03/07/19

Au cœur de l'été (Meurtres à Sandhamn #5), de Viveca Sten

Au cœur de l'étéDes adolescents profitent du weekend de la Saint-Jean pour s'éclater en buvant et consommant de la drogue dans le dos des parents. Seulement, au petit matin, une fille a disparu et un garçon est retrouvé mort sur la plage. La bande de potes est convoquée par la police pour dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Un jeu dangereux avec des acteurs pas très dignes de confiance.

En fait, cette enquête se lit avec grand plaisir car elle bouscule les habitudes des derniers épisodes (devenus trop tièdes). Thomas ou Nora ne sont plus forcément les têtes d'affiche même s'ils demeurent présents et continuent de vivre leur vie sous nos yeux de bête curieuse. Nora est plus particulièrement assez discrète - moins de jérémiades et d'étonnantes surprises dans son paysage amoureux. Toutefois, on se doute que cela ne va pas durer car une nouvelle tourmente est en approche... et ça craint !

Pour le côté familier et intimiste, je trouve cette série vraiment extra. Hyper confortable et absolument idyllique avec Sandhamn en paradis perdu. Ensuite l'histoire est prenante car vécue par plusieurs personnages - des policiers, des adolescents, des parents. On sent le ras-le-bol général à l'égard des fêtards et de leurs excès en tous genres. Viveca Sten raconte d'ailleurs une anecdote personnelle à la fin du livre et explique pourquoi ce sujet lui tient à cœur. Bref. On boucle notre lecture avec l'envie d'y retourner - la sensation d'être en vacances ou de voyager est très forte. Cela faisait plusieurs tomes que j'avais perdu cette étincelle, du coup je pense craquer pour Retour sur l'île très bientôt ! Me voilà réconciliée.

©2017 Albin Michel. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne (P)2018 Audible Studios

 


28/03/19

Jamais deux sans trois (Agatha Raisin enquête 16) de M. C. Beaton

Jamais deux sans trois AudiblePour sauver son agence qui bat de l'aile, Agatha accepte de s'immiscer dans l'intimité du couple Smedley : un mari veut espionner sa femme trop parfaite. Tout de suite, Agatha Raisin prend en grippe l'individu mais se ressaisit en agissant en digne professionnelle qui se respecte et traque ladite épouse avec son nouveau photographe. Mrs Smedley mène cependant une vie tout à fait ordinaire - une vraie sainte à qui l'on donnerait le bon dieu sans confession. Trop beau pour être honnête ? Mrs Raisin fait appel à son bon sens. À côté de ça, Agatha enquête sur la disparition d'une adolescente après une virée en discothèque. Ses copines sont des bêcheuses, totalement ignorantes et d'aucun secours, sauf qu'en fouillant bien cette histoire va dépasser leurs espérances. Et notre tandem va s'en mordre les doigts.

Comme souvent lorsque notre héroïne soupire d'ennui, un meurtre sonne à sa porte ! Ding Dong. Salut Agatha, c'est l'heure du crime. Arme-toi de ton flegme légendaire car les rebondissements vont te donner le tournis. Si l'histoire n'est sans doute pas transcendante - les adolescentes sont horribles - trop de clichés et de lourdeur ci et là, le final pourrait bien vous en boucher un coin. Je dis ça... Mais c'est juste pas possible de nous lâcher un sourire aussi innocent après tant de haine ! Bref. On retient vite la date du 29 mai pour la suite des réjouissances. En attendant, une nouvelle série de MC Beaton arrive fin avril introduisant le policier écossais Hamish Mcbeth - dont Albin Michel propose un extrait ICI.

Toujours sympa à écouter en livre audio. François Carrière donne du bonheur à nos oreilles. Son incarnation d'Agatha Raisin nous imprègne : elles sont toutes deux indissociables.

