10/05/20

Hôtel Des Muses, par Ann Kidd Taylor

Hotel des musesUn cadre magique pour une histoire d'éternelle seconde chance... c'est ici, un rendez-vous alléchant par ce joli temps printanier. Servez-vous, ça a aussi un effet bénéfique durant le confinement.

Malgré une sérieuse blessure à la jambe, dès son jeune âge, Maeve a toujours nourri une totale fascination pour les requins. D'où son métier (biologiste marine) qui l'amène à parcourir les océans à travers le monde - et une rupture sentimentale qui l'a incitée à s'éloigner le plus loin possible. Pour ses 30 ans, Maeve rentre au bercail et découvre que son frère jumeau va publier un roman, que leur grand-mère a embauché un nouveau cuisinier et qu'il s'agit de son ancien fiancé.

Beaucoup de bouleversements en perspective, de retrouvailles amères, de souvenirs qui remontent à la surface, de cicatrices indélébiles, mais aussi de nouveaux espoirs, de liens inaliénables, de familles formidables et de sens du pardon. Bref. On peut voir venir le scénario... mais peut-être pas le dénouement. Il faut simplement se préparer à une lecture qui privilégie le contexte, l'ambiance, le message... Pour le coup, l'enchantement est garanti.

Autre détail : en lisant les remerciements, j'ai eu la très bonne surprise de découvrir qu'il s'agit de la fille de Sue Monk Kidd auteure du formidable Le secret des abeilles ! Une preuve s'il en est que le talent est dans les gènes. 😄

Calmann Levy, 2017 - Traduit par Christine Barbaste

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


03/02/20

Un point d’interrogation est un demi-cœur, de Sofia Lundberg

Un point d’interrogation est un demi-cœurSentiment partagé envers cette lecture : ça aurait pu me toucher, ça avait tout lieu de me parler et puis ça a loupé de peu son but.

Une femme déboussolée et traumatisée par son passé n'a jamais permis à ses proches d'entrevoir cette part sombre de sa personnalité. Au lieu de ça, ils pensent qu'elle est froide et indifférente. Il faudra donc venir à bout des 370 pages du roman pour dissiper le malaise. En attendant, c'est long, flou et confus. Nul dans cette histoire n'est remarquable : Elin se comporte étrangement, elle refuse tout dialogue et devient fuyante. Sa fille la harcèle et se montre autoritaire. Et le mari a jeté l'éponge.

J'ai longtemps ressenti de la rancune envers tous pour finalement lâcher du lest en lisant les derniers chapitres. Tout s'éclaire. Tout devient beaucoup plus attendrissant, plus concret et plus authentique. Enfin on s'attache, enfin on éprouve de la sympathie (malgré un déclic tardif et trop rapide). Cette lecture me laisse donc un gros goût d'à peu près... léger flottement à combler.

Calmann-Levy (2019) - traduit par Caroline Berg

Célèbre photographe, Elin a tout pour mener une vie heureuse. Malheureusement son couple bat de l'aile, ses absences répétées ont fini par lasser ses proches (qui lui reprochent aussi de ne penser qu'à son travail). Alors que sa fille quitte l'appartement pour suivre ses cours de danse à la Julliard School, son mari aussi cherche à la brusquer. Face à ses réactions inappropriées, l'homme désabusé décide à son tour de partir.
Anéantie, Elin trouve également injuste d'être condamnée pour son ambition, sa carrière et sa passion. Elle a néanmoins conscience qu'elle aussi se sent insatisfaite et qu'elle ne bosse plus par plaisir. Forcée d'admettre qu'elle souffre d'un profond mal-être, elle réalise que son passé est un poids mort dans son cœur et sa tête.
Jamais elle n'a évoqué son enfance sur l'île de Gotland, son père en prison, le manque d'argent, sa mère revêche, la liaison avec un fermier irascible, son amitié avec Fredrik et son départ en catastrophe après un drame dont elle porte la responsabilité. Pourquoi ?

 

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

31/07/19

Signé Sixtine #1 Derrière les étoiles, de Roxane Dambre

signé sixtine 1Encore une lecture hyper réjouissante qui consiste à mettre en scène des personnages drôles et attachants en plus de les propulser dans une pseudo enquête journalistique sur fond de mystère cosmologique avec soupçon de vie extraterrestre... Go, girl ! Scully's on fire !

L'histoire présente en effet une jeune journaliste aux idées colorées, son stagiaire photographe accro à la bouffe, une joyeuse équipe de scientifiques qu'on croirait sortis de The X-Files (cf. les Bandits solitaires) et un commissaire sarcastique qui ne laisse rien au hasard. Vous les lancez dans un congrès ronflant soudain chahuté par une annonce révolutionnaire puis par un meurtre. Et vous vous embarquez pour une aventure improbable avec tournées de pizza et rapt nocturne qui ferait glacer d'effroi le plus stoïque des chercheurs...

