24/11/14

Lily Cherche son Chat, de Peggy Nille

IMG_1937

Un grand et magnifique album, signé Peggy Nille : attention les yeux ! !

L'histoire est celle d'un Cherche & Trouve tout ce qu'il y a de plus basique : Lily a perdu son chat et parcourt la planète pour le retrouver. On l'accompagne dans un superbe voyage à visiter des décors splendides, qui font découvrir Madagascar, l'Inde, le Japon, le Pérou, la Russie, etc.

Et vous en prenez plein les mirettes. Les illustrations de Peggy Nille sont de toute beauté. C'est coloré, chaleureux, fourmillant de détails. On ne se lasse pas de parcourir toutes les pages, soit-disant pour retrouver le chat de Lily, mais surtout pour se rincer l'œil !

Par principe, cet album se destine aux jeunes lecteurs, mais les plus grands ne bouderont pas leur plaisir. Du Peggy Nille en format 26 x 31, c'est un plaisir régressif pleinement assumé. Un régal pour la pupille. 

Album Nathan, octobre 2014

IMG_1938

IMG_1939

IMG_1940

IMG_1941

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


Cool Sweet Hot Love, par Erin McCahan

Cool, Sweet, Hot, Love

Josie, 16 ans, est surdouée. Se rendant tour à tour au lycée, où ses parents tiennent absolument à ce qu'elle maintienne le lien pour être avec des jeunes gens de son âge, et à l'université, où elle suit des cours de sociolinguistique avec Stu, son voisin - ami d'enfance, Josie laisse très peu de place au hasard et à la spontanéité. Pourtant, lorsqu'elle croise le séduisant Ethan Glaser, ses sens sont en alerte, comme un ralenti de film romantique.

Assez naïve et inexpérimentée en la matière (l'amour et la confusion des sentiments), Josie y prête néanmoins un intérêt grandissant : toutes ses copines ont des béguins pour des camarades, même Stu est un Casanova en puissance, et plus terrible encore, sa sœur Kate vient de présenter officiellement son dernier petit copain en date - Geoffrey Stephen Brill - un type suffisant et casse-pied. Josie dit niet, mais Kate se fâche et lui réplique qu'elle n'y connaît rien en amour.

Pour lui prouver le contraire, la cadette décide d'explorer ce terrain inconnu à l'aide de fines observations, de pratiques balbutiantes et de nombreuses interrogations auprès de ses congénères. Qu'est-ce qui fait que ... qu'est-ce qui rend si ... enfin bref, vous l'aurez compris, l'amour n'est pas une science exacte, et Josie va s'en mordiller les doigts. Et c'est drôle, c'est tendre, c'est bougrement attachant.

Ce roman dresse un portrait pittoresque d'une jeune fille brillante, mais complètement immature sur le plan affectif (car terriblement cartésienne), qui se lance dans une croisade insensée sur les élans du cœur et ses petits tracas. Son parcours est raconté avec humour et sensibilité (pauvre Josie, tout de même, sa sœur aussi manque de tact !). J'avais des bouffées de compassion, vite chassées par cette ambiance bon enfant qui règne de bout en bout dans le livre.

En bref, j'ai souri et j'ai aimé, énormément. C'est farfelu, sans tomber dans le grotesque. Tout est analysé, décrypté, passé à la moulinette, avec un certain goût pour la dérision. J'ai aussi craqué pour cette famille exemplaire, habituée de vivre en harmonie, je me sentais tellement à mon aise que je n'avais pas envie que l'histoire se termine. Le cocktail est délicieux, sucré et piquant. Un pur régal. 

Nathan, juillet 2014 ♦ traduit par Anne Guitton (Love and Other Foreign Words)

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15/11/14

Bridget Jones, Folle de lui par Helen Fielding

Bridget Jones, Folle de lui

Foin du tapage protestataire contre le retour de Bridget Jones ! J'ai, pour ma part, savouré ces retrouvailles, sans tirer la langue de la savoir ... eh oui ... veuve de 51 ans. Le temps a passé, Darcy n'est plus (tragique accident de voiture) et Bridget doit se reconstruire, surmonter sa douleur et élever seule ses deux jeunes enfants, Billy et Mabel.

