10/12/18

La Théorie de l'iceberg, de Christopher Bouix

La théorie de l'icebergÉté 1993. Noé vit dans une petite ville face à l'océan. Passionné de surf jusqu'à son accident, le garçon souffre de choc traumatique et se renferme sur lui-même. Face à sa souffrance, sa famille est impuissante et son psy l'incite à se remettre en selle. Les vacances arrivent, avec son flot de saisonniers. Noé l'ignore encore, mais sa routine va en être bousculée : d'abord, il rencontre Lorraine, qui adore les haïkus, la photographie et les étoiles, puis M. Hereira, un vieux monsieur qui vit cloîtré dans une maison pleine de livres. Chaque samedi, Noé lui rend visite en lui apportant les derniers ouvrages commandés à la bibliothèque. Assez hostile et grincheux, l'homme va tomber sur son carnet et critiquer l'histoire qu'il est en train d'écrire. Le garçon va néanmoins encaisser les remarques en comprenant qu'il s'agit d'un célèbre auteur de science-fiction et qu'il pourrait bien l'aider à terminer son texte pour un concours de nouvelles. De cet été 1993, découleront d'autres rencontres et d'autres vérités qui allégeront considérablement le poids que porte notre jeune héros de 15 ans. « Peut-on savoir qui sont les autres ? Qui ils sont vraiment. Soudain, je n'en étais plus si sûr. Peut-être qu'on se contente de passer notre vie à côté d'eux, à les côtoyer, à les croiser, sans jamais les connaitre. »
J'ai refermé ce livre en ressentant une immense quiétude. C'est en effet une lecture pleine de douceur et de sensibilité, une lecture infiniment charmante et délicieuse. On se laisse bercer par la jolie plume de l'auteur et par l'histoire de Noé. On retient aussi de belles paroles sur l'écriture et le processus de création. C'est très inspirant mais aussi apaisant. Un premier roman convaincant et profondément attachant !

Gallimard jeunesse, coll. Scripto, 2018 - couv. illustrée par Emmanuel Polanco

« Selon Hemingway, la force d'une histoire réside dans ce qui est sous-jacent. Tout ce qui n'est pas exprimé mais que le lecteur ressent. Imagine un iceberg. Les sept huitièmes sont sous l'eau. On ne les voit pas. Mais ce sont eux qui portent la masse. En littérature, c'est pareil. C'est toute cette partie immergée, cet ensemble de non-dits, qui fait la force d'un texte. »

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19/11/18

En poche ! Où est passée Lola Frizmuth ? par Aurélie Gerlach

lola frizmuth

Folle amoureuse de Tristan, qui vit actuellement au Japon, Lola Frizmuth décide de partir sur un coup de tête pour le rejoindre. Elle prend donc le premier vol pour Tokyo et se présente la bouche en cœur devant la porte de son chéri. La suite ne va pas se passer comme prévu. Lola va se retrouver seule, dans la panade, avec une bande de Yakuzas à ses trousses !
Invraisemblable ? Qu'importe ! Attendez-vous surtout à une histoire follement cocasse au pays du Soleil Levant avec une héroïne au charisme ravageur. Résultat, le roman se boit comme du petit lait : il y a du rythme, de l'humour, des personnages délirants (entre autres, le gangster à la retraite qui passe désormais son temps à boire une bière au soleil en caressant son petit chat).
Lola Frizmuth est une tornade blonde, qui chamboule tout sur son passage et rend la vie de ceux qui la croise sens dessus dessous. On craque aussi pour le jeune stagiaire de l'ambassade, avec son look de premier de la classe, pas du style à casser la baraque, et pourtant embringué dans une course-poursuite infernale.
En bref, on ne s'ennuie pas une seconde. C'est pétillant et mené à fond de train. Et on adore ça. Pour une première entrée en scène, Aurélie Gerlach avait su taper fort et avec brio ! Auteur à suivre, sans nul doute.

