18/11/19

Le Gardien des tempêtes, par Catherine Doyle

Le Gardien des tempêtesÀ l'approche de son douzième anniversaire, Fionn accompagne sa sœur Tara sur l'île d'Arranmore où vit son grand-père. Cet homme est un grand collectionneur de bougies qu'il bichonne avec tendresse mais c'est aussi un homme taiseux et assez énigmatique. Fionn ne se réjouit pas des vacances qui l'attendent. De plus, cette île est marquée par le souvenir de la mort de son père, disparu tragiquement dans une noyade. Leur mère a depuis renoncé à retourner sur l'île de leur enfance et tiré un trait sur ses légendes.
Car Arranmore n'est pas une île quelconque. Elle couve sur ses terres des contes de sorcellerie et de magie que Fionn va peu à peu découvrir. En fait, le garçon est également attiré par des voix invisibles et se sent connecté à l'aura mystérieuse qui l'entoure. Seulement, impossible d'en parler avec quiconque. Sa sœur part toute la journée avec son petit copain en quête d'une grotte et son grand-père livre avec parcimonie les secrets de leur famille.
Les Boyle ne sont effectivement pas une famille ordinaire... là non plus. En tout cas, dans ce roman, tout est mis en place pour séduire le lecteur : des paysages grandioses, des traditions et des héritages non négligeables, des dangers qui rôdent, des personnages difficiles à cerner... J'avoue que les ingrédients convoqués avaient tout lieu de me plaire - et je voulais être ensorcelée par cette lecture.
Toutefois, la magie n'a pas fait tilt. Je ne sais pas. Je ne me passionnais pas pour ce que je lisais. J'imprimais les mots sans les absorber. Je restais spectatrice sans parvenir à m'imprégner complètement de l'histoire. Elle ne m'obsédait pas et je n'étais pas impatiente de la retrouver. Par contre j'avais envie de l'aimer ! J'ai essayé de toutes mes forces de déclencher une émotion... hélas, sans succès.
Malgré tout, c'est un chouette petit roman, baignant dans une atmosphère fantastique et porté par une aventure incroyable (pleine de magie et de secrets).

Bayard jeunesse (2019) - Traduction de Sidonie van den Dries

À partir de 10 ans

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


08/10/19

La Carte des jours (Miss Peregrine et les enfants particuliers 4), de Ransom Riggs

La Carte des joursQuatrième tome inattendu dans la série Miss Peregrine et les Enfants Particuliers ! Certes, on savait Jacob dans une impasse depuis son retour à la normalité. Mais ses amis lui réservent une grande surprise en débarquant en Floride. Leur objectif : s'adapter au monde moderne au cours d'un apprentissage haut en couleur.
Malgré tout, le souvenir d'Abe Portman demeure toujours vivace chez nos Particuliers. Tous ont envie de visiter sa maison et de connaître sa vie loin de leur boucle temporelle. D'où les découvertes qui vont lancer Jacob, Emma et leurs camarades sur les traces d'un ancien complice, aux abords d'un restaurant asiatique et au sujet d'une jeune fille isolée dans un monde inadapté à ses compétences. Une mission qu'ils vont relever sans l'aval de leur directrice.
Et notre Miss Peregrine va être remontée comme un coucou !
Étonnamment, cette lecture a été pour moi une vraie récréation... alors que je pensais avoir fait le tour de cette série dont l'univers insolite est aussi la très grande force. J'ai probablement lu ce roman au bon moment - période automnale propice aux ambiances surannées - tout en goûtant au plaisir de la version audio (texte lu par l'excellent Benjamin Jungers).
Au démarrage l'excitation des retrouvailles laisse vite place à un doux ronronnement car il ne se passe pas grand-chose. J'ai néanmoins apprécié cette quiétude et me dire que je reprenais contact avec de vieux amis. Bref : ça fait du bien. Ceci dit, l'intrigue se peaufine et vient grattouiller certaines zones qui méritaient de l'être (l'idylle entre Jacob et Emma par exemple...). Ce nouveau cycle est comme un prolongement à un monde déjà très riche et fascinant... c'est donc tout bon pour continuer l'aventure !

