28/02/17

Le monde n'a pas de fin, de Bilal Tanweer

le monde na pas de finRecueil de nouvelles ou roman, Le monde n’a pas de fin se lit comme une ode réaliste et sensible à la ville de Karachi. 
Dans un bus qui mène du centre-ville à la mer, des hommes, des femmes, des adolescents se croisent en évoquant leur histoire. Élève démissionnaire, lassé des disputes et des coups, père absent, qui abandonne lâchement le foyer pour suivre sa passion, poète excentrique et loufoque, caïd amoureux ou diseur de mauvaise aventure... Tous ont en commun d'être témoin ou victime d'un énième attentat à la bombe, en plein cœur de la ville. Une violence routinière qui hélas ne les laisse pas de glace non plus. Un journaliste se rend aux urgences pour constater les dégâts, une mère crie sa rage et sa douleur, des médecins revendiquent leur impuissance. Ce sont des fragments de vie poignants, déchirants et vrais. On les parcourt au fil des chapitres et on les recoupe les uns aux autres pour former un ensemble désarmant. La plume est cependant légère, tendre et acerbe. Elle répand au mieux sa vision d'une ville meurtrie, touchée par l'islamisation forcenée et le terrorisme aveugle. Le roman a un effet coup de poing assumé, son style vif et concentré ne laisse guère le temps de nous apitoyer. Mais l'auteur dépasse également la résignation en racontant sa ville martyre qui lutte pour survivre avec sa population qui continue de tomber amoureuse, d'étudier, de rêver, de flâner au bord de la mer, de multiplier les combines, de réciter des poèmes et d'écouter ses légendes. “Oui, cette ville était mystérieuse et bruyante. Mais il fallait en assembler les morceaux.” 
Un roman aux couleurs multiples et aux allures biscornues, qui s'apprivoise en douceur et qui s'apprécie dans la durée. L'ambiance, le cadre, les messages sont vivifiants malgré l'horreur décrite. 

« Tu as déjà vu l'impact d'une balle sur un pare-brise ? À partir du trou central s'étend une toile nette et précise saturée de minuscules cristaux. C'est une parfaite métaphore de mon monde, de ma ville : disloquée, belle, née d'une violence inouïe. »

 

Trad. de l'anglais (Pakistan) par Emmanuelle Aronson et Philippe Aronson [The Scatter Here is Too Great]

Collection Folio (n° 6227)

Parution : Décembre 2016

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Un fils en or, de Shilpi Somaya Gowda

un fils en orAnil vit à Panchanagar, près de la frontière pakistanaise, et suit de brillantes études de médecine, avant de partir aux Etats-Unis pour suivre son internat dans un hôpital universitaire au Texas. C'est le cœur rempli d'espoir, fort de la fierté des siens, qu'il s'envole avant de se heurter au choc des cultures et à la découverte d'une médecine plus technique, très éloignée de ses habitudes. Anil a beaucoup de difficultés pour s'adapter, mais n'ose rien dire à ses proches pour ne pas les décevoir.
Au pays, son amie d'enfance Leena, fille du métayer de son père, vient de se marier à un inconnu, Girish, après de longues tractations entre les familles, comme l'exige la coutume. Leena est belle et gracieuse, mais possède de modestes revenus. C'est donc la douche froide pour la jeune femme, qui va découvrir une belle-famille tyrannique et violente, dont elle deviendra vite le souffre-douleur.
De retour en Inde, pour pleurer la mort de son père, Anil doit également endosser de nouvelles responsabilités, comme tenir les conseils du village et prendre des décisions qui le dépassent. Le jeune homme étouffe parmi toutes ces attentes et constate avec dépit qu'il ne sent ni heureux chez lui ni en Amérique. Ce constat d'échec est un poids mort qu'il porte en silence, par orgueil ou par faiblesse.

