05/09/15

L'Agence n°1 des dames détectives, d'Alexander McCall Smith

L’AGENCE N°1 DES DAMES DÉTECTIVES

Cette édition comprend : Mma Ramotswe détective - Les Larmes de la girafe - Vague à l'âme au Bostwana.

Les enquêtes de Mma Ramotswe sont un plaisir des sens ! On s'imagine très bien à l'ombre d'un robinier, en train de savourer un thé rouge, tout en dégustant du potiron, à écouter les sons de l'Afrique, dans une brise chaude et poussiéreuse. C'est tout un décor que nous vend l'auteur, tout un folklore original et chaleureux, qu'on parcourt avec félicité.

Mma Ramotswe a profité de l'héritage de son père pour ouvrir la première agence de détectives du Botswana. Elle a 35 ans, divorcée d'un mari trompettiste volage et violent, sans enfant. Cette femme indépendante et au caractère bien trempé n'est pas née de la dernière pluie et résout rapidement ses premières affaires grâce à son instinct féminin.

Les enquêtes ne sont pas de grande envergure, mais plutôt des balades intrépides dans la savane, au volant d'une petite fourgonnette blanche, que son ami mécanicien, Mr. JLB Matekoni, entretient avec zèle. Ce ne sont pas non plus que des “histoires de bonnes femmes” (démasquer les maris en fuite, les infidèles et les escrocs) car certaines histoires puisent aussi dans la sorcellerie et ses dangers.

En somme, la lecture procure bonheur, chaleur et dépaysement. C'est simple, sans prétention, mais hyper efficace. Et cela sent bon le soleil !

10/18 Grands Détectives ♦ Juillet 2015 pour la présente édition ♦ Traduit par Elisabeth Kern (The No. 1 Ladies' Detective Agency)

♦♦♦♦

« Vous pouviez réfléchir et réfléchir encore sans parvenir nulle part, mais il vous fallait toujours manger votre potiron. Cela vous ramenait sur terre. Cela vous donnait une raison de continuer à vivre. Le potiron. »


17/11/10

La douce tranquillité des samedis

mccall_smith

Je n'avais pas encore lu la série avec Isabel Dalhousie alors que j'apprécie beaucoup Alexander McCall Smith (Mma Ramotswe, Les chroniques d'Edimbourg) et le hasard faisant souvent bien les choses ... C'est donc avec La douce tranquillité des samedis que je me suis lancée.

Isabel est une femme d'une quarantaine d'années, fort aisée, qui dirige la très sérieuse Revue d'éthique appliquée. Elle a un enfant, Charlie, et un compagnon, Jamie, de quinze ans son cadet. Il faut vraiment que je me mette à jour concernant cette relation, car ici on découvre une femme amoureuse et sur la réserve, elle ne souhaite pas étouffer son jeune amant, et tremble à l'idée de le perdre. C'est donc une Isabel jalouse et peu sûre d'elle en amour que je rencontre, sauf que ce serait trop réducteur de la qualifier ainsi, aussi j'ai pesté in petto d'avoir loupé les précédents épisodes (mais je me suis promise de ne pas en rester là afin de mieux évaluer les personnalités et connaître les petites histoires de chacun).

En attendant, ce que j'aperçois me plaît beaucoup ! McCall Smith, une fois encore, réussit à nous bercer dans un cocon chaleureux et pratiquement familier. On s'y sent bien, à Edimbourg, dans les quartiers chics, les parcs municipaux, la boutique de Cat ou dans les couloirs du Queen's Hall. C'est confortable, je m'étais d'abord leurrée en m'imaginant à une autre époque que celle proposée par l'auteur (l'époque contemporaine, tout bonnement !), tant Edimbourg donne l'illusion d'appartenir à un autre temps.

