14/01/14

Le Passage des Ombres, par David Moitet

IMG_0362

Il y a du Franck Thilliez chez David Moitet, a décrété le libraire Gérard Collard. Et c'est bien vrai ! A peine les premiers chapitres lâchés dans l'arène, et déjà le lecteur se sent attiré par l'intrigue palpitante, menée à fond de train, avec force détails sanguinolents, action pêchue, du mystère, de la manipulation et de l'espionnage à gogo, bref on ne s'ennuie pas du tout.

L'histoire débute en Égypte, Thomas Galion, ancien flic de la criminelle, profite d'un repos bien mérité avec son amie Maria. Mais ils vont brutalement être pris pour cible par des inconnus, qui vont tenter de les assassiner lors d'une banale séance de snorkelling. Ils vont s'en sortir in extremis, pour un court instant, car la chasse est lancée et les tueurs ne vont plus les lâcher. Leurs vacances de rêve ont viré au cauchemar, Thomas et Maria ignorent encore en quoi leur présence dérange et ne sont pas au bout de leurs surprises !

Au tout début de ma lecture, j'ai plusieurs fois eu l'impression d'avoir loupé un épisode et de prendre en cours une histoire qui avait commencé dans un roman précédemment paru
Suicide cellulaire : Apoptose en l'occurrence. C'est un peu embêtant, aussi j'ai tenté péniblement de raccrocher les wagons et de saisir les bribes d'une intrigue déjà élaborée. Et ainsi, de fil en aiguille, j'ai pu apprécier ce que l'on me proposait, car c'est un univers auquel j'ai été très sensible, passablement sombre et virulent, qui produit son petit effet. On y pénètre d'abord en étant sur ses gardes, on observe, avant d'être pris dans l'engrenage, grâce à des chapitres courts, un style net et précis. En clair, ça grince, ça crisse, ça vous cloue sur place, c'est pas mal du tout et ça donne envie d'aller plus loin.

Paradoxalement, le style simpliste et brut de décoffrage rend parfois l'ensemble lourd et maladroit (ajoutez aussi que la lettre rédigée par Leonard de Vinci n'a pas d'allure, dans le sens où elle n'est pas assez ampoulée et semble trop contemporaine). Ça et aussi le sentiment d'être complètement largué du fait de n'avoir pas lu la première partie de l'histoire... On a là un bon thriller décapant, mais mieux vaut procéder dans l'ordre (et lire Suicide cellulaire d'abord) pour vous éviter toute déconvenue.

City éditions, septembre 2013.

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


09/07/13

«Parfois, la frontière est mince entre le rêve et la réalité, entre l'illusion et le palpable». (La mort en rouge)

IMG_8998

Un soir, seul dans son appartement, passablement alcoolisé, Clément sursaute aux coups frappés à la porte. Un homme hurle au désespoir, avant de se jeter du haut des cinq étages. Planqué derrière le judas, l'étudiant est mortifié. Il a cru voir la silhouette d'une jeune femme nue, aux cheveux rouges, mais les premiers éléments de l'enquête tendent à conclure au suicide. Seulement le lieutenant Serinam ne souhaite pas boucler le dossier aussi hâtivement, d'autant plus que son ancienne collègue, et amoureuse, Lou Venucci, désormais détective privée, est également sur la piste de la mystérieuse “femme aux cheveux rouges”.

Particulièrement bien ficelé, le roman a su mêler avec habileté des secrets familiaux, enfouis depuis la 2nde Guerre Mondiale, à des événements plus récents, frappés de tragédie, et qui surviennent sans crier gare, en semant un chaos indescriptible. Le scénario s'appuie sur une mécanique imparable (rebondissements à gogo, chapitres courts, un rythme infernal, pas le temps de dire ouf, et quelques flashbacks pour puiser aux sources du Mal...). C'est imparable, on mord à l'hameçon quasi immédiatement ! Et puis, les personnages aussi sont très attachants, notamment Clément, que l'on ne voyait pas du tout occuper une place aussi importante dans l'intrigue.

