28/09/16

Highland Fling, de Nancy Mitford

highland flingQue d'ironie dans cette comédie anglaise, qui  nous fait croiser un tas de personnalités sottes et caricaturales à un point ! ... C'est délectable, j'avoue.
Albert Gates est un jeune artiste incompris, après deux années d'exil à Paris, il rentre à Londres auprès de ses amis Walter et Sally Monteath. Ces deux-là vivent d'amour et d'eau fraîche. Lui est poète, elle est pimpante, mais leur rente commune ne suffit pas à subvenir aux besoins de leur train de vie dispendieux. Aussi, lorsque sa tante Madge l'informe être dans l'incapacité de recevoir ses hôtes pour leur traditionnelle partie de chasse à la campagne, dans leur château écossais, Sally se fait une joie de la remplacer au pied levé. Leur amie Jane Dacre, une jeune célibataire un peu fleur bleue, fille d’aristocrates, se joint à la compagnie. Et la farce peut commencer. Albert et Jane vont rapidement scandaliser ces vieux Lords et leurs épouses aux manières compassées par leurs propos indécents ou leur absence de convenances (cf. le pique-nique gloutonné dans le dos des convives avant de prétendre l'avoir égaré en conduisant, les critiques sur les militaires et leurs excentricités à conter fleurette). Tant de désordre offusque notre assemblée conformiste et c'est tout l'art de Nancy Mitford de tailler des dialogues piquants et savoureux qui rendent les échanges fabuleusement cocasses !
Paru en Angleterre en 1931, Highland Fling est en fait le premier roman de l'auteur. Et celui-ci révèle déjà son penchant pour épingler ses contemporains en usant d'un humour mordant qui pique sournoisement cette bonne soirée bourgeoise de l'entre-deux-guerres, à la fois celle soucieuse des traditions, mais aussi celle frivole et inconséquente. On découvre là une représentation tendre, drôle et cruelle du faste et des frasques de ses pairs oisifs et capricieux dans un roman certes perfectible, et néanmoins délicieux. 

Traduit de l’anglais par Charlotte Motley pour Christian Bourgois Editeur

Repris chez 10/18 - Août 2016

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26/09/16

Liaisons secrètes, de Patricia Wentworth

LIAISONS SECRÈTESQuel bonheur de retrouver ma bonne vieille copine Patricia Wentworth ! Je suis, à tous les coups, assurée de passer un bon moment de lecture : simple, dépaysant, vintage, captivant. J'adore.
Cette édition ne déroge pas à la règle et nous raconte l'histoire de Shirley Dale, une jeune femme sans le sou mais pleine de ressources. Installée à Londres, dans une petite chambre qu'elle loue à Mrs Camber, elle occupe également l'emploi de dame de compagnie chez Mrs. Huddleston, laquelle passe son temps à radoter, à se plaindre, à piquer du nez dans son fauteuil couvert de chintz, calée près du feu. Pourtant, un malheur va frapper cette rombière à qui l'on vient de voler une broche en diamants et une parure d'émeraudes. Tous les soupçons se portent sur Shirley, obligée de fuir sans demander son reste. Et la voilà qui débarque en pleine campagne, où ses ennuis ne sont pas finis pour autant !
Quelle incroyable rouerie que ce scénario ingénieux et aux rebondissements multiples. J'ai été franchement épatée par ce roman à suspense qui déploie ses ailes avec grâce et sans friser le ridicule. Tout est finement troussé, chaque pièce glissée sur l'échiquier dans un but précis. Patricia Wentworth a anticipé chaque sursaut et a piégé son lecteur dans cette course-poursuite effrénée. L'héroïne est à la fois attachante et écervelée, coincée dans une situation embarrassante, à propos de laquelle le lecteur n'est pas dupe, complice du crime en puissance.
Ce n'est pas non plus le défilé de la fanfare pour conduire au coup de théâtre final, toutefois cette lecture sait nous régaler de bonnes petites séquences d'une intensité dramatique palpitante ! J'ai été enchantée, complètement emportée dès les premières pages, plongée dans une autre époque, à croiser des personnages hauts en couleur (Jasper Wrenn ou Miss Maltby). Et reconnaissons que certaines péripéties sont stupéfiantes et inattendues. Bref. Du très bon dans le genre cozy mystery.

