28/11/22

La Constance du prédateur (Série Ludivine Vancker), de Maxime Chattam

Nouveau titre du redoutable Maxime Chattam. Oh que c'était flippant !

La Constance du prédateur

Les descriptions sont extrêmement poussées et souvent perturbantes. On n'a d'ailleurs qu'à tendre l'oreille lorsque la lame du scalpel s'approche des dépouilles, au moment de l'autopsie. C'est impressionnant comme la sensation est palpable.

Qu'est-ce que j'ai pu frémir en écoutant ce passage ! Ce n'est pas le seul, dans le roman. Où tout est conçu pour nous ficeler sur place et ne pas en perdre une miette. Jamais l'auteur ne nous lâche. Et l'histoire n'a de cesse de rebondir, on suit aussi bien le calvaire des victimes, la perfidie du criminel et la traque des gendarmes.

J'en frissonne encore même si j'ai plongé dans ma lecture avec avidité. J'ai pas mal retenu mon souffle. Plongé dans le gouffre de l'horreur. Et c'est traumatisant.

On retrouve aussi Ludivine, l'héroïne de La Conjuration primitive, qui ne cesse d'évoluer dans sa carrière et sa vie de femme. Sitôt promue au Département des Sciences du Comportement, là voilà encore face aux pires ignominies.

Quelle enquête, pfiou ! On remonte loin dans le temps et dans le cheminement des esprits tordus. On piste un certain Charon, le Passeur des Enfers. On découvre des charniers. On dresse des arbres généalogiques cauchemardesques. On bascule pas loin entre folie et épouvante. 

Du pur thriller, signé Chattam. Les plus fidèles retrouveront la bonne vieille mécanique de l'auteur, sans aucune amertume. Moi, ça me réconforte. Je sais dans quoi je m'embarque et ça me convient très bien. Après quoi, prolongez l'écoute jusqu'aux remerciements dans lesquels l'auteur exprime la complexité de son travail. Là aussi, c'est passionnant !

Je dois également tirer mon chapeau à la performance du comédien, Sylvain Agaësse, remarquable pour donner le ton à cette ambiance singulière. Si vous n'avez aucun apriori sur les livres audio, foncez ! Ce titre (à l'instar des précédents) est très, très bon.

©2022 Éditions Albin Michel (P)2022 Audiolib

  • Lu par : Sylvain Agaësse
  • Durée : 13 h 23
  • Ils l'ont surnommé Charon, le passeur des morts.

    De son mode opératoire, on ignore tout, sauf sa signature, singulière : une tête d'oiseau.

    Il n'a jamais été arrêté, jamais identifié, malgré le nombre considérable de victimes qu'il a laissées derrière lui. Jusqu'à ce que ses crimes resurgissent du passé, dans les profondeurs d'une mine abandonnée...

    Plongez avec Ludivine Vancker dans le Département des Sciences du Comportement, les profilers, jusque dans l'âme d'un monstre.

⭐⭐⭐⭐


22/09/22

L'Épouvantail (Jack McEvoy 2), de Michael Connelly

L'ÉpouvantailSi vous avez déjà lu Le Poète, le nom de Jack McEvoy n'a plus de secret pour vous. Ce journaliste avait été entraîné dans une enquête sordide après le meurtre de son frère. Ça avait été l'une des meilleures lectures de Connelly, pour moi.

J'étais donc particulièrement curieuse de retrouver McEvoy dont la carrière de journaliste au L.A. Times tourne au vinaigre puisque l'homme est licencié en raison d'une restructuration des équipes. C'est une collègue plus jeune, Angela Cook, qui va se charger de sa rubrique. Et s'il pouvait lui donner quelques tuyaux, ce serait sympa. Même si l'annonce lui reste en travers de la gorge, Jack veut partir en beauté avec son dernier article qui dénonce des erreurs policières et un accusé à tort. Sauf que la situation lui échappe. Jack se retrouve avec son identité piratée, son enquête spoliée, sa collègue disparue et sa vie clairement menacée. Hop, seul contre tous. Reste son dernier contact au FBI - la belle Rachel Walling - qu'il appelle sans scrupule.

