03/10/17

De l'arsenic pour le goûter, de Robin Stevens

De l'arsenic pour le goûterProfitant des vacances loin de Deepdean, leur pensionnat, Hazel a été conviée par son amie Daisy à fêter son anniversaire à Fallingford, le domaine familial des Wells. Mais la jeune fille découvre bien vite une atmosphère étrange et pleine de mystères. Dans ce décor soucieux des apparences, il apparaît clairement que tous les invités ne sont pas les bienvenus, à commencer par cet insupportable Denis Curtis, ami de Lady Hastings, qui n'est autre qu'un escroc patenté. Seule la mère de Daisy est ensorcelée par ses belles paroles et ne comprend pas qu'elle est vertement abusée. Son époux, au-delà de son flegme britannique, bouscule donc la bienséance en manifestant son animosité. Et bim, un crime est commis à l'heure du thé. Sont désignés suspects tous les occupants du domaine - le majordome, la gouvernante, le camarade d'école, l'oncle, la grand-tante et même les parents de Daisy. Le club secret de détectives amateurs convoque d'urgence son assemblée pour une réunion au sommet.

Ohlàlà, comme j'ai aimé ce roman ! Avec son ambiance feutrée, son intrigue en huis-clos, ses personnages aux postures ampoulées et son inspiration vintage, j'avais la sensation de voyager dans le temps et de lire une énigme à la Agatha Christie. C'était divin, un cran au-dessus du précédent (cf. Un coupable presque parfait). J'ai donc suivi l'avancée de l'enquête avec fébrilité, ne voyant absolument rien venir du dénouement, j'ai pourtant partagé mes incertitudes et joué aux devinettes pour cerner chaque protagoniste. J'étais à fond dedans, tant l'ensemble est rondement ficelé, subtil et très habile. Absolutely fabulous, my dear. En un mot, je suis fan. Et là, on se rappelle la malédiction du tome 2 chez Flammarion Jeunesse, qui a pour mauvaise manie de ne jamais traduire les suites et d'arrêter les frais en plein vol - cf. Les incorrigibles enfants de la famille Ashton de Maryrose Wood, Avant minuit de Christopher Edge ou Les affreusement sombres histoires de Sinistreville de Christopher William Hill. La série Murder Most Unladylike Mysteries de Robin Stevens comptant six livres à ce jour, je me sens d'humeur chagrine. Ô les lois implacables de l'économie de marché. Ô toi, ami lecteur, qui passes à côté de cette lecture au charme suranné. Ô enfer et damnation d'être une lectrice incomprise. ^.^

Flammarion Jeunesse, 2017 - Trad. Faustina Fiore

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


02/10/17

Apprentie sorcière, de James Nicol

Apprentie sorciereFille et petite-fille de sorcières brillantes et influentes, Arianwyn Gribble porte une lourde responsabilité sur ses épaules au moment de passer son évaluation... Face à ses résultats peu concluants, la demoiselle remballe sa honte et accepte un poste en apprentissage à Lull, petite ville paumée sur une île. À peine débarquée, Arianwyn remarque vite des détails troublants dans cette contrée. D'abord, la Grande Forêt... mystérieuse et inquiétante, de laquelle surgissent des créatures démoniaques, via des failles mal refermées. La faute à qui ? à quoi ? À un sort mal exécuté. Arianwyn est plus paumée que jamais. Heureusement, l'arrivée de sa tutrice, Mme Delafield, et la confiance aveugle de sa nouvelle amie, Sally Bowen, vont lui redonner un coup de boost. C'est sans compter Gimma Alverston, tout droit surgie de ses cauchemarsLa nièce du maire est épuisée par ses missions, elle a urgemment besoin de repos, et patati et patata. Pourtant, tout chez la chipie met la puce à l'oreille. Elle est évasive, brouillonne et godiche. Elle prétend vouloir être une amie sincère, recommencer à zéro, etc. Très étrange. Seulement, les événements se précipitent à Lull et l'Administration civile de la sorcellerie sonne l'alarme. Arianwyn doit répondre de ses maladresses, de ses approximations, elle doit aussi repasser son évaluation, expliquer ses mensonges. Bref. C'est la Bérézina.

