04/04/16

Une affaire de sang, de Bonnie MacBird

Une affaire de sang

Accusé d'avoir falsifié des preuves dans une récente affaire, Sherlock Holmes est blessé dans son orgueil. Envoyé en prison, puis libéré, il vit désormais cloîtré dans son appartement du 221B Baker Street dans les vapeurs troubles de la cocaïne. Son ami Watson est appelé en renfort et le tire de sa léthargie grâce à une nouvelle enquête mandatée par la fascinante chanteuse de cabaret, Mademoiselle La Victoire, qui s'inquiète depuis Paris de l'enlèvement de son fils, confié à son père, un lord anglais. Ce dernier est également soupçonné d'appartenir à un réseau de trafic d'œuvres d'art, auquel Mycroft, le frère de Sherlock Holmes, souhaiterait mettre un terme. L'étincelle éteinte du détective se ravive à nouveau, et notre duo s'échappe aussitôt outre-manche pour rencontrer une mère éplorée... déjà soutenue par un détective aux méthodes de séducteur peu orthodoxes, à savoir Jean Vidocq, qui s'auto-proclame arrière-petit-fils du célèbre policier français. Une rencontre en apparence testostéronée mais où les égos vont entrer en friction et fusion !

La suite de l'enquête est également forte en révélations et autres rebondissements, où l'on retrouve avec plaisir cette synergie galvanisante des romans de Conan Doyle, jusqu'à ce qu'on bascule brusquement dans une intrigue crapuleuse, au dénouement passable et glauque. J'ai été très déçue qu'on tombe aussi bas ! Je me réjouissais de retrouver le charme et l'arrogance d'une enquête de Sherlock Holmes, certes revisitée à la sauce XXIe siècle, aussi ai-je été fort désappointée par la toute fin du roman. Sans quoi, l'illusion était convenable et la lecture assez cohérente. Cela m'a bien plu, dans l'ensemble.

City éditions / Février 2016 ♦ Traduit par Martine Desoille (Art in the Blood)

Sherlock Holmes par Sidney PagetSherlock Holmes par Sidney PagetSherlock Holmes par Sidney Paget

Sherlock Holmes par Sidney Paget


09/09/15

Le Premier jour du reste de ma vie, de Virginie Grimaldi

Le Premier Jour

Pour qui rêve de larguer les amarres, cette lecture est pour vous !

Marie est à un tournant de sa vie : à 40 ans, déçue de sa vie de couple, elle plaque tout pour s'embarquer dans une croisière, réservée aux célibataires, et s'en va parcourir le monde durant trois mois. Elle fait rapidement la connaissance de Camille et Anne, qui ont pour point commun d'être aussi à une période charnière de leur existence. Et ainsi de s'échanger des confessions sur leur vie intime, leur avenir sentimental, leurs frustrations, leurs envies et leurs peurs...

Mais l'histoire se révèle étonnamment joyeuse et enlevée ! On ressent un élan de tendresse et de sympathie pour ces trois copines, au point de s'imaginer à leurs côtés, calée dans un transat, un cocktail à la main, blablatant sur les hommes jusqu'à n'en plus pouvoir. C'est super rafraîchissant, en plus d'égrener le roman de propos sensibles, vrais et touchants, qui nous fait penser que sous le vernis de la comédie, se cache une histoire profonde et attachante, qu'on savoure pleinement.

Même JJ Goldman s'invite à la fête ! C'est vous dire comme la surprise est totale. J'ai beaucoup aimé, au-delà du cadre, de la promesse d'évasion et des rêves éparpillés. C'est une lecture attendrissante, qui met du baume au cœur. Je recommande, sincèrement.

