07/02/17

Lucile Finemouche & Le Balafré, Tome 2 : Le mystère Archéoscript, de Juliette Valléry, Annabelle Fati & Yomgui Dumont

Lucile FinemoucheC'est avec bonheur que j'ai retrouvé Lucile Finemouche dans une nouvelle aventure passionnante. ♥
Avec son associé Machan MacFloherty, dit le Balafré, elle poursuit avec assiduité son enquête sur les objets chronomanciens. Après une première affaire bouclée dans La Dimension Chronogyre, notre duo se met en tête de percer le mystère d'une machine à écrire qui appartient à la famille du Balafré depuis des générations. Celle-ci a pour particularité de revenir à la ligne tous les six mots. On les retrouve donc en pleine épopée pour atteindre les Pouces-Hauts où les attend la joyeuse tribu MacFloherty pour une vertigineuse rencontre haute en couleur. C'est aussi l'occasion pour nous de briser la carapace de Machan, au-delà du personnage austère et imperméable qu'il prétend être. Et quel bonheur. Mais les membres de l'agence 3ID ont à peine le temps de dire ouf qu'ils doivent rebondir sur de nouvelles pistes et se rendre illico dans la ville portuaire d'Otterness.
Il faut savourer le cadre, l'ambiance et l'originalité de l'histoire à chaque instant. En ce qui me concerne, je suis totalement subjuguée. On y croise à la fois des détails incongrus et fantastiques, comme des fantômes, des pattes-de-fourche de bouc, des esprits frappeurs, des horlogers peu communs, des dessins évocateurs, un manoir maudit... et un Machan qui disparaît sans laisser la moindre trace ! On a là une lecture tour à tour prodigieuse et palpitante, écrite avec un humour subtil et un sens exquis pour entretenir le suspense. Le tout est savamment troussé, complètement déjanté, dynamique et farfelu. Un pur régal. Il me tarde de lire le prochain épisode au sujet de l'Invertigo (un grand miroir de cabaret). ☺ 

Actes Sud Junior, 2016

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


01/02/17

Scarlett Epstein rate sa vie, par Anna Breslaw

Sarlett epstein

Enfin un roman qui ne prend pas les filles pour des nouilles et qui s'affranchit des clichés tout en racontant une histoire ordinaire, mais sur un ton plein d'humour ! J'ai adoré.
Scarlett Epstein est une fan inconditionnelle de la série Lycanthrope College, mais voit son monde s'effondrer en apprenant que celle-ci s'arrête sans crier gare. Pour tromper son ennui, elle se met à inventer une fanfiction librement inspirée de sa vie personnelle. En effet, la jeune fille extrapole le petit monde cruel du lycée dans un univers d'androïdes qui connaît un gros succès en ligne. Scarlett y trouve un certain confort de pouvoir se libérer de toutes les frustrations de la journée. Car Scarlett snobe résolument ses petites camarades, en particulier la clique des populaires, qu'elle juge navrants de bêtise. Elle est aussi extrêmement déçue de l'attitude de Gideon, son ami d'enfance, avec lequel elle ne parlait plus depuis des années, et qu'elle découvre en train de papillonner avec ces moutons, ou dans les bras de sa rivale, la sublime Ashley, qui ne manque jamais l'occasion de critiquer Scarlett, trop pauvre, trop geek, trop asociale. Scarlett se sent au-dessus du lot, certes sa mère fait du ménage, boit trop et s'imagine souvent avoir trouvé le grand amour, mais Scarlett ne cultive pas non plus l'image sordide du foyer misérable. Sa voisine, Ruth, une vieille intellectuelle qui passe son temps à fumer des pétards, lui parle de lectures, de féminisme et de ses folles expériences, pendant que l'adolescente s'occupe de son jardin. Elle évoque aussi la vie sans mesure et incite Scarlett à s'ouvrir davantage, loin de son écran et de sa communauté virtuelle. 

J'ai trouvé ce roman très riche, intelligent, drôle, caustique et savoureux. Scarlett Epstein est une héroïne extra, avec un caractère de cochon, de la mauvaise foi et du sarcasme en bandoulière. Au fond, on le sait, c'est une grande sensible, qui préfère se réfugier dans un monde imaginaire, pour fuir le réel. On la découvre touchante et vulnérable, à se voiler la face et à accuser les autres alors qu'elle envie leur aisance, leur naturel, leur spontanéité. Son histoire contient juste ce qu'il faut de dérision, d'ironie et de situations téléphonées. Le tout est mordant, actuel et frais. J'ai totalement accroché à ses réparties, à sa vision de la vie, à ses blagues, à ses références en matière de pop culture... C'est loin des modes actuelles qui surfent sur le mélodrame à deux balles et qui pondent des romances ineptes et fades. Ici, le portrait de la lycéenne est désopilant, décalé, décapant. Franchement top ! 

