03/11/20

Les vieux enfants, par Elisabeth Brami & Aurélie Guillerey

les vieux enfants

Cet album se lit comme un poème !

Bette Davis a dit : « On commence à s'apercevoir que l'on vieillit lorsque le poids des bougies dépasse celui du gâteau. »

Dans cet album, on retrouve l'importance des anciens, leur rôle de transmission, leur passé, leurs forces et leurs faiblesses, le regard que l'on porte sur leurs rides ou leurs cheveux blancs, le lent déclin face à la maladie ou la joie de croquer la vie à pleines dents.

Chaque scènette fait chaud au cœur tant elle révèle une vérité - nous avons tous besoin des uns et des autres. Et cette année aura sans doute semblé plus importante que jamais pour aborder cette lecture. Cette année nous aura rappelé combien il faut prendre soin des plus fragiles, combien l'absence aussi est une plaie à l'âme et pourquoi il faut apprendre à “grandir chaque jour, chaque heure, vivre longtemps et en douceur, devenir vieux sans avoir peur”.

« Inventons un monde chaleureux de mots, de gestes affectueux.
Car nous, les vieilles et les vieux, on vous aimera autant qu'on peut. »

Une lecture pleine d'amour, qui crie la tendresse et l'urgence d'aimer sans attendre ! Moi je trouve que c'est tellement beau. Si touchant. ♥

Les illustrations d'Aurélie Guillerey sont toujours pleines de malice et de naïveté. Elles enveloppent les mots d'E. Brami d'un emballage précieux et raffiné. C'est aussi un bonheur pour les yeux. 

Et n'oubliez pas d'offrir ce livre à vos enfants et à vos parents !

Albums Casterman / 2020

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19/10/20

Pêle-mêle Albums : Gaston Grognon C'est la fête ! - Que fait mon chat quand il est seul chez moi ?

Gaston grognon cest la fete

En recevant son invitation pour la fête de Porc-Épic, Gaston fait grise mine car il déteste danser. Plus précisément, il ne sait pas danser. Ses amis le persuadent d'apprendre quelques pas pour ne pas se priver d'un tel événement. Et allons donc...

Un peu de samba avec l'autruche, du boogie-woogie avec les babouins, du rock avec les rats musqués ou du cha-cha-cha avec le paon ! Le carnet de bal de Gaston est rempli. Et désormais, il a le rythme dans la peau. En avant pour une fiesta mémorable.

Mais sur place, encore une fois, Gaston Grognon fait des siennes.

Pour sauver l'ambiance, Porc-Épic a heureusement tout prévu : un buffet extraordinaire, des jeux par milliers, de la musique et des décorations sublimes... Une fête, ça se crée. Ça se peaufine. Ça se déguste. Et surtout, ça permet de passer un bon moment entre amis.

Ce deuxième album mettant en scène GASTON GROGNON est encore plus désopilant et savoureux. L'humeur chafouine de notre héros permet de casser l'image parfois trop lisse des histoires enfantines. Gaston n'est pas un rigolo et aime beaucoup râler. Mais il se montre aussi loyal et attentif envers ses proches. On ne peut que l'aimer pour son caractère aussi entier ! ♥

Gaston Grognon : C'est la fête ! de Suzanne Lang & Max Lang

Casterman, 2020 

***************************

que fait mon chat

Quand vous quittez votre maison, est-ce que votre chat dort toute la journée sur le radiateur ? Ou préfère-t-il le confort douillet d'un tiroir à vêtements ? Ou pense-t-il trouver l'inspiration dans votre sac de sport ? À moins de se planquer sous les coussins du canapé ? Ou simplement se planter près de vos chaussures ?

Votre imagination déborde ? Alors, supposez qu'il avale du popcorn devant des dessins animés ou barbote dans la baignoire ou glisse la rambarde de l'escalier sur un skate ou suppose être le nouveau Picasso !

TOUT. EST. POSSIBLE.

Cet album est plein de surprises et de promesses : il n'y a qu'à soulever les rabats pour s'offrir deux options de lecture. C'est toujours très drôle et efficace comme concept ! Les jeunes lecteurs se sentent propulsés au cœur des délires et laissent voguer leur sens de l'observation. Très sympa.

