13/01/15

En mer, de Toine Heijmans

en mer

Donald a largué les amarres, à bord de son voilier rouge, pour une virée en mer du nord durant trois mois. Moral en berne, boulot peu épanouissant, vie de couple en stand-by. Ce besoin de partir devenait vital. Son épouse, Hagar, l'a immédiatement soutenu, gageant que cette aventure le rendrait meilleur à son retour. 

Et puis, deux-trois jours avant la fin du périple, Donald propose de récupérer leur fille de sept ans, Maria, lors d'une escale au Danemark. Il rêve de voguer en duo avec la prunelle de ses yeux. Il s'y voit déjà et se fait un film dans la tête : osmose fabuleuse, complicité évidente et expérience inoubliable.

La petite Maria s'invite donc à bord, avec ses Barbie, sa peluche préférée et ses questions à la pelle. Ensemble, ils mangent des sardines grillées, nagent en pleine mer, dévorent des tartines au chocolat, regardent le ciel... menaçant. Un gros rouleau de nuages sombres s'annonce à l'horizon. L'orage approche. Donald se crispe et multiplie les signaux d'alerte. Surtout, ne pas faillir. Être à la hauteur. Ne pas décevoir.

Ce court roman de 160 pages réussit l'exploit de nous bluffer en partageant l'état d'esprit du narrateur, un type plein d'allant, animé d'intentions louables, mais vite gagné par l'angoisse et saisi d'une paranoïa démentielle lorsque surgit le doute. Celui qui fait perdre tous les repères et noircir un tableau jusque là idyllique. 

J'ai beaucoup apprécié cette plongée vertigineuse et délirante, le suspense psychologique et la construction en flashback qui nous tient d'autant plus en haleine ! Puis survient la fin ... véritable soufflé sorti du four trop tôt, dégonflé par l'air ambiant.

Sérieusement, quelle déception ! Quelle supercherie. J'en attendais davantage, ou disons que je regrette que l'éditeur ait osé faire des promesses non tenues. Une belle arnaque, cette comparaison avec Sukkwan Island. Mais les 3/4 de la lecture n'en demeurent pas moins stupéfiantes !

10/18 (littérature étrangère), septembre 2014 ♦ traduit du néerlandais par Danielle Losman ♦ Prix Médicis Étranger 2013

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


12/11/14

L'Âge des miracles, de Karen Thompson Walker

Lagedesmiracles

Un jour d'octobre, l'humanité découvre avec stupeur que la rotation de la Terre a ralenti.

« Il n'y avait aucune image à montrer à la télévision, ni immeubles en feu, ni ponts effondrés, ni bouts de ferraille tordue, ni terre brûlée, ni maisons emportées par un glissement de terrain. Aucun blessé. Aucun mort. Ce fut, au début, une tragédie invisible. »

L'histoire ne sera finalement pas celle d'un roman post-apocalyptique auquel on est en droit de s'attendre, ici pas de sensationnalisme, juste de la nuance dans ce que vit et ressent la narratrice de douze ans, Julia, à travers un récit subtil, émouvant et très à fleur de peau. On ne s'intéresse pas à l'échelle mondiale, l'histoire se passe en Californie, chez Julia, dont la vie tourne autour du collège, du foot, du piano et de la maison. Un cocon douillet, rassurant. Sauf que tout a été chamboulé. 

Sa mère tombe malade, son père mène une double vie, sa meilleure amie déménage, une marge de la population décide de rejoindre des mouvements protestataires (les partisans du temps réel), son voisinage se déchire, les amis vont et viennent, d'autres se révèlent... Julia aussi se détache de l'enfance, sans être totalement prête pour la prochaine étape, au vu des observations faites sur ses congénères qui la laissent perplexe et désorientée (poussée hormonale ?). Elle est donc coincée dans un entre-deux, pas très à l'aise.