Mais il est préférable d'en dévoiler le moins possible, pour apprécier davantage toutes les subtilités de l'histoire, qui sait dérouter, cogner, faire sourire et attendrir tout à la fois ! On se surprend même à douter de la réalité et à fantasmer sur une apparition surnaturelle de la silhouette féminine ... Un fantôme, peut-être ? Pierre Gaulon sait jouer avec nos nerfs, et nos certitudes ! Bref, c'est une très sympathique découverte et j'espère que l'auteur produira d'autres ouvrages avec Serinam, Lou et Clément.

La mort en rouge, par Pierre Gaulon
City éditions, 2013

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

21/05/12

"We teleported. Like in Star Trek or Harry Potter, sort of. No! Like in Dr. Who if you think of the Tardis! Holy canola !"

IMG_7410

Voilà le quatrième et dernier tome de la série, qui se veut une bonne conclusion pour une lecture charmante et souvent pleine d'humour. Le seul défaut de ce tome-ci, comme pour le précédent, repose dans les longueurs. Après tout, j'estime que l'auteur aurait pu goupiller les deux livres en un seul pour rendre son intrigue encore plus entraînante et riche en intensité dramatique et romantique.
A ce propos, Zara est toujours confrontée à son casse-tête sentimental, entre Nick, son premier amour, et Astley, le roi lutin qui a toute ma préférence, la jeune fille a du souci à se faire, sans oublier la menace de l'Apocalypse, le roi Frank et Isla la folle qui veulent la zigouiller, les kidnappings répétés des habitants de Bedford, bref Zara qui rêvait de sauver le monde va pouvoir réaliser son vieux rêve !
C'est seulement dans la deuxième partie du roman qu'on entre dans le vif du sujet, avec un sacré twist dans les derniers chapitres qui risque de vous inspirer des cris d'horreur. Je n'en dévoile pas davantage, mais j'ai traversé un petit moment de flottement à ne plus savoir quoi penser. Là, je dois avouer, Carrie Jones a été grandiose !
Avec son style enthousiaste et souvent maladroit, l'auteur a réussi à mener sa série vers une issue honorable, sans prétention, et c'est ce qui m'a tout le temps plu au cours de la lecture. Je me suis amusée, j'ai un peu rêvé, j'ai été bluffée, j'ai pesté, j'ai soupiré, mais au final je ne regrette pas cette découverte, cela ne fait pas de cette série un rendez-vous incontournable, juste un bon moment à passer.

Désolation (Envoûtement #4) - Carrie Jones
City éditions, 2012 - traduction d'Ariane Maksioutine 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28/12/11

Old habits died hard. #2

RisesthenightSuite à la débandade survenue dans le tome précédent, Victoria s'est retirée du monde pendant un an, afin de revenir plus vindicative et déterminée à se venger. Les vampires semblent avoir déserté la capitale britannique, Max Pesaro ne donne plus signe de vie, et même Sebastian Vioget s'est évaporé dans la nature. C'est en renouant avec de vieilles connaissances que Victoria rencontre le célèbre Polidori, escorté par un garde du corps qui fait naître un trouble grandissant chez notre chasseuse de vampires. ^-^
Et l'action s'enchaîne, puisqu'il faut partir en Italie pour mener une enquête plus approfondie concernant l'organisme secret nommé Tutela. Sur place, une surprise de taille attend Victoria : Max est bel et bien vivant, mais a trahi son clan. 
L'héritière des Gardella va devoir livrer une bataille plus féroce, dans un milieu qui lui paraîtra encore plus fourbe et dangereux. Heureusement qu'elle a gagné en maturité et en force, la jouvencelle du début est aux oubliettes, c'est en femme maîtresse d'elle-même, de ses choix souvent intempestifs et de ses décisions radicales, que Victoria se présente désormais. 
Ce tome 2 fait également la part belle au personnage de Sebastian, qu'on ne cerne pas très bien, sauf qu'il est séducteur et sarcastique, sans oublier qu'il ne laisse pas totalement indifférent notre chère Victoria. Gniiii... La faucheuse a pourtant bien du souci à se faire, Sebastian n'est pas digne de confiance, on le sait, elle aussi, et d'ailleurs on va découvrir une partie de son secret au cours de l'histoire, ce qui risque de chiffonner nos petites supputations de base. Hanlala, c'est plus qu'excitant ce qui nous tombe sur la pomme, croyez-moi. 
Finalement, c'est ce qui me plaît dans cette série - l'intrigue n'est peut-être pas foncièrement originale et aurait tendance à se répéter (sur le principe qu'à chaque fois il faut sauver un objet sacré des mains de l'ennemi), mais cela reste incroyablement divertissant et plaisant à lire. La recette est simple : on trouve du badinage amoureux, de l'action et du suspense. De plus, l'auteur n'hésite pas à zigouiller des acteurs importants à l'histoire, ce qui donne forcément envie de vouloir lire la suite, le principe est vicieux mais efficace. En bref, il me semble que cette série a enfin trouvé son rythme de croisière, ce qui me convient parfaitement. 
Série bouclée en 5 tomes.