J'ai été agréablement surprise par ce roman qui concentre l'influence des familles, le fardeau des traditions ancestrales, le drame des mariages arrangés, les silences amers, les mensonges et les culpabilités qui bouleversent toute une vie. C'est une lecture qui renvoie une image poignante de la condition des femmes et de cette impossibilité de choisir librement sa destinée. L'histoire aborde d'ailleurs ces “accidents” domestiques, où des épouses sont brûlées grièvement par leurs saris qui prennent feu “malencontreusement”. Une réalité qui fait toujours froid dans le dos.
De son côté, Anil est un personnage prisonnier de son rôle d'aîné de la fratrie (son mariage peut permettre aux suivants de se marier, etc.). On sent très vite qu'il n'est pas apte à assumer autant de charges et qu'il n'est pas prêt pour devenir le chef de famille. Il a conscience de tromper les siens, il n'est pas aussi brillant que tous l'espéraient, seulement il n'ose pas leur avouer la vérité. Et ce sentiment de tromperie le ronge et le rend de plus en plus amer. 

Ce n'est pas un roman chatoyant, épicé et sensuel, comme j'ai souvent eu l'habitude de lire chez les auteurs indiens, mais c'est un roman qui ne laisse pas insensible, qui vous entraîne dans son rythme et vous invite à écouter son histoire. Une fois les premières pages ouvertes, vous vous surprenez à parcourir le reste très rapidement. L'évasion est inattendue, mais portée par un vrai souffle romanesque, une sincérité et une tendresse dans les personnages et leurs démons internes.  

Trad. de l'anglais (Inde) par Josette Chicheportiche [The Golden Son]

Collection Folio (n° 6234)

Parution : Janvier 2017


Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22/02/17

Le nouveau nom, d'Elena Ferrante

le nouveau nom CD

J'ai donc, sans plus tarder, écouté la suite des aventures de Lena et Lila, après une première rencontre dans L'amie prodigieuse, pour les retrouver face à leur destin - un mariage, une trahison, des désillusions à la pelle.
Les napolitaines ont le réveil lourd des lendemains difficiles et l'amertume en bouche, mais elles n'ont guère le temps de s'apitoyer. La vie les entraîne dans une tourbillon de futilités, d'études, de doutes et de lassitudes. L'été venant, et sur les conseils du médecin, toutes deux partent en vacances au soleil, sur l'île d'Ischia, où Lena croise son béguin de toujours, son amoureux secret, Nino Sarratore, qui n'aura d'yeux que pour son amie Lila, laquelle s'enorgueillira d'exercer cette fascination sur un jeune homme aussi cultivé. Ah, cette éternelle soif de reconnaissance qui constitue la quête absolue des deux jeunes femmes ! Marquées par leurs origines modestes, elles veulent s'en extirper mais retombent souvent dans leurs filets par manque de chance, par fatalité ou par dépit. Cette ambition affichée a aussi un impact sur leur relation, car les deux amies sont souvent à couteaux tirés, sans s'affronter ouvertement. Ce sont surtout des coups bas ou des non-dits qu'elles appliquent sournoisement, chacune cherchant à doubler l'autre, à la dépasser, à prouver sa supériorité. C'est assez déconcertant, et cela ne nous les rend guère sympathiques, car malgré leur histoire fascinante, Lila et Lena sont toutes deux très agaçantes. 
Pourtant, la “magie” a encore opéré et j'ai parcouru cette lecture avec avidité. D'abord, pour l'ambiance du quartier populaire qui s'anime sous nos yeux, avec les camorristes, les alliances et les affaires louches, mais aussi pour les hasards de la vie, les fiançailles, les ruptures, les scandales et les ragots. C'est toujours aussi coloré et braillard, étouffant et doucereux. De l'autre côté, on goûte aussi à l'univers plus ouaté de l'université, son milieu intellectuel, les discours politiques, l'utopie d'une société en train de réviser le monde... Le décalage est énorme, le fossé lui aussi se creuse, Lila et Lena en ont conscience mais ne se donnent plus la peine d'élaborer des ponts pour maintenir un semblant de lien.  
J'ai déjà hâte de lire la suite - de préférence, en audio. L'interprétation de Marina Moncade est inaliénable à mon plaisir de lecture. Elle imprime force et justesse à une saga qui ne manque ni de souffle ni de passion et qui nous séduit par son caractère romanesque d'une fluidité remarquable.