Ce n'est bien évidemment pas l'intrigue policière qui retiendra mon attention, l'histoire d'un homme, un médecin, qui répugne d'avoir été mis au pilori suite à un scandale pharmaceutique. L'épouse de cet homme demande l'assistance d'Isabel, mais il est davantage intéressant de la suivre dans sa vie de tous les jours, d'apprendre à connaître Eddie, qui travaille chez Cat (laquelle part en vacances au Sri-Lanka et demande à Isabel de la remplacer), ou de discuter avec Grace, la gouvernante, sans oublier Jamie, pour qui son petit coeur de femme amoureuse bat fort, beaucoup trop fort. Et à raison ! (Jamie est charmant !) Bref, je compte bien rattraper mon retard, et découvrir un peu mieux cette série sympathique, pas révolutionnaire, mais qui possède le gros avantage de nous absorber dans son univers douillet.

La douce tranquillité des samedis - Alexander McCall Smith
10-18 coll. Grands détectives (2010) - 285 pages - 7,90€
Traduit de l'anglais par Martine Skopan

A découvrir (dans l'ordre) :

  • Le Club des philosophes amateurs

  • Amis, amants, chocolat

  • Une question d'attitude

  • Le bon usage des compliments

  • La douce tranquillité des samedis

  • L'importance d'être reconnaissant

08/01/10

Vérité et feuilles de thé ~ Alexander McCall Smith

mon dernier achat cd : zee avi, une demoiselle de vingt-trois ans, un talent énorme ... so sweet !

Côté lecture, voici pour répondre à votre besoin de dépaysement et d'exotisme, de réconfort ou de refuge littéraire, Mma Ramotswe et son sourire viennent à la rescousse ! 

... la petite fourgonnette blanche qui, depuis quelques mois, produisait par intermittence un bruit étrange, recommençait soudain, encore plus fort qu'auparavant. Certes, Mma Ramotswe venait de tourner dans Zebra Drive, et prendre un virage exigeait toujours un effort particulier du véhicule, ce qui avait à voir avec les suspensions et ce que Mr. J.L.B. Matekoni appelait élégamment la "répartition de la charge". Réfléchissant un jour à cette expression, Mma Ramotswe lui avait demandé avec, peut-être, un peu trop de brusquerie : "Et cette charge, je suppose, Mr. J.L.B. Matekoni, c'est moi ?"
Il avait détourné les yeux afin de masquer son embarras.
- On peut le dire comme cela, Mma Ramotswe. Mais il faut savoir que nous représentons tous une charge pour les véhicules. Même ces mannequins très maigres sont une charge...
Il s'était arrêté là. Ce n'était pas ainsi qu'il parviendrait à se rattraper et Mma Ramotswe l'observait, attendant visiblement une suite.
Lorsqu'il était devenu clair qu'il n'avait rien à ajouter, la détective avait repris :
- Oui, Mr. J.L.B. Matekoni, il y a des femmes comme ça. Et hélas, on en voit même de plus en plus. Il y en a beaucoup désormais.
Elle avait marqué un temps d'arrêt, avant de poursuivre :
- Mais peut-être vont-elles commencer à disparaître. Elles vont maigrir encore et encore, devenir de plus en plus à la mode, et puis... pfffut... le vent les emportera.
Cette remarque avait réduit la tension et tous deux s'étaient mis à rire.
- ça leur apprendra ! s'était exclamé le garagiste. Elles seront emportées par le vent, alors que les autres dames seront toujours là, elles, parce que le vent ne sera pas assez puissant pour soulever...
Là encore, il s'était arrêté. Comme la fois précédente, Mma Ramotswe le dévisageait, guettant la suite.

