04/04/18

Pêle-Mêle : La dispute de Tito et Pépita - La nuit de l'étoile filante - Mon toi - L'heure des carottes - Crottes de libellule

la dispute de tito et pepita

Tito et Pépita sont voisins mais ne s'aiment pas du tout. Une rivière sépare leur habitation, et heureusement car ce ne sont que regards haineux et insultes cinglantes qui volent d'une berge à l'autre !

Les hostilités redoublent après l'envoi d'un vilain poème... Horrible Pépita, ton sourire est une grimace, tu ressembles à une limace, avec ton corps tout gluant qui se tortille en marchant. Trop, c'est trop. La guerre est déclarée. Pépita, en retour, le traite de gros cafard. À ceci, Tito trouve qu'elle pue du bec. Pépita est infecte, Tito est dégoûtant. Les noms d'oiseaux pleuvent - les poèmes deviennent des boulets de canon. 

Un matin, pourtant, Tito ne reçoit plus de courrier. Les jours passent et Pépita ne donne aucune nouvelle. En fait, celle-ci est malade, couchée dans son lit. Tito compatit et prend soin d'elle nuit après nuit. Au final, il la trouve très jolie dans son sommeil. Et inversement, lui aussi est très mignon quand il dort. La hache de guerre est enterrée. Nos deux voisins deviennent des amis inséparables et s'envoient désormais des petits mots doux.

De la haine à l'amour, il n'y a souvent qu'un pas que nos deux hamsters vont franchir sans sourciller ! Mais avant cette grande révélation, leur duel épistolaire est hilarant. Les jeunes lecteurs se bidonnent et suivent la bagarre, riche en grossièretés fleuries. Très drôle & illustrations charmantes.

La dispute de Tito et Pépita, d'Amalia Low

albin michel jeunesse, 2018

 

===============================

 

La nuit de l'étoile filante

Cobalt et Vermillon sont également voisins : l'un vit dans une maison bleue, l'autre dans une maison rouge. Une simple barrière les sépare. Cette fois, aucune animosité entre eux... mais une grande timidité !

Car Cobalt et Vermillon s'observent discrètement et n'osent pas s'aborder. Et finalement, par une nuit d'étoile filante, bim ! le déclic... Les deux voisins vont enfin briser la glace et devenir des amis pour la vie !

Une histoire classique et pleine de tendresse, avec des illustrations adorables ! On aime beaucoup.

La nuit de l'étoile filante, de Amy Hest & Jenni Desmond

mango jeunesse, 2018

 

===============================

 

mon toi

Au-delà de cette magnifique couverture, s'ouvre une histoire de toute beauté et qui fait rêver...

Une histoire d'amitié amoureuse qui se construit comme une maison, distraite et imparfaite, fragile et difficile à raccommoder, mais libre et entière, toujours en voyage, glissant sur les alizés, avec des cacatoès et des colibris pour les guider, où on lâche des bulles et mange des caresses, sans verrou et sans clôture, et en touche finale : « nos rêves au gré du vent esquissent une toiture d'étoiles et de diamants ».

Beaucoup de poésie et de douceur dans cette lecture riche en émotion. Adorable.

Mon toi, de Stéphane Girel

HongFei (2018)

 

===============================

 

L'heure des carottes

Les illustrations joyeuses et colorées d'Estelle Billon-Spagnol nous racontent une histoire franchement cocasse.

Carlos est un lapin paresseux. Le matin, il préfère traîner dans son lit, bien au chaud sous le couette. Malheureusement pour lui, il a oublié ses carottes au jardin. Il tente de héler quelques copains pour les récupérer à sa place, et puis... et puis..

La suite est très drôle ! Bonus pour la chute qui est à mourir de rire. J'adore l'espièglerie d'Estelle Billon-Spagnol. 

L'heure des carottes, d'Estelle Billon-Spagnol

Frimousse, 2017

 

===============================

 

crottes de libelluleEt on en parle des crottes de libellule ?!!!

Très, très drôle. Un album qui parle de caca et où les animaux s'échangent leurs derrières... comment dire... on ne peut que sourire et glousser de bonheur !

