18/12/15

Un Noël à Kanpur, d'Anne Perry

UN NOËL À KANPUR

Un peu d'exotisme avec cette évasion en Inde britannique, où l'on découvre un jeune Victor Narraway (le supérieur de Thomas Pitt à la Special Branch) confronté à une délicate affaire. Il est en effet chargé de défendre l'infirmier John Tallis accusé de complicité dans l'évasion d'un détenu politique, lequel aurait ensuite livré une patrouille britannique à l'ennemi. La situation à Kanpur étant déjà tendue - les militaires sont encore sous le choc d'une récente mutinerie ayant entraîné le massacre d'innocents - Narraway est accablé par le défi qui l'attend. Pour ne pas heurter les sensibilités, il doit donc procéder avec tact et minutie. Même si les faits sont contre lui, Tallis clame son innocence. Narraway ne doit pas seulement lui épargner la potence, mais comprendre la motivation du crime. 

En seulement 157 pages, le roman nous livre une intrigue poignante, dans un contexte solennel et pesant, où tentent de percer les bonnes ondes de Noël, même si le cœur n'est pas à la fête, l'auteur essaie avant tout de rappeler que c'est une période chargée d'espoir. Avec un brin de mystère et beaucoup de classicisme, l'histoire partage les pérégrinations de Narraway dans sa quête de la vérité. Le temps est compté, les témoignages sont ressassés, à lui de décrypter l'ensemble et d'en saisir l'indice déterminant. Cela ressemble presque à du Agatha Christie ! Le dénouement ne survient également qu'à la toute fin de l'intrigue, après de longs atermoiements et autres triturages des méninges. J'ai trouvé la lecture intéressante, même si elle est très différente des autres titres de la collection.

10/18 Grands Détectives / Novembre 2014 ♦ Traduit par Pascale Haas (A Christmas Garland)

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17/12/15

Nouveaux contes de Noël, d'Anne Perry

Pour compléter la collection...

NOUVEAUX CONTES DE NOËL

 

Qu'il vente ou qu'il neige, que ses héros aient été sages ou non, les Noëls d'Anne Perry tiennent leurs promesses. Au menu, ni bûche ni fanfare, mais des disparitions à foison, des machinations diaboliques, des secrets décongelés pour l'occasion, des criminels sur leur trente et un et des déambulations dans les bas-fonds crapuleux de Londres... Cet ouvrage rassemble quatre contes fastes et étincelants, concoctés par la reine du polar victorien. Entre frissons, meurtres et miracles, les fêtes de fin d'année s'annoncent mémorables.

La Promesse de Noël
Le  commissaire Runcorn, le supérieur de William Monk, passent les fêtes de fin d'année sur l'île d'Anglesey, lorsqu'on retrouve le corps d'une jeune femme, Olivia Costain, sauvagement assassiné dans le cimetière. Sœur cadette du pasteur du village, Olivia était connue pour être une demoiselle charmante et insouciante, qui refusait une par une toutes les demandes en mariage. Serait-ce la raison du crime ? Apparemment, celle-ci semblait connaître son meurtrier, car elle ne s'est pas débattue. L'enquête prend alors un tour plus sombre et mortifiant pour tous les membres de cette communauté proprette, qui vit recluse sur elle-même. Selon Runcorn, ce n'est pas l'acte d'un fou mais bien la marque d'une haine farouche qu'aurait voué l'un ou l'autre des bons chrétiens d'Anglesey. Sir Alan Faraday, appelé pour résoudre l'affaire, manque d'expérience et n'apaise pas la psychose ambiante. Aussi Runcorn, qu'on avait judicieusement mis de côté en le priant de ne pas se mêler de leurs affaires, est finalement sollicité pour apporter son aide. Notre homme ne perd pas de temps, va flairer une piste, rencontrer les habitants et discuter avec eux, même si ses questions dérangent et mettent à nu des secrets dont leurs auteurs auraient souhaité ne jamais déterrer. Runcorn n'appartient pas au même monde, celui de la gentry, et on le lui fait bien sentir, mais il a à cœur de boucler ce dossier épineux, pour ne pas décevoir les attentes d'une jeune femme veuve, Melisande Ewart, qui attend une issue heureuse et diligente.
J'ai finalement trouvé ce roman assez fade, sans flamme et sans rythme, à l'image du personnage central que je n'affectionne pas particulièrement. J'ai suivi l'enquête criminelle sans grand intérêt et trouvé l'intrigue sentimentale - entre Runcorn et Melisande - d'une platitude extrême. Un rendez-vous en demi-teinte pour ce titre, mais qui n'entache nullement ma passion pour cette collection ! ;-)

