22/02/21

Missouri 1627, de Jennifer Hendriks & Ted Caplan

Missouri 1627Lorsqu'elle découvre qu'elle est enceinte, Veronica dit niet - son avenir est tout tracé et elle ne prévoit pas d'en changer. Mais pour agir vite et bien, elle doit se rendre dans une clinique se situant à 1600 kilomètres du Missouri et convaincre une vieille copine d'enfance de l'accompagner. Pas rancunière, Bailey l'embarque dans sa Chevrolet El Camino orange et lui promet de vivre une expédition qu'elle n'est pas prête d'oublier.

Oh non. Au-delà du contexte dramatique et des soucis qu'il soulève (le poids de l'éducation, les traditions et le libre-arbitre d'une grossesse désirée ou pas), ce roman prend le parti de la dérision. Car ce road-trip est complètement dingue et déjanté. On trouve notamment un petit copain / psychopathe / qui s'accroche à son rêve et qui poursuit sa dulcinée jusqu'au bout de l'aventure / fait flipper. On croise aussi des vaches folles, des énergumènes inquiétants, on fait des rencontres insolites, d'autres moins, mais on sourit beaucoup au cours de ce voyage.

La lecture file également à toute allure et rend cette escapade grisante. Certes le fond est poignant mais traité avec humour, d'où ce décalage improbable et tellement bon. Veronica et Bailey sont deux héroïnes formidables. Merci à Jenni H. & Ted C. pour cette histoire moderne et pas du tout moralisatrice. Fuck les aigris.

Bayard Jeunesse, 2021 - Traduit par Sidonie Van Den Dries

Parfois, dans la vie, il y a des tests qu'on préfèrerait rater.

Deux filles, que tout oppose, vont devoir affronter le monde et prendre leur destin en main. Commence alors un périple à mille à l'heure sur les routes des États-Unis.

Des rebondissements en pagaille, un lexique de gros mots très créatif, une amitié mise à l'épreuve, un vent de liberté et bien plus encore...

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


05/01/21

Miss Peregrine et les enfants particuliers #5 : La Conférence des oiseaux, de Ransom Riggs

Miss Peregrine et les enfants particuliers 5 La Conférence des oiseauxPas facile au début de se remettre dans le contexte (souvenirs flous de la lecture du tome précédent) mais finalement cela revient assez vite. On retrouve notre cher Jacob qui s'est mis en tête de sauver sa nouvelle amie Noor mais la situation va lui échapper à nouveau et les drames vont s'enchaîner.

Zigzag de boucles temporelles, défilé d'ombrunes et de sépulcreux, prophétie et guerre imminente. On n'a pas le temps de souffler que l'aventure nous entraîne d'une page à l'autre vers des indices, des complices, des traîtres et d'autre découvertes.

Au fond les enfants particuliers ne regrettent pas de vivre autant d'émotions après avoir vécu sous cloche durant tant d'années ! La narration est donc entraînante et riche en rebondissements. Le dénouement réserve de l'inattendu, des cris, des larmes, de l'effroi. Et encore ? Suis-je surprise du truc ? Même pas. J'avais flairé quelque chose.

En bref, j'ai savouré cette lecture et je ne me lasse pas de son atmosphère hors du commun. Je trouve d'ailleurs que j'ai de plus en plus de bonheur entre ses lignes. Ce que la série dégage est indescriptible - en tout cas, ça ne se raconte pas. Ça se ressent et c'est vraiment fort.

Bon point pour la version audio (texte lu par l'excellent Benjamin Jungers) qui m'embarque à bord dès les premières notes. YES.

Prochain tome en Février pour la VO : The Desolations of Devil's Acre // NOVEMBRE pour la VF !!!! 

©2020 Bayard Editions (P)2020 Audiolib

Une terrible prophétie. Une dangereuse chasse aux trésors. Le monde des particuliers au cœur de la tempête. Jacob et Noor viennent d'échapper au clan de Léo, mais un nouveau danger se profile. Et seule une mystérieuse V pourrait assurer sa protection. C'est le début d'une course-poursuite avec, pour seuls indices, une carte déchirée et des instructions énigmatiques.

Mais le temps est compté et les avertissements se font de plus en plus pressants. Et la menace devient chaque jour plus réelle. Jacob et les enfants particuliers vont devoir s'armer de courage afin d'empêcher le monde de sombrer.

