20/11/12

L'histoire du soir #20 : Simon sur les rails, par Adrien Albert

IMG_8203

Simon est un petit lapin blanc, qui travaille dans une fabrique de marteaux. Sa journée terminée, le lapin est fou de joie car il part en weekend chez son frère. Comme celui-ci habite loin, de l'autre côté de la montagne, ils ne se voient pas souvent. Aussi, la déception est rude, lorsqu'il arrive à la gare et apprend que son train est annulé.

Au lieu de se morfondre sur son banc, il décide de se rendre chez son frère par ses propres moyens : en courant, le long des rails. Le voyage est long, épuisant, il dure toute la nuit, mais quelle satisfaction au bout!

Encore une fois, je suis en totale admiration devant les illustrations d'Adrien Albert : c'est fin, juste, épuré, parfait. J'ai été sensible aux émotions de Simon, ce petit lapin qui réagit comme un humain. D'ailleurs l'histoire nous fait littéralement vivre cette aventure où l'excitation, la déception puis la ténacité se mêlent habilement. Pour l'anecdote, c'est après avoir lu le roman de Robert Walser, Les enfants Tanner, que l'auteur a eu l'idée d'écrire Simon sur les rails. Un très bel album avec de la tendresse et du courage à l'intérieur. ;o)

Simon sur les rails, par Adrien Albert (Ecole des Loisirs, 2012)

IMG_8204

IMG_8205

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


08/11/12

L'histoire du soir #13 : Les plumes d'Elia, par Jeanne Taboni Misérazi & Natacha de Bradké

IMG_8121

Une petite soeur, c'est rien que pour embêter le monde ! Elia est une chipie et une capricieuse, qui veut tout ce que son frère a. Alors Léo la taquine. Lorsque la fillette se venge de ne pouvoir donner des graines aux oiseaux, en avalant une poignée, elle se moque un peu de la menace de Léo. Elle, devenir un oiseau à son tour ? Peuh.

Mais dans la nuit, soudain, ça la chatouille, ça la gratouille. Elia gesticule dans tous les sens. Ne serait-ce point des plumes qui poussent sur son corps ? La prophétie aurait dit vrai : elle devient un oiseau. Pas une minute à perdre, elle doit prendre son envol. Attention aux rêves un peu fous, aux délires des enfants, aux histoires à dormir debout... une maman veille toujours sur le nid, ouf !

Une jolie histoire sur les disputes entre frère et soeur, et des illustrations absolument superbes, dont j'ai admiré la finesse et la tendresse.

Les plumes d'Elia, par Jeanne Taboni Misérazi et Natacha de Bradké (illustrations)
Ecole des Loisirs, 2012

IMG_8122

IMG_8123

IMG_8124

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/11/12

... bien au centre de chaque oeil, une lueur discrète qu'on appelle l'amitié.

IMG_8134

Ce roman à la Dickens nous introduit une très sympathique bande de mômes des rues, qui chaparde pour survivre dans le froid glacial des rues de Londres. Ce sont les fêtes de fin d'année, les boutiques regorgent de richesses et autres tentations qui font saliver nos petits héros. En attendant, ils ne loupent aucun rendez-vous de l'après-midi, dans le parc, où se produit le magicien Nicholas Gazame.

Ce jour-là, Grimme, le chef de la bande des Mille Poux, est invité à monter sur scène et confie à Gazame son trésor de guerre, un soldat de plomb, détroussé peu de temps auparavant à deux types louches. En échange, le garçon reçoit plusieurs piécettes, de quoi remplir les estomacs vides de ses potes. Mais très vite, d'autres évènements surviennent et vont impliquer nos huit gamins dans une mission de secours particulièrement haletante.

Cette formidable histoire d'amitié et de rencontre providentielle est servie par une écriture virevoltante, enjouée, poétique et gourmande. Il faut lire toutes ces belles descriptions, qui donnent des étoiles dans les yeux, qui inspirent de la joie et de la sympathie, oui, j'étais sous le charme, rien qu'en lisant la magie des mots d'Aurélien Loncke. Ce roman devrait être lu à voix haute, mis en scène, partagé, goûté, que sais-je encore, c'est une belle lecture pour les enfants, une lecture éblouissante, qui va me laisser un souvenir enchanteur !