Traduit par Laetitia Devaux pour les éditions Gallimard Jeunesse - Collection Scripto - Janvier 2017

Titre VO : Scarlett Epstein Hates It Here

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18/01/17

L'Affaire de la belle évaporée, de J.J. Murphy

L'Affaire de la belle évaporée

Quelle lecture exquise ! Imaginez un soir de décembre dans les années 1920, dans le prestigieux hôtel Algonquin à New York...
L'acteur de cinéma Douglas Fairbanks et sa compagne Mary Pickford organisent un gigantesque raout où l'alcool prohibé coule à flot. Au milieu de l'effervescence générale, pourtant, un cas de variole se déclare et l'établissement est mis en quarantaine. Les esprits chagrins se consolent aussitôt en se servant une nouvelle coupe, pendant ce temps la starlette Bibi Bibelot fait le show. Entièrement nue, parée d'un médaillon d'argent, la blonde écervelée se glisse dans la baignoire remplie de vin pétillant et amuse la galerie avec ses air aguicheurs. Quelques heures plus tard, on retrouvera son corps sans vie dans la même position. 
J'avoue avoir immédiatement été embarquée par l'ambiance du roman ! C'est pimpant, c'est léger, c'est vintage et c'est charmant. Mais il y a un autre atout indéniable : cette chère Dorothy Parker. Femme de lettres et d'esprit, Dorothy est également connue pour son humour caustique et ses bons mots. Et il faut reconnaître à J.J. Murphy ce talent incontestable d'avoir saisi cette essence pour donner vie à une héroïne pleine de finesse et d'intelligence. L'Algonquin constituant son terrain de jeu propice pour son Cercle Vicieux, il n'était pas rare de la croiser autour de la fameuse table ronde en compagnie de son groupe d'intellectuels. On la retrouve ainsi avec Alexander Woolcott et Robert Benchley dans l'euphorie de la fête et au premier rang dans la découverte du drame. Experte dans l'art du Jeu de l'Assassin, notre éminente chroniqueuse se lance aussitôt sur la piste du coupable... avec l'assistance du non moins célèbre Sir Arthur Conan Doyle ! De passage en ville, l'écrivain britannique cherche ainsi à démontrer l'étendue de ses compétences, n'est pas le père de Sherlock Holmes qui veut, après tout. Mais le travail d'équipe peut poser souci et ne pas être l'apanage de cette fine équipe, chacun cherchant à asséner le coup de massue au détriment de l'autre, soit pour briller en société soit pour enquiquiner le monde.
C'est donc dans cette cacophonie que se dessine une intrigue guillerette et survoltée, où l'on suit les uns et les autres courir dans les escaliers, se planquer dans les monte-charges, batailler contre l'ennui, verser dans les plus folles spéculations, tirer des conclusions hâtives, observer leurs contemporains, épingler les anomalies, avaler une petite louche de champagne, espérer un interlude romantique et louper le gong final. C'est absolument réjouissant. On se croirait dans une comédie tout feu tout flamme, avec du rythme, du souffle, de l'éclat et des bulles. La mise en scène de personnages réels dans un contexte imaginaire apporte aussi ce supplément d'âme à une lecture par ailleurs ordinaire mais qui revêt soudain des couleurs chatoyantes. C'est raffiné, drôle et pittoresque. J'ai tout aimé dans ce livre ! 

éditions Baker Street / Novembre 2016 - Traduction par Yves Sarda [A Friendly Game of Murder]

Illustration de couverture : Lucie QZN

Disponible en Folio Le cercle des plumes assassines [Murder your darlings]

  

(cliché 1) Mary Pickford & Douglas Fairbanks (cliché 2) Art Samuels, Charlie MacArthur, Harpo Marx, Dorothy Parker & Alexander Woollcott "The Round Table Vicious Circle" 

 

16/01/17

Harry Potter et l'Ordre du Phénix, de J.K. Rowling & Lu par Dominique Collignon-Maurin

Harry Potter et l'Ordre du Phénix CD

Ce pavé représentant pas loin de 1000 pages, on double aussi notre temps d'écoute, soit près de 31 heures, pour plonger dans un cinquième tome long, lent et volubile. Mais on le supporte sans peine car l'univers est si captivant !

