14/11/16

Hugo de la Nuit, de Bertrand Santini

Hugo de la Nuit« Hugo entendit ses pas s’éloigner dans le noir. 
La porte se referma sans bruit.
Maintenant, la nuit pouvait commencer… »

Ouh-la-la-la-la. Alors que j'étais déjà follement séduite par la couverture, illustrée par Julie Rouvière & Bertrand Santini, j'appréhendais bêtement de plonger mon nez dans ce livre. C'est chose courante quand j'aime des auteurs, je repousse le moment de découvrir leurs nouveaux romans pour des raisons sottes et inexplicables. Passons. Un soir de la semaine, repliée dans mon antre à l'abri du froid et de la pluie, je me décide enfin à rencontrer Hugo de la Nuit. Mon grog de 215 pages.
Hugo, un garçon de douze ans, grandit heureux dans un immense domaine que ses parents préservent jalousement. Ces derniers sont en effet soucieux depuis la découverte de pétrole sur leurs terres, suscitant les plus viles convoitises qu'ils cherchent à repousser au nom d'une espèce de plante rare à protéger. Mais leurs ennuis ne font que commencer... Une nuit, la veille de son anniversaire, Hugo surprend un individu dans la maison. Il fuit aussitôt dans le jardin, court à perdre haleine, dérape, glisse, s'égratigne avant de basculer dans la mare. Fin de l'histoire. Le corps du jeune garçon flotte à la surface de l'eau. Et c'est une bande de fantômes loufoques qui vient le recueillir.
Hein ? quoi ? comment ? Le héros de l'histoire meurt ? Des fantômes à la rescousse ? Mais c'est quoi cette fable ? Rhaaa... Cessez vos jérémiades, et laissez-vous porter par l'incroyable et l'inattendu. Car, oui, cette histoire relève du conte fantastique par son évocation de la mort et des terreurs nocturnes, mais aussi pour son imaginaire fabuleux et sa conduite époustouflante. C'est simple, on se laisse entraîner dans le sillage d'une aventure à la fois drôle, poignante, dramatique et palpitante. Et il s'en passe de belles sous les couvertures ! Bertrand Santini exécute avec brio un formidable tour de passe-passe et n'hésite pas à recourir à l'humour noir pour mener à bien sa mission. Le pari est osé, l'effet est parfois saisissant, mais franchement que de réjouissances ! 
Cette lecture va donc vous surprendre, vous étourdir, vous émouvoir et vous troubler. Avec son style cocasse, ses séquences burlesques, son sens de l'ironie désopilant, son goût du spectacle et son esprit feu follet, elle s'échappe des codes et des genres pour mieux vous régaler. Je n'en dévoile pas davantage, mais ne passez pas votre chemin, foncez, c'est un petit bouquin qui a tout pour plaire aux petits (12 ans) et aux grands. ☺

Grasset Jeunesse - avril 2016

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


15/02/16

Jonas Le Requin mécanique, de Bertrand Santini & ill. de Paul Mager

Jonas le requin mécanique

Ancienne vedette d'une série de films à succès (Les Dents de la mort), Jonas, le requin blanc, coule une retraite paisible à MonsterLand, un parc d'animations réunissant les monstres du cinéma. Il tente ainsi de distraire un public désabusé en singeant ses anciennes prouesses, mais notre mangeur d'hommes accuse les années et une mécanique rouillée. Résultat, le spectacle est constamment annulé, à force de pannes répétées. Le directeur est à bout de patience et décide d'envoyer Jonas à la casse.

Seulement, cette discussion n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd et le vieux Krokzilla veut avertir son pote de prendre la poudre d'escampette. Pourquoi ne pas saisir la chance de vivre son rêve en goûtant à la vie sauvage et aux courants de l'océan ? Mais Jonas en frissonne d'effroi. Il refuse de quitter son nid douillet, persuadé de la bonté des humains, auxquels il a dédié sa vie en tentant de les divertir du mieux possible. Ha, ha. Quel utopiste. 

C'est donc contraint et forcé que le cauchemar des stations balnéaires de Californie s'aventure vers le grand large, croisant en chemin un manchot rigolo, pris au piège d'un filet de pêche. Lui, Jonas, est enchanté de se faire un nouveau copain, sans toutefois oser lui avouer qu'il est fait de boulons et d'huile, de peur d'être ridicule. Loopy tombe dans le panneau et pactise avec le diable pour assurer ses arrières. 

Leur équipée folle et incongrue donne lieu à une lecture absolument désopilante ! 😉 On rit, on frémit, on sourit, on soupire, on râle, on beugle et on pousse des cris... de joie et de bonheur. Franchement, ce sont 110 pages de plaisir, pigmentées d'illustrations semblant tout droit tirées d'un film d'animation -quelle coïncidence - et forte d'une histoire délirante, racontée avec verve et humour, pour un festival de sensations.  

Après le succès du Yark, Bertrand Santini propose un autre héros littéraire à la fois touchant et délicieusement naïf (datant de 2014, depuis l'auteur a aussi raconté les aventures du chien Gurty). Jonas est une créature précédée de sa réputation monstrueuse, alors qu'il est finalement tout sucre tout miel au fond de lui, confronté à un apprentissage de la vraie vie, tantôt brutal, tantôt cocasse.

