26/05/17

Capitaine Maman, de Magali Arnal

Capitaine maman

Capitaine Maman est une célèbre archéologue, qui parcourt le globe à la recherche d'antiquités perdues dans les entrailles de la Terre. Elle n'hésite pas à enfiler sa combinaison pour sonder les fonds sous-marins et ainsi décrocher la timbale - la précieuse tête de la Reine de Pierre ! Quelle aubaine.

Capitaine Maman doit rejoindre son bateau, où l'attend sa fidèle partenaire, Quartier-Maître Mémé, et rassembler son matériel -  aspirateur à sable, lampe frontale, mousquetons, sangles, ballons de remontée... C'est alors qu'une drôle de surprise l'attend à bord de son sous-marin. Trois passagers clandestins. Trois petits chatons qui souhaitaient partager un peu d'aventure avec leur maman. Mais Capitaine Maman est fâchée. Une discussion s'impose, mais d'abord elle a du boulot !

Seulement, sa mission va s'annoncer plus ardue que ses tâches ordinaires. Des crevettes, des murènes, un mérou... tous viennent semer la zizanie et provoquer l'accident. Catastrophe, catastrophe. Sur le bateau, les chatons et leur grand-mère comprennent qu'il n'y a plus de temps à perdre. Il faut sauver Capitaine Maman ! En avant, moussaillons ! ...

Et quelle lecture extraordinaire ! Avec son grand format, de belles illustrations étalées, un scénario captivant, des héros entiers et dévoués, de l'amour partout, partout, partout... On ne peut qu'applaudir ce bel album de Magali Arnal qui met à l'honneur une maman admirable, mais pas infaillible, et qui peut se vanter d'avoir des intrépides matelots pour veiller sur elle. Pour la tranquillité, finalement, on repassera. ;-) C'est adorable, avec de belles couleurs et des rebondissements qui donnent des étoiles dans les yeux. Superbe. 

L'École des Loisirs, 2017

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


10/05/17

Chasseur de cyclones, de Christine Avel

CHASSEUR DE CYCLONESElise ne voit pas souvent sa maman, trop accaparée par son boulot et ses voyages à donner des conférences à travers le monde. Cette fois, changement de programme, elle lui propose de l'accompagner aux Bahamas où elles fêteront ensemble son quatorzième anniversaire. Pour lui tenir compagnie, sa mère a fait appel à son amie d'enfance, Léa, avec laquelle Elise ne s'entend plus beaucoup. L'adolescente l'a donc en travers de la gorge. Au lieu de se réjouir, de savourer cette escapade, Elise traîne les pieds et fait la moue. Elle est allergique à la piscine, au soleil, à l'air conditionné... Par contre, elle pourrait passer des heures à bouquiner ou prendre des photos. Cette passion lui vient de son père, auprès de qui elle a appris les bons gestes, les bons réflexes et adopté les préceptes - le Leica, c'est le mythe. Aussi, le jour où elle tombe sur un appareil dernier cri oublié au bord de la piscine, son cœur fait boum. Elise s'en saisit, le planque dans sa chambre, rêve des clichés qu'elle pourrait en tirer... puis culpabilise, fait des cauchemars et cherche à retrouver ses véritables propriétaires.

En fond de décor, nous avons l'île paradisiaque des Bahamas, dans son écrin doré, protégé, chouchouté des hôtels de tourisme au confort quatre étoiles. C'est dans ce décor de rêve que s'invite la fameuse Teresa, un cyclone qui tourbillonne au large des côtes et dont la trajectoire va finalement dévier pour frapper leur cocon douillet. Toutefois, n'attendez pas de séquences émotionnelles d'une amplitude cataclysmique. Les vacanciers vont être quelque peu secoués (coupure d'électricité, sandwich à la Vache qui rit pour compenser...). Seule notre jeune Elise va se retrouver au cœur de la tourmente et ainsi croiser brièvement le chemin d'un garçon du coin qui lui vient en aide en l'invitant chez lui. Une façon de montrer le revers des cartes postales idylliques en rappelant les conditions de vie rudimentaires des habitants. 