©2018 / 2019 A Map of Days, The fourth novel of Miss Peregrine's Home for Peculiar Children / Bayard Éditions pour la traduction française (par Sidonie Van den Dries) (P)2019 Audiolib

La suite tant attendue de la série culte Miss Peregrine est un jeu de piste trépidant où se côtoient humour, surprise et suspense.

#ChallengeHalloween #CosyHalloween

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24/09/19

Eragon, de Christopher Paolini

EragonEragon, jeune fermier de quinze ans, mène une petite vie tranquille chez son oncle et son cousin. Un jour, en rentrant de chasse, il tombe sur un étrange caillou. Une pierre magnifique, bleue et lisse, qu'il espère troquer contre de la viande pour l'hiver. Malheureusement cette trouvaille ne convainc pas les commerçants... le garçon décide donc de la ramener chez lui.
La venue d'un conteur vagabond va finalement bouleverser son existence car Brom, avec ses légendes au sujet de dragons et de dragonniers tous disparus, a éveillé sa curiosité et rallumé une flamme éteinte. Par contre, l'existence préservée chez son oncle est menacée et Eragon doit partir au plus vite. Un long périple, harassant et semé d'embûches, attend notre tandem et son escorte - la splendide Saphira.

Un début enthousiasmant - promesse de découvertes et d'observations. On débarque, on fait le tour du proprio, on écoute, on prend des notes et on suit la lumière du couloir pour ouvrir la prochaine porte. L'aventure devient alors un peu plus épique, avec un Eragon qui assume son statut de héros courageux face au danger. L'action s'ébroue pour apporter un soupçon de peps.
Globalement la lecture est efficace et entraînante, même si le déroulement demeure assez linéaire (ceci dit, ça m'a semblé assez long en format audio). La relation entre Eragon et Saphira montre leur attachement profond et leur complicité parfois teintée de jalousie (notamment quand le garçon tombe sous le charme de l'elfe). Il y a aussi une bataille finale qui rappelle fort celle vue dans Tolkien. Mais c'est tout bon.
On sent la jeunesse de l'auteur - sa fougue, son mimétisme, sa joyeuse exaltation à raconter son histoire fantastique et flamboyante. La version audio qui m'a permise d'être à la page est également agréable à écouter (texte lu par Olivier Chauvel) pour une immersion réussie dans cet univers pour le moins ambitieux (19 heures de patience et d'abnégation). Je ne demande qu'à poursuivre l'aventure et accompagner Eragon dans sa quête... malgré la sensation de longueur ressentie et la voix trop étouffée (asthmatique ?) de Saphira.

©2010 Bayard Éditions (P)2019 Audiolib

La saga culte arrive enfin en livre audio !
Laissez-vous emporter dans les inoubliables aventures d'Eragon,
à travers la lecture exaltante d'Olivier Chauvel.

eragon audio

Depuis des décennies, le mal règne dans l'Empire d'Alagaësia. Un jour, Eragon, un jeune fermier, découvre au cœur de la forêt une pierre magnifique. Elle est si bleue, si lisse ! Fasciné, il l'emporte à Carvahall, le village où il vit avec son oncle et son cousin. Comment pourrait-il deviner qu'il s'agit d'un œuf, et qu'un dragon porteur d'un héritage ancestral, aussi vieux que l'Empire lui-même, va éclore ? Dès lors, la vie d'Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, il s'engage dans une quête qui le mènera aux confins de l'Alagaësia. Guidé par les conseils de Brom, un vieux conteur, le garçon devra affronter, avec sa dragonne bleue, Saphira, les terribles ennemis envoyés par le roi dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite. Eragon n'a que quinze ans, mais le destin de l'Empire est désormais entre ses mains.

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

26/06/19

Out of control, par David Lubar

Out of ControlCliff est en dernière année au lycée mais a déjà compris qu'il n'irait pas à l'université car son père au chômage n'a pas l'intention de dépenser un sou de plus pour son rejeton. Le gosse a pourtant de bonnes notes et un job à temps partiel. Malheureusement toute discussion est impossible. L'attitude du père est tyrannique, l'ambiance à la maison est désormais irrespirable.
Pour chasser ses idées noires, Cliff fantasme sur la nouvelle fille de sa classe d'arts plastiques. La belle et inaccessible Jillian. Lui si discret préfère rêver son idylle plutôt que de prendre des risques... échaudé par une première expérience encore traumatisante. Il a depuis renoncé à sortir avec des filles et libère sa frustration en rédigeant rageusement son cahier.
Car Cliff est en colère et va péter un câble. Contre son père, contre les sportifs de l'école, contre la vie en général. Ce défouloir sur 400 pages est aussi le reflet du quotidien pas toujours drôle et loin d'être tendre des jeunes d'aujourd'hui. Ça cogne dans tous les sens du terme et ça laisse son empreinte - notamment auprès des plus concernés. On y parle des problèmes d'autorité, de sexe et aussi d'avenir. C'est sans filtre. Un style cash et sans complexe qui interpelle.
Si je n'ai pas aimé le narrateur (je suis trop vieille), j'ai néanmoins trouvé son discours pertinent. Il y a un brin de cynisme dans ce portrait et jamais d'auto-apitoiement qui élimine toute idée de taxer cette lecture de porte-drapeau.

Bayard (2019) - Traduit par Dominique Kugler

Titre VO : Character, Driven

 

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26/03/19

Jackaby, de William Ritter

jackabyPour sa première mission auprès de R.F. Jackaby, Abigail Rook est prévenue : son nouveau travail n'est pas sans risque ni pour les âmes sensibles. Heureusement, la jeune fille a du cran. Tout juste débarquée d'Europe, où elle a plaqué ses études et sa famille, elle cherche un vrai sens à sa vie. En apparence, New Fiddleham offre peu de perspectives émoustillantes. Et pourtant...
Sa rencontre avec le détective de l'étrange va provoquer tout sens commun. Aux yeux de la ville, Jackaby est un excentrique un peu fou, spécialisé dans les affaires paranormales. Il vit dans une grande demeure bourgeoise, hantée par le fantôme de son ancienne propriétaire. La police n'apprécie pas beaucoup lorsqu'il marche sur leurs plates-bandes - et le place souvent en garde à vue - mais n'est pas sourde à l'énumération de ses improbables élucubrations lorsque des crimes sanguinaires brouillent la raison. 
Il faut lire ce roman pour son ambiance singulière - qui fiche un peu les jetons aussi - et parce que l'histoire est glauque, bizarre et fascinante. On y croise d'étonnantes créatures, parfois folkloriques, d'autres fois diaboliques, et surtout on mène une enquête insolite (pas très originale mais assez prenante pour tenir la distance). Tandem gagnant pour Jackaby et Abigail : respect mutuel et spontanéité dans leurs échanges donnent une relation sans ambiguïté, qui ne manquera pas non plus de s'étoffer au fil des prochaines affaires, cf. Sur les traces de la Bête.
En bref, une lecture qui s'inspire des romans de Sherlock Holmes mais en apportant sa touche personnelle. Une très bonne surprise.