La Révélation de Noël
Emily Radley, la belle-soeur de Thomas Pitt, est expédiée en rase campagne au chevet d'une tante mourante, et ce à la veille des fêtes qu'elle envisageait de passer en famille. Contrainte et forcée, Emily débarque donc dans le Connemara, dans un petit village paisible, où chacun semble sur la retenue, pour une raison qu'Emily peine à comprendre. Un soir de tempête, un navire fait naufrage et un jeune homme est retrouvé sur la plage. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Simple observatrice, Emily constate que l'arrivée de Daniel, totalement amnésique, bouleverse les habitants. Quelques années auparavant, le même incident était déjà survenu. Le retour du naufragé semble réveiller les vieux démons, et en discutant avec sa tante, Emily comprend les réels motifs de sa venue en Irlande. Le cadre irlandais est magnifique, hostile et sauvage, il dévoile aussi des secrets longtemps couverts chez les habitants de ce village traumatisé par un drame du passé. Emily va plutôt bien tirer son épingle du jeu, se rapprochant de sa tante qu'elle ne connaissait pas du tout, renouant ainsi avec ses propres histoires familiales, et découvrant aussi qu'elle manquait de confiance en elle et en son couple. Cette escapade irlandaise aura permis à tout un chacun de faire la paix avec ses fantômes. Ce n'est, certes, pas révolutionnaire mais ça se lit avec plaisir. 

Me reste à lire...

Un Noël plein d'espoir
Dans le dédale miséreux de l'East End londonien, Noël 1883 prépare ses miracles. Comment Gracie Phipps, treize ans, pourrait-elle refuser d'aider une fillette bouleversée à retrouver son âne ? D'un mystère à l'autre, les deux enfants doivent faire la vérité sur la mort d'Oncle Alf, un chiffonnier du quartier, et sortir vivantes de ce cauchemar de Noël...

L'Odyssée de Noël
En 1864, dix jours avant Noël, le riche James Wentworth décide de recruter son ami, Henry Rathbone, pour retrouver son fils Lucien. Pris d'une passion dévorante pour une belle jeune femme nommée Shadwell, le jeune homme est plongé dans un monde de dépravation et de violence ou les trafiquants de tout poil font loi. Rathbone ne connaît rien à ce milieu interlope et sensuel ou Lucian passe son temps, aussi recrute-t-il à la clinique médicale de Hester Monk deux compagnons qui y naviguent avec aisance : Squeaky Robinson, un maquereau repenti, et Crow, un mystérieux docteur qui ne refuse de soins à personne, même aux pires crapules.

10/18 Grands Détectives / Novembre 2013 ♦ Traduit par Pascale Haas

Challenge Noel Logo Chicky Poo 2015

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Le Condamné de Noël, d'Anne Perry

Le condamné de Noël FB

Claudine Burroughs, déjà croisée dans la série William Monk, où elle travaille avec Hester dans sa clinique pour prostituées, assiste avec son époux Wallace à une soirée peu avant les fêtes de Noël. Elle y croise un poète excentrique, porté sur l'alcool, Dai Tregarron, qui lui fait tourner la tête avant de revenir vivement sur terre en assistant à l'altercade entre trois jeunes gens de la bonne société, une demoiselle de petite vertu et notre énergumène éméché. La fille perd connaissance et Dai Tregarron est accusé d'être le trublion de la fête. Seule Claudine s'interroge sur la légitimité de la condamnation hâtive. Tous les indices sont contre lui, et pourtant, Claudine devient complice de sa fuite et fait appel à Squeaky Robinson, le méprisable comptable de la clinique, pour lui venir en aide.

La lecture, décrite comme étant une bouchée de mystère à déguster après son repas de Noël, est aussi le traditionnel rendez-vous de fin d'année pour tous les amateurs d'Anne Perry et de son univers feutré et raffiné. Cette histoire, dont l'intrigue policière est sans prétention, sert à nous présenter le personnage de Charlotte Burroughs dans son intimité et de découvrir que son couple est éreinté par des années d'un mariage sans amour. En prenant fait et cause pour Dai Tregarron, contre toutes les bienséances sociales, Claudine brise ainsi le joug et s'affranchit d'une existence qui ne lui convient plus. On passe un agréable moment à lire cette histoire précieuse et délicate, qui sent bon le pudding et le brandy.

