22/07/14

Teaser Tuesday #59

IMG_1408

Un petit goût de noisette à savourer. Dans ce recueil d'histoires courtes, Vanyda explore l'amour, évoque le moment parfait qui nous échappe parfois, les occasions manquées aussi... Usant des dialogues avec justesse et parcimonie, offrant à chaque tranche de vie sa couleur propre, Vanyda fait se croiser ses personnages. En quelques pages, en quelques jours, Benoît, Corentin, Manon, Aymeric et les autres se rencontrent, s'enthousiasment, pleurent. Un véritable condensé d'émotions !

IMG_1409

IMG_1410

IMG_1411

IMG_1412

IMG_1413

IMG_1414

IMG_1415

IMG_1416

IMG_1417

 

Beaucoup de sensibilité, de douceur, de tendresse et de beauté dans cette œuvre aérienne et faussement légère, des personnages attachants, des petits bouts de vies ordinaires, des histoires qui s'entremêlent... et une immense frustration au moment de tourner la dernière page ! 

Un petit goût de noisette, de Vanyda  @ Dargaud / janvier 2014

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26/07/12

Pêle-mêle Clarabel #52

mes dernières lectures en BD :

IMG_6831

- La page blanche par Pénélope Bagieu et Boulet : une petite déception, même si j'aime toujours les dessins. Histoire assez commune, pas très excitante.

- Le bel âge, tome 1 : Désordre par Merwan : une première rencontre engageante, j'ai hâte de connaître la suite. Je me suis déjà attachée aux personnages.

Au départ, il y a trois filles : Violette, Lila et Hélène. Elles ne se connaissent pas. Elles ont une vingtaine d'années et pas grand-chose en commun. Ou plutôt si : chacune se cherche, hésite, prend des décisions, doute et les regrette. Chacune fait ses premières expériences, douloureuses, en terres adultes. Ce sont donc trois petits morceaux, trois fils qui courent, qui se croisent, s'entrecroisent, puis se mêlent. Trois fils qui, peut-être, tricoteront une nouvelle histoire de celles qui font aimer la vie ?

- Lucy poids plume, tome 1 : Un amour de tornade par Christian Jolibois et Joëlle Passeron : une héroïne qu'on ne présente plus (idole des jeunes filles 10/12 ans). L'humour et les illustrations sont top, pour une lecture pleine de peps.

- Le journal de Julie : tome 1 : Ma vie, moi, mes copines par PrincessH : rentrée au collège, les clans des copines, les stars qu'on adore, la mode à suivre, les garçons qu'on aimerait bien, la famille qui ne vous lâche pas, les petits boulots pour grossir l'argent de poche, les rêves et les délires d'une fille de 11 ans ... pour celles qui se reconnaîtront. ;o)

Respectivement : Delcourt, Janvier 2012  ♦ Dargaud, Janvier 2012  ♦  BD Kids, Avril 2011  ♦ BD Kids, Mars 2011

10/07/09

Celle que je voudrais être ~ Vanyda

celle_que_je_voudraisDeuxième partie de la trilogie créée par Vanyda, qui traite de l'adolescence et des passages à vide ou euphoriques fatalement inhérents, bref un cap pas toujours excitant, mais incontournable à franchir pour aider à grandir et à se trouver.
Valentine est donc entrée au lycée, néanmoins son groupe de copines a éclaté. Au début elles arrivent à coincer leur emploi du temps pour se retrouver le midi ou pendant les récréations, puis petit à petit d'autres clans se forment et les intérêts finissent par se fâner.
Valentine est une adolescente ordinaire, indécise, réfléchie, soumise. C'est une suiveuse, dans le sens où il lui faut une tête de file pour suivre le mouvement, et bien souvent elle s'embarque dans des situations gênantes où sa timidité refait surface.
Cette première année de lycée s'annonce aussi enrichissante, car Valentine élargit ses centres d'intérêt et ses relations, notamment avec Félix, son grand béguin de toujours.
La fin dénonce un goût d'amertume, terriblement parlant d'une époque floue, où on voudrait être cet autre qui ne nous ressemble pas, et où souvent on agit à l'encontre de ce qu'on souhaiterait vraiment. Mais au bout du compte, on ne sait plus.
J'aime beaucoup cette série, même si elle ne me concerne plus, elle n'est pas sans me rappeler une adolescence pas nécessairement difficile, mais plutôt réservée et pleine de questions.
D'un style sobre et délicat, emprunté aux codes du manga, le ton de Vanyda est imparable et touche instantanément.

