17/05/18

La vie et moi, de Cecelia Ahern

la vie et moi

Lucy Silchester, bientôt 30 ans, a rendez-vous avec sa Vie. Depuis deux ans et quelques, la jeune femme a complètement négligé son existence et ne cesse de mentir à son entourage - plaquée par son mec, elle a raconté partout que c'était elle qui était partie. Depuis, ses amis font la fine bouche et refusent de la plaindre.
Lucy a également perdu son boulot et travaille dans une agence où elle prétend parler espagnol - encore un mensonge. Ses relations avec sa famille sont également fuyantes, ses frères ont des carrières brillantes, mais face à ses échecs, son père se montre particulièrement froid et amer.
Au final, Lucy préfère vivre cloîtrée dans son petit appartement avec pour seul compagnon un chat - dont elle doit cacher l'existence, car les animaux sont interdits dans l'immeuble. Sa voisine a un bébé invisible... En bref, tout fout le camp.
Face à sa Vie - incarnée par un vieux type mal fagoté, rebaptisé Cosmo Brown - Lucy n'en mène pas large. Certes, le bilan est désastreux. Raison de plus pour détester cet individu, son contrat et leurs rendez-vous, avant de se raviser en se lançant dans une grande campagne de reconquête de Sa Vie.
Première mission : ne plus mentir. 

Ce roman de Cecelia Ahern a été un petit bonbon sucré ! Vraiment délicieux à déguster.
J'ai adoré y plonger et partager un bout de chemin auprès de Lucy. Au départ, la jeune femme collectionne les bourdes, les stupidités et les bobards. C'est un peu lourd et agaçant, et puis... on finit par découvrir une Lucy plus sensible et fragile - dont on excuse chaque faux pas au fil des chapitres.
Résultat, on peste et on soupire mais au final on rit et on glousse beaucoup aussi !

Le tandem formé par Lucy et Cosmo Brown est impayable - l'auteur a le chic de mettre en scène des duos improbables dans des aventures colorées. C'est drôle, et en même temps chaleureux et bienveillant. Tous les personnages sont attachants. On se sent en famille, très à l'aise, comme dans un cocon douillet. Oui, cette lecture fait un bien fou ! C'est joyeux et bon enfant. Tout simplement adorable. 
On ressort de cette lecture en soulignant qu'il faut chouchouter sa Vie « parce qu'elle vous appartient, elle est ce que vous êtes, elle est toujours là pour vous encourager ». ♫♪ C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup... ♪♫ 
Une lecture au TOP ! Je recommande.

©2012 Flammarion. Traduit de l'anglais (Irlande) par Perrine Chambon et Arnaud Baignot

(P)2018 Audible Studios. Texte lu par Carine Obin (durée : 13h env.)

►Excellente lecture audio ! Une jolie voix pour une écoute favorable à la détente.

 


09/05/18

Mange prie aime, de Elizabeth Gilbert

Changer de vie, on en a tous rêvé... Elle a osé !

Mange, prie, aime

Dans le genre « je réfléchis à ma vie et je cherche la voie du bonheur » - façon Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano - je dis STOP. Je n'en peux plus. Car je réalise que je ne suis PAS DU TOUT réceptive à cette tendance. Preuve avec ce roman d'Elizabeth Gilbert qui m'a semblé long, bavard et peu intéressant.

À 31 ans, pleurant à chaudes larmes dans sa salle de bains, Elizabeth comprend qu'elle n'est pas heureuse et décide de mettre un terme à son mariage. Elle se console auprès d'un amant toxique, sombre dans la dépression avant de partir pour un voyage vers de nouvelles expériences. En Italie, Elizabeth cède à ses instincts d'épicurienne. Pâtes, pizza, pains et glaces... Elle fait une razzia, prend douze kilos mais se sent en paix avec son corps. Elle continue son périple en se rendant en Inde où elle s'installe dans un ashram et s'astreint à une rigueur ascétique pour parfaire sa quête spirituelle. Après quoi, elle part à Bali et rencontre un homme d'affaires brésilien. Elle est séduite, comprend que le temps de la disette sexuelle est révolu. Amen. Elizabeth est pleinement épanouie et peut rentrer à la maison.

