16/07/20

Victime 55, de James Delargy

Victime 55Le roman démarre sur les chapeaux de roue avec un individu aux abois que la police pense avoir secouru des griffes d'un serial killer. Gabriel est terrorisé par un certain Heath qui aurait déjà sévi à plusieurs reprises. Victime 55... disait-il.
Peu de temps après, le même scénario se reproduit : le sergent Chandler tombe sur un type qui raconte avoir été séquestré et cherche à fuir le malade à ses trousses. Devinez quoi ? Il s'agit du dénommé Heath, sauf qu'il accuse Gabriel d'être son bourreau.
Sans plus réfléchir, le chef les colle tous deux au trou. Le temps de déterminer qui dit la vérité et qui est le dangereux psychopathe. Pour l'heure, son jugement varie. C'est alors que débarque le FBI avec une vieille connaissance de notre ami - en l'occurrence Mitch Andrews de retour pour afficher sa supériorité. Le novice d'hier a en effet pris du galon et surtout choisi des méthodes peu conventionnelles pour briller devant les caméras !
Entre Chandler et lui, l'entente est donc électrique. Mais leurs chamailleries viennent polluer l'enquête en cours et ne font pas avancer le schmilblick. Résultat, le puzzle est insoluble et l'ambiance carrément paranoïaque.

Pendant longtemps, j'ai eu envie de démêler les nœuds de l'intrigue et de trancher définitivement pour désigner le coupable. J'avais certes deviné deux, trois trucs mais j'ai été aussi surprise par d'autres points. Malheureusement le roman perd de son originalité, le rythme s'essouffle et l'histoire devient trop longue, avec des personnages grossiers et caricaturaux, un dénouement très moyen. C'est contrariant. Sinon j'ai bien aimé les décors rudimentaires de la petite ville de Willbrook (campagne australienne complètement paumée). Temps sec et chaud, poussiéreux et étouffant. On ressent très vite le piège tendu et le contexte difficile. Pour ça, l'immersion est aisée et l'imagination très fertile...

HarperCollins Noir / 2020 / Traduit par Maxime Shelledy & Souad Degachi

 

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


06/07/19

La mémoire des embruns, de Karen Viggers

La mémoire des embruns... Cette déception après lecture ! J'avais gardé ce roman bien au chaud sur mes étagères *depuis des années* et lorsque je tente enfin une plongée en me frottant les mains, je ne vous raconte pas le gros plouf de dépit.
Car l'histoire est mélancolique mais usante. Elle traîne en longueur et alterne deux parcours - celui d'une vieille dame et de son fils cadet.
Mary a choisi de retourner sur une île isolée pour revivre ses souvenirs de jeune femme mariée et épouse du gardien de phare. Tom a perdu le goût du bonheur après son divorce et ne sait plus sur quel pied danser avec une jeune scientifique - sans doute trop spontanée et indépendante pour convenir à son manque de confiance.

Cela nous donne un roman en mode contemplatif et néanmoins monotone.
Mais que de lassitude !
Par contre on nous vend du rêve pour les décors... Tasmanie, île Bruny, Terre Adélie... C'est là tout le côté sauvage et farouche du bouquin.

©2011 Titre original : The Lightkeeper's Wife. Édition française publiée par les Éditions Les Escales.
Traduit par Isabelle Chapman

(P)2019 Lizzie, Version intégrale

La voix de la comédienne, Pénélope Perdereau, est la plus prégnante et captivante à écouter... dommage de trouver trop de descriptions dans le récit.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12/02/09

Le koala tueur et autres histoires du bush - Kenneth Cook

En postface, la traductrice Mireille Vignol déclare : « la brousse australienne se prête à souhait aux aventures invraisemblables : paysages insolites, animaux bizarres, faune humaine excentrique, villes perdues repaires d'indésirables cherchant à se faire oublier, scientifiques de tout poil absorbés dans des études de terrain et une population aborigène subtile régnant en maître sur son environnement. »

41Z_d_hmS_L__SS500_C'est avec un humour décapant que Kenneth Cook nous raconte ses étonnantes expériences, au coeur du bush australien. « L'un des mythes répandus sur l'Australie, c'est qu'elle n'abrite aucune créature dangereuse, hormis les crocodiles, les serpents et les araignées. C'est faux. » On découvre très vite, avec stupeur, le chameau à l'haleine de chacal, le koala tueur, le chat qui se croyait un chien de garde, le cochon furibond et j'en passe, devenus les acteurs bien malgré eux de situations sordides mais comiques. Parfois les rencontres animales vous glacent le sang, comme lorsque le narrateur se trouve nez à nez avec un énorme crocodile, un mâle reproducteur en pleine période des amours. Une autre histoire de crocodile prouve qu'il faut se méfier de ses bêtes, protégées sans doute, mais leur cuir est convoité par des chasseurs sans état d'âme ! Gare à la chasse (dans tous les sens!). Autre situation inconfortable : être au centre d'un vivarium et tenter de sortir votre ami, assommé par deux bouteilles de whisky. Il n'est pas bon non plus de croiser la paire chameau-aborigène, c'est un cocktail mortel. L'un vous kidnappe et vous paume en plein désert, tandis que le suivant vous propose son secours contre une forte somme d'argent.

Et ce sont ainsi quinze histoires désopilantes, parfois un peu teintées d'humour noir, qui composent ce recueil. Le résultat est surprenant, la lecture agréable. Kenneth Cook parvient, grâce à son esprit gaillard, à mêler l'autodérision, la loufoquerie et la tension dramatique dans le même panier. Il n'hésite pas à se mettre en scène, tel un journaliste naïf et trouillard, un écrivain sédentaire qui souffre d'un léger embonpoint, dans ces récits qu'il prétend être basés sur des faits réels. Son exploration du bush australien est une suite d'aventures saugrenues, tantôt palpitantes ou au contraire mortifiantes, mais Cook, dans l'ensemble, ne se départ pas de sa bonne humeur et prouve ainsi que le ridicule ne tue pas ! Tant mieux. En plus d'être dépaysante, cette lecture distraie et donne le sourire. A tester.

Autrement, 2009 - 155 pages - 15€
traduit de l'anglais (Australie) par Mireille Vignol

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,