Dargaud, 2009 - 192 pages - 14€

Preview de 7 planches sur le site BD Gest'

Pour rappel, le premier tome : Celle que je ne suis pas

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

25/03/09

Effleurés ~ Isabelle Bauthian & Sylvain Limousi

effleuresÊtre un garçon qui aime l'ordre, le classement, la définition, la logique. La sécurité, selon Christophe. Pas la transparence, ni l'ennui. Jusqu'au jour où il va faire la connaissance de Fleur. Elle est insouciante, légère, hippie, bouffonne, libre, rigolote. 
Peut-on parler d'avenir lorsqu'on n'est pas sur la même longueur d'ondes ? lorsqu'une relation d'un soir s'éternise dans la durée d'abord, dans la qualité ensuite ? Vous sentez que cette fille vous apporte beaucoup, mais qu'elle devrait aussi se fondre un peu à votre image.
Terrible dilemme du couple qui cherche à forger l'autre selon ses attentes... ou non, disons qu'on cherche à plaire pour les autres, pour le regard qu'on pose sur nous ? S'enticher d'une fille à problèmes, l'aimer à perdre la raison, ne pas l'admettre, oser pour elle ce qu'on n'imaginait pas, et tout perdre ?
C'est une histoire ordinaire, qui comprend mieux qu'elle n'évoque ce que l'amour, en général, pousse les hommes et les femmes à accomplir pour briller, ou pour exister. On s'effleure plus souvent, croyant se toucher. C'est dans l'air du temps.
En bref, une belle histoire pleine de sens. A lire.

Effleurés, par Isabelle Bauthian & Sylvain Limousi
Dargaud, 2008 - 72 pages - 12,50€

A rapprocher avec la lecture de Ruptures d'Andi Watson (ça et là, 2008)

Quelques clics :::  les premières pages à consulter sur le site de l'éditeur - le blog d'isabelle bauthian

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27/11/08

« celle que je ne suis pas »

51yHGe9WCoL__SS400_C'est l'année du brevet. Valentine a quatorze ans, elle est en troisième et est toujours entourée de sa bande de quatre copines (Yamina, Julie, Emilie et Juliette). Elle est aussi amoureuse de Félix, mais c'est son petit secret qu'elle préserve jalousement.
Les mois passent, au rythme des cours (qu'on sèche, parfois), des premières boums, des compétitions sportives. Entre 400 coups, coups de blues et éclats de rire, Valentine trace sa route d'adolescente en mal de repères.
Style épuré, tout en noir et blanc, ambiance très intimiste et héroïne inhibée font de cet album un cousin proche du travail de Kiriko Nananan. C'est assez nonchalant, toutefois Vanyda confirme son potentiel déjà éprouvé dans L'immeuble d'en face ou L'année du dragon. Elle parvient à créer un univers à part, très proche du lecteur, par son souci du détail. Elle donne naissance à des personnages attachants, un peu anti-héros, criblés de failles et d'imperfections. Valentine, au centre, est émouvante de simplicité. Elle semble subir sa vie, se pose des questions qu'elle ne formule pas à haute voix. Elle incarne tant le mal être de cet âge ingrat !
« Celle que je ne suis pas » est le premier tome d'une trilogie à paraître. Le tome 2 (prévu pour juin 2009) annonce l'entrée en seconde, avec de gros changements en perspective.

Dargaud, avril 2008 - 192 pages - 14€

L'année du dragon (tome 1, tome 2, tome 3) a été réuni en un volume et en noir & blanc.

Le site de Vanyda : http://vanyda.free.fr/

L'avis de Reno

 

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

24/03/08

Des histoires de coeur, pour plus grands

rupturesRuptures de Andi Watson

Titre original : Dumped
Traduit de l'anglais par Sidonie Van den Dries

Une petite ville de province en Angleterre.
Au cours d'une soirée un peu trop arrosée, deux jeunes adultes, Richard Binfield dit "Binny" et Debby couchent ensemble alors qu'ils ne se connaissent pas.

Par la suite, les deux tourtereaux vont apprendre à se connaître, et rapidement déchanter en découvrant les petites manies de Binny, le mauvais caractère de Debby, et surtout la capacité de celle-ci à cacher l'existence d'un second petit ami.

Andi Watson nous livre avec cette "nouvelle graphique" une subtile chronique des petits malentendus et des gros mensonges au sein des couples qui se font et se défont.

Je n'avais jamais lu d'album d'Andi Watson jusqu'alors, et c'est en explorant le catalogue des éditions çà et là (qui publie le célébrissime Château l'attente) que j'ai fait cette découverte. C'est une bd ou un court roman graphique, au style totalement épuré et en noir & blanc, qui me plaît beaucoup. C'est très simple, même l'histoire en elle-même n'est pas révolutionnaire. Elle apporte un regard critique sur les amours actuelles, lorsqu'un couple se rencontre et cherche à coincider ses attentes. Ce que vivent Binny et Debby est une parfaite démonstration des petits mensonges, des agacements, des caractères différents au sein du couple qui voudrait que tout ne soit qu'osmose et communion permanente !