Est-ce seulement la faute du ralentissement ? Pas sûr. « Ç'avait peut-être commencé avant, pourtant je ne m'en suis rendu compte qu'après : mes amitiés se désintégraient. Tout se délitait. C'était une traversée difficile, celle qui menait de l'enfance à l'âge suivant. Et comme n'importe quel périple éprouvant, tout n'y survivrait pas. »

C'est en fin de compte un roman tout en sobriété et pudeur, où les répercussions sur les émotions et les petits riens d'une vie (qui pourrait être la nôtre) sont à peine perceptibles. Pourtant, les effets du phénomène existent et s'insinuent dans l'ordinaire de la vie de manière sournoise. Le contre-coup est déstabilisant, mais c'est ce qui rend cette lecture si attachante. Son aura mystérieuse et le ton nonchalant laissent une empreinte délicate et captivante sur le lecteur. C'est beau. Très touchant. 

« L'amour s'usait et les humains échouaient, le temps passait, les pages se tournaient. »

10/18, février 2014 ♦ traduit par Alice Delarbre (The Age of Miracles)


 ►◄


« De nombreuses études ont été consacrées aux effets physiques du mal de la gravité, mais l'histoire ne rendra jamais compte de toutes les vies métamorphosées par les changements de caractère, plus subtils, qui accompagnèrent le ralentissement. Pour des raisons que nous n'avons pas entièrement comprises, le ralentissement, ou plutôt ses effets ont modifié la chimie de certains cerveaux, transformant de façon notable l'équilibre précaire entre pulsions et maîtrise de soi. »

►◄

« Nous étions des enfants de la plage, du soleil. Nous ne connaissions rien à la neige. Je n'en avais jamais vu tomber, je ne savais pas qu'elle était si légère au début, qu'elle cédait si facilement sous les semelles, je n'avais jamais entendu ce crissement unique. Je ne savais pas, avant ce jour, que la neige étouffait tous les sons, assourdissant à sa façon le vacarme du monde. »

 

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/10/14

La Mort dans une boule de cristal, d'Alan Bradley

La mort dans une boule de cristal de Alan Bradley

Lors de la traditionnelle kermesse paroissiale, Flavia se faufile sous la tente d'une diseuse de bonne aventure pour y découvrir son avenir. Mais, maladroite et bouleversée par ce qu'elle entend, la jeune fille provoque un incendie involontaire et déguerpit derrière le stand de tir de noix de coco. La pauvre femme est sauvée de son magma de voiles enfumées grâce à l'intervention du médecin. Flavia,  balbutiante de confusion, propose à la vieille gitane de planter sa roulotte sur les terres familiales, sans se douter que ce n'est pas sa première fois. 

Des années auparavant, Fenella et son mari Johnny Faa avaient été accueillis par la mère de Flavia, avant d'être chassés par son père. La réaction de celui-ci s'annonce encore une fois houleuse, mais la cadette des De Luce n'écoute que son courage. Or, le danger rôde et devient plus pressant : Fenella est victime d'une nouvelle agression, sa petite-fille effrontée, Porcelaine, rapplique, toutes griffes dehors, et le corps d'un pendu est retrouvé à la fontaine de Poséidon. Toujours sur les terres de Buckshaw. Flavia de Luce est aux premières loges, poussée par une curiosité insatiable et son goût certain pour les détails macabres (et les progrès de la science !).

Ainsi, sur sa bicyclette Gladys, elle parcourt les routes de Bishop's Lacey, rencontre des témoins, interroge ses voisins, fait tourner la tête de l'inspecteur Hewitt et essuie les mesquineries de ses sœurs, en veillant à ne pas agacer son père, lui-même contrarié par des soucis financiers. En fil rouge, le mystère sur Harriet, sa mère disparue lors d'une expédition au Tibet dix ans plus tôt, reste entier mais saisit aux tripes et au cœur tant la jeune héroïne est avide d'indices et de détails supplémentaires. Cette absence lui pèse, la règle du silence aussi.

Bref, encore un épisode réussi qui complète cette charmante saga de manière classieuse et distinguée. On ne frissonnera pas pour l'ambiance noire et l'intrigue policière au machiavélisme échevelé. Au contraire, c'est british et old-fashioned, similaire à un roman d'Agatha Christie, à savourer donc autour d'une tasse de thé, en toute quiétude. De plus, les notes d'humour et le flegme de l'héroïne sont purement jubilatoires. Je me languis après la parution d'un prochain livre en VF, alors que les éditions du Masque semblent avoir jeté l'éponge depuis 2012. Pourtant il existe 6 livres (bientôt un 7ème tome) en édition anglaise ! Croisons les doigts.

