04/05/11

Gus vs. Greg

Ça sent les vacances d'été dans les librairies ! Voici deux romans pour les juniors qui mêlent l'humour et le divertissement et sonnent le rendez-vous avec leurs héros devenus des copains comme pour de vrai.

IMG_3841

Comment ça commence : C'est sérieux, les vacances. Faut qu'elles soient réussies assez pour qu'on ait bien les forces de repartir pour une année de merdouille. Faut faire un grand nettoyage du cerveau.

Le ton est donné, avec Gus. Les vacances sont et seront phénoménales, sinon ça ne vaudrait pas la peine d'en avoir. Toute la famille roule jusqu'en Bretagne chez le grand-père pour des vacances où la météo fait grise mine, où les algues vertes polluent les plages et interdisent qu'on y pose le petit orteil, mais c'est un rendez-vous imparable car Gus retrouve le cousin Elliot et ensemble ce sont les quatre cent coups assurés. Deux semaines pour s'éclater, rigoler, se moquer des grands ados qui glandouillent, se rincer l'oeil sur la plage et espérer un premier baiser. Puis, direction l'île de beauté. Cela ne ressemble pas à la Bretagne, c'est même très éloigné de ce que Gus a l'habitude de connaître et ça lui plaît aussi, même si son coeur reste à jamais breton...

Le petit Gus ne déçoit pas, il jure toujours comme un charretier, il a des avis sur tout mais confond pas mal les propos entendus dans la bouche des adultes, comme le cou long à la place du colon (!). Son impertinence de gamin intrépide permet aussi à l'auteur de pointer du doigt ce qui dérange (l'immobilier qui pousse comme des champignons et dénature le paysage, la pollution liée aux excréments des porcs dont l'élevage s'intensifie, l'utilisation des kalachnikovs contre les binious pour préserver son chez-soi, et le saucisson d'âne, les bonnes galettes, le vin blanc, le homard... bref c'est qu'on se régale pas mal aussi avec le petit Gus, même si les parties de pêche en Corse sont moins fructueuses.)

Le petit Gus en grandes vacances, par Claudine Desmarteau (Albin Michel, 2011)

IMG_3839

Comment ça commence : Pour moi, les vacances d'été, ce n'est rien de plus que trois mois d'entreprise de démoralisation.

Greg Heffley a une vision très différente des vacances, trois mois à ce régime, ça fait suer ! Cette année, la famille est un peu juste et doit annuler le départ à la mer, ce qui ne bouleverse point notre héros puisqu'il conçoit de rester chez lui, à dormir, jouer sur sa console et regarder la télévision. Or, sa mère ne l'entend pas de cette oreille et le force à sortir - virée à la piscine municipale, avec passage obligatoire devant la douche des hommes (eeerk), obligation de travailler pour rembourser le père de son meilleur copain (trop de smoothies avalés sur son compte !), petite fête d'anniversaire (en comité restreint, ça suffit les invitations loupées), grand projet d'envergure avec un club de lecture (à la durée de vie éphémère), etc. Ce qui est drôle avec Greg, c'est ce ton blasé qui l'accable dès qu'il est confronté à la moindre aventure dans sa petite vie. Ce garçon est paresseux, a un culot monstre et n'est pas très dégourdi. Malgré tout, on adhère à son humour et à sa philosophie de la vie - c'est impayable et on en redemande (le 5ème tome paraîtra en février 2012).

Journal d'un dégonflé : ça fait suer ! par Jeff Kinney (Seuil jeunesse, 2011)

La série a été adaptée au cinéma, voyez la bande-annonce du premier film :


11/10/10

Mes petits démons

IMG_0407

« Ils sont sales moches et bêtes et n'en font qu'à leur tête

Ils crachent ils rotent ils pètent et ils puent des pieds »

IMG_0412 IMG_0409

« Ils me font perdre mon temps

Et grincer des dents

Mais c'est comme ça

Ils restent là mes petits démons à moi »

Les petits démons de Claudine Desmarteau ont fière allure et ne sont pas sans rappeler les célèbres Crados (dans les années 80, ça vous dit ?). Il y en a pour tous les goûts, demandez le programme : Gertrude l'inquiétude, Clarence la méfiance, Virginie l'envie, Vincent le médisant, Marguerite l'hypocrite, Sidonie l'insomnie, Hortense la violence... Eh oui, autant leur donner un petit nom, c'est plus mignon, et puis on s'attache à ces petites bêtes ! ;o)

Ils nous empoisonnent la vie, ils vont et ils viennent, ils ne nous quittent plus, ils font partie de nous, ils sont nous ! Ce sont nos défauts - nos petits démons - et c'est infiniment plus drôle d'accentuer leurs traits, c'est beaucoup plus rock'n roll et cela permet de déculpabiliser un bon coup, je suis comme je suis (merci Jacques P.), ce n'est pas un drame et c'est bon aussi de rire de soi-même !

Claudine Desmarteau refuse le glamour et la complaisance. Elle revendique nos petits travers - les seuls, les vrais, les farouches, les immondes défauts. Et elle leur offre une vraie gloire, toute légitime. On s'incline, la main sur le coeur.

