31/07/18

Le Manuscrit inachevé, de Franck Thilliez

le manuscrit inachevé

Le lecteur est prévenu d'entrée de jeu : il s'agit d'un manuscrit inachevé, un roman dans le roman, bouclé par une tierce personne.

Deux histoires s'inscrivent donc en parallèle : la traque d'un tueur en série par deux policiers confrontés aux pires horreurs et l'enquête d'une femme écrivain pour retrouver sa fille kidnappée par un maniaque aux inspirations proches des sévices qui fleurissent dans ses romans à succès. Accrochez-vous, car c'est un vrai casse-tête !

On plonge très vite dans un dédale interminable, avec une intrigue tordue et une énigme finale à se taper la tête contre un mur quand on a écouté le livre audio - en effet, nul indice palpable mais une invitation à réécouter le tout, triple gloups ! En attendant, le rythme est tendu, les pistes sont nombreuses, parfois brouillonnes, avec une solution trop facile à mon goût, eu égard au génie de F. Thillliez.

Mais on reste dans le très bon, avec suspense glaçant et logique implacable, ambiance oppressante et clins d'œil foisonnants. Une recette toujours bougrement efficace. Finalement, j'ai glané la réponse en faisant mes yeux de Chat Potté et ne suis pas mécontente d'avoir obtenu les tuyaux qui sauvent. Merci #ClubAudible ! On referme ce chapitre en attendant le prochain rendez-vous.

©2018 Fleuve Noir (P)2018 Lizzie

 

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

 le manuscrit inachevé lizzie

Aux alentours de Grenoble, un jeune a fini sa trajectoire dans un ravin après une course-poursuite avec la douane. Dans son coffre, le corps d'une femme, les orbites vides, les mains coupées et rassemblées dans un sac. À la station-service où a été vue la voiture pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l'homme qui conduisait n'était pas le propriétaire du véhicule et encore moins le coupable.

Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L'institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. En pleine promo pour son nouveau roman dans un café parisien, elle résiste à la pression d'un journaliste : elle ne donnera pas à ce vautour ce qu'il attend, à savoir un papier sur un auteur à succès subissant dans sa vie l'horreur racontée dans ses livres. Car sa vie, c'est un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, L'inspirante, villa posée au bord des dunes de la Côte d'Opale où est resté son mari depuis la disparition de leur fille.

Mais un appel lui annonçant son hospitalisation à la suite d'une agression va faire resurgir le pire des quatre dernières années écoulées. Il a perdu la mémoire. Elle est seule. Dans le vent, le sable et le brouillard, une question se posera : faut-il faire de cette vie-là un manuscrit inachevé, et en commencer un autre ?

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

#ClubAudible_Juillet2018

 


29/06/18

Les nouvelles aventures du fakir au pays d'Ikea, de Romain Puértolas

Les nouvelles aventures du fakir au pays d'Ikea Le fakir 2

Même si je n'avais jamais lu les premières aventures du fakir au pays d'Ikea, je n'ignorais pas non plus de quoi cela retournait mais craignais une lecture trop burlesque pour m'y hasarder. C'est finalement pour le rendez-vous mensuel du Club Audible que j'ai relevé le défi et suivi avec beaucoup d'étonnement les joyeuses péripéties de notre Ajatashatru Lavash Patel (acte 2) !

