16/06/16

Maudit manoir, Cocktail de saveurs, de Paul Martin & Manu Boisteau

Maudit Manoir

Drôle de quotidien au Maudit Manoir ! Entre les tâches ménagères, les factures à payer, le frigo à remplir, les expériences scientiques à conduire, nos monstres assaisonnent toutes les situations ordinaires à leur sauce (excessive et abominable).

C'est souvent beurk, proche de l'impensable, comme la visite médicale de Hans, qui se plaint d'un petit mal de dent, et qui va être décortiqué de fond en comble, tripes et boyaux à l'air... erk ! Notre ami n'aura plus que ses yeux pour pleurer.

Heureusement, le ton général est à l'humour. Dracunaze, Bernard le loup-garou, le professeur Von Skalpel, l'Horreur des marais, Céleste le fantôme et la baronne Béatrice se débattent pour résoudre leurs problèmes d'intendance et font souvent preuve d'une imagination débordante.

De l'art de faire place nette, de recycler les rats de laboratoire en terrine aux herbes, de tester l'instinct du ventre (avec pizza à l'appui), de trouver le voleur de porcelaines, de jouer au cerf-volant, de débusquer dans l'annuaire la formule qui transforme le plomb en or, de réparer la fuite du toit ou de déblayer la neige devant la porte... 

Les situations saugrenues s'enchaînent dans des séquences courtes, efficaces et irrésistibles. L'univers dépeint est bariolé, un peu criard, les créatures sont laides et vilaines. Une lecture simple, mais impayable. On se marre bien chez les monstres ! 

Casterman, juin 2016

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


20/05/16

Les Rêveries d'un gourmet solitaire, de Jiro Taniguchi & Masayuki Kusumi

Les rêveries d'un gourmet solitaire

Magnifique ! Vingt ans après les pérégrinations du gourmet solitaire (qui bénéficie pour l'occasion d'une réédition) on retrouve ce cher Gorô qui, par son activité de représentant, voyage de ville en ville et s'en va toujours en quête de petites gargotes où il pourra manger seul et avec appétit. Car notre gourmet n'a pas usurpé son titre. Il aime tester de nouvelles expériences culinaires, retrouver d'anciennes saveurs et faire vibrer sa corde nostalgique. Il est curieux de tout, même si chacune de ses approches vers de nouvelles adresses se soldent aussi par un instinct de précaution et une brève hésitation. Pourtant, rarement notre homme sortira frustré de ses découvertes ! Et celles-ci seront toutes plus savoureuses les unes que les autres. Il faut le voir parcourir avec envie les cartes des restaurants, sélectionner ses mets et s'attabler avec excitation dans l'attente du festin. Avant de plonger avec voracité dans sa dégustation, il contemple toujours ses bols et ses assiettes avec admiration et appétence. Puis, il part à l'assaut. Il bondit, il avale, il goûte, il commente, il se remplit la panse jusqu'à n'en plus pouvoir. Une coutume, d'ailleurs, veut qu'au Japon certains restaurants font payer des pénalités si vous ne finissez pas votre assiette. Lorsque vous vous invitez chez quelqu'un, vous vous devez de lui faire honneur en ne laissant pas une miette du repas. C'est une forme de respect pour la nourriture et la personne qui la prépare. Aucun souci pour Gorô qui se repaît jusqu'à satiété et frise souvent l'orgasme gustatif. C'est épatant. On le regarde s'empiffrer avec délectation, on en salive presque derrière notre bouquin !  C'est comme s'il était « en roue libre dans le sésame, les feuilles de moutarde, le gingembre rouge, les nouilles râmen, la soupe et le riz, il nage dans l'épicurisme jusqu'à ne plus avoir pied. Les calories, les régimes, la retenue sont laissés sur le quai, c'est aussi pour cela qu'on l'aime. Il nous allège l'âme. » (postface de Yôko Hiramatsu)

Cet ouvrage montre combien la nourriture est aussi un art de vivre, en plus d'une nécessité terrestre. Les sensations, les émotions sont perceptibles, vivaces et sensuelles. Chaque repas relève d'un cérémonial très pointilleux, au-delà de la simplicité du bonhomme. C'est avant tout un esthète, en plus d'être un fin gourmet. Mais jamais snob. Gorô privilégie les petites cantines conviviales et familiales, qui ne servent pas d'alcool et qui respectent aussi bien les traditions tout en explorant des territoires méconnus. Lors de son passage à Paris, Gorô se rend dans un quartier populaire pour y déguster un couscous, où il retrouve les trois points qui font tourner son monde - du riz, un accompagnement et une soupe. « Quand ces trois piliers sont réunis, c'est Nippon où que vous soyez dans le monde ! »

