11/09/19

L'Outsider, de Stephen King

L'Outsider

Grandiose, vraiment, pour ne pas dire carrément flippant !
La petite ville de Flint City est sous le choc suite à l'arrestation de leur coach fétiche pour le meurtre d'un enfant. Malgré les preuves accablantes, Terry Maitland clame son innocence. Mais l'inspecteur Anderson veut boucler rapidement cette affaire.
Et tout va partir en cacahuète ! Car la masse populaire est en colère, les familles sont éplorées, la presse est avide d'images qui font la une... La confusion est totale, même si le chagrin est immense et le désespoir tout aussi vaste.
Stephen King nous réserve un grand thriller qui nous retourne le cerveau et qui nous cloue sur notre canapé en nous faisant tourner les pages avec fébrilité. Le scénario est franchement noir et poignant, d'où la boule d'angoisse au ventre et la curiosité chevillée au corps car on crève d'envie de démêler les ficelles de cette intrigue inexplicable.
Peu à peu, on comprend aussi que la solution va chatouiller. On retrouve d'ailleurs cette chère Holly Gibney venue éclairer la lanterne opaque des enquêteurs. Son aide ne sera pas de trop pour affronter ce qui nous attend ! Brrrr... ça frise parfois l'insensé mais ça promet de bonnes séquences terrifiantes.
En somme, on savoure l'intensité dramatique, le suspense de malade et l'ambiance hyper pesante de cette lecture qui nous colle à la peau. Tout bonnement efficace !

©2019 Stephen King c/o The Lotts Agency Éditions. Traduction Albin Michel (P)2019 Audiolib

Excellent lecteur qui rend (à juste titre) la lecture addictive avec ses moments de doute, d'humour ou de peur panique. Une écoute très prenante et qu'on prend également le temps d'explorer en glissant lentement dans son atmosphère...  une réussite !

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


02/09/19

La Dernière Chasse, de Jean-Christophe Grangé

La Dernière ChasseRevenu d'entre les morts, le commissaire Niemans des Rivières pourpres reprend du service pour se rendre en Allemagne où le corps martyrisé d'un riche héritier a été retrouvé en pleine Forêt Noire. 
Avec son équipière (Ivana Bogdanovic) il découvre l'existence d'une chasse très particulière, selon un étrange rituel ancestral, et à laquelle s'adonne une famille aussi troublante que fascinante. Sans le savoir, Niemans est déjà mis k-o.
Les deux policiers ont donc une solide enquête à démêler et partent en roue libre sans se soucier des procédures officielles. Leur attitude dérange et les amène à devenir la cible d'un bataillon de Chasseurs Noirs (vestiges des criminels enrôlés par Himmler pour traquer les juifs) et d'une meute de Chiens enragés qui font clairement trembler dans les chaumières.
On se croirait presque dans Le Chien des Baskerville pour l'ambiance, les spectres et les démons ! Mais on remballe vite ses espérances car le roman se révèle assez frustrant et déconcertant. Les yeux fermés, je n'aurais jamais parié sur J-C Grangé pour en être l'auteur ! Cela m'a semblé trop facile, un peu plat et fade. 
En fait, la conduite est sans surprise : intrigue sordide, meurtres horribles, atmosphère suffocante, personnages éreintés. Je n'ai pas ressenti de réelle plongée en apnée non plus. N'ayant pas encore lu La Terre des morts, j'avais gardé le souvenir du rythme frénétique et enivrant de Congo Requiem. Et ça manque. 
En somme, La Dernière Chasse est un bon thriller mais il est loin d'être bluffant.

©2019 Éditions Albin Michel (P)2019 Audiolib

Excellente interprétation par Thierry Blanc ! Une lecture audio entraînante et qui inspire beaucoup de terreur ! Hyper efficace.

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01/09/19

Le Vol du Frelon, de Ken Follett

Le Vol du FrelonLondres, 1941. Lassés de voir leurs avions torpillés par l'ennemi, les anglais déduisent que les allemands détiendraient une machine redoutable capable de repérer leurs attaques. Leurs soupçons se portent sur une petite ville danoise d'où la résistance locale tente de tisser sa toile à la barbe de l'occupant.
Parmi ces Veilleurs de Nuit, deux frères vont prendre une part active à des missions d'espionnage mais devront également affronter une vieille connaissance - un policier cruel et mesquin - qu'une longue rancœur familiale a rendu encore plus amer et revanchard.