Que fait mon chat quand il est seul chez moi ? de Paule Battault & Charline Picard

Casterman, 2020

***************************

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14/10/20

L'année de grâce, de Kim Liggett

L'année de grâce

Cette lecture est terriblement austère et âpre ! Purée. Je n'avais rien anticipé et je ne m'attendais pas à une telle claque. Ça laissera des traces, c'est sûr.

Premier point positif, j'ai trouvé l'écriture très, très belle. Je ne me lassais pas des descriptions des fleurs et des forêts. J'étais comme envoûtée alors que rien n'était charmant autour. L'histoire est tellement sombre et lugubre. Elle raconte la destinée de jeunes femmes qui sont accusées de “posséder de la magie dans leurs corps” - un simple bouillon hormonal susceptible d'effrayer le mâle en puissance. D'où cette expérience de vivre en retranchement, en mode survie, pour trouver sa place dans la société. Au choix : devenir une épouse ou une domestique.

Mais cette vie en autarcie n'est pas simple non plus. La cohabitation est difficile, les conditions de vie sont extrêmement rigoureuses. Question solidarité : bof bof. C'est peu de dire que l'ambiance n'est pas à la fête. Certains passages se révèlent sacrément cruels et rudes. Dans le fond, c'est bouleversant aussi. Mais on s'accroche et on s'attache au sort de Tierney, l'héroïne qui se moque des traditions et qui remet en cause le mariage. Elle vient de fêter son seizième anniversaire et part s'isoler dans un camp pour son année de grâce.

L'année sera longue et compliquée. Déterminante. Les mises à l'épreuve se chargeront de chambouler les acquis, les idées et les idéaux. La rencontre avec Ryker viendra brièvement adoucir ce climat très lourd (on ouvre aussi le chapitre des braconniers, ahem ahem, c'est glauque). Ceci dit, le livre n'a nulle vocation romantique et c'est tant mieux. Ça dégouline de violence, de drames et de danger. Un pur condensé de The Handmaid's Tale + The Hunger Games + Lord of the Flies = OUCH.

Bon point pour cette ambiance rugueuse que j'ai beaucoup aimée. La fin aussi est touchante et vient conforter mon impression positive. Celle d'avoir lu un roman fort et remarquable. Une incroyable découverte !

Casterman, 2020 - Traduit par Nathalie Peronny

 

« Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit. Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté. Pourtant, je ne me sens pas magique. Ni puissante. »

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

08/09/20

La rumeur qui me suit, par Laura Bates

la rumeur qui me suitAnna et sa mère s'installent dans une petite ville en Écosse pour un nouveau départ... la mort du père, le harcèlement scolaire dont l'adolescente a été victime. C'est donc une fuite vers l'inconnu pour toutes les deux. Anna s'inscrit au lycée sous une nouvelle identité et cherche à raser les murs pour ne pas attirer l'attention. Sauf que les regards vont rapidement se tourner vers elle.

Lorsque son passé revient brutalement lui rappeler que ses démons sont toujours là, Anna n'a pas le temps de dire ouf que la spirale infernale l'entraîne dans son tourbillon. Quel cauchemar. L'acharnement déployé à la briser est sidérant. Vraiment flippant. Plus d'une fois j'avais envie de dire stop à la masse grouillante et imbécile qui condamne un simple moment d'égarement... (la fille avait envoyé une photo dénudée à son petit copain mais son intimité a été bafouée en devenant virale).

C'est triste et affligeant. Car le phénomène prend une ampleur terrifiante avec les réseaux sociaux. On vit dans un monde qui ne tourne plus rond. Pfff !

En parallèle on suit également une vieille histoire de chasse aux sorcières car la maison qu'occupe Anna aurait abritée l'une d'elles. En retrouvant ses affaires abandonnées dans le grenier, Anna va enquêter pour connaître sa destinée. Et montrer que les femmes - trop libres ou différentes des autres - sont depuis toujours des victimes incomprises.