10/18 ♦ coll. Grands Détectives, avril 2014 ♦ traduit par Hélène Hiessler pour les éditions du Masque (A Red Herring Without Mustard)

« Juste sous mon nez, sur la table de nuit, se trouvait une tasse de chocolat chaud.
La vision de l'épaisse peau brune qui s'était formée à la surface du liquide telle de la glace sur une mare gelée me donna un haut-le-cœur. Il y a peu de choses que je déteste catégoriquement, mais la peau du lait se classe haut la main en tête de celles-ci.
Même la pensée de la merveilleuse transformation chimique qui permet à la substance de se former - les protéines du lait baratté, pulvérisés par la chaleur de l'ébullition, se rassemblent ensuite pour former, en refroidissant, une peau gélatineuse - ne suffit pas pour me consoler. Plutôt manger des toiles d'araignées que cette substance infâme. »

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12/09/14

Un jour, de David Nicholls

Un jour de David NICHOLLS

15 juillet 1988. Dexter et Emma viennent de passer une nuit ensemble. Fraîchement diplômés, des rêves plein la tête, ils envisagent leur avenir avec espoir et fringale. Dexter part en Europe et en Asie à la découverte de lui-même (sa famille est aisée, il n'a pas ce souci alimentaire). Emma a envie de Londres, d'écriture, de cercle intellectuel... On les retrouvera tous les ans, à la même date, le 15 juillet, à des moments de leur existence pas toujours au top de leurs espérances. Même leur amour naissant, qui a laissé place à une amitié forte et équivoque, va endurer les affres du temps qui passe, des caractères changeants, des désillusions, des rencontres hasardeuses... David Nicholls ne nous vend pas du rêve et dessine un portrait désabusé d'un couple qui n'a jamais cessé de se croiser et d'être attiré comme un aimant, sans réussir à l'exprimer clairement, car il n'a jamais su être en phase avec les désirs de l'autre au bon moment. Argh, c'est terriblement complexe, frustrant, désabusé et énervant. L'histoire s'éternise sur vingt ans, de quoi bien enfoncer le clou de l'amertume. On quitte le livre au bord de la déprime ! Cela ne m'a pas beaucoup plu. 

10/18, février 2012 ♦ traduit par Karine Reignier pour les éditions Belfond (One day)

A été adapté au cinéma !

- Vu et davantage apprécié. - ☺

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

15/07/14

Saint Michel, priez pour eux de Jean-Pierre Alaux

IMG_1140

Printemps 1978. Suite au naufrage de l'Amoco Cadiz, Séraphin Cantarel, conservateur des monuments français, doit s'assurer que la baie du Mont Saint-Michel n'a subi aucun outrage, au vu de son futur classement au patrimoine de l'Unesco. Il doit aussi mettre au point la prochaine opération de restauration de la flèche du sanctuaire. En survolant la baie en hélico, Séraphin est ainsi témoin d'une scène macabre - le corps d'un moine retrouvé mort sur la plage. Pourtant, à aucun moment, il ne s'improvise détective. Un inspecteur de police est déjà en place et ne noue aucune affinité avec notre homme. La lecture se veut donc placide et enlevée, puisqu'on suit les personnages (le conservateur, son épouse égyptologue et son jeune assistant Théo) au gré de leurs pérégrinations conviviales. ^-^

Résultat, c'est de bon goût. J'ai pprécié le charme ambiant, c'est gourmand, gourmet, intellectuel et littéraire. À envisager comme une plongée pleine d'esprit et débordante de culture, plantée dans un décor - encore une fois - fabuleux et enchanteur ! Pas de lecture échevelée, mais un rendez-vous apaisant et agréable. Je cautionne.