Et le ton de se vouloir drôle, léger, nostalgique, poignant, sincère, farfelu... c'est du Bridget Jones, après tout ! Délurée jusqu'au bout des ongles (elle OSE Twitter et les rencontres sur internet, se fourvoie mais nous fait rire constamment). Possède sans conteste un solide sens de la dérision (les cheveux en pétard, le maquillage baveux, la robe trop apprêtée pour un rendez-vous professionnel, une bourde phénoménale dans l'écriture d'un scénario, son secourisme pathétique dans les arbres...).

Bref, le temps passe mais Bridget ne change pas. C'est toujours aussi désopilant, pétri de sarcasmes, avec toutefois la conscience aiguë du temps qui passe, du corps qui se transforme en bouée, de la solitude, du désœuvrement, du sentiment d'être bonne pour le recyclage... Cinquante ans, c'est un tournant dans la vie d'une femme. Et personnellement j'ai trouvé que Helen Fielding avait su traiter le sujet avec sincérité, tout en distillant un grain de folie appréciable.

Bridget Jones m'a fait rire, mais rire. Certes, elle collectionne les expériences saugrenues, décide par exemple de s'offrir une séance de Botox, mais ressort avec une allergie qui lui crispe les lèvres et se met à baver (« un comble quand on sait que le but était de paraître plus jeune - comme si j'étais une vieille qui a eu une attaque dans une maison de retraite. Suis obligée de me tamponner sans arrêt avec un mouchoir »). Elle rencontre aussi un minot qui la fait craquer, alors que le précepte l'interdit. Argh, Bridget est une éternelle midinette !

Promesse tenue d'une lecture alerte et sans complexe, avec une héroïne pétillante et audacieuse, qu'on a bonheur de retrouver comme s'il s'agissait d'une bonne copine. Le livre a été lu par Odile Cohen qui figure parmi les interprètes féminines que je préfère en format audio : elle alterne avec brio le sens du ridicule et la corde sensible pour ce marathon de 12 heures qui ne nous semble jamais trop long ! J'ai adoré. Et pour les plus nostalgiques, le nouveau Darcy tient haut la dragée ! 

Audiolib, novembre 2014 ♦ texte intégral lu par Odile Cohen (12h 05) ♦ traduit par Françoise du Sorbier pour les éditions Albin Michel

  • l'avis de Cuné, pour la VO, qui dit vraiment tout, tout, TOUT ce que je pense du livre, de Bridget et du reste... 

11/11/14

Cadavre 19, de Belinda Bauer

Cadavre 19

Patrick, étudiant en anatomie, a choisi cette spécialité pour mieux comprendre la mort. Selon son professeur, les cadavres ne parlent pas mais ont tout à délivrer. En salle d'autopsie, face à un corps anonyme, estampillé Cadavre 19, Patrick et ses camarades épluchent, décortiquent, classent, cataloguent, analysent bout par bout. Leur but étant de découvrir la cause du décès. Et non l'identité du mort. Patrick, lui, en fait une fixation.

Contrairement aux autres étudiants, Patrick a besoin d'éclaircir tout ce qu'il voit, entreprend, entend, découvre. Il est atteint du syndrome d'Asperger. Mais surtout, il n'était qu'un enfant lorsque son père a été fauché par une voiture sous ses yeux. Ce drame continue de le hanter, car il a le sentiment d'avoir été floué sur le pourquoi et le comment. Inutile d'attendre de sa mère le moindre geste de compassion, ancienne alcoolique, elle est toujours autant à côté de la plaque !

Voir Patrick partir à l'université, partager une colocation, prendre son indépendance représente pour elle le début de la normalité. Un poids en moins. Un soupçon de soulagement. Le garçon n'est pas d'un caractère sociable, mais s'adapte à sa façon au mode de vivre de Kim et Jackson. Il ne cache pas que le Cadavre 19 ne cesse de le turlupiner, qu'il est contrarié par ses mystères, d'autant plus qu'il vient de mettre le doigt sur un détail peut-être déterminant pour la suite !