Traduit par Pascale Haas pour les Editions 10/18  (Juillet 2016)

Titre original : Hole and Corner 

01/09/16

Le Commissaire Bordelli, de Marco Vichi

IMG_6976

Encore une découverte italienne avec ce roman de Marco Vichi dont la jolie couverture colorée annonce une rencontre attrayante et pleine de charme ! L'histoire nous plonge en plein été 1963 dans la ville de Florence. Le commissaire Bordelli se rend dans une somptueuse villa où une vieille dame est morte, étouffée par une violente crise d'asthme. Le policier émet cependant quelques réserves et obtient de l'autopsie la preuve d'un meurtre commis dans les règles de l'art. Il ne faudrait cependant pas s'attendre à une enquête fracassante, car notre commissaire est du genre débonnaire et mélancolique, souvent plongé dans ses souvenirs, préférant s'imprégner du crime avant d'en découdre les ficelles. Reposante, décalée avec son époque, la lecture possède cette désuétude délicate et attachante, piochant sans faillir dans les combines du cozy mystery pour nous envelopper dans sa bulle. L'intrigue s'applique à rassembler les indices et les suspects, puis à décortiquer les motivations et les mobiles de tous. Il y a très peu d'action, mais on ne s'ennuie pas car on se laisse porter par le mouvement nonchalant et l'ambiance chaleureuse et dépaysante. Les personnages aussi nous réservent leur part de mystères et de douces excentricités - entre Diotivede, le médecin légiste ; Dante, l'inventeur fou et génial ; Botta, le cambrioleur converti en cuisinier ; Rodrigo, le cousin effrayé par l'amour et Rosa, la prostituée au grand cœur. Bordelli lui-même n'est pas loin d'être le produit hybride du couple Maigret / Adamsberg ! Solitaire et désabusé, gourmand et bon vivant, notre homme file au volant de sa Coccinelle en ne laissant rien paraître de ses tourments personnels. La suite de ses aventures promet donc un rayonnement de bonheur littéraire à picorer pour son bon plaisir. 

Traduit de l'italien par Nathalie Bauer (Il commissario Bordelli) pour les éditions Philippe Rey

Repris en poche chez 10x18 / Mars 2016

bannerfans_16489672 (61) bannerfans_16489672 (61) bannerfans_16489672 (61)

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31/08/16

La Méthode du crocodile & La Collectionneuse de boules à neige, de Maurizio De Giovanni

IMG_6977

Cette série policière à la sauce napolitaine figure parmi mes découvertes de l'été ! J'ai ainsi enchaîné avec beaucoup d'enthousiasme les deux premiers tomes, le troisième - disponible chez Fleuve Éditions - est en cours de lecture.

Giuseppe Lojacono est un homme fini. Inspecteur de police suspecté de magouilles mafieuses, l'homme a perdu son poste, son rang social et sa famille. Sa femme n'a pas supporté l'humiliation publique et a demandé le divorce, le privant aussi de son droit de garde en lui refusant tout contact avec sa fille. Lojacono a pourtant clamé son innocence, mais a été broyé par une machine infernale. Il vit depuis dans une petite ville napolitaine, coincé dans un bureau des plaintes, et passe son temps à jouer sur l'ordinateur. Un soir de garde, seul au commissariat, il reçoit un coup de fil signalant le meurtre d'un adolescent, abattu devant chez lui. Malgré l'interdiction, il se rend aussitôt sur les lieux et a le temps de noter deux, trois indices importants, dont des mouchoirs en papier trempés de larmes. Laura Piras, le substitut du procureur, est impressionnée par l'individu et réclame sa présence pour diriger l'enquête. 

Celle-ci révèlera une histoire poignante et dégoulinante de désespoir. Sans connaître son identité, on suit le tueur traquant ses victimes, patientant des heures durant et versant inévitablement des larmes de crocodile, d'où son pseudonyme. La lecture dévoile ainsi une personnalité troublante et attachante d'un criminel en quête de vengeance qu'il aura élaborée de longue haleine. L'atmosphère qui règne dans ce livre est donc pesante, mais son format court et son découpage bien ficelé rendent la lecture captivante. Impossible à lâcher.