La lecture n'en demeure pas moins légère, pimpante et juvénile. Elle dresse le portrait d'une jeune fille qui se sent injustement délaissée et mécontente, d'où l'image du cyclone, dont elle s'approprie « son souffle, sa colère » avant d'en sortir « essorée, la tête vide ». Au final, Elise retiendra de cette expérience de tempérer ses humeurs et de changer son regard sur le monde, non seulement pour capturer la photo parfaite, « la seule au bon moment et juste au bon endroit », mais aussi pour modifier son viseur sur son entourage. Une lecture pertinente sur l'adolescence, la famille, la photographie, les apparences trompeuses et la réalité en demi-teinte. Un bon moment qui fait voyager et réfléchir en même temps.

L'école des Loisirs, 2017 - illustration de couverture : Gabriel Gay

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12/04/17

Pêle-Mêle : Un gâteau comment ? - Disparais ! - Fritzi et la chaussure enragée

un gateau comment

Le temps que papa passe un coup de fil important, Léonie doit surveiller son petit frère. À l'approche du goûter, celui-ci lui réclame un gâteau. La fillette lui répond « comment ? ». En fait, Léon a oublié de dire s'il te plaît, mais avant de le comprendre, il va s'arracher les cheveux pour obtenir de sa sœur son précieux gâteau au chocolat du paquet qui se trouve là, juste à côté. Le déroulement de l'histoire est tout simplement génial, rigolo et malicieux, on se sent complice de Léonie qui tient tête - avec raison - au jeune insolent. Car on ne rappellera jamais assez l'importance de la politesse dans la vie de tous les jours ! Gwendoline Raisson et Ella Charbon pointent du doigt les mauvaises habitudes, l'étourderie, l'oubli, même chez les grandes personnes, et non pas la mauvaise éducation. De toute façon, la police des bonnes mœurs n'en loupe pas une miette. Et Léonie rappelle à l'ordre les contrevenants ! ^-^ Un album adorable et drôle, avec des illustrations absolument charmantes. 

Un gâteau comment ? de Gwendoline Raisson & Ella Charbon

L'école des loisirs, 2017

 

disparais

Charlotte adore ses parents, sauf lorsqu'ils sont toujours sur son dos à l'assommer avec des ordres comme “lave-toi les mains”, “range ta chambre”, “fais tes devoirs”... De toute façon, Charlotte est persuadée de venir d'une autre planète où il n'existerait aucun parent. Chaque enfant aurait ainsi le droit de faire tout ce qu'il veut. Pour son anniversaire, la fillette demande à ses parents une boîte de magie car elle a une idée derrière la tête. Le soir même, au moment du coucher, zou ! elle brandit sa baguette sur sa mère, puis sur son père, en hurlant “disparais”. Et ses parents se volatilisent dans un grand nuage de fumée. Youpi, Charlotte vient d'acquérir sa liberté. À elle toutes les cochonneries à engloutir jusqu'à l'écœurement, pouvoir s'avachir devant la télé, regarder des dessins animés toute la nuit en mangeant du chocolat ! Aucune contrainte, aucune nuisance, aucun parasite. C'est le pied. Bizarrement, c'est beaucoup moins drôle quand on entend des bruits bizarres dans la maison en étant toute seule dans le noir. Gloups. Papa, maman, revenez ! Si votre enfant imagine qu'un monde sans règles serait tellement plus cool, ouvrez ensemble cet album qui traite du sujet avec humour. On y découvre un rapport à l'autorité concrètement désopilant et savoureux.