Cette excellente lecture a su nous contenter sur toute la ligne : l'univers de la magie est foisonnant, les personnages sont attachants, l'action tourbillonne à chaque coin de page, l'énergie est étincelante. C'est une parfaite introduction à pénétrer un monde fascinant. Et ce ne sont pas les quelques 400 pages du livre qui vont me contredire - elles nous ensorcellent du début à la fin ! J'ai adoré. ♥

Gallimard Jeunesse, 2017 - Trad Faustina Fiore {The Apprentice Witch}

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14/09/17

[Pêle-Mêle] L'histoire de Diva et Filou - Cucu la praline à Paris - Mon frère est un super-héros

L'histoire de Diva et FilouDiva est un petit chien blanc, coquet et timoré, qui n'a jamais franchi les limites du 11 avenue Le Play. Diva aime son confort, tenir l'inconnu à distance, aboyer et partir en courant. Un jour, elle rencontre Filou, un chat errant, qui adore flâner dans les rues de Paris et raconter ses nombreuses péripéties à ce petit chien pantouflard. Et s'ils partaient ensembler explorer le coin de la rue ? Quelle vaillante idée, pour Diva c'est le début d'une aventure excitante ! En échange, elle aussi fera connaître à Filou son cocon douillet et lui ôter sa vieille peur des balais...

C'est peut-être une banale histoire d'amitié entre deux êtres que tout sépare, etc. Mais tout est formidable et enchanteur dans cette lecture ! On y trouve des illustrations pleines d'élégance, une vision très romanesque de Paris, on se croirait dans une carte postale, ou dans un dessin animé comme Belle et le Clochard. Et on n'oublie pas le fameux message d'ouverture, de découverte et de partage. Toujours important. En bref, c'est un petit bouquin savoureux et joliment mis en scène, où règne une ambiance “hors du temps”, imprégnée de tendresse et de sincérité. C'est adorable.

L'HISTOIRE DE DIVA ET FILOU, de MO WILLEMS & illustré par TONY DITERLIZZI

Collection: Folio Cadet - N°645 (2016)

Traduit par Faustina Fiore

 

Cucu la praline à ParisDans ce nouvel opus de la série Cucu la Praline, on retrouve Angèle Chambar en plein coup de foudre face à une boutique de mode ! Et pour obtenir son précieux trio de couleur fuchsia, avec des motifs de citrons, notre demoiselle décide d'amadouer sa chère grand-mère en lui montrant ses fabuleux ridipulls tricotés pour ses affreux frangins. Cependant, Mamie Chambar est méconnaissable, coiffée, apprêtée, maquillée, et pas de temps à perdre pour ses petits-enfants. Rholala, rien ne va plus ! D'ailleurs, Angèle chamboule l'équilibre des planètes en s'alliant avec ses insupportables frères. Mais que cache leur grand-mère ?

Ce mystère résolu, la guerre fratricide reprend de plus belle. La classe de JM a gagné un voyage à Paris, heureusement Angèle décrochera à temps son ticket pour être de la partie et roucouler joyeusement avec son Kevinounet chéri. C'est parti pour un tuk-tuk tour dans la ville romantique ! Et pour finir, Cucu la praline se découvre une jumelle cosmique, en la personne de Chloé Cœurjoli, sa meilleure amie. Celle-ci se plaint d'être fille unique, mais elle ne soupçonne pas sa chance, soupire Angèle.

La scène où elles vont se peinturlurer comme des “femmes” est hilarante ! Bravo Ronan Badel d'apporter cette touche d'humour à un texte déjà pétri de bonne humeur. La série Cucu la Praline est un vrai succès auprès des plus jeunes (dès 7-8 ans) qui se régalent à la lecture des douces complaintes d'une fillette coincée dans sa famille où ses deux grands frères lui font vivre les pires misères. C'est cocasse, drôle et pétillant. On ne s'en lasse pas ! ☺

CUCU LA PRALINE À PARIS, de FANNY JOLY & illustré par RONAN BADEL

Folio Cadet - N°652  (2017)

 

Mon frère est un super-hérosLuke Parker a onze ans et vit dans la banlieue de Londres. C'est un passionné de comics et de super-héros. A contrario de Zack, son frère, qui a toujours le nez plongé... dans ses livres de maths. Lui, les histoires de super-héros, ça ne le passionne pas du tout. 
Un soir, pourtant, alors qu'ils étaient tous deux perchés dans leur cabane en bois, Luke a une envie pressante et se rue aux toilettes pour se soulager... sauf que, pendant ce temps-là, Zorbon le Décideur, un voyageur interdimensionnel, est descendu de son vaisseau pour annoncer à Zack qu'il avait été choisi pour sauver l'univers et qu'il détenait maintenant de nouveaux pouvoirs. o_O 