Dans La Collectionneuse de boules à neige, l'inspecteur Lojacono obtient une promotion inespérée en intégrant la nouvelle équipe du commissariat Pizzofalcone, pourtant entaché par un scandale de corruption. Il rejoint ainsi une brochette d'outsiders, tous recrutés par le commissaire Gigi Palma, qui mise sur ces flics fêlés et meurtris pour réhabiliter le bureau menacé de fermeture. Entre rapidement en scène une affaire de meurtre, l'épouse d'un notable a été découverte assassinée dans son salon, le crâne fracassé par une boule à neige. Pour l'occasion, Lojacono retrouve la belle Laura Piras, qui en pince secrètement pour lui, mais n'oublie pas non plus ses rendez-vous quotidiens à la trattoria de Letizia, elle aussi entichée de notre policier au charme ténébreux. C'est en compagnie du jeune Marco Aragona qu'il va mener son enquête, passant au crible la vie du couple.  

L'intrigue criminelle est du genre ordinaire, mais laisse longtemps planer le doute quant à son dénouement. Il reste à la lecture une mise en place pertinente de ses nouveaux personnages, outre l'inspecteur Lojacono, le casting s'enrichit de personnalités insolites, calfeutrées dans ses secrets et ses non-dits, qui ouvrent ainsi le champ des possibles en promettant de nombreuses ramifications à la série. C'est frais, c'est moderne, ça ne piétine pas des heures et ça se renouvelle sans cesse. La dimension humaine est également très présente, ce qui assure du drame, de la sensibilité, de la vie, de l'humour, mais aussi de l'évasion et simplement de la distraction. Une série convaincante !  

Traduit de l'italien par Jean-Luc Defromont pour Fleuve Editions

Repris chez 10x18 en juin 2014 & avril 2016

La Méthode du crocodile  La collectionneuse de boules à neige  Et l’obscurité fut

01/08/16

Tabou, de Casey Hill

TABOU

Brillante experte médico-légale, formée à Quantico, Reilly Steel a tout plaqué pour s'installer à Dublin avec son père, devenu une pauvre loque vautrée dans l'alcool. Un drame familial aurait brisé cet homme et fragilisé sa fille, qui se refuse pourtant de confier son secret auprès de ses nouveaux collègues de boulot.
Mais l'heure n'est plus aux épanchements personnels lorsqu'une série de meurtres sordides s'enchaînent dans les rues de la ville et viennent bouleverser les inspecteurs de police peu coutumiers du fait.
Reilly déploie une appréhension des scènes de crime avec une sensibilité toute particulière, qui prête d'abord à sourire avant de forcer l'admiration, car oui c'est une pointure dans son milieu. Reilly comprend vite et bien ce qui anime leur tueur en série, elle met le doigt dans l'engrenage et débusque une piste sérieuse pour épingler leur suspect. 

J'ai pris grand plaisir à me lancer dans cette lecture, limpide et agréable à parcourir, proposant quelques scènes choc dans les descriptions des meurtres, attelant efficacement les drames, les mystères et les révélations. Cela se lit tout seul.
Il n'y a pas de rouerie particulière, pas d'intrigue tarabiscotée (les références freudiennes sont accessibles et accessoires). Le dénouement également est facile, expédié abruptement et sans surprise, mais on ne lui en tient pas rigueur car l'ensemble n'en demeure pas moins correct. ;-)
Je suis davantage frustrée de découvrir que la suite n'est pas traduite, alors que tout est mis en place pour une lecture au long cours. La perspective de retrouver les personnages est donc à proscrire, alors que tout n'était pas encore écrit à leur sujet. Franchement dommage.  

