17/09/13

“Ce roman est l'histoire d'un chien mais ce n'est pas - je le répète : ce n'est PAS - une histoire triste.”

IMG_9214

Je n'avais pas encore ouvert ce livre que déjà il me plaisait, rien que par sa couverture. Le contenu ne m'a pas déçue non plus. C'est l'histoire d'un garçon de 12 ans, Homer Pudding, qui vit dans une ferme avec des chèvres, des poules et des chiens. Il rêve de trésors et de mondes à explorer, comme son oncle Drake, parti en ville pour assouvir sa passion. Mais la famille apprend que celui-ci a été avalé par une tortue (!) et qu'il aurait légué à son neveu son trésor le plus précieux, soit un chien, court sur pattes et à l'air triste, qui plus est n'a pas d'odorat.

Après avoir digéré son chagrin d'avoir perdu son oncle préféré, Homer adopte l'animal et va découvrir que ce dernier n'est finalement pas aussi commun qu'il voudrait le laisser croire. C'est en déchiffrant son collier et la médaille qui s'y trouve qu'Homer a une illumination : son oncle lui a adressé un message caché, un mystère, une mission secrète ! ... Son cœur d'aventurier n'en peut plus de palpiter dans sa poitrine, il faut agir, en toute discrétion, car le père du garçon a mis un véto sur ses rêves de chasse au trésor.

C'est un roman tout à fait surprenant qui s'offre à nous, dès lors qu'on croise un homme-nuage à la page 86, on est en droit de reconnaître qu'on va basculer dans le délire le plus complet. Toutefois, l'histoire est bien cadrée et ne part pas dans tous les sens. On suit pas à pas notre jeune héros, assisté d'une demoiselle épatante (la fille du voisin et 'ennemi' de son père), on le suit donc au hasard de ses péripéties, agrémentées d'humour et de rebondissements. Résultat, le ton est enjoué, sympathique, très bon enfant, c'est agréable de s'y trouver. Et puis les personnages sont des originaux très attachants, que demander de plus ?

J'avais beaucoup apprécié le roman de Suzanne Selfors, Café givré, je la découvre cette fois dans un registre différent, un peu plus délirant mais tout aussi charmant. Cette lecture est conseillée aux enfants, dès 8 ans pour de bons lecteurs, mais elle peut être recommandée pour la lecture orale puisque l'histoire est très imagée, avec des situations cocasses, de l'action et de la fantaisie à foison.

Homer et le chien formidable, par Suzanne Selfors
Seuil jeunesse, septembre 2013 - traduit par Rosalind Elland-Goldsmith
illustration de couverture : Anne-Lise Boutin

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


16/11/11

Pêle-mêle Clarabel #46

IMG_5794

Très chouette et rigolo, cet album raconte l'histoire d'un monsieur qui s'habille en gris, dont le plaisir est de revêtir chaque mercredi son costume du gros canard jaune, et qui voit son monde s'effronder parce qu'il serait la risée de sa banque ! C'est une histoire toute simple et très drôle qui revendique le goût du bonheur et le droit de faire ce qu'il nous plaît. Et puis le jaune, c'est tellement plus gai que le gris ! Avec des illustrations qui me plaisent ENORMEMENT. 

La vraie folle histoire du gros canard jaune, par Nathalie Meynet et Guillaume Plantevin. 
Océan jeunesse, 2011. 

IMG_5791

Une mamie qui vieillit, c'est une mamie qui perd un peu la notion des choses, qui a la mémoire qui flanche, qui se perd en chemin, qui a le regard dans le vide... Pour éviter qu'elle se sente seule, ou qu'elle se mette en danger, mamie vient donc vivre à la maison avec ses petites-filles qui ont un peu de mal à comprendre le fait que mamie est atteinte d'une maladie qui ne se guérit pas avec des médicaments. Mais elles vont lui en trouver, des remèdes ! Avec des dessins, des photos, des contes à lire à voix haute et des bisous, forcément. C'est un petit album mignon et craquant, pétri de tendresse.

Mamie a besoin de bisous, par Ana Bergua et Carme Sala.
Traduit de l'espagnol par Claudine Serre. Océan jeunesse, 2011. 