Le fakir escroc a depuis fait du chemin en devenant un homme riche après avoir écrit un roman à succès et se repose donc sur ses lauriers dans son appartement cossu à Paris. Son éditeur lui fait cependant comprendre que son nouveau manuscrit ne vaut pas tripette et qu'il ferait bien de repartir en vadrouille pour pimenter sa prose. Retour donc en Suède pour concrétiser son rêve ultime - s'acheter son fameux lit à clous et rencontrer le grand patron d'Ikea. En parallèle, on replonge dans ses souvenirs d'enfance alors qu'Ajat suivait son apprentissage de jeune fakir auprès d'une autre fripouille, ce sacré Baba Ohrom. Ajoutez des quiproquos, des chassés-croisés, des petits mots doux qui s'envolent, une dulcinée qui imagine son amour perdu et un chauffeur de taxi gitan qui écoute du Raphaël à longueur de journée... La bidonnade est assurée ET assumée. Cette suite a été pour moi une totale surprise - tant mieux - j'ai été épargnée de toute comparaison et mon enthousiasme n'en a été que plus débordant à l'écoute de cette histoire - fabuleusement lue par Dominique Pinon, au passage. Sa gouaille de vainqueur et l'humour pince-sans-rire qui découle de chaque page font évidemment mouche. Le fakir est un antihéros par excellence, toujours présent pour mettre les pieds dans le plat, amateur de jeux de mots débiles, confondant d'une niaserie abyssale et se couvrant souvent de ridicule, mais avec panache...

En somme, cela se lit comme une fable truculente et déjantée. On redécouvre le royaume des boulettes et des pains à la cannelle sous un autre jour, mais on voyage aussi entre l'Inde et la France, on évoque les flux migratoires et l'idée folle d'une Europe aux abois et condamnée à se réfugier en Afrique... Tiens donc, et si on inversait les rôles ? Ne serait-ce point les prémices d'une nouvelle aventure ? Pour l'heure, c'est drôle et savoureux. L'auteur a certes annoncé qu'il allait écrire un troisième épisode - entre autres lubies - mais gare à la surdose tout de même. En attendant je m'en vais écouter Tout un été sans Facebook !

©2018 Le dilettante (P)2018 Audiolib. Lu par : Dominique Pinon

Série : Le fakir, livre audio 2 (Durée : 6 h env.)

#Club_Audible MAI 2018

Discussion  #ClubAudiblePage FB

https://www.audible.fr

 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01/05/18

Minute, papillon ! d'Aurélie Valognes

Sélection #Club_Audible AVRIL 2018

minute papillonÀ 18 ans, Baptiste annonce à sa mère qu'il quitte la maison pour s'installer chez sa petite copine. Rose est effondrée. En claquant la porte, le garçon a également lancé un ultimatum - il ne reprendra contact qu'après avoir eu vent de l'identité de son père ! Dans la foulée, Rose perd son boulot de nounou et accepte de devenir dame de compagnie pour une famille complètement toquée.
Cinq heures plus tard, on ressort de cette histoire avec un sourire niais. Et la conscience aigüe d'avoir lu une bluette légère et suintante de bons sentiments. C'est tellement doux et miraculeux. Gare aux allergiques à la guimauve, autant de providence peut donner envie de se cogner la tête contre le mur !
Aurélie Valognes propose néanmoins un roman sans prétention, qui évoque avec sincérité la conflictuelle relation entre une mère et son enfant. Pour elle, « le roman se veut une pause, un merci particulier dans ce monde qui fonce, un minute papillon pour se recentrer sur ce qui est important et pour dire les choses à ceux qui comptent vraiment... ».
Le ton est cependant simpliste et bourré de clichés - l'accent de Jane Birkin, le brushing de Catherine Deneuve, le petit air de Jessica Chastain. On retrouve aussi facilement le même humour, les mêmes séquences téléphonées et les mêmes personnages stéréotypés. Il n'y a pas d'originalité et on a la sensation de toujours lire la même chose. De plus, c'est très court. D'où l'impression que le roman survole les détails et demeure trop superficiel.
Ceci dit, la lecture est charmante et distrayante. Elle offre une vraie tranche de bonne humeur (très appréciable). Mais j'ai préféré Nos adorables belles-filles ou Mémé dans les orties du même auteur, car ici les personnages ne sont pas attachants.
Très bonne lecture audio, réalisée par Maia Baran (voix plaisante et intonation enjouée).

 

©2017 Mazarine / Librairie Arthème Fayard

(P)2018 Audiolib. Texte lu par Maia Baran (durée : 5h env.)