City éditions / Janvier 2015

19/01/15

Drôle de Karma ! de Sophie Henrionnet

Drôle de karma

 City éditions, octobre 2014

 ✩ ✮

Pauvre Joséphine ! En quelques jours, c'est l'hécatombe : plus de petit copain, plus de boulot, plus de copines pour fêter son anniversaire, un appartement dévasté par un gentleman-cambrioleur... Quoi de plus naturel, après coup, de péter un scandale dans un restaurant chic en prétendant avoir la poisse ou être poursuivie par un mauvais karma ! ? Mais lorsque sa voisine meurt sous ses yeux, foudroyée par un pot de fleurs, Joséphine prend peur. Parce qu'elle se trouvait à sa place quelques secondes plus tôt, mais surtout par la faute des visites répétées des amis de la défunte... des étrangers à l'accent russe, qui recherchent avec empressement un sac de sport. En un claquement de doigts, Joséphine part tous frais payés en Angleterre, prétendant être sa sœur Amanda, et fait son entrée fracassante dans la campagne anglaise chez les Stevens, un couple charmant et délicieusement guindé, prompt à fermer les yeux sur les excentricités de notre Frenchy. Car Joséphine est impayable, empotée et loufoque, pour ne pas dire grotesque, à collectionner les quiproquos et autres aventures en cascade au cours de cette lecture qui carbure à 100,000 volts. Même si j'ai parfois eu le sentiment du “trop” (situations exagérées et humour forcé), j'ai fini par fermer les yeux et admis que la comédie était drôlement bien troussée et clairement distrayante. Petite pointe d'originalité, l'auteur chipe les composants du roman policier pour pimenter sa sauce. Une audace plutôt payante, car l'intrigue est à la fois drôle et haletante. À déguster à petites doses, façon cocktail sucré et exotique. Joséphine Le Mantec, notre « paratonnerre à embrouilles », décroche ainsi le titre d'héroïne pétillante et dopée au culte de l'hédonisme. J'ai souvent ri à ses dépens, même si j'avoue qu'elle force aussi l'admiration et s'avère très attachante ! Bon point pour ce premier roman, fort sympathique.

 ✩ ✮

description

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16/01/15

En poche ! #36

Ont été lus et appréciés. Ils sont désormais disponibles en format poche ! 

 

LA CONJURATION PRIMITIVE

La Conjuration primitive, de Maxime Chattam

 

FÉTICHES

Fétiches, de Mo Hayder

 

La mort en rouge

La Mort en Rouge, de Pierre Gaulon

 

Les Choix secrets

Les choix secrets, d'Hervé Bel

 

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

03/10/14

Noir Ego, de Pierre Gaulon

Noir Ego

Sur la route des vacances, un homme disparaît en faisant halte sur une aire d'autoroute. Son épouse et ses enfants l'attendent désespérément dans la voiture. Le temps passe, une tempête s'annonce. Aline se sent démunie, saisie de doutes et partagée entre la colère et l'angoisse. Un flic à la retraite, en vadrouille à bord de son camping-car, propose alors de les aider. Il héberge les enfants, tandis que l'épouse se renseigne auprès des rares témoins du restoroute. Philippe a-t-il réellement abandonné sa famille ? Aline se force à ressasser les derniers événements de leur vie de couple, au bord du gouffre, leurs séances chez le psy et les petits signes insidieux qui viseraient à cette triste conclusion. Drame familial à l'horizon ? Ou comme le disait Mulder, « la vérité est peut-être ailleurs » ?

Pierre Gaulon, après une Mort en rouge absolument convaincante, passe le cap du deuxième roman en proposant une histoire impossible à définir, tant il brouille les pistes et son lecteur. Mais c'est plutôt pas mal, bien amené, écrit vite et bien (les chapitres sont courts, avec une écriture percutante). On est embarqué dans le récit et on joue le jeu du lecteur manipulé et pleinement conscient de l'être. C'est de bonne guerre, d'autant plus que l'effet est saisissant, entortillé et pervers. Calibré exprès pour tout lire d'une traite, retenir son souffle, ne rien voir venir et sortir de là en grinçant des dents. Entre folie douce, troublante schizophrénie, démence patentée, possible hallucination, désespoir certain, totale déroute, onde de choc et sensation d'abrutissement, on en voit de toutes les couleurs ! Les personnages sont tous anéantis par tant de machiavélisme, et nous aussi. Pfiou.