Dans ce nouvel épisode, point de précipitation, beaucoup de contemplation et de réfléxion sur la vie qui coule tranquille. Au Botswana, on bichonne son postérieur, ses pieds, ses femmes et on se régale en buvant des litres de thé rouge. Hé hé. C'est ma conclusion hâtive, n'y faites pas attention ! Sans quoi, au passage, n'hésitez pas à tester la recette très relevée de Mma Makutsi et de son poulet piri-piri, en veillant à ne pas vous arroser le gosier de grandes rasades d'eau fraîche, non, non, souffrez en silence pour les beaux yeux de votre fiancé, il vous en remerciera la main sur le coeur. De là à conclure qu'il vous envisage comme la femme de son existence PARCE QUE vous savez cuisiner le poulet piri-piri, SA recette préférée, hmm... vous n'y allez pas de main morte ! Ceci étant, c'est une pécadille face à l'énorme confrontation qui s'annonce. Notre redoutable Mma Makutsi - redoutable par sa force de caractère, croyez-moi - va avoir d'autres chats à fouetter en apprenant que la nouvelle employée de son fiancé est Violet Sephotho ! Le cauchemar de Mma Makutsi. Une menteuse. Une tricheuse. Une oppportuniste. Certes, elle est ravissante et elle se sert de son sex-appeal pour obtenir tout ce qu'elle veut. Son nouvel objectif ne se nommerait-il pas Mr. Phuti Radiphuti ? Aïe.

Mma Ramotswe va devoir supporter de longues heures de complainte, de rage, de frustration... alors qu'elle-même doit se sermonner pour dire adieu à sa vieille fourgonnette blanche, son fidèle destrier, ni plus ni moins. Son cher et tendre Mr. J.L.B. Matekoni, excellent garagiste de son état, lui a déjà laissé entendre qu'il faut savoir se débarrasser des vieilles choses inutiles et dangereuses, mais Mma Ramotswe ne peut s'y résoudre. C'est une vieille histoire d'amitié, de partage, d'affection. C'est comme "une vache qui attend son heure sous un arbre". Mma Ramotswe, pour soulager la fourgonnette, choisit donc de faire le chemin à pied. Cela rappelle la discussion qui ouvre le roman, entre la détective et son assistante, mais marcher sous un soleil de plomb, sur des sentiers poussiéreux, avec la constitution qu'on lui connaît (il est écrit qu'elle est "traditionnellement" charpentée...), bref ceci nous donne une superbe et vilaine ampoule au pied ! Ouille.

Pas de grosse enquête, comme d'habitude. Beaucoup de personnages secondaires, d'anecdotes qui viennent se greffer à des petits bouts sans grande consistance. On connaît la recette, c'est simple, efficace, plaisant et reposant. Cette fois, un certain Leungo Molofololo réclame l'assistance de Mma Ramotswe pour démasquer le traître au sein de son équipe de football. Il est le président de la meilleure équipe du pays, mais depuis plusieurs mois leurs résultats sont déplorables, Mr. Molofololo est persuadé qu'on cherche à saboter son travail. Mma Ramotswe devra gagner la confiance des joueurs pour les cuisiner aux petits oignons et mettre à jour la supercherie. (La résolution, ma foi, est fidèle à l'image de la série !!!)

En refermant la dernière page, j'ai le sourire jusqu'aux oreilles. C'était bien, sans grande surprise, mais vraiment bien...

verite_et_feuilles_de_the

10-18 Grands Détectives, 2010 - 256 pages - 7,40€
traduit de l'anglais par Elisabeth Kern

Oui, encore ... c'est un très bon disque ! :)

03/08/09

L'amour en kilt ~ Alexander McCall Smith

10-18 / Format 13-20 / 2009 -  446 pages - 14€
Traduit de l'anglais par Elisabeth Kern