 

1- Quel est votre avis général sur l’histoire ? 

Histoire agréable, pleine de bons sentiments, mais qui en fait beaucoup trop pour que l'ensemble soit crédible.

2- Quel a été votre passage préféré ? Et celui que vous avez le moins aimé ? 

Tout est lisse et attendu, à tel point que rien ne se distingue en bien ou en mal. 

3- Rose : l’avez-vous perçue comme faible ou forte ? Vous êtes vous retrouvé en elle ? Ou souhaitiez-vous lui donner des conseils ? 

Rose est faible et beaucoup trop passive ! Des conseils ? Qu'elle cesse d'être spectatrice de sa vie. Et surtout, qu'elle rabroue son fils ! 

4- Selon vous, peut-on véritablement parler d’une évolution psychologique du/des personnage(s) ? 

Je ne pense pas que ce roman prétende être autre chose qu'une lecture légère et sans prise de tête. Évolution psychologique ? - do you speak french ?

5- Connaissiez-vous déjà l’auteure ? La narratrice ? 

Déjà lu Aurélie Valognes en audio. Déjà écouté d'autres livres lus par Maia Baran (Twilight, Entre ciel et Lou, La ville orpheline).

6- Pensez-vous qu'une suite soit possible ?

Non, inutile ! ☺

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24/04/18

Une journée exceptionnelle, de Kaira Rouda

Une journée exceptionnellePaul et Mia Strom partent en weekend dans leur maison secondaire en bordure de lac. Les enfants sont confiés aux bons soins d'une babysitter. Le couple peut prendre la route en toute quiétude. Pour Paul, la journée s'annonce exceptionnelle.
Mais voilà... Une tension perceptible flotte dans l'habitacle. La sensation diffuse d'un malaise. D'une contrariété. Et ce bruit sourd est en train de gronder, enfler... prêt à exploser.
Toutefois, Paul est confiant. Il trace son chemin, les mains sur le volant, les yeux fixés sur le bitume, et ressasse les années heureuses de leur mariage - son coup de foudre pour la jolie Mia - et leur amour face aux obstacles. Paul est un homme sûr de lui, de son charme, de son pouvoir. Il a gravi les échelons dans son agence de publicité. Il a fondé une famille exemplaire. Il aime séduire et courtiser pour se rassurer.
Oui, vraiment, Paul Strom est un homme comblé.
Et pourtant, en jetant des regards en coin, il ne peut ignorer la position crispée de son épouse, ses allusions piquantes, ses questions insistantes. Aussitôt le doute s'installe. Mia est différente. Ses pensées vagabondent et semblent l'éloigner de lui.
L'époux cherche alors une explication. Il fouille dans sa mémoire, cherche des indices et pioche au hasard. Ce détail l'agace, car il se vante d'avoir tout sous contrôle et ce grain de sable peut entacher son weekend parfait. Impossible. Paul juge cela intolérable.
Il est vrai que Mia n'est pas en grande forme, ces derniers temps. Elle a perdu beaucoup de poids et les médecins ne trouvent aucune explication à ses symptômes. Paul a saisi l'occasion - sa femme a besoin de repos. Il balaie ainsi d'un geste de la main l'idée qu'elle reprenne le travail. La place d'une épouse est à la maison, auprès des enfants. Point.
Ceci plus cela font que le portrait de Paul Strom ne laisse aucune hésitation sur sa véritable personnalité - c'est un pervers narcissique, au comportement infect, qui fait valoir sa supériorité de mâle et qui tire plaisir à écraser les autres. Ouch.
Toute la complexité du roman est finalement d'avoir su marcher sur cette corde raide. On passe une bonne dizaine d'heures à écouter ses palabres, la mâchoire raide, les nerfs en pelote. On se glisse dans la tête de ce type odieux et on mesure l'ampleur de son raisonnement. L'effet est glaçant... par contre, quelle prouesse ! L'auteur a réussi un suspense psychologique de haute volée avec une histoire, certes, un peu trop lisse et banale mais au sein de laquelle le profil du psychopathe s'épanouit tranquillement, à la barbe du lecteur honteux de sa fascination.
J'ai bien aimé le tour de passe-passe. J'ai surtout été étonnamment surprise par l'interprétation de François Montagut qui a su me faire rire à plusieurs reprises (je l'ai pourtant souvent épinglé pour ses mimiques insupportables à caricaturer les voix féminines) ! Là, j'ai été scotchée. 
Un bon roman où priment l'action lente et la manipulation mentale à dézinguer famille, mariage etc. Épouvantable ! ☺

