23/06/17

Parmi les vivants, Tome 1 : Abel, de Valie Le Gall & Alex Cousseau

Parmi les vivants AbelAbel, “ce garçon qui semble arriver de nulle part, et avancer sans savoir où”, surgit en plein été dans la routine languide de Vlad, Esther et Inoke. Les trois amis, en vacances, sont intrigués par son allure peu commune - il porte un long manteau noir, de grosses chaussures en cuir brun. Ses cheveux sont en bataille, son teint pâle. Il erre avec désinvolture, mais semble percer l'âme de notre trio d'un simple regard. En vérité, Abel cherche à récupérer un médaillon perdu chez Esther, ainsi qu'un reliquaire en forme de cœur que deux fripouilles lui ont chapardé tandis qu'il sommeillait sur un banc.

Les trois amis se lancent sans réfléchir dans cette traque, contre la promesse d'une confession aussi fascinante qu'improbable. Celle-ci va mettre à jour un drame romantique datant du XVIe siècle et une quête d'amour impossible au compte à rebours enclenché. Vlad, Inoke et Esther vont également perdre quelques plumes dans cette histoire - Vlad est secrètement amoureux d'Inoke mais n'ose pas avouer ses sentiments, Inoke aime s'isoler dans la ferme de son père et pleurer en silence la mort de sa mère, Esther n'est pas dupe et cherche à être l'élément catalyseur de ce vaste imbroglio.

Le roman invite à l'exploration en évoquant les amours contrariés, entre passé et présent, entre les vivants et les morts. Avec ses accents fantastiques distillés par petites touches discrètes, il installe une ambiance surannée et nous convie, au détour des chapitres, à partager des secrets, enquêter et fouiller, récolter des indices et percer des mystères... Le cadre estival apporte aussi de la fraîcheur, de l'humour et un grand souffle d'évasion pour chasser l'idée d'un univers trop abscons, mais au dénouement inattendu et surprenant. Ce roman possède un charme étrange et pénétrant, grâce à une histoire dont les nouveaux éclairages ne manqueront pas d'être démêlés par la suite, Parmi les vivants 2. Louise. Une lecture complètement décalée avec l'ordinaire.

Rouergue, coll. épik, 2017

 “ Sa bêtise rivalise avec celle d'une carotte qui aurait pour projet de s'installer dans un terrier de lapin. ”

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18/02/16

Louison Mignon contre le Bandit aux feuilles mortes, par Alex Cousseau & Charles Dutertre

IMG_5848

On retrouve notre adorable Louison Mignon, après une première rencontre fort craquante, où la demoiselle cherchait son chiot, alors qu'elle était en vacances chez ses grands-parents à la campagne. Aujourd'hui, elle regarde avec son Papé un film de cowboy et d'indien, un genre qu'il affectionne tant et qui donne des envies de jouer à la fillette.

Mais le temps du farniente est terminé, selon mamie (dit, le Shérif) qui les expédie dans le jardin, pour ramasser les feuilles mortes. L'enfant et le grand-père ne se font pas prier et se lancent très vite dans une aventure directement inspirée de leur film préféré.

Tandis que Louison construit un tipi autour du vieux tracteur, et donne enfin un nom à son chiot (Petit Poney), Papé met son chapeau de cow-boy et dégaine son râteau pour tirer sur le campement indien. La guerre est déclarée. Pan, pan ! Haut les mains ! etc.

On s'y croirait.

Le Shérif a beau rouspéter depuis sa fenêtre, nos illuminés du Far West s'éclatent au jardin et se planquent sous le tipi aux premières gouttes de pluie. Tant pis s'il y a des pommes à éplucher, mieux vaut se faire oublier dans son coin... sous le sourire goguenard du Shérif, ah ah ah ! ;-)

Ce deuxième rendez-vous réunit de nouveau l'humour, la tendresse, la complicité, le goût des bonnes choses et des bonheurs simples. Louison Mignon est une héroïne adorable, à l'imagination débordante, et toujours partante pour s'amuser avec trois fois rien. 

Rien que pour ça, cette série est TOP, racontée par Alex Cousseau (finesse, humour, exaltation) et dessinée par Charles Dutertre (gros traits noirs, charmants et cocasses), bref un duo efficace et qui fait mouche. Pas étonnant qu'ils développent le concept, en publiant deux autres aventures cette année : Louison Mignon et le cochon caché & Louison Mignon fait des confitures avec le shérif (avril 2016). 

