12/04/21

Le Colis, de Sebastian Fitzek

Le ColisSi vous aimez les romans qui brouillent les pistes avec une narratrice peu digne de confiance, alors optez pour ce scénario torturé et très perturbant.

On y rencontre une femme brisée suite à une agression sexuelle dans un hôtel mais dont le témoignage a été discrédité car jugé trop flou. Depuis, Emma vit cloîtrée chez elle et s'enfonce dans un délire paranoïaque qui inquiète son entourage. Un jour, elle reçoit bel et bien un colis pour un voisin qu'elle ne connaît pas. Cet événement provoque un nouveau stress qui va la conduire à une série d'actes déraisonnés (et dramatiques).

Enfin, il ne faut surtout pas s'imaginer que ce sera l'élément déclencheur puisqu'il s'inscrit dans une longue suite de détails troublants. Niveau ambiance, c'est super flippant. On se triture les méninges pour déterminer si l'on doit soutenir, compatir ou soupçonner Emma. Victime ou pas ? Pourquoi le serial killer aurait décidé de ne pas l'éliminer ? Même si elle porte la signature de son modus operandi (ses cheveux ont été rasés), son profil n'a rien en commun avec les précédentes cibles.

Le récit va donc alterner le passé et le présent pour retracer laborieusement les errances de l'héroïne. La sensation n'est pas très confortable. J'avais longtemps cru avoir deviné le fin mot de sa démence, avant de noter que le dénouement est un perpétuel festival de rebondissements. Ah ouais, rien que ça ?

C'est vraiment, vraiment tordu !

L'Archipel, 2016 - Traduit par Jean-Marie Argelès

 ⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Sauf, de Hervé Commère

SaufLe début du roman est palpitant.

En moins de vingt-quatre heures, la vie de Mathieu bascule dans une spirale effroyable : une femme vient de déposer un album de photos lié à son enfance, son hangar de dépôt-vente est visité par des intrus, sa maison prend feu et l'un des cambrioleurs a été tué en prenant la fuite.

Tout semble lié au drame survenu quand il avait six ans : un incendie a ruiné le manoir familial et emporté ses parents. L'enfant a été recueilli par son oncle et sa tante, non sans nourrir une profonde mélancolie ou la certitude que rien n'est réel. La réapparition de cet album ravive donc ses souvenirs et le transporte en Bretagne pour vérifier que le passé est mort et enterré.

Qu'est-ce que j'aime les romans sur les histoires de famille qui tiennent en haleine !

Celui-ci n'a pas failli à sa promesse et réserve une atmosphère pas piquée des hannetons. Direction la campagne bretonne, les vieilles baraques, les parquets qui grincent, la poussière qui s'incruste, le souffle du passé, le silence des alcôves, les non-dits en héritage et tout ça.

C'était plutôt pas mal (mais plus faiblard dans le dernier quart de l'intrigue).

Fleuve éditions, 2018

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La Maison, de Vanessa Savage

La MaisonCette histoire de maison maudite est plutôt intéressante. Située face à la mer, cette villa fanée par le temps qui passe a hélas été le théâtre d'un drame survenu quinze ans plus tôt. Depuis, elle figure parmi les mythiques faits divers car aucune famille n'a remis les pieds entre ses murs.

Mais Patrick n'en a cure et souhaite acquérir la maison lorsque celle-ci est sur le marché. Son épouse Sarah n'est pas du tout emballée avant de céder à la promesse d'un nouveau départ. Elle est en dépression depuis la mort de sa mère et s'imagine que l'enthousiasme de son partenaire va la motiver à se lancer dans de nouveaux projets.

Malheureusement, rien ne se passe comme prévu. Et ses pires craintes semblent se cristalliser. Sarah se retrouve seule dans cette grande maison pleine de courants d'air. Elle se sent épiée par ses voisins, imagine qu'un intrus rôde dans les dunes. Ses enfants sont maussades. Patrick est souvent absent. Ou se montre distant.