Ce cadre fantastique apporte une touche magique et fascinante à cette lecture qui inspire avant tout un mélange de colère, d'agacement et de fatalisme. Mais ce roman est absolument indispensable dans tous les collèges et lycées !!! « C'est vous qui avez fait de moi une traînée. Vous tous. Je n'ai rien à voir là-dedans. »

Casterman (2020) - Traduit par Céline Laurent

Titre VO : The Burning

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/07/20

Violette Dupin et le jour perdu (Starfell #1), de Dominique Valente

Starfell Violette Dupin

Voilà un charmant petit roman avec pour héroïne une jeune sorcière qui pensait n'avoir aucune utilité car elle a hérité d'un don quelconque (retrouver des objets perdus) mais sa rencontre avec la puissante Moreg Vaine va tout bouleverser !

En effet, celle-ci réclame son assistance pour une mission de la plus haute importance : un fait étrange est survenu dans le monde de Starfell et nul ne semble avoir souligné son état d'urgence. Pourtant, la journée du mardi a bel et bien disparu. Envolés tous les souvenirs liés à cette date ! Pourquoi, comment ? Moreg convainc Violette qu'elles doivent toutes deux partir sur le champ pour contre-attaquer.

Chose promise, chose due : la lecture nous entraîne dans un tourbillon de rencontres et de décors fantastiques. Imaginez un dragon éploré parce que sa moitié a mis les voiles après avoir égaré leur œuf prêt à éclore ! Sans oublier le monstre sous le lit, alias Oswin le kobold qui rouspète tout le temps et ne filtre aucune de ses paroles ! ...

Le roman fait vraiment la part belle à l'imaginaire en mixant humour, personnages cocasses et péripéties pleines de rebondissements. Si l'ensemble offre un aspect guilleret, le contenu n'en reste pas moins très sérieux avec un monde à sauver contre un adversaire redoutable. Et cette chère Violette aussi va prendre du galon et surtout gagner en confiance alors qu'elle était continuellement dévalorisée par sa famille.
Oui, vraiment c'est léger, distrayant et ravissant. Très, très chouette à lire.

Casterman, 2020 - Traduit par Anne Guitton

« Elle prit soudain conscience d'une chose terrible : les naissances, les décès, les mariages, les enterrements, les disputes... c'était tout cela qui avait disparu. Les grandes et les petites choses, les moments incroyables ou banals qui fabriquent une journée ordinaire et en font, pour peu que l'on prenne le temps d'y penser comme Violette venait de le faire, une journée extraordinaire... »

 

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


24/06/20

Collection Hanté : La Maison sans sommeil & L'Amie du sous-sol

Nouvelle collection au titre explicite chez Casterman, découvrez HANTÉ ou la nouvelle niche de lectures d'épouvante ! 

la maison sans sommeil    l'amie du sous som

Au programme : des histoires a priori banales au cours desquelles surviennent des événements hors du commun.

Dans La Maison sans sommeil : Paul vient d'emménager dans une maison qui l'empêche de dormir. Chaque nuit, c'est un concert de grincements et de bruits étranges qui lui font craindre le pire scénario. Obsédé par cette présence invisible, il perd toute concentration en classe et en vient à se confier à ses nouveaux amis qui lui font rencontrer une Pisteuse de fantômes, qui ne craint rien ni personne et lui promet des résultats probants.

Seulement, voilà : l'histoire va prendre un tour inimaginable, avec sensations fortes, scènes flippantes, spirale infernale, spectres menaçants et tutti quanti. Les maîtres du genre en rougiraient presque. Si ! si !

C'est comme dans L'Amie du sous-sol : le jeune Létho s'inquiète de n'avoir plus de nouvelles de sa meilleure amie et se rend chez elle pour comprendre ce qu'il se passe. Or, la mère de celle-ci l'accueille avec des yeux ronds comme des billes et l'envoie balader en priant qu'il ne remette jamais les pieds. Qu'est-il arrivé à Alma ? En fouillant bien, le garçon la trouve dans la miroiterie située à proximité du commerce de sa famille.

Pourquoi tant de secrets ? Là encore, l'escalade dans l'horreur réserve frissons et sueurs froides au lecteur. Mais si c'était le but recherché, bingo : c'est réussi.

L'Amie du sous-sol, de Rolland Auda / La Maison sans sommeil, de Benoît Malewicz

Casterman, 2020

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/04/20

Aurora Squad (The Aurora Cycle #1), par Amie Kaufman & Jay Kristoff

Aurora SquadLe jeune Tyler Jones avait toutes les clefs en main pour une brillante carrière de chef d'escadron. Le meilleur de sa promotion. Mais le jour de son affectation, Tyler prête secours à un vaisseau en errance à bord duquel se trouve le corps cryogénisé d'une certaine Aurora Jie-Lin O'Malley. Elle non plus n'était pas préparée pour se réveiller quelques 200 ans plus tard ! Ce qu'elle découvre dans cet univers de galaxie déchirée par des enjeux politiques dépasse son entendement.

Revenons aussi au cas de Tyler. Son retard ne lui a pas permis d'établir une équipe de choc (il se retrouve à la tête de marginaux qu'aucune section ne rêvait d'avoir). Précision : ils ont tous énormément de potentiel mais avant tout un caractère ingérable ou un passé tendancieux. Leur première mission n'est d'ailleurs pas très excitante (se rendre sur une base lointaine pour fournir des denrées de première nécessité). À bord, outre les personnalités qui s'affirment, de grandes surprises vont clouer le bec à tout l'équipage.

Ce roman, c'est donc un bon mélange d'humour et d'action avec un casting haut en couleur où chacun tire son épingle du jeu par sa spécialité, ses boutades, son mystère ou son aura. Et comme les narrateurs varient au fil des chapitres, la lecture permet un joli tour d'horizon dans ce grand chantier de cachotteries. Agréable surprise donc (davantage qu'avec la série Illuminae). Bon... c'est vrai qu'il y a encore des détails balourds comme ce gaillard de Kal qui dégouline de fascination pour Auri tout en affichant une mine impénétrable. Ce sont des points maladroits ou convenus exprès pour toucher le public jeunesse. Moi je ne mords pas à l'hameçon 😋 mais ça ne m'empêche pas d'avoir passé un bon moment !

500 pages palpitantes en rebondissements et émotions. Check baby, check. 

Casterman (2020)- Traduit par Emmanuel Gros

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14/03/20

The Kingdom, de Jess Rothenberg

THE KINGDOMThe Kingdom est un immense parc d'attraction visant à offrir rêve et évasion au public. Les visiteurs sont également accueillis par des Fantaisistes - en apparence ce sont des jeunes filles belles et serviables mais en vérité ce sont des espèces hybrides, mi-humaines mi-robots, en cours d'expérimentation.
Car rien n'est véritablement tout beau tout rose dans ce royaume de la perfection ! L'une des Fantaisistes est aujourd'hui accusée d'un crime (avoir assassiné un Surveillant). Le procès va débuter, les interrogatoires s'enchaînent et Ana livre calmement une (partie de la) vérité.
Car Ana et ses sœurs n'étaient finalement pas si malléables et pouvaient se révéler farouches et sensibles à leur environnement. Par contre, dès que cette anomalie se produisait, elles disparaissaient mystérieusement de la circulation. D'où Owen.
Membre du personnel, le jeune homme n'est jamais loin et intrigue par son comportement parfois sauvage parfois compatissant. Ana ne sait pas quoi penser de lui. Au fil du temps, pourtant, elle devient de moins en moins insensible à ses approches et n'hésite plus à se confier.

Voilà, voilà. J'y ai cru, et puis bof... Lecture survolée sans la moindre excitation. On retombe vite dans un scénario sans surprise et bancal. Malgré les tentatives de brouiller les pistes, l'issue coule de source (oh oui... tellement évidente !). Je n'ai pas bien compris non plus les allusions louches qui surgissent dans l'audience d'Ana (le sort des Fantaisistes... les brimades subies, leurs attitudes consensuelles ou faussement arrangeantes). De toute façon la structure narrative n'est pas très cohérente (longueurs, banalités, violences incongrues), en plus de quelques percées poétiques ou philosophiques... ça zigzague pas mal et ceci me laisse perplexe. 