Quelle aventure ! Le plus drôle, dans tout ça, outre l'imagination débordante et les savoureuses références à l'univers des super-héros et de la culture geek, c'est la narration faite par le jeune Luke Parker, le cadet, frustré à vie. Celui qui a le sentiment d'être passé à côté de sa destinée.
Il nous raconte donc cette incroyable histoire avec autant d'ironie, d'incrédulité, de jalousie et d'admiration à la fois. Pour compenser, il va coacher son frangin, devenu Star Mec, avec son pull à capuche.
Propulsé nouvelle coqueluche des habitants, il fait la une des journaux grâce à ses exploits en ville, tandis que Luke veille scrupuleusement sur son anonymat. Car la redoutable Lara Lee est prête à tout pour décrocher un scoop pour la feuille de chou de leur école. Luke devra déployer autant d'énergie à lui mettre des bâtons dans les roues que de superviser son grand frère, un apprenti super-héros pas toujours au point. 

La lecture est époustouflante d'inventivité, de drôlerie et de rebondissements. On sent que David Solomons a pris un plaisir fou à concocter cette histoire et son enthousiasme est parfaitement communicatif. Une excellente entrée en matière, à poursuivre avec Ma prof de gym est une alien.

MON FRERE EST UN UN SUPER-HEROS, de DAVID SOLOMONS

Collection: Folio Junior - N°1795 (2017)

Ilustration de couverture : Laura Ellen Anderson - Trad. Karine Chaunac

 

 

 

12/09/17

Pax et le petit soldat, de Sara Pennypacker

Pax et le petit soldat

Peter vit seul avec son père, depuis l'accident mortel de sa mère. Enfermé dans sa douleur et sa colère, le garçon a trouvé du réconfort auprès d'un jeune renard, qui grelottait de froid et de faim dans son terrier. L'enfant et l'animal ont aussitôt développé une connivence rare et sont devenus inséparables. Le père de Peter a consenti à cette amitié hors norme, précisant cependant qu'un jour viendrait où il faudrait rendre sa liberté au renard.
À l'annonce d'une guerre imminente, le père de Peter prévient qu'il doit partir chez son grand-père, et donc abandonner son renard. La séparation dans les bois est déchirante. Peter est inconsolable et décide de fuguer pour retrouver son animal.
Un long chemin semé d'embûches va attendre le garçon, qui va se blesser et être obligé de se réfugier dans une ferme en rongeant son frein. De son côté, Pax est lui aussi livré à lui-même. Seul, dans un environnement sauvage qu'il découvre avec brutalité, il fait face à d'autres renards qui le rejettent car “il sent l'humain”.
Dès lors, Peter et Pax n'auront de cesse de s'accrocher à cet espoir insensé de leurs retrouvailles. Leur ténacité force l'admiration, car tous deux vont être mis à l'épreuve et endurer leur bravoure et leur loyauté au gré de leurs périples. C'est en parallèle qu'on suit leurs parcours et leurs tentatives de survie, dans un monde secoué par la guerre, la violence et la destruction. Les ravages sont énormes, mais c'est avec intelligence et pudeur que l'auteur en fait étalage.
En effet, le roman dénonce avec tact et subtilité les dommages qu'entraînent les conflits armés et leur impact sur les plus vulnérables. C'est une histoire à la fois poignante, pleine de fureur, et en même temps d'une grande beauté dans sa description du lien unique qui rattache Peter et Pax.
Une jolie lecture, qui ravit aussi les yeux avec les illustrations raffinées de Jon Klassen.
Un roman triste, doux, sensible et bouleversant.
Une petite bulle hors du temps. 