Suite à l'issue tragique du Tournoi des Trois Sorciers, Harry Potter clame haut et fort le retour de Voldemort. Or, le ministère refuse de l'entendre et cherche à le bâillonner en salissant sa réputation dans la presse ou en le menaçant de l'exclure de Poudlard. Dumbledore, le directeur, se montre étrangement distant, ses amis Ron et Hermione n'ont donné aucune nouvelle durant les vacances, et des Détraqueurs sont apparus à Little Whinging pour attaquer Harry et son cousin Dudley. C'est bien tardivement que le garçon découvre l'existence d'une garde rapprochée, autrement dit l'Ordre du Phénix, auquel appartient son propre parrain. Cette résistance de l'ombre est néanmoins encore impuissante et s'épuise à se débattre contre les ignorants, tandis que l'ennemi prépare son offensive sans perdre de temps. 

La rentrée s'annonce douloureuse et frustrante pour Harry, qui explore en même temps les joies de l'adolescence. Ô misère. Ils sont jeunes, fougueux et impatients, et aussi bêtes, jaloux et morveux. L'année promet son lot de singeries, comprenant les premiers émois amoureux, les rapprochements timides, les marmonnements inaudibles et les bisbilles futiles... Car Harry Potter est un héros en colère et ce n'est pas l'arrivée de Dolores Ombrage, chargée par le ministère de fourrer son nez dans les affaires de Poudlard, qui viendra calmer le feu qui brûle dans ses entrailles ! Oh non. Cette femme est stupide, mais redoutable. Et son acharnement, féroce. Ainsi s'écoule la vie de nos apprentis sorciers, entre les cours, les potions, les examens de fin d'année, le Quidditch, les hiboux, les elfes de maison, les feux de cheminée, les rendez-vous à Pré-au-Lard... et l'Armée de Dumbledore - Harry et ses amis ont outrepassé l'interdiction suprême et mis au point une ruse infaillible pour s'entraîner à lutter contre les forces du mal sous le nez de la Grande Inquisitrice ! Woow.

C'est long, c'est vrai, mais on ne peut qu'admirer la profusion de détails pour élaborer cet univers magique. Il y a sûrement trop d'éléments secondaires, comme les turpitudes des personnages, et d'autres qui apportent un éclairage inestimable, dont l'hôpital de Ste Mangouste et le drame des Londubat, l'occlumancie et les souvenirs de Rogue. La trame principale apparaît bien mince, concernant la lutte du bien contre le mal, et ne se déploie que dans les derniers chapitres. Comme souvent, le dénouement est tourbillonnant, intense et déchirant. Tout se bouscule et se précipite en quelques chapitres, hormis la discussion finale entre Dumbledore et Harry qui vaut son pesant d'or. 

Côté technique, Dominique Collignon-Maurin a repris le flambeau après la disparition de Bernard Giraudeau et a reproduit exactement la même interprétation, pleine de verve et d'intensité. J'ai juste trouvé que, parfois, il surjouait avec les voix de Dolores Ombrage ou de Hermione en particulier, ce qui rend la lecture un peu lourde et agaçante. Sinon, dans l'ensemble, j'ai été transportée par le faste de cette histoire ambitieuse et palpitante. Je suis même ravie de retrouver la série en format audio, après avoir craint pour son suivi, et j'attends les deux prochains épisodes avec joie ! Que le comédien adopte mesure et modération dans son ton et sa lecture, et ce sera parfait. ☺ 

Traduction de Jean-François Ménard pour Gallimard Jeunesse / Coll. Ecoutez Lire - Octobre 2016
Texte intégral lu par Dominique Collignon-Maurin pour une durée d'écoute d'env. 31 heures
Titre VO : Harry Potter and the Order of the Phoenix

Harry Potter et l'Ordre du Phénix

Cover Illustrations by Olly Moss © Copyright Pottermore Limited 2015

05/01/17

Harry Potter et la Coupe de Feu, de J. K. Rowling & Lu par Bernard Giraudeau

Harry Potter CD Coupe de feu

Ce quatrième tome est, d'après l'auteur, le pivot de la série. “Celui où la mort apparaît.” Et effectivement sa lecture nous réserve son lot d'émotions fortes. Les rires font place aux larmes, la tendresse s'incline pour la colère. On en voit de toutes les couleurs et on vit des sensations bigarrées qui nous paraissent si réelles que le retour à la réalité est très troublant. La magie de Poudlard est en place, direction la voie 9¾ pour embarquer à bord de nouvelles aventures !