amour_en_kiltC'est l'heure des retrouvailles entre le lecteur et les locataires du 44 Scotland Street, avec du changement à bord. Bruce a vendu son appartement, Pat s'est trouvée une nouvelle adresse qu'elle partage avec d'autres filles, Domenica a pris le large pour le détroit de Malacca, Angus est inconsolable, Bertie le jeune prodige de six ans a besoin d'air et mise toutes ses chances sur son rôle dans La Mélodie du bonheur, Big Lou est folle amoureuse et aveugle, tandis que Matthew se désespère du départ de Pat et trouve sa galerie d'art bien vide sans elle. La gentille Pat, toujours, a le béguin pour un dénommé Wolf, qui n'est autre que le petit copain de celle avec qui elle partage son nouvel appartement !
Le titre fait moyennement honneur au contenu, car l'histoire traite d'amour, certes, les sentiments vont et viennent, ainsi va la vie. Ce n'est pourtant pas le propos principal de cette série, qui s'en tient à décrire une chronique sympathique d'un quartier très convivial et de ses habitants.
Et on s'attache, on aime suivre leurs péripéties, être informé de ce qu'ils font et ce qu'ils deviennent. C'est un peu comme des amis, ou des proches. Pat, Bertie et son insupportable mère Irene (enceinte !), Angus, Domenica, Matthew, Big Lou ne sont plus des inconnus. Alexander McCall Smith y met naturellement beaucoup de sincérité et donne à son roman un sentiment de confort absolu. J'ai coutume de répéter que c'est loin d'être un coup de coeur, et pourtant j'y retourne chaque année. Chaque été, en fait. C'est devenu un rendez-vous sûr, sans grosse surprise, juste la certitude d'avoir 400 pages de dépaysement et de bien-être.

se rappeler les précédents épisodes : 44 Scotland street (2007) et Edimbourg express (2008) ; les deux titres sont disponibles en format poche.

clin d'oeil : Edimbourg n'était pas le genre de ville où les gens déclarent leur flamme, à la manière de quelque californien éperdu d'amour.

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

06/02/09

Miracle à Speedy Motors - Alexander McCall Smith

« Raconter une histoire, comme tout ou presque dans cette vie, était toujours plus facile avec une tasse de thé entre les mains. »

61DjQUPgkUL__SS500_Je quitte le climat islandais, glacial et giflant, pour une destination plus exotique, plus chaude. En route pour le Botswana ! Il est temps de faire connaissance avec la célébrissime Precious Ramotswe, détective privée de son état. Autant dire que j'ai adoré ! C'est une femme pétillante, attachante, une femme intelligente, aimante. Elle est attentive, reçoit toutes les lettres de doléances de ses semblables, qu'elle lit scrupuleusement. Elle ne rechigne jamais à venir en aide, comme cette femme, Mma Sebina, qui recherche sa famille qu'elle ne connaît pas. Elle pense avoir été adoptée, mais sa mère est morte et a soufflé à l'infirmière qu'elle n'avait pas eu le temps d'annoncer une nouvelle très importante à sa fille. C'est comme chercher une aiguille dans une meule de foin ! Allez, une tasse de thé rouge et la journée peut commencer. Celle-ci s'annonce radieuse si Mma Makutsi, son assistante, pousse la porte de l'agence avec un sac de beignets. Mais c'est plus délicat si nous ne sommes pas un vendredi, car cela sous-entend que Mma Makutsi, avec ses grosses lunettes, a des soucis - probablement liés à ses récentes fiançailles. Qui sait ? Mma Makutsi n'est pas une femme commode, il faut du tact et de la patience pour la cerner. Le temps aidant, peut-être notre dame va s'adoucir et se mettre à parler... Mma Ramotswe refuse de s'inquiéter. Il faut dire aussi qu'elle a d'autres ennuis, comme de recevoir des lettres d'insultes dans son courrier pour l'agence. Elle s'en ouvre à son cher Mr J.L.B. Matekoni, qui pense très franchement que la plaisanterie a assez duré et que Mma Ramotswe doit cesser son activité de détective. C'est devenu trop dangereux.