©2018 Leduc.s Traduit par Amélie de Maupeou (éditions Charleston, 384 pages)

(P)2018 Audible Studios. Texte lu par François Montagut (durée : 11h env.)

une journée exceptionnelle charleston

 

30/03/18

La disparition de Josef Mengele, par Olivier Guez

Sélection #Club_Audible Mars 2018

La disparition de Josef Mengele1949 : Josef Mengele arrive en Argentine. Caché derrière divers pseudonymes, l'ancien médecin tortionnaire à Auschwitz croit pouvoir s l'inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L'Argentine de Perón est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s'enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l'angoisse, ne connaîtra plus de répit... jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.

1- Qu’avez-vous pensé du ton du narrateur/auteur ?

Détaché. Morne. Glaçant. 

2- Selon vous le problème émanait-il du ton du narrateur ou du récit en lui-même ?

Certes le texte est lourd, mais le ton du narrateur est beaucoup trop solennel et déprimant.

3- Quelle a été votre assiduité d’écoute ? 

Je pensais l'écouter rapidement (6h, c'est peu) et puis j'ai vite freiné des deux pieds car l'histoire est lourde, le personnage de Josef est détestable au possible, sans compter les informations qui deviennent vite étouffantes à force de les accumuler. Du coup j'ai ralenti, pour souffler et tenter de mieux apprécier la lecture.Mais cela a été difficile.

4- Avez-vous été choqué/surpris/dérangé par les actes réalisés par Joseph Mengele et décrits dans le livre ?

Choquée, horrifiée, dégoûtée... ce type incarne l'ignominie humaine dans toute sa splendeur. Sans scrupules. Absence de remords. Conviction de son bon droit. Refus de débattre de ses actes. Lâcheté. Mépris total etc. Une belle ordure ! Et ses expériences, au nom de la science, mygod, on a beau avoir eu connaissance de telles horreurs dans nos manuels d'histoire, c'est toujours une claque d'en découvrir l'ampleur dans un roman. 

5- Quel a été votre passage préféré ?

Préféré, aucun. L'ensemble du livre a eu sur moi un effet de marée noire. J'étais comme engluée, franchement écœurée et j'ai suffoqué à maintes reprises, par contre j'étais curieuse de comprendre l'étendue de la fuite des nazis après-guerre, la large complicité et les réseaux organisés pour complaire à leurs exigences, couvrir leurs actes et identités. La prise de conscience de l'holocauste dans la mémoire collective est survenue progressivement, d'où les nouvelles chasses à l'homme et les combats menés par les Klarsfeld par ex. Au final, c'est plein de petits passages marquants.

- Dernière question : quel rôle donnez-vous à l'interview finale de l'auteur par rapport au récit et au travail de l'auteur ?

L'interview est complémentaire à l'écoute du roman. C'est toujours éclairant de comprendre les motivations de l'auteur et son approche avant de se lancer dans l'écriture.

