05/09/13

“Ils ont leurs rêves et leurs projets. Ils ont leurs attentes, leurs espoirs et leurs inquiétudes.”

Sur la photo, ils sont onze. Onze élèves de terminale S d'un lycée tout à fait convenable d'une ville tout à fait ordinaire. Ils viennent de fêter le bac et leur départ en vacances. Et pour l'heure, ils se sentent des ailes : huit semaines de vacances et l'avenir devant eux !

IMG_9122

C'est un court roman qui se lit comme un recueil de nouvelles ou qu'on découvre tel un assortiment de Polaroids. Il nous fait suivre quelques jours dans la vie d'adolescents de 17-18 ans, en juillet ou août. Tout simplement, sans esbroufe. Et pourtant, le ton est juste, grave et renvoie une impression d'authenticité désarmante.

Ces grands adolescents sont à l'image de tant d'autres, ils viennent de décrocher le Bac, s'offrent un été pour oublier, décompresser, avant d'attaquer leur vie d'adulte. Ils sont en vacances, en famille, ils travaillent, ils souffrent de solitude, ils dorment, ils rêvent, ils font les 400 coups, ils aiment pour un soir, ils pleurent sur le bord de la baignoire, ils prennent de grandes décisions, ils dessinent déjà leur avenir... A leur façon, souvent balbutiante, toujours radicale.

Un drame va frapper nos jeunes gens, ils ont rendez-vous en septembre et ils réaliseront qu'ils ne sont plus cette bande de onze minets sur la photo, prêts à dévorer le monde. C'est un retour sur Terre douloureux, solennel mais intéressant. Ce texte est vrai, sincère, et l'on peut facilement s'y identifier tant les personnages sont représentatifs de la majorité des adolescents.

Rendez-vous en septembre, par Anne Vantal
Gallimard jeunesse, coll. Scripto, juin 2013 - ill. de couverture : Sandrine Martin

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17/06/09

Villa des Oliviers ~ Anne Vantal

villa_des_oliviersCet été-là, Manon, quinze ans, n'a pas le goût de le passer comme les autres années, à la Villa des Oliviers, la résidence de ses grands-parents, chez lesquels toute la famille aime se réunir durant trois semaines, en juillet. L'envie n'y est plus. Ce n'est pas seulement la soudaine défection de son amie Célia, à la dernière minute, de n'avoir pu se joindre à la troupe. C'est plus globalement un état d'esprit.

Manon a quinze ans, elle se sent trop vieille pour frayer avec ses cousines de douze ans et trop jeune pour être prise au sérieux par les adultes, eux-mêmes bien empêtrés dans leur histoire de couple ou de travail. Alors Manon boude, elle participe aux activités familiales sans réelle motivation. Son cousin Vincent, encore un bébé, parvient à lui tirer des sourires. Et puis Nicolas, le fils du jardinier, n'est pas mal dans son genre. Le coeur de Manon palpite plus fort dès qu'elle le voit. C'est sûr, cet été de ses quinze ans ne sera pas comme les autres !

L'histoire est racontée des années après la date des événements, produisant des effets de style pour alimenter l'intrigue et capturer l'intérêt. La narratrice prévient, la narratrice ménage la surprise, la narratrice est chef d'orchestre. Plutôt habile. Sur 140 pages, l'histoire roule sa bosse sur un ton doux-amer qui n'est pas pour déplaire. Cela raconte une chronique familiale, le temps d'un été, avec au centre les turpitudes d'une adolescente en crise, au corps devenu trop grand et trop maigre. La jeune fille se cherche, elle guette une image encore trop floue, et son tempérament illustre ce flottement entre l'enfance et l'âge adulte. Qu'est-ce que c'est agaçant, lorsqu'on a passé l'âge !

C'est toutefois finement esquissé, et cela nous montre combien l'adolescence est une période vécue en dents de scie, où toutes les émotions sont exacerbées et amplifiées. Manon en est le parfait exemple : elle se sent trahie, seule au monde, incomprise, abandonnée. Pour compenser, elle passera son temps à observer les siens et découvrira, bien tardivement, que le monde des adultes n'est pas toujours rose non plus. C'est donc un roman qui évoque la difficulté de quitter l'enfance, en douceur, en tâtonnant, en souffrant aussi. Et la complexité de grandir, évidemment.
J'ai bien aimé !

Seuil, coll. Karactère(s), 2009 - 144 pages - 8,50€

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,