La bande à Grimme, par Aurélien Loncke
Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2012 - illustration de couverture : Adrien Albert

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06/11/12

L'histoire du soir #11 : L'école est en feu, par Mario Ramos

IMG_8090

Fanfan aperçoit son ami Louis prendre le train avec sa grand-mère pour aller à la grande ville. Pour quelle raison, se demande le cochon un poil trop curieux. A l'école, Louis est taciturne. Il ne supporte rien, ni personne. Il est puni pour être arrivé en retard et refuse de s'expliquer. Heureusement la nouvelle directrice semble particulièrement tolérante. Pendant la récré, Louis est surpris avec un paquet d'allumettes dans la poche. Quelques jours après, l'école est en feu. Alors, forcément, c'est le loup le coupable idéal. Il est donc temps de débusquer le secret de Louis et de prouver qu'il n'a rien à voir avec l'incendie. 

Une petite histoire sympathique, décomposée en chapitres, avec titres et illustrations à chaque page. Cette collection a le mérite d'être accessible pour les enfants débutant en lecture. Et ça tombe bien, puisque l'histoire parle justement des petits loups qui ne savent pas lire et qu'il ne faut pas laisser au fond de la classe pour les empêcher d'apprendre. C'est décidément un monde de cochons où il n’est pas facile d’être un petit loup.

L'école est en feu, par Mario Ramos (Pastel, 2012)

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le bonnet d'Ona

IMG_8578

Pour sa première année en maternelle, Ona doit porter un bonnet jaune. Or, contrairement à tous ses camarades, Ona n'a pas un bonnet qui vient de la boutique du marchand. C'est sa maman qui le lui a tricoté avec de la laine, qui ne gratte pas, sauf que la petite Ona n'est pas très fière. A l'école les garçons se moquent de son bonnet, elle voudrait se faire toute petite, ou au moins ne pas être différente des autres.

Mais voilà que le bonnet tombe dans la boue, ce qui donne à Ona l'idée de le piétiner encore et encore, comme ça il sera trop abîmé pour le porter les autres jours, sa maman sera obligée de lui acheter un neuf. Celle-ci est bien perplexe, un peu inquiète, car finalement elle comprend que sa fille n'ose pas lui avouer qu'elle voudrait un bonnet plus dans l'air du temps. Alors elle décide de l'accessoiriser pour rendre ce bonnet jaune un modèle exemplaire !

Beaucoup de tendresse dans cette histoire, et un message qui consiste à démontrer qu'on est plus fort en étant différent. Cet album ne manquera pas de toucher les enfants qui manquent de confiance en eux, les mamans qui raffolent de tricot et de couture, les petits et les grands qui veulent se fondre dans la masse (à tort), et pour les gourmands aussi avec cette savoureuse double page remplie de sucres d'orge !

Le bonnet d'Ona, par Frédéric Stehr (Ecole des Loisirs, 2012)

IMG_8579

IMG_8580

IMG_8581

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


05/11/12

Tout cela ressemble à une grande farce, dit-il. Mais l'histoire est jolie.

IMG_8129

L'orphelinat d'Abbey Road est loin d'être un lieu rempli d'amour et de tendresse, les fillettes en manquent cruellement, aussi tentent-elles de se serrer les coudes, de s'évader dans la lecture, de visiter des coins cachés et de porter aux nues lady Bartropp, leur bienfaitrice. C'est ainsi que Joy et Margarita font la découverte de tunnels, sous l'abbatiale, et tentent de s'y glisser pour explorer cet univers inconnu.

L'aventure connaîtra un revers étonnant, qui confortera le charme de cette lecture à l'ambiance délicieusement mystérieuse. On s'attache aux personnages, des jeunes filles curieuses et rêveuses, certaines ont des dons qui sortent de l'ordinaire, de quoi accentuer l'étrangeté de l'intrigue, au pouvoir tellement fascinant ! Et puis le cadre est beau, un peu gothique, comme coupé de la réalité, plongé dans un autre temps. Les orphelines sont des petites demoiselles accablées par le doute et les questions, tyrannisées par la mesquinerie de certaines bonnes soeurs (j'ai adoré les détester !)... Comment vous dire ? Cette lecture bénéficie d'un halo de charme, de mystère et d'élégance qui constitue un véritable atout de séduction. Je recommande ce roman à la jolie couverture illustrée par Christel Espié !