 

©2019 Albin Michel. Traduit par Béatrice Taupeau (P)2019 Audible Studios

 

08/11/18

Les Amours d'un fantôme en temps de guerre, de Nicolas de Crécy

Les Amours d'un fantôme en temps de guerreUn jeune fantôme nous raconte son enfance, après la disparition brutale de ses parents, partis en vacances en Écosse, lui dit-on. Son éducation est confiée à la jeune Lilli, à peine plus âgée que lui, qui vit dans une ferme où son rôle consiste à hanter les habitants sans susciter de gros frissons non plus.
La vie est alors douce et légère. Notre ami s'attache rapidement au chien de la maisonnée, Boulette, une boule de poils espiègle et adorable. Et tombe amoureux de Lilli, même si celle-ci se moque un peu quand il lui ouvre son cœur. Certes, nos deux compères s'ennuient mais ne réalisent pas encore qu'ils vivent ensemble leurs derniers instants de tranquillité.
Car la guerre gronde : des Fantômes Acides sèment la terreur. Ce sont des spectres malfaisants, idéologues et criminels. Notre jeune candide va alors découvrir trop tôt, trop vite des vérités pas jolies et qui vont le faire basculer dans une réalité sans concession : combats acharnés, résistance, espionnage, trahison, vengeance... La lutte est longue, la vigilance toujours en éveil.
Cette lecture offre ainsi une parabole intéressante sur le devoir de mémoire à travers son histoire de fantômes. Oui, des fantômes... qui ne sont pas de simples spectres errant sur une lande déserte, mais bel et bien des personnages intuitifs mis en scène pour évoquer la condition humaine avec une certaine distance. 
Un parti pris peu anodin pour l'auteur qui souhaitait un roman lisible par tous (adultes et adolescents). Et c'est vrai que c'est assez tentant et curieux de découvrir les pensées d'un jeune fantôme, de pénétrer dans son monde à la fois lyrique et inquiétant. On plonge ensuite dans une histoire sombre et poignante, au cœur de splendides illustrations, mais dans une ambiance particulièrement mélancolique. 
Cela fait froid dans le dos. C'est sépulcral et cryptique, ça reste néanmoins un texte intelligent et nécessaire dans notre monde actuel (où les délires dictatoriaux fleurissent à outrance en séduisant dangereusement les foules). En vrai, la lecture est remarquable, même si elle demande du temps, de la patience, de la sagesse... mais c'est à lire, absolument.

Pour les jeunes lecteurs comme pour les adultes (à partir de 13 ans)

Albin Michel (2018) - lauréat de la seconde édition du Prix Vendredi

Deux mentions spéciales ont été attribuées à Nastasia Rugani pour Milly Vodović (Editions MeMo), et Vincent Mondiot pour Nightwork (Editions Actes Sud Junior).

ACTUELLEMENT : Exposition à la Galerie Barbier Mathon du 8 novembre au 5 janvier 
Pour l'occasion, la galerie édite le tirage limité du roman écrit et illustré par Nicolas de Crécy : Les amours d’un fantôme en temps de guerre (Albin Michel, 2018) en grand format avec couverture originale, pages de croquis et un ex-libris inédit en digigraphie numéroté et signé. 

 

Posté par clarabel76 à 14:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07/11/18

Les oubliés du dimanche, de Valérie Perrin

Les oubliés du dimanche

Justine est aide-soignante dans une maison de retraite, elle a 21 ans et se sent proche de ses petits vieux. Elle écoute leurs histoires, s'émeut de leur solitude, tente d'oublier son désarroi en sortant au dancing où elle croise souvent le même type.
Elle ne se souvient jamais de son nom, mais lui confie son quotidien. Et lui l'écoute patiemment, lui pose des questions, la raccompagne après le boulot, lui téléphone, l'attend.
En vrai, Justine a d'autres chats à fouetter car elle a commencé à fouiller le passé d'une patiente, la belle Hélène, qui a longtemps souffert de n'avoir pas su lire, qui se souvient aussi de sa rencontre avec Lucien, de la guerre, du café qu'ils tenaient, de Simon qui vivait dans la cave...
Cette histoire va se télescoper avec les racines de Justine, qui vit chez ses grands-parents, avec son cousin Jules, car tous deux ont perdu leurs parents dans le même accident de voiture. En fait, ce drame couvre d'autres non-dits, d'autres secrets de famille, lesquels viendront éclore au fil des chapitres. On s'en doute, on les attend avec hâte. Et notre espérance sera grandement récompensée.
Au moment de tourner la dernière page, on ressent un bien-être immense et la certitude d'avoir lu un roman bouleversant et très juste, qui ne verse jamais dans le pathos ou la sensiblerie inutile. Et ça, j'apprécie beaucoup. On se rend compte que l'auteur cherche simplement à broder des liens, à tisser une histoire, à raconter l'amour et la famille. Car aimer, c'est n'avoir jamais à dire qu'on est désolé.
Et pourtant, il y a du chagrin, de la mélancolie, du sacrifice.. mais c'est tout plein de douceur et de tendresse. On ne s'attache pas forcément à la narratrice, mais on l'accompagne bien volontiers dans son pèlerinage. On se faufile dans les coulisses des Hortensias, on mène l'enquête sur le Corbeau, puis on oublie, on plonge dans le passé, on pleure les morts, on se dit que demain est un autre jour, après tout.
N'en jetez plus, j'ai beaucoup, beaucoup aimé. C'est une lecture attachante, profonde et sans artifice. Pour un premier roman, Valérie Perrin touche en plein cœur !

