28/03/19

L'Élixir d'oubli (Le Paris des merveilles 2), de Pierre Pevel

L'Élixir d'oubli audibleCette lecture fait suite aux Enchantements d'Ambremer où l'on rencontrait Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, dans un Paris des Merveilles absolument éblouissant.

Il n'est pas rare de le trouver en train de retaper sa pétroleuse ou de baguenauder dans les salons influents pour les besoins d'une enquête discrète. Cette fois encore, ses services ont été requis pour retrouver le gendre d'un antiquaire tout juste décédé. Fuite amoureuse ou sentiment de culpabilité de tromper son monde ? Peut-être se planque-t-il dans l'attente de jours meilleurs. Sauf que son commerce est de plus en plus louche. En chemin, Griffont va recroiser sa délicieuse épouse, Isabel de Saint-Gil, elle-même chargée d'une mission secrète : ambassadrice de choc et de charme, elle doit s'assurer que les dragons n'ourdissent pas de nouveaux complots contre les fées et doit donc valser sur toutes les pistes pour déjouer un attentat. 

Entre rivalités ancestrales, querelles entre les cercles de magie, vieilles alliances et drames en latence, on plonge dans une histoire à l'ambiance spectrale ! Car ce tome tue ses héros et fait lambiner le lecteur en ouvrant des parenthèses à n'en plus finir. L'idée est de conjuguer le passé et le présent en se concentrant sur les personnages, comme raconter la première rencontre entre Isabel et Griffont ou expliquer la naissance des cercles de magie. L'auteur passe moins de temps à décrire les décors et brise un peu le sortilège. On a donc moins d'esbrouffe, plus de concret. Seulement, il m'a parfois semblé que l'intrigue devenait poussive (le dernier 1/4 du roman est un peu long et confus). On perd en fantaisie, en découverte, en rythme aussi. La performance de Maud Rudigoz me laisse aussi un goût amer : l'écoute est agréable mais trop lisse pour le registre. J'étais frustrée, je voulais plus de théâtralité, de grandiloquence, de flamboyance... ce truc-là, quoi. 

Ceci dit, je ne vais pas renoncer à écouter le dernier tome de la trilogie, Le Royaume immobile (et probablement découvrir Les Lames du Cardinal du même auteur) !

©2015 Bragelonne (P)2018 Audible Studios

 

Rendez-vous de MARS pour le ClubAudible du mercredi 27 mars.

1 - Quel est votre avis sur ce second tome du « Paris des merveilles » ? Avez-vous apprécié l’histoire et la continuité par rapport au tome 1 ? La performance de Maud Rudigoz a-t-elle su à nouveau vous convaincre ?

Avis plus mitigé. Même si j'ai pris plaisir à retrouver le Paris des Merveilles et ses nombreux personnages, j'ai également trouvé l'intrigue plus poussive. L'auteur a trop voulu emprunter des chemins détournés, et à force d'ouvrir des parenthèses, il m'a semblé qu'il perdait le fil de l'histoire. En tout cas, cela devenait un peu long et confus. La performance de Maud Rudigoz me laisse également un goût plus amer : l'écoute est agréable mais trop lisse pour un tel registre. Cela me frustre, tout ça. Argh.

2 - Avez-vous découvert des informations sur l’auteur par rapport au mois dernier ? Vous êtes-vous penché sur d’autres titres de son répertoire ?

Je vais terminer cette série et probablement découvrir Les Lames du Cardinal.

3 - Que pensez-vous de « l‘Elixir d’oubli » par rapport aux « Enchantements d’Ambremer » ? Quelles différences avez-vous perçues ? Les détails de ce second tome, vous ont-ils permis de mieux comprendre certains passages du titre précédent ?

Je garde une préférence pour Les Enchantements d'Ambremer, parce qu'il nous introduisait dans un univers nouveau et merveilleux. J'avais été éblouie, totalement fascinée par ce que je découvrais. Cette fois, l'auteur s'est concentré sur ses personnages, notamment en racontant la première rencontre entre Griffont et Isabel. Puis a noué une histoire entre le présent et le passé - la politique de l'OutreMonde est tendue.

Ce que j'apprécie, mine de rien, c'est le ton désinvolte de l'auteur. Ses apartés avec le lecteur. Et son audace en glissant le légendaire Arsène Lupin dans les bras d'Isabel - ni vu ni connu. Forcément, on adore !

