27/09/07

Arrête-moi si tu peux ! ...

saucisse_partiePrenez un petit garçon tout à fait normal (c'est l'auteur qui le précise !) et qui s'appelle Banjo Cannon. Il vit avec son papa, sa maman, son chat Mildred dans une jolie maison.

Tous les jours, été comme hiver, qu'il pleuve ou qu'il vente, la famille mange une saucisse au déjeuner.

Mais par un beau jour d'été, Suzy la saucisse saute hors de l'assiette et s'enfuit ! Aussitôt, fourchette, couteau, assiette, salière, ketchup, table et chaise partent à ses trousses ... suivis par Banjo, monsieur et madame, le chat Mildred et le chien du voisin.

Et parmi ces fuyants et poursuivants, on retrouve aussi des carottes, des petits pois et des frites. Tout ce petit monde porte un prénom : Peter, Perceval, Paul, Caroline, Clara, Camilla et Christabel ... De quoi perdre son latin ! (mais pas son humour)

La ribambelle s'éparpille dans le parc, entre ceux qui se cachent, ceux qui mettent les voiles, ceux qui se font croquer ou ceux qui sont bloqués par des passants ... bref la saucisse Suzy parvient à échapper à son garçon affamé - Banjo et son estomac dans les talons !

Elle finit comment, la saucisse partie ?  Encore des gags et des rebondissements à chaque page !

Si le principe peut paraître un peu  « lourd » pour un adulte, il faut reconnaître que c'est assez percutant sur un public d'enfants. Imaginez une saucisse qui déguerpit, des petits pois et des carottes à ses basques, et un déjeuner qui vole en éclats ... là j'avoue que l'idée est drôle, bien pensée et qu'elle laisse la place à une série d'inventions tout à fait cocasses !

Pour la réflexion, faut-il voir dans cette histoire la suggestion qu'il est important de varier les repas pour alimenter l'appétit ? ... Ou simplement qu'il faut terminer son repas avant qu'il ne disparaisse ?

Je ne m'attarde pas sur ce grand débat parce que je souhaite retenir les éclats de rire de ma fille, son empressement à tourner les pages et son avis qui est, tout bêtement,  « quelle histoire folle ! ».

La saucisse partie, Allan Ahlberg (texte) & Bruce Ingman (illustrations) - Gallimard jeunesse  /  Septembre 2007.

A partir de 3 - 4 ans.