Les illustrations aussi sont savoureuses. Les plus jeunes y trouveront peut-être des indices pour apprendre la propreté. Après tout, faire caca est un acte banal qui concerne tout le monde. Hihi ! ☺

Crottes de libellule, de Sandrine Beau & Nicolas Gouny

Les P'tits Bérets, 2016

===============================

 


05/03/18

Élisabeth Princesse à Versailles 1. Le Secret de l'automate - 2. Le Cadeau de la reine, d'Annie Jay

Elisabeth princesse à VersaillesCette charmante série, découverte depuis 2015, connaît un joli succès en librairie, avec ses 10 titres en rayon et ses emballages délicieusement poudrés. Audiolib s'empare à son tour du phénomène en éditant les deux premiers tomes réunis sous le même format, à écouter en moins de 3 heures, grâce à l'interprétation élégante et enjouée de Charline Paul.

Dans le courant des années 1770, l'éducation des princesses, Élisabeth et Clotilde, est confiée à Madame de Mackau, une sous-gouvernante chargée de canaliser le tempérament capricieux et indiscipliné de la cadette. Vexée de passer pour une idiote, Élisabeth accepte de rentrer dans le rang mais refuse de se séparer de sa nouvelle camarade, Angélique. En plus d'avoir tissé une amitié sincère, toutes deux se passionnent pour les énigmes. Elles viennent en effet de trouver un billet caché dans un automate, avec un message codé qu'elles doivent déchiffrer pour poursuivre leur enquête. De Versailles à Choisy, les copines parcourent les jardins, les salons et autres recoins secrets du château, sans jamais sacrifier leurs leçons et autres devoirs d'usage liés au rang de la princesse et sa demoiselle de compagnie. Au fil de leurs aventures, elles vont s'attacher l'aide non moins précieuse du jeune page, Théophile de Villebois, et du fringant apprenti valet, Colin.

En somme, cette lecture déborde de grâce et de fraîcheur. Annie Jay excelle dans le registre des séries historiques, avec une écriture intelligente et soucieuse du détail, elle nous fait voyager dans le temps et entrouve avec discrétion des portes habituellement fermées. On croise ainsi la famille royale dans son quotidien, on découvre les us et coutumes de la Cour de Versailles, avec son étiquette corsetée mais enjolivée exprès pour un auditoire (dès 8 ans) fasciné par le faste et le tralala. Ici, les princesses sont exubérantes et bousculent les traditions, toujours partantes pour vivre des intrigues pleines de mystère et d'audace. C'est adorable et pimpant ! J'ai vraiment passé 3 heures d'écoute agréable, avec juste une pointe de naïveté qui compose savamment le récit. C'est à déguster sans réserve !

©2015 Albin Michel Jeunesse (P)2018 Audiolib

Texte lu par Charline Paul. Durée: 2h 50 env.

La série est illustrée par Ariane Delrieu.

 

11/12/17

13 reasons why ►, de Jay Asher - lu par Florine Orphelin & Gauthier Battoue

« J'espère que vous êtes prêts, parce que je vais vous raconter l'histoire de ma vie. Ou plus exactement, la raison pour laquelle elle s'est arrêtée. Et si vous êtes en train d'écouter ces cassettes, c'est que vous êtes l'une de ces raisons. » 

Thirteen reasons why

Hannah Baker a mis fin à ses jours, mais avant de commettre son suicide, elle a tenu à raconter son histoire en s'enregistrant sur des cassettes qu'elle adresse aux différents maillons d'une même chaîne - ils sont donc treize - treize désignés coupables, lesquels par un mot de trop, un geste déplacé, une parole malheureuse, un jugement, un mensonge ou un colportage, ont entraîné le drame que l'on sait. Clay Jensen figure sur cette liste, sauf qu'il ne comprend pas pourquoi. Élève discret, sans histoire, il était fou amoureux de Hannah mais se sentait trop timide pour lui avouer. Peur du regard des autres ou de la déception ? Aujourd'hui, le garçon n'est plus qu'un paquet de larmes et de regrets. C'est donc armé de son walk-man, le casque vissé aux oreilles, qu'il chemine dans la ville, tout en sombrant dans l'amertume, à l'écoute de la confession de la jeune fille. Confession émouvante, injuste et révoltante... mais qui soulève aussi des questions. Et c'est toute la force du roman qui réussit à nous fasciner en nous entraînant dans les dédales de son histoire - cela se lit comme un roman à suspense. La construction est judicieuse, l'intrigue est alimentée sans cesse pour lancer de nouvelles pistes ou créer du mystère. Et pourtant, le malaise aussi nous ronge et prend de l'ampleur à mesure qu'on découvre la spirale infernale, le point de non-retour, la détresse incurable. On se vautre dans la saveur amère du gâchis, et on ressent un profond malaise. La boucle est bouclée. Hannah Baker a gagné son pari de nous hanter.