Rises the Night (The Gardella Vampire Chronicles #2) - Colleen Gleason
Published June 2007 by Signet  

LUENVOLu en VO - 49

- disponible en VF chez City éditions : gardella2

15/10/11

Old habits died hard.

IMG_5594  book-bites-psd

Là où commence notre histoire, les demoiselles de bonne famille se pressent dans des bals pour la rencontre opportune, celle qui fera d'elles l'épouse de, afin d'asseoir leur réputation et leur futur. Victoria Gardella est une jeune beauté de 19 ans, également promise à se trouver un riche mari, mais qui se voit confier un héritage familial d'une autre envergure : être une Venator (une tueuse de vampires). 
C'est sa tante Eustacia qui va tout lui apprendre et la préparer à affronter ses missions. Notre héroïne n'est point farouche, et compte bien prouver à Max Pesaro, son soutien appelé d'Italie, qu'elle n'est pas qu'une péronnelle soucieuse des fanfreluches, des quadrilles et des bons partis. Sa famille a d'ailleurs désigné pour elle le candidat idéal : lord Rockley, marquis de son état. 
Entre les soirées mondaines, les séances de badinage avec son élu, ses chasses nocturnes, ses rencontres fortuites, Victoria sent poindre la migraine ! Qu'à cela ne tienne, elle a juré de retrouver un livre ancien, de l'arracher des griffes de l'ennemi, de protéger les simples mortels et de préserver son secret. Or, un autre cas de conscience s'impose à elle - entre la félicité conjugale et la destinée à accomplir, le choix est crucial et n'accepte aucun compromis. 
J'étais très curieuse de découvrir cette série (je la convoitais depuis deux ans !), mais j'ai été un peu déçue du résultat. Je n'ai pas été convaincue par le mélange des genres, d'un côté la romance historique, affreusement plate, sans humour ni effronterie, de l'autre la version Buffy-the-vampire-slayer apparaît plus sympathique, avec un assistanat de choix, en la personne de Max mais aussi de Sebastian. Ces deux-là dégagent un charisme dévastateur, nimbé de séduction et de danger, hmm. 
L'intrigue, dans son ensemble, n'est guère originale et souffre de stéréotypes sans ternir l'aspect divertissant du roman non plus. Parce qu'il faut admettre que l'histoire prend aussi de vilaines tournures, pas toujours au profit des protagonistes, et c'est ce qui m'embête au fond, parce que je n'ai pas été complètement emballée par ce 1er tome, je me disais oui mais bof, et pourtant je ressens comme une petite démangeaison à vouloir en savoir plus et connaître la suite. 
Qui a dit qu'un clic vous facilite la vie ?

The Rest Falls Away (The Gardella Vampire Chronicles#1) - Colleen Gleason
Published January 2007 by Signet  - DISPONIBLE EN VF :  Chasseurs de Vampires (ed. City)

LUENVOLu en VO - 37


03/06/11

The Lonely Hearts Club

Vu en librairie, ce roman plaira autant aux plus jeunes lectrices qu'aux autres... (je l'avais lu en VO l'année dernière, la couverture originale était plus jolie)

le club    the lonely hearts

Les garçons sont tous des mufles ! Penny Lane en a soupé des relations bidons, et depuis sa récente déconfiture avec Nate, le fils des meilleurs amis de ses parents, dont elle était follement amoureuse depuis des années, la jeune fille a choisi de tirer un trait sur les relations sans lendemain. Elle renonce aux garçons, ne veut plus sortir avec eux, elle crée alors the Lonely Hearts Club (en référence à la chanson des Beatles, un héritage de ses parents qui sont des fans invétérés, d'où son prénom). Très vite, le club gagne en popularité car la majorité des filles du lycée revendique le droit de ne plus être prise pour du bétail. Même le directeur va s'en mêler, tant le club va semer - malgré lui - la zizanie. Cela sent la révolution ! !