Il faut savourer cette série, elle est reposante, dépaysante aussi. On y trouve, en plus de la douceur, du charme, du doigté, du flegme, de la sagesse. Des personnages hauts en couleurs. Des situations parfois burlesques. Des descriptions sur le décor botswanais, à couper le souffle. Des détails sur la culture africaine. Des réflexions sur les femmes, les vraies héroïnes, celles qui pourraient aider le continent, en pleine évolution, à se relever. Question enquête, il ne faut pas s'attendre à de l'action ni à du rebondissement en pagaille. C'est plutôt calme sur ce plan-là. Après, il faut savoir ce qu'on attend, ce qu'on cherche et ce qu'on espère. Je ne crois pas me tromper en affirmant que la série Mma Ramotswe est un vrai panier de fruits (ça donne la banane, la pêche etc.). C'est simple comme bonjour, et ça vous fait chaud au coeur. Vous allez en boire des litres de thé rouge à suivre ces aventures pleines de sourire ! C'est une série doudou !!! Foncez.

10-18, Coll. Grands Détectives, 2009 - 253 pages - 7,40€
Traduit de l'anglais par Elisabeth Kern

La série Mma Ramotswe comprend :

  • Mma Ramotswe Détective
  • Les larmes de la girage
  • Vague à l'âme au Botswana
  • La vie comme elle va
  • Les mots perdus du Kalahari
  • En charmante compagnie
  • 1 Cobra, 2 Souliers et beaucoup d'ennuis
  • Le bon mari de Zebra Drive
  • Miracle à Speedy Motors

Tous les titres sont disponibles chez 10-18.   

06/08/08

Edimbourg Express - Alexander McCall Smith

J'avais bien aimé le tome 1, sans sauter au plafond.
En lisant le deuxième tome je me rends compte, finalement, que je m'étais beaucoup attachée à cette communauté du 44 Scotland Street.
Cette fois-ci, ce n'est pas Bruce Anderson qui nous agace, mais Irene Pollock. La maman de Bertie, cinq ans trois-quart, est une femme abusive, qui nourrit des ambitions démesurées pour son fils. Ce dernier ne rêve que d'une chose : être un enfant comme les autres, pouvoir jouer au rugby, arrêter de porter du rose et sa salopette framboise, qu'il aimerait troquer contre un jean par exemple.
Ses entretiens avec le Dr Fairbairn l'ennuient, et le garçon a l'intime conviction d'être le lien de transition entre cet homme et sa mère, qui seraient secrètement amoureux l'un de l'autre.
Heureusement, Stuart, le père, se charge de s'impliquer dans l'éducation de son fils et devient un contre-poids fort appréciable (la virée à Glasgow, pour récupérer le véhicule oublié depuis des mois, est mémorable !).

Qu'en est-il de Bruce, alors ? Notre ancien expert immobilier se lance dans une nouvelle carrière et décide d'ouvrir une "vinothèque" grâce au fonds d'investissement d'un copain d'école. L'arrivée d'une fiancée va faire tanguer la barque et la suite de l'entreprise s'annonce particulièrement "poilante" !

Sa colocataire, Pat, va renconter un séduisant barman, Peter, grâce à Domenica. Mais le gros problème est de savoir si oui ou non ce jeune homme est gay. Autre révélation le concernant : c'est un nudiste, et Pat est cordialement invitée à se joindre à un pique-nique dans les jardins de Moray Place pour son "initiation". Osera-t-elle se jeter à l'eau ? Ce serait pour elle l'occasion de "grandir", de s'afficher et s'affirmer. De cerner ce qu'elle désire, dans la vie. Elle vient déjà d'annoncer à son père qu'elle abandonnait St Andrews pour l'université d'Edimbourg.
Un bon début, qui soulage ce papa anxieux...

A la galerie Something Special, Matthew cherche toujours un sens à sa vie. Il s'aperçoit que son père, Gordon, ne s'embarrasse pas d'en profiter et lui présente sa nouvelle fiancée, Janis, qui n'est pas au goût du fiston.
Et la vie continue à Scotland Street, avec son lot de bonnes nouvelles et de rebondissements surprenants (Bruce, encore et toujours !).