Les orphelines d'Abbey Road, tome 1 : Le Diable Vert, par Audren
Ecole des Loisirs, 2012 - illustration de couverture : Christel Espié

Posté par clarabel76 à 12:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01/11/12

L'histoire du soir #8 : Les classes vertes, de Michel Van Zeveren

IMG_8057

Chic, un nouvel album de Michel Van Zeveren ! J'ignore ce que cette lecture me réserve, mais je me frotte les mains d'avance. 
La petite SiSi a la trouille de partir une semaine en classe verte, loin de ses parents. Alors elle décide de les emporter avec elle. Zou, en un claquement de doigts, ils deviennent des souris. C'est ainsi.
La fillette part le coeur léger, mais très vite, dès le voyage dans le bus, cette cohabitation s'annonce un peu pénible. D'abord, papa a le mal du transport, puis maman est une vraie pipelette, la fillette doit mentir et tricher pour ne pas attirer l'attention. Résultat elle se retrouve toute seule, à l'avant du bus, près des adultes, privée des joies simples de passer du temps avec les copines.
Les jours se suivent et vont s'organiser sur le même moule : SiSi est finalement bien embêtée d'avoir ses parents dans sa poche. En plus, ces deux-là sont intenables et attirent l'attention alors qu'ils devraient rester discrets. C'est donc la chasse à la souris dans la château, même le gros chat de la propriétaire se pourlèche les babines, sans oublier que le secret de SiSi est en train de s'éventer et que l'enfant n'en peut plus de se coltiner des parents qui se comportent pire que des gosses !

Cette histoire a le bon goût de raconter aux oisillons, qui paniquent à l'idée de quitter le nid, que l'aventure sans les parents est aussi une expérience à vivre pleinement car elle offre l'occasion de connaître des instants uniques (faire des bêtises, avoir un amoureux, s'amuser à des jeux de son âge, ne pas livrer ses pensées les plus intimes à tout bout de champ, avoir du temps pour soi). Chacun son jardin secret, après tout ! Michel Van Zeveren nous livre une histoire trépidante et drôle sur l'art de grandir et de se détacher des siens sans avoir mal.

Les classes vertes, par Michel Van Zeveren  (Pastel, 2012)

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

30/10/12

L'histoire du soir #6 : Les monstres n'existent pas ! de Kerstin Schoene

IMG_8091

IMG_8093

IMG_8094

IMG_8096

L'allemande Kerstin Schoene nous raconte l'incroyable histoire d'un monstre, outré de constater que la masse populaire ne croit plus en son espèce. Il n'aura de cesse de fournir des preuves de son existence, en tant que monstre, il est cruel, fort et redoutable. Petits et grands ont tout à craindre de lui !
Mais voilà, rien n'y fait. Sur les murs, le débat fait rage et on ne cesse de répéter que non, les monstres n'existent pas. Point à la ligne. C'est désolant pour notre ami monstrueux.
A force de tour de passe-passe, l'auteur partage avec facétie les tribulations d'un monstre qui voudrait tant qu'on le remarque. C'est très drôle, ou comment détourner de son registre une créature qu'on croyait vouée exprès pour les histoires qui font peur. La preuve que c'est l'exception qui confirme la règle. Je conseille fortement cet album ! La lecture est drôle et décalée. Une chouette découverte, incontestablement.

Les monstres n'existent pas ! par Kerstin Schoene (Pastel, 2012)

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29/10/12

L'histoire du soir #5 : Dans la tempête, de Gwendoline Raisson & Jean-Luc Englebert

