20/09/21

Jusqu'au dernier, de Finbar Hawkins

Jusqu'au dernier

Ah, cette ambiance ! Si sombre et pesante. C'est tout de même le point fort du roman car l'histoire est parfois déconcertante.

Evie et sa sœur Dill assistent avec horreur à l'assassinat de leur mère par quatre hommes dont la mission consistait à éliminer la « sorcière ». En sa qualité d'aînée, Evie doit fuir le plus loin possible pour protéger la fillette. Mais Evie ne l'entend pas de cette oreille. D'abord, elle veut retrouver les meurtriers de sa mère. La quête sera rude et peut-être sans retour. Elle décide donc de confier sa sœur à leur tante (qui vit isolée parmi une communauté de femmes). Sauf que, dans le fond, Evie souhaitait se débarrasser de Dill. L'effacer de sa vie car elle ne supportait plus ses blablas de sorcellerie (qui se résument à une sensibilité très poussée sur la nature, les plantes, les animaux, une communion d'esprit). Depuis toujours, Evie se sent étrangère à cette pratique et a longtemps jalousé la relation entre sa mère et sa sœur. Elle finit donc par s'enfoncer seule dans les bois, volontaire mais inconsciente du danger, quand elle croise en chemin un cavalier puis une dame aux yeux verts.

En fait, ce roman est très déroutant. Il parle de vengeance (celle qui tient debout notre héroïne) mais ne propose pas de plan cohérent. Au lieu de ça, on suit la jeune fille subir son destin, suivre des inconnus, accepter son sort, se rebiffer et rager dans sa barbe. Elle est spectatrice de tant de drames que son histoire en devient poignante. Le roman est cependant très sombre et amer. Il évoque la violence subie par des femmes dont le seul tort était d'être différentes (des sorcières ? non, des guérisseuses). Le procès est injuste et les rebondissements sont également sidérants.

J'en sors néanmoins perplexe : tant de promesses et une exécution rudimentaire. Bof pour moi. La couverture est magnifique !

Casterman, 2021 - Traduit par Emmanuel Gros

⭐⭐.5

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


17/09/21

Meurtre mode d'emploi : Disparition inquiétante, par Holly Jackson

Meurtre mode d'emploi Disparition inquiétanteIl est absolument nécessaire d'avoir lu le tome précédent - Meurtre mode d’emploi - car l'héroïne revient longuement sur cette enquête et sur le procès qui vient de s'ouvrir. Cela occupe les cent premières pages du livre avant de basculer vers le nouveau dossier. Mais une justification s'impose.

Je m'étais fait une promesse. À moi et à tout le monde. J'avais dit que je ne ferais plus jamais ça, que je ne jouerais plus jamais les détectives. Je refusais de me perdre à nouveau dans le labyrinthe des secrets d'une petite ville tranquille. Je ne suis plus cette personne. Et j'avais tenu parole, je le sais. Hélas, il est arrivé quelque chose, et me voilà forcée de trahir ma promesse. Quelqu'un a disparu. Quelqu'un que je connais. Jamie Reynolds, un habitant de Little Kilton. C'est le grand frère d'un des mes meilleurs amis, Connor. Au moment où je vous parle, samedi 28 avril à 23h27, cela fait désormais vingt-sept heures que nous sommes sans nouvelles de Jamie. Et personne ne réagit.



Pippa pensait en avoir terminé avec sa vocation de détective (rappelons surtout que c'était d'abord un devoir de classe et qu'elle avait ridiculisé la police en démasquant le vrai meurtrier d'Andie Bell). Le succès de sa série en podcast a également eu un retentissement sur la ville. Tout n'a pas été positif. C'est pourquoi Pippa souhaitait prendre du recul. Mais face à la détresse de son ami Connor et de sa maman, la jeune fille vacille. OK : Jamie Reynolds a vingt-quatre ans et une réputation de glandouilleur. Il est aussi coutumier du fait de disparaître sans prévenir sa famille. Toutefois, ses proches sont convaincus que la situation est différente. Il s'est passé quelque chose d'inquiétant au cours de la cérémonie de commémoration car les témoignages montrent que Jamie était plus fébrile que jamais.