10/18 ♦ coll. Grands Détectives ♦ décembre 2013

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


14/05/14

La terre fredonne en si bémol, par Mari Strachan

« Le ciel est parfait, ce soir. Une fois, en cours de dessin, j'ai mélangé toutes mes gouaches pour obtenir un ciel identique : d'un bleu profond et dense dans le creux de la voûte, qui s'éclaircit et tire sur le blanc en rencontrant la terre, au niveau des collines de Llyn - qui semblent avoir été découpées dans du papier et collées là. M. Parry m'a dit que c'était trop beau pour être vrai, mais c'était pourtant bien ce que je voyais. Je veux m'envoler pour regarder les étoiles scintiller à travers ce bleu. La nuit dernière je n'ai pas voulu regarder en bas. Ni vers la ville ni vers la mer. J'ai plané sur le dos pour écouter le chant de la terre, les yeux perdus dans le ciel. Je me demande où il s'arrête. Et où se trouve le paradis ? Je n'ai jamais rencontré d'esprits là-haut. Je me demande s'il y a d'autres gens qui vivent aussi loin que les étoiles. Des extraterrestres. Les extraterrestres sont toujours des monstres dans les films. Mais s'ils étaient comme nous ? Est-ce qu'ils seraient quand même des monstres ? »

la terre fredonne

Gwenni, douze ans, est une enfant rêveuse et curieuse. La nuit, dans son lit, elle rêve qu'elle vole au-dessus de la campagne galloise. Le retour à la réalité est plus amer, sa mère ne lui fait pas de cadeau, sa sœur Bethan se moque d'elle. Bref, elle trouve un certain réconfort auprès de Mrs Evans, ses deux fillettes et les nombreux livres qui encombrent leur maison. Mais le jour où elle se rend chez elle et la découvre en larmes, Gwenni comprend que son époux, Ifan, a mis les voiles, avec son gros chien noir.

Aussitôt la nouvelle court en ville, les adultes savent mais se taisent, ce qui rend perplexe Gwenni. Elle décide alors de placarder des avis de recherche, mais cette entreprise audacieuse va mettre sa mère en colère, elle ne veut pas, n'entend pas donner libre court à son esprit feu-follet. Les gens jasent, surtout pas de cinglée dans la famille ! Quand l'étrange disparition d'Ifan Evans finit par s'éclaircir, Gwenni est aux premières loges de l'enquête et fait cavaler son imagination débridée.

J'ai beaucoup aimé cette histoire singulière, portée par une jeune héroïne très attachante, une écriture poétique et une atmosphère à part, magique, envoûtante... On y avance à petit pas, en suivant les observations de Gwenni, dont l'esprit vif et romanesque nous livre une version extravagante d'une histoire hélas beaucoup plus sombre, cruelle et poignante. Et c'est ce mélange qui rend la lecture tellement plus attrayante !

On a une jeune fille dans toute sa candeur, qui ne réalise pas toutes les subtilités d'un monde adulte qui l'entoure, avec ses secrets et ses mensonges, dont on devine avant elle toute la noirceur. C'est bouleversant, mais tellement bien raconté que jamais on n'a le sentiment d'avoir le moral plombé. Au contraire, c'est drôle et grave, tendre et émouvant. On trempe dans un univers complètement décalé, et le résultat est prodigieux. Je suis littéralement tombée sous le charme de cette très belle révélation !

10-18 ♦ traduit par Aline Azoulay-Pacvon pour les éditions NiL ♦ décembre 2013 pour la présente édition

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20/01/14

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, de Mary Ann Shaffer & Annie Barrows ❤

IMG_0426

Et de trois ! Après la VO, la VF... voici maintenant la version audio. À chaque fois, ce livre me surprend, m'éblouit, me dorlote, me donne le sourire et les larmes aux yeux. Je suis irrémédiablement amoureuse du Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, c'est un livre chéri, bichonné, chouchouté, je l'aime d'amour. Une fois encore, il m'a été précieux. Car il est tombé à point nommé, j'avais besoin de douceur, de tendresse, de bonnes ondes, et il s'est présenté à moi de façon logique, claire, indiscutable.

Quel régal ! J'ai replongé avec excitation dans l'histoire, à ma grande honte j'en avais un peu oublié les entournures, au moins j'ai pu doublement apprécier cette énième lecture. Tout commence autour d'un livre de Charles Lamb. Un jour, Juliet Ashton, une célèbre chroniqueuse qui vient de publier son premier ouvrage et connaît un succès fou, reçoit une lettre d'un certain Dawsey Adams, résidant à Guernesey. Entre autres banalités, il évoque le Cercle des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates. Il n'en faut pas davantage pour titiller la curiosité de notre journaliste. S'ensuivra, bien évidemment, une correspondance enjouée, exaltante et exaltée entre Juliet et les habitants de l'île anglo-normande.