Disparais, de Michaël Escoffier & Matthieu Maudet

L'école des loisirs, 2017

 

fritzi

Fritzi se fait du souci pour le petit éléphant Popote, parti tout seul en vadrouille alors qu'une chaussure enragée sème la terreur sur son chemin. Elle avertit aussitôt la police pour lui prêter secours, mais c'est le boulanger qui accourt (l'agent de police est malade). Ensemble, ils réussissent à piéger la chaussure folle et se sentent rassurés... à tel point qu'ils décident de partir tous en vacances ! Eh oui, l’amitié est plus forte que la godasse qui mord. Voilà qui donne envie de sourire jusqu'aux oreilles ! Cette lecture un brin fantasque et tellement drôle nous embarque dans une aventure riche en surprises, absolument sans logique et truffée d'anecdotes farfelues. Rien que pour ça, j'adore l'humour de Catharina Valckx, son univers et son originalité. On trouve même dans cet album une limace prénommée Joëlle. Qui dit mieux ? ☺

Fritzi, de Catharina Valckx

L'école des Loisirs, 2016

 

07/04/17

Manoel le liseur de la jungle, de Matthieu Sylvander & Perceval Barrier

manoelUn livre qui vous embarque dans la jungle du Brésil, à bord d'une pirogue flottant sur le rio, avec un jeune colporteur de bricoles, des indigènes et un tatou grand lecteur ? Oui, oui. C'est ici que ça se passe. Prenez place. Et découvrez l'histoire de Manoel, qu'on trouve généralement installé dans un fauteuil d'osier, près des berges du fleuve, toujours en train de bouquiner tout en picorant des chenilles fraîches. Luizao a coutume de le croiser le nez dans un bouquin, mais le jour où il le voit en train de faire les cent pas, le garçon comprend que le tatou a un problème. Et de taille. Il n'a plus rien à lire ! Pensez donc. Luizao lui refile alors un livre récupéré par hasard, Histoires comme ça de R. Kipling, sans se douter du cataclysme à venir. Car Manoel est fou de rage contre ce R. Kipling qui a écrit n'importe quoi sur les tatous. Il faut qu'il le rencontre sur le champ, qu'il s'excuse publiquement en publiant un démenti. Seulement Luizao n'a aucune idée de l'endroit où R. Kipling se trouve. N'ayant pas trop le choix, il conduit Manoel jusqu'en ville pour poursuivre leur enquête. Et de là, une folle aventure va les pousser toujours plus loin sur les flots, au-devant de phénomènes insolites, de figures patibulaires et de sourires légendaires. L'évasion promise est super rafraîchissante, avec ce petit cocktail exotique où l'humour et le second degré sont servis à grande rasade. C'est une aventure qui promet aussi beaucoup d'originalité, de la mauvaise foi, des ruses, du courage, des discussions enflammées, des voyages interminables, des rencontres féeriques, d'autres moins. L'intrigue est tour à tour cocasse et semée d'embûches. Les dangers ne sont pas négligeables (et révèlent entre les lignes cet effroyable trafic d'écailles à proscrire... ouh !). Il y a même de l'amour au final. Et des livres, toujours des livres, et du plaisir de lire sans passer à côté de sa vie. Une belle épopée, chatoyante et dépaysante. ☺

L'École des Loisirs, 2017

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23/03/17

La Princesse de la Serpilliere, de Susie Morgenstern & Sébastien Mourrain

« Le problème n°1 de Pivoine est qu'elle est une princesse, une vraie, et que, à cause de ça, on lui interdit en permanence de faire ce qu'elle aime le plus au monde : le ménage. Ranger, ôter la poussière, nettoyer tout à fond, laver par terre, récurer les casseroles, briquer, lustrer, faire briller, telle est sa passion, que n'encouragent pas ses parents, loin de là. Son père se désole quand il la prend en flagrant délit de serpillière. (...)
Pivoine est fille unique, et princesse héritière du royaume. Elle sait bien qu'une princesse n'est pas censée mener la vie d'une femme de ménage. Seulement, c'est pour elle une vocation. Sa conviction profonde, concernant notre existence ici-bas, est que ranger nos affaires, nettoyer nos maisons, épousseter notre monde, ordonner notre planète, organiser notre intimité, repasser le tissu froissé de nos jours, évacuer les débris de nos vies, voilà ce qu'il  y a de plus important à faire. »