On croise aussi une belle brochette d'énergumènes dans cette épopée, dont le coriace capitaine Grisby ou le très avide Gavin Payet, plus tous les habitants de Wampanig Island qui lancent une pêche au trésor contre le squale. Les humains sont des idiots. Et Jonas, un doux rêveur. Lui avait pour désir profond de rencontrer sa maman et d'être vivant “pour renifler le froid, le chaud, la faim, sentir la flamme brûler, le vent caresser et renifler les odeurs, même les mauvaises” ! 

Quelle tristesse. On pense aussi à Pinocchio en lisant la fin émouvante, quelque peu précipitée, tout en refermant ce petit bouquin et en soupirant fort, fort, fort... de bonheur. Voilà une lecture exquise, merveilleusement drôle et légèrement attendrissante, conduite avec panache et tendresse. On passe un fabuleux moment en compagnie de Jonas, à terrifier les foules et à braver les tempêtes ! Je recommande.

Grasset Jeunesse / Octobre 2014

J'avoue que j'ai beaucoup aimé la représentation du pirate et de son singe...

SOURCE : Paul Mager

 

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23/10/13

L'étrange réveillon de Bertrand Santini et Lionel Richerand

IMG_8421

Arthur est un orphelin de 7 ans.  Il est immensément riche, mais malheureux comme les pierres. Il s'ennuie aussi horriblement . Des clowns, des troubadours, des magiciens défilent pour le distraire de son chagrin, mais rien n'y fait. Il demeure inconsolable.

IMG_8422

Ce qu'Arthur préfère, c'est rêver, méditer ou réfléchir. Il est également fasciné par les étoiles. Le spectacle du Ciel suscite tant de questions...

IMG_8423

A l'approche du réveillon, Arthur souhaite s'entourer de Morts à sa table (!) mais le valet est bien embêté. Devant l'insistance du garçon, il cède et fait venir un défilé de corbillards. Un petit groupe de squelettes s'installe autour de la table. A ce spectacle, Arthur écarquille les yeux tout ronds.

IMG_8424

L'enfant est impressionné, certes ses invités sont un tantinet fanés mais la fête peut commencer. Arthur est le seul à dîner. Personne ne valse au rythme de la musique jouée par l'orchestre. Qu'importe... Soudain, à minuit tapante, les portes du Salon s'ouvrent sur LE couple vedette. C'est le plus beau cadeau pour Arthur, qui se couchera ivre de joie. 

IMG_8425

Au fond de son lit, Arthur sourit. Cette nuit, pourtant, il n'a rien appris, ni de la mort, ni de la vie... mais quelle importance ?

Surprenant et déconcertant, ce conte se veut poétique et tendre. Il nous transporte dans un univers sombre et poignant, mais dévoile aussi une touche d'humour, de belles envolées lyriques et une bouleversante déclaration d'amour entre un enfant et ses parents.

C'est une lecture qui nécessitera probablement d'accompagner le jeune lecteur, dans cet univers morbide et onirique, fortement influencé par la magie de Tim Burton.

L'étrange réveillon de Bertrand Santini et Lionel Richerand (Grasset jeunesse, octobre 2012)

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26/10/11

Le Yark : il adore les enfants !

... et particulièrement leur odeur d'amande et de beurre frais. C'est aussi bon qu'un bonbon fondant ! 

IMG_5628

Le Yark est donc un conte moderne délicieusement effrayant.
C'est l'histoire d'un ogre qui ne mange que les enfants sages, parce que les premières de la classe ont le goût de la tarte aux cerises par exemple. C'est plus fort que lui, il adore ça et en raffole. Mais les temps sont devenus durs, les enfants d'aujourd'hui ne sont plus ce qu'ils étaient et il devient difficile de se mettre sous la dent un plat consistant. C'est la fête pour les chenapans, simplement parce que tous les livres rapportent que le Yark souffre de gaz et d'indigestion s'il les croque. Il décide alors de se rendre chez son vieil ami le Père Noël afin de lui chiper sa liste des enfants sages. Or, le vieux barbu en habit rouge ne l'accueille pas à bras ouverts, oh non ! Par son faute, le Père Noël risque d'être au chômage. Oust, va au diable ! Le Yark est une créature incomprise et son ventre crie famine. D'aventures en mésaventures, il finit par rencontrer une charmante petite fille, prénommée Madeleine, qui vit dans un phare à l'autre bout du monde. Sa gentillesse l'émeut tellement qu'il finit par perdre la boule, à tel point que sa perception du bien et du mal va en prendre un coup dans l'aile ! 
Sur une base très classique, l'histoire prend des virages inattendus et patauge avec bonheur dans l'humour malicieux ... pour le plus grand plaisir du lecteur. Les illustrations de Gapaillard ne sont pas sans rappeler l'univers de Chris Riddell, et l'humour noir de Santini fait franchement sourire. Même les réflexions sur les enfants d'aujourd'hui sont justes, affreuses et donc jubilatoires !!!

Le Yark, par Bertrand Santini et Laurent Gapaillard smileyc002
Grasset jeunesse, 2011. 
Ce livre est édité sous le même format que La boulangerie de la rue des dimanches d'Alexis Galmot et Till Charlier. 

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,