18/05/15

Double Sens, de Lauren Barnholdt

double sens

La fin brutale de son idylle avec Jordan a brisé toutes les illusions de Courtney (le garçon a rencontré une autre fille sur internet). Malgré tout, elle refuse d'annuler leur voyage pour leur entrée à l'université et veut se prouver qu'elle est capable de rouler à ses côtés sans ressentir la moindre émotion. Tandis qu'elle ne cesse de ruminer sa colère et sa frustration, Jordan se la joue nonchalant ... et secret. Mais grâce à la narration alternée, on découvre un garçon ressassant lui aussi la cause de leur rupture, sans qu'on sache pourquoi. Quelle amertume. L'ambiance est donc faussée, entre quiproquos et maladresses. Notre couple désabusé est au creux de la vague et on aimerait bien que ça recolle entre eux, surtout qu'on revit par flash-back les débuts de leur relation amoureuse et c'est franchement du gâchis !

L'histoire est au final simple et sans surprise, mais conduit à une résolution assez décevante (tout ça pour ça) dans un embrouillamini de révélations tardives et pataudes. Le style aussi est sans fioriture, sans humour particulier et du genre balbutiant ou à répéter les mêmes détails insignifiants (le bouquin lu et relu dans le but d'éviter toute discussion). Ceci dit, la lecture est sans prétention, lisse et passe-partout, elle permet aussi d'alimenter les fantasmes du road-trip américain.

Castelmore ♦ mars 2015 ♦ Traduit par Marianne Durand (Two-Way Street)

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11/09/12

C'était marrant, au début, de se balader dans le temps et surtout on n'avait rien de mieux à faire au présent...

Un parfum d'autrefois, des illustrations aux petits oignons, un goût d'enfance et d'adolescence, un air de ne pas y toucher, des confidences, des rires et des clins d'oeil partagés, c'est ce que nous réserve cette lecture gracieuse et délicate, une belle lecture, en fait.

IMG_7808

IMG_7809

IMG_7810

IMG_7811

IMG_7813

Par la magie d'un roman (Les aventures de Nelly Olson), Edie, Frankie, Paula et Lili vont devenir amies et comparer leur mode de vie. Toutes les quatre ont dix ans, ne vivent pas dans les mêmes quartiers, mais surtout pas à la même époque. L'histoire se passe de 1890 à 1960, l'occasion de faire un petit tour d'horizon sur les différentes moeurs d'un autre temps (danser le twist, manger des gâteaux, passer du temps avec maman, ou pas, échapper aux leçons, guetter les soirées des adultes...). Au fil des saisons, le voile se désépaissit et d'autres vérités apparaissent : en fait nos héroïnes forment les quatre générations d'une même lignée familiale où, de mère en fille, le livre magique s'est transmis.

Cette lecture évoque la transmission, mais surtout l'évolution de la femme dans la société... A sa façon, délicate et sensible, Nine Antico nous fait partager des pans de vie en toute intimité. On ne se contente pas d'admirer les belles façades des demeures, on peut soulever les fenêtres à rabat pour apercevoir les filles dans leur salle de bains ou dans leur chambre, dans le couloir près de la rambarde de l'escalier ou dans la cuisine au coin du feu. C'est une sensation extrêmement douce et conviviale, parce qu'on a encore plus le sentiment de partager les confidences des quatre filles. En cela, c'est une jolie réussite ! Et puis le trait de Nine Antico est l'élégance même. Comment ne pas être admirative ?

Quatre Filles : Journaux croisés 1890 - 1960, par Nine Antico
Albin Michel jeunesse, 2012

De toute façon, ça devenait trop compliqué ; on ne faisait plus que se disputer. C'était marrant, au début, de se balader dans le temps et surtout on n'avait rien de mieux à faire au présent... Mais on s'est lassées, chacun est occupée de son côté.

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

21/06/12

“My name's Val, not Buffy. Do I look like a blond cheerleader with questionable taste in men?”

IMG_7626

Val Shapiro se transforme toutes les nuits en Tueuse de vampires. Cela permet d'alimenter en énergie sa moitié de succube qu'elle tente de refouler en elle, sauf que sa vie est frustrante. Sa famille vient de la mettre à la rue, ne supportant plus les risques inconsidérés qu'elle faisait courir à ses proches (sa demi-soeur Jen, par exemple).