Celles-ci rivalisent toutes de fascination, de danger, de mystère et d'humour : la Coupe du Monde de Quidditch, le Tournoi des Trois Sorciers, Viktor Krum, Fleur Delacour, Cedric Diggory, le bal de Noël, lSociété d'Aide à la Libération des Elfes, les friandises et les farces des frères Weasley... Harry, Ron et Hermione vont également partager une quatrième année d'études de la sorcellerie en faisant l'apprentissage de l'adolescence. Eh oui. Les enfants grandissent, leurs hormones se réveillent, les garçons et les filles se chamaillent pour des broutilles sans comprendre qu'au fond il est question de jalousie et de premier amour. Cette parenthèse enfantine permet d'adoucir les événements solennels qui s'installent - la compétition féroce du Tournoi, les intrigues à décoder et les pièges à relever au cours d'épreuves exceptionnelles. L'imaginaire enfin s'enflamme et nous transporte dans ce monde magique élaboré avec minutie. Pour la première fois, le film de Mike Newell ne suffit pas à reproduire toute la richesse de l'œuvre, ce n'est guère étonnant au vu des 700 pages du livre, d'où les coupures et les rafistolages pour aller droit au but. Seulement toutes ces petites digressions constituent à leur manière des indices supplémentaires qui rendent les personnages et leurs parcours encore plus bouleversants. La lecture est donc non négligeable puisqu'elle est complémentaire au film. On y ressent, le cœur battant, toute la tension dramatique de l'intrigue, les joies et les pertes, les duperies et les fourberies, les révélations et les actes manqués. On peste contre cette maudite Rita Skeeter qui se répand dans la presse à scandale pour ridiculiser Harry, Hagrid ou même Dumbledore. Mais on sourit aussi, lorsque Ron et Harry se désespèrent de trouver une partenaire pour aller au bal de l'école. Ce quatrième tome est décidément un caméléon - féerique, envoûtant, cocasse et déchirant. Quelle belle aventure ! 

C'est également la dernière participation de Bernard Giraudeau dans le registre de Harry Potter. Décédé en 2010, l'acteur a été remplacé par Dominique Collignon-Maurin mais il aura fallu attendre presque dix ans pour relancer la production audio de la série. Damned.

Traduit par Jean-François Ménard pour Gallimard Jeunesse - Collection: Écoutez lire 
Texte intégral lu par Bernard Giraudeau pour une durée d'écoute d'environ 16 heures
Octobre 2016 pour la présente édition

 

Harry Potter et la Coupe de Feu

Cover Illustrations by Olly Moss © Copyright Pottermore Limited 2015


02/01/17

Kamarades : La fin des Romanov & Tuez-les tous ! de Mayalen Goust, Benoit Abtey & Jean-Baptiste Dusseaux

Superbe découverte que cette série en bande dessinée dont j'ai dévoré les deux premiers tomes en me pourléchant les babines, puis de trépigner d'impatience pour le bouquet final à paraître ce mois-ci ! 

Kamarades1

L'histoire se déroule durant l'hiver 1917 en Russie, période des premières agitations révolutionnaires qui secouent la ville de Petrograd. Un jeune soldat cosaque réussit par son charisme et ses discours à enflammer le peuple, tout en ignorant que sa dulcinée n'est autre que la fille du Tsar. Entre Volodia et Ania, commence alors une passion amoureuse impossible et interdite. Car le destin est en marche, lui est manipulé par Staline qui a découvert le pot aux roses sans informer son camarade, elle est envoyée avec sa famille en Sibérie en attendant leur procès. Sans nouvelles de sa bien-aimée, Volodia voit également son sort lui échapper en recevant l'ordre de partir au front dans la guerre contre les allemands, aux côtés du général Kornilov. Entre amour, vengeance et trahison, l'histoire est riche en émotions dans ce premier tome qui installe, parfois de façon brouillonne, les grands enjeux politiques et se joue des atermoiements sentimentaux avec une rouerie bien huilée. La fin est tout simplement déchirante !

