08/07/17

Did I Mention I Love You ?, de Estelle Maskame & lu par Astrid Roos

Did I Mention I Love YouAprès cinq longues années de silence, le père d'Eden refait surface dans la vie de la jeune fille pour l'inviter à passer l'été à Santa Monica où il vit désormais avec Ella et ses trois garçons. De prime abord, la jeune fille se montre polie et complaisante, alors qu'elle bout intérieurement de colère et de frustration. Mais il fallait qu'elle s'éloigne de Portland et de ses petits tracas au plus vite, d'où son arrivée en Californie. Contre toute attente, on lui réserve un accueil chaleureux et convivial. Eden se fait également de nouvelles amies sur place. Seule ombre au tableau : Tyler, le fils aîné de sa belle-mère. Particulièrement ingérable et refusant toute autorité. Eden le trouve aussitôt détestable et agaçant, avant de le suivre dans ses périples nocturnes et dépasser les limites autorisées. Elle, si sage et exemplaire... bascule dans la spirale des fêtes alcoolisées et des mensonges éhontés. Comble de tout, Tyler et Eden se découvrent une attirance réciproque et n'hésitent pas à l'assouvir. Au fil de mon écoute, j'avoue avoir ressenti un sentiment proche de l'accablement. En effet, l'histoire collectionne tous les clichés du genre et m'a souvent fait dresser les cheveux sur la tête. J'ai flairé le parfum du scandale improbable, soupiré devant l'étalage des facilités et retenu des hoquets de mécontentement en découvrant l'enchaînement des drames aussi futiles que vains. Je me sens trop vieille pour adhérer à de telles sornettes mais j'étais curieuse de découvrir ce que l'on nous présente comme la “série phénomène” aux 4 millions de hits sur Wattpad. La parade est facile, la lecture sommaire et distrayante - agréablement lue par Astrid Roos dont j'apprécie beaucoup la diction et l'interprétation, cf. Tu comprendras quand tu seras plus grande. On a là un rendez-vous gentillet, à l'ambiance estivale affriolante, et qui honore cette série addictive selon les amateurs de romances faciles et légères. 

©2015 / 2016 Estelle Maskame / Éditions Pocket Jeunesse. Traduit par Maud Ortalda

(P)2017 Audiolib / Lu par Astrid Roos (durée : 8h 55)

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


05/07/17

L'Île de l'oubli : dans l'univers des Descendants, de Melissa de la Cruz & lu par Nancy Philippot

DESCENDANTS 1Il y a vingt ans, tous les Méchants des contes de fée ont été bannis du royaume d'Auradon et condamnés à vivre sur une île, où ils sont maintenus prisonniers par une force magique. Exit Cruella d'Enfer, Maléfique, la Méchante Reine, Jafar et compagnie... Leurs héritiers ont ainsi grandi en n'ignorant pas les méfaits de leurs parents et en veillant à toujours combler leurs attentes les plus viles et féroces. Seulement, à vouloir susciter à tout prix la petite flamme de fierté dans la prunelle de leurs géniteurs, ils se heurtent souvent à un mur de colère froide et rageuse.

Ainsi, Mal n'a pas d'autre espoir que de subir le dégoût las de sa mère Maléfique, qui ressasse sa déception et son peu d'espoir dans les capacités de sa fille. En guerre contre la Méchante Reine, elle cultive une haine farouche entre leurs enfants, dont la jeune Evie est la victime collatérale. Cette dernière a pourtant grandi dans une bulle d'ignorance, auprès d'une mère vieillissante et obsédée par son image. Elle ne se doute donc pas d'être la cible privilégiée du plan de vengeance de Mal et essuie ses remarques sarcastiques (“bleu canard”) en raison de son look azur. Les filles vont cependant s'allier pour parvenir à retrouver l'œil du Dragon, caché dans une mystérieuse Forteresse Interdite, et rendre aux insulaires la magie dont ils ont été privés depuis des années. Pour bien faire, elles vont s'entourer de l'aide de Jay, fils de Jafar, et de Gaston, fils de Cruella. 