Tout ceci résonne un peu trop nombriliste et simpliste. De plus, son personnage incarne également l'archétype de l'américaine complaisante, égocentrique et sans difficulté financière (tant mieux) mais inspire au final beaucoup d'ennui et peu empathie. En bref, j'ai trouvé son parcours peu convaincant. Et ma lecture décevante.

À noter que l'interprétation de Catherine Creux - pas désagréable mais un peu pédante - a sans douce exarcerbé mon scepticisme. Mais ceci n'est qu'une affaire de goût... J'aimerais donner une 2nde chance à l'auteur en suggérant La Tentation du Homard à Audiolib ou Audible Studios. Merci. ☺

©2008 Calmann-Lévy. Traduit par Christine Barbaste

(P)2018 Audiolib / durée : 14h 30 env.

Le roman a été adapté au cinéma en 2010, avec Julia Roberts et Javier Bardem (jamais vu, pas envie non plus).

 

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Après tout, de Jojo Moyes

Après tout

J'avais été déçue par Après toi - c'était une suite, c'était risqué et ça ne ressemblait à rien. C'était du n'importe quoi et c'était très agaçant. Ne voulant pas rester sur ce sentiment d'échec, j'ai donc écouté le troisième épisode sans hésitation... et j'ai clairement adoré. On retrouve tout le peps de notre héroïne, on renoue avec la douceur et le romantisme, c'est franchement très bon !

Cette fois, Louisa Clark a remis sa vie sur les rails et pris un nouveau départ à New York où elle a décroché un poste d'assistante auprès de l'épouse polonaise d'un riche homme d'affaires. Elle s'installe en plein Manhattan et se familiarise avec sa nouvelle vie. D'abord balbutiante et maladroite, elle finit par trouver un semblant d'harmonie et de bien-être. Sa famille lui manque, son petit copain aussi. Lou cherche donc à tout concilier, même si les relations à distance rendent fragiles les promesses et les idylles encore fraîches. Sa rencontre avec le sosie de Will Traynor ne va sans doute pas arranger ses affaires. Son cœur a fait boum, et le nôtre aussi.

Jojo Moyes a su m'embarquer sur près de 15 heures d'écoute, à bord d'une histoire où l'on accompagne une jeune femme toujours en quête d'elle-même, peu sûre de ses choix mais pleine d'élan et de dynamisme. Son optimisme à toutes épreuves fait aussi son succès. On prend plaisir à la soutenir, à la regarder se débattre, à rêver et à pleurer. C'est une habitude de l'auteur - elle distille de l'émotion à chaque coin de page et elle donne l'impression de raconter l'histoire d'une copine autour d'une tasse de thé. L'exil à New York est féerique, la galerie des personnages si attachante et les aventures de Lou sont extraordinaires. J'ai totalement succombé. Ce troisième roman de la série est doux, drôle et délicat. Il a signé ma réconciliation avec une miss Clark épatante et audacieuse. Bravo !
P.S.: J'ai adoré la fin.

©2018 Milady. Traduit de l'anglais par Odile Carton

(P)2018 e-Dantès. Lu par Émilie Ramet  / durée : 14h 50

Série : La trilogie de Lou, livre audio 3 -  Téléchargeable sur Audible FR

Interprétation chaleureuse et très agréable d'Émilie Ramet, comme toujours. Sa voix est rassurante et nous berce au cours de notre écoute. On entend presque les youyous de ce mariage réussi.

 

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06/05/18

Panique au manoir (Agatha Raisin enquête 10), de M.C. Beaton

Panique au manoir Agatha Raisin enquête 10Désirant vérifier les dires d'une voyante, Agatha Raisin part s'installer dans le Norfolk pour y rencontrer l'âme sœur. Enfin l'occasion d'enterrer ses rêves d'idylle avec James Lacey ?
Or, l'ambiance à Fryfam n'est pas à la hauteur des attentes. Aucune chaleur. Une hospitalité déplorable. La météo aussi fait grise mine. En bref, le séjour d'Agatha vire à la déconfiture.
Pour se consoler, elle décide d'écrire un roman policier... Panique au manoir ! Elle s'inspire ainsi de sa récente rencontre avec le couple Trumpington-James, avec qui elle a pris le thé en pinçant le nez, et jette sur le papier toutes ses rancœurs enfouies.
Fait non surprenant, un meurtre improbable survient dans cette paisible bourgade. Pour le coup, le fameux manuscrit d'Agatha pèse lourd dans la balance et place encore notre héroïne dans le viseur de la police. Affolée, elle appelle sir Charles Fraith à la rescousse !

Ce qui est sûr avec cette série de MC Beaton, c'est que les tomes défilent mais mon enthousiasme ne s'émousse guère. Cette comédie policière fait toujours preuve de charme et d'humour à travers des enquêtes ordinaires et néanmoins distrayantes.
Agatha Raisin est éclatante de mauvaise foi. Son duo avec Charles est impayable - dommage que l'ombre de James plane de façon pesante et tragique. Et je ne vous parle pas des cinq dernières minutes du roman... Crise de nerfs assurée.
Rendez-vous est déjà pris pour le mois de juin, avec la parution des deux nouveaux épisodes (L'enfer de l'amour #11 & Crime et déluge #12). 
Elvis has left the building !

©2000 / 2018 M. C. Beaton / Éditions Albin Michel. Traduit de l'anglais par Françoise Du Sorbier

(P)2018 Audible Studios. Texte lu par Françoise Carrière (durée : 5h 40)

Série : Agatha Raisin enquête, livre audio 10

 Bravo Françoise Carrière pour votre assiduité et votre dynamisme enjoué dans chacune de vos lectures ! C'est un régal. ☺

 

La Sœur de la tempête (Les Sept Sœurs 2), de Lucinda Riley

Ally Soeur de la tempetePremier tome - Maia - lu l'an dernier. La saison printanière m'incite décidément à plonger dans des ambiances romanesques et dépaysantes !
Retrouvons donc la numéro deux de la grande fratrie d'Aplièse : Ally est passionnée de voile et vient de rejoindre un nouvel équipage pour une course prestigieuse conduite par le skipper Theo Falys-Kings. Une rencontre bouleversante pour la jeune femme. Un coup de foudre qui va chambouler sa vie et son cœur.
Au même moment, elle apprend la mort de son père, Pa Salt, et rentre en catastrophe en Suisse. Comme ses sœurs, elle reçoit quelques indices sur ses origines, dont la biographie du compositeur Jens Halvorsen et son épouse Anna Landvik, contemporains de l'artiste norvégien Edvard Grieg. 
Mais découvrir le lien entre ces destinées et celle de notre héroïne demande aussi beaucoup, beaucoup de temps car la construction du récit est lente et longue. Cela commence fin du XIXe siècle avec une jeune fille sortie de sa campagne, dont la voix exceptionnelle lui fait ouvrir les portes d'une éducation raffinée en ville et côtoyer les orchestres pour acquérir une grande renommée. Son parcours va croiser le chemin d'un homme charmant et séducteur, de là l'avenir d'Anna va connaître un revers étonnant.
Et ainsi, le roman avance au gré de va-et-vient entre le passé et le présent - n'oublions pas Ally en pleine tourmente émotionnelle, qui débarque à Bergen en quête de vérité et qui découvre aussi, comme Maia, un héritage familial inattendu !
Dommage que le tout manque de crédibilité et se révèle moyennement captivant. Les personnages ne sont pas attachants. Et surtout, c'est beaucoup trop long. Au final, cet épisode a été - pour moi - une déception. Je laisse néanmoins une autre chance à la série en lisant le #3 (La sœur de l'ombre) car le résumé est assez tentant.

©2016 Leduc.s. Charleston éditions. Traduit de l'anglais (Irlande) par Marie-Axelle de La Rochefoucauld

(P)2017 Audible Studios. Texte intégral lu par Marie Bouvier (durée : 20h)

Série : Les sept sœurs, livre audio 2

Très bonne lecture faite par Marie Bouvier. Voix agréable, intonation délicieuse, écoute plaisante. Mais les 20 heures d'écoute m'ont paru trèèès longues !