Heureusement, j'avais la suite sous la main... car j'aurais crié mon désespoir de ne pas en lire davantage. Le destin a parlé et réuni Volodia et Ania dans des circonstances tragiques. Maintenant, oubliez la grande histoire car les scénaristes se sont écartés du sujet et tirent profit de la légende des Romanov pour réécrire leur destinée. Place à l'action ! De nouveaux tourments attendent la famille royale, désormais en fuite. Mais les alliés manquent à l'appel dans une Europe exsangue et ruinée par la guerre. La violence fait rage, les rebondissements sont nombreux et l'injustice se ligue à des chantages ignobles. Volodia et Ania ne sont pas à l'abri d'autres coups du sort et tracent leur amour au gré des rencontres qui façonnent leur pays (Lénine, Trotski, l'armée rouge...). Je me frotte les mains d'excitation et de joie ! 

Pour qui se passionne pour la Russie, ses décors, son histoire, ses personnages, son climat rude et son folklore exotique, ses beautés farouches, son passé et son mythe, bref, vous apprécierez sans aucun doute l'ambiance de cette série qui nous plonge dans une fresque romanesque passionnante ! Le scénario assume pleinement son côté fleur bleue tout en peignant un contexte tragique et poignant. Les illustrations sont séduisantes. Le trait est féminin, et pourtant les couleurs sont sombres, avec une tendance pourpre très prononcée et un clair-obscur propice aux décors slaves. L'ensemble opère un attrait instantané et affirme son influence en bichonnant son lecteur grâce à la combinaison gagnante : emballage + produit + force + utilité. Tout est bon ! La lecture est palpitante, les personnages sont attachants, la toile de fond excitante. Et le suspense est grand. Miam. ☺

SÉRIE EN TROIS TOMES - RUE DE SEVRES - PARUTION MAI 2015 (TOME 1) JANVIER 2016 (TOME 2)

kamarades2

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30/12/16

Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, de J. K. Rowling & Lu par Bernard Giraudeau

Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban CD

Harry Potter a hâte de retourner à Poudlard pour sa troisième année. Seulement, il règne à l'école de magie un climat étrange depuis l'annonce de l'évasion de Sirius Black. Ce dangereux criminel s'est échappé d'Azkaban et est suspecté d'avoir trahi les Potter en les condamnant à une mort certaine. Il n'y a aucun doute possible qu'il cherche désormais à terminer sa mission en éliminant Harry ! Le garçon prend de plus en plus conscience de son héritage familial et du gouffre béant laissé par la disparition de ses parents. Malgré tout, ses meilleurs amis, Ron et Hermione, comblent sa solitude et n'hésitent pas à courir tous les risques pour le protéger. C'est donc sous bonne garde que l'apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : les cours de divination de l'exubérante Mrs Trelawney, le dressage des hippogriffes façon Hagrid ou les leçons de défense contre les Détraqueurs par leur nouveau professeur, Remus Lupin. Sans oublier la compétition de Quidditch et les commentaires de match qui valent le détour !

C'est incontestablement une lecture drôle, palpitante et poignante. Ce troisième tome de la série marque le début d'un nouveau tournant et annonce des émotions encore plus fortes et incompressibles. Des révélations voient le jour et l'ombre de Voldemort se fait menaçante. Au cœur de l'action, Harry et ses amis évoluent comme des adolescents brouillons, patauds et néanmoins fougueux. Ils commettent des erreurs, ont des jugements à l'emporte-pièce, se laissent déborder par leurs pulsions. Bref, ils se comportent comme des adolescents de leur âge alors qu'ils sont confrontés à des événements d'une ampleur qui les dépasse. Pour l'heure, l'Histoire est en cours. Des détails fâcheux passent entre les mailles du filet, trop tard pour les gommer - après tout, l'impact romanesque n'aurait plus le même sens sans eux ! En attendant, rangeons nos frustrations dans notre poche et  poursuivons la Magie... 

Format audio : Avec talent et humour, Bernard Giraudeau prête à chaque personnage une voix propre. Seules les interprétations de Malfoy ou de Hagrid me laissent perplexe... Sans quoi, l'acteur réserve un magnifique jeu de trublion au reste de l'histoire et nous sert une lecture enlevée, vivante et chaleureuse qui fait bougrement plaisir à écouter ! 