En gros, la maison aurait tendance à influencer l'humeur de ses habitants. Comme si elle était hantée. Comme si les fantômes du passé venaient les entraîner dans leurs mauvais rêves. Ou est-ce simplement un effet des psychotropes que Sarah avale à forte dose ? Au fil des chapitres, on est en droit de se poser des tonnes de questions !

En bref, l'ambiance est bonne et source d'angoisses. Les personnages ne sont pas très nets et n'inspirent aucune confiance. On sent la tension dramatique gagner du terrain. Et le final tombe comme un couperet. Surprenant, pas surprenant ? Ça se laisse lire, ça ne révolutionne pas le genre non plus.

La Martinière, Thriller, 2019, traduit de l'anglais par Ombeline Marchon

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07/04/21

L'odeur de la colle en pot, d'Adèle Bréau

L'odeur de la colle en potVoilà un roman qui cogne en plein cœur tout ado ayant survécu aux années 90 et qui nous régale d'une bonne grosse couche de nostalgie ! Waouh, le choc.

Au-delà des petits détails qui comptent énormément, on trouve une histoire banale d'une jeune fille de treize ans qui emménage dans un appartement à Paris avec ses parents et sa petite sœur. La rentrée approche avec son lot de considérations (image de soi et relation avec les autres). Ce nouveau départ était censé améliorer le quotidien de la famille, mais c'est loupé, le père est de plus en plus absent et la mère alterne crises de larmes et engueulades. Tout ça sent la séparation. Mais la narratrice a d'autres chats à fouetter car elle aussi traverse une période très floue, très compliquée - cette fichue crise d'adolescence. 

Adèle B. raconte tout ça avec tact, tendresse et mélancolie. Comme si l'on ouvrait un journal intime et qu'on replongeait dans les souvenirs (du temps où il fallait prendre son mal en patience pour appeler ses amis ou son amoureux, bredouiller sa timidité au téléphone sous les oreilles indiscrètes de l'entourage, rêver et pleurer entre les quatre murs de sa chambre en écoutant de la musique avec un casque sur les oreilles). L'effet miroir est franchement étonnant.

J'ai évidemment été enchantée par ce voyage dans le temps, qui exhale l'innocence et l'apprentissage de la vie. Après coup, ça semblait plus facile. Ou ça nous paraît moins sombre et dramatique en vieillissant. Argh ! C'est finalement cet aspect “regard en arrière” qui me touche le plus. Le fond reste ordinaire : l'adolescence ou l'ascenseur émotionnel par excellence. Un sujet ô combien universel. En tout cas, c'était un très joli moment de lecture, fort appréciable.

JC Lattès, 2019

Septembre 1991. Caroline a treize ans et restitue le portrait d’une génération désenchantée, les professeurs, les premiers flirts, les cafés où l’on fume encore, les cabines téléphoniques, les vidéoclubs, la musique triste dans son walkman, les cahiers Clairefontaine, les Guignols de l’Info, le bruit des craies et c’est toute une époque qui ressurgit comme lorsqu’on plonge son nez dans ces petits pots de colle à l’odeur d’amande.

⭐⭐⭐.5

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/04/21

La Stratégie du hérisson, de Jane O'Connor

La Stratégie du hérissonJe m'attendais à un roman doudou, une lecture légère et souriante, moins à un rendez-vous chargé d'émotion. Quelle surprise, donc.

Le roman s'ouvre sur le portrait d'une femme de cinquante-six ans, assistante dévouée auprès d'un professeur d'université, dont elle est secrètement amoureuse. Lorsqu'il lui préfère une femme, plus jeune et plus belle, son monde s'effondre. Sylvia tombe dans la spirale de la jalousie et de l'amertume, avant de s'enfermer dans le désespoir et la dépression.

Si l'héroïne peut sembler a priori irritable (et naïve), elle m'est davantage apparue vulnérable et attachante. J'ai en effet ressenti beaucoup de compassion face à son parcours chaotique. Les saisons passent, faites de hauts et de bas, mais j'avais envie de ramasser ses petits morceaux éparpillés tant sa vie partait en cacahuète, son entourage n'étant pas toujours bienveillant.