 

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03/11/20

Lectures & jeunesse : Les Trois Ours chez Boucle d'Or - L'extraordinaire voyage du voleur d'éléphant - Ariol

Les trois ours chez Boucle d'or

Par une belle matinée ensoleillée, la famille de Petit Ours décide de dire bonjour à leur amie Boucle d'Or (ses parents sont partis en courses). Boucle d'Or est priée de ne pas ouvrir aux inconnus...Mais la famille Ours n'est pas totalement inconnue.

Il y a quelques temps encore, c'était la demoiselle qui se tapait l'incruste chez eux. La moindre des politesses est de retourner l'invitation. Hahaha.

La famille Ours se montre très vite à l'aise chez Boucle d'Or : ils s'installent confortablement dans le canapé - pas très costaud pour soutenir le poids des trois Ours - puis ont une fringale et font une razzia de céréales. Et pourquoi ne pas prendre un bain, fouiller les armoires et semer la pagaille sans faire exprès !

Boucle d'Or tente de gérer au mieux en courant après chacun, mais trop tard, l'heure du retour des parents a sonné.

Il est temps aussi pour la famille Ours de rentrer à la maison et déguster du lait chocolaté. La fillette fait de grands gestes et de grands discours pour expliquer comment le tsunami est survenu... et c'est très drôle.

Ce principe de conte inversé est source de situations cocasses et délirantes. Le plaisir de la lecture est inégalable ! Et les illustrations de Sibylle D. sont complètes, riches en couleurs et en détails, de quoi rouler des yeux page après page pour ne rien louper. Une belle réussite proposée dans un album de très grand format.

Les Trois Ours chez Boucle d'Or, de Sibylle Delacroix

Bayard jeunesse, 2020

**************************

L'extraordinaire voyage du voleur d'éléphant

Si le titre laisse supposer une histoire rocambolesque, elle se révèle peut-être moins abstraite mais tellement passionnante !

L'histoire se déroule en 1872 avec un jeune orphelin obligé de jouer les pickpockets pour survivre dans les rues d'Edimbourg. Sa rencontre avec M. Jameson lors d'une vente aux enchères va néanmoins bouleverser son existence. Après un concours de circonstances, Boy, le garçon des rues, va accepter d'escorter Maharajah, l'éléphant nouvellement acquis, jusqu'au zoo de Manchester. Mais ils ont moins de sept jours pour y parvenir et les obstacles en chemin vont se bousculer.

On comprend en effet que l'épopée est mise à mal par des tentatives de corruption et la présence d'un traître au sein du groupe... mais chut ! La plongée dans cette aventure est assez exaltante, on y respire un petit parfum à la Jules Verne et son Tour du Monde en 80 jours. Toute comparaison s'arrête à l'époque, l'ambiance et au pari. Pour le reste, on découvre une épopée attachante avec un héros qui incarne la part obscure du XIXe siècle (pauvreté, brimades et misère sociale).

Boy ne connaît rien de son passé et accepte de s'exhiber en portant la tenue d'un jeune prince indien. Il va croiser des personnages plus ou moins fiables, comme le dresseur jaloux ou la fillette intrépide. L'aventure est ainsi entraînante et montre combien le courage d'un enfant peut tenir en haleine et faire rêver les jeunes lecteurs d'aujourd'hui. Oui, mine de rien, c'est vraiment un bon moment d'évasion !

L'extraordinaire voyage du voleur d'éléphant, de Jane Kerr

bayard jeunesse, 2020

**************************

Ariol Ramono, ton tonton fait du bio

Pour la première fois, Ariol s'embarque pour une aventure au long cours avec cette édition spéciale sous forme de roman graphique ! L'expérience mériterait d'ailleurs d'être renouvelée car le résultat est extra. ♥

Le tonton de Ramono, Jean-Soue, est épicier-bistro-marchand de journaux au village de Saucy-le-Sonsec. Une fois par mois, il fait une tournée en ville pour vendre ses produits bio. Un jour, il propose aux enfants de l'accompagner dans sa camionnette bariolée. Et quelle journée ! Il ne s'agit pas seulement de déposer des cagettes de légumes et des pots de confiture chez des clientes énamourées, il est surtout question de mystères et de faits étranges tout au long du parcours...

En effet, la liste des courses va étrangement disparaître. Puis des bruits bizarres se feront entendre dans le chargement. Et que dire de la petite voiture grise qui leur colle aux basques depuis le départ ? Han-han. Le suspense est entier.