City éditions, mars 2014  ♦ La Mort en rouge est disponible en format poche ! 

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


09/09/14

Ma vie, Mon Ex et autres calamités, de Marie Vareille

Mon ex et autres calamités de Marie Vareille

Ce livre est génial, et pas seulement parce qu'il est le premier roman de Marie Vareille, une blogueuse passionnée de chick-lit, plus connue sous le pseudonyme de Sissi de Beauregard.

Juliette a un job pas très épanouissant, une vie amoureuse ronronnante, mais se sent tellement heureuse dans ce petit confort douillet et routinier. Or, tout bascule du jour au lendemain : plus de boulot, plus de mec. C'est la bérézina, Juliette court se réfugier chez sa richissime copine, Chiara, croqueuse d'hommes par excellence. Elle pleure toute les larmes de son corps, ne quitte plus le sofa et se lamente sur son sort. Désespérée, elle prend même en filature son ex et se retrouve en train de casser sa tirelire pour s'envoler aux Maldives. Une pure folie. Complètement paniquée à bord de l'avion, elle déballe son histoire à son voisin, un type imbuvable, qui lui recommande d'avaler un bon whisky, pendant qu'elle lui broie la main au décollage. Et l'héroïne de nous régaler avec son humour, ses maladresses et son sens de la dérision... 

Lorsqu'elle arrive à l'hôtel, elle retrouve l'inconnu de l'avion, Mark, et le supplie de jouer le rôle de son petit copain pour rendre jaloux Nicolas. La suite réserve moult quiproquos en cascade, gloussements et autres rendez-vous cocasses et parfaitement improbables (c'est ça qui est bon !). Car c'est très, très drôle ! Une totale redécouverte du potentiel romantique et  romanesque, et on en redemande. Juliette est une héroïne épatante, parfois gourde, mais tellement attachante, on lui pardonne tout. L'histoire se veut légère, tendre et loufoque. On ne s'ennuie pas un seul instant. On en sort le cœur ravi, débordant d'enthousiasme et d'optimisme. Et c'est déjà une belle promesse ! En somme, on a 267 pages de pur bonheur, à prescrire en toute saison. 

City éditions, mars 2014 

14/01/14

Le Passage des Ombres, par David Moitet

IMG_0362

Il y a du Franck Thilliez chez David Moitet, a décrété le libraire Gérard Collard. Et c'est bien vrai ! A peine les premiers chapitres lâchés dans l'arène, et déjà le lecteur se sent attiré par l'intrigue palpitante, menée à fond de train, avec force détails sanguinolents, action pêchue, du mystère, de la manipulation et de l'espionnage à gogo, bref on ne s'ennuie pas du tout.

L'histoire débute en Égypte, Thomas Galion, ancien flic de la criminelle, profite d'un repos bien mérité avec son amie Maria. Mais ils vont brutalement être pris pour cible par des inconnus, qui vont tenter de les assassiner lors d'une banale séance de snorkelling. Ils vont s'en sortir in extremis, pour un court instant, car la chasse est lancée et les tueurs ne vont plus les lâcher. Leurs vacances de rêve ont viré au cauchemar, Thomas et Maria ignorent encore en quoi leur présence dérange et ne sont pas au bout de leurs surprises !

Au tout début de ma lecture, j'ai plusieurs fois eu l'impression d'avoir loupé un épisode et de prendre en cours une histoire qui avait commencé dans un roman précédemment paru
Suicide cellulaire : Apoptose en l'occurrence. C'est un peu embêtant, aussi j'ai tenté péniblement de raccrocher les wagons et de saisir les bribes d'une intrigue déjà élaborée. Et ainsi, de fil en aiguille, j'ai pu apprécier ce que l'on me proposait, car c'est un univers auquel j'ai été très sensible, passablement sombre et virulent, qui produit son petit effet. On y pénètre d'abord en étant sur ses gardes, on observe, avant d'être pris dans l'engrenage, grâce à des chapitres courts, un style net et précis. En clair, ça grince, ça crisse, ça vous cloue sur place, c'est pas mal du tout et ça donne envie d'aller plus loin.