A noter qu'un troisième livre est déjà publié en Angleterre, qui donne la parole à ce cher Bertie. Cette suite est évidemment attendue avec une gentille expectative. Ce n'est peut-être pas ma lecture préférée, mais j'éprouve une grande amitié pour tous les personnages (principaux et secondaires) de cette chronique sans prétention, et qui dépayse du climat californien (la série d'Armistead Maupin) pour la contrée écossaise ! Et puis un certain retournement de situation, en fin de ce tome 2, ne peut qu'inciter à découvrir cette suite !
A déguster, donc.... avec plaisir.

IMGP5943

Editions 10/18, 2008 pour la traduction française - 430 pages - 14€

traduit de l'anglais par Elisabeth Kern

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

04/08/08

44 Scotland Street - Alexander McCall Smith

Une adresse : 44 Scotland Street. Pat Macgregor, vingt ans, a choisi d'y élire domicile le temps d'une nouvelle année sabbatique. Son colocataire se nomme Bruce Anderson, un expert en immobilier qui a une grande passion... pour sa petite personne. Un temps, Pat se sent attirée par lui et croit tomber amoureuse.

Dans la galerie d'art où elle travaille, la jeune fille pense découvrir un tableau du peintre Peploe, qui pourrait s'évaluer à quelques milliers d'euro. Elle informe son patron, Matthew, un fils à papa qui manque d'initiatives, et se voit confier l'oeuvre qu'elle cache dans son appartement. C'est alors que notre Bruce tout-puissant choisit d'en faire don lors d'une cérémonie organisée par son patron et son épouse, où il doit faire la connaissance de leur fille, Lizzie.

Au 44 Scotland Street, on trouve aussi Bertie, un génie de cinq ans, qui joue du saxophone et parle l'italien comme sa poche. Sa mère, Irene, lui fait rencontrer le Dr Fairbairn qu'elle trouve particulièrement intéressant.
Et pour finir, Domenica, la voisine excentrique d'une soixantaine d'années, prend sous son aile Pat et lui confie quelques secrets du quartier.

Exquise chronique écossaise, publiée sous forme de feuilleton à l'origine, ce livre du "papa" de Mma Precious Ramotswe n'égale pourtant pas la pertinence des comédies façon Friends (je m'abstiens d'évoquer Maupin, que je n'ai pas lu!). Cela se lit facilement, ce n'est pas insupportable mais il manque le truc en plus. Personnellement je suis restée sur ma faim.
Cela ne m'empêchera pas de lire le deuxième tome, pour rester informée du devenir de tous les personnages, auxquels on s'attache forcément !

IMGP5936 

Editions 10/18, 2007 pour la traduction française - 412 pages - 14€

traduit de l'anglais par Elisabeth Kern

Poche, juin 2008 - 7€

Le site : http://www.44scotlandstreet.co.uk/

L'avis (enthousiaste) d'Amanda & de Miss Alfie

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

30/01/08

Premières (ou deuxièmes ?) lectures

Que dire, que faire ? Ma fille ne sera sans doute pas une grande lectrice comme son phénomène de mère, mais il n'est pas dit que je n'en faisais pas mon affaire ! Des piles de livres, elle disposera. Des envies de les lire, elle aura (ou pas). Tant pis, après tout !

En attendant, je lui trace peu à peu son chemin de dévoreuse de livres en mettant mon nez dans ce que les librairies nous proposent de beau (et de neuf !)...

akimbo_lionsAkimbo et les lions est un livre qui m'a personnellement beaucoup touchée. C'est le petit frère du roman de Kessel (Le Lion), que j'ai lu et adoré aussi. Dans Akimbo, on parle d'une rencontre entre un garçon et un lionceau, qui sera synonyme de grande amitié. Et puis un jour, l'enfant comprend que le lion doit regagner son environnement naturel, évoluer parmi les siens, dans la savane. La séparation est triste et émouvante. Et pourtant il se dégage du livre une grande sagesse et une fraîcheur tout à fait appréciable. Ceci est une belle leçon d'humanité, en somme.