10x18 Domaine Policier (mars 2015)

Traduit par Anath Riveline pour les éditions Les Escales

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


28/07/16

Le Temps du loup, de Thomas Kanger

LE TEMPS DU LOUP

Elina Wiik est une brillante enquêtrice, promue commissaire à la brigade des homicides, où elle compte déjà un palmarès fort conséquent pour sa jeune carrière (deux grosses affaires médiatiques résolues de main de maître). Toutefois, sa réputation lui vaut aussi jalousie et coups bas au boulot, où on la traite de diva qui snoberait les affaires courantes.
Aussi, lorsque son ancien chef, cloué sur son lit d'hôpital, lui demande de jeter un œil sur une affaire vieille de vingt-cinq ans, et à trois semaines de sa prescription, elle relève le défi avec une vigueur caractéristique, se fâche avec sa hiérarchie en s'entêtant sur le sujet mais remue ciel et terre pour ressusciter les cadavres enfouis. 
Ce Cold Case concerne le meurtre d'une jeune femme, Ylva Malmberg, alors qu'elle vivait avec son bébé dans un chalet montagnard. Son corps a été découvert plusieurs mois après son assassinat, sans la moindre trace de l'enfant qui a disparu de la circulation. Obtenant un soutien inestimé de Stockholm, Elina pense avoir les coudées franches pour avancer dans son enquête.
Et celle-ci va étonnament prendre de l'ampleur, en guidant la jeune femme vers des pistes concrètes, pertinentes, jusque-là inexploitées ou ignorées des enquêteurs. Quelle aubaine. Elina Wiik fonce tête baissée et nous entraîne dans ses investigations aussi passionnantes que constructives et méthodiques. L'intrigue est surprenante, le style alerte et la construction limpide. On se régale.
L'histoire aussi nous intéresse au parcours d'une jeune paumée, Kari Solbakken, qui part avec son voisin sur les routes de Suède jusqu'aux îles Lofoten en Norvège où celle-ci aurait grandi chez ses parents adoptifs. Elle ne sait rien de son passé, rien de ses origines. Visiblement, elle en souffre (même son corps est affaibli, à force d'encaisser ses excès en tout genre). L'heure est venue de connaître toute la vérité et de rallumer une petite lueur d'espoir.
Manifestement les deux intrigues sont liées mais tout consiste à deviner comment, pourquoi, quand vont-elles entrer en collision. Les ficelles se tissent avec souplesse et entretiennent le suspense à juste dose.

Ce roman, déterré de ma pantagruélique bibliothèque, où il se prélassait depuis 2010, s'est avéré une très bonne pioche ! La lecture est entraînante, le cadre nordique aux petits oignons, les personnages nous sont familiers, proches de nous, et bien entendu l'histoire nous interpelle, par son approche authentique et poignante, elle colle au plus près des grands standards du roman policier. Basique, mais efficace. Dommage que cette série n'ait pas été davantage plébiscitée. Après Le Temps du loup, Les Disparus de Monte Angelo est le deuxième livre de la série “Elina Wiik” à être publié en France.

10x18 Domaine policier (mars 2010) 

Traduit du suédois par Terje Sinding (Söndagsmannen) pour les éditions Presses de la Cité

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27/07/16

La Position, de Meg Wolitzer

La position

Je ne cache pas avoir eu quelques doutes avant de commencer ma lecture, redoutant un contenu inutilement graveleux ou racoleur, pour être au final agréablement surprise par l'histoire s'y rapportant. Paul et Roz Mellow, couple marié et fusionnel, ont immortalisé leur passion en posant pour un ouvrage érotique traitant de la passion sexuelle sous toutes ses formes. Le livre fait un tabac durant les années post soixante-huitardes mais traîne aussi un parfum de scandale.

Quelques années plus tard, leurs quatre enfants découvrent l'ouvrage planqué dans la bibliothèque familiale et le feuillettent avec stupeur. Holly et Michael sont deux jeunes adolescents impressionnables, tandis que les cadets, Dashiell et Claudia, ignorent encore toute la portée de leur lecture. Trente ans passent, le livre fait à nouveau parler de lui à l'occasion d'une édition anniversaire qui réveille tous les vieux démons.

En effet, l'idylle parfaite n'a pas fait long feu. Roz a quitté Paul pour un autre homme, Holly a sombré dans la drogue et pris le large pour vivre une nouvelle vie en Californie, Michael se gave d'antidépresseurs, Dashiell soupçonne ses parents d'être homophobes et Claudia souffre de son physique ingrat et peine à trouver un sens à sa vie. Chargé de convaincre son père d'accepter la réédition du Plaisir, Michael s'envole donc pour la Floride.

