30/05/19

La Sœur de l'ombre (Les Sept Sœurs 3), de Lucinda Riley

La sœur de l'ombreEn voilà une bonne surprise ! Ce troisième tome de la saga des Sept Sœurs a été un enchantement. J'avais eu des doutes jusqu'à présent et lancé un ultimatum avec celui-ci. Ça passe ou ça casse. Au final, je l'ai dévoré en un temps record.
Plus précisément, c'est toute la partie se déroulant dans le passé qui m'a transcendée. J'ai franchement adoré l'histoire de Flora MacNichol. Direction la campagne anglaise, au début du XXe siècle. La jeune fille de 19 ans est une amoureuse de la nature et une amie des animaux. Elle fuit la société, les bals et l'idée du mariage mais se réjouit des fiançailles de sa sœur avec un ami d'enfance... Sauf qu'elle tombe amoureuse du promis !
Star d'Aplièse est donc la troisième sœur - la plus discrète car toujours dans l'ombre de sa presque jumelle CeCe. En héritage, elle aussi a reçu sa lettre censée la guider vers le secret de ses origines. Elle se rend d'abord dans une librairie à Londres puis débarque dans le Kent avant de s'évader pour la région de Lake District pas loin des jardins de Beatrix Potter.
S'ensuit un long, long chemin romanesque et fascinant au cours duquel Star va également déverrouiller son cœur et se trouver une famille. C'est d'ailleurs le bémol de ma lecture car je ne trouve pas la partie contemporaine très folichonne (surtout la fin) mais le reste est extra ! J'ai passé un vrai bon moment de divertissement, j'ai adoré les décors et j'étais intriguée par la destinée des personnages. J'aurais voulu que l'histoire ne rattrape jamais le temps présent. J'étais attristée de quitter les carnets de Flora pour retrouver la vie insipide de Star.
Ceci étant dit, me voilà à nouveau requinquée pour poursuivre cette série sur laquelle je n'aurais pas parié ! Entre nous, l'écriture de Lucinda Riley est mielleuse et pas très funky. Elle possède néanmoins un sens de la narration qui rend son récit addictif - même pour les plus sceptiques !

©2017 Charleston Éditions (P)2017 Audible Studios

 


27/05/19

La petite boulangerie du bout du monde, de Jenny Colgan

RELECTURE AUDIO #ChallengeAudible
Mai : à l'assaut du feel good pour être dans un bon mood

La petite boulangerie du bout du monde Audible

Merveilleux voyage à Mount Polbearne, où règne une ambiance crémeuse, chaleureuse et magique !
J'ai suivi Polly dans sa nouvelle vie de boulangère sans le sou et qui plaque tout pour vivre une expérience insensée sur cette île au large de Plymouth mais où la communauté vous accueille les bras ouverts - entre les marins au cœur d'or, l'apiculteur de Savannah à l'accent chantant, le millionnaire excentrique... et le petit macareux promis à devenir la mascotte !

Aucune surprise dans cette (deuxième) lecture si ce n'est le plaisir de renouer avec un univers bienveillant et le bonheur de larguer les amarres une bonne fois pour toutes. Cela m'a fait du bien de retrouver ce que j'avais tant aimé la première fois car la magie est toujours intacte.
Ce premier tome est d'ailleurs mon préféré de la série. On y trouve des sourires, des rires, des larmes, des potes et des petits pains chauds... la mer en toile de fond, des chansons, des cérémonies, des adieux, des réconciliations, de l'amitié, des promesses et des départs. La fin s'étire un peu en longueur - comme si on avait envie de prolonger l'instant et de ne jamais fermer la parenthèse. Qu'importe.
Je suis entichée à jamais de Mount Polbearne ! J'y ai déposé mes valises et ne veux plus en bouger. ¡ Adios Amigos !