The Lonely Hearts Club est un roman sur la solidarité féminine, sur le choix d'être respecté sans pour autant renoncer à aimer et être aimé, il y a une limite à ne pas franchir (all you need is love, après tout !). Les filles du club ne sont pas des harpies, au contraire l'histoire montre qu'il est surtout question d'amitié et de bonne humeur. L'héroïne, Penny, va même être prise à son propre piège puisqu'elle va rencontrer un garçon charmant, délicieux et attentionné qui va lui faire battre le coeur, alors qu'elle a pour règle d'or de ne pas déroger aux principes du Club (stop dating boys !). Pas facile, pas facile... Et pourtant, c'est tellement simple ! Le club n'est pas une prison non plus, et les copines sont là pour le lui rappeler !

Un petit roman vraiment sympa, à conseiller pour les vacances.

Le Club des coeurs solitaires, par Elizabeth Eulberg (City éditions, 2011)
Lu en vo

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/04/11

I fell to earth with a thud. Or so I thought.

IMG_3130J'ai bien senti, dès le démarrage, que ce roman n'allait guère m'inspirer. Outre la ravissante couverture, l'histoire n'a pas su entretenir le moindre suspense (on m'expliquera pour le titre). S'il fallait encore douter du secret de l'héroïne, c'était juste pour faire semblant. Non ?

Ellie se sent observer par un beau gosse au lycée - il s'agit de Michael, il prétend qu'ils se connaissent déjà. Trois ans plus tôt, au Guatemala. Huh ? L'adolescente est confuse, elle ne se souvient de rien. Peut-être que ça va lui revenir. Et c'est vrai que ce garçon lui plaît, très vite ils sortent ensemble, échangent un premier baiser qui s'emballe, Michael est obligé de repousser les ardeurs de la demoiselle, calme-toi, chérie, nous avons tout notre temps, "we are meant to be together and this is just the beginning". Ha ! ha ! La pauvre Ellie est douchée. Elle s'autoflagelle et rase les murs du lycée, c'est sans compter sur l'insistance de Michael qui l'a vraiment dans la peau.

Moouuiii... Je n'ai pas encore lu 100 pages et déjà je sens que cet amour-coup-de-foudre m'ennuie profondément. Alors je fais mine de m'intéresser aux secrets de ce couple, Michael et Ellie se ressemblent, ils font les mêmes rêves dans lesquels ils volent, ils peuvent deviner les pensées des autres dès qu'ils les touchent, ou dès qu'ils boivent une goutte de leur sang. Bingo ! ce sont des vampires !? Et pourtant, le titre du roman m'indiquait une autre piste. (Tape sur le front.) Suis-je bête ?! J'ai pourtant déjà lu la série de Melissa de la Cruz, han-han, je vois très bien où l'auteur veut nous mener.

Gros, gros soupirs. Hélas, oui ce roman réunit tous les ingrédients qu'on peut déjà trouver à droite et à gauche dans les séries existantes. (A la rigueur, il y aura toujours des lecteurs curieux et benêts pour mordre à l'hameçon.) (Courbe l'échine.) Soyons fous, soyons honnêtes. Je n'ai pas détesté mais je n'ai pas beaucoup aimé non plus. L'histoire est, somme toute, basique. Et je ne parle même pas du couple d'amoureux - pfff. Quel ennui. De toute façon, c'est devenu une vilaine manie - désormais nos ados n'ont plus le temps de tomber amoureux, ils flashent instinctivement, ils se voient, ils se reconnaissent, ils s'aiment, ne cherchez pas la petite bête (ne vous embarrassez pas d'outsiders, pauvres de vous !). C'est écrit sur le cahier des charges : amour et évidence. Point à la ligne. (Et le reste, c'est accessoire.)