C'est donc reparti pour un tour ! Pippa se lance dans une nouvelle enquête et se substitue à la police qui ne donne pas suite. Armée de son matériel informatique et de ses questions, elle fouille la vie de Jamie et de ses proches. Certaines révélations vont encore éclabousser les convenances et les apparences. Toutes les vérités ne sont pas bonnes à entendre. Schéma classique mais tellement accrocheur !

J'ai lu ce roman très vite, surtout après la centaine de pages survolées. J'avais un peu peur du réchauffé et finalement pas du tout (les secrets, les mensonges, les non-dits d'une petite ville... on adore !). L'intrigue est prenante, efficace et vient bousculer nos conclusions hâtives. En bref, c'était vraiment bien & surtout à la hauteur des attentes.

Casterman, 2021 - Traduit par Corinne Daniellot

⭐⭐⭐.5

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

03/05/21

Tu me dois un meurtre, par Eileen Cook

tu me dois un meurtreÇa commence comme un film de Hitchcock : deux inconnues se rencontrent dans un avion et échangent quelques verres en imaginant le crime parfait. Pour y réussir, elles devraient échanger leurs victimes. L'une éliminerait son ex, l'autre sa mère.

Elles pactisent en gloussant. Après quoi, enivrée par l'alcool, Kim s'effondre dans son fauteuil sans trop y réfléchir.

Ce n'était qu'un délire conçu pour chasser de longues heures d'attente dans une aéroport et la frustration énorme d'avoir à supporter son bourreau des cœurs et sa nouvelle conquête. Ni plus ni moins.

Malheureusement ce voyage à Londres va virer au cauchemar. La mort de Connor va en effet précipiter l'héroïne dans l'horreur. Kim comprend rapidement qu'elle est désormais associée à un crime et qu'elle a perdu le contrôle de la situation.

Car Nicki va se rappeler à elle. Exiger sa part du contrat. Elle va s'y employer sournoisement. La harceler et la menacer.

Pour Kim, l'étau se resserre. Spirale infernale. Doutes. Tension implacable. Et j'en passe.

On tourne les pages du roman en soutenant le rythme. Mais on s'interroge aussi face à l'attitude déconcertante de l'héroïne. Cela ressemble fort à de l'hystérie paranoïaque. Qui sait ? Kim a pas mal de secrets sous le coude, après tout.

Enfin bref. Ce roman YA se lit d'une traite et joue adroitement avec les codes du suspense. Le spectre hitchcockien et le cadre londonien lui confèrent également beaucoup d'attrait. Seule la fin vient froisser mes exigences en matière de dénouement impitoyable. J'attendais plus de clash.

Cela reste toutefois une bonne découverte en matière de thriller pour jeunes adultes.

Casterman, 2021 - Traduit par Samuel Sfez

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

16/03/21

Ash House, de Angharad Walker

Ash House

J'aime beaucoup la couverture et j'aimais bien la présentation du roman. Je m'attendais à une histoire étrange, un peu flippante et très vaporeuse. Au final je suis déçue.

Et malheureusement je n'ai quasiment rien compris au livre. Pff.

C'est donc l'histoire d'une maison occupée par des enfants. Sol arrive “dans l'espoir que quelqu'un aurait les réponses à ses interrogations”. Au lieu de ça, il ne récolte que des mystères et encore des mystères.

De plus, son admission à Ash House n'est pas actée. Les autres pensionnaires sont réfractaires à sa présence car Sol parle trop et remet en cause les préceptes de leurs Obligeances. Seul Dom a choisi d'être son ami et aimerait convaincre ses camarades d'adopter ce garçon un peu rebelle.

De son côté, Sol se plaint d'avoir mal au dos. Il voudrait consulter un Docteur. Et maintenant qu'il a fait le tour du propriétaire, il souhaiterait repartir. Mais voilà que c'est chose impossible !

Bref. Que dire, que penser de ceci. Flou total.

Quand on nous promet un roman exceptionnel à l'inquiétante étrangeté, on ne s'imagine pas à quel point le pari est insensé. Car à un moment, il ne suffit pas de créer une atmosphère cryptique pour que le lecteur morde à l'hameçon. Un peu de matière aussi, ou on s'y perd. Concernant ce roman, c'est clair, il m'a perdue.

En gros, il est trop, trop bizarre. L'atmosphère est angoissante, mais la fantasmagorie autour me laisse perplexe. La fin ouverte est cependant pertinente.