©2015 Prisma. Traduit par Étienne Menanteau, Francine Sirven, Eve Vila (P)2017 Audible Studios

 

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24/05/19

#ChallengeAudible : Ma vie, mon ex et autres calamités, par Marie Vareille (+) Un merci de trop, de Carène Ponte

RELECTURE AUDIO. #ChallengeAudible
Mai : à l'assaut du feel good pour être dans un bon mood

Ma vie mon ex et autres calamités

Attention, notre héroïne est une courge première catégorie... qui se reprend heureusement dans la dernière droite - ouf, ça me rassure car Juliette est à secouer dans toute cette histoire (trompée par son mec, sa copine, son employeur... ça fait beaucoup). En plus, elle courbe l'échine, pleure tout son saoul et se ruine pour un voyage aux Maldives en jurant qu'elle va récupérer l'homme de sa vie.
Oh la la. Ça peut sembler pathétique un instant mais ça reste une comédie légère et enjouée donc on en rajoute dans les émotions et les quiproquos. C'est fait exprès. La rencontre dans l'avion me fait penser à du Sophie Kinsella (Les petits secrets d'Emma) sinon ça reste du Marie Vareille tout doux et attachant. Une jolie plume rigolote et qui touche en plein cœur. 
J'ai donc passé un très bon moment. Encore une fois. Et je crois que mon moment préféré, c'est la fin. Je craque. ♥

La lecture faite par Marie-Eve Dufresne est excellente... même si sa voix, son ton, sa performance m'ont aussi fait penser au personnage de Zoé Cortès qu'elle incarne dans la saga de Katherine Pancol. 

©2014 Marie Vareille (P)2018 Audible Studios

 

===================================

 

Un merci de tropFinalement, mes inquiétudes étaient fondées : dès les premières notes, l'histoire sonne niaise et superficielle. Un sentiment qui ne va hélas pas s'effacer. Le personnage de Juliette est en pleine chimère : elle perd son job, elle noie son désarroi dans un bar, elle couche avec un inconnu, elle tombe enceinte, elle s'amourache de son voisin, elle se lance dans l'écriture et elle dit crotte à ses parents surprotecteurs. C'est... pfiou !
Je ferme volontiers les yeux dans le cadre d'une comédie rigolote mais je soupire quand même car on a tendance à valoriser des nanas cruches dans des situations aberrantes. Le fameux Luc non plus ne m'a pas convaincue. Sa volte-face après une soirée romantique est de la goujaterie pure et simple. Sérieux. De toute façon le coup du beau gosse qui court au chevet de la femme invisible pour revêtir son armure de chevalier... je n'y crois pas du tout. 
En somme j'ai beaucoup moins aimé. Étant donné le contexte douloureux, la première fois que j'avais lu ce roman, je comprends pourquoi il avait su me dorlotter et se parer de douces illusions. J'étais shootée. Vidée de tout sens commun. Là je me dis, hmm... faut pas exagérer tout de même. C'est sympa, mais.

©2016 Michel Lafon (P)2017 Audible Studios

#ChallengeAudible 
Mai : à l’assaut du feel good pour être dans un bon mood.

 

18/05/19

Nous étions les hommes, de Gilles Legardinier

Nous étions les hommes

Sur fond de recherches médicales avec complots scientifiques pour corser le dossier, le roman est entraînant et perspicace pour commencer, puis beaucoup moins stimulant au fil des pages. En fait, soit l'histoire s'essouffle soit c'est moi qui ai simplement décroché. En tout cas, il y a peu d'action et trop de réflexion. Le final aussi est vraiment peu percutant. C'est franchement moyen. 

À Edimbourg, le docteur Scott Kinross travaille sur la maladie d’Alzheimer. Associé à une jeune généticienne, Jenni Cooper, il a découvert une clé de cette maladie qui progresse de plus en plus vite, frappant des sujets toujours plus nombreux, toujours plus jeunes. La violence explose et ne cesse de surprendre les spécialistes. D'où leurs conclusions aussi perturbantes qu’effrayantes.

Quid des enjeux et des théories insensées... J'ai trouvé cette lecture lassante et conventionnelle. Elle restera peu mémorable en dépit du nom de l'auteur. Ça me déçoit. 

©2011 Fleuve Noir (P)2019 Lizzie

  • Lu par : Bernard Gabay
  • Durée : 11 h 30 env.
  • Avec entretien de l'auteur

La performance de Bernard Gabay est, par ailleurs, positive, serinée d'une voix grave et appliquée. Au cinéma, c'est Viggo Mortensen qui l'incarne le mieux (oui, sa voix française).