Au fond, c'est le miroir de nos vies ordinaires et jalonnées à la fois de déceptions et de satisfactions. Il y a surtout un grand message d'espoir derrière puisqu'on termine le roman sur une note pleine de confiance - quel bien fou !

Milady Feel Good Books, 2019 pour la traduction

Par Pauline Buscail. Titre VO : Needlemouse

Un roman qui séduira les lecteurs de Graeme Simsion, Ruth Hogan et Gail Honeyman

« Les hérissons sont recouverts de plus de cinq mille piquants qui leur servent de mécanisme de défense. S'il se sent menacé, le hérisson peut se rouler en boule pour protéger les parties vulnérables de son corps des prédateurs tels que les blaireaux ou les renards. Hélas, les hérissons se roulent aussi en boule en cas de forte circulation, ce qui explique qu'un grand nombre d'entre eux finisse tué sur les routes. »
 

 

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


04/04/21

Un couple presque parfait, de Marian Keyes

Un couple presque parfait miladyUn couple presque parfait ne raconte pas comment on tombe amoureux, mais comment on reste amoureux. Car l'histoire commence mal pour l'héroïne dont le mari vient de lui annoncer qu'il souhaite faire une pause et partir six mois en Asie du Sud-Est.

Amy est sonnée et ne cache pas sa déception. Elle doit désormais gérer seule son boulot et la famille. Un sacré bordel. Il faut dire que son rythme de vie est complètement fou. C'est même étourdissant combien on se laisse engloutir par cette frénésie (les premiers chapitres filent très, très vite). On ressent aussi ses angoisses, sa colère, son chagrin, son amertume. Mais on comprend peu à peu pourquoi et comment Amy et Hugh en sont arrivés là.

Au fond, l'histoire est banale mais formidablement exposée par Marian K. (prescriptrice du genre). Ça a un fond de chick-lit (ça court dans tous les sens, ça pouffe, ça ose et ça se plante) mais avec une conscience profonde et touchante du temps qui passe (les couples s'usent, les enfants vous bouffent, les parents vous minent, le boulot vous tue). La pression est partout, le quotidien pas franchement glamour. Et pourtant, on lit tout ça sur une sensation de légèreté. Ou d'effervescence. Car ça pétille du début à la fin, malgré les coups durs, les baisses de régime, les doutes etc. Le constat est désarmant.

Toutefois, si j'ai lu les 200-300 pages sans souci, j'ai fini par me lasser face au reste (le roman compte 700 pages). L'histoire s'essouffle face aux situations incongrues qui interviennent à tort et la solution paraît bien navrante après le passage du cyclone. Donc, un peu déçue sur la fin mais pas du tout mécontente d'avoir croisé cette famille extraordinaire et turbulente.

“ Manifestement, ce n'est pas la fin avec un grand F. Deux pas en avant, un pas en arrière. Ce n'est pas le terminus pour mes émotions. ”

éditions Hauteville (ex - Milady) , 2019 pour la traduction française par Agnès Jaubert

  Un couple presque parfait

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02/04/21

Daphné (La chronique des Bridgerton 1), de Julia Quinn

Relecture format audio.
DaphnéPar contre, la voix de la comédienne m'a longtemps déstabilisée car c'est aussi la voix de la série La Passe-Miroir que j'ai lue l'an dernier et qui est encore très présente dans mes souvenirs. Mais je ne regrette pas ce choix non plus car Clotilde Seille porte à merveille les chroniques savoureuses (et mondaines) des Bridgerton !

Ce premier tome ouvre donc le bal et se révèle jouissif par son caractère volage et enjoué. Lorsque Daphné et Simon se rencontrent, ils décident rapidement de faire semblant de se courtiser pour avoir la paix en société. Lui ne souhaite pas se marier, elle espère que sa cote grimpera en flèche en côtoyant un duc. Et ça fonctionne.