Bayard (2018) - traduit par Patrice Lalande

« Il est souvent difficile pour les autres de saisir la nature de ce don que je suis le seul à avoir. Il me permet de déceler la vérité là où les autres ne voient qu'illusion... Car le monde est une scène et il semblerait que je sois le seul spectateur capable de voir derrière le rideau. »

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11/03/19

Darkwind : Mécanique infernale, de Sharon Cameron

Darkwind mécanique infernaleAngleterre, 1852. Katherine a pour mission de se rendre chez son oncle Tulman pour s'assurer de sa santé mentale car sa tutrice craint qu'il ne dilapide la fortune familiale. Sur place, la jeune fille est impressionnée par le manoir de Darkwind mais comprend que ça ne tourne pas rond entre ses murs. 
L'apprenti de son oncle lui réclame alors 30 jours pour comprendre le bon déroulement de leur étrange communauté. Libre à elle de statuer sur leur sort selon ses observations. Pour Katherine, c'est aussi sa propre liberté qui est dans la balance d'où son scepticisme à adhérer aux excentricités de Darkwind.
Pourtant, l'ambiance est envoûtante. Mystérieuse mais fascinante. Les chambres sont sales et abandonnées, la cuisinière est revêche, des bruits étranges résonnent la nuit dans les couloirs. Katherine elle-même devient hystérique et fait des crises dont elle ne garde aucun souvenir. Elle ne cherche pas à détromper le personnel qui s'imagine qu'elle boit en cachette. La jeune femme a trop peur d'admettre qu'un mal la ronge.
Les jours passent dans cette atmosphère sinistre. Katherine poursuit son enquête et découvre des aspects charmants à son séjour : les automates de son oncle, les porcelaines de Lane, le patin à roulettes sur le parquet de la salle de danse, les recherches scientifiques de Ben, la campagne environnante... Mais l'échéance approche et Katherine doit prendre une décision pour Darkwind et pour elle-même.

Ne vous arrêtez pas à la couverture VF avec cette demoiselle en train de minauder - Katherine n'est nullement une jouvencelle timorée et influençable. Elle fait preuve de sang-froid et de courage, tout en avançant dans ce dédale avec l'esprit confus (on le serait à moins). Certes, le danger est sournois et l'atmosphère pesante. J'ai néanmoins pleinement succombé au charme de cette lecture. C'est sombre, romantique et captivant comme un roman gothique. Une très bonne surprise. 

Bayard (2015) - traduit par Vanessa Rubio-Barreau

Titre VO : The Dark Unwinding

à suivre dans Darkwind : Une étincelle dans la nuit

Image associée

 

 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16/01/19

Pëppo, de Séverine Vidal

PeppoUn matin, Pëppo découvre un petit mot de sa sœur Frida lui annonçant qu'elle vient de mettre les voiles et lui confie ses deux dodus le temps de se retourner. Le môme de 17 ans tombe des nues.
Déjà, il faut savoir que Pëppo vit dans une caravane et dans un camping délabré. Ses parents sont actuellement en tournée sur une croisière et ne rentrent qu'à la fin de l'été. Le reste du temps, le frère et la sœur doivent se débrouiller avec le quotidien. En plus, Frida est maman de deux bambinos et trime comme une malade pour faire bouillir la marmite.
Résultat des courses, Frida a capitulé et filé sans demander son reste. Pëppo en reste comme deux ronds de flan mais ne va pas se débiner. Les marmots, il en fait son affaire. Les biberons, les couches, il gère. Puis cap sur la plage à bord d'une vieille charrette de marchand de glaces qu'il a bidouillée exprès pour trimballer les jumeaux.
Car la vie de Pëppo, c'est le surf. Il passe des journées entières à attendre la vague et glisser sur sa planche. Parfois il envisage de se rendre au lycée, même si côtoyer ses congénères lui donne souvent de l'urticaire. Et il y a cette Marie-Lola, au prénom ridicule, avec ses bagues sur les dents et ses étoiles sur les ongles, qui parle tout le temps mais qui commence aussi à lui faire du bien... C'est nouveau, ça. Pëppo ne comprend pas.
Enfin, la vie est une pochette-surprise avec ses rencontres, ses routes, ses lumières, ses chansons et son café-chaussette. Ça rigole pas mal dans cette histoire, ça tire aussi la langue. Mais au bout du compte, ça chante et ça danse sous les étoiles. Au final, ça propulse une formidable énergie et une envie de croire en son prochain. Amitié, solidarité, entraide et roublardise se bousculent et composent cette lecture aux accents franchouillards.
C'est très sympa comme lecture estivale. En tout cas, ce que j'apprécie par-dessus tout, c'est la plume de l'auteur. Un style inimitable, des mots qui semblent glousser sur la ligne... C'est une démonstration sans fausse note d'une parfaite virtuose. N'hésitez pas à jeter un petit coup d'œil en passant : ça se savoure en faisant claquer sa langue contre le palais. Tutto finisce a tarallucci e vino !