Cette histoire me laisse globalement un goût d'invraisemblance avec en héros un lycéen de 18 ans ingénieux au point de réparer un biplan de fortune pour survoler la Mer du Nord et remettre (potentiellement) des documents qui pourraient changer la face du monde...
Même pas peur de la Luftwaffe, vous dirai-je, ça carbure à l'insolence (ou inconscience). C'est dire si Harald est un môme qui en veut ! 
Dès lors, la lecture prend des tours et des détours stupéfiants... et notamment les derniers chapitres qui se lisent de manière frénétique et avec des yeux hallucinés !
Cela peut paraître dingue et insensé (après tout, il faut s'accrocher). C'est surtout long aussi : l'histoire manque de rythme et s'éternise sur des détails... (le décryptage du Frelon, vraiment, on perd un temps fou dans cette chapelle abandonnée et on s'improvise mécano). L'auteur a le sens artistique, moi non. J'ai trouvé ça un peu bancal et pas toujours captivant.
Malgré tout, les personnages sont jeunes et intrépides. Ils apportent à leur façon un souffle de fraîcheur à cette lecture qui se laisse conter. Peut d'ailleurs convenir à un public adolescent ou désirant se mettre en selle sur le sujet.
Pour ma part, ce ne sera pas le meilleur des Ken Follett lus à ce jour. C'est distrayant, lu avec entrain et donc entraînant. Mais je tique sur la perspective d'un jeune Géo Trouvetout trop habile et tenant tête aux ennemis les plus impitoyables... Plus de sang et de larmes auraient apporté du crédit - non ?

Très bonne lecture audio... effectuée par Valentin Merlet (également la voix récurrente d'Adam Driver, de Jamie Dornan ou d'Alexander Skarsgård).

©2003 Éditions Robert Laffont (P)2019 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La Marque de Windfield, de Ken Follett

La marque de WindfieldUn collège prestigieux, une amitié qui se scelle autour d'une tragique disparition, un rêve qui s'effondre et des espoirs qui partent en fumée... Le destin de Hugh Pilaster s'inscrit dans ce long roman - long à démarrer - et nous embarque dans son histoire de banques, de familles et d'ambitions démesurées au cœur de cette Angleterre des années 1860 (et des décennies suivantes).

À la mort de son père, Hugh Pilaster doit quitter son école et comprend qu'il n'a plus d'autre choix que de se retrousser les manches pour gagner sa vie. Même s'il appartient à une famille riche et puissante, rien ne lui sera épargné pour gravir les marches du succès : coups du sort, tromperies et mensonges. Les Pilaster gouvernent le milieu de la banque, des affaires et de la bourgeoisie entre gant de velours et bras de fer. Toutefois, les passions aussi entraînent tout ce petit monde à comploter sans fin pour le pouvoir. En amitié, en amour, en politique, en société, les limites n'ont plus lieu. 

Une incroyable dynastie finit par découler - tout en rebondissements et en éclats. Ken Follett réussit ainsi à nous tenir en haleine et à nous surprendre sans cesse. Sa brochette de personnages est également bien campée avec des pourris jusqu'au trognon qui continuent d'agir en toute impunité (son cousin Edward, sa tante Augusta ou le sulfureux Micky Miranda...). C'est limite excitant de voir leurs combines se goupiller aussi efficacement - mais c'est aussi hyper écœurant !!!

En conclusion, la lecture est certes parfois trop dense mais globalement captivante. Se lit facilement.

©2002 Éditions Robert Laffont, pour la traduction française (P)2018 Audiolib

Très bon choix du comédien qui nous transporte des bureaux lambrissés d'acajou aux salons privés où se tiennent des parties fines, des quartiers populaires aux bureaux solennels où règne la finance... Un récit qui gagne en intensité et redonne vie à la fascinante Angleterre victorienne. Dans toute sa splendeur. Dans toute sa noirceur.

