19/09/17

Pour l'amour d'une île, d'Armelle Guilcher & lu par Marie-Eve Dufresne

Pour l'amour d'une îleEn retournant vivre sur la petite île bretonne où elle est née et a grandi, Marine n'espérait guère un accueil en grandes pompes. Désormais seule médecin sur l'île, elle n'attend pas moins des habitants d'oublier les vieilles rancunes pour lui accorder sa confiance. Or, le temps passe et la résistance persiste. Serait-ce son passé familial qui lui colle à la peau ?
Car Marine a perdu ses parents dans la chaos de l'après-guerre et ne soupçonne en rien les drames et les enjeux autour. Confiée aux bons soins de son grand-père, avec son frère aîné Yves, la jeune fille a roulé sa bosse en toute innocence, mais a vite pris conscience du climat vindicatif sur l'île, avec ses rumeurs et ses jugements hâtifs. Son amie Marie-Anne a justement payé un lourd tribut pour avoir trop parlé lors d'une soirée arrosée, avant de regretter amèrement ses paroles qui vont mettre le feu aux poudres.
Les accusations murmurées deviennent vite un poids à supporter car elles ne dévoilent jamais le fond de leurs pensées. On prend ainsi vite la température qui règne sur l'île, que ce soit dans le passé ou le présent, les bonnes vieilles habitudes ont la dent dure ! Silences pesants, regards en coin, fantômes du passé, trahisons et dénonciations, désespoirs en pagaille, hontes indélébiles...
Ce roman va donc extraire tout le drame qui couvre l'île et forcer les non-dits à se dévoiler. Marine aussi va se confronter à des vérités pas toujours bonnes à entendre, lesquelles vont mettre son cœur à mal et ses émotions à fleur de peau.
Globalement, ce n'est pas une lecture déplaisante dès lors qu'on se tient à fouiller les vieilles histoires de famille et à divulguer leurs secrets. Toutefois, l'histoire a tendance à s'éparpiller et à se complaire dans le sentimental. D'où ma déconfiture. Par contre, si vous raffolez des ambiances isolées, des figures solitaires et des paysages préservés, vous ne serez pas déçus du voyage. Cette petite île bretonne, noyée dans ses brumes et ses courants d'air, procure une sensation de dépaysement vivifiant et donne envie de s'installer pour écouter davantage ce qu'elle renferme.

Très bonne lecture de Marie-Eve Dufresne, très classique et pleine d'élégance. J'aime beaucoup cette comédienne, que j'ai principalement découvert via la Trilogie Joséphine & les Muchachas de Katherine Pancol. On trouve beaucoup de sensibilité, de distinction et de noblesse dans son jeu. 

©2015 Nouvelles Plumes / POCKET 2016

>> Livre audio en exclusivité sur Audible & uniquement disponible en téléchargement.

Texte lu par Marie-Eve Dufresne (durée : 9 h 48) pour (P)2017 Audible Studios

Pour l'amour d'une île audible

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23/07/17

Les yeux couleur de pluie & Entre mes doigts coule le sable, de Sophie Tal Men

Voici deux rendez-vous parfaitement adaptés à la saison estivale et à la période des vacances !

les yeux couleur de pluie

Sophie Tal Men nous raconte l'histoire de Marie-Lou, jeune savoyarde confrontée à un choix cornélien au moment de valider son internat : quitter ses montagnes pour s'installer à Brest, autrement dit l'autre bout du monde, et s'arracher à sa famille et ses racines. Craintive et timorée, elle part donc vivre en colocation chez Anna, autre étudiante en médecine, rue du Bois d'Amour. Cette toute nouvelle aventure force cependant Marie-Lou à grandir et multiplier les expériences. Elle découvre également les charmes de l'océan, du port, des embruns, du brouillard et des locaux... Au beau milieu de la nuit, la jeune interne rencontre en effet Matthieu, au look de marin d'eau douce, qui se révèle également interne en ORL. Le coup de foudre n'est pas loin, mais leur histoire n'est pour l'heure qu'une balbutiante ébauche.