 

©2017 Éditions Grasset & Fasquelle

(P)2018 Audiolib. Texte lu par Olivier Guez (durée : 5h 47)

La disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d'opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l'argent et l'ambition. Voici l'odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

 

Posté par clarabel76 à 20:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22/02/18

Couleurs de l'incendie, de Pierre Lemaitre

couleurs de l'incendieAvoir lu ou non Au revoir là-haut n'est finalement pas si crucial pour la bonne compréhension de ce roman - contrairement à ce que j'avais imaginé. On retrouve, certes, la famille Péricourt mais l'histoire s'attache à Madeleine, fille de Marcel. Le roman commence en février 1927, par des obsèques affreusement pompeuses, lesquelles sont perturbées par la chute tragique du jeune Paul, depuis le deuxième étage de la maison. Comment, pourquoi ? La foule horrifiée voit l'enfant conduit en urgence à l'hôpital, où sa mère apprend qu'il est miraculé mais paraplégique. L'annonce est brutale, le choc traumatisant. Leur quotidien est alors mis sens dessus dessous - Madeleine se décarcasse pour le confort de son fils, elle recrute une aide-ménagère polonaise (l'exubérante Vladi) et confie ses affaires courantes à l'avocat de la famille, Gustave Joubert. Sa confiance aveugle sera néanmoins trompée. Sans rien voir venir, Madeleine va être dupée et roulée dans la farine par ses plus proches confidents.

Et quelle prouesse ! Pour moi, ce roman s'inscrit dans la lignée des grands romans populaires, façon Balzac, Dumas et Zola. On découvre en effet un récit captivant et flamboyant, une sinistre comédie humaine ancrée dans son époque (on jurerait que Lemaitre a voyagé dans le temps pour s'imprégner des lieux, de l'ambiance, des codes romanesques en vigueur). Clairement, c'est une réussite sur ce plan. Après, l'histoire nous happe, nous attire dans ses filets et on se laisse porter par le fil narratif. On assiste ainsi au naufrage, on découvre la mascarade, on encaisse les revers de fortune et les illusions perdues, tout ça sans broncher. On ressent une profonde empathie pour Madeleine, on la juge trop sentimentale puis on applaudit son courage et sa force. En digne Péricourt, elle ne va pas rendre les armes mais va puiser dans l'humiliation infligée pour faire sa propre justice. Sa vengeance se tisse alors dans les règles de l'art, mitonnée aux petits oignons, ourdie en douce et élaborée avec patience. Ah, il y a de l'Edmond Dantès chez cette Madeleine ! Vraiment, on se régale. Moi qui avais conservé un souvenir flou et en demi-teinte du précédent Au revoir là-haut, j'ai été agréablement surprise par Couleurs de l'incendie qui a su me tenir en haleine pendant près de 14 heures ! 

La lecture faite par l'auteur lui-même est, de plus, tout à fait remarquable. J'avais déjà noté combien il excellait dans cet exercice, cf. Au revoir là-haut, et ai donc apprécié qu'il renouvelle l'exploit avec cet opus. L'auteur vit littéralement son récit, il module les intonations, connaît ses personnages, joue avec le lecteur. C'est une vraie pièce de théâtre qui se déroule dans nos oreilles, et on reste auditeur fasciné de bout en bout. Ce n'est pas donné à tout le monde de réussir pareille prouesse (certains sont de piètres lecteurs, en gros il ne suffit pas d'avoir écrit le livre pour s'improviser lecteur et transmettre au mieux ses émotions). Pierre Lemaitre figure parmi les exceptions - j'ai beaucoup aimé l'écouter ! L'effet immersif est, de plus, indéniable. 

Excellente pioche, donc. Une lecture pleinement enthousiasmante sous tous les formats. À conseiller. ☺


Avec la participation de Zygmunt Miloszewski pour les mots lus en polonais.

©2018 Éditions Albin Michel (P)2017 Audiolib

 

Sélection du #ClubAudible Février 2018

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

17/01/18

Premier #ClubAudible !

RdV ce soir pour la 1ère session du Club Audible, à partir de 20h sur la page Facebook d’Audible !

À cette occasion, chaque membre partagera ses impressions autour du roman « Entre deux mondes » d’Olivier Norek.☺

audible_clubCouverture de Entre deux mondes

 

 

 

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :