06/05/21

De l'importance de savoir rebondir, de Laura Zimmermann

De l'importance de savoir rebondirGreer a la bosse des maths et une fabuleuse paire de lolos. Hélas, c'est aussi son pire cauchemar. Car l'adolescente de seize ans, complexée par son corps, se camoufle sous des vêtements trop grands. Elle ne supporte pas le regard des autres et imagine au pire leurs blagues salaces, au mieux leur embarras.

Sans compter que c'est un vrai handicap dans sa vie de tous les jours. Greer s'interdit un tas de trucs, comme faire du sport. Mais allez savoir pourquoi, cette année, elle décide de postuler pour jouer dans l'équipe de volley. Soudain, plouf, c'est comme si elle faisait la révolution dans sa vie.

Tout d'abord, elle trouve enfin un soutien-gorge digne de ce nom et retrouve une certaine liberté de mouvement en se concentrant sur ses objectifs. Elle est également de plus en plus troublée par le petit nouveau du lycée, Jackson Oates. Cheveux châtains, yeux noisette et sourire ravageur.

Reste à faire la paix avec Marthe et Maïté, non ? On l'espère. Car Greer est une nana extraordinaire. Elle est drôle, intelligente, spirituelle et sensible. Malgré cela, elle souffre en silence et manque de confiance en elle. Elle avait jusqu'à présent coutume de reculer, de se planquer ou de s'abstenir de prendre des risques. Maintenant, l'assistante de mutation qui sommeille en elle prend le contrôle. Et ça fait waouh.

J'ai adoré son sens de la dérision, sa force et son courage. Ce livre vous étonnera en bien - il parle des complexes avec justesse et humour. Il a un effet galvanisant et fédérateur aussi. On sent beaucoup de bienveillance dans le cercle de l'héroïne et un message positif dans son parcours. Assume ta différence. Va au bout de tes passions. Croque la vie à pleines dents. Ne te laisse pas abattre par les foudres de la société. Oui, les garçons sont parfois idiots et gouvernés par leurs hormones. Mais ton corps est ton totem. Et tu ne devrais jamais en avoir honte ! Go, girls. 💪

Gallimard Jeunesse, 2021 - Couverture illustrée par Camille de Cussac

Traduit par Marion Roman. Titre VO : My Eyes Are Up Here

En un mot ? Waouh. S’il y a un livre à mettre entre les mains de chaque adolescent en 2021, c’est bien celui-ci. 

De l’importance de savoir rebondir, c’est un roman décomplexé et juste, qui se lit d’une traite et porte des valeurs puissantes. Une bonne dose de féminisme, deux cuillères à soupe de solidarité, une louche d’acceptation de soi et quelques morceaux (bien croquants) d’auto-dérision, voilà la recette magique de ce concentré de good vibes

À dévorer sans retenue, évidemment.

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23/04/21

Grisha L'intégrale, de Leigh Bardugo

Grisha

Cette magnifique édition reprend les trois tomes de la série Grisha : Shadow and Bone ; Siege and Storm ; Ruin and Rising. Soit une belle brique de 1152 pages étonnamment malléable.

De plus, l'illustration est très évocatrice. Elle trouve tout son sens après avoir refermé l'ouvrage. C'est fascinant. Pour rappel : voici mes avis sur le tome 1 et sur le tome 2. Sans spoiler, mais c'est compliqué.

Car le troisième tome commence en plein chaos. Encore et toujours la même rengaine. Les troupes ont été ébranlées, les ennemis ou les alliés sont éparpillés. Tout fout le camp. Mais la ferveur populaire est plus vibrante que jamais.

L'Invocatrice de Lumière a été élevée au grade de Sainte. Morte ou survivante ? Son nom fait soulever les foules. Pourtant, Alina est brisée. Son pouvoir est en train de la détruire, son avenir lui échappe et une décision grave s'impose.

Concrètement, le Darkling reste une figure envoûtante. Ah, l'Homme en Noir. Celui qu'on doit détester sans s'y résoudre. C'est d'ailleurs tout le talent de Leigh Bardugo : sa propension à créer des personnages forts. Des personnages qui nous touchent et qui nous font rire. Des personnages qu'on aime sans exception.

Eh oui, j'ai également succombé au magnétisme de Nikolai. J'ai succombé à la tendresse de David. J'ai adoré détester Zoya. J'ai pleuré face à l'abnégation de Mal. J'ai douté. J'ai gloussé, j'ai soupiré, j'ai frissonné. Chapeau pour ça.

Question action, ça pêche un peu à force de se lancer dans de longues fuites en avant, des errances dans les bois, les plaines, les montagnes. Par contre, ça crée un vrai esprit de groupe. On s'attache ainsi beaucoup à l'univers et aux protagonistes.

Les tourments romantiques flottent au-dessus des têtes mais ne polluent pas non plus l'atmosphère générale. Les choix vont et viennent. Les goûts s'affirment. Les sacrifices se profilent. Argh. De toute façon, il m'est bien difficile d'accorder ma préférence. Parce que j'aime VRAIMENT tout le monde. Mais j'ai versé ma larme. 

Au fond, mon cœur a été broyé à deux reprises au cours du troisième tome. Deux moments clés qui m'ont fait hurler. Concernant le dénouement, je suis à moitié conquise, mais pas déçue, car j'aurais opté pour la première option. Mais je chipote. Puisque j'ai été comblée : cette lecture est vibrante, riche en émotions et captivante. Son monde n'a pas fini de m'éblouir ! 

Série Netflix en approche. Et lecture de Six of Crows pour parfaire l'aventure.

éditions France Loisirs, 2020 -  illustration : Didier Graffet

Traduit par Anath Riveline pour les éditions Milan

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19/04/21

Grisha, tome 1 : Shadow and Bone ; de Leigh Bardugo

Grisha 1Maudit depuis des millénaires, le royaume de Ravka est plongé dans les ténèbres et encerclé par une épaisse nappe de brume maléfique. L'élite magique des Grishas est dépassée par la situation, jusqu'au jour où le régiment d'Alina Starkov, une jeune cartographe, subit une violente attaque des volcras, ces créatures qui hantent le Shadow Fold.

Voyant son ami Malyen Oretsev en mauvaise posture, la jeune fille sent une force invisible se libérer de son corps. Démasquée comme étant une invocatrice de lumière, un cas unique, Alina est expédiée aussitôt dans les beaux palais d'Os Alta pour suivre une formation et devenir le bien le plus précieux du Darkling, le conseiller du roi.

Encore sous le choc, Alina est également étourdie par la précipitation des événements. Elle, l'orpheline rejetée et miséreuse, est propulsée sur le devant de la scène, choyée, courtisée et convoitée. Ses premiers pas sont vacillants, son apprentissage est difficile et douloureux, Alina doute et n'est pas convaincue d'avoir sa place chez les Grishas.

Seul le Darkling lui voue une confiance aveugle et lui consacre une attention exclusive... qui n'est pas sans faire tourner la tête de la jeune fille.

Et j'avoue que c'est hyper prenant ! On se glisse avec une facilité déconcertante dans la peau d'Alina Starkov, ce qui permet de s'acclimater à l'ambiance, au décor, aux personnages, aux enjeux avec la même incrédulité, la même innocence et la même fascination.

Sans trop vouloir en dévoiler, j'ai nourri quasiment les mêmes sentiments que ceux de l'héroïne dans son appréhension et son besoin d'appartenance. C'est finement joué et on gobe tout sans sourciller. Pourtant, les indices sont glissés subrepticement pour tenir la garde en éveil... mais la tentation est trop belle.

Pour une entrée en matière, la lecture est excellente. Parfaite pour sustenter une envie de plonger dans de la fantasy épique et entraînante. J'ai adoré.

Nouvelle couverture, 2021 pour Milan. Traduction de Nenad Savic.