Cette lecture est très drôle et fidèle à l'esprit de la série : des aventures cocasses, de l'humour et des personnages attachants. On savoure cette histoire complète de 70 pages - ça change du format habituel - et c'est très bien aussi ! 

Ariol (roman graphique) : Ramono, ton tonton fait du bio ! par Emmanuel Guibert & Marc Boutavant

BD Kids / 2020

**************************

Au passage, souhaitons un joyeux anniversaire à Ariol dont les aventures ont débuté il y a 20 ans dans le magazine J'aime Lire.

Ariol 16 Naphtaline nous dit toutou

Un 16ème tome est également disponible pour le bonheur des petits et des grands. Ce volume propose, comme d'habitude, son lot de petites anecdotes et autres aventures en quelques pages. À prévoir : des sourires, des sourires et encore des sourires.

Ce qui attend le jeune Ariol ? Les concerts du chevalier cheval, les visites chez le psychologue Percheron, la découverte du nouveau magasin Bio... bref, pas le temps de s'ennuyer. Avec son fidèle Ramono, son amoureuse secrète Pétula et toute sa bande de potes, le petit âne bleu peut surmonter les situations des plus saugrenues aux plus inattendues. L'entraide, l'amitié & la famille, trois piliers dans sa vie, avec panache et humour ! 

Ariol (T.16) : Naphtaline nous dit toutou, par E. Guibert & M. Boutavant

BD Kids / 2020

**************************

12/10/20

La Guilde des Aventuriers, de Zach Loran Clark & Nick Eliopulos

La Guilde des aventuriersTrès bon roman de fantasy jeunesse, au schéma traditionnel et néanmoins captivant.

La ville de Pierrefranche organise chaque année la distribution des Guildes à des jeunes apprentis qui voient ainsi leur destin prendre forme. Pour Brock et son meilleur ami Zed, un demi-elfe, le doute n'est plus permis : l'un sera Marchand comme son père, l'autre pourrait rejoindre les Mages. Mais les cartes sont redistribuées quand la Guilde des Aventuriers s'avance pour piocher selon son bon vouloir, chamboulant les vocations. Ainsi, Zed est réquisitionné sans possibilité de refuser. Son pote est outré et se porte immédiatement volontaire pour l'accompagner.

La formation qui va suivre va également bousculer leur confort et les mettre face à une réalité insoupçonnée. Car au-delà des remparts de la ville, les dangers s'épanouissent et s'imposent à une cadence infernale. Zed et Brock s'associent à leurs camarades, comme l'insupportable Liza Guerra, fille de noble, qui ne doute jamais d'elle-même, et Jett Marteau-de-Tonnerre, un nain lourdaud et bon vivant. 

Très clairement, les éléments sont communs mais la mécanique en place est efficace : j'ai tout lu d'une traite et j'ai été prise dans le feu de l'action et des révélations. Le roman se lit facilement et dans un style léger qui nous prend en otage (avec notre consentement). Pour une première approche, j'avoue, c'est vraiment convaincant ! La suite sera disponible en Février.

Bayard jeunesse, 2020 - traduit par Françoise Nagel

Bienvenue dans la Guilde des Aventuriers. Nul ne connaît leur nombre exact. Elle est composée d’illuminés à la cervelle ensorcelée et autres créatures corrompues par les démons, tous lourdement armés. Voici la consigne : rester en vie jusqu’à demain matin.

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21/09/20

Derrière toi (La Malédiction des 33), par Evelyne Brisou-Pellen

Derrière toi La malédiction des 33Voilà un roman intéressant, avec beaucoup de potentiel mais hélas sous-exploité ! En cause : un format court et une intrigue trop riche car l'ensemble déborde. Ou l'on cherche à nous simplifier la lecture, ou l'on brouille nos repères... dans tous les cas, c'est déconcertant.

Lors d'une visite au château d'Amboise, Tess découvre un curieux objet qui la projette brutalement dans le passé. En fait, tout se passe dans ses pensées car elle se voit dans la peau d'un soldat de l'armée napoléonienne en pleine campagne russe. Elle n'ose encore rien dire à son cousin Gabin tant que ses moments d'absence passent inaperçus, sauf qu'ils vont de plus en plus se répéter.
Elle lui avouera alors qu'elle est en train de revivre toute l'affaire du Courrier de Lyon (une affaire criminelle survenue en avril 1796 et connue pour être la première grande injustice française). Sans comprendre pourquoi, Tess est prise à témoin pour assister à cet évènement.