 


24/04/18

Une journée exceptionnelle, de Kaira Rouda

Une journée exceptionnellePaul et Mia Strom partent en weekend dans leur maison secondaire en bordure de lac. Les enfants sont confiés aux bons soins d'une babysitter. Le couple peut prendre la route en toute quiétude. Pour Paul, la journée s'annonce exceptionnelle.
Mais voilà... Une tension perceptible flotte dans l'habitacle. La sensation diffuse d'un malaise. D'une contrariété. Et ce bruit sourd est en train de gronder, enfler... prêt à exploser.
Toutefois, Paul est confiant. Il trace son chemin, les mains sur le volant, les yeux fixés sur le bitume, et ressasse les années heureuses de leur mariage - son coup de foudre pour la jolie Mia - et leur amour face aux obstacles. Paul est un homme sûr de lui, de son charme, de son pouvoir. Il a gravi les échelons dans son agence de publicité. Il a fondé une famille exemplaire. Il aime séduire et courtiser pour se rassurer.
Oui, vraiment, Paul Strom est un homme comblé.
Et pourtant, en jetant des regards en coin, il ne peut ignorer la position crispée de son épouse, ses allusions piquantes, ses questions insistantes. Aussitôt le doute s'installe. Mia est différente. Ses pensées vagabondent et semblent l'éloigner de lui.
L'époux cherche alors une explication. Il fouille dans sa mémoire, cherche des indices et pioche au hasard. Ce détail l'agace, car il se vante d'avoir tout sous contrôle et ce grain de sable peut entacher son weekend parfait. Impossible. Paul juge cela intolérable.
Il est vrai que Mia n'est pas en grande forme, ces derniers temps. Elle a perdu beaucoup de poids et les médecins ne trouvent aucune explication à ses symptômes. Paul a saisi l'occasion - sa femme a besoin de repos. Il balaie ainsi d'un geste de la main l'idée qu'elle reprenne le travail. La place d'une épouse est à la maison, auprès des enfants. Point.
Ceci plus cela font que le portrait de Paul Strom ne laisse aucune hésitation sur sa véritable personnalité - c'est un pervers narcissique, au comportement infect, qui fait valoir sa supériorité de mâle et qui tire plaisir à écraser les autres. Ouch.
Toute la complexité du roman est finalement d'avoir su marcher sur cette corde raide. On passe une bonne dizaine d'heures à écouter ses palabres, la mâchoire raide, les nerfs en pelote. On se glisse dans la tête de ce type odieux et on mesure l'ampleur de son raisonnement. L'effet est glaçant... par contre, quelle prouesse ! L'auteur a réussi un suspense psychologique de haute volée avec une histoire, certes, un peu trop lisse et banale mais au sein de laquelle le profil du psychopathe s'épanouit tranquillement, à la barbe du lecteur honteux de sa fascination.
J'ai bien aimé le tour de passe-passe. J'ai surtout été étonnamment surprise par l'interprétation de François Montagut qui a su me faire rire à plusieurs reprises (je l'ai pourtant souvent épinglé pour ses mimiques insupportables à caricaturer les voix féminines) ! Là, j'ai été scotchée. 
Un bon roman où priment l'action lente et la manipulation mentale à dézinguer famille, mariage etc. Épouvantable ! ☺

©2018 Leduc.s Traduit par Amélie de Maupeou (éditions Charleston, 384 pages)

(P)2018 Audible Studios. Texte lu par François Montagut (durée : 11h env.)

une journée exceptionnelle charleston

 