Mes petits démons, de Claudine Desmarteau
Albin Michel jeunesse (2010) - 15,90€

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

06/09/10

Le petit Gus fait sa crise

Le_petit_Gus_fait_sa_crise_de_Claudine_DesmarteauVous vous sentez déprimés par la rentrée ? J'ai trouvé la solution : lire, ou relire, les aventures du petit Gus ! Deux livres sont déjà sur le marché, deux hommages appuyés au petit Nicolas de Goscinny, revus au goût du jour car les cours de récré ne sont plus ce qu'elles étaient. Ce n'est pas une façon de peser le pour et le contre, encore moins une manière d'accentuer sur le "c'était mieux, avant". Bah non, c'est juste un cliché de notre jeunesse qui brille de mille feux, avec ses tics et ses tocs, son parler et ses modes.

Un sujet demeure, celui sur lequel tout le monde sera d'accord, sujet inépuisable et intarissable : les filles. Les générations se suivent mais les problèmes demeurent, avec des perles du genre : "Je voudrais pas être raciste ou quoi mais franchement, les filles, c'est pénible." C'est dit, ça ouvre le bal. Et on compulse le catalogue des choses qui vont de travers, le père trop radin, la mère vampirisée par Aldo Nouillerie, un psy qui donne des conseils bidons pour aider les parents à éduquer leurs enfants (on connaît les recettes, non, non, on ne se moque pas, mais c'est fichtrement bien épinglé, du coup c'est tordant, mordant, irrésistible !). Le grand frère tue son temps à devenir le champion de Guitar Hero, la soeur veut adopter un rat et fume en cachette en menaçant Gus de ne pas cafter aux parents.

Claudine Desmarteau nous dresse un portrait de famille cocasse, agaçant et déjanté, mais qu'est-ce qu'on rigole ! Le petit Gus ne fait pas dans la finesse, c'est clair, alors que sortent de sa bouche de môme de dix ans des paroles d'adultes, souvent grossières. Sûr qu'on devine l'auteur derrière, qu'on sent les règlements de compte et les petites piques qui font mouche. Je ne sais pas si un gamin du même âge captera toute la subtilité du propos, cependant il ne se sentira pas du tout étranger aux centres d'intérêt du garçon (les Transformers, le Bakugan, Pokémon & Co). C'est bien vu, pas du tout conventionnel, ça va à rebrousse-poil de ce qu'on peut lire d'habitude, ça mordille, ça use, ça s'essoufle avant de mieux rebondir, et ça finit bien. Drôlement bien, même, comme morale ! A adopter.

Le petit Gus fait sa crise ~ Claudine Desmarteau
Albin Michel (2010) - 157 pages - 12,90€

Le petit Gus, préalablement publié chez Panama, a été réédité par Albin Michel pour l'occasion.
A paraître en octobre : un album, Mes petits démons.

EXTRAIT :

A mon avis, les adultes, ils rêvent pas assez. On peut pas leur en vouloir parce que leur mission, c'est de travailler pour gagner de l'argent et de se taper des corvées à la maison. N'empêche, ils regardent trop les infos et les tickets de caisse. Après, ils deviennent chiants et ils râlent. C'est pas une solution. Moi ça me fait du bien de rêver que je suis un héros Ninja qui s'appelle Brad. Romain, lui, quand il joue sur sa petite guitare en plastoc, il rêve qu'il est un Guitar Hero. Delphine, elle est amoureuse de Tristan et je suis sûr qu'elle rêve qu'il largue Alice pour sortir avec elle. Va savoir, ça arrivera peut-être.
Et peut-être aussi que ça va s'arranger, le cancer de la planète, la crise et les patrons vautours.
On peut toujours rêver, non ?
 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

18/09/09

Mes années 70 ~ Claudine Desmarteau

Panama, 2008 - 54 pages - 19,50€

Mes_annees_70C'est une bonne bouffée de nostalgie que nous offre cet album - mes années 70, vues par Claudine Desmarteau. De suite, je vous l'annonce, non ce n'est pas du tout ma décennie (je suis née en 76) mais par contre je connais quand même, parce que j'ai des grandes soeurs !!! Il n'empêche que cela reste une lecture qui pourra plaire à tous, petits et grands, jeunes et moins jeunes, elle va séduire à tour de bras, impossible de résister à cet humour et ces dessins désopilants, tout est bien balancé, l'humour est vachard, mais juste un peu. Cela fait un bien fou de se replonger trente ans en arrière, et de se rappeller les téléphones oranges, les sous-pulls en synthétique, les cagoules, ma sorcière bien-aimée, les fous du volant,  les berlingots, les soucoupes chimiques avec cette poudre blanche sans goût mais dont on raffolait malgré tout, les scoubidous, le franc (!), Cloclo et toute la clique (Sheila, Ringo, Johnny, Sylvie... salut les copains !), les cheveux longs, les babas cool, le flower power, les fesses de Polnareff, le rock pur et dur, là ça me renvoie à Teen Song, lisez-le surtout !, ça fait un bien fou aussi...

Et puis en 70, on imaginait l'an 2000 pour dans treèèèès longtemps, je me rappelle que je calculais mon âge et me faisait la réflexion, hanlala je serai vieille (24 ans, tu parles !). Sinon, grande nouvelle, ce livre m'a ôté un gros poids sous forme de point d'interrogation, grâce à lui, je peux - enfin ! - donner une explication à  ce  jeu : IMGP6557 (cliquez pour voir en plus grand). Je crois qu'on a tous connu ce truc des boules, très agaçant dans le fond, parce que ça ne servait à rien ! Bref, l'idée du livre est vraiment excellente, et puis on n'est pas là pour se morfondre et conclure que c'était mieux avant, c'est juste un clin d'oeil pour se rappeler ce lourd héritage qu'on reçoit aujourd'hui avec bonheur. Du moins, je crois. Il y a même un passage qui laisse songeur, quant aux mots ou expressions couramment employés désormais et qui ne faisaient pas partie du vocabulaire d'alors (ordinateur, internet, web, mp3, dvd, console de jeux, cd, tgv, sida, chômage, vache folle, mondialisation...). Un court instant, je rêve, je soupire, je m'égare, j'imagine une autre vie... stop. 

Maintenant, pour l'anecdote, j'ai fait lire ce livre à ma fille. Hihihi. Grand moment d'hilarité. Pour moi ! Il faut la connaître, la miss est très prout-prout, elle s'offusque du moindre gros mot, elle est facilement choquée quand un couple s'embrasse à la télé, elle est aussi vachement sympa pour vous faire sentir au bord du gouffre, du style à pousser mémé dans les orties...

La voir lire ce livre m'a donc offert un second instant de franche rigolade. Je la guettais du coin de l'oeil, je savais ses réactions... outrées, par avance. Car la petite Claudine du livre est une vraie délurée, une chipie qui fait les quatre cent coups, ça tire un sourire sur les lèvres de la miss, il ne faut  pas la croire sainte-nitouche non plus, mais ça reste deux gamines aux antipodes, l'une garçon manqué contre l'autre maniérée comme pas possible. Aaaah, mais c'est pour mieux te décoincer mon enfant (dit la mère, sur un ton de vieille louve déguisée en grand-maman gâteau ! ;o)). Non, non, franchement elle a beaucoup rigolé aussi. C'est juste un plaisir vicieux, de ma part, d'intercepter ses mimiques, je le savais qu'elle allait être scandalisée pour un rien, parce que le plaisir de l'entendre dire, ooooh maman, hihihi, y'a que ça de vrai ! (Je suis une mère diabolique.)

Allez, sans rancune la miss, et voici une tite chanson pour toi, car je sais que tu l'aimes beaucoup !!! 

NB : je tiens à préciser que ma fille n'est pas une poupée de cire-poupée de son non plus, elle a son petit genre à elle, et puis c'est aussi un peu ma faute si elle est cucul-dragée à ses heures ! ^-^ Voilà pour remettre les pendules à l'heure.

oh_yeahoh_yeah_bis

you rock, lady ! ;o)

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

15/09/09

Teen Song ~ Claudine Desmarteau

Albin Michel, 2009 - 185 pages - 11,50€

Ce livre de Claudine Desmarteau a été un vrai coup de fouet - largement mieux qu'une sonnerie de réveil vous rappellant qu'il est temps de sortir de votre hibernation ! Wooow, ça fait un bien fou !  

teen_song

TEEN SONG est un carnet, pas un journal et encore moins un journal intime, qui raconte la vie d'une adolescente de troisième dans un collège privé. Sa meilleure amie s'appelle Alice, elle est fan des Stones et du rock en général. La narratrice, elle, qui ne porte pas de prénom et se présente en gribouillant un dessin obscur et pas très défini, est raide dingue de Led Zeppelin. Mais alors, fan de chez fan. Elle surfe sur le net, elle passe au crible la moindre info ou intox, elle bouquine les bios, elle traduit les paroles des chansons, elle écoute à fond tous leurs albums, elle vit, elle respire Led Zep, et croyez-moi, c'est beau ! C'est même ravigotant. (Ce livre vous en apprendra d'ailleurs un paquet sur la vie du groupe, un détail non négligeable.)

Claudine Desmarteau sent la jeunesse d'aujourd'hui, elle sait leur parler, elle sait emprunter leurs codes, elle connaît les sujets qui les touchent et les concernent, enfin bref elle a parfaitement su les décrypter. Ce n'est pas surfait, ce n'est pas style je-fais-comme-si-pour-faire-djeuns, c'est beaucoup plus authentique, à la fois drôle, sincère, effronté, grossier, bref c'est très juste. Et c'est accompagné d'illustrations griffonnées à la va-vite, mais qui donnent un ton très rock'n roll à cette lecture, en plus de nous faire beaucoup rire.

Je l'ai lu d'une traite, et j'ai tout bonnement adoré ! 

 

lu et grandement apprécié par Jean de la Soupe de l'espace & lu aussi par nomie

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,