08/10/18

L'île des absents, de Caroline Eriksson

L'île des absentsUn couple et leur fille, en vacances au bord d'un lac, partent explorer l'île voisine, réputée maudite, du Cauchemar. Prétextant un petit coup de mou, Greta choisit d'attendre leur retour et s'assoupit dans la barque. Quelques heures plus tard, point d'homme ni d'enfant à l'horizon. Alex et Smilla ont disparu. Greta les appelle, court partout, puis retourne au cottage pour récupérer son téléphone et joindre son mari. Aucune réponse. Déprimée, elle s'effondre et s'endort. Puis décide de se rendre au commissariat pour signaler la disparition... mais les nouvelles ne sont pas bonnes.
Et ce n'est que le début d'une longue liste car tout dans ce roman est extrêmement perturbant. En tête, Greta est un personnage très préoccupant. Chamboulée, malade et désorientée, elle se comporte de façon irrationnelle, et apparemment dissimule un passé assez lourd et un parcours sentimental en dents de scie. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai halluciné face à ses incohérences et ses hésitations. Mais d'autres aspects dérangeants vont intervenir et encore brouiller les pistes. Accrochez-vous.
L'ambiance est curieuse, avec une Greta tellement complexe, j'ai vraiment eu du mal à la cerner, mais l'histoire aussi met mal à l'aise et bouleverse nos repères, à force c'est déconcertant. En fait, du début à la fin, j'ai été à côté de la plaque : j'ai même d'abord cru à du fantastique. Ou du thriller. Enfin, c'est très bizarre.
L'expérience est déroutante, la lecture sème désordre et désarroi. Suis néanmoins pas très convaincue d'avoir été le cobaye idéal.

Presses de la Cité (2018) - traduit du suédois par Laurence Mennerich