Ce premier roman s'inscrit dans la douceur, la tendresse, la candeur, la délicatesse. Il évoque la vie dans les couloirs des hôpitaux, les patients qui vont et viennent, leurs dossiers qui s'empilent, les cas insolites ou les situations émouvantes... C'est introduit sans pathos, mais avec une profonde humanité. À côté, l'auteur s'attache à nous dépeindre le quotidien de Marie-Lou, interne débutante en neurologie, ses relations avec ses collègues, mais surtout son adaptation en Bretagne, dans sa nouvelle vie aux antipodes de son univers familier. On s'y sent vite merveilleusement bien, pris de curiosité et d'amitié pour ce petit monde. 

Cette lecture a donc occupé plaisamment quelques heures de mon temps. L'ensemble est gentillet mais ne manque pas de charme. Seule ombre au tableau, l'interprétation laconique de Aurélie Le Roc'h pour Audible Studios. J'ai trouvé son ton mou et attristant. Il m'a bien fallu plusieurs minutes avant de m'y adapter, regrettant implicitement l'absence de fraîcheur pour plus de légèreté.

>> Lu par : Aurélie Le Roc'h (durée : 6 h 07) 

Série : Marie-Lou & Matthieu, Livre 1 - Date de publication : 17/07/2017 pour Audible Studios

Ce livre audio en version intégrale est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.

©2016 Albin Michel (P)2017 Audible Studios

 

entre mes doigts coule le sable

Audible ayant préalablement édité ce titre en mai, alors qu'il faisait suite au roman « Les yeux couleur de pluie », j'ai donc pris mon mal en patience jusqu'à ce mois de juillet où j'ai pu enchaîner les deux lectures !

On retrouve ainsi Marie-Lou, qui poursuit son internat à Brest, pour un stage en psychiatrie de six mois, tandis que Matthieu rejoint l'équipe de neurochirurgie. Le couple continue de conjuguer les vagues de passion amoureuse à des périodes de creux et de non-dits. En cause, notre beau marin cultive des secrets de famille qui alourdissent ses élans spontanés à se livrer sans crainte et sans complexe. Marie-Lou accepte difficilement ses compromis, mais se ronge les sangs. Pour compenser, elle choisit de s'investir dans son boulot et s'implique au-delà du raisonnable, ce qui lui fait parfois prendre des risques ou la placer dans des situations compliquées.

C'est toute une ambiance qu'on retrouve avec bonheur, des personnages auxquels on s'attache, mais contre lesquels on peste aussi, car la valse des sentiments est insupportable, avec une surdose de séquences mélodramatiques qui me rendent amère. La composition mi-figue mi-raisin de Aurélie Le Roc'h est cette fois équilibrée par la lecture en alternance avec Mathias Casartelli, qui interprète les chapitres de Matthieu. L'ensemble se marie bien et donne à écouter une histoire agréable et sympathique. Quelques points noirs dans le scénario viennent sans doute ternir la très bonne appréciation du début, je reste néanmoins curieuse de connaître la suite des aventures amoureuses de ce jeune couple dans l'air du temps. 

>> Lu par : Mathias Casartelli Aurélie Le Roc'h (durée : 6 h 15) 

Série : Marie-Lou & Matthieu, Livre 2 - Date de publication : 03/05/2017 pour Audible Studios

En exclusivité sur Audible et uniquement disponible en téléchargement. ©2017 Albin Michel (P)2017 Audible Studios

 