J'avais déjà lu le roman à sa sortie, en 2010, pour découvrir aujourd'hui qu'il a inspiré une série netflix. Très bonne appréciation, et blablabla. En optant cette fois pour le format audio, je ne pouvais qu'être au plus près de Clay Jensen, en train d'écouter une voix d'outre-tombe, vaincue et dégoûtée par l'emballement frénétique de l'ostracisme adolescent. C'est franchement moche, très dérangeant. Même l'initiative de Hannah Baker me pose un problème de conscience, ce qui est sans doute voulu par l'auteur. Au final, on ressort de cette expérience audio en ressentant un vrai soulagement. On salue la performance des deux lecteurs - Florine Orphelin et Gauthier Battoue - également les voix françaises dans la série. Et on réfléchit à la vie, si précieuse et si fragile... 

©2007 "Thirteen Reasons Why", première publication. Traduction française : Éditions Albin Michel (P)2017 Audiolib, texte lu par Florine Orphelin & Gauthier Battoue (durée : 6h 25)

13/11/17

Magnetic Island, de Fabrice Colin

MAGNETIC ISLANDSe sentant broyé par une histoire familiale trop lourde pour lui, Cyan noie son désespoir dans l'alcool et est sujet à des crises d'angoisse qui l'ont déjà conduit à l'hôpital. Il faut dire que ça ne manque pas de secrets ni de mystères autour de lui - quatre ans plus tôt, sa sœur jumelle a disparu lors d'une sortie scolaire sur Magnetic Island, pas loin du lieu de tournage du film de leur père. Artus Fisher, célèbre réalisateur, est englué dans cette super production et n'a guère de temps à consacrer à son fils. Son épouse, France, a quitté le foyer pour son avocat et harcèle son ex pour signer les papiers du divorce. L'ambiance à la maison tourne donc en eau de boudin. Rien ne va plus, chacun est replié sur soi, ça gronde à chaque coin de page, et voilà qu'arrive une autre disparition - Divine, l'aînée de la fratrie, n'a plus donné signe de vie depuis cinq jours. La folie obsessionnelle de Cyan reprend de plus belle, son père le pousse à se rendre chez une addictologue, sa mère menace d'alerter la police et le fantôme de Holly refait surface. Ouhlàlà, quelle sombre histoire ! Mais le roman n'en demeure pas moins captivant. J'ai plongé tout de go dans les arcanes de cette intrigue aux nombreux revers familiaux, où les silences pèsent dans la balance et viennent noyer le poisson. On a, de plus, une perception biaisée des enjeux puisque tout est rapporté d'après Cyan, définitivement paumé et carrément désaxé. Le môme est en pleine déroute, il se cherche et cherche aussi la part de vérité parmi les mensonges qui gravitent autour de lui. Certaines révélations auront tout lieu de le désarçonner, par leur violence et leurs conséquences, même si la guérison exige de passer par là. L'atmosphère générale baigne dans le flou, ce qui est parfois déroutant et, malgré tout, enivrant. Car la petite musique du roman est ensorcelante et fait tourner les pages avec avidité pour connaître le dénouement. C'est cependant moins léger que dans Le pays qui te ressemble où l'auteur s'éclatait à dresser le portrait d'une autre famille dysfonctionnelle. Ici, c'est un roman qui vous happe dans sa bulle, où l'on pressent que tout n'est pas rose ni innocent.
Ce titre figurait parmi les 10 sélectionnés pour le Prix Vendredi, premier prix national de littérature ado, qui a finalement récompensé L'Aube sera grandiose d'Anne-Laure Bondoux.