Texte intégral lu par Marina Moncade (durée : env. 16h) pour Gallimard, coll. Ecoutez Lire / Janvier 2017

Série : L'amie prodigieuse, Livre 2 - Collection Folio (n° 6232) - Trad. de l'italien par Elsa Damien

 

le nouveau nom

L'amie prodigieuse, Le nouveau nom & Celle qui fuit et celle qui reste 
sont les trois premiers tomes de la saga d'Elena Ferrante.

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20/02/17

L'amie prodigieuse, d'Elena Ferrante

lamie prodigieuse ecoutezlireÀ force de voir cette série encensée à tout bout de champ, j'ai fini par céder aux appels des sirènes, non sans une pointe d'appréhension, car le résumé ne m'emballait pas des masses (ainsi que le bouche-à-oreille unanime, toujours effrayant). D'ailleurs, j'ai eu un peu de mal à accrocher au début du roman, deux gamines grandissent dans un quartier populaire de Naples, fin des années 50, avec en toile de fond la violence, la misère, les légendes urbaines (l'ogre des contes) et les cancans. Mon intérêt est finalement devenu grandissant au fil des chapitres, plus je découvrais l'évolution de l'amitié des deux héroïnes, Lena et Lila, plus je m'imprégnais de l'ambiance. Pauvreté, destin, famille, ambition, infortune, amour et jalousie. Les filles rêvent d'y échapper en souhaitant un avenir meilleur, décrocher des diplômes, écrire des livres, comme Louisa May Alcott, leur idole. Et pourtant, seule Lena aura la chance de poursuivre ses études, aidée par leur institutrice, qui snobera Lila, fille de cordonnier, malgré ses résultats brillants. Blessée dans son orgueil, celle-ci va s'enfermer dans l'échoppe de son père et envisager le projet fou de lancer sa propre ligne de chaussures. Pendant ce temps, Lena rejoint le collège, puis le lycée, part à la mer pendant les vacances, nourrit une passion aveugle pour le fils du poète et s'agace du silence de son amie, de ses sautes d'humeur et de son éternelle inconstance. Entre Lila et Elena, l'amitié s'est toujours nourrie de cette rivalité inavouée, chacune cherchant à surpasser l'autre, à monopoliser l'attention, à enjoliver la vérité, et ce en dépit de leur attachement profond et sincère. Adolescentes et vaniteuses, nos deux héroïnes souffrent des erreurs qui façonnent leurs parcours, lesquels les entraînent malgré elles sur des chemins parallèles.

J'avais beau lire partout que c'était une lecture envoûtante, je trouvais cet engouement exagéré. Au final j'ai eu tort. C'est un vrai bon roman, qui dégage de l'authenticité et qui nous chante les charmes d'un conte populaire, avec tout le flonflon traditionnel (les mamas qui hurlent, la racaille qui roule des mécaniques, les voitures rutilantes qui frôlent les jolies filles...). Le dépaysement est assuré, les personnages semblent plus vrais que nature, l'ambiance est colorée et bruyante, la chaleur du sud nous colle à la peau. La vie se raconte, sous nos yeux ou nos oreilles, elle roule sur un fil, sans tricher, sans sensiblerie. Et c'est ce qui plaît. J'ai absorbé tout ça, pas mécontente, en écoutant Marina Moncade qui interprète avec beaucoup de talent, de maîtrise et de pudeur ce premier chapitre d'une saga flamboyante. Une agréable surprise, à la hauteur des promesses, à écouter sans réserve ! 

Texte intégral lu par Marina Moncade (durée : 11h 24) pour Gallimard, coll. Ecoutez Lire / Janvier 2016

L'amie prodigieuse, Livre 1 - Collection Folio (n° 6052) - Trad. de l'italien par Elsa Damien

lamie prodigieuse

Téléchargement disponible sur Audible FR

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12/10/16

Vendredi 13, de David Goodis

Vendredi 13Ce roman a tout d'une farce, bien crapuleuse, avec un pauvre type qui se glisse dans la peau d'un truand pour sauver la mise et participer au soit-disant braquage du siècle dans la nuit d'un vendredi 13. Un détail forcément prémonitoire. 
Et quel pied. J'ai tout de suite été interpellée par le cynisme du personnage central, Al Hart, qu'on croise en train d'errer dans les rues de Philadelphie, transi de froid, puis entrer dans une boutique pour voler un pardessus. Courant à toutes jambes pour échapper à la police, il va surprendre des coups de feu et tomber sur le corps d'un homme mourant, auquel il chipe le portefeuille rempli d'oseille avant de le planquer dans les fourrés et se livrer à ses poursuivants. L'entrée en matière est complètement dingue mais ne déroge pas aux règles du roman noir. Car c'est sanglant, violent et immoral. 
Face à Al, Charley et ses acolytes constituent une bande de malfrats peu commodes et néanmoins nigauds. Ils gobent l'histoire de meurtre que leur raconte Hart et l'adoptent comme l'un des leurs. Enfin, cela n'est pas aussi lisse et acquis car les gars se méfient de cette petite frappe et lui en font baver. Ces malfaiteurs sont en train de préparer leur prochain casse dans une grande propriété privée et glandouillent dans un appartement en jouant au poker. Hart fait profil bas, se fond dans le décor, répond aux jeux de séduction de Freida, la copine de Charley, et se tient à distance de Myrna, qui ne se console pas de la mort de son mec, par la faute de Hart (des mauvais coups filés dans le ventre et des blessures insoupçonnées). 
C'est assez proche de la comédie dramatique, sur fond d'humour noir, avec une vision charitable de la petite racaille. Ce sont tous de pauvres bougres paumés et coincés dans une vie de misère, qu'ils tentent d'enjoliver par leurs piètres moyens. Il y a du désespoir derrière leurs mines patibulaires, lequel va éclabousser les pages du livre par l'irruption du parasite Hart. Ce gars est un imposteur, on le sait, mais c'est sa seule porte de secours. Prétendre un rôle qu'il n'est pas. Lui aussi a son histoire tragique et déprimante qu'il fuit comme un dératé. Le destin l'a fait croiser Charley et sa bande, le reste appartient à David Goodis. 
Remis à l'honneur avec une traduction révisée et une présentation par Laurent Guillaume (auteur de 
Delta Charlie Delta & Black cocaïne), ce polar culte vaut clairement le détour. C'est loin des chimères et de la sensibilité naïve et romanesque. Et pourtant cette lecture a su me scotcher et me charmer. Une découverte inattendue et réjouissante.

Trad. de l'anglais par François Gromaire et révisé par Isabelle Stoïanov

Nouvelle édition présentée par Laurent Guillaume en 2016

Collection Folio policier (n° 279)

Parution : Septembre 2016


04/10/16

Un tueur sous la pluie, de Raymond Chandler

Un tueur sous la pluieDans ce recueil de trois nouvelles, dans lesquelles la figure du détective privé joue un rôle prépondérant, ce sont aussi trois enquêtes rigoureuses et brutes de décoffrage que l'on parcourt avec un certain effarement.
Ce sont globalement des œuvres mineures de Chandler, écrites au cours d'une “période d'apprentissage” et publiées dans le magazine Black Mask dans les années 30. Leurs valeurs littéraires sonnent passablement correctes, mais affichent néanmoins la marque de fabrique de l'auteur : situations dramatiques, rebondissements et habiles ficelles, dialogues percutants, sarcasmes et propos orduriers, rythme rapide, fusillades à la pelle, accumulation de cadavres et des coups qui pleuvent en abondance. Bienvenue dans le véritable esprit du roman noir hardboiled.
Un tueur sous la pluie (Killer In The Rain - 1935) raconte une enquête peu glamour dans un milieu dépravé. Un père recrute un détective privé pour sauver sa fille de la débauche. Sa récente relation avec un libraire, qui pratique un commerce parallèle salace, met l'homme dans tous ses états. Le soir même, sous une pluie battante, le type se rend près du petit nid d'amour des deux amants, en pleine séance de photos olélé, lorsque celle-ci est soudainement interrompue par une fusillade. Hystérie collective. Le détective déboule dans la chambre, expédie la nana pompette chez elle, puis retourne sur les lieux du crime et constate l'absence de corps. 
La suite des festivités n'est guère réjouissante. Dealer de morphine, chantage, flic pourri, meurtre à crédit, macchabées, Colt et whisky, en plus de détails saugrenus, comme deux paires de mules en velours émeraude, des pastilles à la violette, un grand balaise qui sort de taule et cherche “la p'tite Beulah”, avec son pantalon aubergine, son veston grisâtre, ses souliers de daim, sa cravate jaune et un énorme œillet rouge à la boutonnière...  (Bay City Blues - 1938) et Déniche la fille (Try The Girl - 1937)
Cette édition présentée par Gunnar Staalesen est un condensé de l'univers de Chandler dans une version sans filtre et sans réserve, mais avec beaucoup de cynisme et d'humour acerbe. On ne nous apprend rien. Le seul détail pertinent serait que ces nouvelles ont plus tard constitué la matière première de romans plus élaborés comme Le Grand Sommeil, La Dame du lac et Adieu, ma jolie. 

Trad. de l'anglais (États-Unis) par Henri Robillot et révisé par Cyril Laumonier

Nouvelle édition présentée par Gunnar Staalesen en 2016

Collection Folio policier (n° 537)

10/09/16

Piste noire, par Antonio Manzini

IMG_6997

Un corps vient d'être écrasé par une dameuse en pleine action sur les pistes de la station de Champoluc, dans la vallée d'Aoste. Le sous-préfet Rocco Schiavone est convoqué sur les lieux pour constater le décès et ouvrir une enquête. Schiavone s'illustre aussitôt comme le parfait dandy, débarqué de Rome, arrogant et méprisable. Il traite ses subalternes avec condescendance, ne craint pas non plus sa hiérarchie et a souvent la main leste en présence des suspects. Ses méthodes peu orthodoxes amènent malgré tout des résultats probants. À sa façon, Schiavone impose le respect. Pourtant, les raisons de sa mutation demeurent floues et douteuses. Le type déteste le froid, la province, les cigarettes bon marché, roule uniquement en BMW conduite par un subordonné, refuse de se déguiser en esquimau et patauge dans la neige avec ses Clarks en pestant contre le manque de bol. L'intrigue criminelle va également nous surprendre agréablement et cultive un suspense appréciable, en démêlant l'écheveau dans les toutes dernières minutes, à la façon de Hercule Poirot. Mais le succès du livre tient évidemment à la personnalité haute en couleurs du sous-préfet Schiavone (ne pas confondre avec commissaire et s'attirer les foudres du concerné !). J'ai déjà tracé son charmant portrait - un type cynique, snob et roublard, qui révèle néanmoins une sensibilité cachée et un trauma personnel qu'il ne parvient pas à effacer. Le personnage ne manquera pas de s'étoffer au fil des épisodes, s'il consent toutefois à enlever les épluchures de sa carcasse de dur à cuire. Pour l'heure, c'est très bon et cela vous ouvre l'appétit. Cette nouvelle évasion transalpine tient la route et présage déjà de bons moments de lecture. Mon exploration de la littérature italienne, dans le domaine policier, n'en finit plus de me réserver de belles découvertes ! Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Une deuxième enquête de Rocco Schiavone est déjà disponible chez Denoël sous le titre : Froid comme la mort

Traduit de l'italien par Samuel Sfez pour les éditions Denoël, coll. Sueurs froides (2015)

Repris en poche chez Folio Policier, février 2016

 