Et il me tarde de retrouver ce joli petit monde, fait de douceur et de tendresse, avec ce grain de folie que j'apprécie tant ! 

Rouergue / Septembre 2015

IMG_5849   IMG_5850

IMG_5851   IMG_5852

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/03/15

Louison Mignon cherche son chiot, par Alex Cousseau & Charles Dutertre

IMG_2978

Le duo Alex Cousseau & Charles Dutertre s'offre un retour en grande forme et en force avec cette histoire croquignolette (les illustrations allant, bien évidemment, de pair !).

Louison Mignon est en vacances chez ses grands-parents, à la campagne. Tandis que son Papé chuchote des mots d'amour à ses tomates, Louison attend avec impatience la naissance des petits chiots. La chienne s'est repliée dans un coin tranquille, l'enfant la cherche partout et parle au futur-né, Aubergine ou Banjo, elle hésite encore.

Elle explore les coins et les recoins du jardin et de la forêt, elle fouille les fougères, fonce dans les ronces, rampe, ventre à terre, dans les orties... Rêve d'être un écureuil ou un oiseau, de se planquer en haut d'un arbre ou de voler dans les nuages.

On ne se lasse pas de cette histoire adorable, qui raconte avec beaucoup de tendresse et de douceur, la vie à la campagne dans ce qu'elle a de plus merveilleux à offrir : des plaisirs simples et ordinaires, des trésors cachés, une nature sauvageonne, toujours prompte à lever le voile sur ses secrets... Et les mots choisis pour exprimer tout ça sont aussi d'une grande sensibilité et vous charment instantanément ! 

« Quand les secrets sont bien mûrs, on les cueille et il en vient d'autres. »

« Si je ne rougis pas, on ne me voit pas. Alors je rougis des deux joues. Tu me vois ? » 

Exquis ! 

Rouergue, mars 2015

IMG_2979  IMG_2980

IMG_2981  IMG_2982

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/11/14

Charles apprenti dragon, par Alex Cousseau et Philippe-Henri Turin

IMG_2161

Cet album réunit deux grands succès: Charles à l’école des dragons  et Charles prisonnier du cyclope
mais ce n’est pas tout...

On trouve en cadeau bonus les Mémoires d'un jeune dragon,  soit quelques pages d'humour écrites et dessinées par Charles, sous forme de poèmes et croquis ravissants, destinées accessoirement à ses parents, mais on ne va pas se gêner pour y jeter un œil ! 

Ce n'est plus une surprise, mais cet album n'en demeure pas moins une pure merveille, éclatante de beauté, de chaleur, d'humour et de facétie. De haut en bas, de gauche à droite, il y a de quoi lire, admirer, rêver, s'enthousiasmer.

L'album perd ici un chouia en centimètres mais conserve toute sa noblesse. De nouveau, il en impose en couleurs, en grâce et en enchantement. L'esthétisme est une perfection absolue.

Mais l'histoire n'est pas en reste : Charles est un jeune dragon, né avec de grandes ailes et des pattes immenses, sur un corps minuscule. Il a aussi une âme de poète et a souffert de sa différence à l'école. Aujourd'hui Charles est un dragon comblé ... en quête de nouveaux amis. Sa potesse la mouche a depuis rendu l'âme. Paix à son esprit. Pour bien faire, Charles pense qu'il faut « investir » sur la durée : une coccinelle ?! Avec une durée de vie d'un an ou deux ? Hmm.

En amitié, cependant, tout est permis. Et Antoinette va lui prouver ! 

C'est adorable, charmant, facétieux et source d'ébahissement constant. Je suis fan. J'adore le ton, les couleurs, les mots de Charles. 

Encore une fois, si vous ne connaissiez pas (quelle erreur), n'hésitez pas ! Cela s'apprécie à tous les âges, foncez, vous ne le regretterez pas. 

Seuil jeunesse, septembre 2014 pour la présente édition

IMG_2162

IMG_2163

IMG_2164

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30/01/13

"La poésie, c'est quand un mot en rencontre un autre pour la première fois."

IMG_8510

Antonin doit écrire une poésie pour l'école, mais il ne sait pas ce qu'est la poésie. Il interroge ses parents, les réponses sont vagues, il n'est pas plus avancé. Et puis un soir, sa mère rentre blanche comme un linge, sur la route elle a percuté un chevreuil. Prise de panique, elle a mis l'animal mort dans le coffre de sa voiture ! Et pire que tout, la grand-mère va chercher ses couteaux pour dépecer la bestiole.