C'est ainsi toute une communauté attachante et passionnante qu'on découvre, Amelia Maugery, Isola Pribby, Eben Ramsey... et même l'insupportable Miss Adelaide Addison. Tous rapportent leurs conditions de vie durant la guerre, l'île ayant été occupée par les allemands. Ils avaient donc mis en place un cercle littéraire, pour sauver les apparences et permettre de se nourrir en douce, tout en prenant goût à la lecture en fin de compte. Quelle expérience ! Bien sûr, ils n'ont pas été épargnés par les drames non plus et on devine notamment qu'Elizabeth McKenna, autour de laquelle tournent toutes les discussions, figure comme étant une icône mystique et intouchable.

Juliet est fascinée, le lecteur aussi. Au fil des lettres, on est immédiatement pris dans le tourbillon des intrigues, des secrets, des révélations... Que d'émotions ! J'avais l'impression de tout (re)découvrir comme une première fois. C'était encore plus bouleversant, j'ai adoré. La version Audiolib est d'autant plus radieuse et enivrante ! Ce sont cinq comédiens qui se partagent l'affiche, Cachou Kirsch, Nathalie Hons et Nathalie Hugo, qu'on retrouve notamment dans des ouvrages aussi enthousiasmants comme Le Goût des pépins de pomme ou La couleur des sentimentsThierry Janssen et Philippe Résimont. Ils ont donné vie à des personnages et à une histoire vraiment passionnante, bouleversante, drôle aussi et que je ne cesse de chérir au fil du temps.

Audiolib, novembre 2009. Texte intégral lu par Cachou Kirsch, Nathalie Hons, Nathalie Hugo, Thierry Janssen, Philippe Résimont (durée d'écoute : 8h 17).
Traduit de l'américain par Aline Azoulay, pour les éditions NiL.

13/01/14

Charivari, par Nancy Mitford

IMG_0358

Noel Foster vient de toucher une fabuleuse fortune, suite au décès d'une vieille tante, et part en quête d'une riche héritière avec l'aide de son ami Jasper Aspect. Celui-ci est sans le sou, issu d'une famille aristocratique, il n'hésite pas à vivre aux crochets de Noel en s'installant à l'auberge Jolly Roger à Chalford. Ils font la connaissance de la pétulante Eugenia Malmains, ravissante mais excentrique, qui prône haut et fort son penchant pour les idées nationales socialistes. Peu de temps après, Noel et Jasper croisent à l'auberge deux jeunes femmes, Miss Smith et Miss Jones, qui sont en fait en opération camouflage afin de rompre les fiançailles de l'une en toute discrétion et s'éviter un scandale. Cette découverte fait frétiller d'excitation notre sympathique Jasper, oui, même si au départ je trouvais le personnage culotté et sans-gêne, je l'ai nettement préféré à Noel, passablement niais et affable. Celui-ci vient d'ailleurs de s'enticher de la beauté locale, Anne-Marie Lace, mariée à un major ennuyeux, qui voue une passion pour ses vaches. Tout ce petit monde va s'affairer dans la préparation d'une pièce de théâtre, sur la propriété de la grand-mère d'Eugenia, autrement décrite comme La Pauvre Vieille Chose, et aussi faire valser les cœurs, les sentiments, les têtes, etc. Vous obtenez ainsi une délicieuse et savoureuse comédie, à l'humour so british, mais ne masquant pas la critique acerbe des mœurs de la bonne société britannique, sur fond d'avènement du fascisme. Une lecture féroce, mais très enthousiasmante ! 

[Paru en 1935, ce roman n'a pas été réimprimé pendant près de 70 ans. Ceci à la demande de Nancy Mitford elle-même, qui souhaitait mettre un terme à la brouille que sa publication avait provoquée avec ses sœurs, Unity et Diana, qui lui reprochaient la caricature à peine masquée qu'elle faisait du mari de Diana sous les traits du charismatique et très nationaliste Captain Jack.]