Bayard jeunesse (2018) - illustrations : Chez Gertrud

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17/12/18

Les Âmes perdues, Tome 1 : Les Terres du bas, de Jeff Giles

Les âmes perdues TOME 1 Les Terres du basZoé vient de vivre une année difficile, après la disparition tragique de son père, dans un accident de spéléologie, puis par la mort brutale de ses voisins, un couple âgé sauvagement assassiné par un individu en fuite. Depuis, Zoé a le sentiment de perdre tous ceux auxquels elle tient et partage avec sa mère et son petit frère un quotidien précaire et morne.
Mais l
e jour où Jonah se perd dans la forêt, alors que Zoé était supposée l'avoir à l'œil, elle refuse la fatalité et se précipite hors de la maison pour le retrouver. Malheureusement, elle croise le chemin d'un criminel. Débarque ensuite un parfait inconnu, avec des pouvoirs magiques. Zoé est sidérée. Ce garçon prétend venir des Terres du Bas, en tant que Chasseur d'âmes. En volant à son secours, il vient non seulement de griller sa couverture mais aussi de mettre Zoé et sa famille en danger.
Voilà un roman assez complexe, car si le début se révèle fascinant, dans le genre mystérieux et émouvant (écriture lyrique, descriptions poignantes, dialogues cocasses), la suite n'a eu de cesse de me désappointer.
En vérité, je n'ai pas du tout accroché à l'histoire du grand amour, hélas le pivot de l'intrigue. Concrètement, Zoé s'attache et tombe amoureuse d'un type surgi de nulle part. Vite, trop vite. Elle balaie tout d'un revers de la main pour s'en remettre à cet ange gardien. Comment dire ? La fulgurance des sentiments, la romance inéluctable et néanmoins impossible, non merci. De plus, ce garçon a aussi de lourds bagages à traîner : i
l a oublié son passé, ne connaît pas son nom, a grandi dans les Terres du bas, l'équivalent de l'enfer, où il a été formaté pour obéir et accomplir des missions, sans libre arbitre. Qu'on ajoute du romantisme, oui... forcément, on adore. Mais à doser au plus juste car là, trop, c'est trop. C'est maladroit, parfois incongru et superficiel.
C'est un peu dommage, car j'ai vraiment 
aimé l'ambiance hivernale du roman, je me sentais bien dans le cocon douillet de la petite maison de famille, même si l'humeur n'est pas toujours au beau fixe. Il règne une osmose délicieuse, douce et bienveillante, ce qui fait un bien fou à sept jours de Noël. Le changement de décor, avec les Terres du bas, a du bon aussi car on s'aventure plus loin, on croise d'autres fantômes, on perçoit un peu de tension dramatique et on gratouille la coquille qui enveloppe la figure énigmatique du garçon qui fait tant battre le cœur de Zoé.
Reste cette sensation de roman bancal, inégal. 
En somme, oubliez le sirop, optez pour l'action. À suivre, donc.

