29/06/18

L'Archipel 1. Latitude, de Bertrand Puard

L'archipel LatitudeYann Rodin, bientôt dix-sept ans, est arrêté puis condamné pour des crimes qu'il n'a pas commis. Le garçon clame son innocence - il y a erreur sur la personne car il n'est pas du tout Sacha Pavlovitch mais juste son sosie.
Pire que ça, Yann est en fait le pion interchangeable d'un plan redoutable : une organisation secrète accepte d'effacer un individu de la surface de la planète et de le remplacer par une copie conforme. Hier, adolescent lambda, orphelin ayant trouvé refuge dans un monastère sur l'île de Porquerolles. Aujourd'hui, fils d'un criminel aguerri.
Contre la pression médiatique écrasante et la machine judiciaire en marche, impossible de résister. Le môme est expédié sur une île perdue près de l'Antarctique entre les murs d'une prison ultra sécurisée. Autant dire qu'il vient de tomber dans l'oubli...
De son côté, le vrai Sacha Pavlovitch doit donner le change en prétendant être Yann Rodin et débarque la fleur au fusil dans l'arrière-pays provençal en attendant de retourner à ses affaires crapuleuses. Digne héritier de son père, le gamin est froid et calculateur, jusqu'à son installation dans l'ancien fort militaire en compagnie du vieux prêtre aveugle Aliocha.
Contre toute attente, la quiétude des lieux va apaiser Sasha au point de titiller sa conscience et éveiller une petite pensée pour Yann, injustement sacrifié pour servir des intérêts trop grands. Ça et toutes les révélations à venir, je ne vous raconte pas la machination infernale qui va se déployer...
Et je dis bravo l'ami ! Voilà un scénario malicieux et captivant avec un roman qui se lit d'une traite et attend la suite des réjouissances au plus vite (rdv en août, ndlr). Ceci dit, je n'en espérais pas moins de Bertrand Puard qui avait déjà su me surprendre avec sa trilogie Bleu Blanc Sang ! On retrouve ici un rythme endiablé, des personnages énigmatiques, des ramifications nombreuses, des liens complexes et des dénouements invraisemblables... C'est gros, c'est osé. Mais on accepte le défi et on se glisse dans les méandres d'une vengeance de longue haleine.
Carrément TOP pour les jeunes amateurs de lectures qui procurent des sensations fortes. 

Casterman (2018)

 

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25/06/18

Les Super Méchants Tome 5 : Opération Gaz galactiques, d'Aaron

Cinquième tome des aventures de nos super méchants, qu'on ne présente plus !

Les super méchants opération gaz galactiques

Le Professeur Marmelade a mis le souk avec son Zombator - toute la planète est désormais envahie par des créatures devenues des zombies. Panique générale. L'Agent Foxy a déjà un plan pour contrer l'ignoble individu qui s'est planqué sur la lune : il n'y a plus qu'à voler une fusée ! Mais bien sûr. M. Loup et ses compères ne sont plus à une surprise près. Dans le souci de se racheter une conduite, ils n'ont de cesse d'accepter les missions les plus périlleuses et enchaînent les prises de risque insensées. Cette charmante Miss Foxy est également douée pour rendre chamallow les cœurs les plus endurcis de nos brutes épaisses... mais ceci est une autre histoire.

En avant pour une nouvelle aventure complètement foldingue ! Des ruses toutes plus absurdes, des pirouettes, des crises d'hystérie, des burritos, des prouts et de l'héroïsme à toutes épreuves... Oui, tout ça vous attend dans cette lecture aussi drôle que captivante ! Le programme Apollo peut d'ailleurs renaître de ses cendres : on vient de dégoter une belle brochette d'énergumènes pour se lancer dans la mission de leur vie. Opération intergalactique à mourir de rire ! On rit, mais qu'est-ce qu'on rit !

Je suis définitivement fan - à chaque épisode, c'est la bidonnade assurée ! Une série hautement recommandée pour petits et grands.

Casterman, 2018 - traduit par Emmanuel Gros

PROCHAIN TOME RDV EN SEPTEMBRE 2018 

 

 

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24/04/18

Pêle-Mêle : Un jour avec toi - Tous à vélo ! - Où est mon bébé ? - Tout petit - Pierre et le Loup

un jour avec toi

Ce matin, c'est la joie dans la maison du petit garçon. Toute la famille boucle les valises pour partir en vacances chez les grands-parents : en route pour le châlet en pleine forêt, pas très loin de la mer, à eux les jours qui coulent paisiblement, autour d'un feu de camp ou au cours de paisibles parties de pêche. La lecture est belle et évoque, avec tendresse, comment profiter de chaque instant ensemble.