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Vue pour la dernière fois, de Nina Laurin

Vue pour la dernière fois AudibleEn apprenant la disparition de la jeune Olivia Shaw, Laine comprend que son tortionnaire est de retour. Vers 10-13 ans, elle aussi a vécu le même calvaire : kidnapping, séquestration, viol. Depuis, son existence est une succession d'échecs. Une vie mise en arrêt.
Obsédée par ce type, elle passe des heures sur le net à lire des commentaires haineux à son sujet. Car Laine suscite toujours autant de curiosité malsaine et nourrit toutes sortes de spéculations insensées. Forcément, dans sa tête, ça déraille.
Et pourtant, lorsque les parents adoptifs d'Olivia la contactent pour aider l'enquête, Laine accepte de les rencontrer même si elle n'est pas non plus une totale étrangère. Mais elle doit sauver la fillette, à tout prix, et ce malgré ses souvenirs occultés.

De manière globale, Laine est loin d'être fiable. Brisée et complètement paumée, elle se shoote aux médicaments à longueur de journée. Elle a les idées embrouillées, fait n'importe quoi, n'écoute personne et part en vrille pour un rien. Certes, elle n'a pas non plus envie qu'on se mêle de ses affaires, prend plaisir à s'autodétruire et à s'aliéner tout le monde. C'est triste, non ?
En vrai, c'est insupportable.

On suit donc son histoire avec lassitude et sans émotion. Son personnage est trop sur la défensive. Trop pitoyable. On a du mal à s'attacher, en plus c'est long et plat. On devine la fin dès le début. Ça ne tient pas la route et c'est plein d'incohérence. Non vraiment, c'était pas top. Trop poussif et déprimant. Je n'en voyais pas le bout...

©2019 Presses de la Cité. Traduit de l'anglais (Canada) par Cécile Arnaud (P)2019 Audible Studios

La voix de la lectrice est hélas monocorde, ce qui n'encourage pas davantage la compassion. L'expérience a été une déception sur toute la ligne. Dommage.

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


17/05/19

Sisters, de Michelle Adams

Sisters Michelle AdamsDeux sœurs se retrouvent pour enterrer leur mère et faire table rase du passé. Entre Irène et Eleanor, pourtant, l'entente est houleuse. Séparées dès leur plus jeune âge, elles ont grandi en s'évitant le plus possible en raison de leur animosité de longue date.
Leur relation est en effet toxique. Irène a été tenue à l'écart du nid familial, mais Eléanor a toujours cherché à la revoir. Par contre, leurs retrouvailles ont sans cesse viré à la catastrophe car elles sont néfastes l'une pour l'autre. On ne comprend pas comment elles en sont arrivées là ni pourquoi les parents ont fait ce choix mais on ne demande qu'à savoir !

Lorsque El va disparaître mystérieusement, les soupçons vont alors se tourner vers sa sœur. La police pointe du doigt toutes les évidences : hostilité, vengeance et héritage. Son compte est bon. Et si tout ce qu'on nous sert depuis le début n'est qu'un leurre ?
Tout ça est finalement très confus et suscite beaucoup d'amertume. L'ambiance du roman est glauque et pesante. C'est assez pénible à lire. Les personnages n'inspirent aucune empathie - les deux sœurs ont des rapports tordus et malsains. Trop bizarre. Je n'ai pas aimé cette sensation. Au final, on erre comme de pauvres âmes en détresse en calculant le temps qui nous reste avant la délivrance. Un signe qui ne trompe pas.
Ceci me laisse donc dubitative : cette lecture est un peu trop sordide à mon goût et n'a pas su me convaincre.

©2017 Bragelonne (P)2019 Hardigan

La voix de la lectrice est sèche et nerveuse, son débit rapide nous tient à distance. L'ensemble conforte ce sentiment d'une atmosphère perturbante et peu amène.