10/18 Grands Détectives ♦Novembre 2015 ♦ Traduit par Pascale Haas (A Christmas Candle) @ credit photo : Page FB

LE CONDAMNÉ DE NOËL    

04/12/15

Le Retour du capitaine Emmett, d'Elizabeth Speller

Le retour du capitaine Emmett

Au lendemain de la guerre 14-18, l'ancien officier Laurence Bartram sombre dans une profonde mélancolie et tente de s'en extirper en acceptant d'enquêter pour une vieille connaissance, Mary Emmett, qui souhaite éclaircir les raisons douteuses de la mort de son frère. Après son retour du front, John avait été frappé de dépression, puis interné dans un institut privé et huppé, d'où il avait réussi à s'enfuir avant de se suicider. Il incombe désormais à Bartram de fouiller dans les archives d'un conflit aux plaies mal pansées, aux blessures encore suppurantes d'angoisse, de haine, de terreur, aux traumatismes mésestimés et aux actes de condamnation hâtive, sans procès, par simple lâcheté, ou simplement pour couvrir des faits plus graves. Elizabeth Speller dresse un contexte historique authentique et une peinture de l'Angleterre de novembre 1920 très convaincante. On y découvre aussi des personnages éreintés, égarés dans un pays qui se veut vainqueur sans mesurer les conséquences sur les pauvres âmes errantes. C'est assez poignant. L'intrigue est également conduite avec subtilité, bien écrite, agréable à parcourir et maintenant un suspense efficace de bout en bout. Une nouvelle série prometteuse. 

10/18 Grands Détectives / Octobre 2014 ♦ Traduit par Nora Bellac (The Return of Captain John Emmett) pour les éditions Belfond

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01/12/15

La Pyramide de glace, de Jean-François Parot

LA PYRAMIDE DE GLACE

Première rencontre avec Nicolas Le Floch, premières impressions enthousiasmantes.

Quel raffinement ! Dès le début, le tableau est planté. Nous sommes dans un salon parisien, en plein hiver 1874. Il gèle à pierre fendre. Paris a froid, Paris a faim. On surprend alors quatre personnages en train de faire ripaille au coin du feu, tout en devisant de politique. La discussion s'éternise, en de passionnants et interminables bavardages. On en oublierait presque nos objectifs ! Puis, retour à la réalité : le corps dénudé d'une femme est retrouvé dans une pyramide de glace. Celle-ci ressemble étrangement à la reine Marie-Antoinette. Notre commissaire au Châtelet est aux cent coups, dopé par une enquête qui le conduira sur des terrains boueux (sorcellerie, vampirisme, vol et escroquerie) et lui fera côtoyer des figures illustres, comme le roi en personne, son cousin le duc de Chartres, le ministre Sartine, et même le jeune Louis-Philippe ! 

Cette lecture a été tout bonnement passionnante, écrite avec un souci du détail lexical et inspirée d'une grande recherche historique (parfois l'auteur en oublie d'ailleurs de rester simple romancier). Mais c'est tout à son honneur, du fait de l'évasion promise par ce livre, on s'imagine concrètement au XVIIIe siècle au milieu des intrigues qui tentent de souiller l'image du couple royal. Certains indices laissent présager du mécontentement ambiant et des idées révolutionnaires à la Voltaire qui fleurissent dans les esprits et les beaux discours, mais ceci est une autre histoire... Pour l'heure, j'ai été pleinement conquise ! J'en lirai d'autres. :)

10/18 Grands Détectives / Octobre 2015 ♦ Disponible en Audiolib (Mars 2015) / Texte lu par François d'Aubigny

LA PYRAMIDE DE GLACE CD


19/10/15

En poche : Cadavre 19, de Belinda Bauer

IMG_4888

Patrick, étudiant en anatomie, a choisi cette spécialité pour mieux comprendre la mort. Selon son professeur, les cadavres ne parlent pas mais ont tout à délivrer. En salle d'autopsie, face à un corps anonyme, estampillé Cadavre 19, Patrick et ses camarades épluchent, décortiquent, classent, cataloguent, analysent bout par bout. Leur but étant de découvrir la cause du décès. Et non l'identité du mort. Mais Patrick fait tout de travers. Il a besoin de savoir et d'éclaircir tout ce qu'il voit, entreprend, entend, découvre. Il est atteint du syndrome d'Asperger, mais est également hanté par la mort de son père, fauché par un chauffard en fuite, sous ses yeux de môme ahuri. Il s'entête donc autour du Cadavre 19 et d'une maudite cacahuète, allant jusqu'à braver les interdictions et emprunter des sentiers périlleux. L'histoire nous réserve bien d'autres surprises, comme de suivre le quotidien d'un service de réanimation de l'hôpital de Cardiff, où infirmières et corps végétatifs nous livrent des confidences faussement anecdotiques, car de fil en aiguille on devine qu'elles vont compléter un tableau ombrageux.