C'est un album remarquable et intelligent. Il raconte la fragilité du temps qui passe, comment l'employer à bon escient et la préciosité du partage. “Que ce soit un battement de tambour, une moustache qui frémit, qu'il soit perdu ou retrouvé, j'adore le temps que je passe avec toi.”

C'est donc un superbe message d'amour, une histoire fabuleuse sur le bonheur d'être ensemble, un regard sensé sur le temps qui file trop vite ou pas assez... C'est très beau, très poétique et infiniment doux. À méditer.

Un jour avec toi, de Sarah Jacoby

casterman, 2018

==========================

 

tous à vélo

À Véloville, les habitants se déplacent tous à vélo ! Mais rien ne va plus, car la Grande Parade va bientôt commencer et les invitations n'ont pas été envoyées. Pas de souci pour le maire de la ville, qui se charge de prévenir les invités en personne... En avant pour retrouver Monsieur Hippo ou Madame Grenouille, Madame Mésange, la famille Lapins ou Nora l'éléphante. C'est parti pour un cherche & trouve rigolo dans un décor charmant, où règne une effervescence colorée et pimpante.

Comment se lasser d'un album qui invite à plonger son nez en détaillant toutes les pages de bas en haut, de gauche à droite, par peur de louper un détail, ou tout simplement pour répondre aux devinettes qui sont lancées ! ? Je dis banco. Cette lecture réussit à nous embobiner du début à la fin - les illustrations sont adorables. Et la variété des vélos est aussi impressionnante et particulièrement cocasse (cf. le biblio-vélo ou le vélo-botillons). Top !

Tous à vélo ! Un cherche et trou rigolo, d'Alison Farrell

casterman, 2018

==========================

 

où est mon bébé

Vous en voulez encore ? Découvrez dans un registre tout aussi ludique et fascinant un “cherche et trouve” chez les animaux et leurs petits : les perroquets pimpants, la poule et son poussin, le papa paresseux, l'oison minuscule, la discrète rainette, le girafon si mignon, la maman croco... et j'en passe.

Effet “trompe l'œil” assuré ! On scanne chaque double page avec un regard acéré pour retrouver l'enfant et son parent. C'est franchement mignon. Pour vous guider, un texte très rigolo sert également d'ouverture et donne envie de prolonger l'aventure. “Si les escargots ondulent et glissent avec délicatesse, ils ne seront jamais champions de vitesse...” Ha, ha.

Et tant d'autres petites perles à découvrir ! J'ai beaucoup aimé.

Où est mon bébé ? de Britta Teckentrup

casterman, 2018

==========================

 

 

tout petit

J'étais déjà séduite en voyant la couverture illustrée par Ilya Green - album vendu comme « un chant d'amour à la vie, un cadeau rêvé pour tous les bébés », je pressentais que j'allais couler aussi sec entre les pages du livre.

Le rendez-vous est en effet un enchantement : on tourne chaque page religieusement, attentif aux mots, sensible à la prose et au lyrisme ambiant, touché par l'invitation à regarder le monde autour de bébé. On nous rappelle ainsi qu'il y a sur terre une place pour tout le monde, “pour que le monde tourne rond, pour qu'il tourne rond encore très longtemps”.

Oui, c'est merveilleux. Oui, les mots me manquent pour évoquer tout le bien que j'en pense. Oui, cet album s'adresse avant tout aux plus grands. Donc, allez-y.☺

Tout petit, de Marie Sellier & Ilya Green

casterman, 2018

==========================

 

Pierre et le loup

Après toutes ces émotions, penchons-nous sur cette adaptation du célèbre conte de Prokoviev. Pierre vit chez son grand-père dans une maison en bordure de forêt. En dépit des interdictions de son aïeul, le garçon est attiré par les bois où se planque un loup féroce. Ni vu ni connu, Pierre se faufile au-delà de la barrière et croise une cane, un chat et un oiseau. Tous les trois vont se lancer dans une discussion bruyante qui va attirer l'animal tant redouté...