©2015 Albin Michel (P)2018 Audible Studios

Son deuxième roman, Changer l'eau des fleurs, est également disponible en exclusivité sur Audible (format audio).

 

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24/09/18

Je sais où tu es, de Claire Kendal

Ambiance stressante à la lecture de cette histoire de harcèlement et de traque obsessionnelle.

Je sais où tu es

Alors qu'elle sort d'une rupture amoureuse, Clarissa rencontre Rafe et passe la nuit avec lui. Seulement, le lendemain matin, ses souvenirs sont flous. Elle préfère éconduire ce prétendant un peu trop pressant... mais Rafe ne l'entend pas de cette oreille. Il va la suivre dans la rue, l'inonder de cadeaux, fouiller ses poubelles. Très vite, Clarissa prend peur et ne sait plus quoi faire. Quand elle est convoquée en tant que jurée dans un procès pour viol, elle pense déjà qu'en s'éloignant, ses ardeurs vont se calmer. Loin de là. Rafe est encore plus redoutable et continue d'envahir son espace vital (sa maison, ses proches). Confrontée également à une audience pesante, Clarissa confond peu à peu sa situation à celle de la victime...

Gloubi-boulga émotionnel droit devant ! Tout d'abord, l'intrigue est construite de façon confuse. On patauge entre les parties racontées à la 1ère personne, celles adressées à la 2ème et les faits rapportées à la 3ème. En gros, on perd vite ses repères. On s'imprègne aussi du calvaire subi par Clarissa (sans oublier Carlotta). C'est palpable. On a envie de hurler après ce désaxé, de jeter le bouquin contre un mur, de fermer les yeux, de changer d'air. Bref. On se sent hyper mal. J'ai aussi beaucoup trop absorbé la souffrance des personnages car je suis sortie de cette lecture lessivée. Mais il y a tout de même un vrai malaise derrière tout ça, un truc qui cloche (impossible à expliquer) et qui fait penser qu'on va au-delà du moche et du dur. C'est très perturbant. Affreux et terrifiant.

Albin Michel (2016) - traduit par Nathalie Cunnington

Je sais où tu es - Cover image

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


12/09/18

Les Secrets de l'île (Meurtres à Sandhamn 4), de Viveca Sten

Les Secrets de l'îleUn étudiant en psychologie est retrouvé pendu dans sa chambre. Désespérée, sa mère implore l'inspecteur Thomas Andreasson de ne pas abandonner l'enquête. Ses collègues et lui ont déjà matière à réflexion avec la mort d'anciens chasseurs-côtiers, qui auraient tous fréquenté la base militaire de Korsö, dans les années 70. L'intrigue va suivre son cours, avec son suspense et ses rebondissements, un processus routinier, car disons que d'autres éléments m'interpellent assez rapidement... 

D'abord, Sandhamn, la bouffée d'oxygène des citadins, les weekends de détente et la mer pour seul horizon. Ensuite, les personnages : Thomas, à nouveau en couple avec son ex, et Nora Linde, en plein divorce houleux. Le duo harmonieux de la série TV n'est qu'un mythe : dans les romans, Nora est passive et déprimante, submergée par ses émotions. Thomas, toujours à cran avec son épouse à fleur de peau. Tous deux entretiennent une simple relation amicale, sans ambiguïté, et Nora a rangé sa tenue de Miss Marple au placard. 

C'est sans doute moins excitant, pourtant ça rend leurs histoires poignantes et concrètes. On ne se prive pas non plus pour avoir de belles images en tête, au moins ça console du ton geignard de Raphaël Mathon - qui ne varie jamais ses intonations de voix, masculines ou féminines, c'est du même tonneau. Franchement sinistre. Mais la série a du charme à revendre, ce qui fait qu'on y retourne sans cesse.