À côté de ça, on suit l'histoire d'un service de réanimation de l'hôpital de Cardiff, où infirmières et corps végétatifs nous livrent des confidences faussement anecdotiques, car de fil en aiguille on devine qu'elles vont compléter un tableau ombrageux. J'ai beaucoup aimé ce principe de constructions par petites briques, ci et là, on vivote, on stocke chaque information avant le tomber du rideau. C'est très réussi.

Le dénouement est, cependant, plutôt précipité. On a un enchaînement de coïncidences, plutôt abrupt. On se sent assommé par la succession des révélations et autres secrets déterrés. Cela manquerait presque de finesse si le reste du roman n'avait été aussi alléchant et parfaitement conduit. Donc, aucun souci. On a une intrigue qui se conclut de façon diabolique, mais efficace. Belinda Bauer a su proposer un roman original, qui s'est distingué par sa structure alambiquée et son « héros » au comportement singulier.

Fleuve Noir, septembre 2014 ♦ traduit par Christine Rimoldy (Rubbernecker)

07/11/14

Au secours, Scarlett ! de Maureen Johnson

Suite des aventures de la famille Martin à New York ! 

au secours scarlett

Gallimard jeunesse, coll. Pôle Fiction, octobre 2014 ♦ traduction de Cécile Dutheil de la Rochère

heart red

La rentrée approche et de nouveaux chamboulements attendent nos héros new-yorkais : Spencer fait ses premiers pas sur scène mais récolte le titre de vedette la plus haïe de la ville, Lola a le cœur brisé et ne veut pas entendre la voix de la raison, Scarlett est forcée de chaperonner une jeune comédienne en herbe, Chelsea Biggs, dont le frère Max la traite avec dédain. Et Éric est de retour en ville et tente de renouer contact, mais la blessure suite à sa goujaterie est toujours à vif. 

C'est un tel bonheur de retrouver la famille Martin et s'immiscer dans leur vie qui tourne essentiellement autour du théâtre et de la comédie. On se sent vite à l'aise dans cette famille, où les notions d'entraide, d'humour et de joie de vie ne sont guère usurpées. En toile de fond, la ville de New York offre un cadre idyllique, à effet magique ! On referme son livre sur une note d'enchantement, c'était frais, pétillant et enthousiasmant, un joli moment de dépaysement aussi.

Anecdote rigolote : le livre est dédicacé aux membres du groupe Abba. « Because they taught us all that we too can be the Dancing Queen. » 

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


05/11/14

Charles apprenti dragon, par Alex Cousseau et Philippe-Henri Turin

IMG_2161

Cet album réunit deux grands succès: Charles à l’école des dragons  et Charles prisonnier du cyclope
mais ce n’est pas tout...

On trouve en cadeau bonus les Mémoires d'un jeune dragon,  soit quelques pages d'humour écrites et dessinées par Charles, sous forme de poèmes et croquis ravissants, destinées accessoirement à ses parents, mais on ne va pas se gêner pour y jeter un œil ! 

Ce n'est plus une surprise, mais cet album n'en demeure pas moins une pure merveille, éclatante de beauté, de chaleur, d'humour et de facétie. De haut en bas, de gauche à droite, il y a de quoi lire, admirer, rêver, s'enthousiasmer.

L'album perd ici un chouia en centimètres mais conserve toute sa noblesse. De nouveau, il en impose en couleurs, en grâce et en enchantement. L'esthétisme est une perfection absolue.

Mais l'histoire n'est pas en reste : Charles est un jeune dragon, né avec de grandes ailes et des pattes immenses, sur un corps minuscule. Il a aussi une âme de poète et a souffert de sa différence à l'école. Aujourd'hui Charles est un dragon comblé ... en quête de nouveaux amis. Sa potesse la mouche a depuis rendu l'âme. Paix à son esprit. Pour bien faire, Charles pense qu'il faut « investir » sur la durée : une coccinelle ?! Avec une durée de vie d'un an ou deux ? Hmm.