Globalement j'ai bien aimé ce principe de mêler les époques et de créer du mystère à partir d'un fait réel. On ajoute une pointe de surnaturel, des secrets de famille et pourquoi pas une malédiction... 
Sauf que le résultat me laisse perplexe. Selon moi, l'histoire est parfois compliquée à suivre. 
Les transitions entre présent et passé sont particulièrement abruptes et trop floues. À chaque fois on doit se rappeler qui nous sommes, où nous sommes (pour la cause, on attendra encore). Quant aux grandes lignes de l'affaire du siècle, la documentation est riche mais quel fouillis...
Suis donc moyennement convaincue par ce premier tome. Les personnages sont également à peine esquissés - Tess et son cousin Gabin sont pourtant unis par un drame familial. La jeune fille possède un don qu'on nous dévoile presque platement, sans cérémonie et sans explication. En somme, il faut s'emparer des petites perches tendues comme des cadeaux précieux ou sinon on reste dans l'incertitude. Pour une lecture de cette qualité, honnêtement, j'espérais mieux et suis un peu déçue.

Bayard jeunesse / 2020

 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


18/07/20

Un été en liberté, de Mélanie Edwards

Un été en libertéVoilà un joli roman qui raconte les vacances, l'enfance et le premier amour. Rien que la couverture sobrement illustrée par Andrea Sorio invite à la découverte... 

Ils sont quatre : un frère et  trois sœurs, Brune (17 ans), Paul (16 ans), Violette (14 ans) et Elise (6 ans). Leurs parents débordés décident de les expédier loin du tumulte parisien dans une petite maison de famille, en Ardèche. Un mois durant, les enfants seront livrés à eux-mêmes, sous le regard bienveillant des voisins, et vont ainsi goûter à la liberté.

Leurs journées s'organisent en toute spontanéité, les tâches sont réparties, sans contrainte et dans une bonne entente générale - ça fait plaisir de savourer un climat aussi serein. Chaque jour, ce sont promenades dans la nature riche et sauvage, baignades dans la crique, lectures à l'ombre des arbres, virées en mobylette ou en kayak... vraiment la belle vie !

Le lecteur aussi est aspiré par cette douce quiétude. On se fond vite une place au soleil et on prend place dans ce paysage sans nuage. L'extase pure. De toute manière, cette lecture est extrêmement bénéfique tant pour les adultes (souffle nostalgique) que pour les plus jeunes (envieux de cette liberté inestimable).

L'insouciance est de mise au cœur de cette histoire, qui nous rappelle le plaisir de saisir le moment présent, de savourer chaque rencontre et de s'interroger sur les liens qui nous attachent aux autres. C'est un petit roman de 200 pages qui ne paie pas de mine et pourtant il est éclatant de douceur & de tendresse. Une précieuse pépite. ♥

Bayard (2020)

« C'était troublant comme ce roman venait réveiller plein de sensations diffuses que j'avais moi-même en lisant. Il m'arrivait parfois de relire un livre et de ne pas y trouver du tout les mêmes choses que lors de ma première lecture. Est-ce que, comme le disait Juan Villoro, « chaque livre est comme un miroir de nos pensées. Son contenu varie selon qu'il est lu par un héros ou par un personnage ordinaire » ?
Moi, j'avais souvent l'impression étrange, et parfois dérangeante après coup, que c'étaient les livres qui me choisissaient, et non l'inverse ; puis, finalement, que j'imprimais à chaque histoire mes humeurs du moment, exactement comme l'écrivait l'auteur... »

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/07/20

Mister Hamster et moi, par Birdie Milano

Mister Hamster et moiPour Dylan, les vacances au camping avaient un goût d'échec (il rêvait de New York et débarque dans les Cornouailles). Mais c'était avant sa rencontre avec Jayden-Lee Slater qui occupe le mobil-home juste en face du sien. Un vrai coup de foudre.
Malheureusement rien ne se passe comme prévu : le garçon est aussi creux qu'une coquille vide mais Dylan est trop borné pour l'admettre malgré les avertissements de sa meilleure amie Kayla. De plus, il est chargé de s'occuper de son jeune frère en fauteuil roulant et croise à moult reprises la mascotte du club - Quenottes ou Mister Hamster - qu'il trouve ridicule avec son déguisement et collant. Toujours à se mêler des affaires des autres !
Il faut dire aussi que Dylan n'a vraiment, vraiment pas de bol. Il fait tout pour briller et impressionner son beau gosse mais se tape à chaque fois la honte à cause d'enchaînements malheureux. Les cieux sont contre lui. Et toujours là pour le consoler - Mister Hamster ! Grr... ça commence à bien faire.