4 - Quel passage du livre avez-vous préféré ? Et quel personnage vous a fasciné ?

J'ai aimé croire en la mort de certains personnages ! Voilà je ne spoile pas.

5 - Auriez-vous aimé que ce tome soit véritablement une suite des « Enchantements d’Ambremer » ? Le rythme de cette aventure vous a-t-il plus convaincu que la quête du premier tome ?

Je n'attendais pas une suite directe. Cette proposition d'une autre aventure me convenait parfaitement, c'est justement la construction qui pêche.

6 - Qui a lu le dernier tome ? Le conseilleriez-vous ? Dévoile-t-il des informations supplémentaires sur la vie de Griffont, d’Isabel ?

Dans ma liste des futures lectures.



31/01/19

Fahrenheit 451, de Ray Bradbury

Fahrenheit 451Guy Montag mène une vie tout à fait ordinaire, il est marié à Mildred depuis dix ans, une union sans accroc et sans peps. Il est aussi pompier, mais attention, son métier ne consiste pas à éteindre les incendies, c'est tout le contraire. Jour après jour, il part en mission avec son équipe et met le feu aux livres ! Puis il rentre chez lui, avec le sentiment du devoir accompli.
C'est après sa rencontre avec sa jeune voisine de 17 ans suivie de l'opération de trop (chez une vieille dame vivant seule parmi ses montagnes de livres) qu'il va peu à peu prendre conscience de son existence en dérive. Après tout, que renferment les livres ? quel pouvoir possèdent-ils pour nécessiter des mesures radicales ? Montag songe pour la première fois à y réfléchir plus longuement. Un choix non sans conséquence.
Grand classique de la littérature, paru en 1953, Fahrenheit 451 ne vieillit pas. Son message est même hélas toujours d'actualité : le désamour du public envers les livres au profit de technologies plus modernes. Oui, mais à force d'ôter à la société une diversité de réflexion, d'évasion et d'imagination, ne va-t-on pas vers une vision étriquée de notre existence ? des cerveaux éteints ou lobotomisés par une somme d'informations artificielles et peu subversives ? D'où le risque de tirer profit d'une société rendue docile et malléable...
Tout ça, Montag l'analysera à force de pousser les murs, de croiser des rêveurs, d'interroger des philosophes. Ainsi, notre homme va glisser incidemment vers la résistance et la clandestinité, devenir son propre ennemi et être la nouvelle cible de ses collègues. Cette lecture fait franchement froid dans le dos. Elle produit aussi un effet hypnotique qui conduit le lecteur à écouter cette voix sentencieuse. J'ai été fascinée par Christophe Montenez, par son énergie, par sa gravité, par sa condamnation muette. Par contre, c'est vrai que je m'attendais à un récit plus dynamique ou au rythme plus soutenu. La portée du texte est renversante, mais c'est aussi une lecture un poil exigeante et qui aurait pu devenir fastidieuse si elle avait été plus longue. En bref, j'ai été charmée par le livre audio, l'interprétation est extraordinaire, bouleversante et percutante. C'est le format qui me convenait. En plus, je suis contente d'avoir enfin percé le mystère de cette œuvre souvent citée en exemple en littérature, il existe d'ailleurs pas mal d'ouvrages qui s'en sont inspirés comme La Brigade l'œil de G. Guéraud (que je recommande).

©1995 Éditions Denoël. Traduit par Jacques Chambon et Henri Robillot (P)2018 Éditions Gallimard, coll. Écoutez Lire

 