Alors oui, c'est particulier et ça flirte avec les limites du gore, mais on ne s'éternise pas sur la scène. Il y a toujours Antonin et sa poésie à rédiger. Toutefois, le garçon est quelque peu perturbé par cette histoire de chevreuil et le soir il commence à faire des cauchemars où le gibier viendrait le hanter en tant que fantôme. Cela commence à faire beaucoup pour cette âme sensible.

Seule issue ? Jeter sur papier toutes ses émotions, ce trop-plein qui déborde et s'apprête à l'étouffer. Ce que je vois, ce que je sens, ce que j'entends, ce dont je rêve... Antonin se lâche, il exprime à sa façon tout ce qu'il a sur le cœur, tout ce que cette sordide aventure lui inspire, avec humour et simplicité.

"Pour attraper les fantômes, il existe un piège en forme de toile d'araignée
C'est comme une poésie ça retient les poussières de vie..."

Ce roman est étrange, poétique et sensible, il parle des rêves, des fantômes et de la réalité, il aborde aussi la question de la poésie, ce qu'elle est et ce qu'elle inspire, comment elle naît et comment l'exprimer. Enfin, tout ça pour dire que ce petit roman étonne et détonne, mais finalement il m'a bien plu par sa façon d'être assez farfelu.

L'attrape-fantôme, par Alex Cousseau
Rouergue jeunesse, coll. dacodac, 2012

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


05/12/12

L'histoire du soir #28 : Lousse, Noche et Bum, par Alex Cousseau & Candice Hayat

IMG_8336

Lousse est une petite fille qui ne se sépare jamais de ses deux amis, Noche l'éléphant et Bum l'escargot. Ils partagent tout, ils dorment ensemble, ils prennent le petit-déjeuner et ils vont à l'école, mais la maîtresse refuse que Noche et Bum rentrent dans la classe. Pendant que la fillette travaille, elle regarde avec envie ses amis jouer dans la cour de récréation.

Les parents de Lousse font mine de ne pas intervenir dans cette amitié fusionnelle, et pourtant l'enfant a deviné que les adultes prenaient Noche et Bum pour des amis imaginaires. Selon eux, ce ne sont que des doudous ! Mais l'imagination de la petite fille est galopante, puisqu'elle invente à ses parents une autre vie, où ils seraient des enfants déguisés en adultes, qui auraient leurs propres peluches avec lesquels ils écouteraient de la musique et danseraient le soir, loin des regards indiscrets.

Encore une histoire craquante, aux accents délicats, soulignés par les illustrations acidulées de Candice Hayat. Cela me rappelle un dessin animé de ma jeunesse, mais j'ai oublié le nom ... (Papivole, je crois !)

Lousse, Noche et Bum, par Alex Cousseau et Candice Hayat (Autrement, 2011)

IMG_8338

IMG_8339

IMG_8342 

IMG_8343

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16/11/11

Pêle-mêle Clarabel #46

IMG_5794

Très chouette et rigolo, cet album raconte l'histoire d'un monsieur qui s'habille en gris, dont le plaisir est de revêtir chaque mercredi son costume du gros canard jaune, et qui voit son monde s'effronder parce qu'il serait la risée de sa banque ! C'est une histoire toute simple et très drôle qui revendique le goût du bonheur et le droit de faire ce qu'il nous plaît. Et puis le jaune, c'est tellement plus gai que le gris ! Avec des illustrations qui me plaisent ENORMEMENT. 

La vraie folle histoire du gros canard jaune, par Nathalie Meynet et Guillaume Plantevin. 
Océan jeunesse, 2011. 

IMG_5791

Une mamie qui vieillit, c'est une mamie qui perd un peu la notion des choses, qui a la mémoire qui flanche, qui se perd en chemin, qui a le regard dans le vide... Pour éviter qu'elle se sente seule, ou qu'elle se mette en danger, mamie vient donc vivre à la maison avec ses petites-filles qui ont un peu de mal à comprendre le fait que mamie est atteinte d'une maladie qui ne se guérit pas avec des médicaments. Mais elles vont lui en trouver, des remèdes ! Avec des dessins, des photos, des contes à lire à voix haute et des bisous, forcément. C'est un petit album mignon et craquant, pétri de tendresse.

Mamie a besoin de bisous, par Ana Bergua et Carme Sala.
Traduit de l'espagnol par Claudine Serre. Océan jeunesse, 2011. 