C'est donc un roman plein d'humour avec un narrateur qui ne manque clairement pas de dérision et qui affiche une mine désabusée face à ses nombreux déboires. Parfait pour une bonne tranche de rigolade. Mais ça n'enlève en rien le tourment qui l'anime, à vouloir assumer son homosexualité (même ses parents l'ignorent) et connaître pour la première fois le bonheur auprès d'un amoureux.
Mine de rien le roman aussi veut lutter contre les préjudices dans un monde trop lisse (le handicap de son frère ou la peau couverte d'angiomes de sa copine qu'elle couvre de fond de teint). Avec cette équipe de bras cassés en apparence, l'histoire montre que la révolution est en marche et qu'il ne faut jamais abandonner ses rêves.
En bref, ce premier roman est réjouissant de drôlerie et d'espoir ! Pour affronter l'adversité et rassembler les gens... franchement TOP.

Bayard, 2020 - Traduit par Maud Ortolda

 

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

02/07/20

Mortelle Adèle : Mortel un jour, mortel toujours ! de Mr Tan & Diane Le Feyer

Mortelle Adèle Mortel un jour, Mortel toujoursNouvelle star des cours de récréation, Mortelle Adèle doit son succès à la série publiée en bande dessinée racontant des petites histoires rigolotes dans lesquelles notre héroïne au caractère bien trempé exploite son imagination débordante au service d'expériences souvent peu recommandables !

Pour la première fois, ses fidèles lecteurs peuvent la découvrir dans un nouveau format, à travers un court roman de 80 pages, où l'esprit caustique et irrévérencieux d'Adèle est toujours chouchouté. La demoiselle vient en effet de créer un détecteur de mortellitude. 

Il est temps pour elle de tester son invention à l'école afin de démasquer ses sembables. Lasse d'être la seule Mortelle (bizarre et insensible et impitoyable et redoutable créature) ? Il se pourrait bien. Alors, qui de Geoffroy (son amoureux trop guimauve), Jade et Miranda (les deux courges siphonnées), Jennyfer (son auto-proclamée meilleure amie pour la vie... dans ses rêves), ou encore Ludovic (ce garçon mystérieux qui bouquine dans son coin) serait donc son alter ego ? 

Le suspense est entier.

L'histoire est banale mais racontée avec un humour caustique qui fait sourire. Avouez qu'il vous tarde de connaître qui serait « le fromage fondu sur le toast de ma folie ! la chantilly de ma glace aux bêtises ! toutes ces années où je pensais être seule en haut de ma tour de bizarrerie, il était le vent qui soufflait jusqu'à moi des pensées folles et déraisonnables »

Une chouette lecture pour les plus mordus & accros de cette série au succès explosif ! 16 tomes, 3 millions d'exemplaires vendus, 4 hors-série, un spin-off sur Ajax le chat et des produits dérivés... Bref. C'est un carton.

Bayard, 2020 / illustrations de Diane Le Feyer

 

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/03/20

Mystère au manoir (Les Nouveaux Détectives #1), par Lauren Magaziner

mystere au manoirQuand j'étais gamine, j'adorais les livres « où vous êtes le héros ». J'aimais choisir mes propres pistes et ne pas saisir la perche qu'on me tendait grossièrement. J'avais déjà un sens de la contradiction très prononcé.
Maintenant je trouve toujours sympa de lire des histoires qu'on peut inventer soi-même (mais les ficelles sont grosses, je suis une vieille aguerrie... bouh !). J'ai beau emprunter les chemins de traverse, la partie de rigolade touche trop tôt à sa fin.
Exemple avec ce roman : Mystère au manoir, par les Nouveaux Détectives.
Pour sauver l'agence de sa maman, clouée au lit à cause d'un rhume, Carlos la remplace au pied levé et rencontre une dame très riche qui souhaite retrouver le trésor caché de son défunt mari, sauf qu'elle reçoit des menaces de mort pour l'inciter à quitter son manoir.
Carlos recrute son amie Eliza et son petit frère Frank pour relever le défi. Sur place, les suspects ne manquent pas : l'avocat ambitieux, le majordome irascible, la voisine espionne, le jardinier snobinard ou la fille déshéritée. Tous sont louches et ont plus d'un tour dans leur sac pour déjouer les jeunes détectives avec leurs questions. Aucune discrétion. Les filatures sont mises à nu et selon les indications l'affaire peut se classer sans avoir le temps de dire ouf.
Même pas cinq minutes, pour moi. Carrément tombée dans le panneau. Pff !
Pour les amateurs du genre, c'est une chouette petite lecture.