Casterman, collection Écritures - mars 2016

« Je joue des baguettes avec application dans ma sériole et mon riz devient quintessence du repas. »

 

À signaler la parution chez Casterman, début juin, de L'art de Jirô Taniguchi

L'Art de Jirô Taniguchi

Jirô Taniguchi incarne à lui seul la diversité de la création en bande dessinée. Cet artbook est un panorama de cette diversité et un portrait de l'artisan qui se mue au fil du temps en Auteur au sens le plus fort du terme. Si les travaux du maître sont régulièrement exposés (d'abord à l'abbaye de Fontevraud puis à Angoulême et aujourd'hui à Versailles), son art demeure diffcile à définir. Ce livre paraît aussi pour mieux donner à voir l'alliance rare de retenue et d'efficacité, de délicatesse et de clarté, au cœur de l'œuvre de Jirô Taniguchi. (prés. de l'éditeur)

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09/03/16

C.R.A.S.H. Tome 1: Tsunami City, de Poipoi & Hervé Bourhis

CRASH

A Towerville, les super-héros n'ont plus droit de cité et ont obligation de rentrer dans le rang, sitôt qu'ils sortent de prison (eh oui... condamnation générale suite à un fiasco qui hante encore les mémoires des habitants). Felipe Lazare tente donc de reprendre une vie normale, lorsqu'il est convoqué par le jeune Edouard Kemicol, le fils du célèbre industriel richissime, pour son nouveau projet secret : ouvrir une école pour les enfants mutants (C.R.A.S.H, Collège réservé aux super-héros), avec la complicité de sa tante, la pétillante Lucida Italic, chargée du recrutement via son agence Paranormax. Mais Lazare a tiré un trait sur son passé, du moins c'était avant d'apprendre que son ancien ennemi, le squelette ambulant, Katacomb, a réussi à s'échapper de sa cellule et vient de kidnapper une fillette, Esther, une jeune métamorphe recherchée par les services sociaux, depuis sa disparition de son foyer d'adoption. Autre menace pour Towerville, Katacomb a carte blanche pour noyer le vieux cimetière gothique, afin d'assouvir l'ambition de Kemicol (père), et s'y emploiera sans scrupule, on s'en doute.

L'histoire est conduite sans temps mort, après une introduction dans les règles de l'art, impliquant la présentation des personnages, parfois caricaturaux, et l'atmosphère d'une ville rongée jusqu'à l'os par le pognon et les cyniques. On retrouve sans problème l'influence du comics, en comptant aussi sur cette touche d'humour et les situations d'orientation burlesque, qui rendent la lecture si plaisante. L'aventure coule en cascade, sur un scénario basique, bien ficelé, et des dessins clairs et simples, très convaincants, qui surfent également sur cette dualité - action et fantaisie - en distillant autant de bonne humeur que d'adrénaline. Pleine de pep's, de malice et de légèreté, la lecture, au rythme entraînant, assure un divertissement gentillet et attachant. J'attends la suite ! ;-)  

♦♦♦ Casterman / Mars 2016 ♦♦♦

 

SOURCE : Casterman

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11/02/16

Boca Nueva, Tome 1 : Soufre, de Sylvain Almeida et Youness Benchaieb

Boca Nueva

À Boca Nueva, le jeune Ese va trouver du travail à coup sûr. Un petit emploi peinard, sans histoires. 
Ce n'est pas à lui qu'on confierait une enquête impossible et dangereuse aux côtés du flic le plus irascible de la ville.
Non, clairement pas...