Gallimard Jeunesse, 2017 - Illustré par JON KLASSEN - Traduit par Faustina Fiore

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/10/16

Un coupable presque parfait, de Robin Stevens

Un coupable presque parfait

Repéré depuis des mois, ce roman détenait la promesse d'une lecture au charme pétillant et au contenu croustillant, puisqu'il est question d'une enquête criminelle au cœur d'un pensionnat anglais dans les années 30 ! Miam, miam. J'étais impatiente de passer à table ! ^-^
Deux amies, Daisy Wells et Hazel Wong, ont créé leur club de détectives mais n'ont jamais pu démontrer l'étendue de leurs compétences. Il faut dire qu'à Deepdean l'ambiance est plutôt paisible. Les pensionnaires vivent sous la coupe d'un règlement très strict et occupent leur temps entre les leçons, les études, les repas et le coucher selon une discipline rigoureuse. Aussi, les filles doivent ruser pour échapper à toute surveillance, soit pour comploter en douce des farces ou pour convoquer des assemblées spéciales et discuter de leurs enquêtes. 
Pour la première fois, les détectives Wells & Wong ont un vrai crime à résoudre. Hazel vient en effet de découvrir, sur le parquet du gymnase, le corps démantibulé de son professeur de biologie, Miss Bell, avant de mystérieusement disparaître. La jeune fille est choquée, mais perplexe, tandis que son amie Daisy est survoltée et prend aussitôt la direction des opérations : dresser la liste des suspects, pousser des interrogatoires à la ronde et démasquer le coupable.
Seulement, il y a un monde entre dévorer des romans policiers et se confronter à la réalité, nos demoiselles vont l'apprendre à leurs dépens et commettre quelques petites erreurs (manque d'impartialité dans leurs jugements). Résultat, nos enquêtrices se fâchent car elles ne partagent plus les mêmes opinions ni les mêmes vues sur leur travail. Cela s'embrouille gentiment pour mieux nous balader dans l'enceinte de cette école austère et à l'ambiance inquiétante.
Au passage, l'auteur revient sur la première rencontre entre Daisy et Hazel, que tout sépare, puisque l'une est fille de Lord et l'autre débarque de Chine, même leurs caractères sont diamétralement opposés, car si toutes deux sont intelligentes et réfléchies, Daisy est impulsive et Hazel plus discrète, mais les deux s'accordent pour équilibrer leur tandem. 
La lecture remplit ainsi son contrat à nous fournir une aventure pleine d'esprit et de suspense, dans un contexte délicieusement guindé mais où on ressent aussi le poids des traditions et de la discipline intransigeante. Un deuxième tome est déjà annoncé en fin de roman, et espérons que la série rencontrera du succès pour ne pas succomber à la malédiction des suites jamais traduites après le deuxième tome (cf. Les incorrigibles enfants de la famille Ashton de Maryrose Wood, Avant minuit de Christopher Edge ou Les affreusement sombres histoires de Sinistreville de Christopher William Hill entre autres). 

Traduit par Faustina Fiore pour les éditions Flammarion Jeunesse / Août 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11/12/13

L'Innocent de Palerme, de Silvana Gandolfi

IMG_0129

Santino a 6 ans et vit à Palerme avec ses parents et ses grand-parents. La vie à la maison serait plus facile si l'argent ne venait pas à manquer autant, surtout pour organiser le repas de la première communion du garçon. Alors le père, en homme d'affaires pas toujours avisé, va accorder sa confiance aux mauvaises personnes, et puis paf, ses associés le rappellent à l'ordre. Sauf qu'en Sicile, ça vire forcément en bain de sang...

Le garçon, témoin du massacre, finira cloué sur un lit d'hôpital. Traumatisé, il refuse de parler. Son oncle lui parle d'honneur et d'infamie, jusqu'au jour où Santino rencontre un type, Francesco, qui est aussi magistrat et qui va lui donner toutes les clefs pour se sortir de ce dilemme. Pour briser l'omerta.

En parallèle nous suivons l'histoire de Lucio, 11 ans. Il vit à Livourne, en Italie. Son père est parti trouver du travail au Venezuela, c'est donc lui le nouvel homme de la maison, lui qui doit s'occuper de sa petite sœur et secouer sa mère qui se prétend malade et refuse de sortir. Un jour, sur la plage, il rencontre la jolie Monica et se prête à rêver d'une vie insouciante et légère.

La connexion entre les deux histoires demeure longtemps invisible, elle est cachée mais prête à pointer son museau au moment où on ne l'attend pas. Et c'est ce qui est très appréciable, aussi, dans cette lecture, car on prend le temps d'avancer dans le roman en se posant des questions, mais en savourant ce qu'on découvre. C'est touchant, tendre et révoltant. Il y a aussi beaucoup de suspense et d'émotion, et même si la fin est facile et peu crédible, c'est tout de même un roman poignant sur l'innocence brisée, qui se reconstruit sur le fil du rasoir.

éditions (Les Grandes Personnes), septembre 2011, traduit par Faustina Fiore, illustration de couv. : Jean-François Martin

Prix Sorcières du Roman Ados 2012

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05/04/12

Voleurs d'âmes

oiseauxnoirs

C'est probablement lié au fait d'avoir récemment revu Les Oiseaux d'Alfred Hitchcock que j'ai été saisie par cette lecture, dont l'atmosphère se cantonne aux frontières de la terreur. Nous sommes dans un petit village, où les habitants vivent dans l'angoisse. Leurs ennemis sont des oiseaux noirs, qui surgissent de nulle part et sèment la panique en volant les âmes. L'histoire bascule au moment où Arno, le héros, voit son cousin Bern s'effondrer sous ses yeux. Le garçon est anéanti et porte en lui la responsabilité de cette tragédie. Alors il décide de quitter le village pour se rendre dans les montagnes et comprendre l'origine de cette malédiction. Il a l'intention de la briser, afin de rendre la paix et la tranquillité aux villageois. En chemin, il fait la connaissance d'une jeune femme avec un bébé, Clara. Leurs parcours trouvent des résonances proches, ainsi ils décident de faire un bout de route ensemble.
Faustina Fiore, habituée à traduire les histoires des autres, se lance pour la première fois dans l'aventure de la fiction en nous livrant un univers sombre, étouffant mais percutant. C'est un joli coup d'essai, qui ne manquera pas d'impressionner les plus jeunes.