N'étant pas particulièrement friande de la “magie de Disney”, j'ai été agréablement surprise par cette lecture limpide et distrayante, qui s'écoute en moins de 6 heures et qui offre aussi un parfait moment d'évasion autour d'un univers que les amateurs de Disney Channel ont reconnu et fortement apprécié. Melissa de la Cruz a ravivé les souvenirs des classiques de Disney en convoquant les méchants les plus célèbres et a créé une suite avec des personnages, certes, stéréotypés mais aux liens très étroits. On croise aussi le fils de Belle et la Bête, Ben, accablé par sa charge de futur souverain, désireux de revoir certains interdits... au risque de chambouler l'équilibre de l'île. 

J'ai bien aimé l'idée générale de mettre en scène les Descendants, l'ambiance fantastique et la parfaite coordination de l'intrigue. Cela se lit - et s'écoute - avec un plaisir étonnant. C'est frais, sans prise de tête. La voix de Nancy Philippot est également très agréable à l'oreille. Une série que je conseille à vos enfants (dès 10-12 ans).


Lu par Nancy Philippot : la voix de Mal dans les films Descendants.

©2015 / 2017 Melissa de la Cruz / Hachette Livre / Disney Enterprises, Inc. Traduit par Brigitte Hébert

(P)2017 Audiolib. Durée : 5h 25

 

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La Rivière à l'Envers, de Jean-Claude Mourlevat

la riviere a l'enversTomek est un jeune orphelin de 13 ans, qui vit et travaille dans une petite épicerie toute simple, lorsqu'il rencontre pour la première fois la jolie et mystérieuse Hannah. Celle-ci lui annonce être en quête d'une eau rare, puisée d'une rivière qui coule à l'envers, et qui empêcherait de mourir. La jeune fille lui achète un sucre d'orge et repart aussitôt en mission, laissant le garçon hagard et sonné. Tomek vient de prendre conscience du ronronnement de son existence, il est donc décidé de partir à son tour pour trouver la rivière à l'envers, et ainsi retrouver la jolie Hannah. En chemin, le garçon s'égare toutefois dans la Forêt de l'Oubli, traverse le village des Parfumeurs, multiplie les rencontres et débarque sur l'Île Inexistante. Autant de lieux et de situations improbables pour un voyage aussi miraculeux que fabuleux ! 

La deuxième partie de l'histoire donne à lire le parcours de la délicieuse Hannah, depuis son enfance jusqu'à son départ pour débusquer la fameuse rivière Qjar, sa rencontre avec Tomek, leurs routes tracées en parallèle pour atteindre le même but, leurs rendez-vous loupés et leurs brèves retrouvailles... L'épopée est certes formidable, pleine de surprises, de rebondissements et d'étonnements, à jamais débordante de riches trouvailles et d'une imagination exubérante. Seulement, la partie consacrée à Hannah peine à se renouveler mais, comme elle appartient à un ensemble indissociable, elle se lit également avec plaisir et fait penser à un conte enchanteur, tout en souffle et en évasion. L'effet est ravissant, la lecture totalement dépaysante.  

J'ai également beaucoup apprécié vivre cette plongée émerveillée dans l'univers de Jean-Claude Mourlevat, en écoutant l'auteur me raconter lui-même son histoire. C'est un exercice auquel il excelle, cf. La ballade de Cornebique ou La Troisième Vengeance de Robert Poutifard, et qui réserve une expérience exaltante, pleine de fantaisie et de tendresse, mais aussi de mystères et de parfums. Une lecture qu'affectionneront les plus jeunes, dès 10-12 ans. 


Cette édition regroupe les tomes 1 (Tomek) et 2 (Hannah) de La rivière à l'envers.

Texte lu par Jean-Claude Mourlevat (durée : 6h 56) pour Audiolib

©2000 / 2002 / 2016 Éditions Pocket Jeunesse / Univers Poche (P)2017 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La Quête d'Ewilan #2 : Les Frontières de glace, de Pierre Bottero & lu par Kelly Marot

EWILAN 2Après une découverte réjouissante de la série, cf. D'un monde à l'autre, voici déjà le deuxième volume de La Quête d'Ewilan ! 

Une courte introduction permet de remettre le lecteur dans le bain en rappelant le parcours de la jeune Camille, assistée de son ami Salim, tous deux lancés dans une aventure extraordinaire, basée dans un univers parallèle. La jeune fille a ainsi découvert ses vraies racines et son rôle dans un destin dont elle ne soupçonnait guère l'importance. Des ennemis, Ewilan en rencontre à la pelle. Mais heureusement, elle ne manque pas d'alliés pour affronter les multiples dangers ! 