Casterman, 2021 - Traduit par Maud Ortalda

Une bande annonce est disponible (très efficace) :

https://youtu.be/Uh4lWa4MA60

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03/11/20

Les vieux enfants, par Elisabeth Brami & Aurélie Guillerey

les vieux enfants

Cet album se lit comme un poème !

Bette Davis a dit : « On commence à s'apercevoir que l'on vieillit lorsque le poids des bougies dépasse celui du gâteau. »

Dans cet album, on retrouve l'importance des anciens, leur rôle de transmission, leur passé, leurs forces et leurs faiblesses, le regard que l'on porte sur leurs rides ou leurs cheveux blancs, le lent déclin face à la maladie ou la joie de croquer la vie à pleines dents.

Chaque scènette fait chaud au cœur tant elle révèle une vérité - nous avons tous besoin des uns et des autres. Et cette année aura sans doute semblé plus importante que jamais pour aborder cette lecture. Cette année nous aura rappelé combien il faut prendre soin des plus fragiles, combien l'absence aussi est une plaie à l'âme et pourquoi il faut apprendre à “grandir chaque jour, chaque heure, vivre longtemps et en douceur, devenir vieux sans avoir peur”.

« Inventons un monde chaleureux de mots, de gestes affectueux.
Car nous, les vieilles et les vieux, on vous aimera autant qu'on peut. »

Une lecture pleine d'amour, qui crie la tendresse et l'urgence d'aimer sans attendre ! Moi je trouve que c'est tellement beau. Si touchant. ♥

Les illustrations d'Aurélie Guillerey sont toujours pleines de malice et de naïveté. Elles enveloppent les mots d'E. Brami d'un emballage précieux et raffiné. C'est aussi un bonheur pour les yeux. 

Et n'oubliez pas d'offrir ce livre à vos enfants et à vos parents !

Albums Casterman / 2020

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19/10/20

Pêle-mêle Albums : Gaston Grognon C'est la fête ! - Que fait mon chat quand il est seul chez moi ?

Gaston grognon cest la fete

En recevant son invitation pour la fête de Porc-Épic, Gaston fait grise mine car il déteste danser. Plus précisément, il ne sait pas danser. Ses amis le persuadent d'apprendre quelques pas pour ne pas se priver d'un tel événement. Et allons donc...

Un peu de samba avec l'autruche, du boogie-woogie avec les babouins, du rock avec les rats musqués ou du cha-cha-cha avec le paon ! Le carnet de bal de Gaston est rempli. Et désormais, il a le rythme dans la peau. En avant pour une fiesta mémorable.

Mais sur place, encore une fois, Gaston Grognon fait des siennes.

Pour sauver l'ambiance, Porc-Épic a heureusement tout prévu : un buffet extraordinaire, des jeux par milliers, de la musique et des décorations sublimes... Une fête, ça se crée. Ça se peaufine. Ça se déguste. Et surtout, ça permet de passer un bon moment entre amis.

Ce deuxième album mettant en scène GASTON GROGNON est encore plus désopilant et savoureux. L'humeur chafouine de notre héros permet de casser l'image parfois trop lisse des histoires enfantines. Gaston n'est pas un rigolo et aime beaucoup râler. Mais il se montre aussi loyal et attentif envers ses proches. On ne peut que l'aimer pour son caractère aussi entier ! ♥

Gaston Grognon : C'est la fête ! de Suzanne Lang & Max Lang

Casterman, 2020 

***************************

que fait mon chat

Quand vous quittez votre maison, est-ce que votre chat dort toute la journée sur le radiateur ? Ou préfère-t-il le confort douillet d'un tiroir à vêtements ? Ou pense-t-il trouver l'inspiration dans votre sac de sport ? À moins de se planquer sous les coussins du canapé ? Ou simplement se planter près de vos chaussures ?

Votre imagination déborde ? Alors, supposez qu'il avale du popcorn devant des dessins animés ou barbote dans la baignoire ou glisse la rambarde de l'escalier sur un skate ou suppose être le nouveau Picasso !

TOUT. EST. POSSIBLE.