IMG_5793

Alba est une pie qui babille à longueur de journée. Son voisin, lui, est discret, timide, il a perdu sa bouche, ne sait plus s'exprimer, il dévore des yeux, il fait des gestes mais ce n'est pas assez. Alba veut qu'on lui réponde ! Alors il faut que le garçon retrouve sa bouche, il lui écrit donc une longue lettre... C'est un très beau texte qui évoque la difficulté d'exprimer ce qu'on ressent, parce qu'on manque de confiance en soi ou parce que la langue bégaie de maladresse. Ne pas avoir de bouche, ça simplifie la vie... mais ça ne remplace pas l'envie d'avaler des myrtilles, de sourire, de rire ou de siffler. Parfois, il faut savoir se surpasser pour attraper des sourires dans la tête et les coller sur son visage. L'histoire fait vraiment preuve de subtilité, c'est très beau et poétique, les illustrations sont également superbes ! 

Alba Blabla et moi, par Alex Cousseau et Anne-Lise Boutin.
Rouergue jeunesse, 2011. 

05/10/08

Zig zig avec toi, Et lorsque ton corps zigzague Zig zig toi et moi *

Il y a une collection au Rouergue que j'aime beaucoup, c'est Zig Zag qui s'adresse aux lecteurs débutants, grâce à des petits romans riches en illustrations. C'est facile pour débuter dans la lecture tout seul, ça ne coupe pas abruptement avec l'univers de l'album, c'est un entre-deux fort appréciable ! Et puis c'est sympathique, pas fastidieux pour deux sous.
Deux nouveautés pour cette rentrée, Je sens pas bon par Emmanuel Arnaud et L'Ami Iguane d'Alex Cousseau.

IMGP6133

Le premier titre raconte la mésaventure de Noël, élève de CM1. Pendant la récréation, une fille le repousse et l'insulte d'un vilain "tu pues" qui est vite repris par toute la classe. Dans le même temps, sa mère lui offre une eau de toilette (sans savoir) et l'école se rend à la Crad Expo (qui finit de tourner l'anecdote en véritable enfer pour le garçon). Noël devient la risée de toute la classe, on l'humilie et le met à l'écart. C'est sa petite soeur qui raconte l'histoire, et elle trouve injuste ce qui arrive à son frère. Elle met la maîtresse dans la confidence, et celle-ci va trouver une solution... parfumée !

Un livre qui sent l'injustice, l'intolérance, la bêtise et l'impuissance. C'est écrit dans un langage courant, assez familier et merveilleusement illustré par Princesse Camcam (en voir plus, sur son blog) .

**********

L'Ami Iguane raconte l'histoire de Dimitri et sa voisine Manola, qui vient du Mexique, n'a pas un sou, travaille la nuit et vit seule avec son iguane. Un jour, le dénommé père Grinche accuse cette femme et sa bestiole d'avoir mangé l'orteil de son fils. Pour preuve : on retrouve le ballon du garçon et l'orteil blessé dans son jardin. Cela fait beaucoup de peine à Manola, qui choisit de prendre la fuite, avec son iguane. Dimitri les suit, ainsi que les gendarmes. Le garçon ne comprend pas pourquoi elle doute de l'innocence de son animal, car l'iguane est herbivore et le père Grinche n'est qu'un menteur. Manola lui explique, alors, que son iguane est un sans-papier, entré illégalement sur le territoire français. Elle a peur de la gendarmerie, car la loi est la loi, et le travail d'un gendarme c'est de faire appliquer la loi.

Un texte engagé, traité avec humour et fantaisie, Alex Cousseau veut sensibiliser les jeunes lecteurs sur ce sujet d'actualité. Et c'est l'iguane qui n'a pas de papier, je trouve ça plutôt rigolo comme principe. Encore une fois, en comparaison de Je sens pas bon, l'histoire traite de l'injustice, l'intolérance et la bêtise.

 

 

* Paroles de Zig Zag avec toi / Serge Gainsbourg

Editions du Rouergue, septembre 2008 :
* Je sens pas bon, d'Emmanuel Arnaud / illustrations de Princesse Camcam (Zig Zag, 6€)
* L'ami iguane, d'Alex Cousseau / illustrations d'Anne-Lise Boutin (Zig Zag, 6,50€)