C'est souvent ce que je trouve casse-pied chez Connelly, comment il gère les relations entre les hommes et les femmes, comment il s'emmêle les pinceaux avec les sentiments, la séduction, les ruptures. Les interludes romantiques, ça ne marche pas. Je n'aime pas non plus son ton de vieux de la vieille - ici, il pointe la fin du journalisme traditionnel, le désamour de la presse écrite, la montée d'internet et la fuite des données personnelles. Ces petits travers ne sont pas rédhibitoires non plus. Après tout, sur le plan des intrigues policières, il en connaît un rayon. De la grandiloquence. Des guet-apens. Du suspense. Un serial killer qui apparaît dès le début. Une traque insensée et angoissante. Seule la fin est un peu décevante. Elle survient vite et en grandes pompes (style cinématographique). Et me hérisse un peu les poils. Ceci dit, s'en sort très bien, avec une technique imparable qui se lit habilement.

Pour preuve, l'exercice est très réussi en livre audio. L'écoute est agréable, entraînante, vibrante selon les rebondissements. On vit l'enquête dans la peau du personnage, mais surtout on se met en retrait sitôt que le criminel prend les rênes. On y entre tranquillement, et puis bim-bam-boum. Si L'Épouvantail n'est peut-être pas à la hauteur du Poète (l'un des meilleurs Connelly), il permet de passer un bon moment avec de l'action, de la tension, de l'intrigue pas toujours crédible et des personnages qui assurent le show.

©2009 / 2021 Hieronymus / Inc.Calmann-Lévy (P)2022 Audiolib

⭐⭐⭐.5

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19/05/22

Ella la promise (Witch and God #1), de Liv Stone

Cette lecture s'accompagne d'un chœur de louange qui m'a d'ailleurs fait céder à la tentation. Hélas, comme souvent, j'ai eu le sentiment d'avoir été flouée car je suis peu déçue par ma lecture, découverte en format audio.

Ella la promise

Je sortais de mon marathon des Accords Corrompus de Kelly St Clare au moment de me lancer dans cette nouvelle aventure. Est-ce que la comparaison avec la Tatuma et le roi Jovan a été fatale ? Nul doute. Toujours est-il que j’ai trouvé l’héroïne trop naïve et son prétendant excessivement tourmenté.

Ella est une jeune sorcière sans dons. Elle est étudiante et vit tranquillement dans le monde des humains. Pourtant, c'est elle qui est choisie pour devenir la promise du dieu Deimos, le petit-fils de Zeus. Son monde s'écroule. Elle n'avait rien demandé, là voilà soudain propulsée dans des intrigues où sorcières et dieux se livrent une bataille ancestrale. C'est Deimos lui-même qui a exigé son alliance. Lui, le dieu de la Terreur, ténébreux et taciturne... Ella n'a plus qu'à lier son sort à cet inconnu.

Si j'ai été séduite par l'univers fantastique, par les guerres intestines, les secrets, les trahisons, les ambitions etc. j'ai été moins emballée par la romance. Tellement niaise. Peu crédible. Ella est certes jeune et naïve, c'est aussi une nana pétillante, qui refuse de se lamenter sur son sort. Elle est curieuse et soucieuse d'apaiser les tensions. Face à elle, Deimos est un personnage torturé. Et barbant. Résultat, leur relation manque cruellement de maturité. Sensation de vide, de futile. Je n'ai pas été convaincue. De plus, l'intrigue se concentre sur leur romance donc exacerbe l'impression d'une lecture creuse. Très clairement, ça ne mérite pas l'engouement ci et là. Les goûts changent, les miens ne sont plus dans la tendance ! ^-^ 

La couverture est cependant très belle ! Bon point là-dessus.

©2021 Hachette Littératures (P)2022 Audiolib

  • Lu par : Charlotte Campana
  • Durée : 10 h 56
  • Un peu déçue par la lecture audio. La voix donnée au personnage de Deimos est rocailleuse et boudeuse. Déjà que le dieu est de tempérament renfrogné et fuyant. Ça tue le mythe. A contrario l'héroïne est charmante mais tellement naïve (la demoiselle a vingt ans). L'histoire se concentrant sur leur romance, là aussi ça pêche car ça sonne vite creux et futile. L'action passe au second plan, c'est dommage. Pour moi, oui cette lecture joliment emballée est une déception.