J'ai beaucoup aimé ce principe de constructions par petites briques, on vivote, on stocke chaque information avant le tomber du rideau. C'est très réussi. Le scénario est, de plus, particulièrement ahurissant, tordu, incroyable et prenant jusqu'à la dernière ligne. Il vient vous cueillir là où vous ne vous y attendez pas et nous sert une intrigue diabolique, à la structure alambiquée, mais parfaitement efficace, avec son «gentil héros» au comportement singulier.

Belinda Bauer a reçu le prix du meilleur polar de l'année au festival de Harrogate pour Cadavre 19.

♥ Cadavre 19, de Belinda Bauer 10/18, septembre 2015 ♦ traduit par Christine Rimoldy (Rubbernecker)

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

17/09/15

Le Cabinet chinois, de Patricia Wentworth

Le cabinet chinois, de Patricia Wentworth

En devenant l'héritière d'un mystérieux cousin, Chloé ignore que celui-ci a bâti sa fortune grâce au chantage. Toutes les lettres compromettantes se trouvent désormais dans un cabinet chinois fermé à clef, avec une combinaison. Lorsque la jeune femme pousse la curiosité à fouiller dans les affaires du vieil homme, elle tombe des nues et cherche à fuir le domaine de Danesborough. C'est sans compter sur le couple d'intendants, les Wroughton, qui ne la lâche pas d'une semelle et espionne ses moindres faits et gestes. C'est dans cette atmosphère charmante et désuète que Patricia Wentworth tisse une intrigue gentillette, avec une tension dramatique palpable, qui n'est pas sans rappeler les films d'A. Hitchcock ou les romans de Daphné du Maurier. Par contre, l'héroïne est confondante de naïveté et devient vite un brin agaçante à accorder sa confiance aux mauvaises personnes ou à agir sur un coup de tête avant de s'en mordre les doigts. La deuxième partie en devient quasi poussive, avec un dénouement faiblard, qui ternit quelque peu la très bonne appréciation du début.

10/18 Grands Détectives ♦ Juillet 2015 ♦ Traduit par Pascale Haas (The Black Cabinet)

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Du sang sur Abbey Road, de William Shaw

DU SANG SUR ABBEY ROAD

Brimé par ses collègues, qui lui reprochent son caractère solitaire et taciturne, Paddy Breen accepte de chaperonner Helen Tozer, une jeune inspectrice particulièrement bavarde, sur la scène d'un crime ignoble. Une fille a été assassinée dans le quartier d'Abbey Road, pas loin du studio d'enregistrement des Fab Four. Son corps nu a été jeté sur un matelas. Les voisins n'ont rien vu, rien entendu. Et on ignore tout de l'identité de la victime. Notre duo d'enquêteurs dépareillés mais bougrement attachants va aussitôt s'embarquer dans une course entraînante, à travers les rues de Londres ou sur les routes du Devon, traquant le moindre indice pour remonter un début de piste, même si la tâche s'annonce ardue. Mais c'est franchement grisant, planté dans l'ambiance électrique du Swinging London, en pleine Beatles mania (nous sommes en 1968) et avec des personnages truculents.

J'ai franchement adoré ! Paddy est guindé au possible et traîne son vague à l'âme depuis la mort de son père, tandis que Helen est pétillante, enjouée et décidée. Elle ne s'embarrasse pas des procédures (une femme n'avait pas le droit de conduire une voiture de police) et roule sa bosse pour oublier un drame familial. Tous deux étaient faits pour se rencontrer et vont probablement nous réserver d'autres aventures pleines de réjouissances ! J'ai hâte. ☺ 

10/18 ♦ Janvier 2015 ♦ Traduit par Paul Benita (A Song From Dead Lips)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11/09/15

En poche ! # 48

Voici quelques-unes des dernières nouveautés en format poche = l'autre rentrée littéraire ! ;-)

♦♦♦♦

 

TONY HOGAN   FAMILLE MIDDLESTEIN   Les héritières de Rome,

Tony Hogan m'a payé un icre-cream soda avant de me piquer maman, de Kerry Hudson

La Famille Middlestein, de Jami Attenberg

Les héritières de Rome, de Kate Quinn

 

300 Mots   Une main encombrante   Un été avec Kim Novak

300 Mots, de Richard Montanari

Une main encombrante, de Henning Mankell [LU]

Un été avec Kim Novak, de Hakan Nesser [LU]

 