La police de Boca Nueva est dans tous ses états, depuis l'incident dramatique sur le port, où lors d'un contrôle de routine, une explosion a coûté la vie du collègue de Riggs. Depuis, notre vieux briscard s'oublie dans l'alcool et les bagarres, tout juste s'intéresse-t-il à son nouveau partenaire, le très discret Ese, à peine débarqué de sa campagne et imaginant décrocher un boulot peinard aux archives, comme son cousin. Las, une rude affaire va entraîner ce duo atypique vers les arcanes douteuses des trafics mafieux et des magouilles politiques. Logés au premier rang, Riggs et Ese vont tremper dans des eaux troubles et avoir chaud aux fesses ! ;-)

Cette nouvelle série a été une totale surprise, ma foi agréable et décapante. On pénètre dans un univers original et bigarré, où se mixent des influences de tous horizons, qui vont du polar à la fantasy, en passant par les romans de cape et d’épée. Un chouette cocktail, assez curieux mais particulièrement goûteux une fois qu'on a avalé plusieurs gorgées. L'histoire ne manque effectivement pas de ressorts et nous embarque sur des sentiers savonneux où l'on s'y casse la nénette, et pas seulement par maladresse. Ça cogne dur et sec, ça envoie dans les roses et ça ne fait pas semblant de zigouiller. Cela se passe comme ça, à Boca Nueva, une cité corrompue jusqu'à l'os, sans aucune valeur morale à tenir en exemple. Et malgré cette présentation peu avenante, l'histoire est fabuleusement cocasse, notamment grâce au tandem infernal, dont les interactions sont explosives et les dialogues mordants. Le scénario tient la route, sans être révolutionnaire, son intrigue capte l'intérêt et cultive suspense et rebondissements à bonnes doses. Il a, de plus, trouvé un écrin de choix parmi des dessins au style moderne et extrêmement détaillé. Résultat, ce premier tome laisse présager une suite d'aventures amusantes et enlevées.

CASTERMAN / Janvier 2016

  

  

SOURCE : Casterman

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08/01/16

Dans les bois, par Emily Carroll

IMG_5640

Amateurs de lectures frémissantes, voici pour vous une anthologie qui ne manquera pas de vous surprendre ! 

Une jeune fille passe les vacances chez son frère et sa fiancée, qui est d'apparence douce et attentionnée, avant de révéler une part plus sombre et effrayante. Durant son enfance, après s'être perdue dans la forêt, celle-ci a attendu seule dans une grotte pendant trois jours. Un drame non sans conséquence, dont la révélation vous fichera une frousse bleue et vous laissera également sans voix. Brrr... Les histoires qui suivent donneront également la pétoche, en vous racontant comment une écolière qui joue les apprentis spirites va être possédée par un esprit malin, ou le mystère de jeunes filles qui disparaissent la nuit, attirées par une cabane perdue dans la neige. Dans  une atmosphère terriblement oppressante, non sans évoquer l'influence des contes gothiques, à la Edgar Allan Poe, Neil Gaiman ou façon frères Grimm, Emily Caroll nous livre ici un sortilège de 5 contes horrifiques à faire dresser les cheveux sur la tête. La lecture est plus qu'angoissante, elle est carrément éprouvante, mais vous transporte dans un imaginaire fabuleux et fascinant. Les décors y sont sans fioriture, les couleurs neutres, seule une touche écarlate surgit sans prévenir, comme pour conforter cette sensation de malaise et d'épouvante. Alors que j'étais confortablement installée sous la couette, j'étais loin de me sentir en sécurité, hésitant même à éteindre les lumières pour m'endormir ! C'est vous dire si cette lecture est obsédante, frappée de folie, de passion, d'horreur et de tourment. Elle alimentera sans nul doute vos nuits de cauchemars préoccupants et continuera de vous hanter un petit bout de temps... ;-)

Casterman / Janvier 2016

IMG_5641   IMG_5642

IMG_5643   IMG_5644

IMG_5645

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


07/10/15

Bouche d'Ombre, Tome 2 : Lucie 1900, de Carole Martinez & Maud Begon

IMG_5220

La suite de Bouche d'Ombre Lou 1985, la tétralogie fantastique co-signée par la romancière Carole Martinez et la dessinatrice Maud Begon ! 

Lou n'en a pas fini avec ses fantômes quand elle réalise qu'une silhouette sans visage la poursuit dans la rue. À peine le temps de fouiller dans les histoires de famille qu'elle découvre un secret concernant son aïeule Lucie. Ses séances d'hypnothérapie reprennent et la plongent dans le Paris de 1900 et sa célèbre Expo Universelle au cours de laquelle Lucie rencontre Jean, un scientifique proche du couple Curie.