Paradoxalement, le style simpliste et brut de décoffrage rend parfois l'ensemble lourd et maladroit (ajoutez aussi que la lettre rédigée par Leonard de Vinci n'a pas d'allure, dans le sens où elle n'est pas assez ampoulée et semble trop contemporaine). Ça et aussi le sentiment d'être complètement largué du fait de n'avoir pas lu la première partie de l'histoire... On a là un bon thriller décapant, mais mieux vaut procéder dans l'ordre (et lire Suicide cellulaire d'abord) pour vous éviter toute déconvenue.

City éditions, septembre 2013.

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09/07/13

«Parfois, la frontière est mince entre le rêve et la réalité, entre l'illusion et le palpable». (La mort en rouge)

IMG_8998

Un soir, seul dans son appartement, passablement alcoolisé, Clément sursaute aux coups frappés à la porte. Un homme hurle au désespoir, avant de se jeter du haut des cinq étages. Planqué derrière le judas, l'étudiant est mortifié. Il a cru voir la silhouette d'une jeune femme nue, aux cheveux rouges, mais les premiers éléments de l'enquête tendent à conclure au suicide. Seulement le lieutenant Serinam ne souhaite pas boucler le dossier aussi hâtivement, d'autant plus que son ancienne collègue, et amoureuse, Lou Venucci, désormais détective privée, est également sur la piste de la mystérieuse “femme aux cheveux rouges”.

Particulièrement bien ficelé, le roman a su mêler avec habileté des secrets familiaux, enfouis depuis la 2nde Guerre Mondiale, à des événements plus récents, frappés de tragédie, et qui surviennent sans crier gare, en semant un chaos indescriptible. Le scénario s'appuie sur une mécanique imparable (rebondissements à gogo, chapitres courts, un rythme infernal, pas le temps de dire ouf, et quelques flashbacks pour puiser aux sources du Mal...). C'est imparable, on mord à l'hameçon quasi immédiatement ! Et puis, les personnages aussi sont très attachants, notamment Clément, que l'on ne voyait pas du tout occuper une place aussi importante dans l'intrigue.

Mais il est préférable d'en dévoiler le moins possible, pour apprécier davantage toutes les subtilités de l'histoire, qui sait dérouter, cogner, faire sourire et attendrir tout à la fois ! On se surprend même à douter de la réalité et à fantasmer sur une apparition surnaturelle de la silhouette féminine ... Un fantôme, peut-être ? Pierre Gaulon sait jouer avec nos nerfs, et nos certitudes ! Bref, c'est une très sympathique découverte et j'espère que l'auteur produira d'autres ouvrages avec Serinam, Lou et Clément.

La mort en rouge, par Pierre Gaulon
City éditions, 2013

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

21/05/12

"We teleported. Like in Star Trek or Harry Potter, sort of. No! Like in Dr. Who if you think of the Tardis! Holy canola !"