Albin Michel coll. Litt' - 2017

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02/05/17

Percy Jackson #1 : Le Voleur de foudre, de Rick Riordan & lu par Benjamin Bollen

Percy JacksonPercy Jackson passe pour un adolescent difficile et turbulent, ses résultats scolaires sont passables, il est souvent obligé de changer d'établissement à cause de son comportement. Plus récemment, lors d'une sortie au musée des Beaux-Arts à New York, au département des antiquités grecques et romaines, Percy échappe de peu à la mort quand son professeur de maths se métamorphose en monstre sous ses yeux. Son meilleur ami Grover refuse de gober son histoire, mais montre une grande fébrilité depuis cet incident. Renvoyé de son école, Percy part en weekend avec sa mère pour se changer les idées... et tombe dans une embuscade avec un semblant de Minotaure à ses trousses ! Le garçon comprend en catastrophe qu'il est lui aussi la progéniture d'un dieu et doit rejoindre en urgence un camp pour sangs-mêlés (enfants mi-humains, mi-divins). Percy n'est pas au bout de ses découvertes, quand il prend connaissance de « sa quête », laquelle consiste à retrouver l'éclair qui a été dérobé à Zeus pour éviter une guerre fratricide. 

Cette série n'a certes plus rien à prouver, mais j'étais curieuse de la relire en format audio. Benjamin Bollen, qui double aussi la voix de Jamie Bell dans Tintin ou celle du personnage de Todd dans Kick-Ass, fait le job en incarnant un adolescent propulsé dans une aventure époustouflante, où les créatures mythologiques donnent la réplique à des adolescents qui ne se laissent pas moucher. Le plaisir d'écoute est indéniable, car c'est raconté avec la même dose d'humour et une énergie bourdonnante. L'histoire trouve ainsi un nouvel élan et permet à la série de se renouveler en touchant un public qui voit dans le livre audio une alternative tout aussi engageante au plaisir de lire (voire, complémentaire) ! La suite en juin chez Audiolib.  

©2005 / 2006 / 2008 / 2013 Rick Riordan / Éditions Albin Michel - Traduit par Mona de Pracontal (P)2017 Audiolib

Texte lu par Benjamin Bollen (durée : 10h 48)