La Princesse de la Serpilliere

Dans quelle farce nous embarque Susie Morgenstern en brossant le portrait de cette jolie princesse des temps modernes ! Pivoine s'éclate en faisant du ménage, c'est un fait. Elle a coutume de négocier avec sa femme de chambre pour accomplir ses besognes en échange d'un bon bouquin qu'elle lui conseille de lire en toute tranquillité ! Forcément, ses parents trouvent cette lubie avilissante et n'encouragent nullement son ambition de rejoindre l'école nationale des arts ménagers. Ils veillent au grain en la traquant férocément, si bien que la fillette décide de prendre sur elle, de patienter encore huit ans pour obtenir gain de cause et être libre de ses choix. Mais quand la situation économique de ses parents vient bouleverser leur quotidien, avec des restrictions budgétaires et du personnel au rabais, Pivoine n'est pas loin de toucher son rêve et de laisser libre cours à  sa passion dévorante.

Cette histoire de ménage est franchement drôle (et saugrenue) ! L'idée de démontrer le bienfait de tâches souvent jugées rébarbatives ou dégradantes est assez judicieuse, car elle montre aussi l'impact sur notre vie, notre société, notre planète etc. Au centre, la princesse Pivoine est complètement toquée, mais sacrément obstinée. Et cette détermination est aussi la clef de la réussite, puisque la jeune fille parvient à contrer les obstacles pour atteindre son but et devient ainsi un modèle de persévérance avec succès, comme quoi... quand on veut, on peut ! ;-)

Les illustrations de Sébastien Mourrain apportent par leur simplicité et leur fraîcheur une touche d'humour et de légèreté à la lecture. Et souhaitons aussi que ce joli petit conte farfelu donne aux enfants la motivation nécessaire pour astiquer leur chambre en hommage au printemps et à la princesse Pivoine ! ^-^

Mouche de l'école des loisirs, 2017

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22/03/17

Pêle-Mêle : Bonnes Vacances, Mousse ! de Claire Lebourg - Le loup en laisse, de Christian Oster

bonnes vacances mousse

En se réveillant par un matin pluvieux, Mousse se sent soudain seul et triste. Même après le passage de la tempête, la plage est désespérément vide. Pas un seul coquillage abandonné sur le sable. C'est inhabituel.

Il apprend alors que tout le monde est parti en vacances, dans le sud. Direction le soleil, les plages bondées, les glaces, les beignets huileux et les baignades. Mousse aussi suit le mouvement et invite son ami Bichon à le rejoindre. Celui-ci a justement envie de tester les bienfaits de la thalasso. Bain de boue, gommage et pierres chaudes. Nos deux compères sont aux anges.

Sur place, ils font connaissance avec Félix, qui ne manque vraiment pas de toupet et qui finit par s'accaparer la compagnie de Bichon. Mousse ressent une pointe de jalousie et en perd le goût de la glace au chocolat ! Quelle déconfiture. Pour se consoler, il erre seul sur la sable, quand il découvre la passion secrète du fameux Félix. Cette fois, Mousse efface toute rancœur et peut enfin pleinement apprécier les joies des vacances entre copains. 

Une histoire adorable, qui nous fait tourner la tête vers le calendrier en cochant les cases jusqu'aux vacances ! L'univers de Mousse, d'après Claire Lebourg, est infiniment coquet, simple et enfantin. La lecture inspire de doux sentiments de bien-être, de partage, de découverte et de bonne camaraderie. C'est sans chichis, avec un graphisme au ton pastel raffiné et douillet. On s'y sent merveilleusement à l'aise ! ☺

Bonnes vacances, Mousse ! de Claire Lebourg

Mouche de l'Ecole des Loisirs, 2017

 

le loup en laisse

Chic, le retour de Christian Oster ! Il s'agit cette fois de l'histoire du Loup, celui du Petit Chaperon rouge, de la Chèvre de Monsieur Seguin ou des Trois Petits Cochons. On ne compte plus ses nombreux méfaits, aussi tous se gaussent de lui en le découvrant au bout d'une laisse, tenue par la fillette au chaperon écarlate.