02/09/16

Berezina, de Sylvain Tesson

IMG_6981

« Un vrai voyage, c’est quoi ?
– Une folie qui nous obsède, dis-je, nous emporte dans le mythe ; une dérive, un délire quoi, traversé d’Histoire, de géographie, irrigué de vodka, une glissade à la Kerouac, un truc qui nous laissera pantelants, le soir, en larmes sur le bord d’un fossé. Dans la fièvre…
– Ah ? fit-il.
– Cette année ce sont les deux cents ans de la Retraite de Russie, dis-je.
– Pas possible ! dit Gras.
– Pourquoi ne pas faire offrande de ces quatre mille kilomètres aux soldats de Napoléon ? »

 

Quelle formidable épopée racontée avec panache, émotion et passion ! C'est tout ce qu'inspire le récit fabuleux du road-trip de Sylvain Tesson sur un vieux side-car en compagnie de son ami Cédric Gras, de deux camarades russes et Thomas Goisque, l'ami photographe.

C'est suite à un salon du livre basé en Russie que notre trio un peu fou lance ce projet de rentrer à Paris en suivant les traces des troupes napoléoniennes. Treize jours pour tenir un pari insensé à rouler sur des routes enneigées, par un froid de canard et couvrir la retraite de l’Empereur sur plus de quatre mille kilomètres. L'auteur nous entraîne dans une épopée carnavalesque et réjouissante, entre soif d'histoire et hommage bouleversant. On replonge dans des chapitres oubliés, on revit les batailles enfiévrées et on imagine la détresse de ces Français en déroute, leur lutte acharnée et leur désespoir face à des stratégies militaires proche du suicide. On éprouve aussi un formidable élan d'admiration pour les Grognards qui n'ont rien lâché et ont tout donné jusqu'au bout, malgré les conditions rudes, malgré le froid, la faim et malgré la fuite de Napoléon qui a précipité son retour à Paris en solo. Le moral des troupes est au plus bas, mais ces hommes se démènent pour sauver l'honneur. Une notion au sujet de laquelle l'auteur débat, tout en s'interrogeant sur l'héroïsme et notre capacité aujourd'hui à nous sacrifier pour la nation. Une cause hélas décotée. Il compare alors le génie de Napoléon qui avait réussi à imposer son rêve par le verbe, à étourdir les hommes, à les enthousiasmer et à les associer à son projet. « Il avait raconté quelque chose aux hommes et les hommes avaient eu envie d'entendre une fable, de la croire réalisable. Les hommes sont prêts à tout pour peu qu'on les exalte et que le conteur ait du talent. »

J'ai beaucoup aimé partager cette aventure, en alternant les pages du roman aux épisodes lus à voix haute par Franck Desmedt pour Audiolib. Le comédien livre une performance vivante et captivante, nous donnant l'illusion d'être à bord du side-car (ou presque) et d'être au cœur du récit. C'est passionnant, à dévorer en une bouchée tant on se sent porté par le feu de l'action. Une expérience où le sublime flirte avec le grotesque. Unique. Et fascinant.

 

Texte lu par Franck Desmedt pour Audiolib (durée : 4h 51) - Juillet 2015

Repris en poche chez Folio / Mars 2016

 

Cédric Gras, en bon baroudeur, a également fait l'écho de son récit de voyage à travers la Russie d'Extrême-Orient dans L'hiver aux trousses (Folio, 2016). 

Rien à voir avec les Grognards et Napoléon ! Il s'agit d'une autre quête fabuleuse et folle, qui consiste à partir à “la chasse aux feuilles rouges”. Soit, accompagner l'automne par tous les moyens possible (à pied, en camion, sur des canots ou à bord de remorqueur). Ainsi, des contrées polaires à la mer du Japon, ses pas ont foulé des parcelles méconnues de cette Russie du Pacifique. Une lecture totalement dépaysante ! 