Traduit par Jean-François Ménard pour Gallimard Jeunesse / Collection: Écoutez lire  (Durée d'écoute: 8 h)
Octobre 2016 pour la présente édition
 

Octobre 2016. La saga de J.K. Rowling s'offre de nouvelles couvertures, en grand format, signées Olly Moss

Harry Potter Azkaban

Cover Illustrations by Olly Moss © Copyright Pottermore Limited 2015

 

Ces sept nouvelles couvertures dissimulent un élément secret pour un voyage magique vers la huitième histoire de Harry Potter.

 

  

17/12/16

♪♫ Sing me a song of a lass that is gone... #Outlander

C'est sans surprise que j'ai récemment succombé à la folie Outlander - série TV dérivée de la saga à succès de Diana Gabaldon comprenant pas moins de 8 tomes. Série américano-britannique, créée par Ronald D. Moore, elle incarne la fresque épique par excellence, nous baladant entre le XXe et le XVIIIe siècle sans le moindre complexe, et au rythme des aventures rocambolesques du couple phare formé par Jamie Fraser et Claire Beauchamp. Swoon assuré.  

outlander01

Au lendemain de la 2GM, après six années de séparation forcée, Claire Randall et son mari Frank se rendent en Ecosse pour une nouvelle lune de miel. Pendant que celui-ci part en quête de ses ancêtres, Claire se promène dans la lande et découvre le site de Craigh Na Dun réputé pour ses pouvoirs magiques. En apposant ses mains sur l'une des pierres, Claire est aussitôt transportée à une autre époque, soit 200 ans plus tôt, dans une contrée rustre et agitée, peu avant la cruelle bataille de Culloden (une défaite cuisante dans la rébellion jacobite).

Pour la jeune femme au tempérament explosif, de souche anglaise (la sassenach !), cette bascule dans le temps se révèle une épreuve improbable, dont elle cherche à s'extirper en voulant retrouver son présent à tout prix. Mais sa rencontre avec les Highlanders du cru la propulse au cœur de péripéties mouvementées, impliquant les Tuniques Rouges, dont le terrible Capitaine Black Jack, qui figure dans l'arbre généalogique de Frank, et le beau rouquin Jamie Fraser, qui porte le kilt comme personne, mais dont la tête est mise à prix par l'armée anglaise. Cela a les couleurs et le parfum d'une sérénade sentimentale, mais c'est autrement plus palpitant, car il y a certes de la sensualité, des émotions et de l'amour, mais aussi du suspense, du drame et des larmes.  

C'est d'ailleurs après un final très éprouvant qu'on retrouve une saison 2 aussi à fleur de peau ! Notre couple fétiche est en route pour la France et se lance dans l'arène politique en rencontrant Bonnie Prince Charlie qu'ils veulent manipuler pour saboter son désir de reconquérir le trône d'Angleterre. Mais la vie dans les hautes sphères de la cour de Versailles n'est pas de tout repos... et après bien des coups durs, Jamie et Claire rentrent à Lallybroch, épuisés par leurs tentatives de changer le destin. On a beau dire, la série n'a pas la même saveur sans les magnifiques paysages et le folklore de l'Ecosse. C'est aussi excitant de recroiser les figures pittoresques du clan MacKenzie, de frissonner dès la moindre apparition de l'irréductible (pervers et sadique) Jack Randall, de battre des paupières face au sourire canaille de Jamie, de se pâmer en écoutant son accent gaélique ou de glousser comme une dinde devant la tendresse et l'amour débordant entre Claire et lui. Bref.  

La série Outlander littéralement se vit. C'est intense, passionnant, époustouflant. La photographie est magnifique, les décors et les costumes sont prodigieux, le scénario se lie autour d'intrigues émotionnellement très fortes, les personnages sont fascinants... et l'issue de cette saison 2 est déchirante. Amoureux de beaux espaces et d'aventures palpitantes, vous n'allez pas regretter l'expérience ! 

