeur.
Hélène et ses sœurs, Anne et Émilie, sont donc tiraillées entre la tristesse et la colère, jugeant, blâmant, condamnant. Leur mère était une “connasse” sans cœur, qui ne montrait jamais son affection, mais exerçait un chantage affectif à sa façon. A contrario, leur père brillait en société, se passionnait pour les débats et luttait contre les injustices, il avait abandonné le foyer familial, refait sa vie et s'était brouillé avec l'une de ses filles, il en souffrait mais avançait sans se retourner. Hélène et ses frangines ont ainsi grandi entre le marteau et l'enclume, se forgeant au mieux leur force de caractère et leur désir d'indépendance. Elles ont rapidement mis les voiles pour échapper au naufrage, mais se retrouvent pour gérer ensemble le deuil, pour évoquer leurs souvenirs, pour ranger, jeter, classer les papiers, pour organiser les funérailles, et disperser les cendres, pour se lancer dans des démarches administratives et renoncer à leur héritage.
Au milieu de ces deux disparitions, vient se glisser David Bowie. L'artiste est décédé début janvier 2016. Et avec lui, s'envole une autre part de l'enfance et déferlent les réminiscences d'un passé oublié. C'est toutefois à travers lui que la narratrice parvient à tisser les liens familiaux, à reconstruire son arbre bancal et à retrouver sa place sur l'échiquier. Elle nous raconte son histoire avec force et authenticité, c'est tout à la fois émouvant et bouleversant. D'une grande justesse, et d'une sincérité aussi magnifique que déconcertante.
En somme, j'ai beaucoup, beaucoup aimé. 

Fantastique Micky Sebastian qui est la lectrice pour Audible Studios de cette histoire renversante. 


>> Ce livre audio est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.

©2017 Robert Laffont (P)2017 Audible Studios. Texte lu par Micky Sebastian - Durée : 4 h 18 

 

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08/11/17

Les fondus de l'Arctique, par Erwan Seznec

LES FONDUS DE L’ARCTIQUE

Voilà où ça peut mener de manger des poissons panés ! Antoine Delamoute vient de gagner un concours organisé par la société Celsius, qui a choisi d'emmener quatre collégiens sur leur navire scientifique pour une expédition jusqu'au Groenland. Julien, Joris et Marie sont les trois autres petits veinards à embarquer avec leur valise, leur slip chauffant et leurs moufles pour une aventure ô combien déjantée.
J'avoue, c'est très, très drôle à lire. Il ne se passe pas une page sans un élément désopilant, une réplique qui fait  mouche, un détail qui coince, un événement inattendu. On n'en perd pas une miette et c'est vraiment trop bon ! Car tout va rapidement de travers, à bord de La Suspicieuse, comme de démasquer un intrus parmi nos jeunes lauréats, puis d'apprendre que le capitaine est héminégligent, sans oublier le syndrome islandais qui frappe nos petits camarades, ou la crise de nerfs du patron des panés devant les caméras de la télévision, et que dire de la concurrence déloyale où tous les coups fourrés semblent permis !
L'histoire est complètement dingue et saugrenue, mais c'est de l'humour bon enfant et opportun. On trouve aussi des petits clins d'œil sympas, comme les noms des personnages (Roger Rouscaille ou Ernest Shackleton) et des illustrations adorables venues mettre leur grain de sel pour agrémenter de loufoquerie les 135 pages du roman. 
Une excellente découverte et une lecture distrayante au possible. À partager autour de soi. ♥☺

Neuf de l'école des loisirs, 2017

Illustrations de Vincent Bourgeau

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


06/11/17

Le Magicien d'Oz, par Maxime Rovere & Charlotte Gastaut

Gros coup de cœur pour cette nouvelle adaptation du classique de L. Frank Baum - Le Magicien d'Oz - par Maxime Rovere et la fantastique Charlotte Gastaut ! En plus d'y apporter sa touche personnelle avec ses illustrations raffinées, c'est aussi la narratrice de l'histoire à écouter dans cette édition avec CD. 