Je voudrais que ça change... j'ai le droit d'espérer ? Ceci dit, je suis blousée de mon plein gré. Cheers !  

Fallen Angel - Heather Terrell
Published December 2010 by HarperTeen

LUENVOLu en VO - 14

Posté par clarabel76 à 19:30:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06/01/11

And someday you'll love me the way you love your wolf.

Entice est le 3ème tome de la série comprenant Need & Captivate.
**spoilers ahead**

IMG_1901Déboussolée par la disparition de son petit copain et par les récentes agressions qui frappent la ville de Bedford, Zara a pris la décision de devenir une pixie et a choisi d'être reine aux côtés d'Astley. Ceci l'aidera-t-il à ramener Nick du royaume de Valhalla où il repose ? Les disparitions dans le Maine cesseront-elles enfin, et pourra-t-on éviter une guerre ? Le doute n'est plus permis, mais Zara agit toujours de façon irritante. Son obsession à vouloir sauver son copain occupe son esprit, à tel point qu'on ne parle plus que de ça. Ses amis ont accepté de l'aider, faisant contre mauvaise fortune bon coeur, ils n'ont pas digéré sa transformation et rejettent la faute sur Astley.

Et pourtant, ce dernier, dans ce livre, se révèle. C'est un garçon adorable, prêt à tout pour tenir ses promesses, se montrant irréprochable, compréhensif et tolérant. Il ne reviendra pas sur sa parole et fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider Zara à retrouver Nick. Ne voit-elle pas que ce jeune roi pixie en pince sérieusement pour elle ?! Bon sang, c'est usant. Encore un triangle amoureux, encore un pari audacieux où le lecteur doit prendre ses précautions avant de risquer son coeur et craindre une déception !? Je n'en peux plus.

A part ça, c'est un tome riche en action, l'histoire tient la route et j'ai même trouvé que l'auteur avait amélioré son écriture. Il se dégage une vraie énergie et un enthousiasme débordant. L'intrigue fait bouger les événements et les personnages sont amenés à davantage se déplacer (ils se rendent en Islande !). Certes, la quête pour trouver Valhalla occupe l'essentiel de la trame romanesque, c'est légèrement agaçant, surtout que le danger est aux portes de la ville. Zara prend ses positions de reine trop à la légère et, fait étrange, agit en égoïste. Son caractère n'a pas évolué dans le bon sens, et je trouve ça dommage. J'espère qu'il en sera autrement pour la suite.
En attendant, ne boudons pas notre plaisir, c'est léger et divertissant, la mièvrerie ne dégouline pas trop, c'est drôle aussi et la suite demeure ouverte. J'espère fortement que Zara enlèvera ses oeillères, qu'elle laisse tomber son loup, il ne vaut plus le coup ! ;) .

"I want you to want me because you want me, not because of grief, not because he is not here. I want you to love me for me. I want you to kiss me first and not because you need me to help you, but because you need to kiss me."

A ce propos, je m'étais imaginée que cette série serait une trilogie, et puis non. Un quatrième tome paraîtra en 2012, il n'est pas dit que ce sera le dernier non plus.

Entice (Need #3) - Carrie Jones
Bloomsbury Publishing PLC, 2010

LUENVO Lu en VO - 2

A PARAITRE EN VF LE 2 FEVRIER 2011 !

Posté par clarabel76 à 11:35:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27/07/10

My love lies bleeding

 

My_Love_Lies_Bleeding_de_Alyxandra_Harvey

Solange, seize ans, va prochainement franchir le cap : devenir vampire ! Cadette d'une famille qui compte sept garçons, la jeune fille est couvée, mais une ancienne prophétie a scellé son destin, depuis sa vie est en danger. Il existe plusieurs clans de vampires et autres créatures qui se livrent une guéguerre un peu complexe à résumer, Solange Drake se trouvant au coeur du mic-mac, il est crucial de la protéger. On peut aussi compter sur Lucy, sa meilleure amie humaine, pour la sortir des situations tordues.