05/01/19

Les Enchantements d'Ambremer (Le Paris des Merveilles 1), de Pierre Pevel

les enchantements d'ambremer audible

Quelle extraordinaire lecture, où l'on découvre un univers original et fabuleux sous la plume de Pierre Pevel.
L'histoire se déroule dans un Paris des Merveilles, un Paris pittoresque et vieillot, celui de la Belle Époque, avec ses Grands Boulevards, ses immeubles haussmanniens, ses rues pavées, ses canotiers et ses corsets... mais aussi ses sirènes dans la Seine, ses saules rieurs, ses chats ailés, ses farfadets, ses gnomes, ses dragons et ses licornes...
Oui, imaginez un monde féerique, où se mêleraient magie et enquête policière, avec des personnages truculents en sémillants porte-drapeaux. Voici donc l'univers flamboyant que nous propose cette série. De quoi se frotter les mains avec jubilation. 
Louis Denizart Hippolyte Griffont est mage du Cercle Cyan. Ingénieur excentrique, il prête également ses lumières pour résoudre des mystères... de là à être impliqué dans un trafic d'objets enchantés, il n'y a qu'un pas qu'il va franchir avec aisance. En chemin, il croisera également sa délicieuse épouse, Isabel de Saint-Gil, une habituée des arnaques. Même si entre eux, le mariage appartient désormais au passé, une profonde tendresse demeure. D'où une association inopinée face à des sorciers maléfiques qui vont sortir du bois et présager une prolifération de sombres complots.
Verdict : c'est entraînant, étourdissant, captivant. J'ai adoré cet univers follement original, la plume enjouée de l'auteur, les personnages fantasques, l'humour guilleret et l'influence romanesque de Maurice Leblanc ou Gaston Leroux. On se croirait dans un grand feuilleton du 19ème avec une touche fantastique pour éblouir davantage le lecteur. J'ai totalement adhéré.
Je suis déjà parée pour écouter la suite proposée en exclusivité par Audible Studios : Maud Rudigoz livre une performance enchanteresse et très plaisante pour l'oreille. Le cocktail est savoureux. Un régal, vraiment.

©2015 Bragelonne (P)2018 Audible Studios

Également disponible en Collection Folio SF (n° 571)

A79325

Parution : Mars 2017

31/08/17

Le cercle de Farthing, de Jo Walton

Le cercle de FarthingEn épousant David Khan, son amant juif, la ravissante Lucy Eversley brise les tabous de son entourage et provoque LE scandale de la saison. Ses parents ne lui pardonnent pas cet affront, alors que leur nom est auréolé d'une gloire politique, puisque huit ans plus tôt, les membres du cercle de Farthing, auquel ils appartiennent, ont convenu d'un traité de paix avec l'Allemagne et Hitler.
Malgré tout, le calme semble revenir au beau fixe et Lucy est conviée à passer le weekend au domaine Eversley, en compagnie d'une poignée d'amis issus de la gentry. Son époux David se retient de bondir face aux petites mesquineries et autres provocations des invités, affichant sans complexe leur antisémitisme galopant.
La tension monte d'un cran lorsqu'un des convives est retrouvé assassiné dans sa chambre, une étoile jaune plantée sur son cadavre. Tous les soupçons se portent sur le mari de Lucy, qui le défend bec et ongles. Entre en scène l'inspecteur Carmichael, dont l'enquête s'annonce sinueuse et ardue.
Son introduction dans le sérail fermé de l'aristocratie fait débat, chacun se drapant dans ses états de service pour se défiler et se laver de toute responsabilité. L'identité du criminel ne fait aucun doute, même la famille Eversley blâme stoïquement cette éventualité.
Dans ce décor de faux-semblants, de rancœur et de vengeance, l'auteur tisse sa trame avec élégance et adresse. Le cadre uchronique est certes esquissé, mais sert à dépeindre une Angleterre en lutte avec elle-même, débordée par des courants politiques qu'une paix alternative n'a finalement guère résolu d'étouffer.
C'est donc dans ce contexte tantôt raffiné, tantôt fielleux, qu'on se glisse pour découvrir une histoire classique mais captivante. J'ai infiniment apprécié le style guindé et délicat de Jo Walton, l'ambiance sophistiquée du domaine Eversley, où l'on perçoit les mensonges, les troubles et les non-dits. C'est bien ficelé, bien mené.
Au final, le roman peut surprendre, par son inspiration historique, où l'on envisage une issue différente pour l'Angleterre dans le tournant de la guerre, et qui se préoccupe à raconter une intrigue criminelle traditionnelle, se déroulant en vase clos et distillant quelques pistes en devenir. La lecture est inattendue, pertinente et conduite avec habileté, sans soubresauts inutiles. Le deuxième titre de la trilogie du Subtil changement - Hamlet au paradis - paraît prochainement en Folio. 