J'ai de nouveau pris un plaisir fou à m'embarquer dans cette lecture, à écouter l'actrice Kelly Marot (la voix française de Jennifer Lawrence) nous raconter cette histoire au souffle épique ébouriffant. L'action est dense, les périples s'enchaînent, l'adrénaline ne faiblit jamais. C'est palpitant, sans cesse dans le mouvement, à la fois tourbillonnant et constructif.

Les personnages forment également un groupe soudé auprès de leur petite protégée. On y reconnaît les figures loyales et déterminées d'Edwin Til' Illan, le fringant maître d'armes, de Bjorn et du vieux Duom, sans oublier Ellana, la belle et fascinante Marchombre, auxquels viennent s'ajouter deux nouvelles recrues - Artis Valpierre, un Rêveur de la confrérie d'Ondiane, et Chiam Vite le Faël. Au-delà de la tension palpable, on sent une véritable complicité au sein de notre fine équipe. Les blagues fusent, les clins d'œil sont appuyés et les petits cœurs parfois s'emballent au-delà du raisonnable.

Petit à petit, la série enrichit son monde et peaufine son intrigue. De mon côté, le charme ne cesse d'opérer. J'attends déjà avec impatience la prochaine parution de la suite des aventures d'Ewilan (probablement en fin d'année, courant novembre 2017).

Série : La Quête d'Ewilan, Livre 2 - Lu par  Kelly Marot (durée : 6h 17)

©2003 / 2006 Rageot Éditeur, Paris (P)2017 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27/06/17

Le Cri, de Nicolas Beuglet

LE CRIConvoquée en pleine nuit pour superviser la mort suspecte d'un patient de l'hôpital psychiatrique de Gaustad, près d'Oslo, l'inspectrice Sarah Geringën découvre une scène saisissante d'effroi - un type étranglé, la bouche ouverte dans un cri muet, une cicatrice sur le front - scène sur laquelle la direction aurait souhaité ne pas attirer l'attention de la police. Trop tard pour reculer. Sarah déterre rapidement des détails troublants, qui vont la lancer dans une enquête frénétique et haletante. Elle est bientôt rejointe par Christopher, un journaliste français, forcé de se mouiller pour sauver sa famille prise en otage par un vieil homme souffreteux. Celui-ci réclame vengeance et réponse aux nombreuses tortures endurées dans le plus grand secret, vraisemblablement sous le couvert de la science, et avec la complicité de la CIA. Plus le duo avance dans ce dédale infernal, plus il se heurte à des révélations qui dépassent l'entendement.

De son côté, le lecteur est lui aussi emporté par leur élan et participe aux recherches en adoptant le rythme trépidant, car tout va très, très vite. L'auteur alimente son intrigue de nombreuses séquences mouvementées, avec une multitude de rebondissements, et entraîne son lecteur dans cette agitation ambiante sans lui laisser le temps de souffler. Cette volonté d'aller vite pousse à enchaîner les chapitres et de se mettre au diapason de cette course effrénée. C'est tout à fait la même recette qu'un roman de Dan Brown, entre nous, tout est parfaitement huilé et mis au point pour titiller l'intérêt du public en le saucissonnant sur place pour connaître la suite du programme. Mais une fois cette exaltation passée, j'avoue m'être un peu lassée de la longue cavale des deux protagonistes. On slalome entre leur quête interminable et les théories fumeuses exhumées de leurs recherches... Le schéma classique mais monotone. De plus, les personnages sont creux, ne renvoient aucun charisme et s'éprennent l'un de l'autre de façon absurde et convenue. Mon enthousiasme du début a finalement été un peu douché.

J'ai donc apprécié la forme globale, la perspective d'une lecture de pure distraction, au rythme entraînant, même si son contenu n'a pas éveillé chez moi un vif intérêt. Olivier Prémel livre également une très bonne performance, vigoureuse et convaincante, qui rend l'écoute scotchante. L'univers de Nicolas Beuglet est lui aussi imprégné de nombreuses influences - on pense à Dan Brown, mais aussi à Bernard Minier - de quoi séduire les amateurs du genre. À défaut d'être originale, la lecture est finalement addictive.