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23/07/19

La vie secrète des écrivains, de Guillaume Musso

La vie secrète des écrivainsJe ne suis pas mécontente de cette lecture aux faux airs de La Vérité sur l'affaire Harry Quebert.
On retrouve la figure de l'écrivain célèbre vivant reclus dans sa maison, sur une île, loin du tapage médiatique. Un aspirant romancier souhaite le rencontrer pour lui confier son manuscrit. Et dans le même temps le corps d'une femme assassinée est découvert non loin de sa propriété.
Une journaliste est sur les dents et souhaite faire la lumière sur plusieurs affaires dont le meurtre sauvage d'une famille entière (probablement au cours d'un cambriolage). Un crime survenu des années plus tôt et jamais résolu.
On a ainsi plus qu'à suivre le rythme d'une histoire pleine de mystères et peuplée de personnalités pas très fiables. Le scénario est assez convenu, toutefois on mord facilement à l'hameçon car on croque la lecture en une bouchée.
Convient aussi parfaitement en livre audio : 6 petites heures d'écoute en apnée avec un narrateur efficace (sauf une voix trop âpre pour incarner le fameux Nathan Fawles).
Par météo assassine et chaleur écrasante, voilà donc un rendez-vous adéquat qui permet de buller tranquille et de passer un moment simple et distrayant.

©2019 Calmann-Lévy (P)2019 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22/07/19

Un mariage anglais, de Claire Fuller

Un mariage anglaisUne jeune étudiante de vingt ans se laisse séduire par son professeur, tombe enceinte et renonce à ses rêves et autres idéaux (qui consistaient à dire non au patriarcat). Elle s'installe donc chez lui, dans sa maison près de la plage, au grand dam de sa meilleure amie qui condamne son existence rangée et passéiste.
Les années passent et le bonheur se fait la malle. On le découvre à travers la lecture des lettres de l'épouse - glissées dans des ouvrages en sachant qu'elles ne seront probablement jamais découvertes. Apparaît alors une radiographie du couple sans complaisance. Une histoire de désillusions, de mensonges et de tromperies.
Un jour, la femme disparaît en allant nager au large.

Quinze ans plus tard, l'homme est persuadé de l'avoir recroisée en pleine rue et la poursuit en hurlant son prénom avant de basculer par-dessus la digue. Ses filles ne savent plus où donner de la tête. Et le mystère sur la Mère s'épaissit.
En vrai ce roman est terriblement amer et démoralisant. Loin de baigner dans une atmosphère de bord de mer ou à raconter une histoire de couple chahuté par les aléas de la vie. On ne s'attache pas du tout aux personnages, on ne comprend pas leurs choix, on s'interroge sur l'absence et finalement on abandonne l'idée d'obtenir une explication.
En bref, on soupire beaucoup et on compte le temps qui nous reste avant de tourner la dernière page.

Ce n'est pas du tout ce à quoi je m'attendais et je suis fortement déçue.

Un roman de mer et de soleils étouffés.
Un roman de secrets brûlants et de livres oubliés.
Un roman d'amour contre la mort.

©2018 Éditions Stock (P)2019 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13/06/19

En attendant le jour, de Michael Connelly

En attendant le jourLieutenant de police dans la brigade de nuit, quartier Hollywood, Renée Ballard a coutume de transférer ses dossiers à la fin de son service car l'enquête ne lui appartient plus. Cette fois, elle ne se résout pas à abandonner aussi facilement sa double affaire de fusillade et d'agression mais obtient un sursis pour approfondir le dossier.
Cette partie de l'histoire n'est pas très originale dès lors qu'on lit souvent du Connelly car on retrouve grosso modo ses bonnes vieilles ficelles usées.