En amitié, cependant, tout est permis. Et Antoinette va lui prouver ! 

C'est adorable, charmant, facétieux et source d'ébahissement constant. Je suis fan. J'adore le ton, les couleurs, les mots de Charles. 

Encore une fois, si vous ne connaissiez pas (quelle erreur), n'hésitez pas ! Cela s'apprécie à tous les âges, foncez, vous ne le regretterez pas. 

Seuil jeunesse, septembre 2014 pour la présente édition

IMG_2162

IMG_2163

IMG_2164

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03/11/14

Journal d'un chat assassin, de Véronique Deiss

Journal Chat Assassin

Qui mieux que Véronique Deiss pouvait adapter en bande dessinée la série d'Anne Fine (Journal d'un chat assassin) pour laquelle elle illustre déjà les 6 romans existants ? ! Personne, évidemment. C'est elle, la seule, l'unique, experte ès Tuffy, ce gros matou paresseux et menteur, qui rend chèvre tout son petit monde, à commencer par les parents de la petite Ellie. 

Cette bande dessinée de 45 pages reprend toutes les grandes lignes du tome 1 : Tuffy assassine des petits animaux sans défense et dépose ses trophées sur le paillasson de la maison, ce qui offense les âmes sensibles de la famille (cris d'horreur et d'épouvante en cascade). Mais le plus grand drame survient quand sa nouvelle victime n'est autre que le lapin du voisin. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Pour parer à tout conflit, le père d'Ellie met au point une opération commando nocturne (que les chats du quartier, témoins au moment des faits, vont rapporter avec un sens de la dérision absolument divin...). Le résultat est d'une drôlerie ! 

L'esprit de la série, caractérisé par son humour caustique, son héros de mauvaise foi et ses intrigues aux retournements burlesques, trouve ici une exécution fantastique. La mise en scène est diablement redoutable et provoque cet enchaînement de situations improbables combinées à des fous rires. C'est radical. Qu'est-ce qu'on rit...  

Véronique Deiss se fait plaisir et rend une copie sans faute. C'est une franche réussite, à l'enthousiasme communicatif. La bande dessinée complète la lecture de la série des livres ou invite à mieux la découvrir. D'ailleurs, si vous ne connaissiez pas encore (quelle erreur), n'hésitez pas ! Cela s'apprécie à tous les âges, foncez, vous ne le regretterez pas. 

Rue de Sèvres, octobre 2014 ♦ d'après la série écrite par Anne Fine, éditée à l' École des Loisirs 

IMG_2256

IMG_2257

IMG_2258

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Peau d'Âne, de Jacques Demy, Rosalie Varda-Demy, Charles Perrault et Michel Lavoix

Parce qu'une princesse refuse d'épouser son père. 
Parce qu'un âne fait bêtement des crottes d'or. 
Parce qu'une rose qui parle vous regarde 
Toujours dans les yeux.
Parce qu'une fée tombe amoureuse et que cela ne se fait pas.

IMG_2238

Parmi les nombreux films vus dès l'enfance, aussitôt idolâtrés et supportant vaillamment les aléas du temps qui passe, se trouve Peau d'Âne de Jacques Demy. Un intemporel, classique, incroyable film, qui a su élever le kitch à un art visuel absolument magnifique (si, si, je vous  jure !). 

À l'occasion de la sortie du film restauré, paraît donc cet album du scénario original écrit sous forme de conte et illustré de photographies du film.

L'histoire : Sur son lit de mort, la reine a fait promettre au roi (Jean Marais) de n'épouser qu'une femme plus belle qu'elle. Dans tout le royaume, une seule personne peut se prévaloir d'une telle beauté, sa propre fille (Catherine Deneuve). La princesse va tenter de ruser, commandant un bouquet de robes toutes plus improbables les unes que les autres, cherchant la petite bête pour échapper à cette union saugrenue (elle va même jusqu'à réclamer le sacrifice de l'âne qui a fait la fortune du roi), mais le piège se referme sur elle.