Texte lu par Olivier Prémel (durée : 13h 51) - ©2016 XO Éditions (P)2017 Audiolib


Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


12/06/17

Le Secret du mari, de Liane Moriarty

Le secret du mari AudiolibEn fouillant dans son grenier, Cecilia découvre par hasard une lettre testamentaire écrite par son mari. Surprise, puis curieuse, elle cherche à comprendre, à résister à l'envie de l'ouvrir pour la lire, puis finit par interroger le concerné. La réaction de celui-ci ne finira pas de la surprendre...
Tess apprend de la bouche de son époux qu'il est tombé amoureux de Felicity, sa cousine. Blessée, mais surtout vexée, la jeune femme plie bagage et part avec son fils chez sa mère. En inscrivant Liam à l'école de son enfance, elle tombe également sur Connor, son premier amour...
Rachel, vieille femme aigrie par la vie, est désabusée d'apprendre que son fils, sa femme et leur garçon quittent le pays pour New York où sa bru vient de décrocher un nouveau poste. C'est surtout sa séparation avec Jacob, son petit-fils, qui la meurtrit au plus haut point. Cela exacerbe également les souvenirs jamais éteints de la perte de sa fille, assassinée trente ans plus tôt. Son crime laissé impuni, Rachel n'a jamais cessé de spéculer sur l'identité du coupable, se méfiant de tous, accusant non sans honte, souffrant d'être incomprise, ruminant sa vengeance...

Ainsi, ce roman brasse et embrasse trois destinées de femmes bousculées par la vie, acculées dans leur coin, forcées de tout remettre en question et relancer leur fortune. À l'instar de Petits secrets, grands mensonges, le suspense est savamment distillé et donne à lire un roman où chaque lien est inextricablement noué, avec du fil invisible, car on ne voit généralement venir la répercussion qu'au détour d'un chapitre, ou dans les dernières pages du livre, dans un dénouement chaotique et fracassant.
Dans ce roman, Liane Moriarty se montre également plus grave en évoquant des sujets comme le deuil, le poids de la culpabilité, les secrets de famille, le sentiment de trahison, l'adultère et la rédemption. L'émotion est palpable, le désarroi des personnages contagieux. On ressent toute la solennité du roman, son aura dramatique et bouleversante. Implicitement, cela se lit avec beaucoup de retenue et de compassion. 
Contrairement aux promesses vendues, je n'ai pas trouvé ce roman pétillant ou plein d'humour, mais plein de délicatesse, incitant aussi à la réflexion autour de thèmes d'une grande humanité. La lecture faite par Nathalie Hugo est impeccable dans ce registre. De la sincérité, de la sensibilité, de la justesse. C'est tout bon. 

©2015 Albin Michel / Traduit par Béatrice Taupeau

(P)2017 Audiolib / Texte intégral lu par Nathalie Hugo (durée : 12h 06)

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02/06/17

Fin de ronde, de Stephen King

Fin de ronde Stephen KingBrady Hartsfield, alias Mr Mercedes, est de retour ! Nous l'avions abandonné sur son lit d'hôpital, dans un état végétatif irréversible, mis k-o par Bill Hodges et ses acolytes. Certaines révélations dans Carnets Noirs (Tome 2) avaient toutefois ébranlé nos certitudes pour finalement se confirmer et éprouver nos nerfs dans ce dernier tome de la série. 

Car - OUI - Brady Hartsfield est plus redoutable que jamais. Son esprit n'est pas mort et a déjà élaboré sa vengeance contre l'ancien flic à la retraite. Son but : en finir avec le massacre du City Center, hanter les rescapés et les pousser au suicide... Tout ça, tout ça. L'étendue de son pouvoir est hélas sidérante, l'engrenage actif et efficace, les victimes tombent comme des mouches. Complètement obsédé par ce taré, Bill Hodges ne cesse de vagabonder dans les couloirs du Kiner Memorial pour s'assurer du coma de Brady, scrutant la moindre évolution pour le livrer à la justice, mais peine perdue. Le docteur Babineau a d'ailleurs interdit de séjour le détective dans son service...  histoire d'avoir les coudées franches pour ses étranges expérimentations. Bref.