bayard jeunesse (2018) - traduit par Emmanuelle Urien

Titre VO : The Edge of Everything

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/12/18

Le Village des Monstres, de Hélèna Villovitch

Le village des monstresChaque lundi matin, un petit groupe d'enfants s'apprête à monter dans le mini-bus pour se rendre à l'école... qui se trouve à un kilomètre du village. Les parents redoublent d'indications à la prudence, couvrent leurs mômes et confient au chauffeur la prunelle de leurs yeux. Ils seront de retour à la maison une semaine plus tard, car tous doivent dormir sur place.
C'est ensuite au couple des Cormoran de prendre la relève en les bichonnant avec leurs plats préférés, en veillant à ne leur lire que des contes où tout finit bien, à éviter tout effort physique épuisant. Nos jeunes amis vivent sous cloche et s'en portent assez bien. Du moins, c'est avant que Bichon s'emporte contre ce voile cotonneux qui les enveloppe. Ce n'est plus possible de vivre dans l'illusion d'un monde sans heurt. Il se murmure même que les vraies histoires, lues le soir avant de s'endormir, sont beaucoup plus féroces : ils n'ont d'ailleurs jamais entendu l'existence du loup dans Le Petit Chaperon rouge ou de la sorcière dans Hansel et Gretel !
La bande se rebiffe et décide de retourner au village en pleine nuit pour découvrir ce que trafiquent leurs parents. A-t-on idée de se débarrasser de la marmaille en habitant si près ? Mais ce que nos enfants vont découvrir risque fortement de les glacer de terreur.
Choc traumatique droit devant. Cela va secouer votre imagination la plus débridée !
En fait, ce petit roman est extra car il vous embarque au-delà des limites de la simple divagation. C'est très, très drôle en plus d'être efficace. Votre esprit carbure à mille à l'heure à spéculer ce qui se trame dans cette étonnante histoire.
Le tout est bien troussé, malicieux et illustré avec tendresse par Lucie Durbiano. La mise en scène est soucieuse des détails et joue habilement avec les codes du suspense et de l'épouvante. Vos enfants vont frémir sous leur couette : franchement top !

bayard jeunesse (2018) - illustrations de Lucie Durbiano

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Marabel et le Livre du Destin, de Tracy Barrett

Marabel et le livre du destinMarabel est une jeune princesse qui a toujours eu conscience de son rang : vivre dans l'ombre de Marco, son frère jumeau. Même le Livre du Destin, qui dicte la politique du royaume de Magikos, est sans équivoque car il ne cite jamais son existence.
N'imaginez pas que notre jeune héroïne cultive une amertume à ce sujet, loin de là. Elle n'est soumise à aucune contrainte, mène une existence tranquille et entretient de bonnes relations avec ses proches. D'ailleurs, tous ont à cœur de célébrer leur 13ème anniversaire dans la joie et la bonne humeur. Cette cérémonie doit également sacrer l'Élu et consolider le Royaume de Magikos.
Malheureusement, la fête va sombrer dans le chaos, alors qu'un sortilège est lancé pour figer les convives et détourner leur attention. Marco est kidnappé sous les yeux de sa sœur, laquelle décide de voler à son secours.
En fait, notre demoiselle prend des leçons d'escrime en cachette et a du courage à revendre. Elle a soif d'action et de liberté, fonce droit devant en compagnie de sa servante, Ellie et de Floriano, une licorne capable de parler. Ensemble, ils vont s'aventurer hors des murs de leur cocon douillet, traverser une forêt hanté par des ogres, des trolls, des Monstres... 
Franchement, cette lecture est un enchantement de péripéties en tous genres : un croisement entre le conte de fées et la comédie burlesque. C'est étourdissant. On passe un assez bon moment (j'ai un petit souci avec le rythme de cette histoire) et on se déconnecte du quotidien le temps de picorer ce livre qui s'adresse à « tous ceux qui ont le courage de créer leur propre destinée ».
Très positif et entraînant.

bayard jeunesse (2018) - traduit par Emmanuel Plisson

titre VO : Marabel and The Book of Fate

couverture illustrée par Sara Gianassi

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,