bayard jeunesse, 2020 - traduit par Eric Moreau

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15/01/20

Show Stopper, par Hayley Barker

ShowstopperMagnifique couverture mais lecture assez plate !

Dans un monde imaginé (Londres, 2045) avec une société divisée entre les Purs et les Bâtards, un Cirque déambule pour présenter ses numéros hors du commun. Afin de satisfaire le public, avide de sensations fortes, il faut pousser sans cesse les limites. Ainsi il n'est guère surprenant de mettre en scène des lions en train de dévorer des artistes ou des requins se jeter sur des filles ligotées pour le show... Ce spectacle de l'Horreur procure des Oh et des Ah d'admiration, faisant fi de toute moralité. Après tout, les acrobates ne sont que des rebuts de la société. Des pièces interchangeables, rien à tirer de cette engeance.

Pour Benedict Baines, le Cirque le fascine depuis qu'il a aperçu au loin une funambule et ne s'explique pas ce qu'il ressent. « Mon cœur hurle que c'est mal. Hoshiko, moi, tout ceci. Le Cirque, le monde - c'est mal. Mon cœur me crie de la suivre. Ma tête me dit d'arrêter de faire l'idiot. Je ne vis pas un conte de fées débile. Ce monde, c'est celui dans lequel nous vivons. Les choses sont ainsi. À quoi ça sert de souhaiter qu'elles soient différentes ? Je ne suis qu'un adolescent. Un adolescent tout seul. Point. Regardez ma famille, ma vie, ce que je suis. Je fais partie de ceux qui ont eu de la chance. Je suis du bon côté du gouffre qui divise notre monde en deux. Ce profond et infranchissable abîme. Et je ne peux rien y changer, même si j'en ai le désir. »

Hoshiko incarne le Chat sur scène depuis plusieurs années. Elle subit la tyrannie de Silvio (un Monsieur Loyal pathétique) et prend soin de ses camarades les plus vulnérables. L'arrivée dans son existence de Ben l'irrite au plus haut point : c'est le fils de la Ministre du Contrôle des Bâtards dont les discours virulents découlent sur des mesures radicales. Hoshiko déteste les Baines et leur caste en général. Savoir que ce garçon lui tient la main, lui adresse des mots doux et lui montre de la tendresse la perturbe et chamboule son univers.
Bref.

Ce que j'ai regretté dans cette lecture, c'est d'abord la promesse d'une histoire palpitante, d'un amour contrarié et d'une aventure déchirante. Car le résultat est moins transcendant : tout arrive soudainement, les événements, les émotions, les actions. Les personnages ne se connaissent pas et voudraient nous faire gober à leur romance ? Hum. On nous sert aussi une vision trop machiavélique de leur société : les méchants sont trop méchants... aucune nuance. C'est tout noir, tout blanc : un peu léger, tout ça.

Par contre, le roman se lit rapidement - le rythme est entraînant, la narration est alternée même si elle n'enrichit que très peu l'intrigue (beaucoup de répétitions, je trouve). L'auteure prétend avoir écrit Showstopper en réaction au racisme qui enfle autour d'elle. Pour ça, elle s'inspire des Jeux du Cirque (la passion des Romains) et reprend les mêmes abus et autres excès qui consistent à torturer des esclaves pour divertir une foule en liesse. Certaines scènes sont choquantes mais remarquables car (honteusement) réussies.

Verdit personnel : une lecture glaçante, qui sème parfois le trouble. Les émois amoureux sont de trop ou ont juste été mal exploités. Un deuxième tome doit paraître (Show Stealer).

Bayard (2019) - Traduit par Laurence Bouvard

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,