Cet album est plein de surprises et de promesses : il n'y a qu'à soulever les rabats pour s'offrir deux options de lecture. C'est toujours très drôle et efficace comme concept ! Les jeunes lecteurs se sentent propulsés au cœur des délires et laissent voguer leur sens de l'observation. Très sympa.

Que fait mon chat quand il est seul chez moi ? de Paule Battault & Charline Picard

Casterman, 2020

***************************

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14/10/20

L'année de grâce, de Kim Liggett

L'année de grâce

Cette lecture est terriblement austère et âpre ! Purée. Je n'avais rien anticipé et je ne m'attendais pas à une telle claque. Ça laissera des traces, c'est sûr.

Premier point positif, j'ai trouvé l'écriture très, très belle. Je ne me lassais pas des descriptions des fleurs et des forêts. J'étais comme envoûtée alors que rien n'était charmant autour. L'histoire est tellement sombre et lugubre. Elle raconte la destinée de jeunes femmes qui sont accusées de “posséder de la magie dans leurs corps” - un simple bouillon hormonal susceptible d'effrayer le mâle en puissance. D'où cette expérience de vivre en retranchement, en mode survie, pour trouver sa place dans la société. Au choix : devenir une épouse ou une domestique.

Mais cette vie en autarcie n'est pas simple non plus. La cohabitation est difficile, les conditions de vie sont extrêmement rigoureuses. Question solidarité : bof bof. C'est peu de dire que l'ambiance n'est pas à la fête. Certains passages se révèlent sacrément cruels et rudes. Dans le fond, c'est bouleversant aussi. Mais on s'accroche et on s'attache au sort de Tierney, l'héroïne qui se moque des traditions et qui remet en cause le mariage. Elle vient de fêter son seizième anniversaire et part s'isoler dans un camp pour son année de grâce.

L'année sera longue et compliquée. Déterminante. Les mises à l'épreuve se chargeront de chambouler les acquis, les idées et les idéaux. La rencontre avec Ryker viendra brièvement adoucir ce climat très lourd (on ouvre aussi le chapitre des braconniers, ahem ahem, c'est glauque). Ceci dit, le livre n'a nulle vocation romantique et c'est tant mieux. Ça dégouline de violence, de drames et de danger. Un pur condensé de The Handmaid's Tale + The Hunger Games + Lord of the Flies = OUCH.

Bon point pour cette ambiance rugueuse que j'ai beaucoup aimée. La fin aussi est touchante et vient conforter mon impression positive. Celle d'avoir lu un roman fort et remarquable. Une incroyable découverte !

Casterman, 2020 - Traduit par Nathalie Peronny

 

« Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit. Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté. Pourtant, je ne me sens pas magique. Ni puissante. »

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

08/09/20

La rumeur qui me suit, par Laura Bates

la rumeur qui me suitAnna et sa mère s'installent dans une petite ville en Écosse pour un nouveau départ... la mort du père, le harcèlement scolaire dont l'adolescente a été victime. C'est donc une fuite vers l'inconnu pour toutes les deux. Anna s'inscrit au lycée sous une nouvelle identité et cherche à raser les murs pour ne pas attirer l'attention. Sauf que les regards vont rapidement se tourner vers elle.

Lorsque son passé revient brutalement lui rappeler que ses démons sont toujours là, Anna n'a pas le temps de dire ouf que la spirale infernale l'entraîne dans son tourbillon. Quel cauchemar. L'acharnement déployé à la briser est sidérant. Vraiment flippant. Plus d'une fois j'avais envie de dire stop à la masse grouillante et imbécile qui condamne un simple moment d'égarement... (la fille avait envoyé une photo dénudée à son petit copain mais son intimité a été bafouée en devenant virale).

C'est triste et affligeant. Car le phénomène prend une ampleur terrifiante avec les réseaux sociaux. On vit dans un monde qui ne tourne plus rond. Pfff !

En parallèle on suit également une vieille histoire de chasse aux sorcières car la maison qu'occupe Anna aurait abritée l'une d'elles. En retrouvant ses affaires abandonnées dans le grenier, Anna va enquêter pour connaître sa destinée. Et montrer que les femmes - trop libres ou différentes des autres - sont depuis toujours des victimes incomprises.