©2016 Albin Michel. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne (P)2018 Audible Studios

 

05/09/18

Les Nuits de la Saint-Jean (Meurtres à Sandhamn 3), de Viveca Sten

Les Nuits de la Saint-JeanDans ce troisième épisode, on plonge dans une ambiance où l'on retient son souffle sous le coup de l'émotion : une adolescente a disparu en pleine nuit et, malgré tous leurs efforts, les policiers n'ont jamais retrouvé sa trace et n'ont pas l'ombre d'une piste. Quelques mois plus tard, des restes humains vont finalement être déterrés dans la forêt et plomber le moral des troupes. 

Nora Linde, de retour sur l'île de Sandhamn, tente de faire le point sur son couple (oubliez la jeune femme opiniâtre de la série TV, la Nora des romans est à fleur de peau...). On se prend en pleine face sa détresse et on compatit, même si on a envie de la secouer en hurlant contre Henrik. De son côté, Thomas Andreasson a revu son ex-femme pour évoquer leur passé et, enfin, évacuer leurs vieux démons. 

L'enquête criminelle est donc conduite en marge de ces considérations domestiques, familiales ou sentimentales mais n'est jamais totalement oubliée. Cette fois, Viveca Sten s'inspire des romans de sa compatriote (Camilla Lackberg) et glisse en flashback des chapitres du passé racontant l'enfance d'un garçon opprimé par un père violent. On se doute que cette information va entrer en collision avec le présent, en attendant on savoure les retrouvailles (les personnages nous sont familiers mais gagnent en épaisseur). Le cadre de Sandhamn grouille de charme et d'exotisme.

En bref, ce n'est pas le meilleur épisode de la série - la lecture est moins captivante et davantage touchante. En tout cas, rien de rédhibitoire pour poursuivre sa découverte ! Juste la narration faite par Raphaël Mathon d'une tristesse proche de la déprime...

©2010 / 2015 Viveca Sten / Éditions Albin Michel. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne (P)2018 Audible Studios

13/08/18

Du sang sur la Baltique (Meurtres à Sandhamn 2), de Viveca Sten

Du sang sur la BaltiqueLe cadre paradisiaque de Sandhamn est de nouveau éclaboussé par un crime : le vice-président du yacht-club est assassiné en pleine régate, sous les yeux des spectateurs. Thomas Andreasson conduit l'enquête avec sa collègue Margit Grankist mais les policiers ont beaucoup de peine pour rassembler les morceaux épars du puzzle. La victime était un avocat de renom, marié, père de famille, bien sous tous rapports... à quelques exceptions près, on s'en doute. Sur l'île, on retrouve aussi la famille de Nora Linde (son mari Henrik et leurs deux garçons). Déjà au bord de la crise de nerfs (cf. La reine de la Baltique) le couple est définitivement dans l'impasse à cause d'une villa héritée qui remue de vieux souvenirs - d'où l'importance de lire la série dans l'ordre car on trouve la solution des énigmes précédentes.

Ce que j'apprécie chez Viveca Sten, outre l'ambiance nordique, c'est de s'inviter chez les personnages, dans leur intimité, avec surtout un tout autre modèle qui la distingue de Camilla Lackberg. Thomas et Nora sont en effet de simples amis d'enfance. Lui mène ses enquêtes, elle se démène avec ses problèmes conjugaux et demeure en périphérie de l'intrigue criminelle. A contrario d'une Erica Falck fouineuse et mêle-tout, Nora Linde n'intervient quasiment jamais dans le travail de la police. Entre nous, quel soulagement. Sans quoi, cette série m'enchante de plus en plus, surtout si l'on recherche une lecture de détente avec un zeste de suspense jusqu'à la dernière minute.

Par contre, la performance de Raphaël Mathon demeure en demi-teinte : le ton est morne, pas très engageant. Je comprends les auditeurs déçus. Pour le premier livre, j'avais émis le regret de ne pas avoir de voix féminine ; maintenant je réclame plus de dynamisme ! J'ai déjà téléchargé les deux titres suivants, j'espère ne pas le regretter... En attendant, j'ai fait un détour par le « Département V » avec l'inspecteur Carl Mørck.

©2014 Albin Michel. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne (P)2018 Audible Studios

 

17/04/18

Les délices de Tokyo, de Durian Sukegawa

Les délices de TokyoCoincé dans une échoppe située rue des cerisiers, Sentarô passe ses journées à préparer des dorayaki, ces pâtisseries japonaises à base de pâte de haricots rouges, qu'il vend pour la plupart à des collégiennes gloussantes et geignardes.