Par contre, LA nouvelle héroïne de l'auteur n'est franchement pas sympathique. Elle vit seule avec son chien. Elle a grandi à Hawaï sur une planche de surf jusqu'au jour où son père a disparu en mer. Elle n'a plus que sa grand-mère pour se soucier d'elle. Elle a d'abord été journaliste avant de s'engager dans la police. Ses rapports avec ses collègues sont également problématiques (son poste serait d'ailleurs une punition).
Par contre, Ballard est un produit 100% Connelly - un personnage de flic entier et sans concession, buté et farouche, défiant sa hiérarchie et les conclusions hâtives. Mais elle demeure trop inaccessible et froide. Juste un nom, même pas un prénom. Car l'auteur insiste sur du Ballard tout du long... jamais Renée. C'est saoulant et l'écart se creuse.
Non vraiment j'ai été moyennement conquise par cette lecture. L'enquête criminelle est plate et factuelle. Bien sûr l'auteur adresse un clin d'œil à son personnage iconique et sous-entend qu'il va faire une apparition dans le prochain roman. En attendant, cette nouvelle série n'a pas été à la hauteur de mes espérances.

©2017 / 2019 Titre original (États-Unis) : The Late Show / Traduction de Robert Pépin pour Calmann-Lévy (P)2019 Audiolib

Très bonne écoute grâce à une interprétation pondérée de la lectrice. Du rythme, de la tenue, de l'intrigue. Un format audio tout à fait convaincant !

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04/06/19

Raison et sentiments, de Jane Austen

Raison et sentimentsMes souvenirs de lecture ayant été embrumés par le film d'Ang Lee, j'avais l'impression de redécouvrir le roman de Jane Austen pour la toute première fois. D'où une certaine tiédeur dans les premiers chapitres car je trouvais les sœurs Dashwood beaucoup moins sympathiques.
Célibataires sans le sou, Elinor et Marianne doivent quitter leur domaine pour un cottage plus modeste en perdant tout espoir d'un avenir radieux... mais vont adroitement retomber sur leurs pieds. Ceci dit, leur prospérité ne sera acquise qu'après quelques déboires puisqu'elles s'entichent de prétendants qui vont aussi leur échapper. La première s'incline, en toute humilité. La bonne âme. Par contre la deuxième, plus expansive, frise l'indécence en bombardant l'élu de son cœur avec des petits mots doux qui ne trouvent pas écho. 
Cette Marianne... J'ai longtemps cru partager les mêmes passions et soutenir ses excès. Vingt ans ont passé. Et là, me dis-je, que fait sa mère ?! Ce serait néanmoins trop réducteur de résumer Jane Austen à de simples badinages amoureux. Les émotions sont en effet plus profondes et subtiles. Point de séquences théâtrales. Place à une société oisive, qui babille en toute insouciance et qui colporte d'incessantes rumeurs sur le voisinage, tout en mariant les uns et les autres pour occuper de longues heures creuses. 
Les héroïnes de Jane Austen apparaissent toujours un peu superficielles et sottes au premier abord. Je tiens d'ailleurs à souligner le potentiel insoupçonné de Lucy Steele (et le plaisir manifeste de l'auteure à tailler son portrait et épingler ses travers). C'est caustique à souhait. On adore.
Car il y a de l'humour derrière tout ça... Lorsque Marianne rencontre le Colonel Brandon, celui-ci évoque sans complexe ses rhumatismes et ses gilets en flanelle ! OMG. Oubliez le remarquable Alan Rickman... (et sa sublime mission de sauvetage). Las, les hommes n'ont probablement pas le plus beau rôle dans notre affaire. Et tous ces Edward, Willoughby ou autres spécimens ont finalement bien peu de valeurs. L'auteure les utilise comme des pions, jouant de leur vie et de leurs sentiments, avec une somptueuse malice.
C'est la leçon à retenir. Ou du moins, la perspective réjouissante d'une relecture sans accroc et la garantie d'une admiration sans borne.

©1979 Christian Bourgois Éditeur. Traduction de Jean Privat ©2012 pour la présente couverture chez 10x18

(P)2017 Audiolib lu par Cachou Kirsch (durée : 12h env.)

