21/04/17

La colline aux esclaves, de Kathleen Grissom

La colline aux esclaves

Après avoir découvert Maia (Les sept sœurs #1) de Lucinda Riley, j'avais envie de prolonger la sensation de m'immerger dans une fresque romanesque passionnante, et au vu des bonnes critiques, j'ai opté pour La colline aux esclaves, un marathon de 13 heures, formidablement porté par Nathalie Spitzer. Cela a été une évasion riche, exaltante et bouleversante. Une belle découverte offerte par Audible Studios.

Virginie, 1791. Lavinia n'est qu'une fillette fluette et vient de perdre toute sa famille lorsqu'elle est recueillie par le capitaine Pyke sur sa plantation de tabac, à Tall Oaks. C'est auprès de la communauté noire qu'elle va grandir, auprès de Mama Mae, Oncle Jacob, le séduisant Ben et l'intouchable Belle... alors que dans la grande maison, Mme Martha contient sa jalousie, sa langueur et sa folie. Son fils Marshall va lui aussi entretenir une haine farouche envers la jolie métisse, Belle, dont il suppute les origines, et méditera longuement sa vengeance pour punir son père, responsable de son éducation délaissée, des méthodes radicales de son tuteur, de son penchant pour l'alcool, etc. Le temps passe, Lavinia s'attache à sa famille d'adoption, voit la vie égrener une série de petits bonheurs et de grands malheurs, comme son départ forcé pour Williamsburg, son retour chez les blancs. Une séparation déchirante pour la jeune fille idéaliste, qui n'a connu la véritable chaleur d'un foyer qu'auprès des esclaves. Son apprentissage se poursuit cependant en matière d'études, de badinages amoureux... mais sa jeunesse, son innocence et son cœur pur viendront souvent fausser ses jugements et bouleverser sa destinée.

Quel tourbillon d'émotions à la lecture de ce roman plein de souffle et de péripéties ! C'est poignant, c'est vibrant, c'est vivant. J'ai été littéralement transportée. Comment demeurer insensible aux injustices de la ségrégation raciale, aux conditions de vie des domestiques et des esclaves, aux familles brisées par des contrats qui se revendent pour éponger des dettes, aux droits de cuissage honteux qui bafouent des jeunes femmes et renient leur progéniture ? L'auteur a réussi un véritable tour de force en traduisant avec force et authenticité l'ambiance des magnifiques propriétés sudistes, mais en s'intéressant aux coulisses et aux petites mains laborieuses. Ce sont des foyers misérables et opprimés, où subsistent pourtant une tendresse, une entraide, une détermination à tenir bon en dépit des adversités. Certes, les séquences dramatiques s'enchaînent en une valse étourdissante et étalent leur lot de violence, de larmes, de mensonges, de trahisons et de non-dits. Si j'ai brièvement craint une once de mièvrerie, j'ai vite revu mon jugement en constatant l'orchestration flamboyante de l'intrigue, racontée en alternance par Lavinia et Belle. Ce ne sont pas non plus des héroïnes fascinantes, fortes et magnanimes, car elles se révèlent parfois naïves, capricieuses et égoïstes, mais cela corrobore le tableau d'une nature humaine capable de prouesses et son contraire.

>> Texte lu par Nathalie Spitzer (durée 13h 13) pour Audible Studios (2016)

en exclusivité sur le site, uniquement disponible en téléchargement.

©2015 Charleston éditions - Trad. de l'anglais (USA) par Marie-Axelle de la Rochefoucault (P)2016 Audible FR

La colline aux esclaves | Livre audio  La colline aux esclaves pocket

 


19/04/17

Les Sept Sœurs #1: Maia, de Lucinda Riley

Maia_Les_Sept_SoeursÀ la mort de leur père, un énigmatique milliardaire qui a adopté six filles aux quatre coins du monde, Maia et ses sœurs reçoivent chacune une lettre les invitant à percer le secret de leurs origines. C'est ainsi que Maia s'envole pour le Brésil, à Rio de Janeiro, où vit sa grand-mère, Senhora Beatriz, laquelle refuse pourtant de lui parler. C'est grâce à la complicité de la vieille gouvernante Yara et l'aide de l'écrivain Floriano que ses recherches vont avancer, notamment à la lecture de la correspondance de son ancêtre, Izabela Rosa Bonifacio, une belle et riche jeune femme, promise à Gustavo Aires Cabral, issu d'une lignée titrée mais désargentée. De fil en aiguille, Maia va découvrir la folle passion de son ancêtre pour un sculpteur parisien, Laurent Brouilly, lors de son voyage en Europe quelques mois avant de sceller son alliance. Éblouie par cette vie d'artiste bohème, la jeune fille de bonne famille, un brin naïve et romantique, devra choisir entre rentrer au pays et se plier à la voix de la raison, ou s'enfuir avec son amoureux en n'écoutant que son cœur. Maia va ainsi retracer le parcours de sa famille, vivant chaque instant avec une réelle communion, quitte à réveiller ses propres souvenirs et fragiliser son jardin secret qu'elle préserve jalousement.