 DISPONIBLE AU LIVRE DE POCHE

les yeux couleur de pluie

256 pages - Mai 2017

04/11/16

Les Ombres de Kerohan, de N. M. Zimmermann

Les ombres de KerohanQuel superbe roman, absolument captivant, prompt à vous arracher de votre réalité pour vous plonger dans une ambiance gothique, où les fantômes pullulent dans les recoins d'un manoir aux mille secrets. Les décors sont somptueux, rien que la couverture est déjà une invitation à la découverte, et le contenu du livre est à la hauteur des promesses vendues ! Je vous le dis, cette lecture est aussi prodigieuse qu'époustouflante.
Deux jeunes enfants, Viola et son frère Sebastian, sont envoyés chez leur oncle en Bretagne pendant que leur père file à Londres pour des affaires urgentes. C'est avec le cœur lourd et leurs vêtements de deuil qu'ils débarquent à Kerohan dans la belle demeure d'un homme dont ils ignorent tout. Deux mois plus tôt, Viola et Sebastian ont perdu leur maman, maintenant leur père file à l'anglaise et ils n'ignorent pas que celui-ci a forcé la main de leur oncle pour les accueillir. À Kerohan, ils rencontrent la gouvernante revêche, Mme Lebrun, et l'énigmatique docteur Vesper, qui leur font jurer de ne pas faire de bruit dans les couloirs et de fermer leurs portes en restant sagement dans leurs chambres. Viola et Sebastian sont d'abord trop épuisés pour se formaliser des consignes et s'endorment aussitôt après avoir avalé leur décoction pour la nuit (un bon vin chaud). Mais les jours suivants leur renvoient une réalité assez sinistre de leur situation : un oncle débordé par son travail, une tante et une cousine à la santé fragile, un étrange docteur omniprésent, des employés de cuisine isolés au fond du jardin, des grilles closes, l'interdiction absolue de sortir du domaine... La nuit, Sebastian est obnubilé par un korrigan. Des notes de piano s'échappent d'un salon abandonné. Et une silhouette rôde aux alentours du manoir.
Hello, hello. Vous pensiez vous promener entre les pages d'un livre bien gentillet, où planeraient juste quelques frissons pour la forme, erreur ! Ce roman est justement loin d'être une simple promenade de santé et vous réserve une lente, lente plongée dans un univers fantastique désuet mais prégnant. La séduction opère immédiatement, le charme de l'ancien, le climat lourd et inquiétant, les apparitions et les personnages ténébreux font de l'ensemble un écrin précieux et raffiné. La lecture est franchement saisissante. On se prête à rêver d'une échappée en terre bretonne, avec ses légendes et son folklore fantastique (l'Ankou) qui filent les jetons à la nuit tombée. 
Superbe mise en place pour une lecture qui ravira les amateurs de phénomènes étranges et inexpliqués ! Une lecture qui fait forte impression. J'ai beaucoup aimé ! 

L'école des Loisirs, Grand Format - Février 2016

Illustration de couverture : Séverin Millet

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01/09/16

Les Enquêtes de Mary Lester : Les Bruines de Lanester & Les Diamants de l'archiduc, de Jean Failler

IMG_6975

Mary Lester vient de décrocher son premier poste au commissariat de Lorient et anticipe la perspective d'enquêtes trépidantes. Las, la jeune femme est renvoyée dans son bureau, chargée de consigner des plaintes quelconques. Son capitaine n'est pas d'une grande ouverture d'esprit quant à la présence féminine dans ses bureaux. Mary ronge son frein et s'applique aux exigences administratives mais n'en espère pas moins un miracle quand on retrouve un clochard noyé dans le Scorff, puis quand une jeune épouse éplorée vient signaler la disparition de son compagnon. Deux affaires louches en moins de temps qu'il n'en faut pour dire chic. Mary est prête à bondir dans son Austin pour mener une enquête de terrain, seulement le capitaine Amédéo la rappelle à l'ordre en lui reprochant son impétuosité. 

Cette série dénichée par France Loisirs n'est pas une nouveauté, puisqu'elle existe depuis 2003 aux éditions du Palémon et compte déjà une quarantaine de titres au compteur ! En attendant d'atteindre de tels sommets, ce premier tome remet au goût du jour cette héroïne frondeuse et attachante, ainsi que ses enquêtes divertissantes qui nous font visiter des petits coins de Bretagne en toute simplicité. Cerise sur la galette, l'énigme du roman se révèle passionnante, à la fois bien ficelée et conduite avec dynamisme.   

Dans la deuxième enquête, Les Diamants de l'archiduc, Mary a pris du galon en rejoignant le commissariat de Quimper mais a juré de se tenir à carreau après ses débuts tumultueux. Elle croise au hasard de ses promenades un clochard goguenard qui va lui raconter en plusieurs épisodes les secrets du casse du siècle. La jeune femme est tenue en haleine et devient la dépositaire d'une confession aussi étonnante qu'invraisemblable. Notre héroïne prend une part moins active dans l'histoire mais la lecture n'en demeure pas moins plaisante, empreinte d'un charme désuet et enveloppée de bon air iodé. On devine pas loin le goût du cidre, du beurre salé et des galettes ! 

Une jolie série sans prétention, dégustée sur la route des vacances. 