COULOIR DES TENEBRES   L'automne du commissaire Ricciardi   Jamais deux sans toi

Le couloir des ténèbres, d'Anne Perry

L'automne du commissaire Ricciardi, de Maurizio De Giovanni

Jamais deux sans toi, de Jojo Moyes

 

Cirque des reves   DÉCHIRÉS   Et rien d'autre

Le Cirque des rêves, d'Erin Morgenstern

Déchirés, de Peter Stenson

Et rien d'autre, de James Salter  [LU]

 

Le détroit du Loup   Le village   Saratoga Woods

Le Détroit du  Loup, d'Olivier Truc  [LU]

Le Village, de Dan Smith

Saratoga Woods, d'Elizabeth George

 

CAFE DE LUXE   Retour à Little Wing   Nos mensonges

Le café de luxe pour beaux messieurs, d'Alexander McCall Smith

Retour à Little Wing, de Nickolas Butler

Nos mensonges, de Louise Douglas  [LU]

 

Les Indomptées   Sarah Thornhill   Dernier jugement

Les Indomptées, de Nathalie Bauer

Sarah Thornhill, de Kate Grenville

Dernier Jugement, de Jane Casey

 

Oh my dear   Le Bruit des autres   Le Retour

Oh my dear ! de TJ Middleton  [LU]

Le bruit des autres, d'Amy Grace Loyd

Le Retour, de Robert Goddard

 

Un fragile espoir   Cadavre 19 Poche   L'homme de la montagne

Un fragile espoir, de Hannah Richell

Cadavre 19, de Belinda Bauer  [LU]

L'homme de la montagne, de Joyce Maynard  [LU]

 

Trouble   Scène de crime virtuelle   Le Sang versé

Trouble, de Helene Uri

Scène de crime virtuelle, de Peter May

Le sang versé, d'Asa Larsson

 

La couleur du lait   Ne meurs pas sans moi   Une héroïne américaine

La couleur du lait, de Nell Leyshon  [LU]

Ne meurs pas sans moi, de Suzanne Stock

Une héroïne américaine, de Bénédicte Jourgeaud

 

   Constellation   Muchachas

 Pas pleurer, de Lydie Salvayre  [LU]

Constellation, d'Adrien Bosc

Muchachas Tome 1, de Katherine Pancol  [LU]

 

Mauvaise compagnie   Meurtres en Majuscules   Ames soeurs Humaine Tome 2

Mauvaise compagnie, de Linwood Barclay

Meurtres en majuscules, de Sophie Hannah

Ames Sœurs (Humaine tome 2), de Rebecca Maizel  [LU]

 

Animale

 Animale : La malédiction de Boucle d'Or, de Victor Dixen  [LU]

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/09/15

L'Agence n°1 des dames détectives, d'Alexander McCall Smith

L’AGENCE N°1 DES DAMES DÉTECTIVES

Cette édition comprend : Mma Ramotswe détective - Les Larmes de la girafe - Vague à l'âme au Bostwana.

Les enquêtes de Mma Ramotswe sont un plaisir des sens ! On s'imagine très bien à l'ombre d'un robinier, en train de savourer un thé rouge, tout en dégustant du potiron, à écouter les sons de l'Afrique, dans une brise chaude et poussiéreuse. C'est tout un décor que nous vend l'auteur, tout un folklore original et chaleureux, qu'on parcourt avec félicité.

Mma Ramotswe a profité de l'héritage de son père pour ouvrir la première agence de détectives du Botswana. Elle a 35 ans, divorcée d'un mari trompettiste volage et violent, sans enfant. Cette femme indépendante et au caractère bien trempé n'est pas née de la dernière pluie et résout rapidement ses premières affaires grâce à son instinct féminin.

Les enquêtes ne sont pas de grande envergure, mais plutôt des balades intrépides dans la savane, au volant d'une petite fourgonnette blanche, que son ami mécanicien, Mr. JLB Matekoni, entretient avec zèle. Ce ne sont pas non plus que des “histoires de bonnes femmes” (démasquer les maris en fuite, les infidèles et les escrocs) car certaines histoires puisent aussi dans la sorcellerie et ses dangers.

En somme, la lecture procure bonheur, chaleur et dépaysement. C'est simple, sans prétention, mais hyper efficace. Et cela sent bon le soleil !

10/18 Grands Détectives ♦ Juillet 2015 pour la présente édition ♦ Traduit par Elisabeth Kern (The No. 1 Ladies' Detective Agency)

♦♦♦♦

« Vous pouviez réfléchir et réfléchir encore sans parvenir nulle part, mais il vous fallait toujours manger votre potiron. Cela vous ramenait sur terre. Cela vous donnait une raison de continuer à vivre. Le potiron. »