IMG_8085

Au large des côtes de Chine, un bateau quitte la grande ville de Shangaï pour se rendre plus au sud. Il a à son bord un capitaine, deux marchands, une comtesse, un cuisinier, une famille nombreuse, un matelot et une petite servante.
Naviguant en pleine mer, le bateau ne peut échapper à la tempête qui s'abat sur lui. Les vagues se soulèvent, le vent souffle et l'embarcation est malmenée. A son bord, tout le monde tremble de peur. Seule la petite servante se met à écoper l'eau à l'aide de sa minuscule tasse de thé.
C'est ridicule, voyons. Le bateau va couler ! Mais elle continue à écoper.
C'est, hélas, trop tard. Et le drame se produit.
Tout ce petit monde est en détresse, s'accroche du mieux qu'il peut à l'épave du bateau. Encore une fois, la petite servante agit en silence et attrape les restes du bateau qui flottent autour d'elle. Enfin, on se réveille et décide de suivre son exemple. Un radeau de fortune voit ainsi le jour.
En s'y mettant à plusieurs, on peut espérer une issue favorable. La petite servante, elle, ne dit jamais un mot de trop. On comprend mieux pourquoi à la dernière page de l'histoire.
Alors, forcément on ne peut s'empêcher d'avoir le coeur qui bat un peu plus fort à ce moment précis.
Cette histoire a été inspirée d'une légende amérindienne, celle du colibri. On a beau se sentir tout petit et impuissant face à une épreuve, on a en nous une faculté à réagir qui nous est propre, on peut paniquer, on peut pleurnicher, on peut demander de l'aide, ou on peut se retrousser les manches et chercher une solution. Après tout, « chacun fait sa part. »

Ce qui est particulièrement fascinant, aussi, dans cet album, ce sont les illustrations de la tempête. Elles paraissent tellement réalistes, qu'on ressent les frissons de l'angoisse et de l'oppression, comme si on subissait aussi cette tempête. C'est vraiment bluffant !

Dans la tempête, par Gwendoline Raisson - illustrations de Jean-Luc Englebert (Pastel, 2012)

IMG_8086    IMG_8087

-) extrait du blog de Gwendoline Raisson, 

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »
 
Cette légende a été elle-même colportée dans nos contrées par le philosophe et agriculteur Pierre Rabhi. Et moi, j'aime bien ce que dit Pierre Rabhi. Alors, je rapporte...
« Au-delà des clivages politiques et de tout ce qui fragmente notre réalité commune, c’est à l’insurrection et la fédération des consciences que nous faisons appel. C’est-à-dire à ce lieu intime où chaque être humain peut mesurer sa pleine responsabilité et définir les engagements que lui inspire une véritable éthique de vie pour lui-même, pour ses semblables et pour les générations à venir. »  Pierre Rabhi.

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24/10/12

L'histoire du soir #2 : Hiver long, très long (et froid, très froid) par Emile Jadoul

IMG_8080

Jadoul nouveau, Jadoul tout beau ! C'est mon gimmick un peu moisi, désolée. En fait je suis souvent à l'affût des nouveaux albums d'Emile Jadoul, car je les trouve généralement drôles et attendrissants. Un cocktail sucré et délicieux, comme j'aime. (Enfin, ça dépend.)
Déjà la couverture d'Hiver long, très long (et froid, très froid) me plaisait énormément. Peut-être ce savant mélange des couleurs, ou cet indien en position zen... Qui dit indien, généralement dit cowboy. En moi, la petite sonnette a retenti.
Alors l'histoire réunit deux voisins, Cow-Boy-prévoyant et Grand-sage-indien. Le premier se prépare pour l'hiver, et coupe du bois, encore plus de bois, rentre ses moutons et tricote une écharpe en laine. Le deuxième fait sa méditation. Concentré, zen, ne pas déranger. Le cowboy est tout de même inquiet et interroge son ami : c'est sûr que l'hiver sera rude ? Oui, oui, répond l'autre.
Alors ne ménage pas tes efforts, Cowboy prévoyant.
Parce qu'il s'estime chanceux d'avoir un si bon voisin, aux conseils toujours avisés, notre cowboy se rend dans son tipi pour lui offrir un cadeau. Autour d'une tasse de thé, ces deux-là discutent. Mais dis-moi, Grand-sage-indien, d'où te viennent tes certitudes sur l'hiver long, très long, et froid, très froid ?
Un grand gniiii d'étonnement accompagnera la réponse, je vous le garantis. C'est de bonne guerre, mes amis. Cet album est drôle, dans le sens cocasse et divertissant. C'est du Emile Jadoul, pas à son top of the top, mais ça reste divin.

Hiver long, très long (et froid, très froid) par Emile Jadoul  (Pastel, 2012)

IMG_8081    IMG_8082

IMG_8083    IMG_8084

et une petite comptine,

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,