IMG_7410

Voilà le quatrième et dernier tome de la série, qui se veut une bonne conclusion pour une lecture charmante et souvent pleine d'humour. Le seul défaut de ce tome-ci, comme pour le précédent, repose dans les longueurs. Après tout, j'estime que l'auteur aurait pu goupiller les deux livres en un seul pour rendre son intrigue encore plus entraînante et riche en intensité dramatique et romantique.
A ce propos, Zara est toujours confrontée à son casse-tête sentimental, entre Nick, son premier amour, et Astley, le roi lutin qui a toute ma préférence, la jeune fille a du souci à se faire, sans oublier la menace de l'Apocalypse, le roi Frank et Isla la folle qui veulent la zigouiller, les kidnappings répétés des habitants de Bedford, bref Zara qui rêvait de sauver le monde va pouvoir réaliser son vieux rêve !
C'est seulement dans la deuxième partie du roman qu'on entre dans le vif du sujet, avec un sacré twist dans les derniers chapitres qui risque de vous inspirer des cris d'horreur. Je n'en dévoile pas davantage, mais j'ai traversé un petit moment de flottement à ne plus savoir quoi penser. Là, je dois avouer, Carrie Jones a été grandiose !
Avec son style enthousiaste et souvent maladroit, l'auteur a réussi à mener sa série vers une issue honorable, sans prétention, et c'est ce qui m'a tout le temps plu au cours de la lecture. Je me suis amusée, j'ai un peu rêvé, j'ai été bluffée, j'ai pesté, j'ai soupiré, mais au final je ne regrette pas cette découverte, cela ne fait pas de cette série un rendez-vous incontournable, juste un bon moment à passer.

Désolation (Envoûtement #4) - Carrie Jones
City éditions, 2012 - traduction d'Ariane Maksioutine 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28/12/11

Old habits died hard. #2

RisesthenightSuite à la débandade survenue dans le tome précédent, Victoria s'est retirée du monde pendant un an, afin de revenir plus vindicative et déterminée à se venger. Les vampires semblent avoir déserté la capitale britannique, Max Pesaro ne donne plus signe de vie, et même Sebastian Vioget s'est évaporé dans la nature. C'est en renouant avec de vieilles connaissances que Victoria rencontre le célèbre Polidori, escorté par un garde du corps qui fait naître un trouble grandissant chez notre chasseuse de vampires. ^-^
Et l'action s'enchaîne, puisqu'il faut partir en Italie pour mener une enquête plus approfondie concernant l'organisme secret nommé Tutela. Sur place, une surprise de taille attend Victoria : Max est bel et bien vivant, mais a trahi son clan. 
L'héritière des Gardella va devoir livrer une bataille plus féroce, dans un milieu qui lui paraîtra encore plus fourbe et dangereux. Heureusement qu'elle a gagné en maturité et en force, la jouvencelle du début est aux oubliettes, c'est en femme maîtresse d'elle-même, de ses choix souvent intempestifs et de ses décisions radicales, que Victoria se présente désormais. 
Ce tome 2 fait également la part belle au personnage de Sebastian, qu'on ne cerne pas très bien, sauf qu'il est séducteur et sarcastique, sans oublier qu'il ne laisse pas totalement indifférent notre chère Victoria. Gniiii... La faucheuse a pourtant bien du souci à se faire, Sebastian n'est pas digne de confiance, on le sait, elle aussi, et d'ailleurs on va découvrir une partie de son secret au cours de l'histoire, ce qui risque de chiffonner nos petites supputations de base. Hanlala, c'est plus qu'excitant ce qui nous tombe sur la pomme, croyez-moi. 
Finalement, c'est ce qui me plaît dans cette série - l'intrigue n'est peut-être pas foncièrement originale et aurait tendance à se répéter (sur le principe qu'à chaque fois il faut sauver un objet sacré des mains de l'ennemi), mais cela reste incroyablement divertissant et plaisant à lire. La recette est simple : on trouve du badinage amoureux, de l'action et du suspense. De plus, l'auteur n'hésite pas à zigouiller des acteurs importants à l'histoire, ce qui donne forcément envie de vouloir lire la suite, le principe est vicieux mais efficace. En bref, il me semble que cette série a enfin trouvé son rythme de croisière, ce qui me convient parfaitement. 
Série bouclée en 5 tomes.

Rises the Night (The Gardella Vampire Chronicles #2) - Colleen Gleason
Published June 2007 by Signet  

LUENVOLu en VO - 49

- disponible en VF chez City éditions : gardella2