J'ai également apprécié la particularité des deux personnages à s'attacher aux vieilles choses, aux fringues de seconde main pour elle et aux livres chinés dans les bouquineries pour lui. Ces objets représentent pour eux plus que des rebuts, chacun a un passé, raconte une histoire, révèle quelque chose du précèdent propriétaire. Mais encore une fois, ils sont tout deux trop obstinés pour s'apercevoir qu'ils partagent la même vision. Par exemple, Binny a choisi de tester Debby en lui offrant une coupe de l'amour avec les initiales des amants, mais la jeune fille n'y voit qu'un vieux pot ébréché et sans valeur.

La petite histoire d'amour que propose l'anglais Andi Watson possède une touche délicate, un soupçon d'élégance dans cet univers sans couleur et un peu terre-à-terre. Quelle chance réserve-t-il à nos deux protagonistes ? Binny le rêveur arrivera-t-il à conquérir Debby la tête de mule ? ... A découvrir.

Ruptures, d'Andi Watson - 55 pages - ça et là - 9.50 €

Pour en savoir plus : http://www.caetla.fr/ruptures.html

**********

everydayMiho travaille comme vendeuse dans un magasin, pendant que son compagnon Seiichi se consacre à la musique. Même si elle repense souvent à son ex-petit ami, Hagio, elle est heureuse auprès de Seiichi. Le jeune ménage, pourtant, peine à joindre les deux bouts, et Miho doit prend un second emploi. Devenue hôtesse de bar, elle finit par céder, par besoin d’argent, aux avances d’un client. Lorsque Seiichi l’apprend, il ne la comprend pas et s’éloigne d’elle. C’est alors que Hagio ressurgit dans la vie de la jeune femme.

Certains diront que c'est plat et sans saveur, d'autres -comme moi- trouveront que c'est subtil, mélancolique et simplissime. (Pourquoi ce besoin, sans cesse, de surenchère et de fioritures ?!) C'est aussi une bd qui a tout du roman graphique, c'est du Kiriko Nananan, c'est-à-dire extrême sensibilité, niveau sismique à deux de tension et profondes interrogations sur la jeunesse nippone frappée par la confusion des sentiments.

Ce qui me touche dans ce genre de lecture, c'est la beauté du crayon et l'ambiance ordinaire, déjà prouvée dans d'autres albums. Everyday est moins glauque et moins oppressant, c'est un portrait de jeune femme tiraillée entre deux histoire d'amour. Miho n'est pas l'archétype de fille qui s'avère attachante et sympathique d'entrée de jeu. Ses valses d'hésitation et sa mollesse font d'elle une petite tête à claques. Mais tout ceci n'entrave pas le goût de connaître la suite, même si au final on en sort en croyant avoir tourné en rond... Bizarre, mais toujours très envoûtant !

Casterman, coll. Sakka. 204 pages.

Merci Gawou Nowel !!!

**********

rachelRachel cohabite avec Rose, barmaid, qui a, entre autres mérites, celui de garder la tête sur les épaules. Non que Rachel soit une écervelée, mais elle manque de confiance en elle et a, du coup, du mal à trouver ses marques : avec François, qui ne rêve que d'une chose : emménager avec elle ; avec son voisin, plutôt joli garçon, mais dont le côté intello lui fait peur ; avec Richard, musicien pilier du bar de Rose, qui passe sa vie à la taquiner, histoire de dissimuler la tendresse qu'il a pour elle et enfin avec sa mère, une psy à l'égocentrisme exacerbé, rendue encore plus imbuvable par son récent divorce.

C'est une histoire en 3 tomes, comme le stipule la quatrième de couverture. La présentation faite de Rachel dans ce volume est plutôt grinçante, car c'est une jeune femme butée et volcanique, assez immature dans ses rapports avec les autres. Je sais que c'est fait exprès pour donner du grain au moulin, mais le trait est exagérement grossi et, parfois, c'est un chouia irritant.

Je n'ai pas compris non plus le choix de ne pas dessiner de bouche pour exprimer l'expression abasourdie des personnages, mais ceci n'est qu'un détail sommaire. Car je crois que je vais apprécier de connaître la suite des aventures de Rachel, de sa copine Rose, du petit voisin intello et du raseur de service. Par certains côtés, cela me fait penser à la série des Julie, Claire et Cécile. Il faut d'ailleurs reconnaître le gros travail de Manboou à dessiner des détails infimes, dans la déco ou le look des personnages. J'étais soufflée. Bref, c'est sympa, ça se lit rapidement et ça ne prend pas le chou ! (Léger ahem pour le tempérament de la demoiselle ... sans quoi, c'est engageant !). J'attends la suite.

Le blog de Manboou : http://www.manboou.canalblog.com/

Dargaud - 128 pages - 9.50 €

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,