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23/01/17

Sherlock, Lupin & moi : Le Mystère de la dame en noir, par Irene Adler

Sherlock lupin et moiEn vacances avec sa mère à Saint-Malo, la jeune Irene Adler fait la connaissance de deux garçons de son âge, Sherlock Holmes et Arsène Lupin, durant cet été 1870. Tous trois deviennent inséparables et se promènent sur les remparts de la ville ou prennent le large à bord de leur petite barque pour échapper à la vigilance trop étroite de M. Nelson, le majordome des Adler. C'est donc par hasard qu'ils découvrent sur la plage le corps d'un homme échoué, puis qu'ils aperçoivent non loin une silhouette encapuchonnée qui prend la fuite en se sachant observée. Les trois camarades créent aussitôt leur club de détectives amateurs pour résoudre ce mystère, voyant que la police locale s'emmêle les pinceaux pour conduire son enquête. Mais à force de fourrer leur nez dans les affaires malouines, les habitants grondent contre ces jeunes intrus qui perturbent leur tranquillité. 
L'histoire ne manque pas de rebondissements et nous guide dans les dédales de la charmante station balnéaire en dégageant un parfum d'exaltation et de légèreté. L'intrigue combine suspense, action, danger et émotion avec habileté et sans esbroufe inutile. On se délecte aussi de l'ambiance cosy des vacances en bord de mer et du merveilleux cadre du 19ème siècle, avec s
es grandes et belles villas cossues, ses rituels de l'après-midi autour d'une partie de bridge ou d'une tasse de thé. À côté de ça, la jeune Irene, plus intrépide que jamais, s'échappe du carcan maternel pour vivre de palpitantes aventures en compagnie de ses deux amis. Et c'est justement la rencontre surréaliste de ces trois figures littéraires, flanquées d'une douzaine d'années, qui rend ce petit roman si attachant et curieux ! On y trouve déjà un Sherlock arrogant et vif, un Lupin malicieux et enjôleur et notre jolie Irene qui raconte leur étonnante rencontre et la naissance de leur amitié... avant tout le reste. 
Il s'agit en fait de Pierdomenico Baccalario (auteur de Ulysse Moore & La Boutique Vif-Argent) et Alessandro Gatti les réels instigateurs de cette nouvelle série. Le ton, le style, les illustrations de Iacopo Bruno sont d'ailleurs reconnaissables entre mille. L'idée également est attrayante. C'est toujours cocasse de plonger dans une histoire mettant en scène des personnages de fiction qui reprennent vie sous une autre plume et dont on imagine une enfance, des copains, des premiers émois etc. On prend ainsi plaisir à noter les détails et les références car les auteurs n'ont pas fait le job à moitié et ont puisé dans une matière consistante sans dénaturer l'objet de leurs études. Sherlock, Lupin et Irene sont jeunes et insouciants, ils ont pour passion commune les énigmes à découdre, ils grandissent auprès de leur famille dont on perçoit les failles ou les richesses à venir (les leçons de gym avec le scandaleux Théophraste, la voix divine d'Irene, les rapports délicats entre Mycroft et son frère). Pour l'heure, ce premier tome pose les bases et laisse planer le doute en titillant le lecteur pour le forcer à revenir s'il souhaite connaître d'autres vérités et expliquer comment ces trois-là ont vécu le destin que l'on sait. 
Séduite par tant de promesses, j'accepte avec joie cette invitation ! 

Traduit de l'italien par Béatrice Didiot pour les éditions Albin Michel Jeunesse - Janvier 2017

10/01/17

Journal d'une ado vraiment déjantée, de Candy Harper

Journal d'une ado dejanteeÀ l'approche du deuxième trimestre, Victoire rayonne de bonheur : son béguin de toujours, Finn, le beau surfeur, la considère enfin comme une petite copine potentielle. Mais la réalité semble dépasser ses illusions d'une idylle parfaite. Car l'adonis se révèle assez creux, banal et rasoir. Au lieu de reconnaître son échec, Victoire s'accroche à ses folles espérances et se préoccupe des amours de ses copines - Meg, Angharad et Lily. Car la vie de ces jeunes anglaises dépend entièrement de leurs élans du cœur ! Seulement, quand on fréquente une école pour filles, les opportunités pour trouver l'âme sœur ne sont pas courantes. En début d'année, les filles avaient tiré profit de la chorale pour rencontrer Ethan et ses potes. Cette fois, à force de se creuser la cervelle, elles ont décidé de lancer un club de débats.
Il règne ainsi une impression de fourmillement perpétuel dans ce livre. Victoire est le point de concentration de cette effervescence et nous emmène dans sa ronde pour tout ce qui implique ses amies, sa famille et ses copains. Il y a notamment sa relation avec Ethan, pas seulement amicale, mais la demoiselle est obsédée par Finn et refuse de voir les signaux d'alerte. Elle choisit délibérément d'être aveugle et se montre parfois insupportable avec ce garçon adorable. Quelle plaie. Sa famille est toujours aussi folle, sa grand-mère est devenue une accro au portable, son frère lui fait honte constamment et ses parents manquent sérieusement de compassion envers ses drames de collégienne.  
Bref. Il y a de la dérision, de l'humour et du superflu dans cette lecture, riche en crises et autres délires du même bord. C'est léger et distrayant, certes un cran en-dessous du premier volume, cf. Journal d'une ado déjantée. Le ton s'essouffle et manque de mordant, avec une intrigue qui ne casse pas trois pattes à un canard. Je reste toutefois friande des romans de cet acabit et vais de ce pas lire la suite du Grand roman de ma petite vie de l'excellente Susie Morgenstern. 