Les oiseaux noirs, par Faustina Fiore 
Casterman, 2012 - illustration de couverture : Cali Rezo 

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/12/11

Rose et la princesse disparue

IMG_6019

La vie de Rose a connu un grand chamboulement depuis son entrée au service du magicien Aloysius Fountain. Elle qui était orpheline a pu trouver une place en or en tant que domestique, avant de découvrir qu'elle possède de véritables dons pour la magie. Depuis, et aussi parce qu'elle a démasqué une kidnappeuse d'enfants, Rose est désormais l'apprentie de A. Fountain. Toutefois, elle tient à garder son métier, surtout pour ne pas couper contact avec ses proches amis, comme Mrs Jones ou Bill. Difficile de concilier ses deux univers si différents, car d'un autre côté elle passe aussi beaucoup de temps avec Freddy, qui apprend la magie comme elle, et Isabella, la fille d'Aloysius.

De nouveau, Rose va devoir prêter ses services et ses capacités, à la demande du roi lui-même, depuis la disparition de la princesse Jane. En tant que conseiller, Aloysius mène son enquête tandis que Rose, sous l'effet d'un charme, prend les traits de la princesse disparue. L'illusion doit durer le temps du banquet d'anniversaire, au cours duquel les masques vont tomber, et permettre à la jeune Rose d'accomplir de nouveaux exploits ! 

Il s'agit donc de la suite de Rose et la maison du magicien. Aussi ravissante soit-elle, la couverture laisse supposer une lecture un peu trop enfantine, alors qu'elle renferme davantage de potentiel. L'intrigue est simple, le schéma se répète assez souvent, mais c'est loin d'être niais. Les personnages sont jeunes, ils découvrent un monde nouveau et nous font partager leurs expériences. C'est mignon, c'est frais, ce n'est pas nouveau mais c'est du plaisir garanti. Pour jeunes lecteurs !

Rose et la Princesse disparue par Holly Webb
Flammarion, 2011. Traduit de l'anglais par Faustina Fiore 
Couverture Artwork : Lisa Evans 2010 

Le tome 3 paraîtra en avril 2012.

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

01/09/11

Rose et la maison du magicien

IMG_5216

Avec cette couverture rose et ces petites étoiles dorées, il m'était difficile de résister à ce roman. Rose se destine vraisemblablement à un lectorat jeune, dès 10-11 ans, mais offre une lecture charmante et très agréable ! Cela raconte comment une jeune orpheline fait son entrée chez Mr Fountain, un alchimiste, en tant que domestique avant de découvrir qu'elle possèderait elle-même des dons et pourrait devenir une apprentie-magicienne si elle en exprimait le désir. 

Or, Rose est beaucoup trop effrayée à l'idée de perdre son poste et de retourner d'où elle vient qu'elle préfère jouer l'autruche. Elle essuie les sarcasmes de Freddy, l'apprenti en titre, sans répliquer et s'applique à faire son ménage en tentant d'ignorer les ondes magiques qu'elle perçoit. C'est alors que la disparition de sa petite copine, Maisie, la force à sortir de ses retranchements. Avec l'aide inopinée de Freddy, finalement pas si hautain, Rose va pratiquer quelques sortilèges pour affronter un ennemi fort redoutable. 

Vraiment ce roman a de quoi offrir un joli moment de divertissement à ses lecteurs ! C'est frais, généreux, charmant, avec un peu d'action et de suspense, le tout savamment saupoudré pour entretenir l'illusion. On y découvre aussi un univers de magie et de sortilèges bien campé, pas particulièrement révolutionnaire, mais ce n'est pas ce qui compte le plus car le plaisir de lecture est franchement garanti ! Un prochain tome paraîtra en novembre, ce qui est une bonne nouvelle.

Rose et la Maison du Magicien - Holly Webb
Flammarion, 2011 - 338 pages - 13€
traduit de l'anglais par Faustina Fiore 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,