23/06/18

Pêle-Mêle : Bébé à bord ! - Papa est-il parfaitement parfait ? - Massime Chasseuse de mouches - Mon chez-moi n'est plus chez moi

bébé à bord

Un groupe d'enfants passent la journée sur la plage, trimballant sandwiches, limonade, cerf-volant, chiens et bébé dans son landau. La journée s'annonce belle et insouciante !

Très vite, les enfants courent et s'éparpillent joyeusement. Le vent souffle de plus en plus fort, le cerf-volant ne tarde pas à s'envoler et faire son show. Patatras, le fil se casse. Et les enfants font des pieds et des mains pour le rattraper. Pendant ce temps-là, la marée monte. La mer mange la plage. Elle avance dangereusement vers le landau. Le bébé semble avoir été oublié par les autres enfants. Et gloups, le voilà avalé par les flots ! Rhooo...

La suite de l'aventure promet son looping d'émotions. Rassurez-vous, le bébé n'est pas seul dans sa galère car il est accompagné de trois doudous dévoués, qui vont veiller sur lui nuit et jour. Lapin, panda et miss poupée vont en effet se relayer pour rassurer, protéger, nourrir et dorloter notre bébé vadrouilleur. L'histoire se termine aussi miraculeusement qu'elle a commencé - le bébé rentre à bon port et sort indemne de cette épopée, grâce à ses vaillants petits soldats. 

Que d'aventures à bord de ce landau ! Oui, il y a du courage, de la tendresse et de la poésie dans cet album qui nous plonge dans le royaume de l'enfance et qui procure beaucoup d'émotions aussi ! Un rendez-vous surprenant, à la fois classique et élégant.

Bébé à bord ! d'Allan Alhberg & Emma Chichester Clark

gallimard jeunesse, 2018

=============================

 

papa est-il parfaitement parfait

Pourquoi papa nous dit tout le temps de ranger nos chambres, alors que c'est un énorme bazar dans son atelier? Pourquoi Papa nous demande de nous dépêcher tous les matins, alors que c'est lui, ensuite, qui passe une demi-heure à chercher ses clés ? Pourquoi, au bord de la mer, Papa nous tartine de crème, en disant : Attention au coups de soleil ! ... alors que lui, quand il revient de la plage, il est rouge comme une écrevisse ?

Et ainsi va la vie ! Dans cet album, Arnaud Alméras croque avec humour les tendres contradictions de Monsieur Papa d'après les observations de ses bambins. Ce sont 12 anecdotes cocasses et fabuleuses qui sonnent aussi comme une belle déclaration d'amour pour ce « parfaitement parfait » Papa ! 

Les illustrations de Robin apportent une touche de naïveté aussi attachante ! À adopter. 

Papa est-il parfaitement parfait ? par Arnaud Alméras & Robin

gallimard jeunesse giboulées, 2018

=============================

massime chasseuse de mouches

Massime est une petite fille turbulente, dont le principal talent serait de chasser les mouches ! Dès qu'elle en aperçoit une dans son radar, elle ressent l'appel du massacre et elle bondit sur sa proie. Paf ! dans le mille. Mais le jour où sa main écrabouille le visage de son instituteur, paf, c'est la punition. Le maître n'est pas du tout, du tout content. La fillette doit copier mille fois « je n'écraserai plus de mouches, ni sur mon instituteur, ni ailleurs ».

Fin précoce d'une carrière prometteuse. Massime est dépitée. « Soudain, voilà que volette lourdement la plus grosse mouche de tous les temps ! » Bzzz bzzz la bestiole se pose sous le nez de notre élève, tiraillée entre son instinct de chasseuse et sa conscience nouvelle de ne plus recommencer ses bêtises. C'est comme ça qu'elle découvre la robe vert métallique, les yeux globuleux, la trompe à piston... Et Massime se met à griffonner dans son cahier : elle dessine les contours, les pattes, les ailes, tout ça, elle comprend alors qu'une nouvelle carrière s'offre à elle !

La morale de l'histoire ? Il faut apprendre à regarder ce qui nous entoure pour en découvrir toute la beauté cachée. Et voilà que Massime devient une fabuleuse dessinatrice, les mouches ont la vie sauve et le monde continue de tourner en rond. Cet album est follement saugrenu et original ! Trucider les mouches, puis les vénérer sur papier, oui vraiment, il fallait y penser... J'ai été agréablement surprise par la tournure de cette histoire, très rigolote au demeurant. 

Massime chasseuse de mouches, par Suzanne Arhex

gallimard jeunesse giboulées, 2018

=============================

 

mon chez moi n'est plus chez moi

Dans cette histoire, on découvre un petit garçon de cinq ans qui adore sa chambre, son appartement, son quartier, son école, sa maîtresse et ses copains. C'est son petit monde à lui, familier et réconfortant. Seulement ses parents n'en peuvent plus de l'étroitesse de cette existence et annoncent qu'ils vont déménager. Direction une maison près de la mer, loin, très loin... Un drame pour notre garçon, qui élabore un plan anti-déménagement : il court se planquer chez son copain et se cache sous son lit. Ni vu ni connu. Las, les parents sont des briseurs de rêve. La petite famille part s'installer dans un autre chez-nous. Au début, ce nouveau départ n'est pas facile et tout paraît plus triste, plus banal pour l'enfant. Puis, petit à petit, la vie reprend ses couleurs, avec de nouveaux copains, une bonne boulangerie, d'autres habitudes et des souvenirs qui restent doux dans votre cœur...