IMG_5793

Alba est une pie qui babille à longueur de journée. Son voisin, lui, est discret, timide, il a perdu sa bouche, ne sait plus s'exprimer, il dévore des yeux, il fait des gestes mais ce n'est pas assez. Alba veut qu'on lui réponde ! Alors il faut que le garçon retrouve sa bouche, il lui écrit donc une longue lettre... C'est un très beau texte qui évoque la difficulté d'exprimer ce qu'on ressent, parce qu'on manque de confiance en soi ou parce que la langue bégaie de maladresse. Ne pas avoir de bouche, ça simplifie la vie... mais ça ne remplace pas l'envie d'avaler des myrtilles, de sourire, de rire ou de siffler. Parfois, il faut savoir se surpasser pour attraper des sourires dans la tête et les coller sur son visage. L'histoire fait vraiment preuve de subtilité, c'est très beau et poétique, les illustrations sont également superbes ! 

Alba Blabla et moi, par Alex Cousseau et Anne-Lise Boutin.
Rouergue jeunesse, 2011. 

21/09/10

Charles à l'école des dragons

Cet album est MAGNIFIQUE  !

Charles___l__cole_des_dragons

Déjà par son format, il nous en met plein la vue. C'est un grand et bel album que voilà, porté par des couleurs, mazette, j'en ai l'oeil qui frise... Philippe-Henri Turin nous offre une palette de détails, c'est fascinant, son petit monde peuplé de dragons se révèle lui aussi merveilleux et intelligent. L'imagination est en folie, ça court partout, il ne faut pas se priver car chaque page est riche de petites particularités qui sont autant de plaisir pour les yeux, oui, ça donne le tournis !

A la plume, Alex Cousseau nous emporte dans une histoire attachante : Charles, clin d'oeil à Baudelaire, est un jeune dragon qui naît avec des ailes immenses, des gros pieds et un corps chétif, ses parents le trouvent beau mais c'est une maigre consolation. Notre dragon est en effet mélancolique, il passe son temps à écrire de la poésie triste. A l'école, il se détache de ses camarades : il ne sait pas voler, ni cracher du feu. Il est seul dans son coin, on le surnomme le poète et on se moque de lui. Mais ses parents continuent de l'admirer et de clamer leur immense espoir en ses capacités ! Le déclic viendra, par l'intervention d'une minuscule mouche, et l'image n'étant pas galvaudée, Charles va bel et bien déployer ses ailes pour découvrir le monde et sortir le nez de son cahier !

« Le voilà !
C'est un bébé. C'est Charles : petits yeux rieurs, narines frétillantes, fine moustache, écailles fragiles, ventre maigrichon. Le tout à peine plus gros qu'un veau. Et ses pieds. Larges et griffus. Et ses ailes. Majestueuses. »

Pour petits et grands lecteurs.

une histoire d'Alex Cousseau, illustrée par Philippe-Henri Turin
Seuil jeunesse (2010) - 19,80€

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

09/09/10

Pêle-Mêle Clarabel #5

Est-ce qu'il vaut mieux garder une amie malheureuse près de soi, ou est-ce qu'il vaut mieux la savoir heureuse à l'autre bout du monde ?

Coline_de_Alex_Cousseau_et_Chiaki_MiyamotoC'est la question que se pose Youyou la tortue quand, à l'approche de l'automne, son amie l'hirondelle prépare son prochain départ. Youyou n'a pas très envie de voir Coline partir sans elle. Ce n'est pas par pur égoïsme, car l'amitié qui les lie est sincère et très forte. Il faut donc trouver une solution qui conviendra à toutes les deux, mais avant cela, elles vont de maladresse en maladresse, se froissent et se vexent. Les questions vont et viennent, apportant beaucoup de douceur et de vérité au texte. Le lecteur est admiratif, il s'interroge à son tour sur ce qu'est l'amitié, la séparation, sur ce qui est bon pour l'une et pas forcément pour l'autre. C'est un formidable album au message délicat, merci Alex Cousseau pour avoir su distiller tendresse, poésie, tristesse et bonheur dans ce texte magnifique !
Les illustrations, en parfaite osmose, sont de Chiaki Miyamoto.

Coline, d'Alex Cousseau & Chiaki Miyamoto
éditions Sarbacane (2010) - 13,50€

Coline arrache l'une de ses plumes et l'offre à son amie :
- Tiens, dit-elle. Cette plume, c'est un peu de moi. Tu ne t'envoleras pas avec, mais tu peux la garder près de ton coeur jusqu'à ce que je revienne.
Youyou glisse la plume dans sa poche.
- C'est juste une plume, soupire la tortue. Dans ma poche je te voudrais toi toute entière... Ou alors je voudrais remplir ma poche avec plein de choses à toi.