Cette adaptation en bande dessinée peut être une bonne alternative pour se familiariser avec l'œuvre originale - la candeur du garçon, l'insouciance face aux mises en garde, le poids des couleurs sombres et menaçantes, le suspense, le coup de grâce et l'émotion... Bref, tout est bien retranscrit et donne envie d'aller plus loin ! Une approche pertinente, en attendant.

Pierre et le Loup, par Miguelanxo Prado

casterman, 2017 pour la présente édition

==========================

 

15/04/18

Pêle-Mêle : Jamais on n'a vu - Au dodo, petit singe ! - Cherche la p'tite bête ! - Cache-cache myrtille

Jamais on n'a vu

Cette lecture se lit sur l'air de la comptine ♫♪ Jamais on n'a vu... ♫♪ Sauf qu'ici la suite est encore plus savoureuse ! En effet, jamais on n'a vu un canard jouer de la guitare, un ours très gros faire pipi sur le pot, un petit lapin qui fait des beaux dessins ou un énorme chien plonger en slip de bain ! Toutes ces situations détournées sont à mourir de rire : testées et approuvées auprès d'un public enfantin totalement acquis à cette cause. Un album génial et follement cocasse, avec des illustrations tendres et naïves. On adore cette collection.

Jamais on n'a vu... mes comptines à rigoler, de Mimi Zagarriga & Marianne Vicoq

casterman, 2018

===============================

 

Au dodo petit singe

Autre collection étonnante : Les livres magiques de Carles Ballesteros ! (Casterman, 2018)

Des petits albums tout-carton qui produisent un effet saisissant rien qu'à tourner les pages (effet magique, comme promis). Les histoires sont charmantes et les illustrations délicieuses. La collection regorge de titres à parcourir, vite... 

Il est où mon papa ? Il est où mon papa ?  Tu pleures ou tu ris ? Tu pleures ou tu ris ?

 

===============================

 

 

Cherche la ptite bête

Benoît Charlat propose un Cherche & Trouve du genre décalé et rigolo... Pensez donc : au lecteur de retrouver une puce avec une sucette, une mouche qui fait caca, ou une abeille qui mange une glace etc. Autant de petites bêtes déjantées et égarées ci et là, en ville, en rase campagne, dans la maison... Composée exclusivement de photographies, ponctuées de petits dessins cocasses, on s'aventure à bord d'une lecture qui ne manque pas de fantaisie ! C'est TOP. Mais j'étais déjà totalement conquise par la couverture... #loveneverends

Cherche la p'tite bête ! de Benoît Charlat

Casterman, 2018

===============================

 

cache cache myrtille

Et une dernière histoire pour glousser joyeusement dans les foyers : vous ne connaissez pas les règles du cache-cache myrtille ? C'est simple : le bambin compte pendant que le papy court se planquer dans la maison (et il a de sacrées bonnes idées de cachettes). Le temps passe, le papy n'est pas peu fier de ses trouvailles car son petit-fils n'a pas réussi à le démasquer. Enfin, c'était avant de faire un petit tour en cuisine... Le gâteau au myrtille, y'a que ça de vrai ! ☺

Une histoire rigolote avec des flaps à soulever si l'enfant veut lui aussi jouer à cache-cache avec Super Papy. 

Cache-cache myrtille, de Benoît Charlat

casterman, 2018

===============================

 