Couverture de Raison et sentiments

 

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10/05/19

L'Égarée, de Donato Carrisi

l'égarée audiolibPoint final d'une trilogie entamée avec Le Chuchoteur puis avec L'Écorchée, ce roman m'a premièrement désarçonnée car il n'y avait aucune trace de Mila Vasquez ni le moindre éclaircissement sur ce qu'on avait fait miroiter.
Ceci dit, la lecture n'a pas longtemps souffert de cette contrariété et j'ai vite mordu à l'hameçon en focalisant mon attention sur l'histoire de Samantha Andretti, une disparue qui refait surface au bout de 15 ans. Un psychiatre à son chevet cherche à comprendre le dédale dans lequel elle s'est perdue. La police veut mettre la main sur son tortionnaire. Et un détective privé reprend du service pour solder la dette qu'il a vis-à-vis de la famille.
Globalement le roman est angoissant, pesant et affolant. Carrisi a coché chaque case du cahier des charges pour produire un thriller contemporain efficace. L'affaire est lourde, l'enquête brumeuse. Bref. La lecture nous glace le sang dans les veines mais le pompon revient aux derniers chapitres. Ou comment l'auteur nous retourne le cerveau avec virtuosité.
Sans trop en dévoiler, c'est excellent ! J'aurais pu parier que c'était joué d'avance... et puis je hausse les épaules de bonne grâce. Voilà. La boucle est bouclée. On redresse le museau et on respire un bon coup. Cette trilogie vaut qu'on s'y arrête malgré les atrocités qu'elle contient et sa galerie de personnages cabossés. Elle incarne le Mal là où on ne s'y attend pas et cette perspective est à elle seule sidérante donc redoutable.

©2018 Calmann-Lévy. Traduit par Anaïs Bouteille-Bokobza. Titre VO : L'Uomo del Labirinto (P)2019 Audiolib

Grande lectrice de livres audio, j'ai appris à reconnaître les voix et faire le tri parmi les comédiens - Antoine Tomé figure hélas sur ma liste noire. Désolée. Mais sa propension à caricaturer les personnages féminins est insupportable. C'est crispant comme pas possible. Il faut écouter la Trilogie Bill Hodges de Stephen King pour s'en rendre compte. Imaginez une intrigue pétrifiante avec une intonation nasillarde - non, vraiment - c'est éreintant. Pour cette fois, le roman étant relativement court, j'ai vaincu mes réticences et passé un bon moment.

PS : À quand la suite des aventures de Marcus le prêtre amnésique (cf. Le tribunal des âmes) ? Roman lu par Jean-Michel Vovk.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

09/05/19

Rituels, par Ellison Cooper

Rituels ellison cooperCe roman est tortueux à souhait !

Sayer Altair croyait avoir tout compris des profils psychologiques des tueurs en série mais une récente enquête risque de chambouler toute sa science ! On vient de trouver, dans une maison abandonnée, le corps d'une jeune fille à qui l'on a injecté une drogue hallucinogène utilisée par les shamans durant les cérémonies rituelles. D'étranges symboles mayas sont également découverts, mais les indices n'ont pas fini d'orienter les enquêteurs vers un criminel à la logique implacable.

Scènes de crimes complexes, un tueur en série particulièrement retors, des enquêteurs baladés du début à la fin... j'ai même craint que trop de fausses pistes tuent le dénouement. J'ai déjà lu ça et cela a flingué le roman (cf. ce bon vieil Harry Quebert).
Mais bon, là franchement, je n'ai rien vu venir. Et c'est plutôt pas mal.
Il y a aussi un aspect addictif dans cette histoire (rythme, tension, mouvement) qui a rendu ma lecture obsédante et remarquable. On ne perd pas de temps, on cavale de gauche à droite. On suit Sayer dans une course contre la montre, avec un regard circonspect autour de soi. On vit ce roman à fond ! Et l'héroïne n'a pas tout dit donc on risque fort de la retrouver.
Par contre, l'explication finale est pour le moins paradoxale. Je dis ça, je dis rien.

Dernière chose, la lecture audio a aussi été profitable à cette lecture : Audrey d'Hulstère est excellente. Ajoutez une réalisation sonore pertinente, avec effets spéciaux ou vocaux, ce qui nous plonge littéralement dans l'ambiance. J'ai tendu l'oreille jusqu'à la dernière minute pour ne rien louper de ce scénario complexe et tendu. 

©2018 Le cherche midi. Traduit par Cindy Colin Kapen. Titre VO : Caged. (P)2019 Audiolib