LE MAGICIEN D’OZ

C'est donc l'éternelle histoire de Dorothy qui vit dans une ferme au Kansas et qui se réveille au pays d'Oz, suite à un violent cyclone qui a tout ravagé sur son passage. Abasourdie, la fillette découvre qu'elle vient de mettre k-o la méchante sorcière de l'Est et hérite ainsi de ses souliers en argent. S'aventurant dans ce pays imaginaire, en compagnie de son chien Toto, Dorothy croise en chemin un épouvantail en paille, qui rêverait avoir un cerveau, puis un bûcheron en fer blanc, qui voudrait un cœur, et enfin un lion craintif, désireux de trouver du courage ! Ils partent ainsi rencontrer le puissant magicien d'Oz avant d'affronter une autre vilaine sorcière et sa redoutable armée des singes ailés...  La route s'annonce longue pour rentrer à la maison !

Cette œuvre classique a déjà été lue, relue, adaptée et revisitée dans d'autres éditions prestigieuses (cf. Le magicien d'Oz chez Didier Jeunesse), mais cette revisite portée par le talent de Charlotte Gastaut réunit le charme, la poésie et la magie ! On y trouve en effet un graphisme époustouflant, des illustrations élégantes, des traits fins et des dorures, de l'entrain et de l'émotion, des rebondissements, du mystère, des surprises et de l'allégresse. Ce sont ainsi de pleines pages féeriques qu'on parcourt, avec des champs de coquelicots... capables d'endormir votre vigilance, on voit du pays et on croise des créatures effarantes, comme les Munchkins ou les kalidahs, avant de rencontrer l'énigmatique magicien, parfaitement insaisissable, puisqu'il apparaît sous différentes formes selon ses interlocuteurs. Dorothy fait néanmoins preuve de courage et tient la dragée haute à ses adversaires, même s'il lui arrive parfois de craquer en doutant de retrouver le Kansas. J'ai adoré le look de la fillette - son béret, ses chaussettes et ses souliers magiques - et son arrivée à la cité d'émeraude réserve aussi de splendides pages d'émerveillement !

C'est donc une lecture assez conséquente, mais passionnante à suivre tous les soirs, qui comporte parfois des séquences fortes et inquiétantes, comme lors des attaques des singes, mais heureusement le souvenir de celles-ci est balayé par un dénouement jovial et de bon aloi. La lecture faite par Charlotte Gastaut est plaisante et douce à l'oreille. Sincèrement rafraîchissante à découvrir. Bon public et passionnée de cette histoire intemporelle, je suis fatalement conquise. ♥

Milan, 2017

Suivre l'actualité de Charlotte Gastaut  : https://www.instagram.com/charlotte.gastaut/

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24/10/17

Les valises, de Sève Laurent-Fajal

Les valises

Sarah, quinze ans, se rend en voyage scolaire en Pologne où elle visite avec sa classe le camp d'Auschwitz. Pudique et solitaire, l'adolescente ressent un grand froid l'envahir en découvrant l'amoncellement des valises abandonnées ayant appartenu aux millions de déportés juifs. Prise de vertiges, elle a des visions de scènes sur un quai de gare où des enfants sont arrachés à leurs parents. Muette, angoissée d'horreur, Sarah se ferme comme une huître. Car tout ceci l'amène à réfléchir à ses propres origines.

Sarah vit seule avec sa maman, elle ignore qui est son père, ne sait rien de sa famille. Toutes deux sont cloîtrées dans leur bulle de silence et d'isolement, mais la jeune fille n'en peut plus et a envie que ça change. Seulement, le soir où elle s'arme de courage pour discuter avec sa mère, Sarah apprend que celle-ci a eu un accident et se trouve dans le coma sur un lit d'hôpital. Abrutie de chagrin et de désespoir, Sarah n'abandonne pas l'idée de fouiller le passé de sa mère et comprendre le mystère autour de sa naissance.