Au fur et à mesure de la lecture, on plonge plus concrètement dans les méandres du cerveau ravagé de notre désaxé, on suit également les tourments personnels de Bill (ses douleurs abdominales et ses pertes d'appétit ne sont pas anodines) et on retient un cri d'horreur à la découverte de la manipulation mentale capable de frapper vite et fort (on ne répètera jamais assez la dangerosité des écrans et la fascination hypnotisée qu'ils suscitent). Globalement le roman est bon et se lit avec rapidité car le rythme, l'énergie, le suspense ne manquent pas. Seule la fin est décevante - après une remarquable et progressive montée en tension, le roman s'essouffle et opte pour un dénouement convenu. Une solution hélas récurrente. C'est ainsi. Malgré tout, ce dernier tome opte pour l'originalité en mêlant avec ingéniosité le thriller au fantastique et en proposant une intrigue tour à tour nébuleuse et captivante. Un rendez-vous imparable.

Techniquement, Antoine Tomé reprend du micro pour Audiolib et nous ressert cette vilaine manie de donner aux rôles féminins des voix particulièrement hystériques - cf. Holly Trelawney, l'associée de Bill Hodges - ce qui provoque instinctivement une réaction épidermique. Résultat, je ne pouvais plus encadrer ce personnage, bien malgré elle, car j'étais incapable de faire abstraction de l'incarnation donnée par le jeu du comédien. Cette composition exagérée devient une expérience grinçante pour les oreilles (Monster de Bauwen, L'écorchée de Carrisi, Que ta volonté soit faite de Chattam). Plus de modération, moins de singerie, merci ! ☺

©2016 / 2017 Éditions Albin Michel / Audiolib. Traduit par Océane Bies et Nadine Gassie

(P)2016 Audiolib / Texte intégral lu par Antoine Tomé (durée : 14h 03)


Trilogie Bill Hodges disponible en téléchargement sur Audible

STEPHEN KING AUDIBLE

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Tu comprendras quand tu seras plus grande, de Virginie Grimaldi

TU COMPRENDRAS QUAND TU SERAS PLUS GRANDE AUDIOLIB

En apprenant la mort de son père, Julia est débordée par son chagrin et décide de tout plaquer - son boulot, sa vie de couple, sa famille, Paris. Direction une maison de retraite à Biarritz où elle va effectuer un remplacement de six mois en tant que psychologue. Sur place, la jeune femme tente de s'acclimater à sa nouvelle existence et de panser ses blessures. Claquemurée derrière ses remparts, elle veille à tenir à distance les pensionnaires et ses collègues. C'est toutefois sans compter sur la spontanéité des anciens, leur énergie insoupçonnée, leurs truculentes anecdotes, leurs humeurs et leurs secrets, qui vont l'aider à se remplumer. Et quel bonheur !

Cette lecture fait effectivement un bien fou et nous embarque dans sa bulle, où la palette des émotions ne manque pas de couleurs. On passe facilement du rire aux larmes à s'en ébrouer le plumage. On s'attache aussi à l'ambiance qui règne aux Tamaris et à ses fringants occupants (Miss Mamie, Louise, Gustave, Léon, Marine, Greg, etc.). On prend goût à leur routine, on suit Plus Belle La Vie, on écoute Franck Michael en se dandinant, on glousse dans le potager, on sursaute aux grondements nocturnes, on se joint aux soirées entre colocs, on renifle fort, fort, fort en partageant les chagrins, les confidences, les peines, les pertes. En somme, ce roman enfile des moments de l'existence, les petits bonheurs et les grands tracas, comme des perles sur un collier. Sont ainsi convoqués la vie, l'amour, la mort et l'espoir, dans un grand souffle romanesque, avec la juste dose d'humour, de chaleur et de bienveillance. Un peu comme le roman de Gilles Legardinier - Quelqu'un pour qui trembler. ♥

La lecture audio a également été une expérience grisante et stimulante. La voix d'Astrid Roos est douce et agréable, elle apporte au roman cette même sensation enveloppante et réconfortante. Dès les premières minutes, on comprend qu'il n'y a plus qu'à s'installer et se laisser porter par le rythme, buller en toute sérénité. C'était pile ce que je recherchais. Et j'ai adoré.