 

La Grande nageuse, d'Olivier Frébourg

IMG_6978

Originaire de Quiberon, où le narrateur a passé son enfance à faire de la voile et fantasmer sur la belle Gaëlle avec ses copains, le jeune homme a pris le large en intégrant l'école navale, revenant le temps de rares week-ends ou durant les vacances. Il recroise ainsi Marion, la fille de son béguin de jeunesse. Tous deux sortent ensemble et évoquent leur passion commune pour les grands espaces, les horizons perdus et l'océan. Marion est une nageuse exigeante, lui passe tout son temps à peindre ou esquisser des croquis.

De leur attirance réciproque, va naître une histoire d'amour pudique et émouvante. Le couple va s'envoler vers de nouveaux paradis terrestres, s'absorber dans leur violon d'Ingres respectif et composer leur destinée entre sensualité et délicatesse. La fascination du narrateur pour sa femme est troublante, poignante. Elle tient compte des aléas de la vie, de ses absences répétées à vivre en mer et mener ses missions, des liens de la famille, du cercle qui s'agrandit, des ambitions, des voyages et des silences toujours plus conséquents.

C'est un roman que j'imaginais pas loin d'être voluptueux mais que j'ai finalement découvert en mode contemplatif et distant, à l'instar d'un tableau exécuté par un peintre habité, soucieux de renvoyer une image noble, alors que toute perception artistique reste subjective. On y devine ainsi la nuance parfaite, le détail jamais laissé au hasard, l'ombre tracée à la loupe et le coup de crayon qu'on lâche la main légère et gracieuse. Peu de spontanéité, mais une précision tirée au cordeau.

Certes, la lecture possède de la prestance et une écriture raffinée, mais se trouve hélas dépourvue d'émotion. Je n'ai absolument pas été touchée par cette histoire d'amour ni par les personnages. Le roman apparaît trop guindé, trop froid, trop sur la réserve. La fin m'a à peine pincé le cœur et résulte après un attentisme frustrant. C'est donc sur un sentiment de déception que j'ai refermé ce livre, dont j'espérais une lecture beaucoup plus sensuelle et bouleversante. Dommage. 

Folio / Octobre 2015

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01/09/16

La Résurrection de Luther Grove, de Barry Gornell

IMG_6985

John et Laura Payne viennent d'acheter une vieille ferme au cœur d'un terrain immense dans la campagne écossaise. Après des mois de travaux, le couple peut enfin emménager avec leur petite Molly et se féliciter de leur bonne fortune. Le cadre est verdoyant, isolé et à l'abri du bruit de la ville. Ils ont la certitude de recommencer à zéro une vie jusque-là fébrile et fragile. Ils découvrent par la même occasion l'existence de leur voisin, Luther Grove, un type bourru, qui préfère la compagnie de ses abeilles à celle des humains. Il ne manifeste aucune politesse à l'encontre de John, venu le saluer avec toute sa suffisance de propriétaire fraîchement établi. Seule la petite Molly tend à dérider le bougre. Laura a bien conscience de la grossièreté de son époux et cherche à apaiser les tensions naissantes entre les deux hommes. Mais l'arrivée de Frank, le frère de John, va mettre de l'huile sur le feu et compliquer les rapports de voisinage. Laura ne supporte pas ce beau-frère vicieux et alcoolique, au comportement violent. Dès que John se trouve en sa compagnie, il se métamorphose en un individu lourd, moqueur et blessant. Les mots claquent, les mains se perdent et les esprits s'échauffent. C'est finalement chez Luther que Laura va trouver du réconfort autour d'une tasse de café. Derrière ses manières rustres, l'homme cache un chagrin insurmontable lié à un drame du passé. Pourtant, à aucun moment le roman ne laisse deviner la direction que va prendre l'histoire, si ce n'est à travers son atmosphère. D'abord sombre et inquiétante, celle-ci prend peu à peu des allures glauques et dérangeantes. On s'enfonce jusqu'au cou dans une intrigue empreinte de folie, de rage, de désespoir. Et ce n'est pas toujours aisé à supporter. J'ai tourné la dernière page avec soulagement et ressors contrariée par cette lecture... :/

Traduit par Nathalie Bru pour Mercure de France (The Healing of Luther Grove)

Repris en poche chez Folio Policier,  mai 2016

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,