En fait, l'animal est en convalescence. Après avoir été recousu pour extirper ses proies de ses entrailles, le loup porte désormais une grosse cicatrice sur le ventre, qui le fait souffrir. Le médecin a prononcé un long discours de prudence et de ménagement. Le bûcheron a confié la mission à la fillette, qui la prend très à cœur. Mais à force de tirer sur la corde... notre loup ne ronge-t-il pas son amère vengeance ? 

Une histoire cocasse, pleine de ruses et de rebondissements, idéalement servie par la plume comique de Christian Oster et les illustrations de Michel Van Zeveren toujours facétieuses. Le cocktail délectable pour relire ses contes classiques dans des versions détricotées pour inspirer les fous rires ! On adore. ♥

Le loup en laisse, de Christian Oster

Illu. Michel Van Zeveren / Mouche de L'école des Loisirs, 2017

 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16/03/17

Pêle-Mêle : La soupe aux frites - Le Doudou fou - Mon ami Mahousse - Ouvre grand les yeux

la soupe aux frites

Parce que les enfants font grise mine en découvrant la soupe de papa, celui-ci tempère vite leurs grimaces. C'est nouveau, une soupe aux frites et aux bonbons, et juste un peu de poireaux pour adoucir le goût du sucré ! ... Miam, miam. Les enfants se régalent. Et quand il n'y en a plus, il y en a encore. Les enfants courent vite chercher les ingrédients pour aider leur papa à cuisiner de nouveau cette délicieuse recette ! ^-^

Quelle jolie farce ! Ou comment un papa roublard est également rattrapé par la rouerie de sa progéniture. Tel est pris qui croyait prendre, en somme ! Mais qui n'a jamais eu recours à quelques petits arrangements avec la vérité pour chasser de futiles réticences ? Vu comme ça, les enfants vont adorer les légumes verts. Ou pas.

Une histoire fabuleusement cocasse, des illustrations adorables, pour un album super drôle. ♥

La Soupe aux frites, de Jean Leroy & Ella Charbon

Ecole des Loisirs / Loulou & Cie, 2017

 

le doudou fou

Ouhlàlà, c'est le drame. Lola a perdu son doudou ! Malo vient à sa rescousse et cherche partout la trace du doudou fugueur. Tandis que Lola s'effrondre à vue d'œil, Malo rassemble ses doudous préférés (également un patchwork du doudou fou de son amie) et propose de prendre un bon goûter réparateur. 

Ne jamais sous-estimer l'importance du doudou chez un enfant ! Un album ordinaire, mais efficace avec les illustrations rassurantes de Kimiko, ses couleurs pastel et son histoire qui mêle suspense, rebondissements et humour. Une lecture ravissante, autour d'un sujet “crucial” pour les bambins ! ;-)

Le Doudou fou, de Kimiko

Ecole des Loisirs / Loulou & Cie, 2017

 

Mon ami mahousse

Mahousse l'éléphant et Mini le ouistiti sont deux super potes, et même si l'un est gros, l'autre riquiqui, ils partagent ensemble les mêmes activités (se protéger du soleil ou de la pluie, jouer de la musique, prendre le goûter, faire la toilette, lire une histoire) tout en composant avec leurs différences mais en réussissant à les conjuguer !

Une chouette leçon de compromis, de complicité et d'entraide. Cet album réserve aussi sa petite touche d'originalité, puisqu'il propose deux versions de la même histoire, celle de Mahousse, puis celle de Mini, en version recto-verso. Ce méli-mélo astucieux ne manquera pas de surprendre et de piquer la curiosité des enfants !