En me lançant dans cette lecture, je n'attendais clairement qu'une chose : être embarquée dans une flamboyante fresque romanesque, afin d'occuper quelques heures de route, le temps d'un weekend printanier. Au final, la pioche a été plutôt bonne. Le roman de Lucinda Riley réunit tous les ingrédients du genre : secrets de famille, amours interdites, drames intimes et passions maudites. Je n'ai eu aucune difficulté à entrer dans l'histoire, à me familiariser avec les lieux ou les personnages et à deviner la suite des festivités. La forme est classique, mais captivante. Après, je ne dis pas, c'est passablement de nature sentimentale, les héroïnes sont cruches, les clichés coulent à la pelle, la trame de l'intrigue est exécutée de façon conventionnelle, sans réel suspense, il y a pas mal de cucuterie, de liaisons romantiques, de situations téléphonées, de confessions lisses et émouvantes. Bref, tout ça est assez fleur bleue, mais j'étais d'humeur réceptive donc je n'ai pas trop grincé des dents. De plus, l'histoire a pour toile de fond le Montmartre des années 20 et, de manière anecdotique, la réalisation du Christ Rédempteur par le français Paul Landowski, avant son acheminement jusqu'au sommet du Corcovado. Cette lecture a donc pleinement rempli son office en sachant autant divertir, détendre ou faire rêver. L'évasion est totale, l'écoute agréable et distrayante, l'histoire romanesque et perfectible, mais au bout du compte j'en suis sortie séduite et conquise ! Dans quelques jours, je pense télécharger la suite de la saga - La sœur de la tempête (Les sept sœurs 2) est déjà disponible !

>> Texte lu par Caroline Breton (durée : 16h 51) pour Audible Studios 

/ uniquement disponible en téléchargement sur le site.

©2015 Charleston éditions - Trad. de l'anglais (Irlande) par Fabienne Duvigneau (P)2016 Audible FR

Maia (Les sept sœurs 1) | Livre audio

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24/11/16

Je peux très bien me passer de toi, de Marie Vareille

EnJe peux très bien me passer de toi quête d'une lecture douce et attachante, j'ai bondi de joie en découvrant, parmi les exclusivités de la semaine sur Audible, le roman de Marie Vareille, qui me faisait accessoirement les yeux doux depuis l'été dernier.  
Constance et Chloé vivent toutes deux à Paris et cultivent, en plus d'une passion pour la lecture, les expériences malheureuses en amour. L'une rêve de Darcy, l'autre n'a pas renoncé à son ex fiancé à une autre. Pour se sortir de cette relation toxique, Chloé prend le pari de s'exiler en rase campagne, chez l'oncle viticole de Constance. Six mois de mise au vert, sans relation torride, pour enfin écrire un roman. Pendant que Chloé se débat avec ses questions existentielles, Constance s'inscrit à un “stage de séduction” et recherche sa confiance perdue en renouant avec le XXIe siècle. 
Ah, quel bonheur de suivre ces deux parcours racontés avec fraîcheur, sincérité, tendresse et humour. C'est réellement un très bon roman, avec une histoire émouvante mais qui fait un bien fou. J'ai beaucoup apprécié la narration alternée qui nous embarque dans deux univers distincts, d'un côté l'évasion bucolique, le retour aux racines, le plaisir des choses simples, la grosse prise de conscience et le déballage émotionnel, de l'autre côté on part à la conquête d'une estime en miettes, on multiplie les audaces et on ose tout. C'est souvent drôle, très touchant, assez cocasse, parfois rageant et aussi complètement dingue.
Cette lecture, globalement, nous enrobe de douceur et de joliesse, elle nous chuchote une double épopée romanesque avec sa petite touche personnelle, à la fois sensible, délicate et profondément humaine. On passe un moment délicieux en compagnie de Chloé et Constance, d'ailleurs on les adopte en copines, on s'imagine en train de parler bouquins et héros improbables, on rit, on pleure, on a envie de les secouer, de partager leurs aventures et de trinquer joyeusement en se félicitant des décisions prises.
C'est une comédie pétillante, qui évoque l'amour et la famille, le romantisme et la séduction, l'amitié et les belles rencontres qui peuvent changer une vie. Le cocktail est savoureux. On quitte, à regret, la lecture, non sans éprouver une sensation euphorisante, franchement géniale. ♥

Texte lu par Marie-Eve Dufresne pour Audible FR  - Durée : 7 h 26 

>> En exclusivité & en téléchargement sur Audible.

©2016 Leduc.s (P)2016 Audible FR

Je peux très bien me passer de toi | Livre audio