 

Outlander2

 

Coffret 6 Blu-Ray Sony Pictures - Novembre 2016 
Audio : Anglais (DTS-HD 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)

Sous-titres : Français, Anglais, Arabe

Acteurs : Caitriona Balfe (Claire), Sam Heughan (Jamie), Tobias Menzies (Randall), Dominique Pinon (Master Raymond)

Description du produit

2.01 - À travers le miroir (Through a Glass, Darkly)
2.02 - L'introduction à Versailles (Not in Scotland Anymore)
2.03 - La partition de musique (Useful Occupations and Deceptions)
2.04 - La Dame Blanche (La Dame Blanche)
2.05 - Une résurrection inopportune (Untimely Resurrection)
2.06 - Double jeu (Best Laid Schemes...)
2.07 - Faith (Faith)
2.08 - Le repaire du vieux renard (The Fox's Lair)
2.09 - Je suis Prest (Je Suis Prest)
2.10 - La bataille de Prestonpans (Prestonpans)
2.11 - Règlements de compte (Vengeance Is Mine)
2.12 - Le salut de Mary (The Hail Mary)
2.13 - Le talisman (Dragonfly in Amber)

Contenu additionnel

"Faith" : épisode version longue
"Le talisman" : scènes alternative
Jamie & Claire : aller-retour pour l'Enfer
"Dessiner l'histoire" : les costumes d'Outlander
Recréer Paris au 18ème siècle
Du livre à l'écran : découvrir les différences
Les personnages de la saison 2
Bêtisier
Et la chanson du générique qu'on ne se lasse pas d'écouter...

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/12/16

Le Destin (presque) timbré d'Étienne Durillon, par Oren Ginzburg & Estelle Billon-Spagnol

Le destin presque timbré

Étienne Durillon mène une vie de célibataire réglée comme du papier à musique : il se lève tous les matins à la même heure, avale un œuf dur avant de prendre son bus pour se rendre au boulot. Le soir, il regarde son feuilleton préféré en mangeant un œuf au plat puis va se coucher à 20h30 tapantes. 
Parfois, Étienne est saisi d'angoisse, il a les jambes flageolantes et souffre d'une terrible migraine. Trop de routine, trop de monotonie ? En fait, notre héros est un grand timide, solitaire et renfermé, il n'ose pas avouer son béguin pour sa jolie collègue Vanessa par exemple. Et lorsqu'il contemple son existence, il soupire de frustration.
Aussi, le jour où il reçoit une publicité pour transformer sa vie, avec la promesse d'une aventure pleine de surprises, de joie et d'amour, Étienne n'hésite pas à renvoyer son coupon de participation, agrémenté d'un chèque de 3999 euros. Et les effets sont immédiats : dès le lundi matin, notre ami croise les fameux Agents Transformateurs sur son chemin.
Ces derniers agissent naturellement en mode incognito, mais Étienne n'est pas dupe et les reconnaît à travers leurs multiples déguisements, depuis le clochard au pied de son immeuble aux vieilles dames à moto, en passant par le bijoutier spolié et le dangereux escroc. Étienne est ainsi entraîné dans une journée de folie à enchaîner les rencontres et les péripéties sur un rythme trépidant.
Le résultat est très, TRÈS drôle ! La lecture est une franche partie de rigolade, riche en rebondissements et en trouvailles facétieuses. Le personnage d'Étienne Durillon est un gentil naïf qui se découvre un destin de héros audacieux et qui plonge dans la vraie vie avec une fringale inédite. Lui-même se surprend à adorer ça ! 
Il faut dire aussi que l'histoire est portée par un souffle de fraîcheur et de dynamisme qui communique autant de plaisir que d'exaltation. La folie ambiante est contagieuse, entre les illustrations, les couleurs, le ton et l'humour, l'histoire est complètement dingue et c'est tout à son honneur. J'ai souri du début à la fin, en savourant jalousement ce petit roman qui file une pêche d'enfer. 
Goûtez-le sans plus tarder. ☺

Grasset Jeunesse - septembre 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27/11/16

Au lit, Petit Lapin ! de Jörg Mühle

Au lit petit lapin

Dans le registre des albums à lire le soir, avant de s'endormir, je demande cet adorable spécimen : Au lit, Petit Lapin ! C'est franchement une lecture craquante & cocooning.

On y découvre tout le rituel pour se préparer au dodo : les dents sont brossées, le pyjama est prêt, l'oreiller est secoué, hop dans son lit, une petite gratouille par ci, une caresse douce par là, on borde avec la couette, on fait un dernier bisou-bonne-nuit et on éteint la lumière ! ^-^

En plus d'avoir des illustrations adorables, des couleurs qui appellent au calme, à l'apaisement, à la sérénité, on suit un petit texte rigolo qui cherche à impliquer le lecteur. Tiens, fais ci et n'oublie pas ça... C'est toujours sympa pour l'enfant de participer à son histoire du soir.

Verdict : irrésistible. Une lecture doudou par excellence. ♥ 

L'école des Loisirs / Pastel - Août 2016

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,