26/03/18

Mentir aux étoiles, d'Alexandre Chardin

Mentir aux étoilesLéon a 11 ans et fait sa rentrée au collège, sous le regard ému de ses parents... du moins, sa maman ne masque pas son angoisse à l'idée de lâcher son petit dans la jungle hostile. Pour la première fois, le garçon va gérer seul son rapport aux autres et sa concentration en classe. Certes, Léon est un enfant intelligent, à l'esprit vif et éveillé, il est néanmoins facilement distrait. Un vol de papillon, une colonie de fourmis, un battement d'ailes, un python dans les WC, bref un rien l'entraîne dans la contemplation et la rêverie. Ce détail peut déconcerter, mais Léon se défend d'être un garçon comme les autres. Alors, quand les plus grands du collège lui prennent la tête et lui cherchent des noises, l'enfant encaisse puis se rebiffe... rassuré par Salomé, sa nouvelle amie qui porte du rouge à lèvres et des vêtements moulants. Elle n'a peur de rien, ni personne, elle se désigne volontaire pour le protéger, en digne fiancée de pirate ! Au final, c'est une histoire poignante qui nous fait rencontrer un jeune héros au cœur pur, dont l'innocence est bafouée et malmenée par des brutes sans cervelle. Son combat est évidemment empreint d'espoir et insuffle beaucoup de courage, ce qui permet à Léon de grandir, affûter ses armes et évoluer de façon spectaculaire au cours des quelques 200 pages du roman. Au-delà du titre évocateur et sa couverture doucereuse, la lecture nous plonge dans une profonde réflexion sur la différence, la famille et le désir d'émancipation. L'approche est poétique, sans toutefois nuancer le poids des mots et de la souffrance. Globalement, c'est un petit roman qui se découvre avec tendresse... même s'il ne suscite pas non plus un engouement débordant, du fait des émotions trop compactes dans un vaste champ d'action. Je n'ai donc guère ressenti d'implication personnelle et suis restée en retrait, attentive et bienveillante, mais sans élan particulier. Peut convenir dès 9-10 ans. 

Casterman, 2018 / création graphique @Romain Dumas

===========================================

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


16/03/18

La course au bonheur, de Maggie Lehrman

La course au bonheurTraumatisée par la mort tragique de ses parents, dans l'incendie de leur maison, la jeune Ari Madrigal a recours à un sort d'oubli, prodigué par une hékamiste. Dix ans plus tard, c'est son petit ami, Win, qu'elle perd dans un accident de voiture. Anéantie par la douleur, elle fait encore appel aux sorts de l'hékamiste sans avertir ses proches. Le charme opère, mais Ari ne veut pas paraître insensible et donne le change en faisant semblant d'être meurtrie dans sa chair, donc muette et désirant vivre dans sa bulle, loin de tous. Toutefois, pratiquer un sort d'hékamiste engage aussi des effets secondaires. Pour Ari, c'est son corps qui ne répond plus. Quand on est une grande danseuse, admise à une académie prestigieuse de New York, c'est le ciel qui s'effondre sur la tête. À Cape Cod, tous se connaissent depuis l'enfance mais se drapent dans des secrets qui distillent un poison invisible et propagent un mal sournois, hélas à l'origine d'une série de conséquences dramatiques. Avant de mourir, Win avait un urgent besoin d'argent liquide, son meilleur ami Markos a surpris le commerce douteux de sa mère, Kay a fait appel à un sort d'ancrage pour s'attacher ses copines, Diana et Ari ne peuvent plus quitter l'île sans courir un danger, Echo fait du chantage par désespoir, Cal Waters est fidèle à sa réputation de don juan... Tous sont donc enrôlés dans un feuilleton tragique, au charme hypnotisant et vénéneux. Dès les premières pages, j'ai été envoûtée par l'ambiance pleine de mystères et de suspense. On sent le poids des larmes, des événements graves, des non-dits, des remords et des regrets. Cela peut paraître lourd et étouffant, alors qu'en fait c'est captivant. L'auteur a réussi à orchestrer son histoire en faisant planer le doute mais en alimentant constamment la donne par des détails infimes et néanmoins percutants. J'ai plongé mon nez dans les 420 pages du roman, intriguée par les révélations qui allaient en découdre. D'ailleurs, la surprise est totale jusqu'à la toute dernière page ! Un premier roman très habile, passionnant et bouleversant. 

Casterman, 2018  - traduit par Antoine Pinchot {The cost of all things}

=======================================================

 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

06/02/18

Billy Blaireau : Son enlèvement (presque) réussi mais finalement raté, de A.L. Kennedy