Bref. On s'amuse bien même si on voit venir le dénouement à des kilomètres à la ronde. On se surprend tout de même à hausser les sourcils en suivant l'intrigue dont les rebondissements - parfois saugrenus - nous font rire sous cape ! En fait, on adhère avant tout à l'ambiance, au casting et à la bonne humeur générale. Car pour une première mouture, voilà qui annonce une série sans prétention et très divertissante ! 
Affaire à suivre.

Calmann Lévy (2018)

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Un karma (presque) parfait, de Roxane Dambre

Un karma presque parfaitDésirant relancer sa carrière en berne, Siloé dépoussière son C.V. en exagérant à peine ses compétences et rencontre un conseiller ultra sexy pour l'exercer à réussir ses entretiens. Sa course à l'emploi s'illustre également par une série de péripéties toutes plus fantasques et hilarantes. On y croise notamment une fratrie atypique - trois frangins au prénom d'empereurs romains et une adolescente fleur bleue et naïve qui tombe constamment amoureuse - des plans tordus pour éloigner les parasites, des propositions de mariage insensées, des copines avisées et des séquences de recrutement insolites !

Bref. C'est super léger et rafraîchissant à suivre. J'ai vraiment passé un très bon moment ... on sourit beaucoup, on trouve tout le monde attachant, on adore les rebondissements, on craque pour l'ambiance et l'écriture. Tout ça pour dire que j'ai déjà acheté d'autres romans de cette jeune trentenaire bourrée de talent !

En attendant, CHEERS pour cette ravissante comédie avec des personnages adorables, des intrigues et des rebondissements cocasses. La lecture est entraînante : elle vous colle un sourire banane sur les lèvres tout du long... Franchement TOP !

Calmann-Lévy (2018)

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29/04/19

Avalanche Hôtel, de Niko Tackian

Avalanche HôtelLe roman ne commence pas de façon très originale : un type se réveille la mémoire en vrac. Il croit travailler dans un hôtel luxueux puis découvre qu'il est policier et enquête sur la disparition d'une jeune fille. Ceci explique sans doute pourquoi il s'est perdu dans les montagnes enneigées, sauvé in extremis par un bon samaritain.
Enfin. Tout n'est pas clair dans cette histoire. Les première pistes nous laissent à penser une version et l'instant d'après d'autres révélations nous guident vers de nouveaux sentiers. Il faut croire que l'auteur manipule exprès le lecteur avec son personnage amnésique qui confond souvenirs enfouis et divagations oniriques. Sauf que...
On part loin, très loin dans un imbroglio pas possible. Où la vérité est ailleurs. Oubliez néanmoins Fox MulderJack Torrance ou même Jason Bourne. Joshua Auberson est un type ordinaire, semblant souffrir de troubles psychiques, lesquels vont l'entraîner dans une expérience bizarre mais pénible à suivre. La frontière entre rêve et réalité est d'ailleurs très mince - on bascule aussi entre présent et passé - mais on reste dans un brouillard sans fin et impénétrable.
Ce n'est pas facile d'apprécier un tel voyage. Quand bien même ça se lit rapidement, le rythme n'est étonnamment pas si vif et trépidant. Au contraire, j'ai trouvé que c'était plat, agrémenté d'un zeste de suspense, hélas peu croustillant au vu des attentes.
D'où une frustration au final - cette lecture ne m'a pas semblé aussi aboutie qu'un Vertige de Thilliez, voire L'Anneau de Moebius. Et puis l'ambiance devient de plus en plus lugubre et moins fantasmagorique en bout de course. Cela me laisse sceptique. À noter que la performance d'Olivier Chauvel, lecteur pour Audiolib, est excellente ! On ressent pleinement le mystère des lieux et les tourments du personnage, on a la sensation d'une immersion totale, dans le froid, le flou, la psychose... c'est glaçant.

©2019 Calmann-Lévy (P)2019 Audiolib

 