France Loisirs, coll. Piment noir / Avril 2016

16/07/14

Juste avant le bonheur, par Agnès Ledig

Juste avant le bonheur

Julie est une jeune maman, élevant seule son fils de trois ans, vivant dans un petit logement social, avec des fins de mois difficiles, sans famille pour donner un coup de pouce ou une grappe d'amis salutaires. Elle est caissière dans un supermarché, où son patron la met sous pression et exerce un harcèlement sexuel sous forme d'allusions. Bref, Julie est au bout du rouleau. Elle n'a pas le moral et est à deux doigts de craquer, lorsqu'elle fait la connaissance de Paul, récemment divorcé, une situation professionnelle confortable, un train de vie en conséquence, mais jamais écrasant de suffisance. Il est touché par la jeune femme et l'invite à passer ses vacances dans sa maison au bord de la mer. Direction la Bretagne, avec aussi Jérôme, son fils brisé par un drame personnel. La voiture croule sous un magma d'émotions multiples et bouillonnantes, Julie et Jérôme se regardent en chiens de faïence, Paul veut équilibrer la balance, mettre du baume au cœur, conjuguer les petits malheurs et rendre le sourire à ces âmes brisées, désabusées. Vu comme ça, on attend du roman de nous dorloter jusqu'à la dernière page, avec une intrigue doucereuse, sans surprise, nourrie des mêmes ingrédients que dans les livres d'Anna Gavalda. Bah non plus. On se goure complètement ! Il survient, en effet, un twist dans l'histoire qui nous décroche la mâchoire et nous renvoie à nos jugements. C'est un marasme émotionnel, imprévisible mais pénible dans son genre. Je n'aime pas du tout !! Et j'ai jeté l'éponge. Il m'avait déjà semblé que l'ensemble manquait de naturel, par la faute de dialogues artificiels absolument pas crédibles. Je n'ai pas du tout été embarquée, pas touchée par l'histoire. Bref ce rendez-vous a été pour moi une totale déconvenue.

Albin Michel, mai 2013 ♦ prochaine parution en format poche : octobre 2014

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

15/07/14

Un été à Pont-Aven, de Jean-Luc Bannalec

Un été à Pont-Aven

Branle-bas de combat à Pont-Aven, “la cité des peintres”, lorsqu'on retrouve le corps assassiné du propriétaire du Central, l'un des hôtels les plus prisés de la ville. Le commissaire Dupin, parisien déraciné, exilé en Bretagne, désormais sa région de cœur, se voit convoqué sur le champ pour démêler les fils de cette intrigue aux apparences lisses et sans faille. Chacun y va de son commentaire, perclus de chagrin, l'incompréhension est totale, les proches sous le choc. Et c'est en grattant toute cette couche de vernis qu'on apercevra enfin les non-dits et autres secrets de famille !
L'enquête, toutefois, est très longue, très lente à se mettre en place. L'auteur se livre la plupart du temps à un exercice de courbettes en rendant hommage à la région, son caractère, ses habitants, son patrimoine. Bannalec est lui-même un auteur allemand, qui revendique avoir trouvé sa seconde patrie en Finistère. Aussi s'exprime-t-il à travers son personnage de commissaire pour raconter cette sensation proche de l'étourdissement lorsqu'on tente de se fondre dans un lieu farouche.
La Bretagne y apparaît splendide, telle une diva hors d'atteinte, drapée dans ses mystères, plus séduisante que jamais et follement excitante. Mais l'enquête policière est terriblement frustrante, livrée sans faux pli, sans sursaut. Une déception.
 Je préfère la série d'Yves Josso, Été meurtrier à Pont-Aven.

Presses de la Cité, avril 2014 ♦ traduit par Amélie de Maupeou

11/07/14

Lorelei en Finistère, par Emmanuelle Caron

IMG_1024

Joachim vient de s'installer chez son grand-père, pendant que sa mère soigne une grave maladie mentale. Le garçon s'inquiète d'avoir hérité des mêmes symptômes, car lui aussi a des hallucinations et perd connaissance sans raison. Ses camarades le considèrent comme un type louche, instable et hystérique. Aussi, un nouveau départ s'offre à lui, dans ce paradis reculé en Finistère.