Du moins, Antony (l'aîné de la fratrie) n'est pas dupe et scrute les mains potentiellement baladeuses de son vieil ami. Il n'y a pas de hasard dans la vie. Et ce qui doit arriver arrivera, ou pas. Chaque chose en son temps.

Las, dès lors que le mariage a lieu, la relation du couple s'enlise. Le caractère maussade de Simon est exacerbé. L'homme est hanté par son enfance, son héritage, son père, son bégaiement. Il ne veut pas d'enfant et se sent piégé. Ouh, le vilain boudeur.

Cette partie casse un peu le rythme d'une lecture jusque-là guillerette et éloquente. Simon, arrête de te prendre le chou. Chéris ta douce et n'en parlons plus. La demoiselle Bridgerton est têtue et effrontée comme il faut. Forza Daphné ! Tu fais honneur à ta famille, conventionnelle et foldingue selon les circonstances.

Je poursuis donc la découverte au gré des parutions audio - 1 par mois. Et petite précision : non je n'ai pas vu la série Netflix.

©2008 Editions J'ai Lu (P)2021 Editions Gallimard

⭐⭐⭐

28/03/21

Frangines, par Adèle Bréau

FranginesOn entre dans ce roman comme dans une grande maison de famille, bruyante et bordélique.

Trois sœurs se retrouvent dans la maison de leur enfance où vit leur maman (séparée de leur père). Elles débarquent avec leurs enfants ou partenaires, mais surtout avec leurs bagages émotionnels.

Elles doivent en effet mettre à plat des années de non-dits qui ont pu porter à confusion et fragiliser des liens ô combien sacrés (j'en sais quelque chose).

On pose vite ses valises pour écouter leurs histoires, de mères, de filles, d'épouses, de femmes. Et moi, j'ai bu leurs paroles. Touchée par ce roman qui me parle et m'embarque dans sa bulle en faisant écho à mon propre vécu.

J'ai beaucoup aimé cette sensation presque apaisante car l'histoire se déroule en Provence en plein été, mais surtout elle me berce dans son cocon familial si cher à mon cœur.

Très doux, très joli roman !

JC Lattès, 2020

Mathilde, Violette et Louise sont sœurs. Depuis l’enfance, elles vivent leurs plus belles heures à La Garrigue, une bâtisse que leurs parents ont achetée autrefois à Saint-Rémy-de-Provence.

Tout les oppose et pourtant rien ne peut séparer Mathilde, éblouissante et dominatrice, Violette, qui a grandi dans l’ombre de son aînée, et Louise, la benjamine, née des années plus tard.

Cet été, les frangines se réunissent dans la demeure familiale pour la première fois depuis le drame de l’année précédente.

Entre petites exaspérations et révélations inattendues, ces retrouvailles vont bouleverser à jamais leur vie. Car les murs de La Garrigue, gardiens des secrets de trois générations, ne les protégeront peut-être plus.

⭐⭐⭐.5

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22/03/21

L'Académie des femmes parfaites, de Helly Acton

L'académie des femmes parfaites

- Est-ce que vous prévoyez toujours de partir en Thaïlande ?
- Absolument.
- Qui sait, peut-être que vous rencontrerez là-bas quelqu'un qui est sur la même longueur d'onde que vous.
- Je n'espère pas, docteur. Je crois que j'ai vraiment pris goût au célibat.


Amy Wright, trente-deux ans, est en couple avec Jamie depuis bientôt deux ans. Ni l'un ni l'autre ne semblent pressés de passer à la vitesse supérieure. C'est simplement la pression sociale qui rend la jeune femme fébrile et perplexe.

Lorsque son amoureux la convie pour une soirée spéciale, Amy s'imagine déjà recevoir sa demande romantique et tout le tralala. Or, le goujat la dépose dans un studio pour un nouveau programme de télé-réalité : Les oubliées de l'amour. La voilà plaquée en direct et candidate pour une émission consistant à faire un travail sur soi pour *s'améliorer* et ainsi devenir *la Perle* (femme parfaite).