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


20/11/18

Amelia, de Kimberly McCreight

Amelia Kimberly McCreightKate est anéantie en apprenant que sa fille vient de sauter du toit de son école. Amelia avait quinze ans, c'était une élève appliquée, sportive et discrète. Toutes deux avaient une relation de confiance, du moins le supposait-elle. Kate est avocate dans un gros cabinet de New York et culpabilisait de privilégier sa carrière à sa vie familiale. Nulle trace du père, silence radio à son sujet.
L'annonce du suicide provoque donc une onde de choc. Cela ne cadre pas avec l'image de sa fille. Elle pensait tout connaître à son sujet mais va vite faire marche arrière et plonger dans le déni. Un message l'avertissant que sa fille « n'a pas sauté » va finalement la soutenir dans son idée que les véritables causes sont encore cachées.
Que cache le suicide d'Amelia ? Mensonges, non-dits, règlements de compte, coups bas et trahisons. Un spectacle désolant des bassesses des ados qui s'activent sur les réseaux sociaux pour déchaîner leur violence. Et la vérité va s'imposer dans toute son horreur. On tombe sur des hyènes hystériques et anonymes qui déballent façon Gossip Girl pour exacerber la jalousie, la rivalité, la rancœur et l'intimidation. C'est affreux et affligeant. Les mômes sont sans pitié et pensent désormais que l'attaque est la meilleure défense.
Résultat, je n'ai pas du tout accroché. Ni l'histoire ni les personnages n'ont su me toucher. Ce roman est glaçant et cruel. Tout ce qu'il révèle est également triste, sombre et dramatique. Malgré mes attentes, ça ne prend pas. J'ai trouvé la lecture trop amère et écœurante : je suis totalement passée à côté.

©2015 Le Cherche Midi, traduction d'Élodie Leplat. Titre original : Reconstructing Amelia (P)2018 Lizzie, un département d'Univers Poche. 

 

21/09/18

Ce qu'il reste d'Alice, de T.R. Richmond

CE QU'IL RESTE D'ALICEPar une froide soirée d'hiver, à Southampton, la police repêche le corps d'une jeune femme qui vient de se noyer dans la rivière. Alice Salmon, journaliste de 25 ans, était à l'aube d'une carrière prometteuse. La veille, elle avait arrosé ses retrouvailles avec ses amies puis était rentrée chez elle, complètement pompette. Que s'est-il passé ensuite ?
Les circonstances sont assez floues (suicide, accident ou meurtre) mais déjà le sujet fait débat, sur internet et dans la tête des gens, on raconte tout et n'importe quoi. Pour faire taire ces ragots, un anthropologue proche de la retraite décide de rétablir la vérité sur Alice en dressant un portrait façon patchwork (enquêter, recueillir, colliger). La famille s'y oppose car le projet est trop personnel et impudique.
En effet, le Professeur Cooke se base sur des extraits du journal intime d'Alice, des messages postés sur le blog de son amie Megan, des notes prises par son petit copain Luke ou des lettres écrites à sa mère Elizabeth... sans compter que les motivations du bonhomme semblent également discutables.
C'est tout le suspense de l'intrigue - rapporter de nombreux détails et embrouiller le lecteur. Un pari risqué... et loupé car j'ai trouvé le roman très fouillis. L'auteur a cru bon tenter une expérience (une construction alambiquée sur les nouveaux outils de communication) mais ça reste artificiel et peu convaincant. Les personnages ne gagnent pas en noblesse. Le mystère est élucidé, mais sans gloire. Suis sceptique.

Traduit par Pascal Loubet pour les éditions Calmann-Lévy (2015) / repris au Livre de Poche

ce qu'il reste d'alice calmann levy

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31/05/18

La chambre des merveilles, de Julien Sandrel

La chambre des merveillesJe ne connaissais pas du tout ce roman - gros succès en librairie, me dit-on - et mon premier instinct a été le recul en découvrant le résumé. C'est l'histoire d'une mère qui se bat pour son fils dans le coma... J'imaginais déjà une histoire pleine de pathos et empreinte de sentiments bouleversants. J'ai soupiré, pas mon truc. Et puis le format audio est arrivé. J'ai tenté. Et je n'ai pas regretté.

Thelma a longtemps sacrifié sa vie de famille pour sa carrière. Aujourd'hui, son fils de douze ans aimerait lui confier qu'il est amoureux pour la première fois. Comme d'habitude, sa mère ne lui prête aucune attention et préfère répondre à un coup de fil de son boss. Vexé, Louis file sur son skate droit devant lui. L'instant d'après, un véhicule le percute de plein fouet. L'enfant est conduit aux urgences, en soins intensifs, plongé dans un coma. Malgré tous leurs efforts, les médecins s'avouent vaincus et préparent Thelma à l'irrémédiable - d'ici quatre semaines, ils vont débrancher les machines. Mais Thelma refuse cette sentence. En tombant sur le cahier des merveilles rédigé par son fils, elle décide de réaliser pour lui tous ses rêves les plus fous et souhaite que ses initiatives insuffleront de l'espoir - de la vie - chez son garçon léthargique. 

C'est heureusement une lecture riche en émotions - pleine de tendresse, d'amour, de rires et de délires. J'ai trouvé ça très sympa et tellement bon à parcourir. En seulement 5 heures, j'ai partagé la force d'une mère qui remet toute sa vie en question et qui se lance des paris insensés pour arracher son fils de sa bulle. C'est complètement improbable, romanesque et doucereux, mais après tout ça fait aussi du bien de croire en l'impossible et d'imaginer un marathon bombardé de couleurs, un karaoké au Japon ou un stage de foot avec un entraîneur sexy en diable. J'ai même fermé les yeux sur la mise en scène finale qui joue trop sur la corde sensible - j'ai croisé les doigts pour que ça ne parte pas en cacahuète car mon appréciation globale était extrêmement positive jusqu'à présent ! Et je confirme que ce roman est bel et bien touchant, écrit sans prétention, prompt à vous communiquer bonheur, chaleur et espérance. J'ai été agréablement surprise - et conquise. 