Heureusement elle est recrutée par le chef de la Section des Crimes Obscurs et fait équipe avec un certain Dan Sullivan, qu'elle trouve de plus en plus à son goût. Mais comme elle a honte, ou peur, de sa part démoniaque (elle a donné le prénom de Lola à son succube), elle préfère se tenir à distance des autres et se sent donc très seule !

Chargée d'une enquête épineuse, Val va pouvoir se changer les idées, réaliser que la ville de San Antonio regorge de créatures maléfiques et combattre le Mal pendant qu'il est encore temps. De plus, elle est assistée d'un chien-démon, baptisé Croc, qui fait preuve d'un humour mordant. Dans l'intervalle, Val fera la rencontre opportune de son *cousin* Micah et compte énormément sur lui pour apprivoiser la bête qui dort en elle.

Voilà grosso-modo pour ce premier tome d'une série qui s'annonce, ma foi, pas trop mauvaise, mais pas transcendante non plus. Je pense que toutes les bases sont posées, pour permettre à l'auteur de mieux s'éparpiller par la suite afin d'enrichir son univers. Déjà son héroïne est attachante, pas chipoteuse, c'est une fonceuse, une vraie, qui réfléchit beaucoup et qui sait se poser les bonnes questions (elle n'a que 18 ans aussi). Elle a également besoin de tendresse, et d'amour, sans que ça tourne à l'obsession non plus. 

J'ai apprécié ce mélange de force brute et de délicatesse, de prise de conscience et d'action dure et violente (ça reste de l'urban fantasy). Je n'ai peut-être pas envie de lire la suite immédiatement, mais j'y reviendrai sans doute car quelque chose m'a intriguée dans cette série.

Demon inside, tome 1 : Mords-moi par Parker Blue
Baam! éditions J'ai Lu, 2011 - traduction d'Emilie Etcheverry

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04/06/12

Beau temps en juin, abondance de grain.

IMG_7562

Lu sur un conseil de libraire, le roman de Susie Morgenstern m'a très sincèrement surprise !

C'est l'histoire d'une jeune femme, Alizée Tramontane, âge de 30 ans, institutrice et célibataire. Elle est passionnée par son métier et par la météorologie. Mais une collègue, jalouse d'elle et de sa beauté, parvient à monter toute l'école contre elle, cherchant à la contrarier dans ses moindres projets jugés exubérants. Par l'intermédiaire de sa tante, elle rencontre aussi un homme séduisant, riche, entreprenant, Axel D. Bertrand. C'est un homme de force, un homme conquérant, et Alizée se sent comme une petite fourmi à côté.

C'est un petit roman chic, et qui invite à rêver. L'histoire de cette jolie institutrice fait lever les yeux au ciel, de tendresse. C'est comme regarder les nuages filer et se représenter des formes imaginaires. C'est doux et apaisant, vraiment une belle invitation à flâner. Et puis c'est romantique, l'histoire entre Alizée et Axel est tourbillonnante, improbable mais elle régale les papilles. Ce roman séduira, et séduit, les jeunes filles et les mamans qui mettent du sent-bon à la rose derrière l'oreille.

Mademoiselle Météo, par Susie Morgenstern
Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2011 - illustration de couverture : Gabriel Gay 

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14/05/12

“Teenagers, as everyone knows, tend to believe they are immortal.”

IMG_7390

Elizabeth s'est noyée en tombant du paquebot où avait lieu sa soirée d'anniversaire avec ses amis. C'est son fantôme qui va tenter de comprendre ce qu'il s'est passé car Elizabeth n'a aucun souvenir des dernières heures de sa vie. Elle est accompagnée d'Alex, un garçon décédé un an plus tôt, lui aussi erre sans savoir pourquoi. Ensemble, ils vont remonter le fil des souvenirs de la jeune fille, suivre ses proches, découvrir des petites choses déplaisantes, comme souvent dans de pareilles situations où se nichent des vérités cachées, des jeux troubles et dangereux...