L'homme est las de son existence, mais doit éponger une dette et n'a donc pas trop le choix de son devenir. Un jour, il croise dans sa boutique une petite vieille aux mains déformées, qui se propose pour une embauche. D'abord réticent, Sentarô finit par céder à son chantage et lui confie les rênes de sa cuisine.

L'énigmatique Tokue est prodigieuse - sa recette des dorayaki est sans égale. Savoureuse, sucrée, onctueuse. Aussitôt, la clientèle afflue et Sentarô retrouve une certaine confiance... même si sa nouvelle employée lui inspire quelques inquiétudes car sa présence n'est pas du goût de la propriétaire, qui a eu vent de son passé et de ses lourds secrets.

Moi qui espérais une lecture printanière (fraîche et légère) j'ai eu la grande surprise de découvrir une histoire poignante et monotone. Au-delà du charme japonisant, c'est un récit empreint de pudeur et de poésie qui se déploie au cours des 5 heures d'écoute. C'est sans doute beau et émouvant, mais je n'ai pas été réceptive à la petite mélodie. Au contraire, j'ai trouvé ça lent, long, plat et assez fade. En gros, je suis complètement passée à côté. Quelle frustration...

©2016 Albin Michel. Traduit par Myriam Dartois-Ako

(P)2018 Audible Studios. Texte lu par Christine Braconnier (durée : 5h env.)

Excellente écoute avec une narratrice minutieuse et à la voix harmonieuse, qui saisit le poids des émotions sans charger la donne et qui fait preuve d'une grande subtilité dans le déroulement de l'histoire à lire. Une belle expérience. On retrouve également Christine Braconnier dans la série Anne Capestan de Sophie Hénaff.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26/09/17

Agatha Raisin enquête #5 : Pour le meilleur et pour le pire, de M. C. Beaton

Pour le meilleur et pour le pire Agatha Raisin enquête 5

La vie d'Agatha Christie est de nouveau en pleine tourmente : son mari disparu, Jimmy, refait surface à Carsely et vient briser les aspirations romantiques de notre héroïne. Agatha explose de colère. Aussi, en découvrant le corps assassiné de Jimmy, tous les soupçons se tournent vers sa veuve en pétard. Ou si ce n'est elle, pourquoi pas James Lacey, son preux chevalier servant ? Notre couple impossible est sous les feux de la rampe et reprend donc du service, à savoir enquêter pour leur compte, et laver leur honneur en prouvant leur innocence. Toutefois, l'entente entre nos deux voisins n'est plus au beau fixe. Agatha, ayant perdu son cottage, doit s'installer chez James... pour une cohabitation houleuse et conflictuelle. Le crime, lui, n'attend pas. Nos détectives amateurs se lancent donc sur les traces du passé de Jimmy, mais essaiment dans leur sillage une flopée de victimes et le courroux de la police. Bill Wong, pour la première fois, est tiraillée entre son amitié pour Agatha et sa loyauté envers sa dernière conquête. Farouchement allergique à Agatha Raisin, celle-ci ne la supporte plus et met tout en œuvre pour la bousculer de son piédestal.

Il y a de l'action dans cet épisode, particulièrement cocasse et mouvementé, mais l'esprit de dérision est sauf. Agatha est dans le creux de la vague, James n'a pas non plus un beau rôle, on loue la patience d'ange de Mrs Bloxby, on peste contre Roy Silver et on affiche notre penchant pour Bill. De plus, l'enquête est bien troussée et nous tient en haleine jusqu'à la dernière ligne droite. De toute façon, c'est une lecture délicieusement farfelue et distrayante. Les tomes se suivent, se ressemblent sans doute, mais ne cessent de m'enchanter. Retrouver Agatha Raisin, c'est pour moi l'assurance de bonnes heures de lecture, en compagnie d'une héroïne enquiquinante et indélicate au possible. 

Françoise Carrière, la lectrice pour Audible Studios, assure le job et devient - à mes oreilles - l'incarnation ultime d'Agatha Raisin ! ☺

-----------

 

>> Livre audio proposé en exclusivité par Audible et uniquement disponible en téléchargement.

©2017 Albin Michel. Traduit de l'anglais par Françoise du Sorbier (P)2017 Audible Studios

Texte lu par Françoise Carrière - Durée : 5 h 47