Albin Michel Jeunesse - Traduction d'Alice Marchand (Septembre 2016)
illustration de couv. : Astrid M

Comparatif des couvertures VO plus déjantées : 

Keep the Faith (Faith, #2)  Leap of Faith

 

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29/09/16

Foxcraft, Tome 1 : Les Possédés, de Inbali Iserles

IMG_7023Attirée par la jolie couverture de Liam Peters, j'ai ouvert le roman en espérant fort, fort, fort y trouver une lecture originale et excitante, à l'égal d'autres histoires où les animaux prennent le pouvoir (cf. le mythique Watership Down, la série Outrebrume de M.I. McAllister ou La forteresse des lapins de L. Zuckerman, à découvrir tous trois absolument). 
Deux jeunes renards, Isla et Pirie, grandissent auprès de leurs parents et leur grand-mère dans la campagne paisible, en marge de la ville. Mais un jour, après avoir été distraite à pourchasser un scarabée, Isla retourne dans sa tanière qu'elle découvre saccagée par une violente attaque. Nulle trace de sa famille. La petite renarde panique, mais tombe museau contre museau avec une bande de renards belliqueux qui veulent lui faire la peau. Isla fuit le plus vite possible, prend tous les risques, quitte à braver la Rivière de la Mort et ses foudroyantes Broyeuses (comprenez, la route et ses voitures).
L'imaginaire du récit réserve de nombreuses surprises et autres trouvailles judicieuses, car l'auteur a véritablement soigné son décor et son univers avant de nous embarquer dans son histoire. Chose plus flagrante, c'est de vivre pleinement cette aventure dans la peau d'un jeune renard, de percevoir le monde qui l'entoure à travers ses sensations, son inexpérience, ses doutes, ses craintes, puis de plonger dans les prémices d'une intrigue aux accents fantastiques fignolés en douceur.
En effet, Isla croise en chemin un certain Siffrin, également un renard qui lui fait rapidement comprendre que le monde des renards est plus troublant qu'en apparence, avec des clans qui se livrent une bataille farouche et qui tendent tous au même but - Pirie, le frère d'Isla, aurait un rôle déterminant dans ce conflit en souffrance. Attendez-vous à de la magie, à des transformations, à des incantations, et aussi à des pactes et des missions secrètes. C'est assez obscur pour un premier tome, dont la mise en place demande du temps et de la patience, d'où l'impression de rythme inégal au cours de la lecture, mais cela reste tout de même une mise en bouche appétissante et qui ne demande qu'à gagner en consistance. 
Inbali Iserles est par ailleurs coutumière des séries à succès, puisqu'elle fait partie des auteurs sous le pseudonyme d'Erin Hunter à avoir captivé des milliers de jeunes lecteurs avec la saga de La Guerre des Clans.  