©2016 Fayard (P)2017 Audiolib / Texte intégral lu par Astrid Roos (durée : 9h04)

 

heart

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

30/05/17

Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Ransom Riggs & lu par Benjamin Jungers

Miss PeregrineAprès avoir été décliné en bande dessinée, voici que le roman de Ransom Riggs pénètre dans le sérail du livre audio grâce à cette édition lue par Benjamin Jungers, à qui l'on doit de belles prestations comme Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom ou La dernière fugitive

Abraham Portman, le grand-père de Jacob, est un vieil homme nostalgique de son enfance, accueilli dans un orphelinat, loin de la guerre, des persécutions contre les juifs et des “monstres”. Ses folles histoires, toutes plus passionnantes, ont longtemps captivé le garçon jusqu'à ce qu'il juge avoir grandi, passé l'âge d'être bon public et conclu que son grand-père racontait des sornettes. La mort d'Abraham n'en demeurera pas moins un choc. Jacob réalise combien son grand-père était secret, loin d'être dément, et qu'il a désormais emporté ses nombreux mystères. Dans le cadre de sa thérapie auprès du Dr Golan, Jacob obtient donc le droit de se rendre sur Cairnholm, l'île du Pays de Galles où se situerait le fameux orphelinat de son grand-père, sauf que sur place, le garçon ne découvre que des ruines ! 

La plongée dans l'univers de Miss Peregrine est juste ensorcelante. On retrouve dans cette lecture audio tout le charme et toute la magie de cette série sibylline - l'esthétisme en moins - et ce, grâce à l'interprétation animée de fougue et pleine de théâtralité du comédien. L'histoire est merveilleusement étrange, émouvante, palpitante, plantée dans une ambiance gothique - qui a inspiré le réalisateur Tim Burton (sortie du film en 2016). Une lecture audio fondamentalement enthousiasmante, dès les premières minutes d'écoute. 

©2011 / 2016 Ransom Riggs. Traduit par Sidonie Van Den Dries pour Bayard Éditions. 

(P)2017 Audiolib / Texte intégral (durée : 8h 40)

 

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03/05/17

Journal d'un dégonflé #1 : Carnet de bord de Greg, de Jeff Kinney & lu par Fabien Briche

journal d'un degonfleGreg Heffley est un collégien de douze ans, qui rêve de gloire et de popularité, sauf que la réalité est beaucoup moins glamour. Ce n'est pas un grand sportif, il n'a pas la cote auprès des filles, n'excelle pas en classe, a un sens de l'humour discutable. Par contre, il aime dessiner des bandes dessinées et s'imagine déjà devenir la future coqueluche de l'école... mais, là aussi, l'évidence se fait attendre. Avec son pote Robert, autre boulet attitré, Greg refuse de se dégonfler. Pour survivre à cette jungle hostile, notre jeune ami a compris qu'il fallait écraser pour ne pas être écrasé. Eh non, Greg Heffley n'est pas un chic type. Il trompe son monde, fait des coups bas, ne dit pas toute la vérité... Le garçon se défend d'être chez lui un incompris - son grand frère le raille sans cesse, son petit frère est un insupportable pot de colle, ses parents sont à côté de la plaque... C'est d'ailleurs sa mère qui lui a mis entre les mains un journal intime - la honte - Greg précise que c'est un carnet de bord. Il lui a finalement trouvé une utilité en déchargeant sa frustration et ses déboires à l'aide de dessins trop rigolos !

Antihéros par excellence, Greg brille par sa mauvaise foi et son incarnation de l'adolescent mou, qui se voit en éternelle victime, tout en jouant les faux rebelles. C'est drôle, naïf et cocasse. La série est un vrai succès auprès des jeunes lecteurs, d'où sa promotion en livre audio. Un bon choix, certes... mais une impression mitigée. J'ai d'abord trouvé dommage de perdre les dessins de Greg, dont le côté burlesque fait aussi le charme du livre. Puis le comédien, Fabien Briche, prend une voix geignarde de gamin tête à claques, hmm, je n'ai pas été convaincue. Le résultat s'écoute sur près de 2 heures 30. C'est distrayant, tout à fait fendard, mais hélas un peu bancal - les illustrations manquent tout de même à l'appel et c'est un sacré handicap pour un roman dont la moitié est en bande dessinée ! :/

©2007 / 2008 Wimpy Kid, Inc / Éditions du Seuil - Traduit par Natalie Zimmermann (P)2017 Audiolib

Texte lu par Fabien Briche (durée : 2h 24)

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,