 Adaptation en série / Avril 2021 sur Netflix. 🖤

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14/04/21

Destiny #1, de Cecelia Ahern

Destiny 1Série dystopique en deux tomes. Le premier fait une entrée fracassante : c'était une lecture géniale !

La vie de Célestine North a toujours été parfaite : une famille aimante, un petit copain exemplaire, des amis fidèles et un avenir sans nuage. Et pourtant, son monde s'effondre le jour où elle autorise un vieil homme malade à s'asseoir dans un bus. Car cet homme est en réalité un Imparfait qui ne dispose pas du droit de s'asseoir dans un lieu public. Aux yeux de la Guilde, Célestine est coupable d'avoir prêté assistance à un indésirable. Elle est à son tour arrêtée sans autre forme de procès. Qu'importe si le père de son petit copain est le chef de la Guilde, l'homme se doit d'appliquer des règles strictes. Et son cas servira d'exemple.

Waouh ! Vraiment, quelle chouette lecture. L'histoire peut paraître à première vue banale mais elle ne cesse de gagner en intensité et en horreur. Et c'est fichtrement captivant. Au départ, j'étais simplement curieuse de lire Cecelia Ahern dans un nouveau registre. Mais plus j'avançais dans le roman, plus je retenais mon souffle en trouvant ça incroyable. Tout le mérite revient à Célestine, l'extraordinaire Célestine. Elle parvient à susciter de l'émotion sans avoir rien demandé : elle n'a pas un soupçon de désobéissance en elle, elle est juste abasourdie et choquée par le déchaînement de violence et de haine dont elle est victime. Au nom de quoi ? de qui ? de simples faux pas d'ordre moral ou éthique ? Gosh. Et Célestine n'en veut même pas de cette gloire, elle refuse d'être un symbole. C'est limite si elle ne souhaite pas rétablir la vérité pour retrouver sa petite vie tranquille. Par contre, un gros potentiel se cache dans le casting. On le voit très, très peu. Mais quel charisme ! Youhou.

Enfin voilà. J'ai beaucoup aimé ce roman. Et si l'ensemble n'est pas 100% renversant (ou innovant), ça reste tout de même redoutable en matière de lecture en apnée. Célestine est tellement vraie, avec ses forces et ses faiblesses. On s'identifie facilement. Elle vit une histoire terrible, riche en rebondissements. On sent aussi la colère gronder, partout ça bout et ça menace d'exploser. Ça promet pour la suite !

Hachette romans, 2017 - Traduit par Christophe Rosson

Titre VO : Flawed

 ⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09/04/21

L'amour est dans le chai, de Tamara Balliana

L'amour est dans le chaiJ'ai trouvé mon bonheur dans cette lecture. C'était simple et sans détour. Je suis même tombée amoureuse de Léonie et Enzo ! Ils se livrent une bataille de mots alors que leur attirance est électrique, du moins ils vont mettre du temps pour s'en rendre compte et c'est ça qui est bon.

En vrai, leur histoire dure depuis toujours. Enzo et Léonie sont voisins et amis d'enfance. Enfin, ils ont grandi ensemble mais n'ont eu de cesse de se chamailler. Puis la vie a conduit l'un et l'autre vers des contrées lointaines. Léonie s'est installée à Paris pour devenir comédienne tandis que Enzo a poursuivi sa formation de maître de chai en partant dans le Bordelais.

Aujourd'hui ils se retrouvent pour l'été car Léonie doit seconder sa sœur (enceinte) au Domaine des Manons où travaille désormais Enzo. La jeune femme ne cache pas sa déconvenue en apprenant cette nouvelle et réserve à son tortionnaire des retrouvailles explosives ! Ah ah. On a beau dire, on a beau faire, ils se tournent autour et se défendent de ressentir autre chose que de l'agacement. Ils sont d'ailleurs les derniers à avoir saisi le truc !