Billy blaireauÀ la base, c'est le titre à rallonge et la couverture pleine de détails saugrenus qui m'ont incitée à découvrir cette lecture un peu barge ! Et en effet, le contenu a vite révélé une histoire complètement déjantée. 
Direction la verte campagne écossaise, où se trouve la ferme des affreux McGloone. Chez eux, les lamas et les blaireaux finissent en chaussettes ou en tourtes. Piégée, déprimée et malheureuse, la famille Lama (Brian, Guenièvre, Carlos et Ginalolobrigida) prennent tardivement connaissance de ce triste destin. Quant au jeune Billy Blaireau, kidnappé et jeté dans une cage, il est contraint de porter un short pour s'entraîner durement avant un combat de titans et des paris perdus d'avance. Mais pas d'inquiétude à avoir, car Oncle Shawn est là! Cet amoureux de la nature, en quête d'aventure et d'amis, ne tolère ni la souffrance ni la cruauté. En découvrant ce trafic honteux, notre homme comprend que son heure est venue et lance un grand plan d'action. Chez les McGloone, le temps aussi est compté, les lames sont affûtées et les vilains trépignent d'impatience, tandis que nos bêtes à poils se roulent en boule en se résignant sur leur sort.
Absurde et néanmoins rigolote, la lecture raconte une aventure pleine d'anecdotes burlesques, avec des personnages aux traits grossis et des animaux franchement nigauds. On sent la volonté de partir loin dans un délire à prendre à la légère, même si j'ai parfois trouvé le ton lourd et pesant. Bon point pour les illustrations qui complètent joyeusement cette fable farfelue... laquelle se conclut en dévoilant, mine de rien, les secrets du bonheur  (de la limonade, des hamacs, des flocons d'avoine avec bananes et fraises, du soleil et des gens qui parlent en espagnol) ! Pourquoi pas ? ☺ 

Casterman, 2018 - Traduction de Valérie Le Plouhinec

Illustrations de Gemma Correll / Dès 8 ans.

Résultat de recherche d'images pour "gemma correll uncle shawn" Résultat de recherche d'images pour "gemma correll uncle shawn"

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les Super Méchants (4) : Opération chatons zombies, d'Aaron Blabey

Les super méchants Operation chatons zombiesImaginez une invasion de petits chatons adorables devenus des zombies déchaînés et un cochon d'inde complètement barré aux manettes de ce projet insensé ! Si, si. Les Super Méchants sont appelés à la rescousse pour opposer une farouche résistance au Professeur Marmelade, même si la partie s'annonce difficile.

Nos fringants compagnons ne manquent pourtant pas de ressource - M. Loup, Bill le Reptile, Señor Piranha, Bob l'Enclume et Pixel la mygale ont été engagés pour une double mission spéciale, sous la houlette de la divine Agent Foxy. En premier lieu, notre fine équipe doit approcher la redoutable Mamie Gumbo avec un spécimen de chaton zombie pour tester un précieux antidote. Seulement, la fameuse Mamie Gumbo est également une agitée du bocal. Mieux vaut pénétrer son repaire avec une extrême prudence ! De l'autre côté, nos experts vont espionner leur ennemi en se fondant dans le décor (une île paumée au large de l'océan Pacifique). Tout le succès de leur entreprise repose évidemment sur leur discrétion, la pertinence de leur déguisement et leurs rencontres de passage ! Ah, ah. 

Grande partie de fous rires à l'horizon. Cette série est la définition même de la récréation parfaite. C'est simple, on se marre tout du long - les personnages sont déjantés, les situations complètement absurdes. Les dialogues fusent, les dessins appuient chaque détail sordide. Et la traduction est excellente en assurant ce grain de folie douce. Je suis une FAN indécrottable ! Il est bon de souligner que chaque tome se suit et qu'il est préférable de respecter l'ordre de publication pour apprécier le déroulement de chaque histoire. Merci, merci pour ce rendez-vous incontournable. ☺

Casterman, 2018 - Trad. Emmanuel Gros

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09/11/17

Cinq centièmes de seconde, de Lois Lowry

Cinq centièmes de secondeL'université où travaille le père de Molly lui offre un an pour achever son roman. Profitant de l'occasion, la famille part s'installer à la campagne et loue une maison appartenant à un certain Will Banks. Le vieil homme, attaché à sa terre, livre à l'adolescente son histoire personnelle avec des trémolos dans la voix, mais va surtout lui inspirer ses premiers clichés photographiques et conduire à une passion qui ne faiblira pas. À la maison, l'ambiance aurait pu être meilleure si seulement Molly et sa sœur Meg ne partageaient pas la même chambre. Meg est l'aînée de quinze ans, c'est une jeune fille solaire, toujours entourée d'amis et très à l'aise dans le monde. Contrairement à Molly, sa cadette de deux ans, qui se juge quelconque et transparente. Malgré leur attachement, leur relation n'est pas de tout repos car les deux sœurs ont du mal à se comprendre et se chamaillent pour des broutilles. Toutefois, lorsque les sautes d'humeur de Meg viennent révéler un mal plus profond, c'est toute la vie de Molly qui prend un nouveau tournant. La jeune fille se voile la face et court se réfugier chez Will, avec qui elle parfait sa technique photo, et rencontre ses nouveaux voisins, Ben et Maria, qui attendent un heureux événement.