⭐⭐⭐

03/05/22

La Carte postale, d'Anne Berest

La Carte postaleCette lecture est excellente ! Cela se lit comme un roman à suspense. On cherche d'abord à savoir qui a adressé cette carte postale et que signifie ce message testamentaire. Rapidement, l'histoire nous entraîne sur les traces d'Ephraïm et son épouse Emma, leurs trois enfants, Myriam, Noémie et Jacques. Puis, vient la question de l'appartenance : être juif, porter un héritage, s'inscrire dans la famille. Petite réflexion spirituelle. Et enfin, l'impact de la démarche qui entretient les souvenirs et scelle le tombeau des disparus.

Cela donne un roman de 500 pages qu'on lit quasiment d'une traite tellement c'est captivant. On plonge dans les heures sombres de l'Histoire, des rafles, de la déportation, des camps, de l'Hôtel Lutétia. On fouille les archives des administrations, dans le chaos de l'après-guerre, les lettres de dénonciation, les spoliations, les excès de zèle. On trouve aussi des coïncidences troublantes qui surviennent dans les recherches d'Anne et sa mère - les prénoms, les lieux, les choix de vie. On se passionne pour leurs discussions et leurs nombreuses supputations. En somme, on ne s'ennuie pas.

Je me souviens encore du jour où la Grande Prêtresse OdL avait fait l'éloge du livre. Cela m'avait donné envie. La parution en format audio a permis de satisfaire ma curiosité, je ne suis pas déçue non plus, d'autant que l'interprétation est épatante. C'est un roman qui est riche en émotions, qui nous transporte dans le passé, qui réserve son lot de joies et de peines, qui nous pousse à réfléchir sur la notion d'appartenance, d'identité et de transmission. C'est aussi une histoire qui mérite d'être entendue et qui a le mérite de rendre un hommage, pudique et intelligent, aux disparus. On n'écrira jamais le roman de trop à ce sujet. Très bon titre !

©2021 Éditions Grasset & Fasquelle (P)2022 Audiolib

  • Lu par : Ariane Brousse
  • Durée : 14 h env.
  • Suivi d'un entretien avec Anne Berest.
  • Ariane Brousse incarne à merveille les personnages hauts en couleur de cette saga qui court sur plus d'un siècle.

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01/05/22

Set et match ! de Liane Moriarty

Set et matchTout commence par une disparition. Ou non, tout se déclenche quand une jeune femme, battue par son compagnon, toque à la porte des Delaney en réclamant leur assistance. Joy ne s'embarrasse d'aucune question et accueille l'inconnue chez elle. Avec ce soupçon d'empressement pour combler l'ennui ou le vide de son existence ?

Mais ses enfants (adultes) voient cette histoire d'un mauvais œil. Ils vont chercher à pousser la nouvelle amie de leur mère dans ses retranchements. Lui faire avouer ce qu'elle cache. C'est sûr, pour eux, que Savannah a des intentions coupables. Elle est trop serviable, trop indispensable. Joy Delaney clame pourtant qu'elle se sent enfin libérée des tâches ménagères (comme la cuisine). En fait, cette intruse sert d'élément déclencheur aux confidences et aux non-dits. La famille Delaney n'est pas une famille ordinaire non plus. Le couple de Joy et Stan était à la tête d'une école de tennis et avait débusqué un futur champion qui a hélas quitté leur écurie. Leurs quatre enfants ont été poussés à faire carrière dans le sport mais sans succès. Aujourd'hui, Brooke, Logan, Amy et Troy se prennent toujours les pieds dans le tapis (ils ont divorcé, n'ont pas d'enfants et ont des carrières incertaines). C'est comme si l'arrivée de Savannah leur renvoyait soudain la déception de leur mère quant à leur parcours en dents de scie.

C'est ce qu'on découvre au fil des pages, à travers une construction habile et ingénieuse - à la Moriarty, j'ai envie de dire. La narration alterne passé et présent, se penche sur LA disparition et sur l'enquête de la police. Elle brasse les témoignages, les regards, les sentiments et les certitudes. C'est finement joué. Tout ce petit monde s'exprime car tout le monde a beaucoup à dire, et pas seulement sur l'inconnue, l'intruse, la disparue, mais aussi sur la vie, le couple, l'amour et ses désillusions, le poids des attentes, la frustration et l'amertume. Et puis, le fil rouge met en appétit. On s'interroge sur qui, pourquoi, comment. Nos petites cellules grises sont à la fête. Le roman traite des histoires de famille (j'adore ça) avec une tension psychologique qui ne faiblit pas. La progression de l'intrigue est assez lente, mais n'enlève rien la sensation d'un rythme haletant.