Folio SF (n° 572) / 2017 - Trad. par Luc Carissimo

 

Posté par clarabel76 à 20:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08/07/17

Le testament de Jessie Lamb, de Jane Rogers

Le testament de Jessie LambDans un monde ravagé par un virus qui foudroie toutes les femmes enceintes, Jessie Lamb est une adolescente de seize ans, avec ses élans de rébellion spontanée ou de sensibililité excessive. Après tout, Jessie grandit dans une société menacée par le SMM (Syndrome de Mort Maternelle) qui vise à fragiliser l'humanité - si plus aucune grossesse n'est conduite à son terme, la vie sur Terre va également se réduire comme peau de chagrin. D'où les débordements des uns et des autres. Entre les familles qui prennent tous les risques pour assurer une descendance, les enfants kidnappés dans les crèches, le mouvement des Sleeping Beauties (où les femmes acceptent de porter des embryons puis de plonger dans le coma jusqu'à la naissance), des groupes sectaires se déploient, la violence se propage dans les rues, les jeunes filles deviennent des cibles vulnérables et sont sexuellement agressées... Bref. Le chaos règne. C'est donc à travers le journal intime de Jessie que l'on découvre son triste quotidien et la réalité amère de cette société en déclin. Le regard que porte l'adolescente sur les évènements est étalé sans ambages et c'est ce qui rend la lecture aussi sidérante d'authenticité et d'accessibilité. On s'y projette tout de go. Cela fait froid dans le dos. Mais les faits sont exposés et souvent commentés avec une certaine naïveté liée au jeune âge de la narratrice. Jessie est agaçante, Jessie est longue à la détente, Jessie s'enflamme. Jessie est une adolescente entière, avec ses qualités et ses défauts. Tout au long du roman, plane aussi le flou quant au choix radical qu'a pris la jeune fille pour son avenir, un choix qui suscite une vive colère chez ses parents et de l'incompréhension dans son entourage. Jessie est néanmoins déterminée et s'en explique dans son journal testamentaire.

On a là une lecture au final réaliste et poignante, où se trace un parcours initiatique dans un contexte houleux et qui révèle la face sombre de notre humanité. C'est une lecture qui remue en nous de vives sensations et qui nous fait tourner les pages du livre avec avidité et effarement. Une bonne découverte au style efficace et prenant.

Collection Folio SF (n° 523)

Trad. de l'anglais par Marion Roman

Parution : Août 2015


Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18/03/16

Au cœur du silence, de Graham Joyce

Au cœur du silence

Zoe et Jake forment un couple heureux et amoureux. En vacances dans les Pyrénées, ils partent skier tôt le matin sur les pistes enneigées quand, soudain, une avalanche s'abat sur eux et les broie comme du linge sale dans une machine à laver. Ils en ressortent, pourtant, miraculeusement et regagnent aussitôt leur hôtel, qu'ils découvrent complètement vide et mis sur pause. Le personnel a interrompu son service en pleine action, les cuisines croulent encore de nourriture fraîchement coupée, la viande est sanguinolente, les frigos pleins à craquer. Même la conciergerie est vide. Profitant du fait que l'électricité fonctionne toujours, notre couple court prendre un bain chaud, avale un morceau, boit du vin et du champagne, avant de tirer des conclusions. Puisque l'hôtel a été évacué dans l'urgence, Zoe et Jake craignent une nouvelle avalanche. Ils ne veulent pas traîner dans les parages et cherchent à quitter les lieux le plus vite possible. C'est là que ça se complique... Et pour le lecteur aussi les illusions se brisent. Après avoir dévoré les 100 premières pages d'une traite, prise par le souffle, l'angoisse, le mystère et le suspense de l'histoire, j'ai moyennement apprécié le tournant de l'intrigue et la révélation qui s'en profile. Oui, j'avais deviné avant la fin ce que l'auteur tramait. Et cela ne m'a pas plu. J'ai néanmoins terminé le roman pour en avoir la confirmation (bingo) en ingurgitant au passage des réflexions plus ou moins passables, car éculées, sur l'amour, la vie, la mort. Dommage que ça parte en cacahuète, car le début était extra, digne d'un épisode de la mythique Quatrième dimension ! 

Folio SF / Février 2016 ♦ Traduit par Louise Malagoli (The Silent Land) pour les éditions Bragelonne

bannerfans_17181035 (1) Terbannerfans_17181035 (1) Terbannerfans_17181035 (1) Ter