Les illustrations de Giulia Bruel sont éclatantes et colorées. À leur façon, elles invitent au voyage, à l'évasion et à rêver ! J'ai beaucoup aimé. 

Mon ami Mahousse, de Jean Leroy & Giulia Bruel

Ecole des Loisirs / Loulou & Cie, 2017

 

ouvre grand

Chic, un album magique et foisonnant ! Un album qu'il faut d'abord découvrir... en fermant les yeux ! Si, si. C'est écrit noir sur blanc. L'enfant doit IMAGINER un paysage de campagne, par temps hivernal, avec un sol couvert de neige, des arbres blancs, et là, ouvrez les volets et admirez le tableau ! Magique, vous dis-je. L'exercice va ensuite se répéter, au fil des saisons, des couleurs et de votre imagination ! Exclamations garanties.

Cet album est ainsi truffé de ravissants petits détails, qui incitent les jeunes lecteurs à se pencher sur l'ouvrage, à chercher, à réfléchir, à rêver aussi. C'est une excellente lecture qui stimule efficacement la curiosité des bambins et donne lieu à une formidable fantaisie créative. L'album est de plus très coloré, illustré avec brio et ponctué de détails croustillants. Très chouette découverte. ☺

Ouvre grand les yeux, de Ramadier & Bourgeau

Ecole des Loisirs / Loulou & Cie, 2017

 

15/02/17

Le mystère Vandam Pishar, de Anne-Gaëlle Balpe

Le mystère de Vandam PisharLorsque Vandam Pishar apparaît pour la première fois dans la classe de Milo, tous les élèves scrutent avec intérêt ce garçon à la peau foncée, aux cheveux sombres, lisses et brillants, aux yeux si noirs qu'on voit à peine ses pupilles.
C'est surtout son attitude qui les surprend - le garçon campe farouchement sur ses jambes raides, les bras le long du corps, les doigts écartés. De plus, il refuse de retirer ses gants, il ne lance aucune boule de neige pendant la récré et il mange à la cantine un plat différent des autres. Il n'en faut pas davantage pour que leur imagination s'emballe. Et lorsqu'ils surprennent la maîtresse et le nouveau échanger d'étranges signes et parler d'une mission à mener jusqu'au bout, les enfants sont convaincus d'avoir affaire à une invasion d'extraterrestres !
En matière d'événements étranges, c'est vrai qu'ils en connaissent un rayon. Du jour au lendemain, leur ancien instituteur a disparu sans crier gare... ce qui a donné lieu aux plus folles spéculations. Échappée amoureuse, kidnapping ou espionnage, tout est passé en revue. Milo et ses copains se lancent aussitôt dans une enquête trépidante, entre filature sur le Chemin des étoiles et intrusion nocturne dans une maison grouillante de gelée verte, ils ne reculent devient rien pour percer le Mystère Vandam Pishar ! 
La lecture est délicieuse et fait la part belle à la fantaisie et aux fables qui naissent dans les jeunes esprits, souvent sous l'influence du cinéma ou de la télévision. La présente histoire est fantasque et fabuleuse juste ce qu'il faut pour titiller la curiosité des lecteurs. La fin, d'ailleurs, vaut le coup d'œil pour ses étonnants rebondissements. Histoire d'alien ou pas, voilà un petit roman réjouissant ! 

Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2017
ill. de couverture : Maurèen Poignonec