Plus d'une fois, ils vont donc se pousser à bout et traiter l'autre comme une verrue indésirable. Paradoxalement cette tension entre eux est émoustillante car on sent qu'ils sont faits l'un pour l'autre mais ils ne se pressent pas pour poser les armes. Léonie est la plus méfiante, peu habituée à côtoyer un Enzo charmeur et équivoque. La belle va d'ailleurs chanceler plus d'une fois. Mouahaha. C'est drôle, c'est adorable, c'est excitant. Rien de sexy. La romance est douce et romantique en diable. Et j'ai adoré.

Autres atouts de choc et de charme : on retourne au village de Cadenel (véritable cocon coquet et douillet). On retrouve nos copines RomyOriane et Solène (le club des célibataires malgré elles). On savoure l'ambiance et le soleil tout en savourant un verre de rosé. Que demander de plus ?

Montlake Romance, 2019

La couverture est bof, bof. Seule fausse note pour moi.

⭐⭐⭐⭐.5

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


27/03/21

Stairway to Heaven, de Delinda Dane

Stairway to heaven

Eh bien, quel enchantement ! Je ne m'attendais pas à prendre autant de plaisir avec cette lecture et ça l'a fait du début à la fin : gloussements en cascade etc. C'était excellent.

D'un côté on a une Heaven pétillante. De l'autre, un Tristan tatoué. Genre Adam Levine. Miam. Leur première rencontre donne le ton : lui est grincheux, elle légère et souriante. Ça n'aura de cesse de tricoter aussi finement et joyeusement.

Quel bien fou de plonger dans leur histoire, tout en tendresse, humour et séduction. La relation de couple prend son temps. On a le cœur qui chavire à maintes reprises. C'est magique.

Vraiment, ce roman a été une très bonne découverte qui m'a rappelé Soyons fous de Lisa Plumley (autre histoire réjouissante).

Et ça tombe bien car j'ai urgemment besoin de doudouthérapie // Nous sommes le 27 Mars - ça fait un an. 😢

Hugo Roman / Coll. New Romance / 2020

⭐⭐⭐⭐.5

Il y a quelques années, Tristan était un autre homme. Désabusé , indifférent au succès immense qu'il rencontrait en tant que tatoueur et curieux de toutes les addictions : drogues, alcool, femmes.

Et puis tout bascule : Briar Rose, bébé d'un mois et fruit d'une nuit avec une inconnue, est déposée un matin sur le pas de sa porte, abandonnée par sa mère. 

Depuis, Tristan ne vit et ne respire que pour sa fille de quatre ans. Et s'il y a un sujet qu'il traite avec beaucoup de sérieux, c'est le choix de la personne qui prendra soin de son trésor lorsqu'il travaille au salon de tatouage. 

Quand il reçoit Heaven Harper pour un entretien, il sait d'office qu'elle ne sera pas retenue pour le poste de baby-sitter. Elle est désordonnée, maladroite et beaucoup trop attirante. Très loin, donc, de l'image qu'il se faisait de sa future Mary Poppins !

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08/03/21

Si tu m'oublies, de Tonie Behar

Si tu m'oublies

Violette mène une vie de mère célibataire tristement routinière, entre son boulot et son verre de vin pour tromper l'ennui devant une série tv. Mais au cours du mois d'août, alors que ses enfants sont partis en vacances chez leur père, elle reçoit la visite surprise d'un fantôme de son passé.

Joachim C. (son premier grand amour) toque à sa porte et lui confie des colis encombrants avant de disparaître dans un vent de panique. Violette a juste le temps de retenir son souffle et de cligner des paupières. Serait-ce un mirage ? 

Dès lors, elle n'a plus qu'une obsession : retrouver Joachim. Mais il semblerait qu'un mystère flotte autour de lui. Aucune adresse à son nom. Aucune trace sur les réseaux sociaux. Aucun moyen pour le contacter. C'est décidé, elle mène son enquête car elle doit en finir avec ses souvenirs.

Parce qu'il faut savoir que Joachim & Violette, c'est une histoire d'amour fou et impossible.
Et quelle histoire palpitante ! Votre petit cœur tout mou va battre à tout rompre en découvrant les ressorts de cette aventure.