20/04/18

Sale temps pour les sorcières (Agatha Raisin enquête 9) de M. C. Beaton

Agatha Raisin sale temps pour les sorcièresLes tomes s'enchaînent, comme les déboires, pour Agatha Raisin !
Après les émotions fortes subies dans Coiffeur pour dames, Agatha est partie se consoler dans un hôtel de bord de mer, à Wyckhadden, où elle trompe son ennui en se joignant à une bande de retraités fondus de Scrabble. En discutant ci et là de ses problèmes capillaires, elle se voit conseiller de consulter la sorcière locale, Francie Juddle, dont la réputation n'est plus à faire en matière de décoctions miraculeuses.
Agatha est excitée et ne résiste pas à la tentation en achetant un philtre d'amour ! Ses pensées volent toujours vers James Lacey... soupirs, soupirs... seulement notre anglaise vient de rencontrer un inspecteur de police, Jimmy Jessop, loin d'être insensible à son charme. Partout où Mrs Raisin passe, les cœurs battent la chamade et les victimes se comptent à la pelle.
En effet, alors que la petite ville de Wyckhadden ronronnait paisiblement dans son coin, l'arrivée de notre détective amateur va semer la zizanie. Seuls ses nouveaux amis du Garden Hotel restent imperturbables et ne dérogent nullement à leurs rituels - repas, promenade, bal sur la jetée et jeux de société.
Ce 9ème épisode est absolument sensationnel et figure parmi mes préférés de la série ! Le changement de décor ne pénalise en rien la bonne ambiance (pourtant, j'adore Carsely & le charme des Cotswolds), les personnages sont aussi facétieux et Agatha ne cesse d'être surprenante.
Ses péripéties sont toujours piquantes - entre sa quête d'amour et son besoin de fourrer son nez dans les affaires des autres. En bref, on ne s'ennuie pas un instant. C'est une lecture pleine de peps et de sourires. Une série divertissante & un rendez-vous (pour moi) incontournable. 

©1999 / 2018 M. C. Beaton / Éditions Albin Michel. Traduit de l'anglais par Amélie Juste-Thomas
Original Title : Agatha Raisin and the Witch of Wyckhadden

(P)2018 Audible Studios. Texte lu par Françoise Carrière (durée : 6h env.)

Série : Agatha Raisin enquête, livre audio 9

 

17/04/18

Les délices de Tokyo, de Durian Sukegawa

Les délices de TokyoCoincé dans une échoppe située rue des cerisiers, Sentarô passe ses journées à préparer des dorayaki, ces pâtisseries japonaises à base de pâte de haricots rouges, qu'il vend pour la plupart à des collégiennes gloussantes et geignardes.

L'homme est las de son existence, mais doit éponger une dette et n'a donc pas trop le choix de son devenir. Un jour, il croise dans sa boutique une petite vieille aux mains déformées, qui se propose pour une embauche. D'abord réticent, Sentarô finit par céder à son chantage et lui confie les rênes de sa cuisine.

L'énigmatique Tokue est prodigieuse - sa recette des dorayaki est sans égale. Savoureuse, sucrée, onctueuse. Aussitôt, la clientèle afflue et Sentarô retrouve une certaine confiance... même si sa nouvelle employée lui inspire quelques inquiétudes car sa présence n'est pas du goût de la propriétaire, qui a eu vent de son passé et de ses lourds secrets.

Moi qui espérais une lecture printanière (fraîche et légère) j'ai eu la grande surprise de découvrir une histoire poignante et monotone. Au-delà du charme japonisant, c'est un récit empreint de pudeur et de poésie qui se déploie au cours des 5 heures d'écoute. C'est sans doute beau et émouvant, mais je n'ai pas été réceptive à la petite mélodie. Au contraire, j'ai trouvé ça lent, long, plat et assez fade. En gros, je suis complètement passée à côté. Quelle frustration...

©2016 Albin Michel. Traduit par Myriam Dartois-Ako

(P)2018 Audible Studios. Texte lu par Christine Braconnier (durée : 5h env.)

Excellente écoute avec une narratrice minutieuse et à la voix harmonieuse, qui saisit le poids des émotions sans charger la donne et qui fait preuve d'une grande subtilité dans le déroulement de l'histoire à lire. Une belle expérience. On retrouve également Christine Braconnier dans la série Anne Capestan de Sophie Hénaff.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12/04/18

La Reine de la Baltique (Meurtres à Sandhamn #1), de Viveca Sten

La Reine de la BaltiqueFérue des romans de Camilla Läckberg, dont j'attends désespérément le dernier, La Sorcière, en format audio, je me replie sur sa compatriote, Viveca Sten, puisque sa série des Meurtres à Sandhamn connaît également un joli succès ! Il existe d'ailleurs une (très bonne) série TV déjà diffusée sur Arte.