 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09/02/17

Le Collège des Éplucheurs de Citrouilles, de Laure Deslandes

le collegeIntriguée par le titre et le résumé du livre, je me réjouissais d'avance de découvrir une lecture un brin fantasque. Au final, c'est assez loin du compte, ou disons qu'il s'agit plus platement d'une histoire contemporaine avec des détails insolites. Le sachant, la frustration sera évidemment moins grande !
Direction la campagne bretonne où se tient un minuscule collège qui regroupe les égarés du coin. Péline a grandi auprès d'une maman baba cool qui privilégie le fait-maison et se démène pour joindre les deux bouts. L'adolescente n'en a jamais souffert, mais comprend qu'avec l'arrivée de nouveaux élèves, débarqués de nulle part, leur regard sur sa petite vie risque fortement de la déstabiliser.
En effet, le collège des Museaux a augmenté son effectif en ouvrant durant l'été un internat rural. Dans sa classe, Péline compte cinq nouvelles têtes de lard dont l'attitude arrogante et grossière fait sortir la jeune fille de ses gonds. Résultat, les garçons se gaussent mais elle relève le défi de les intégrer dans leur système. Car le collège des Museaux n'est pas un établissement ordinaire - aucun réseau téléphonique ou internet, une pédagogie qui s'affranchit des codes et des enseignants hauts en couleur. Les élèves apprennent donc l'estonien ou s'entraînent à grimper dans les arbres, les professeurs traînent en chaussons, les livres peuvent se lire par la fin, et à la cantine on sert de bons petits plats mitonnés avec amour (sauté de porc aux tiges de bettes et tajine de quinoa au fenouil). Pour des habitués des nuggets et de la pizza, la coupe est pleine !
C'est donc une cohabitation explosive qui s'annonce entre les autochtones et les exilés, et qui donne lieu à une lecture agréablement surprenante. Elle ne verse pas non plus dans cette dose de folie douce que j'apprécie particulièrement, mais fait preuve d'audace et d'exubérance pour compenser. Ajoutez une intrigue policière impliquant un objet dérobé, une traque pas possible avec un forcené et un climat un poil grotesque pour absorber le tout... Ce premier roman est du genre foutraque mais se lit comme une aventure loufoque et allumée. Dans l'ensemble, c'est marrant.
Dernière phrase du livre : « Il y a un pommier dans le champ voisin. » ☺

L'école des Loisirs, 2017

« Le collège des Museaux, c'est le contraire de l'armée, c'est le bonheur. Enfin non ; ça, c'était avant. »

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Marcelle et les Indiens, de Delphine Bournay

marcelle et les indiens

Marcelle est une petite taupe, passionnée par les westerns et les indiens. À l'instar de nombreux enfants, elle n'aime pas trop ranger sa chambre et se plaît parmi ses jouets éparpillés sur le sol. Seulement, elle n'a plus trop le choix quand son papa la menace d'être privée de goûter, miam des petits choux fourrés de mousse au chocolat blanc avec coulis de framboise et des morceaux de meringues, c'est assez pour l'encourager ! Marcelle ne sait pas par où commencer, elle invoque la magie, fait chou blanc, puis rêve qu'elle rencontre des indiens, un peu trop farceurs à son goût, alors elle se fâche et leur dit ses quatre vérités. Les indiens font profil bas et promettent de lui filer un coup de main. La bonne blague.
Marcelle et son papa ont également un autre rituel et ne loupent jamais leur soirée western. Tous deux s'installent dans le canapé, blottis sous un plaid, devant un bon vieux film où les cowboys et les indiens se livrent une guerre sans pitié. Mais l'heure du coucher arrive toujours trop tôt. Seule, dans son lit, la petite taupe n'a pas l'œil à dormir car elle revit chaque instant du film en se représentant des indiens dans sa chambre. Elle aimerait bien se glisser en douce sous la couette près de son papa sans qu'il rechigne. Ses doudous vont alors lui donner quelques tuyaux.
Delphine Bournay nous régale d'une lecture simple et adorable, avec ses illustrations en pastel, son humour et sa tendresse obsessionnelle pour les indiens. Cela n'égale pas l'excellence des Grignotin et Mentalo mais ça a du bon aussi. Marcelle est une petite taupe à l'imagination débordante et sa relation avec son papa est aussi exclusive que douce et attendrissante ! 
Le texte est aéré, le ton dynamique et délirant. Une chouette petite lecture, pour les débutants. 

Mouche de l'Ecole des Loisirs, 2017

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,