J'ai adoré le rythme de l'intrigue, entraînant et étourdissant, nous faisant cavaler des rues de Paris aux plages catalognes, entre aujourd'hui et puis hier (le temps qui passe et qui retrace les débuts d'une idylle incroyable).

C'est vif, c'est poignant et ça tient en haleine aussi. On tourne les pages à toute vitesse pour connaître la suite ; quel délice. On retrouve également l'ambiance pleine de peps d'un précédent roman, Grands boulevards, et on fait des petits clins d'œil à quelques personnages. Que j'aime cette complicité...

Je regrette juste d'avoir tardé pour plonger dans cette lecture car j'ai tellement aimé !! ♥
J'ai souri jusqu'aux oreilles, j'étais attachée aux personnages, j'ai tout oublié pour me transporter dans une autre vie. Je ne voulais plus refermer le livre. 
Et ça tombe bien, puisqu'il me semble que son roman La Chanson du rayon de lune revient sur la sœur de Violette. Chic.

Charleston, 2019

⭐⭐⭐⭐⭐ 5 étoiles de bonheur ! ⭐⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02/03/21

Un nom sur la liste, de Monica Hesse

Total respect pour ce roman qui évoque l'horreur de l'Holocauste et le drame des survivants avec une justesse de ton qui ne faiblit jamais. Nul pathos au programme. Mais des émotions brutes, vibrantes et tellement humaines.

Un nom sur la listeRescapée de Birkenau, Zofia parvient à se rendre en Pologne pour retrouver son frère Abek. Trois ans plus tôt, toute la famille a été déportée puis séparée. Tous ont malheureusement péri. Zofia est simplement convaincue que son frère va la rejoindre. N'en pouvant plus d'agir, elle poursuit son chemin pour gagner un camp de personnes déplacées. Elle n'a de cesse de questionner, d'aller au contact des commissions désordonnées, de bousculer les administrations, d'écrire des lettres. Cette attente la ronge et pourtant elle s'accroche à cet espoir pour ne pas sombrer.

Le parcours de Zofia est passionnant car il montre un monde en ruines et traumatisé par la folie haineuse. Au milieu de ce champ dévasté, on découvre une communauté en quête de renouveau - entraide, amitié, amour. Tous ont la volonté de vivre le moment présent comme une revanche sur le destin. La scène du mariage illustre à quel point cette espérance est grande : la musique, les rires, les toilettes apprêtées. C'est vraiment incroyable. L'auteure n'a d'ailleurs rien inventé, juste lu de nombreux témoignages pour alimenter son roman.

Et quel roman ! J'ai adoré du début à la fin. J'ai été fascinée par la détermination de Zofia qui, au fil des chapitres, va également se révéler une héroïne délicate car faillible et imparfaite. Ses souvenirs sont flous, ses choix incertains et ses actions discutables. Malgré tout, elle trace sa route et ne dévie pas de son objectif. L'histoire est captivante et bouleversante. J'ai juste foncé tête baissée en me demandant où était Abek et comment Zofia allait surmonter son héritage. Croyez-moi, c'était pfiou !!

Excellente lecture, après Une fille au manteau bleu de la même Monica Hesse.

Nathan, 2021 - Traduit par Anne Krief

❤️⭐⭐⭐⭐.5

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19/02/21

Bearmouth, de Liz Hyder

BEARMOUTHAventurez-vous « à l'aveugle » dans cette mine aux couloirs labyrinthiques où vivent des hommes qui n'ont plus vu la surface de la terre depuis une éternité. Condamnés à trimer comme des brutes contre un salaire de misère, ils ont souvent été vendus ou expédiés contre leur gré dans cet enfer.

L'entraide entre les gars est cependant réelle - ça se serre les coudes, ça protège les plus jeunes, ça partage son savoir et ça apprend à lire et écrire. C'est d'ailleurs le petit Crapouille qui nous raconte son histoire : sa routine la semaine, son jour du Seigneur, ses leçons avec Thomas, son amitié avec Tobie.