Mais Joachim est un solitaire et préfère se promener dans les landes. C'est comme ça qu'il croise une fille de son collège, Stéphane, complètement bouleversée. Elle tente de balbutier une explication, mais son histoire ne tient pas debout. Le doute n'est plus permis lorsqu'elle disparaît peu de temps après, Joachim s'emballe et se retrouve au cœur d'une aventure étonnante... avec des pirates, des légendes, des cartes aux trésors, des livres à décoder, de la poésie et des secrets ancestraux.

Bref, cette aventure se révèle inattendue, passionnante et palpitante ! Emmanuelle Caron, déjà coupable d'une série insolite mais délirante (Eugénia et la bouche de la vérité suivi d'Eugénia et le crépuscule des fées), aime mélanger les genres et proposer un imaginaire foisonnant, dans un cadre enchanteur (la Bretagne) mais également fantastique, aux limites de la fantasmagorie... Laissez-vous porter par la découverte ! L'effet est saisissant.

L'École des Loisirs (grand format), mai 2014 ♦ photographie de couverture : Carl de Keyzet / Magnum Photos

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11/03/08

Ker Violette - Karine Fougeray

Ker_VioletteUne jeune femme de 36 ans arrive dans un village breton, elle recherche son cheval. Elle est très mince, a de gros seins, elle est blonde, avant de virer au jaune. Dans le premier bar venu, elle commande un kir-champagne et rencontre Félix, un pêcheur devenu artiste peintre. Elle tombe dans ses bras, ivre morte, et débarque chez Violette, une septuagénaire propriétaire d'une maison d'hôtes, les Albatros.

Clara doit absolument retrouver son cheval. Pour comprendre pourquoi, il faut faire le chemin en arrière et grandir dans un foyer où brillait l'amour, entre la radieuse de mère et le père qui s'absentait en mer. La naissance de Clara est venue. Clara comme une eau claire. Clara comme la clarté de son bonheur. Suivie par l'arrivée de Clarence.

Longtemps Clara a cru être libre, légère, butinant d'un point à l'autre, d'homme en homme, de trois petits tours et puis s'en vont. Tous ont craqué en la voyant : un sourire, un s'il te plaît, des yeux noirs qui scrutent le fond de l'autre. Mais Clara se sent morte à l'intérieur, alourdie par ses fantômes, pressée de rejoindre son cheval pour reprendre le cours de sa vie, pour revivre. Tout bonnement. Un cheval ?! pense-t-on. Alors je vous vois venir, mais non chassez de votre esprit les images de Robert Redford, le monsieur n'a pas sa place ici. Pas dans cette histoire qui se contruit comme un jeu de lego, petit bout par petit bout. Un peu compliquée l'histoire que tu cherches à nous vendre, rétorquez-vous. Ah mais non.

Que je vous dise... Ceci est un roman qui parle d'amour, mais vraiment un amour mirifique, hors du commun, qui dure depuis des lustres. C'est un feeling, une émotion pure et instantanée, un électrochoc, le genre qui file une décharge sitôt qu'on se frôle... C'est l'histoire d'une tristesse, d'un abandon, d'un deuil, d'un chagrin. C'est aussi un énorme silence, un poids qui dure et qui s'encroûte avec les années. C'est une rencontre éblouissante, deux âmes qui s'unissent, une communion, un déchirement. Dans ce livre, aussi, on respire l'air de la mer, on boit beaucoup de champagne, on sent l'eau de cologne de Guerlain, une odeur surannée de violette. La mer, encore, on la maudit, on l'admire, on court après, on s'y baigne nue. On la traite de tricheuse, de menteuse, de mante religieuse. Mais la mer n'est pas tout. La mer, ou la mère ?...

Je ne vous cache pas que Ker Violette offre un bonheur de lecture instantané. Première page ouverte, plouf ! c'est l'éponge. Les mots nous collent aux doigts, les lignes s'inscrivent sur notre peau, les personnages sortent du livre pour nous offrir une bolée de cidre et nous partons de suite dans leurs aventures. On s'attachera aussitôt à Clara, la jolie petite fille qui cherche son cheval ; on voudra se pendre au cou de Félix et on cherchera compulsivement dans le bottin si la pension de Violette existe pour de vrai ! ... Ce sont trois personnages jetés sur le tapis vert, les dés sont joués, à eux de tenir les paris.

Faut-il vous préciser ? Ker Violette sait aussi préserver ses secrets. Pour en savoir plus, lisez le livre !!!!