Encore une découverte des éditions Sarbacane, plutôt originale :   

L__trange_projet_de_monsieur_G

L'étrange projet de monsieur G. est un album dont les illustrations ne sont pas sans vous rappeler l'esprit des Shadoks ! Cela lui donne  beaucoup de charme, de quoi taquiner la fibre nostalgique, personnellement j'ai beaucoup aimé. Heureusement l'histoire est également une vraie réussite. C'est l'histoire d'un village en plein désert, d'un monsieur qui plante un bulbe sous les yeux ébahis de ses camarades et d'une superbe création florale qu'il est absolument interdit de toucher. Pourquoi ? Car Monsieur G. a rêvé de cet instant : le concerto pour mille oiseaux et une fleur, au coeur du désert. De quoi vous rendre muets d'admiration.
Je me répète, mais vraiment j'ai été totalement séduite par cet album.

L'étrange projet de monsieur G., de Gustavo Roldan
éditions Sarbacane (2010) - 10€

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05/10/08

Zig zig avec toi, Et lorsque ton corps zigzague Zig zig toi et moi *

Il y a une collection au Rouergue que j'aime beaucoup, c'est Zig Zag qui s'adresse aux lecteurs débutants, grâce à des petits romans riches en illustrations. C'est facile pour débuter dans la lecture tout seul, ça ne coupe pas abruptement avec l'univers de l'album, c'est un entre-deux fort appréciable ! Et puis c'est sympathique, pas fastidieux pour deux sous.
Deux nouveautés pour cette rentrée, Je sens pas bon par Emmanuel Arnaud et L'Ami Iguane d'Alex Cousseau.

IMGP6133

Le premier titre raconte la mésaventure de Noël, élève de CM1. Pendant la récréation, une fille le repousse et l'insulte d'un vilain "tu pues" qui est vite repris par toute la classe. Dans le même temps, sa mère lui offre une eau de toilette (sans savoir) et l'école se rend à la Crad Expo (qui finit de tourner l'anecdote en véritable enfer pour le garçon). Noël devient la risée de toute la classe, on l'humilie et le met à l'écart. C'est sa petite soeur qui raconte l'histoire, et elle trouve injuste ce qui arrive à son frère. Elle met la maîtresse dans la confidence, et celle-ci va trouver une solution... parfumée !

Un livre qui sent l'injustice, l'intolérance, la bêtise et l'impuissance. C'est écrit dans un langage courant, assez familier et merveilleusement illustré par Princesse Camcam (en voir plus, sur son blog) .

**********

L'Ami Iguane raconte l'histoire de Dimitri et sa voisine Manola, qui vient du Mexique, n'a pas un sou, travaille la nuit et vit seule avec son iguane. Un jour, le dénommé père Grinche accuse cette femme et sa bestiole d'avoir mangé l'orteil de son fils. Pour preuve : on retrouve le ballon du garçon et l'orteil blessé dans son jardin. Cela fait beaucoup de peine à Manola, qui choisit de prendre la fuite, avec son iguane. Dimitri les suit, ainsi que les gendarmes. Le garçon ne comprend pas pourquoi elle doute de l'innocence de son animal, car l'iguane est herbivore et le père Grinche n'est qu'un menteur. Manola lui explique, alors, que son iguane est un sans-papier, entré illégalement sur le territoire français. Elle a peur de la gendarmerie, car la loi est la loi, et le travail d'un gendarme c'est de faire appliquer la loi.

Un texte engagé, traité avec humour et fantaisie, Alex Cousseau veut sensibiliser les jeunes lecteurs sur ce sujet d'actualité. Et c'est l'iguane qui n'a pas de papier, je trouve ça plutôt rigolo comme principe. Encore une fois, en comparaison de Je sens pas bon, l'histoire traite de l'injustice, l'intolérance et la bêtise.

 

 

* Paroles de Zig Zag avec toi / Serge Gainsbourg

Editions du Rouergue, septembre 2008 :
* Je sens pas bon, d'Emmanuel Arnaud / illustrations de Princesse Camcam (Zig Zag, 6€)
* L'ami iguane, d'Alex Cousseau / illustrations d'Anne-Lise Boutin (Zig Zag, 6,50€)