Ce livre s'inscrit dans une série (il existe déjà Akimbo et les éléphants & Akimbo et les crocodiles). Ce sont les aventures d'un garçon qui vit en Afrique, dans une grande réserve naturelle. L'auteur n'est autre que Alexander McCall Smith, célèbre aussi pour ses intrigues policières avec Mma Ramotswe détective. Mais je ne suis pas d'accord avec ce que j'ai lu dans une critique : ceci n'est pas Le Club des cinq transporté dans la savane ! Akimbo est un petit garçon qui se trouve au coeur d'histoires palpitantes, mais ce ne sont pas des enquêtes policières.

A conseiller pour les 8 - 10 ans (et plus).

Akimbo et les lions - Alexander Mc Call Smith / illustré par Peter Bailey.

**********

adieu_chats_volantsEncore une autre série : Les chats volants (le premier tome, paru en 2005, avait obtenu le prix Tam-Tam). Ce sont donc, bel et bien, des chats qui peuvent voler (grâce aux ailes qu'ils ont sur le dos). Très honnêtement je ne trouve pas ça très beau, malgré le grand talent de S.D. Schindler qui s'exprime dans les décors, les personnages, etc. L'histoire est toutefois attachante : la petite Jane s'ennuie à la ferme où elle vit avec ses frères et soeurs. Elle veut plus de liberté, plus d'aventure. Alors elle décide partir en ville, où elle découvrira que les zêbres humains ont une curieuse façon de s'attacher l'affection des animaux extraordinaires.

L'histoire finit bien, tout rentre dans l'ordre et pas de la façon qu'on pensait ! Il existe déjà trois tomes, plus ce dernier nouvellement paru. A découvrir, donc, pour les enfants qui aiment les chats (et les histoires avec des chats).

Dès 7 - 8 ans.

Au revoir les chats volants - Ursula K. Le Guin / illustré par S.D. Schindler.

 

**********

chat_et_diablePreuve que la littérature jeunesse est une affaire de grands noms, aussi. Le chat et le diable a été écrit par l'illustre James Joyce pour son petit-fils, il y a plus de cinquante ans. L'histoire est à nouveau proposée aux jeunes lecteurs qui pourront savourer l'humour espiègle de ce diable qui scelle un pacte avec le maire de Beaugency pour l'aider à construire un pont qui traverse la Loire. En contrepartie, le maire accepte que la première personne qui passera le pont appartiendra au diable pour l'éternité. Malin, le maire va imaginer une petite combine, à la barbe du diable, qui s'en mord les doigts. Et ainsi naquit la légende selon laquelle les habitants de la ville sont appelés Les chats de Beaugency ! ...

Comment résister à cette histoire, qui est drôle et espiègle, et servie par de chouettes illustrations ? ! 

(Titre de la liste 2008 de l'Education nationale, cycle 2 (CP-CE1). )

Le chat et le diable - James Joyce / Illustré par Roger Blachon.

 

**********

Ce dernier titre, Le chat et le diable, convient davantage à une première lecture. Peu de texte, assez facile d'approche, des illustrations vives et chaleureuses, plus une histoire très drôle, tous les ingrédients sont réunis. Je réserve encore les deux premiers livres cités ci-dessus pour plus tard, dans quelques mois (dirons-nous).

La Miss C. vient pour l'heure de découvrir une toute nouvelle héroïne, qui est devenue une vraie copine. C'est Mademoiselle Zazie !

zazie_a_t_elle_un_zizi    zazie_veut_un_bebe

Zazie est une petite fille qui a toujours la pêche, qui n'a peur de rien et qui fait tourner maboule son meilleur ami Max. Cela promet de belles heures de lecture (et de relecture). Le texte est drôle, vif, intelligent. Les illustrations sont mignonnes et absolument craquantes !

Prochainement, nous parlerons du p'tit dernier : Les baisers de Mademoiselle Zazie.

(Merci Gawou pour la recommandation ! ... Très bon, ton karma ! ;o) )