Editions Delphine Montalant - 250 pages - 18 €

Un gros, gros, gros merci à Karine !!! Merci pour cette nouvelle bouffée d'oxygène, après le goût des galettes, miam le champagne, une Clara plus vraie que nature, et des larmes, des rires, un coeur qui palpite plus fort sur certaines pages... C'était bon ! Et déjà, ils me manquent tous... ils me manquent aussi les pages 251, 252, 253, 254, 255, etc.

Et merci pour les graines de violettes !

24/01/08

La Théorie du Panda - Pascal Garnier

theorie_du_pandaDans une petite ville de Bretagne, débarque Gabriel qui, comme l'Ange, en plus du prénom, partage cette même vocation d'aider les autres. En effet, l'homme, porté par son altruisme, rencontre des âmes esseulées, désoeuvrées, qu'un simple repas préparé avec amour vient soulager le temps d'une soirée.

Cela commence par José, le patron du bistro qui ne fait plus restaurant depuis l'hospitalisation de son épouse. Une intervention bénigne se mue en coma profond, laissant notre homme éploré. Puis il y a le couple de Marco et Rita, amoureux lessivés, attendant un héritage qui ne vient pas, un peu junkies sur les bords, ils vendent à Gabriel un superbe saxophone qui fera le bonheur des enfants de José. Et pas très loin de tout ça, on retrouve Madeleine, la réceptionniste de l'hôtel où se pose tout ce petit monde bancal. Elle n'est ni laide ni jolie, mais son charme est avenant, avec un petit quelque-chose qui pousse notre homme à lui venir en aide.
« Vous entrez dans leur vie comme ça, l'air de rien. On dirait que vous êtes partout chez vous. (...) Vous me donnez le vertige, c'est tout. Vous n'êtes nulle part et partout en même temps. »

Au début, on ne comprend pas, on se demande d'où vient Gabriel, quel fantôme traîne-t-il dans son fourbis, pourquoi n'est-il que de passage, prêt à repartir vers d'autres destinations imprécises ? C'est seulement au fil des chapitres qu'on aperçoit ses lignes de faille, qu'on saisit l'incroyable. A quelques pages de la fin, on se surprend à en apprendre encore, davantage, toujours. C'est stupéfiant, particulièrement bien dressé. Le portrait de cet homme devient plus nuancé, plus fascinant et troublant. Et l'histoire que nous raconte Pascal Garnier a des allures soudain plus sombres et inquiétantes, faussement simples, plongées dans un décor qui décrit un monde creux, peuplé d'êtres déglingués et qui marchent sur une corde raide. Tout est de guingois, pense-t-on. Et pourtant, la colonne est solide, bien ancrée, et c'est ce qui expliquerait pourquoi ça fait froid dans le dos, le tout ronronnant dans une atmosphère assez asphyxiante. Curieux mélange, improbable rencontre, espoir déraisonnable d'aller à l'encontre de Gabriel et les autres ?... Ne vous y trompez pas, ce fut un instant de lecture inouï !  Un piège, oui.

Zulma - 174 pages -  (Janvier 2008)  16.50

« C'est que ces deux-là s'aiment, enfin, disons que la complicité qui les unit a pris avec le temps les nobles rides des vieux amants. Ils pourraient s'entretuer qu'ils ne s'en voudraient pas. C'est la vie, n'est-ce pas ? À force de voyager dans ce wagon qui pue des pieds, on finit par y faire son petit trou d'intimité, on se comprend. D'odeur à odeur, de coups tordus en coups tordus, on se cannibalise l'un l'autre. C'est dans l'habitude que tout réside, plus besoin de réfléchir, de choisir, on s'y retrouve les yeux fermés, chez l'autre comme chez soi. Les pantoufles avachies, la tignasse du matin, les cheveux sur le peigne, les coulisses de cet exploit de vivre qui nous étonne chaque matin. D'accord, pas toujours exaltant ce reflet dans le miroir, c'est vrai qu'il y a des jours où l'on voudrait le briser mais on ne le fait pas, parce que alors on se retrouverait le nez au mur et que le mur a encore une plus sale gueule que soi. »

Du même auteur, j'ai lu La Solution Esquimau .

D'autres avis sur La Théorie du Panda : Renaud Junillon, de la librairie Lucioles & Florence Xueref du blog Leo Scheer.

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,