En bref, véritable patchwork de références, ce roman n'inspire qu'une impression de fourre-tout pas très convaincant. Suis déçue.

Casterman, 2020 - traduit par Corinne Daniellot

 

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/03/20

Moi, Cosmo par Carlie Sorosiak

moi cosmo

Tous les amoureux des chiens comprendront l'émotion du roman ! On y trouve en effet beaucoup de tendresse et d'amour dans cette histoire entre un petit garçon et son Golden Retriever. Avis aux plus sensibles, le syndrome Marley and Me ne frappe pas les pages de ce livre.

Pourtant, Cosmo est un chien vieillissant et aujourd'hui il s'inquiète pour sa famille où les parents vont divorcer. Cela veut dire séparation, garde disputée et éloignement. Sentant que les jours sombres approchent, Cosmo va entraîner le jeune Max dans un concours de danse avec la complicité de son Oncle Reggie.

L'histoire est également racontée d'après le chien, témoin impuissant des chamailleries et des tensions qui empoisonnent la vie à la maison. En même temps Cosmo comprend aussi que ses hanches sont douloureuses, que sa vue baisse, que ses réflexes sont plus lents... Il fait des efforts pour se motiver (et s'imagine dans Grease son film fétiche). Parfois son cœur s'emballe et Max l'enveloppe de sa compassion. Le lien entre eux est fort. On sent toute la bienveillance de l'auteure aussi (ses remerciements à la fin rappellent que nous sommes des humains exceptionnels d'aimer notre animal de compagnie avec une telle dévotion).

Oui ! c'est un petit roman simple et vite lu. Cependant, je me prosterne devant Carlie Sorosiak pour la bénir d'offrir un roman aussi vrai, aussi pur, aussi attendrissant. Il y a des mots, des phrases qui disent beaucoup... « Avec lui, pour lui, j'ai l'impression que je pourrai courir jusqu'à la fin des temps. »

Casterman, 2020 - Traduction d'Alice Delarbre

#alwaysinmyheart

Mon chien

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20/01/20

Faites attention à moi, par Alyssa Sheinmel

Faites attention à moiHannah est internée « pour son bien et celui d'autrui ».
Seule dans sa chambre, elle ressasse les dernières semaines au cours desquelles elle a suivi un stage de renforcement pour sa rentrée universitaire. Hannah s'était liée d'amitié avec sa colocataire Agnès et était tombée amoureuse d'un certain Jonah. La suite est assez floue, ou disons qu'elle est rapportée de manière décousue.
On apprend partiellement que son amie est hospitalisée, mais ne tendez pas l'oreille pour obtenir une explication, c'est encore trop tôt.
On pourrait penser qu'elle n'est pas étrangère au drame sauf qu'on ne peut pas la bousculer car la jeune fille est en plein déni. Son cerveau est en bouillie - un magma de délires et de sursauts lucides. On y plonge les deux mains jointes et on patauge sans savoir où on va. C'est très perturbant. Hannah ne comprend pas non plus ce qu'on attend d'elle ni pourquoi son entourage ne lui permet pas de sortir. Elle n'a pas l'air de raconter des mensonges, simplement elle ne mesure pas la gravité de son cas.
Du moins... espérons, car Hannah est une fille très intelligente, avec une vivacité d'esprit et parfois une cruauté qui rendent sa personnalité encore plus impénétrable !
Après lecture, on réalise qu'il ne suffit pas de diagnostiquer les troubles psychologiques chez une personne, il faut surtout accompagner le patient pour qu'il accepte sa maladie et demeurer attentif à chaque petit pas accompli. Seulement, voilà : Hannah étant une narratrice à double tranchant, elle inspire beaucoup de distance et de détachement... pas facile de s'émouvoir. En comparaison de Flora Banks, ça manque de poésie par exemple.
Autre frustration, ce n'est pas du tout un thriller (promesse vendue à tort) ! Machiavélisme, tension et suspense... que nenni. Je me suis sentie flouée !

Casterman, 2019 - Traduit par Corinne Daniellot

 

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,