Désespéré, la princesse préfère s'enfuir dans la forêt, reçoit l'aide de sa marraine la Fée des Lilas (Delphine Seyrig) et se retrouve dans un cabanon en bois à confectionner des cakes d'amour ! :-) Sa beauté, sa grâce, sa voix mélodieuse vont étourdir un autre prétendant (Jacques Perrin) qui va convoquer tout le royaume pour retrouver cette mystérieuse enchanteresse qui lui a envoyé un gâteau dans lequel elle avait caché sa bague. 

Gniiii... c'est tout comme j'aime ! Magique, ensorcelant, kitch, maniéré et cocasse... en gros, tout ce qui fait son charme et rend cette œuvre si particulière à mes yeux.

De la Martinière jeunesse, octobre 2014 

IMG_2239  

IMG_2241  IMG_2242

IMG_2243  

IMG_2244

31/10/14

Louve, de Fanny Ducassé

IMG_2245

heart red

Quel album magnifique, déjà encensé par les libraires ! Je ne peux que me joindre à ce concert de louanges.

J'ai d'abord lu cette histoire toute seule, puis une deuxième fois avec ma fille et encore une fois toute seule ... tellement j'avais le goût de m'imprégner de son aura. Et à chaque fois je me sentais émue, troublée, charmée par les mots et les images. 

C'est presque «... plus beau que mille feuilles d'automne réunies ».

L'histoire nous entraîne dans la maisonnette au fond des bois de Louve, une jeune femme solitaire, à la chevelure flamboyante, qui partage sa passion pour les crèpes avec les renards des alentours. Et c'est souvent qu'ils vont ensemble danser de bonheur, sous les rayons de la lune, ivres de joie et de chocolat.

Louve a juste un petit souci : ses cheveux prennent feu sitôt qu'elle laisse libre cours à ses émotions. 

C'est si triste de l'imaginer avec un cœur engourdi, toute sa vie durant... Aussi, le jour où elle rencontre un homme-loup, d'une séduction folle dans son costume à rayures, Louve perd tous ses moyens et sent ses cheveux crépiter.

À son tour, le loup, troublé et touché, va parvenir à dompter les flammes. Et les voilà, tous deux, blottis l'un contre l'autre, puis installés au chaud dans sa bicoque, tremblotant d'émotion... « Il fallut moins de dix lunes rousses pour que Louve et l'homme-loup s'apprivoisent tout à fait. »

C'est beau, doux, tendre et poétique. Paré de couleurs automnales, apaisantes et chaleureuses. Avec un texte pointilleux, pesant chacun de ses mots, pensant chacune de ses images, transportant immédiatement le lecteur vers une sensation vertigineuse... 

C'est une rencontre rare et précieuse, à savourer et chérir fort, fort, fort. 

éd. Thierry Magnier, octobre 2014

IMG_2246

IMG_2247

IMG_2248

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

28/10/14

Les Animaux dans la Nuit, d'Emmanuel Polanco

IMG_2114

Quelle superbe invitation à mieux connaître les mystères de la nuit (ou la nuit mystérieuse) ! Emmanuel Polanco nous offre un spectacle magnifique, avec cet album poétique dans l'âme, non seulement dans l'expression de ses illustrations mais aussi dans son texte parcimonieux. Tout est beau. Pointilleux. Et force l'admiration.

Naturellement, j'ai été sous le charme. Mais complètement sous le charme ! Les teintes sont crépusculaires, envoûtantes à souhait. Il règne une atmosphère apaisante, c'est la nuit, les animaux entament leur propre ballet : les oies sauvages s'envolent en un V effilé, les lucioles brillent de mille feux, les chauves-souris s'éparpillent avec grâce, les papillons de nuit dansent sans bruit... et puis la chouette effraie, « petite princesse énigmatique », veille sur son royaume hétéroclite.

Que d'élégance et de lyrisme au programme ! J'ai trouvé cet album magique et fascinant. Chaque détail est transcendé, soudain tout paraît plus beau, plus doux, plus mystérieux et plus captivant. Un vrai coup de cœur. 

Gallimard jeunesse, Octobre 2014

IMG_2115

IMG_2117

IMG_2120

IMG_2121

IMG_2122

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,