Elizabeth était une fille brillante, mais peste. Elle était entourée d'une bande de lycéens riches et populaires, elle n'accordait jamais un seul regard aux médiocres, dont faisait partie Alex. S'ils sont tous les deux réunis dans la mort, ce n'est pas un hasard et c'est ce que l'histoire va nous faire découvrir au fil des chapitres. Le climat est donc suspicieux et tendu, même si le fond n'est pas d'une grande originalité non plus, on retrouve une jeunesse dorée en façade, mais craquelée de l'intérieur, qui risque de voler en éclats sous le poids des tromperies et des remords.

Ce roman s'inscrit dans la lignée de ses semblables : l'atmosphère est poignante et pleine de mystères, les indices sont distribués au compte-goutte, les doutes vont et viennent, le dénouement manque un peu de surprises sauf si on a moins l'expérience de telles lectures. J'ai presque aimé, parce que j'ai tout de même trouvé que l'histoire se traînait, l'héroïne n'est pas sympathique en dépit de sa prise de conscience tardive, les figurants font sérieusement flipper et l'histoire se veut touchante mais peine à émouvoir. En somme, c'est une histoire de fantôme qui tombe un peu à l'eau et qui a du mal à tirer son épingle du jeu, alors que l'idée générale est tentante.

Reste avec moi, par Jessica Warman
Fleuve Noir, coll. Territoires, 2012 - traduction de Michelle Charrier  

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25/04/12

“You make me feel things, Beth. That's why you have to stay. Hell's whole lot brighter with you in it.”

IMG_7301

Cette suite de Halo est intéressante sur un certain plan, l'auteur nous fait découvrir un autre univers, celui de Hadès, le royaume des enfers, avec de nouveaux personnages confrontés à leurs horreurs, et les assumant pleinement. C'est véritablement la face sombre de la trilogie, après la démonstration des talents des anges, de la nécessité de leur présence et de leur mission sur Terre...
Bethany a donc été enlevée par Jack Thorne, conduite à Hadès pour y être consacrée princesse du Troisième Cercle. Elle se voit dans l'incapacité d'en sortir ou de contacter ses proches. Cette situation la mine, mais elle tient tête à son tortionnaire, lequel fait étrangement preuve de délicatesse et de patience avec elle. C'est aussi l'élément qui rend ce tome plus excitant, Jack nous apparaît toujours aussi diabolique et dangereux, mais il n'en est pas moins mystérieux. Il semble sincèrement attiré par Bethany, sensible à ne pas la décevoir pour gagner ses faveurs. Il n'ignore pas l'amour qu'elle porte à Xavier, simple mortel, sauf que cet amour est interdit et qu'il a encore toutes ses chances de son côté. 
Dans cette optique, on pense que des personnages comme Ivy ou Gabriel vont être relégués au second plan, mais pas tant que ça. Après un léger flottement, ils vont organiser la contre-attaque pour sauver Bethany, et c'est par un procédé ingénieux que l'auteur nous permet de suivre l'histoire en parallèle. C'est ainsi que nous retrouvons un Xavier plus acharné que jamais pour arracher sa douce des mains de l'Enfer... 
Globalement l'histoire n'est pas déplaisante, mais j'avais trouvé qu'elle était plus mignonne et romantique dans le premier tome. Cette fois, j'ai été gênée par l'influence religieuse et l'affrontement entre le Bien et le Mal qui est très marqué, à mon goût. L'épilogue aussi a des risques de vous soutirer quelques larmes d'amertume, alors qu'une certaine déclaration fait véhiculer un message à prendre avec des pincettes (pour moi, ce sont des valeurs niaises, attention car cette lecture s'adresse essentiellement à des jeunes lectrices de 12 ans, il ne faudrait pas qu'elles prennent ça pour du pain bénit, mais ceci n'est que mon humble avis !). L'histoire se termine en chute libre, de quoi espérer un troisième tome final qui exigera encore plus de sacrifices chez notre jeune couple. 

L'amour interdit, tome 2 : Hadès par Alexandra Adornetto
Pocket jeunesse, 2012 - traduit de l'anglais (Australie) par Leslie Boitelle