Cinq centièmes de seconde, c'est le temps qu'il faut pour “figer à jamais une émotion, une image, une révélation”. Et croyez-moi, la lecture de ce roman m'a broyé le cœur. J'ai fondu en larmes alors que l'histoire pressentait le drame et les sanglots, mais voilà, un soir de blues, plus à fleur de peau que jamais, j'ai lâché les écluses. L'histoire est attendrissante, et forcément émouvante. Elle parle de la famille et des relations parfois tendues entre sœurs, surtout à l'adolescence où les passions sont exacerbées et les malentendus nombreux viennent creuser inutilement le fossé. Ce roman, qui date en fait de 1977, dégage aussi une ambiance vintage délectable et dépaysante. J'ai aimé flâner dans cette campagne silencieuse et isolée, regarder à travers l'objectif de l'appareil photo, bêcher le jardin et planter des légumes, admirer la couture du patchwork... C'est une ambiance hors du temps, qui cadre à merveille avec ce portrait de famille tout en délicatesse. Très beau, très touchant.

Et je fais mienne cette citation : « Le temps passe et la vie continue ; il faut bien la vivre. Au bout d'un certain temps, on se souvient davantage des bonnes choses que des mauvaises. Puis, petit à petit, tout ce que le silence a vidé se remplit à nouveau de rires et de mots et les bords ébréchés de la tristesse sont lissés par les souvenirs. »

Casterman, 2017 pour la présente édition (préalablement paru sous le titre “Un été pour mourir” en 1993)

Traduction de Laurence Kiefé [A Summer to Die]

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/11/17

Lotto Girl, de Georgia Blain

lotto girlRéfugiée dans le désert sous une fausse identité, Fern attend qu'on vienne l'exfiltrer. Car Fern est en réalité une ancienne “lotto girl” - une fille au profil génétique haut de gamme. Son sort a été joué à la loterie, du fait des revenus trop modestes de ses parents, qui visaient un avenir meilleur pour leur progéniture. Dès l'âge de cinq ans, Fern a donc rejoint l'institut Halston dirigé par la société BioPerfect pour y suivre une éducation de qualité. Elle y rencontre Lark, Ivy et Wren, également des lotto girls, et est chaperonnée par une gouvernante, Miss Margaret. Fern s'adapte rapidement au rythme des études et comble également toutes les attentes... contrairement à ses camarades, plus en difficulté et rongées par la nostalgie de leur enfance. Le parcours de Fern se découvre au fil des chapitres où s'entrecroisent son présent et son passé. La jeune fille est actuellement réfugiée dans une communauté rudimentaire, où un certain Chimo la prend sous son aile en la traitant de princesse. Fern est cependant sur ses gardes, après avoir été alertée que BioPerfect avait envoyé des espions pour la retrouver coûte que coûte. Et de s'interroger alors sur le cataclysme qui a suscité cette descente en enfer !

J'ai été séduite par cette lecture, dont l'ambiance est hypnotisante à force d'être énigmatique et néanmoins captivante. Rien ne se devine, tout se dessine avec lenteur. J'ai beaucoup aimé, retrouvant dans Halston les esquisses et l'atmosphère de Never let me goFern est une narratrice troublante, pas une rebelle dans l'âme, mais une fille imparfaite, parfois égoïste, et c'est tout à son honneur de ne rien cacher de ses doutes et autres faux pas. Elle est aussi un pion entre les mains des uns et des autres, normal qu'elle repousse farouchement toute forme de contrainte, la privant de son libre-arbitre. Par contre, j'ai été frustrée par le dénouement hâtif et confus. J'aurais préféré une suite, mais Georgia Blain étant décédée en décembre 2016, mes espoirs s'éteignent à leur tour. Je ressens la même amertume que celle inspirée par Version Beta de Rachel Cohen (publié sans suite chez Robert Laffont). Profonds soupirs.

Casterman, 2017 - Trad. Alice Delarbre [Special]

 

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,