La grande Susie Morgenstern et son complice Serge Bloch nous charment avec leur histoire pleine de tendresse, de sensibilité et d'humour. Un bel album qui accompagne les grands changements de la vie et qui met du baume à l'âme. Précieux, précieux. 

Mon chez-moi n'est plus chez moi, par Susie Morgenstern & Serge Bloch

gallimard jeunesse, 2018

=============================

 


15/12/11

★☆ 10 jours ★☆

IMG_6090

Cet album a non seulement beaucoup de charme, il est également ingénieux (on suit le facteur dans sa tournée et on découvre les courriers distribués aux habitants de la forêt en glissant la main dans les enveloppes, chaque missive est personnelle, drôle et cocasse), l'histoire est simple et la dernière page laisse indéniablement une impression de quiétude et de bonheur. Un joli moment de lecture.

Le facteur du Père Noël, par Janet et Allan Ahlberg (Gallimard jeunesse, 2011)

IMG_6092

Dictionnaire : petit livre rouge et vert que le Père Noël utilise souvent pour rappeler à ses lutins que la plupart des mots qu'ils emploient n'existeraient pas si, comme ils le disent parfois entre eux lorsqu'ils sont en colère contre lui, il n'existait pas.

C'est notre livre de chevet du moment. Celui qu'on prend le temps de feuilleter un peu chaque soir. Celui qui nous fait doucement glousser de bonheur. Celui qui raconte un peu tout et n'importe quoi sur le barbu en habit rouge et ses insupportables lutins. Celui qui parle d'artichauts aussi, pour la simple et bonne raison qu'ils n'ont aucun rapport avec le Père Noël. Celui qui révèle des secrets et qui laisse voguer son imagination vers des flots déchaînés, ou zébrés de rouge et blanc. Toujours, le rouge et le blanc !

Dictionnaire du Père Noël, par Grégoire Solotareff (Gallimard jeunesse, rééd. 2011) 

IMG_6094

Et pour rêver toujours un peu plus, pour faire la liste des CADEAUX EXTRAORDINAIRES, oui ceux-là qui font rêver... par exemple, les plantes vertes à bonbons, la bague qui change de couleur pour indiquer le temps qu'il va faire, le passage secret qui s'adapte à tous les types de murs, l'oreiller et la couette dans la matière des nuages, l'équipe de lutins cuisiniers, l'armoire qui donne sur un immense jardin avec des bêtes sauvages (en option, les bêtes sauvages), le bateau de pirates pour aller à l'école le matin (livré avec son équipage grognon mais sympathique), la table de nuit avaleuse de monstres, les lunettes qui me révéleront, en regardant une grenouille, si elle se transformera un jour en prince charmant ... et la potion magique pour donner l'âge que l'on veut (pour une journée maximum) !

Le livre des cadeaux extraordinaires, par Nathalie ChouxElisa GéhinMandana Sadat et Rémi Saillard (Syros, 2010)

27/09/07

Arrête-moi si tu peux ! ...

saucisse_partiePrenez un petit garçon tout à fait normal (c'est l'auteur qui le précise !) et qui s'appelle Banjo Cannon. Il vit avec son papa, sa maman, son chat Mildred dans une jolie maison.

Tous les jours, été comme hiver, qu'il pleuve ou qu'il vente, la famille mange une saucisse au déjeuner.

Mais par un beau jour d'été, Suzy la saucisse saute hors de l'assiette et s'enfuit ! Aussitôt, fourchette, couteau, assiette, salière, ketchup, table et chaise partent à ses trousses ... suivis par Banjo, monsieur et madame, le chat Mildred et le chien du voisin.

Et parmi ces fuyants et poursuivants, on retrouve aussi des carottes, des petits pois et des frites. Tout ce petit monde porte un prénom : Peter, Perceval, Paul, Caroline, Clara, Camilla et Christabel ... De quoi perdre son latin ! (mais pas son humour)

La ribambelle s'éparpille dans le parc, entre ceux qui se cachent, ceux qui mettent les voiles, ceux qui se font croquer ou ceux qui sont bloqués par des passants ... bref la saucisse Suzy parvient à échapper à son garçon affamé - Banjo et son estomac dans les talons !

Elle finit comment, la saucisse partie ?  Encore des gags et des rebondissements à chaque page !

Si le principe peut paraître un peu  « lourd » pour un adulte, il faut reconnaître que c'est assez percutant sur un public d'enfants. Imaginez une saucisse qui déguerpit, des petits pois et des carottes à ses basques, et un déjeuner qui vole en éclats ... là j'avoue que l'idée est drôle, bien pensée et qu'elle laisse la place à une série d'inventions tout à fait cocasses !

Pour la réflexion, faut-il voir dans cette histoire la suggestion qu'il est important de varier les repas pour alimenter l'appétit ? ... Ou simplement qu'il faut terminer son repas avant qu'il ne disparaisse ?

Je ne m'attarde pas sur ce grand débat parce que je souhaite retenir les éclats de rire de ma fille, son empressement à tourner les pages et son avis qui est, tout bêtement,  « quelle histoire folle ! ».

La saucisse partie, Allan Ahlberg (texte) & Bruce Ingman (illustrations) - Gallimard jeunesse  /  Septembre 2007.

A partir de 3 - 4 ans.