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14/05/19

On se reverra, de Lisa Jewell

On se reverra HardiganUne mère célibataire aperçoit un type égaré sur une plage et accepte de l'héberger quand elle comprend qu'il est amnésique. Ensemble ils vont retracer son parcours et percer le secret de son identité. En même temps, une jeune ukrainienne installée à Londres s'inquiète de la soudaine disparition de son mari mais remue ciel et terre pour le retrouver.
Deux histoires liées ? des fils invisibles qui se tressent entre ces quêtes désespérées et autres âmes désœuvrées ? C'est ce qu'on suppose. En plus de ça, on a aussi un coup de projecteur sur une famille en vacances durant l'été 1993 au cours duquel une rencontre va bouleverser leur destin.
On se dit que c'est bon, c'est plié, c'est dans la boîte. 

Je pensais avoir tout deviné, j'ai tenté des recoupements, j'ai bullé dans mon coin en attendant que le lapin sorte du chapeau. Après tout... Mais finalement j'ai pas mal été roulée et c'est tant mieux. Les intrigues s'entortillent plus malicieusement et réservent quelques soubresauts inattendus.
Le roman trace sa route, simple et efficace, malgré un scénario peu transcendant. J'ai globalement apprécié son contenu même si j'ai trouvé le final longuet et les roucoulades inutiles. Je n'ai pas non plus été en connexion avec les personnages. Toutefois cela n'a pas nui à mon appréciation car j'ai passé un bon moment.
Vite lu... et probablement vite oublié.
Voilà voilà.

Par contre, la lecture audio est assurée par Émilie Ramet, autrement dit LA voix des romans de Jojo Moyes. Une sensation très perturbante pour la fine bouche que je suis. J'avais donc cette confusion permanente en tête et ça ne collait pas avec l'intention d'un “roman haletant au suspense maîtrisé”. Sinon, c'est très bien lu !

©2018 Bragelonne. Traduction par Adèle Rolland-Le Dem (P)2018 Hardigan

Titre VO : I Found You

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13/05/19

Je t'aime, de Barbara Abel

je t'aime barbara abel pocketMaude (divorcée) et Simon (veuf) forment un couple fusionnel. Ils vivent avec leurs enfants respectifs dans une grande maison bourgeoise et partagent un bonheur sans nuage. Un jour, Maude surprend la fille de son compagnon en train de fumer du cannabis dans sa chambre. La jeune fille promet d'en rester là si sa belle-mère n'en touche pas un mot à son père. Pourtant, quelques mois plus tard, un accident de la route fait vaciller tout ce petit monde. Alice est placée en garde à vue. Simon crie à l'injustice. Le couple est alors aspiré dans un chaos contre lequel il ne va pas pouvoir lutter.

C'est aussi tout un mécanisme improbable qui se met en branle. Un enchaînement de circonstances qui ressemble à un jeu de quilles. La boule est lancée et va tout fracasser sur son passage. Et ça vacille, et ça tombe, un peu au hasard, mais ça fait des ravages. J'ai lu d'ailleurs ce roman en une goulée - avec la sensation d'être en apnée. J'étais tellement médusée. L'histoire ressemble à un immense sauve-qui-peut où suinte le désespoir. Il n'y a aucune violence ni de manipulation perverse. Simplement c'est l'histoire d'une famille qui agit n'importe comment par amour. Certes, les conséquences sont désastreuses. Le drame survient là où on ne s'y attend pas. Et on assiste à cette pagaille avec stupeur et horreur.

C'est très, très bon. Un peu choquant mais tellement prenant.

Parution POCKET (2019)

©2018 BELFOND (P)2018 LIZZIE

Ceci n'est pas exactement une histoire d'amour, même si l'influence qu'il va exercer sur les héros de ce roman est capitale. Autant d'hommes et de femmes dont les routes vont se croiser au gré de leur façon d'aimer parfois, de haïr souvent. Parce que dans les livres de Barbara Abel, comme dans la vie, rien n'est plus proche de l'amour que la haine.

Cachou Kirsch est une lectrice remarquable ! Sa performance nous glace le sang dans les veines. C'était en parfaite adéquation avec la description du cauchemar décrit. Une tension latente, mais glaçante. C'est excellent !