Entre-temps, la nouvelle de la maladie de Dashiell vient ébranler toute la tribu. Deux ans de combat, de chimio, de greffe, d'espoir et d'illusions brisées. Deux ans pour faire table rase du passé et analyser les hauts et bas de leur famille dysfonctionnelle. C'est donc ce que propose le roman, une topographie de la famille à travers ses rapports (amoureux, sexuels et filiaux) basés sur des non-dits et pulvérisés par la publication d'un livre sulfureux.

Sans doute la trajectoire des Mellow aurait connu la même déculottée sans ce dernier détail, mais le roman n'aurait pas eu la même accroche ! C'est à double tranchant, entre ceux qui s'imaginent un bouquin entier sur la plénitude sexuelle et l'influence d'un ersatz du Kâma-Sûtra de génération en génération, mais qui tombent de haut, car l'histoire révèle des lacunes, des frustrations, des mensonges et des omissions qui ont pénalisé tout ce joli monde durant des décennies. 

L'écriture également est pleine de finesse, d'élégance et de subtilité à décrypter les sentiments de cette famille attachante, qui n'échappe pas aux aléas de la vie et qui tente d'en surmonter les coups au terme de longs compromis et autres cheminements personnels. L'histoire est finalement plus sensible et poignante qu'en apparence, elle met à jour les drames intimes - sujet tabou des familles - et s'en sort clopin-clopant, sans solution miracle. Une lecture qui s'agrippe à vous et vous touche en plein cœur.

Traduit par Madeleine Nasalik pour les éditions Sonatine / Repris chez 10x18, en mars 2015

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25/07/16

Rendez-vous à Estepona, par Åke Edwardson

RENDEZ-VOUS À ESTEPONA

Peter Mattéus mène une existence rangée et heureuse : un boulot de publicitaire à succès, une vie de famille épanouie, une maison coquette à l'abri des regards indiscrets... Nul ne se doute de son passé d'activiste durant ses années en Andalousie. Il a tout plaqué pour faire peau neuve en s'exilant en Suède, mais il semblerait que ses vieux amis se rappellent à son doux souvenir.
Le couple vient en effet de recevoir par surprise deux billets d'avion pour la Costa del Sol. Sa femme se réjouit d'une escapade amoureuse, tandis que Peter comprend aussitôt la menace et se sent pieds et poings liés. Tout est programmé pour leur départ imminent. Ses enfants placés chez leur grand-mère, il débarque donc dans un pays secoué par une série d'attentats à la bombe.
Et très vite, il retrouve ses contacts d'avant qui l'obligent à payer sa dette. Accusé de trahison, Peter doit désormais éliminer leur ancien complice, Jesùs Maria Montanas, le chef de la police d'Estepona, devenu un homme politique influent. Cet homme serait également responsable de l'assassinat du jeune frère d'Aitor Usetxe, leur chef de groupe. Les dix-neuf années passées en prison ont d'ailleurs entretenu sa rancune et sa soif de vengeance.

Ce livre ne s'inscrit pas dans la série à succès de l'auteur, celle mettant en scène le commissaire Erik Winter à Göteborg. Place à une aventure à part avec un homme confronté à son passé et résolu de préserver son présent. Svange Berger, alias Peter Mattéus, l'homme aux multiples casquettes, doit donc gérer le dilemme à coup de slaloms efficaces en plongeant dans les méandres d'une intrigue crapuleuse et dépassée.
Le type va cependant s'avérer mou et passif,  même pas fichu de tenir une conversation cohérente. Il suit le mouvement sans conviction. Cherche au mieux à limiter les pots cassés et protéger sa famille. J'hésite à qualifier sa position entre  intelligence et apathie. 
Malgré une narration erratique, au style haché laborieux et lourd à digérer, l'histoire se laisse lire sans déplaisir mais se révèle finalement peu marquante. Une lecture un peu trop sommaire à mon goût. 