Traduit par Nathalie Serval pour Albin Michel Jeunesse - Septembre 2016

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14/09/16

Wild Girl, d'Audren

Wild Girl

Milly Burnett a dix-neuf ans lorsqu'elle choisit de partir à la Conquête de l'Ouest pour enseigner dans une petite école à Tolstoy, dans le Montana. Nous sommes en 1867. Elle quitte le Massachusetts et sa famille pour entreprendre un voyage long et éprouvant, mais Milly déborde d'enthousiasme pour cette nouvelle aventure. La jeune femme a soif de liberté et de découverte, elle ne doute pas qu'une existence fabuleuse l'attend au-delà de son horizon familier. 
Et déjà les paysages l'étourdissent, les coutumes locales, les villes plantées au beau milieu de nulle part, avec son lot de bons et de méchants, les pionniers en quête d'impossible, les colts qu'on dégaine sans trop réfléchir, mais aussi les cowboys et les indiens, le confort rudimentaire, le fameux « esprit de l'ouest », des mentalités différentes, même si les commérages et la bienséance continuent de gouverner le monde !
C'est donc avec la même exaltation qu'on partage cette aventure. Milly est jeune, fraîche, ravissante. Elle conquiert les habitants de Tolstoy, enchante les enfants, sa pédagogie fait parler d'elle et les parents accourent avec leur progéniture pour remplir les bancs de l'école. Quel succès. De plus, Milly s'épanouit au fil de ses rencontres, entre Sam le forgeron au sourire ravageur, Josh le jeune bandit au cœur tendre et Elwood le grand rouquin qui multiplie les prévenances... La farandole sentimentale est complète.
Il faut dire aussi que la communauté du Montana est attachante, et Milly y trouve rapidement sa place. Il y a sa voisine Marceline, une femme indépendante et si secrète, le débonnaire Phil, patron du grocery store, sa femme insupportable, Belvadara Johanson, le shérif Tim Clyne et son épouse Meg, et tout un décor authentique, de la poussière, de la boue, des saloons, le club de tricot et le salon de thé. L'évasion est totale. De plus, l'histoire a su me rappeler des séries ou des lectures comme “Dr. Quinn, Medicine Woman”, “La Petite Maison dans la prairie” et aussi “Les Filles de Caleb” d'Arlette Cousture qui confortent ce sentiment d'appartenance et de cocon. 
C'était génial ! J'ai adoré ma lecture, pour son ambiance, ses personnages, ses petites histoires d'amour, son sens du romanesque, sa flamme, son souffle, sa terre promise. L'auteur a enrichi son propos de références culturelles qui renvoient à des chapitres de l'histoire américaine (pas toujours glorieuse, cf. le massacre des “native americans”). C'est une vision du Far West avec ses rêves et sa dure réalité, au milieu de laquelle embellit la personnalité farouche d'une héroïne extraordinaire. J'ignore si l'auteur donnera suite aux aventures de Milly Burnett - car il y a matière à nous transporter toujours plus loin - mais je reste attentive à toute proposition ! ☺♥

Albin Michel / coll. Litt' - Septembre 2015

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29/06/16

Le Pays qui te ressemble, de Fabrice Colin

Le Pays Qui Te Ressemble

Engluée dans le chagrin et le deuil depuis un an, la famille Farrow est au bord du gouffre. On recense ainsi « un frère génial mais triste comme l'hiver, incapable d'exprimer ses sentiments. Un père aimant et 100% paumé. La définition même de la grand-mère indigne. Et maintenant, cette boule de poils blanc acajou qui s'était reconnue en notre désespérance. Nous avions de quoi être fiers. »

Il est plus que temps de larguer les amarres ! Marilyne, la grand-mère fantasque et rock-n-roll, prend les devants en embarquant tout ce petit monde à bord d'un camping-car pour une mission très spéciale, une mission secrète visant à guérir leur cœur brisé. Cette mission consiste à tracer les anciennes petites copines du père pour leur faire passer un test en douce. L'une d'elles est probablement la mère biologique des jumeaux de quinze ans, Lucy et Jude. Peu avant de mourir, leur maman d'adoption leur a fait jurer de retrouver leurs racines, sans éveiller les soupçons de leur père. Ce dernier broie du noir. Depuis un an, il vit dans sa bulle, écoute des heures durant tous les albums des Beatles, souffre en silence, pleure, maugrée et s'apitoie sur son sort. Il accepte néanmoins de se joindre à la troupe pour parcourir les routes de France et de Navarre... Direction Rome, puis Montreux (en Suisse), avant de faire escale à Bruxelles, puis Oxford, et ce n'est pas tout !

Quelle folle épopée ! A priori le voyage ne ressemble à rien. Lucy, son frère Jude, leur père Noel et la grand-mère Marilyne avalent des kilomètres, se posent à peine, s'éparpillent, courent après des objectifs aussi vagues qu'illusoires. De plus, leur parcours est jalonné de rencontres improbables et de situations burlesques, auxquelles on pourrait facilement n'accorder aucun crédit, mais c'est justement parce que cela ressemble à une cavalcade turbulente et invraisemblable qu'on adhère sans moufter. La famille est complètement décalée, drôle, vive, pétillante, derrière les couches de détresse et de larmes, et puis l'aventure gagne aussi en profondeur et en émotion. Le mélange est bien dosé, très réussi, pour une lecture dynamique, sensible et enjouée comme j'aime. Un super road-trip à se réserver pour les vacances !

Albin Michel, coll. Litt' / Septembre 2015

Magnifique couverture de Léa Chassagne qui annonce la couleur du roman !

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,