Quel doux roman ! Charmant, émouvant, totalement bouleversant. J'ai été littéralement captivée, complètement absorbée par la quête identitaire, par le cataclysme émotionnel et par les montagnes russes sur lesquelles surfent l'héroïne. C'est intuitif, l'histoire vous touche en plein cœur tant elle est éloquente, sensible et compatissante. Et au milieu de ce chaos sans nom, Sarah découvre aussi les fulgurances du premier amour. Une relation tendre, farouche et explosive se dessine, elle se noue ainsi au besoin de savoir qui elle est, quelles sont ses racines. C'est tout emmêlé, emberlificoté dans un parcours teinté de rencontres et révélations parfois rapides et improbables, mais qu'importe. La lecture est entraînante, animée d'une belle sincérité. On en ressort avec le cœur pulvérisé, un sourire heureux et des larmes au coin des yeux. C'est tout bon ! ♥

Gallimard Jeunesse, coll. Scripto, 2016

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Sœurs sorcières #1, de Jessica Spotswood

Soeurs sorcières 1Cate, Maura et Tess sont sœurs et vivent dans une Nouvelle-Angleterre imaginaire du début du XXe siècle. L'aînée de 17 ans veille scrupuleusement sur ses cadettes, depuis la mort de leur mère, et cherche à préserver leur secret à tout prix. Car les sœurs Cahill sont en fait des sorcières et ont l'obligation de n'en rien dire sous peine d'être envoyées à l'asile sur l'ordre des Frères. Cette congrégation religieuse et autoritaire a formellement interdit toute pratique de la magie et traque la moindre manifestation sans mettre les formes. Autour d'elles, Cate a déjà noté les nombreuses arrestations intempestives et la surveillance accrue que ses sœurs et elle subissent. Elles doivent, par exemple, accepter la présence d'une nouvelle tutrice, Elena, venue directement de l'Ordre des Sœurs. Cette intrusion déplaît fortement à Cate, contrairement à Maura, qui lui voue immédiatement une adoration sans borne. À quelques semaines de sa confirmation, Cate doit également choisir quel sens donner à son avenir - se fiancer à Paul, son ami d'enfance, ou rejoindre l'Ordre des Sœurs et mieux protéger sa famille. Son choix se complique lorsqu'elle découvre l'existence d'une Prophétie, contre laquelle même leur propre mère les mettait en garde, et qui impliquerait trois sœurs, une trahison et un chaos sans précédent. Sans compter son idylle naissante avec le fils des libraires, souvent mis à l'amende pour leurs activités douteuses... 

Récemment repêché dans mes piles des oubliés, ce roman m'a fait un beau pied de nez en se révélant aussi croustillant et enthousiasmant ! Que de temps perdu... oui, je sais. Car j'ai aimé tout ce qu'il m'a servi - des personnages attachants, un univers de magie mystérieux, des secrets de famille, des relations entre sœurs assez puissantes et néanmoins fragiles, des premiers émois qui donnent le sourire, des ombres menaçantes, des faux-semblants, des sacrifices et des passions dévastatrices. Ouhlàlà, c'est franchement palpitant ! Ce serait encore mieux de battre le fer pendant qu'il est chaud en lisant les deux prochains tomes sans plus tarder. Oui, ce serait une chic idée... 

Nathan, 2013 - Trad. Rose-Marie Vassallo

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/10/17

Archie Greene et le secret du magicien, de D. D. Everest

ARCHIE GREENE ET LE SECRET DU MAGICIENLe jour de son douzième anniversaire, Archie Greene reçoit un gros colis contenant un précieux grimoire. Or, l'avocat du cabinet Folly & Catchpole a bien failli ne jamais arriver chez Gardenia Greene, la grand-mère du garçon, et ce retard va poser bien des soucis car Archie est attendu sans délai à la librairie La Page Blanche à Oxford pour y rencontrer la famille Foxe (son oncle, sa tante et ses cousins) ! Le garçon se sent complètement bousculé, car il ignorait jusqu'à présent l'existence d'une famille autre que sa grand-mère, mais il va surtout apprendre qu'il doit protéger des livres magiques contre un puissant Mage Noir, qu'il aurait des dons particuliers et qu'il doit mener son enquête, souvent au péril de sa vie, avec l'aide de ses cousins, Ronce et Chardon. 