Cette lecture continue d'être un véritable enchantement et confirme ses promesses après un début déjà fort intrigant. Dans un univers empreint de spiritisme, de fantômes, de voyages dans le temps, sur fond d'histoire d'amour et de famille, la BD a tous les atouts pour captiver notre intérêt. C'est aussi une belle peinture de l'époque, la mise en avant de la révolution scientifique, la difficulté pour les femmes d'avoir accès à l'éducation (hommage rendu au député Camille Sée qui a institué les lycées publics pour jeunes filles) et la fringale collective d'une société avide de nouveautés (la spirite émérite Eusapia Palladino fait sensation). Tout ça pour dire que la lecture est à la fois excitante, enrichissante et instructive, mais se termine sur un déchirement pour notre « passeuse silencieuse ». J'en ai encore des frissons ! ... Et j'apprécie beaucoup, beaucoup les dessins de Maud Begon, les jeux d'ombre et de lumière, l'impression de flotter dans l'espace et de tromper les apparences. 

Casterman / Avril 2015

IMG_5227

IMG_5224

 

☠-☠-☠-☠

Rendez-vous, tous les mercredis d’octobre, pour la BD de la semaine avec le #Challenge Halloween ! 

Challenge Halloween 2015Résultat de recherche d'images pour

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

30/07/15

La Renarde, de Marine Blandin & Sébastien Chrisostome

IMG_4497

Oyez, oyez, les lecteurs accros aux lectures décapantes, vous allez vous délecter avec cette Renarde sournoise, qui tourne en bourrique le poulailler et la faune environnante. Le ton est particulièrement féroce (elle croque tous les bébés lapins et rend dépressive leur maman), parfois graveleux et grossier (elle se moque vertement du chien de garde et du chasseur). L'humour est donc sacrément irrévérencieux et obscène, mais malgré tout jouissif, il n'y a qu'à croiser le loup déglingué, qui suinte la mort, ou Kevin le cheval qui rêve d'aventures (et est trop gras et lourd pour s'échapper du pré en passant par le portillon ouvert)... C'est à mourir de rire ! Les ados de la maison en sont particulièrement friands, et je dois dire qu'ils ont du nez en la matière ! La dernière BD à nous avoir autant faire rire, c'était Coucous Bouzon d'Anouk Ricard. ;-)

Résumé de l'éditeur (tout simplement alléchant) : Amis des bêtes, passez votre chemin ! Amoureux des lapereaux mignons, des fermiers sympathiques ou des chiens de gardes efficaces, cet album n est pas pour vous. Car la Renarde, monstre de drôlerie, obtient toujours ce qu'elle veut, quoi qu'il en coûte à ses adversaires ! Cette pro de l'arnaque au pelage chatoyant met sens dessus dessous la petite communauté rurale qui l'entoure. Elle mange les bébés de madame lapine, bouffe les poules du fermier et les fait tous tourner en bourrique... même Kevin le cheval. Un personnage à la malice méphistophélique qui aligne les gags à la mécanique parfaite. Ne vous fiez pas à leur graphisme tout en rondeur, Marine Blandin et Sébastien Chrisostome distillent un humour au cynisme implacable. En refermant l'album, il y a de bonnes chances que vous murmuriez à vous-même : « quelle saloperie cette renarde, tout de même... »

Ah, ah ! ☺ ♥

Casterman / Professeur Cyclope - Mai 2015

IMG_4498   IMG_4499

IMG_4500   IMG_4501

IMG_4502   IMG_4503

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

La Main heureuse, de Frantz Duchazeau

IMG_4477   IMG_4478

Apprenant que leur groupe mythique donne un concert à Bordeaux, deux potes parcourent 100 bornes, en mob, pour s'éclater sur la Mano Negra en live. Leur échappée est aussi belle que folle et décoiffante, avec des allures psychédéliques hallucinantes mais aux effets galvanisants ! J'ai été scotchée. Clairement. L'histoire vous tient aussitôt par la bride et vous embarque dans une frénésie juvénile, qui fait la part belle à la liberté adolescente, à la puissance des rêves et au pouvoir de l'absolutisme (quand on veut, on peut !).

On savoure alors l'ambiance insouciante et culottée, les délires exponentiels, les frasques et les rencontres des deux gamins dopés à un élixir décapant, celui de la « Main Noire », dégainé comme un sceau protecteur. Et c'est juste wahou. Tout ça sur fond des années 90, époque bénie du rock alternatif, des concerts désinhibés, de la joie partagée et du public jamais rasséréné. Adieu les galères et l'impossible, place aux idéaux et à l'aventure. 