En bref, je valide cette lecture qui a su me captiver pendant 500 pages (15 heures d'écoute) (très bon audiolib d'ailleurs). Le point final est à double tranchant. Remarquable !

©2022 Éditions Albin Michel (P)2022 Audiolib

  • Lu par : Marcha Van Boven
  • Durée : 15 h 10
  • Lecture agréable et entraînante, avec une intonation juste, une mise en scène subtile, un ton mesuré et une envie d'en savoir plus. J'ai cependant accéléré la vitesse, par convenance personnelle, car interprétation trop modérée à mon goût. 

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13/10/21

Celle qui brûle, de Paula Hawkins

Totalement conquise par ce nouveau roman de Paula Hawkins !

Celle qui brûleJ'ai aimé me perdre dans le dédale de son intrigue. Au départ, c'est assez perturbant. Chaque personnage se livre par petit bout et rien ne semble les lier.

On a une vieille dame qui a alerté la police après avoir découvert sa voisine décédée. Puis une jeune fille instable qui devient la suspecte idéale dans une affaire de meurtre. Un homme, justement, a été assassiné sur sa péniche. Sa tante est désabusée par l'annonce et répond au mieux aux questions des enquêteurs. Sauf que c'est un tel micmac.

C'est dire comme l'histoire progresse comme dans un brouillard dans les premiers chapitres du roman. Mais que c'est bien aussi ! Je trouve que Paula Hawkins s'améliore livre après livre. (Du moins, c'est mon avis personnel.)

C'est encore une fois par le format audio que j'ai suivi cette lecture - un tour de force incroyable. Cachou Kirsch, la comédienne, est l'une des meilleures lectrices du genre. Avec elle, je ressens de l'empathie, de la colère, de l'agacement pour les uns ou les autres. Elle nous fait vivre sa lecture et donc vivre le roman avec une telle conviction. J'avoue, je trouve ça remarquable. Et j'en redemande.

Le roman est un thriller qui ne propose pas de séquences frappantes. Aucune scène racoleuse. Juste de la tension psychologique. Et j'aime ça ! Pendant tout le roman, on scrute et on extrapole. On a évidemment tout faux. C'est truffé de non-dits et de révélations qui se choquent avec intelligence. Les apparences sont trompeuses. Les confessions, à prendre avec des pincettes. Bravo. J'avais une telle impatience de tout lire pour découvrir le pot-aux-roses.

Vraiment, un très bon roman !

©2021 Sonatine Editions (P)2021 Audiolib

  • Lu par : Cachou Kirsch
  • Durée : 9 h 19
  • #Cellequibrûle #NetGalleyFrance 

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07/10/21

Au-delà du temps (Le Mystère Soline #1), de Marie-Bernadette Dupuy

Le Mystère Soline 1

S'il y a bien une chose à savoir à propos des romans Marie-Bernadette Dupuy, c'est que leur lecture est très convenue. Le poil lisse et brillant. C'est plaisant, ça s'écoute avec plaisir mais ce n'est pas foufou non plus. Dans le cas présent, la voix de Florine Orphelin apporte beaucoup de charme et de douceur à la lecture. J'avoue que c'est même l'atout du livre !

Concernant l'histoire, très classique, il est question d'un mystère sur le passé de Soline. Notre héroïne ayant été adoptée a longtemps cherché des indices sur sa naissance, mais ses parents ont toujours refusé d'aborder le sujet. Ils ne savent rien et ont perdu le dossier. Le fossé entre eux s'est creusé dès que la jeune fille a évoqué ses visions. Elle voit des drames. Elle voit des images. Elle voit des personnes en détresse. C'est bizarre, ça ne s'explique pas. Mais elle en tire profit en exerçant la fonction de pisteuse secouriste et maître-chien d'avalanche.