Et puis un jour, un nouveau débarque - Desmond et ses yeux noirs qui expriment une colère froide. Crapouille pense au démon en entendant son prénom. Le garçon n'est pas comme les autres car il parle de révolution. Le début des embrouilles. Désormais les questions se bousculent face aux inégalités de plus en plus invivables.

Et là, ça fait BOUM dans votre tête. Vous, lecteur sourcilleux et attentif à comprendre le charabia du gamin - bravo à la traductrice pour son travail remarquable. Il faut décoder et polir cette langue râpeuse et maladroite. Ensuite il faut s'échapper de cette sensation d'étouffement qui se dégage du roman. Il y a une telle intensité derrière les chapitres qui s'enchaînent. L'action est lente mais la pression enfle dangereusement.

Je vous le dis : cette lecture m'a franchement bluffée. J'étais agrippée aux pages de mon bouquin que j'ai dévoré d'une traite. C'était incroyable. Tellement âpre et angoissant avec cette intuition qu'on nous roule mais qu'on ne sait pas où ça mène. Remarquable, vraiment.

La Martinière J. (2021) - Traduit par Rosalind Elland-Goldsmith

Une dystopie d'un réalisme à couper le souffle, inspirée par le quotidien des mines du nord de l'Angleterre au XIXe siècle. Une prose singulière qui met en avant l'écriture et le langage comme outils d'émancipation.

 ⭐⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14/02/21

Et ne t'avise pas de m'embrasser ! par Mhairi McFarlane

Et ne t'avise pas de m'embrasserQuelle histoire ! Laurie se fait larguer après dix-huit ans de vie de couple sous prétexte que son copain ne s'estime plus heureux en ménage. Cependant, la jeune femme apprend deux-trois mois plus tard qu'il a déjà trouvé sa remplaçante (et qu'il n'est pas à une goujaterie supplémentaire). Oh non. Du coup, ça bout à gros bouillons car le chagrin a laissé place à la colère.

Comment Laurie va-t-elle se relever d'un tel affront ? En acceptant un pacte avec le Diable - aka Jamie Carter - cet avocat fraîchement débarqué au cabinet ne fait pas l'unanimité dans les couloirs car il est trop sexy et arrogant. Ses dents raient le parquet et sa suffisance dérange. Toutefois, le type a vite compris qu'il devait changer son image pour sa carrière. Il propose alors à Laurie de faire semblant de sortir ensemble, en s'exhibant principalement sur les réseaux sociaux. Ainsi, elle pourrait rendre son ex jaloux et lui parviendrait à obtenir sa promotion. Ce soir-là, Laurie est pompette et désabusée. Elle n'a plus rien à perdre et accepte avec grand plaisir. Mouahaha.

Certes, le plaisir sera grand aussi pour la lectrice qui tombe rapidement sous le charme de Jamie, d'autant plus qu'il révèle une autre personnalité sous sa carapace de tombeur. De son côté, Laurie est également une femme admirable. Elle est belle, drôle et intelligente. Elle a trente-six ans mais s'imagine trop vieille et inexpérimentée sur le marché de séduction. OMG.

Le roman va donc raconter son chemin vers la reconstruction, en remontant depuis l'enfance et ses liens avec ses parents, sa relation avec Dan et sa rupture douloureuse. Finalement, il offre aussi un contenu plus inattendu et touchant, puisque l'histoire s'intéresse davantage à son rôle de femme dans une société (brutale) tout en soulignant l'amitié naissante entre les personnages, la complicité grandissante et la confusion des sentiments.

C'était super bien dosé & adorable ! J'ai beaucoup, BEAUCOUP aimé ma lecture. De toute manière, les romans de Mhairi McFarlane sont pour moi une valeur sûre. On y trouve à la fois la touche légère de la comédie romantique, mais aussi des points sensibles qui imprègnent l'histoire d'une sincérité attachante. Et moi, je suis FAN. ♥

HarperCollins / coll. &H / 2020 - Traduit par Gaëlle Brazon

⭐⭐⭐⭐.5 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,