Couverture de Je t'aime

 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03/05/19

Il est grand temps de rallumer les étoiles, de Virginie Grimaldi

Il est grand temps de rallumer les étoilesAprès une série noire de lectures qui me filaient le bourdon, j'ai accueilli ce roman avec un sourire béat aux lèvres. Quel bien fou il apporte ! Son histoire est pourtant simple : une mère acculée par les dettes choisit de tout plaquer au volant d'un camping-car pour filer droit jusqu'au Pôle Nord. Ses deux filles râlent mais qu'importe... c'est désormais une question de survie.
Durant deux mois, Anna, Lily et Chloé vont vivre des aventures fabuleuses et miraculeuses. En compagnie d'un groupe de globe-trotteurs, elles vont parcourir la Scandinavie mais surtout crever l'abcès qui gangrène leur relation : une maman trop absente, un papa mis au piquet, une ado en quête d'amour et une autre en manque de confiance (qu'elle donne à son rat ou à son journal Marcel).
C'est drôle de les suivre et de participer à leur road-trip qui raconte aussi les hauts et les bas de la vie de famille, les secrets, les non-dits, les mensonges, les câlins, les coups de gueule, les désirs et les envies. Ça dit aussi qu'être maman à plein temps n'est jamais facile (on a le droit de se louper). Que les enfants grandissent trop vite et qu'ils n'ont pas toujours le bon mode d'emploi pour avancer sans trébucher. En tout cas, ça inspire un bonheur immense et ça invite à lâcher prise.
Parce que ce roman est léger, joyeux et bienveillant. Parce qu'il croit au destin et aux secondes chances. Parce qu'il arrondit les angles et fait grossir les yeux d'étonnement. Tout ça vaut bien 5 étoiles dans mon champ cosmique personnel. La version audio est de loin la formule crème fouettée du roman ! J'ai adoré la performance de Nathalie Hugo : on a l'intelligence, la tendresse, l'humour et la sensibilité. C'est parfait. On s'attache aux personnages, on voyage, on rit, on sourit, on s'esclaffe, on peste, on se dit ... quoi, non, pas possible, encore. Une lecture arrivée pile poil au bon moment.

©2018 Librairie Arthème Fayard (P)2019 Audiolib

 

25/04/19

Am Stram Gram, de M. J. Arlidge

Am Stram Gram lizzieSuis très perplexe après cette lecture. 
Qui, pourtant, démarre fort : des couples sont enlevés pour être séquestrés dans des lieux sordides. Ils n'ont pas d'eau, pas de vivres, mais un pistolet chargé d'une seule balle. Le deal est clair : pour survivre, il faut éliminer l'autre. 
Ce jeu morbide va hélas faire des adeptes et essaimer ses victimes dans tout Southampton. Pour l'équipe du commandant Helen Grace, la traque est dès lors obsessionnelle et sans pitié. Qu'importe si l'assassin est coriace, avec toujours une longueur d'avance.
L'ambiance au bureau est aussi tendue par la connaissance d'une taupe au sein de la brigade. Qui livre des infos au tortionnaire ? qui marchande des bribes de l'enquête à la presse ? En gros, tout fout le camp. Et on continue d'avaler des pages et des pages de scènes immondes avec un stoïcisme anormal. 
Comme si ça ne suffisait pas, la vulgarité s'invite à la fête. À croire qu'on aurait pu oublier combien c'est glauque. Une surenchère inutile. Déjà que l'héroïne est particulièrement tordue dans son genre : chaleureuse comme un bloc de marbre et aimant pratiquer une vie sexuelle riche en sensations fortes.
Voilà, voilà. Des réjouissances peu folichonnes pour un roman dégobillant les travers et autres perversités de notre société. Je m'attendais peut-être à autre chose, je ne sais pas, je suis écœurée par tout ce que j'ai lu. Même le dénouement fout un coup au moral. C'est lugubre, très désagréable comme sensation.
Je vais digérer un peu avant d'ouvrir Il court, il court, le furet.

©2015 Éditions Les Escales, pour la traduction française. Traduit par Élodie Leplat (P)2019 Lizzie

        REPRIS EN POCHE CHEZ 10-18

        Am Stram Gram 1018