L'amoureuse des contrées nordiques (que je suis) n'a forcément pas su résister à cette nouvelle invitation, direction une petite île au large de Stockholm, un paradis pour des vacances en famille ou une mise au vert en toute quiétude. Le charme scandinave par excellence. J'ai donc succombé, c'était parié. Or, cet havre de paix est perturbé par la mort suspecte d'un homme échoué sur une plage, puis par d'autres découvertes macabres qui amènent l'inspecteur Thomas Andreasson à booster ses cellules grises afin de calmer le vent de panique qui monte chez les insulaires, en pleine saison touristique. Habitué de Sandhamn, Thomas y retrouve son amie d'enfance, Nora Linde, devenue juriste dans une banque et mère de deux enfants. Elle forme avec Henrik un couple bohème et moderne, même si la jeune femme aspire à d'autres ambitions, d'autres envies, et se heurte à un mur d'incompréhension chez son mari.

On ne retrouve peut-être pas encore cette même sensation d'immersion totale dans un cocon familier, celle qu'on éprouve à partager l'intimité du couple Erica Falck et Patrik Hedström, mais le dépaysement n'est pas mal non plus. Pour l'intrigue policière, l'action et le suspense sont bien dosés. On ne se fait pas des nœuds au cerveau non plus, et la fin pousse trop loin le bouchon, mais je ne louperai certainement pas la suite dès sa publication en audio ! J'ai adoré enfiler mes clogs Lotta, flâner à vélo et déguster des kanelbullars, mais j'aimerais maintenant bousculer les personnages pour qu'ils se lâchent davantage... Pour la détente et l'évasion, cette série s'annonce parfaite.

©2013 Albin Michel. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne

(P)2018 Audible Studios. Lu par Raphaël Mathon (durée : 11h)

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09/04/18

Phobos#4: Il est trop tôt pour respirer, de Victor Dixen

phobos4

De retour de leur mission, les derniers survivants du programme Genesis doivent répondre de leurs choix au cours d'un procès aux nombreuses retombées médiatiques. Léonor, plus particulièrement, est dans le viseur. Son bras de fer avec Serena McBee est encore dans toutes les mémoires. Qu'on aime ou pas, la jeune fille continue de diviser. Mais Léo tient bon et accuse les coups. Elle a d'ailleurs d'autres projets en tête et veut fouiller son passé pour percer le secret de ses origines. Elle n'oublie pas non plus son grand amour perdu, crie justice, affronte la pègre brésilienne et se lance dans le combat écologique pour préserver la planète et alerter l'opinion publique sur le drame des “errants climatiques”. Léonor est la pasionaria par excellence, même si elle saoule grandement. Autour d'elle, ses amis se consacrent à leurs carrières respectives (danse ou médecine) tandis que d'autres mordent la poussière ou luttent pour leur survie.

Mon appréciation globale de la série a toujours été en dents de scie - des personnages creux, des atermoiements interminables, des amourettes risibles et une expédition scientifique en dessous des normes. Pourtant, Phobos suscite un vrai engouement, une addiction palpable, qui fait qu'on y retourne, en dépit des défauts pointés du doigt. C'est assez spectaculaire et ingénieux pour le souligner ! Ce dernier volume ne déroge pas à la règle. Il va combler les nombreuses questions ouvertes, laissées en suspens, mais va procéder de façon convenue et longuette, avec une fin hollywoodienne à faire rouler des yeux. En puisant son inspiration dans les courants actuels (cinéma, jeux vidéo et internet), l'auteur produit ainsi des scènes sensationnelles, qui font leur petit effet auprès d'un public adolescent, avide d'émotions fortes. 

Lors de sa parution fin 2017, je pensais y plonger assez rapidement, intriguée mais lucide, car j'étais refroidie par les 17 heures d'écoute annoncées. Cet épisode 4 s'est néanmoins avéré distrayant et plaisant à écouter. Maud Rudigoz est une narratrice parfaite (joli timbre de voix, intonations cohérentes, aucune surenchère, nulle caricature, débit fluide et agréable). Et puis l'histoire offre son lot de bonnes surprises. En somme, la lecture n'est certes pas révolutionnaire, mais sympathique dans le genre.

 

©2017 Robert Laffont (P)2017 Audible Studios. Texte lu par Maud Rudigoz (durée : 17h 23)

 

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,