©2018 Calmann-Lévy (P)2018 Audiolib lu par Sophie Duez. Durée : 5h env.

J'ai beaucoup aimé la voix de Sophie Duez et son interprétation naturelle et authentique du début à la fin. C'était si réaliste que j'avais l'image de l'actrice en tête pour incarner la Thelma du roman. 

Le livre audio se boucle sur un entretien de 15 minutes avec l'auteur. Plutôt académique, mais toujours instructif à écouter ! 

 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28/05/18

Un cri sous la glace, de Camilla Grebe

UN CRI SOUS LA GLACEEmma Bohman est une jeune femme à la petite vie tranquille et monotone. Employée dans une grande chaîne de vêtements, elle tombe un jour sous le charme de son patron, le séduisant Jesper Orre. Leur liaison clandestine va néanmoins connaître une fin brutale car l'homme disparaît sans crier gare, malgré leurs récentes fiançailles. Ébranlée par ce soudain désistement, Emma commence à douter. Seule avec ses secrets, elle perd de plus en plus pied.

Peu de temps après, la police découvre, dans la maison de Jesper Orre, le cadavre d'une femme avec la tête tranchée. L'enquête est conduite par Peter Lindgren, un policier désabusé, bientôt rejoint par un profileuse de renom, Hanne Lagerlind-Schön. Or, ces deux-là se connaissent car ils ont vécu une liaison passionnelle dix ans plus tôt, laquelle s'est achevée abruptement, laissant les anciens amants meurtris et amers.

À tour de rôle, les trois protagonistes nous font avancer dans le dédale de cette histoire tarabiscotée et au suspense tendu. Les secrets des uns et des autres viennent peu à peu approfondir l'enquête et agrémenter la lecture d'une note d'angoisse pesante et latente. C'est bien ficelé, assez glaçant et dramatique dans son genre. Le cadre suédois reste - à mes yeux - un supplément d'âme et d'attrait non négligeable. Même si je n'ai pas accroché aux personnages, je reste curieuse de connaître la suite de leur histoire (cf. Le journal de ma disparition). En attendant, ce premier contact offre une évasion appréciable, riche en frissons et autres émotions, car le dénouement est assez inattendu !

Calmann-Lévy, 2017. Traduit du suédois par Anna Postel

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01/09/17

Jusqu'à l'impensable, de Michael Connelly

Jusqu'à l'impensableÀ force de tirer sur la corde, en usant de méthodes arbitraires pour résoudre ses petites enquêtes, Harry Bosch a été poussé à la retraite, avec un sérieux  blâme à la clef. Profitant de cette période de flottement, son demi-frère, l'avocat Mickey Haller, lui demande de remplacer son enquêteur au pied levé, suite à un étrange accident de moto. Haller a besoin de lui pour prouver l'innocence de son client, accusé d'un crime qu'il jure n'avoir pas commis. Forcément, Bosch fait la grimace - ce n'est pas éthique de soutenir la défense après des années passées au LAPD. S'il franchit la ligne jaune, il n'y aura plus de retour possible. Bosch n'étant toutefois plus à une contradiction près accepte de rencontrer Da Quan Foster, puis de jeter un œil à son dossier avant de farfouiller à droite et à gauche. Très vite, notre amateur de jazz et de justice flairera un parfum douteux autour de cette affaire qui fait bizarrement tomber les suspects, les enquêteurs et les rares témoins... 

Encore un très bon épisode de la série, laquelle s'apprécie à sa juste valeur, et davantage si l'on suit chronologiquement la parution des romans ! Bosch s'embarque donc dans une énième enquête semée de coups fourrés et de révélations sordides, selon un schéma classique mais conduit avec efficacité. J'ai beaucoup aimé. Ce sont presque 12 heures qui défilent dans nos oreilles, à écouter le comédien Jacques Chaussepied, lequel incarne désormais un Bosch à jamais cabochard et allergique à toute forme de corruption. Un rendez-vous qui ne déçoit pas les attentes, et qui me laisse dans l'expectative d'une prochaine collaboration entre les deux frangins. Une combinaison toujours réjouissante.

©2015 / 2017 Hieronymus, Inc. / Avec l'accord de Little, Brown and Company, Inc. / Calmann-Lévy. Traduit par Robert Pépin

(P)2017 Audiolib - Texte lu par Jacques Chaussepied (durée : 11h 50)