10-18, avril 2012 - traduit par Anne Damour.

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

10/01/14

Week-end à Portmeirion, de Nicola Upson

IMG_0314

Il a suffi d'un simple coup d'œil à la couverture, puis de découvrir qu'un certain Hitchcock se baladait au cœur de l'histoire, pour faire de moi l'esclave de cette lecture ! J'ai tout lâché pour m'y plonger. Miam, quel régal ! L'histoire commence en 1954, mais concerne un événement survenu durant l'été 1936. Joséphine Tey fête ses 40 ans avec son ami le commissaire Archie Grant, à Portmeirion, dans un complexe hôtelier luxueux situé au bord de la mer.

Elle a également été invitée à rencontrer le couple Hitchcock pour céder les droits de son dernier livre, en vue d'une adaptation cinématographique. Il fait une chaleur caniculaire, l'ambiance se veut languide et oppressante, les comédiens vont et viennent, le réalisateur anglais mijote quelques blagues d'un goût douteux... On passe ainsi plus de 200 pages sans soupçonner l'ombre d'un crime, c'est calme, très bavard et tout bonnement raffiné.

J'ai immensément apprécié ce cadre magnifique, où règne une atmosphère fascinante et guindée. On y trouve un petit monde clos, pétri de jalousie, de rancœur et de haine, qui ne masque pas son amertume vis-à-vis de l'industrie cinématographique. On spécule aussi sur le prochain départ de Hitchcock pour Hollywood, on dresse un portrait de l'homme sans effet de manche, c'est un génie au caractère exécrable, qui manifeste amour et admiration pour Alma Reville, sa remarquable épouse.

L'intrigue policière, finalement, n'est qu'une goutte d'eau dans un vaste océan. Elle est, certes, plus présente dans la deuxième moitié du roman, mais il m'est apparu que ce n'était pas ce qui m'importait le plus. J'ai aimé l'ensemble du livre, avec ses personnages et la façon de les introduire, de raconter leurs tourments personnels, de laisser deviner leurs émois ou leurs états d'âme. C'est un livre qu'on découvre par envie, ou par curiosité, et qui dévoile un grand aspect psychologique dans sa trame romanesque. Mais c'est très chic, absolument divin !

10-18, collection Grands détectives, novembre 2013 - traduit par Pascale Haas.

08/01/14

Le projet Bleiberg, de David S. Khara

IMG_0304

J'ai plongé tout de go dans cette histoire sombre, haletante et tout simplement passionnante ! Elle prend ses racines dans les années 40, au coeur d'une Europe ravagée par le nazisme, et se poursuit de nos jours, révélant un complot de l'horreur qui touche un type quelconque, Jay Novacek, un trader new-yorkais désabusé, qui brutalement voit sa vie menacée et pourchassée par de sinistres individus.

En route, il croisera Eytan Morg, un type au physique impressionnant, aux méthodes de combat redoutables et au passé bien mystérieux. Il devra aussi son salut à une charmante jeune femme, clone de Buffy, qui ne le quittera plus d'une semelle et devra assurer seule sa sécurité. Toutefois, leur mission pour rester en vie s'annonce ardue, dès lors que l'ennemi tombe le masque et a recours à des moyens d'intimidation contre lesquels il est difficile de résister.

Ainsi, chapitre après chapitre, on nous trimbale sans ménagement, d'un pays à l'autre, époque après époque, croisant les figures les plus viles et marquantes des manuels d'histoire. C'est qu'on ne s'ennuie pas un seul instant non plus, le rythme de lecture est vif, le récit est ponctué d'action, de retournements de situation, c'est intense, palpitant, pas mal du tout comme lecture divertissante. L'interprétation d'Emmanuel Curtil est nickel et colle à la trame nerveuse et captivante sans jamais frémir. Je n'ai pas vu le temps passer et me suis déjà procuré la suite des aventures, Le projet Shiro.

Audiolib, novembre 2011 - durée d'écoute : 6 h 30 - Texte intégral lu par Emmanuel Curtil. Disponible en format poche, chez 10-18.

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,