En gros, cette lecture fait un bien fou, pour son incroyable nostalgie, son énergie débordante, son imaginaire, ses fantasmes et sa passion immortelle. On plonge dans de pleines pages en noir & blanc, au graphisme épuré, mais aux évocations saisissantes. Cela vous allume du début à la fin, c'est vif, fringant, exaltant. Logique pour une lecture qu'on vit à fond tant elle est revigorante, incongrue et définitivement éclatante ! 

Casterman / Professeur Cyclope - Mai 2015

IMG_4479   IMG_4480

IMG_4481   IMG_4482

IMG_4483   IMG_4484

IMG_4485

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28/07/15

À l'école de Louisette (Compilation), de Bruno Heitz

A l'école de Louisette

Ce volume contient : Et un raton laveur ! / Mouton Circus / L'heure du Grimm

Demandez le programme ! ;-)

Louisette la Taupe a passé son enfance dans le terrier familial, sous une école. Elle adorait se faufiler dans la salle de classe pour apprendre à lire ou écouter de la poésie. Et puis, les aléas de la vie ont conduit notre héroïne vers d'autres sentiers. Seulement, aujourd'hui, l'occasion de retourner à ses racines se présente à elle : pour sauver son ami le raton laveur, piégé lors de son escapade vers l'extérieur, elle enfile son casque de mineur et sa pioche pour une opération de sauvetage insolite !  

Louisette est tombée malade et doit faire un cure d'air pur des montagnes pour guérir. Les petits lapins s'inspirent alors de l'Odyssée d'Ulysse pour lui concocter un moyen de locomotion pratique, et pas cher : sous un mouton. Mais son périple va devenir du grand n'importe quoi, quand des bergers l'entendent éternuer, puis parler, et pensent avoir trouvé la poule aux œufs d'or avec ce mouton exceptionnel. Ils partent alors en tournée, font des spectacles de rue et connaissent un gros succès. Louisette n'est pas prête de rentrer chez elle ! ...

Pour satisfaire la curiosité des petits lapins, Louisette leur lit tous les soirs une nouvelle histoire mais l'histoire d'Hansel & Gretel va fortement les impressionner. Pourtant, en se promenant dans la forêt, eux aussi tombent dans le panneau en découvrant une maison en pain d'épice et n'imagine même pas que la redoutable belette a épié sa voisine et s'inspire du conte de Grimm pour capturer les petiots (dans le but de les engraisser pour ensuite s'en délecter, en civet ou en brochette). Heureusement, Louisette veille.

Les aventures de cette chère Louisette sont donc pétillantes, pleines d'humour et truffées de références culturelles, qui font de cette lecture un rendez-vous savoureux et enchanteur. 

Casterman / Juin 2015

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06/07/15

Monsieur Bermutier, de Maarten Vande Wiele & Guy de Maupassant

IMG_4274

Prodigieuse adaptation de nouvelles de Maupassant, mettant en scène Monsieur Bermutier, juge d'instruction, dont la physionomie n'est pas sans rappeler un certain détective belge ! ... Monsieur Bermutier aime lui aussi briller en société et n'a pas son pareil pour captiver un auditoire. C'est pourquoi il revient sur les affaires les plus marquantes de sa carrière, dont certaines restent nimbées de mystère...

Cinq histoires composent ce recueil : Fantômes - La main - La mère - Un cauchemar - Un journal intime. Toutes ont pour particularité d'avoir su nous saisir par le col dès les premières notes d'introduction. Une jeune femme conteste avoir été déshéritée par son père, qui prétend agir sous l'impulsion de son épouse décédée. Une belle anglaise, récemment installée sur l'île corse, affirme être poursuivie par un individu dont elle garde en trophée la main enchaînée. Une femme enceinte n'hésite pas à martyriser son corps pour préserver son extrême minceur, quitte à donner naissance à des « monstres ».

Devant son auditoire avide de sensations fortes, Monsieur Bermutier livre des anecdotes palpitantes, sur lesquelles parfois viennent se greffer des éléments surnaturels. Mais ce sont surtout les deux dernières histoires qui vont nous épater au plus haut point : après la mort du juge, on découvre dans son secrétaire son journal intime où l'homme « incorruptible » dévoile une toute autre facette de sa personnalité ! Stupéfaction garantie. On boucle ainsi notre lecture sur une excellente appréciation, déjà grandement favorisée par l'atmosphère des aquarelles et la sensation de raffinement procurée !

 ♦♦♦♦♦

IMG_4275   IMG_4276

IMG_4277   IMG_4278

 Casterman / août 2014

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,