Or, depuis quelques temps, des événements tragiques surviennent dans son entourage et frappent ses proches. Soline n'a pas envie de faire le rapprochement, jusqu'à ce que le doute ne soit plus permis. Et là, en tant que lectrice, je dis POUCE. C'était suffisamment bon de broder sur le Mystère Soline sans sortir de la Zone. Car vers les 40% de l'histoire, patatras, un certain Benjamin entre en piste. Un homme pas forcément séduisant mais qui affole le cœur de la jeune femme peu habituée à de tels élans. Hmmm.

Clairement, ça m'a gonflée. D'un coup, d'un seul. J'ai trouvé que ça devenait gnangnan et pas vraiment audacieux. Cette façon d'aborder la rencontre amoureuse et les sentiments, non. Ce n'est pas du tout actuel. Ou disons surtout que je me suis sentie trop décalée. Hélas, j'ai décroché. Cependant, j'étais embêtée pour la suite et donc j'ai triché en prenant des raccourcis. Huhu. Toujours est-il que le mystère est savamment entretenu !

Au final, j'aime les secrets de famille, le croisement entre le présent et le passé, les non-dits et les drames qui couvent. Ça oui, franchement ça m'a plu. Par contre, je n'ai pas du tout adhéré à la platitude du ton, des émotions, des personnages. C'est mou, parfois monotone. Heureusement le format audio masque cette déconfiture. En effet, j'ai beaucoup aimé la performance de Florine Orphelin qui se révèle aérienne et appliquée pour l'exercice. Le contenu est plus déconcertant, je ne sais pas si j'irai la suite (alors que le dénouement est terrible). 

©2021 Calmann-Lévy (P)2021 Audiolib

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28/08/21

Trois vœux, de Liane Moriarty

En bref : c'était bien, malgré quelques longueurs et la sensation d'étirer superficiellement l'intrigue !

Trois vœuxLe roman s'ouvre sur une scène volcanique, au restaurant, trois sœurs fêtent leur anniversaire quand soudain l'une d'elles se lève avec une fourchette plantée dans son ventre de femme enceinte. Eh ouais. Les petits meurtres en famille, ça me connaît.

Avant d'en arriver là, l'auteure procède à son schéma habituel en fouillant les souvenirs et en alternant personnages et situations pour planter le décor. Les trois sœurs, Lynn, Cat et Gemma, sont des triplées. Elles ont un peu grandi en étant des phénomènes de foire, exploitées par leur mère qui a bâti sa carrière sur leur dos.

Mais les filles gagnent à être connues, notamment pour leur parcours et leurs attentes qui partent dans tous les sens. Lynn maintient qu'elle peut gérer sa carrière, son couple et son enfant à parts égales. Cat découvre que son mari a eu une aventure. Et enfin Gemma enchaîne des déceptions amoureuses mais tombe sous le charme d'un serrurier aux cils incroyables.

Ces trois-là sont à la fois solidaires et garces entre elles. Elles ont le sens de la famille, se protègent et se soutiennent. Cependant, elles ne sont pas transparentes et souvent préfèrent un semblant d'apparence par peur d'être trop vulnérables.

En fait, j'ai bien aimé ce roman à travers son portrait des trois sœurs dont la relation est complice mais perfectible aussi. Je me suis sentie proche de l'une et l'autre à tour de rôle. Par contre, et c'est un reproche courant, le roman de Liane Moriarty est bancal avec des passages trop longs ou inutilement dilués. Pense-t-elle que ça alimente l'intrigue ou son suspense ? En tout cas, l'effet recherché est loupé. Ça casse le rythme et c'est limite ennuyeux par moments. Sans quoi, en comparaison des autres titres déjà lus, celui-ci est plutôt bon. Du moins, il ne déçoit pas !

©2021 Editions Albin Michel (P)2021 Audiolib

  • Lu par : Audrey D'Hulstère
  • Durée : 11 h 33
  • Ce roman, mené comme un thriller, est un soap doux amer dont personne ne ressort indemne. Audrey D'Hulstère incarne à merveille ces trentenaires en pleine crise existentielle.
  • La lecture audio est effectivement très bonne, grâce à sa comédienne aguerrie, qui joue subtilement avec les caractères et entretient savamment le doute et l'espoir au fil des chapitres. C'était très appréciable, et je pense que ça a contribué à ma bonne estime du roman.