Whaaa whaaa whooo ! Ce roman a été une excellente surprise. C'est sur les conseils de la libraire jeunesse de l'Armitière que je l'ai lu, et franchement je n'ai pas été déçue. Il y a tout ce qu'il faut pour enthousiasmer le lecteur : un univers fabuleux, un héros attachant, du suspense, de la magie, des péripéties... La lecture est un pur enchantement. Elle vous entraîne, en 370 pages, dans un tourbillon de découvertes et de révélations stupéfiantes. Je n'ai rien vu venir et j'ai tourné les pages avec un ravissement jamais altéré. Cette sensation grisante m'a d'ailleurs rappelé celle éprouvée à la lecture des Harry Potter ! Avis aux amateurs. C'est une série étonnante, confinée dans un emballage raffiné (couverture à jaquette illustrée par Iacopo Bruno), de quoi vous absorber pour quelques heures de bonheur. ♥

Bayard jeunesse, 2015 - Trad. Sidonie Van den Dries

Autres suggestions de lecture : La maison des secrets de Jacqueline West ; Fablehaven de Brandon Mull ; L'Atlas d'émeraude de John Stephens ; Le voleur de magie de Sarah Prineas ; Apprentie sorcière de James Nicol

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18/10/17

Agatha Raisin enquête #6 : Vacances tous risques, par M. C. Beaton

Vacances tous risques Agatha RaisinEn pleine tourmente émotionnelle, Agatha Raisin décide de plier boutique pour se rendre à Chypre, où James Lacey est en villégiature sans plus donner de nouvelles. Sur place, notre anglaise égarée se lie d'amitié avec un groupe de touristes désireux de la divertir, au lieu de quoi notre Agatha est le témoin privilégié d'un nouveau meurtre ! Bien entendu, la police chypriote dédaigne pompeusement son expérience d'enquêtrice dans les Costwolds et inscrit son nom sur la liste des suspects. C'en est trop pour notre Agatha, chamboulée par ses retrouvailles avec James, tellement mais tellement distant. Que faire ? Se tourner vers Sir Charles Fraith, figure ô combien mémorable aperçue dans Randonnée mortelle. Et on applaudit des deux mains. Cela suffit d'accabler Agatha d'interminables atermoiements - James ou pas James - l'individu ne brille ni en compassion ni en clairvoyance. Cela suffit. Pourtant, notre héroïne n'est jamais loin de tirer les bonnes conclusions et procède à un examen de conscience qui frise la lucidité, mais son obsession est viscérale. Rhalala. À côté de ça, l'intrigue ne déçoit pas - des cadavres, des mensonges, de la tartuferie. C'est distrayant et vaudevillesque en diable. On sourit, on soupire, on ricane. On passe un vrai bon moment. Seule ombre au tableau : Carsely, Bill Wong et Mrs Bloxby manquent hélas à l'appel dans cet épisode. Deux prochains tomes sont en approche, début novembre : À la claire fontaine & Coiffeur pour dames. Je suis dans les starting-blocks. ☺

Texte lu par Françoise Carrière pour Audible Studios. Une lecture à la hauteur des attentes - légère et enjouée, qui ne tombe pas dans le piège des simagrées pour incarner un personnage au comportement souvent burlesque et excentrique. 


>> Ce livre audio est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.

©2017 Albin Michel. Traduit de l'anglais par Jacques Bosser (P)2017 Audible Studios