// Emoji qui vomit //

En tout, elles seront sept femmes larguées par leur compagnon, enfermées dans une villa sous l'œil scrutateur des caméras. Elles doivent suivre une thérapie, accepter un relooking, lister leurs erreurs et vanter leurs mérites pour convaincre le public. Humour acide, nous voilà.

Le roman fusille un peu les travers de la société, l'image qu'on colle aux relations, la charge que subissent les femmes, les réseaux sociaux polluants, la notoriété à deux balles et tout ça. C'est assez surprenant de lire un roman de la collection &H qui ne soit pas du tout une romance au final. Et tant mieux.

Ça bouscule les lignes. Au final, la lecture montre qu'on peut également avoir un parcours de vie sans tomber dans le schéma mariage et maternité comme but ultime. Amy et ses nouvelles copines ont toutes des histoires qui les rendent attachantes, curieuses et particulières. J'ai bien aimé, c'était grinçant mais très positif !

HarperCollins France / coll. &H / 2020

Traduit par A. Morelli / Titre VO : The Shelf

 ⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Love and Other Words, de Christina Lauren

Love and other wordsEncore un nouveau registre dans lequel s'illustre le duo Christina Lauren : la fiction féminine (women's fiction).

Dans cette histoire, nous ne suivons pas une romance aux clichés répandus, mais nous suivons pas à pas la relation entre deux amis d'enfance qui tombent amoureux, qui s'embrouillent et qui finalement se retrouvent dix ans après.

Pour tout comprendre, il faudra un peu de patience. Soit, 430 pages de tendresse, de pudeur et d'émotion à raconter une amitié amoureuse qui s'épanouit tranquillement. Cela nous donne un roman agréable et très touchant.

Mais dans lequel je me suis un peu ennuyée - c'est moins sexy que la série Beautiful et moins drôle que Josh et Hazel. Oups. Cela commence pourtant très bien, mais au fil des pages le tempo devient plus lent et long. Et les personnages ont de gros, gros bagages.

Il y a en fait un gouffre entre les discussions sans filtre des deux amis de longue date, une attitude sans complexe à aborder des sujets parfois sensibles, et pourtant, entre eux, il y a aussi des non-dits, des années de silence, des questions sans réponse, des doute à foison. Très bizarre.

Comme quoi, l'amitié entre garçon et fille n'est jamais lisse. Toutefois, cela reste une relation authentique et bouleversante. Seulement, pour moi, ça manquait de peps et de légèreté. C'est juste une question de goût car l'ensemble est sympa même si j'attendais plus de fun.

©2019 Hugo Roman (P)2019 Audible Studios

Macy, interne en pédiatrie, prépare son mariage avec Sean. Lorsqu'elle tombe sur Elliot - son premier amour - la vie parfaite qu'elle avait construite commence à se craqueler. Jadis, Elliot était tout pour Macy. Un ami précieux et un véritable soutien après le décès de sa mère. La nuit où il lui a finalement déclaré son amour, il lui a également brisé le cœur. Dix ans après leur rupture, le hasard les réunit. Combien de temps faudra-t-il aux deux héros pour découvrir ce qui a provoqué leur rupture ? Ce qui a mal tourné ?

Le véritable amour ne disparaît jamais des cœurs. Un récit entre passé et présent, le lecteur ignore jusqu'à la toute fin de l'ouvrage, jusqu'au dénouement final, ce qu'a fait Elliot, ce qui a mal tourné. Elliot parviendra-t-il à percer le secret des dix années de silence de Macy et à se dépasser lui-même, pour la convaincre que l'amour absolu existe ?

C'est donc l'histoire d'un amour de jeunesse plein de promesses, entre deux adolescents, interrompu en plein vol et qui évolue onze ans plus tard, en une histoire d'amour forte et confiante, entre adultes.

 ⭐⭐⭐ 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,