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09/07/21

Trois, de Valérie Perrin

TroisOn ne dirait pas, d’après la couverture si fraîche et insouciante, mais l’histoire est plutôt sombre et parfois incongrue dans son déroulement. Ceci n’empêche pourtant pas la lecture d’être entraînante. 670 pages avalées très, très vite ! Ou avec le format audio - 18 heures qui filent à la vitesse de l’éclair. Et c’était bien.

Trois amis d'enfance. Un apprentissage de la vie qui écrabouille tout sur son passage. Des drames, des larmes, des non-dits. J'ai dit banco et je n'ai pas été déçue du résultat. C'est bien ficelé, avec un suspense distillé à la pipette, une alternance de temps et de personnages, une construction habile et un rythme efficace.

Adrien, Étienne et Nina se connaissent depuis le CM2, depuis l'année 1986. Ils avaient des rêves, ils étaient gonflés d'espoir. Mais trente ans plus tard, on réalise qu'ils ne se parlent plus. C'est finalement suite à un fait divers, une voiture repêchée au fond d'un lac, et l'arrivée d'une journaliste que les anciens amis d'enfance vont être bousculés. 

J'ai vraiment eu le sentiment d'avoir lu un bon roman et néanmoins conscience de petits défauts qui cassent cette harmonie. Des détails ci et là, une certaine réserve quant au dénouement, des points faciles... ce n'est pas méchant, juste frustrant car j'aurais préféré que tout soit parfait. J'évoque ci-dessous mon avis sur le livre audio (en demi-teinte).

©2021 Editions Albin Michel (P)2021 Audiolib

  • Lu par : Tess Lauvergne
  • Durée : 18 h 12
  • Si le temps annoncé peut paraître paralysant, la lecture s'écoute franchement très, très vite. On ne voit pas le temps passer ! Par contre, c'est assez déstabilisant car la voix sonne terriblement monocorde. C'est plat. Très flippant. Et peu engageant. Accrochez-vous. Soit on s'habitue, soit le rythme est suffisamment entraînant pour chasser la première impression.

⭐⭐⭐.5

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12/06/21

Meurtre et séduction (Les Enquêtes de Lady Rose #1), de M. C. Beaton

Meurtre et séductionQuelle charmante lecture !

On est encore dans du bon cosy crime, agréable et entraînant à lire. Aucun souci là-dessus. L'histoire se déroule en pleine époque édouardienne et l'héroïne, qui appartient à la bonne société anglaise, rêve de briser ses chaînes mais avec la pleine conscience de son devoir filial à honorer.

Elle a notamment échappé à un scandale grâce à un capitaine chargé par ses parents de démasquer les intentions, louables ou pas, du jeune homme qui la courtisait.

Mais suite à cette affaire, lady Rose a une dent contre « son sauveur » Harry Cathcart qui continuera de croiser son chemin dans leur cercle de privilégiés. Ils vont d'ailleurs bosser sur la même enquête après la mort suspecte d'un convive lors d'une réception à laquelle ils participaient.

Premier bon point : le duo sans équivoque. Lady Rose est vive et surprenante. Le capitaine Cathcart est devenu détective pour compenser sa petite pension militaire. Il n'y a aucune ambiguïté amoureuse dans leur relation mais plutôt de la pudeur, un peu d'embarras et parfois de l'hostilité.

Ensuite, vient l'ambiance du roman : d'un côté la bonne société anglaise, avec ses codes et ses carcans, de l'autre la domesticité et les inégalités sociales, non loin on assiste aux premiers battements des suffragettes. Tout un monde en ébullition et porteur de promesses. J'ai été transportée, complètement. On trouve dans cette nouvelle série de MC Beaton de la légèreté, de l'élégance et des personnages attachants avec qui ce sera un plaisir de partager les aventures.

En attendant, pour une entrée en matière, c'est très bon. Comme pour Agatha Raisin & Hamish Macbeth, j'ai opté pour le format audio et je ne regrette absolument pas. C'est frais, drôle et d'humeur folâtre. Un pur bonheur.

©2003 / 2021 pour la traduction / Editions Albin Michel (P)2021 Audiolib

⭐⭐⭐⭐