Traduit du suédois (Möt Mig I Estepona) par Rémi Cassaigne pour les éditions JC Lattès

Repris chez 10-18, en Sept. 2015

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12/07/16

L'Homme de la montagne, de Joyce Maynard

L'homme de la montagne

Rachel et sa sœur Patty adorent vagabonder sur les chemins de randonnée qui jouxtent leur maison, située au  pied de la montagne. Mais durant l'été 1979, une série de meurtres vient semer la panique dans cette contrée paisible et campagnarde. Le père des filles, le séduisant inspecteur Torricelli, est sur toutes les chaînes, toutes les radios, répétant qu'il n'aura de cesse de traquer cet individu.
Au départ la population est en confiance, les copines d'école sont excitées et font les yeux doux à Rachel, qui gagne en popularité et se met à sortir avec des nanas branchées, délaissant de plus en plus sa petite sœur. Patty, fantasque et exubérante, lui reproche de perdre son temps mais Rachel s'en moque.
Elle a treize ans, elle entre en adolescence, se pose des questions sur son corps et sur les garçons, elle est curieuse de plaire et ne veut pas décevoir les attentes. Elle a aussi besoin de se changer les idées et d'échapper à son quotidien en le pimentant autrement (son père a quitté le foyer et fréquente une autre femme, sa mère a piqué une grosse colère et professé des menaces, les filles ont champ libre pour occuper leurs heures perdues).
L'enquête va néanmoins éclabousser leur famille de bien des façons. Les mois vont passer, les meurtres se multiplier, la psychose monter d'un cran. L'hystérie collective va prendre une nouvelle forme et entacher nos jeunes héroïnes. Déterminées à sauver leur père du marasme, les filles veulent démasquer l'Étrangleur du Crépuscule mais vont précipiter malgré elles la chute de l'inspecteur chef. 
Cet été dramatique a marqué à vif les esprits d'une même communauté. 
Obsession maladive, fantasme délirant, sentiment d'échec, exaltation vaine, sexualité débridée... Le constat est sidérant. Cette histoire, à mi-chemin entre le roman d'apprentissage et le polar psychologique, se lit donc comme un conte cruel haletant. L'ambiance nous happe, les personnages nous touchent, la tension nous saisit à la gorge. Une lecture résolument âpre, où persiste le charme de l'enfance et ses attraits vénéneux pour l'interdit. Troublant, captivant, poignant. Très bon ! 

Traduit par Françoise Adelstain (After Her) pour les éditions Philippe Rey / Repris chez 10-18, en sept. 2015

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

11/07/16

Sous la terre, de Courtney Collins

SOUS LA TERRE

Une jeune femme couverte de suie et de sang s'agenouille dans la terre pour enterrer son bébé sans vie, avant de s'enfuir à dos de cheval dans les montagnes de cette province reculée d'Australie, laissant derrière elle un cadavre parmi les ruines d'une ferme en feu.

Jessie vient d'éliminer son tortionnaire et refuse de retourner en prison. Orpheline, en liberté sous caution, elle avait été recueillie par Fitz Henry pour s'occuper des chevaux et tremper dans des combines douteuses, croisant en chemin un cowboy au regard de braise, Jack Brown, avec lequel elle a vécu une brève et intense liaison. Leur dernier rendez-vous loupé va d'ailleurs amener celui-ci à partir à sa recherche, en compagnie du shérif Barlow, un pauvre type perclus de douleurs, qui pense se soulager dans la consommation abusive de l'héro. Drôle d'équipe de bras cassés... aux intentions assez troubles et troublantes. Jessie, de son côté, fuit toujours plus loin et se joint à une petite bande de voleurs intrépides, bien planqués dans les montagnes. Sa vie défile en flashbacks et dresse un parcours jalonné de coups et de larmes. Mais la jeune femme, animée d'un caractère farouche, a toujours bravé les obstacles et tracé sa route sans se retourner. 

D'une poésie brutale et poignante, ce récit haletant se boit en une goulée. L'histoire est tout simplement envoûtante. Elle parvient à transmettre un éventail de sensations bouleversantes, en plus de nous planter dans un décor rude et un univers implacable, où souvent le rôle de la femme comptait pour des prunes (l'histoire se passe en 1921). À sa façon, Jessie part à la conquête de son destin et nous emporte au galop de son cheval Houdini vers sa quête de la liberté en une cavale infernale et vibrante d'émotions. Très beau, très fort ! Une vraie réussite. 

Traduit de l'anglais (Australie) par Erika Abrams (The Burial) pour les éditions Buchet Chastel

Repris chez 10-18 en Avril 2015

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,