Ce cadre fantastique apporte une touche magique et fascinante à cette lecture qui inspire avant tout un mélange de colère, d'agacement et de fatalisme. Mais ce roman est absolument indispensable dans tous les collèges et lycées !!! « C'est vous qui avez fait de moi une traînée. Vous tous. Je n'ai rien à voir là-dedans. »

Casterman (2020) - Traduit par Céline Laurent

Titre VO : The Burning

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/07/20

Violette Dupin et le jour perdu (Starfell #1), de Dominique Valente

Starfell Violette Dupin

Voilà un charmant petit roman avec pour héroïne une jeune sorcière qui pensait n'avoir aucune utilité car elle a hérité d'un don quelconque (retrouver des objets perdus) mais sa rencontre avec la puissante Moreg Vaine va tout bouleverser !

En effet, celle-ci réclame son assistance pour une mission de la plus haute importance : un fait étrange est survenu dans le monde de Starfell et nul ne semble avoir souligné son état d'urgence. Pourtant, la journée du mardi a bel et bien disparu. Envolés tous les souvenirs liés à cette date ! Pourquoi, comment ? Moreg convainc Violette qu'elles doivent toutes deux partir sur le champ pour contre-attaquer.

Chose promise, chose due : la lecture nous entraîne dans un tourbillon de rencontres et de décors fantastiques. Imaginez un dragon éploré parce que sa moitié a mis les voiles après avoir égaré leur œuf prêt à éclore ! Sans oublier le monstre sous le lit, alias Oswin le kobold qui rouspète tout le temps et ne filtre aucune de ses paroles ! ...

Le roman fait vraiment la part belle à l'imaginaire en mixant humour, personnages cocasses et péripéties pleines de rebondissements. Si l'ensemble offre un aspect guilleret, le contenu n'en reste pas moins très sérieux avec un monde à sauver contre un adversaire redoutable. Et cette chère Violette aussi va prendre du galon et surtout gagner en confiance alors qu'elle était continuellement dévalorisée par sa famille.
Oui, vraiment c'est léger, distrayant et ravissant. Très, très chouette à lire.

Casterman, 2020 - Traduit par Anne Guitton

« Elle prit soudain conscience d'une chose terrible : les naissances, les décès, les mariages, les enterrements, les disputes... c'était tout cela qui avait disparu. Les grandes et les petites choses, les moments incroyables ou banals qui fabriquent une journée ordinaire et en font, pour peu que l'on prenne le temps d'y penser comme Violette venait de le faire, une journée extraordinaire... »

 

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

24/06/20

Collection Hanté : La Maison sans sommeil & L'Amie du sous-sol

Nouvelle collection au titre explicite chez Casterman, découvrez HANTÉ ou la nouvelle niche de lectures d'épouvante ! 

la maison sans sommeil    l'amie du sous som

Au programme : des histoires a priori banales au cours desquelles surviennent des événements hors du commun.

Dans La Maison sans sommeil : Paul vient d'emménager dans une maison qui l'empêche de dormir. Chaque nuit, c'est un concert de grincements et de bruits étranges qui lui font craindre le pire scénario. Obsédé par cette présence invisible, il perd toute concentration en classe et en vient à se confier à ses nouveaux amis qui lui font rencontrer une Pisteuse de fantômes, qui ne craint rien ni personne et lui promet des résultats probants.

Seulement, voilà : l'histoire va prendre un tour inimaginable, avec sensations fortes, scènes flippantes, spirale infernale, spectres menaçants et tutti quanti. Les maîtres du genre en rougiraient presque. Si ! si !

C'est comme dans L'Amie du sous-sol : le jeune Létho s'inquiète de n'avoir plus de nouvelles de sa meilleure amie et se rend chez elle pour comprendre ce qu'il se passe. Or, la mère de celle-ci l'accueille avec des yeux ronds comme des billes et l'envoie balader en priant qu'il ne remette jamais les pieds. Qu'est-il arrivé à Alma ? En fouillant bien, le garçon la trouve dans la miroiterie située à proximité du commerce de sa famille.

Pourquoi tant de secrets ? Là encore, l'escalade dans l'horreur réserve frissons et sueurs froides au lecteur. Mais si c'était le but recherché, bingo : c'est réussi.

L'Amie du sous-sol, de Rolland Auda / La Maison sans sommeil, de Benoît Malewicz

Casterman, 2020

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,