Dans ce premier épisode, blindé en rebondissements et en scènes pétaradantes, Lucy va tomber amoureuse de Nicholas, le frère de Solange, alors qu'elle et lui avaient tendance à se lancer des piques moqueuses en guise de compliments. Il faut croire que l'amour brille sous le sarcasme. De son côté, Solange n'est pas insensible au charme de Kieran, un chasseur de primes surgi de nulle part, et peut-être responsable du kidnapping de la petite Drake, qui survient dans le feu de l'action...

Tout n'est que précipitation dans ce livre, c'est usant. A peine le temps de dresser le décor qu'on assiste aux tentatives de kidnapping, avec toute la galerie des ennemis passée en revue à un train d'enfer, jusqu'aux personnages qui tombent aussitôt amoureux, des sourires échangés et du rouge aux joues, pfff, c'est gentil, ça se taquine mais cela manque de saveur. Aucune fantaisie, trop d'action, le développement est pauvre, on se croirait dans un feuilleton pour teenagers (bah c'est vrai, c'est avant tout destiné pour eux !). L'auteur a su toucher sa cible, par contre si vous recherchez une histoire avec un minimum de consistance, passez votre chemin !

Disponible en VF sous le titre : Les morsures de la nuit.
     

Le deuxième livre est déjà disponible : Blood Feud. Il concerne les amours entre Logan, l'un des 7 frères de Solange, et Isabeau St. Croix, une rescapée de la révolution française.

My Love lies bleeding ~ Alyxandra Harvey
édition US : Hearts at Stake (Drake Chronicles, Book 1)

LireEnVo challenge Lire en VO - 23

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

19/07/10

The Lonely Hearts Club

Les garçons sont tous des mufles ! Penny Lane en a soupé des relations bidons, et depuis sa récente déconfiture avec Nate, le fils des meilleurs amis de ses parents, dont elle était follement amoureuse depuis des années, la jeune fille a choisi de faire un trait sur les relations sans lendemain. Elle renonce aux garçons, ne veut plus sortir avec eux, elle crée alors the Lonely Hearts Club (en référence à la chanson des Beatles, un héritage de ses parents qui sont des fans invétérés, d'où son prénom). Très vite, le club gagne en popularité car la majorité des filles du lycée revendique le droit de ne plus être prise pour du bétail. Même le directeur va s'en mêler, tant le club va semer - malgré lui - la zizanie. Cela sent la révolution !  !

The_Lonely_Hearts_Club_Elizabeth_Eulberg

The Lonely Hearts Club est un roman sur la solidarité féminine, sur le choix d'être respecté sans pour autant renoncer à aimer et être aimé, il y a une limite à ne pas franchir (all you need is love, après tout !). Les filles du club ne sont pas des harpies, au contraire l'histoire montre qu'il est surtout question d'amitié et de bonne humeur. L'héroïne, Penny, va même être prise à son propre piège puisqu'elle va rencontrer un garçon charmant, délicieux et attentionné qui va lui faire battre le coeur, alors qu'elle a pour règle d'or de ne pas déroger aux principes du Club (stop dating boys !). Pas facile, pas facile... Et pourtant, c'est tellement simple ! Le club n'est pas une prison non plus, et les copines sont là pour le lui rappeler !

Cela se lit vite et bien, non ce n'est pas le roman de l'année non plus, mais étant donné que ce livre est - je crois - le premier bouquin qui trouve grâce à mes yeux depuis deux semaines, j'estime qu'il mérite une mention plus qu'honorable.

Les petites références aux Beatles ont été également fort appréciables, et cette allusion sur l'influence de la musique dans la vie ... si cruciale à mes yeux :

There was only one thing I could do to ease the pain. I turned to the only four guys who'd never let me down. The only four guys who'd never broken my heart, who'd never disappointed me.
John, Paul, George, and Ringo.

Anybody who has ever clung to a song like a musical life raft will understand. Or put on a song to bring out an emotion or a memory. Or had a soundtrack playing in their head to drown out a conversation or a scene.

The Lonely Hearts Club ~ Elizabeth Eulberg

LireEnVo  challenge Lire en VO - 21