Pôle Fiction (2018) chez Gallimard jeunesse

Illustration de couverture : Camille Benyamina

 

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16/11/18

Dans la gueule du loup, de Michael Morpurgo & Barroux

dans la gueule du loupCe roman de Michael Morpurgo n'est pas un énième roman sur la guerre, mais plutôt un bel hommage rendu à ses oncles. Francis et Pieter Cammaerts appartiennent désormais à l'Histoire. Et c'est une belle histoire que nous offre l'écrivain entre ces pages.
Derniers nés d'une famille comptant déjà quatre filles, Francis et Pieter ont grandi en creusant leurs différences. Très tôt, l'un a préféré les études et l'enseignement, tandis que l'autre rêvait de devenir comédien. L'un était d'un tempérament discret, l'autre passionné. Dès la déclaration de la guerre, leurs opinions étaient également tranchées. Pieter s'engage pour combattre la tyrannie, Francis prône un discours plus pacifique. Il devient objecteur de conscience et est envoyé dans une ferme dans le nord du pays.
Mais la mort de son frère va bouleverser son destin. Malgré ses convictions et ses idéaux, Francis va s'enrôler pour rejoindre la résistance et partir en France.
Son parcours nous est alors rapporté dans les grandes lignes. L'homme vient de fêter son 90ème anniversaire, entouré de toute sa famille. Il se sent fatigué mais conserve une excellente mémoire au moment de convoquer les héros de ses jeunes années. Il raconte ainsi leur courage et leur peur, les routes de France, les planques, les missions, les arrestations et les fusillades.
C'est un récit pudique et néanmoins admirable, qui fait vibrer la corde sensible quand on songe que tous les personnages ont bien existé. C'est sans doute le roman le plus personnel, pour Michael Morpurgo, et c'est ce qui le rend encore plus attachant. Barroux y met son grain de sel, avec ses illustrations dont la force évocatrice n'est plus à démontrer.
Très beau roman, vraiment.

Gallimard jeunesse (2018) - illustrations de Barroux

traduction de Diane Ménard

 

 

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14/11/18

Une enquête de Vipérine Maltais : Mortels Noëls, de Sylvie Brien

Retrouvons notre héroïne venue du Québec dans cette série policière remise au goût du jour (en format poche).

viperine maltais mortels noels

Vipérine et sa sœur Olivine sont élèves dans un pensionnat religieux, à Montréal. Nous sommes en plein hiver 1920 et il fait un froid de canard. Mais un fait plus grave vient les tirer de leur torpeur : une des religieuses prétend avoir échappé à une tentative de meurtre durant son sommeil. La directrice convoque discrètement Vipérine dans son bureau et lui demande de faire la lumière sur cette affaire. Miss Maltais mène son enquête, fouillant dans les archives, en souvenir d'une lointaine légende et du conte d'Andersen.

Ce premier tome donne lieu à des présentations d'usage, assez formelles et néanmoins plaisantes. Pour qui aime le dépaysement et le charme vintage, cette lecture est tout à fait engageante. L'héroïne se caractérise par sa débrouillardise et son intelligence (elle prétend avoir un physique ingrat... c'est faux !). Et même si le suspense n'est pas renversant, l'ambiance est assez semblable aux romans d'Agatha Christie... ma foi, un patronage fort honorable.

La couverture illustrée par Caterina Baldi est également ravissante !

Une enquête de Vipérine Maltais : Mortels Noëls, de Sylvie Brien

Folio Junior (2018)

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13/11/18

Pêle-mêle en fête : Paco et le disco - Eliott veut danser - Joyeux anniversaire ! - Les Contraires de Roald Dahl

Paco et le disco

Ce soir, Paco et ses amis participent à un concours de danse disco. Mais d'abord, tous prennent soin de leur look : pantalons pattes d'éph', couleurs pétantes, strass et paillettes... Il faut que ça brille sur les dance-floors new-yorkais ! À bord de son taxi jaune, Paco s'imagine déjà dans la peau de Travolta pour une fièvre du samedi soir endiablée. Dernières répétitions avant le grand plongeon... Le public est en délire. On monte le son. Le show peut commencer.

Quel tome génial dans la série des Paco, série bichonnée par Magali Le Huche, qui nous transporte dans la frénésie du disco, avec ses rythmes entraînants qui donnent envie de bouger. Folle ambiance garantie.

Paco et le disco, par Magali Le Huche

Gallimard jeunesse, coll. Mes petits livres sonores, 2018

============================= 

 

Eliott veut danser

Pas facile de trouver une activité pour notre jeune Eliott : il n'aime pas l'eau, a peur des roulades au judo, n'est pas fan de foot. Et s'il tentait, comme ses copines, la danse ? Après tout, ce n'est pas réservé qu'aux filles. Eliott a le rythme dans la peau, il a envie de secouer le popotin, de swinguer au son du djembé. Et ça tombe bien : il y a aussi initiation à la danse africaine dans le cours d'à côté. Ses copines et lui vont allumer le feu en dansant pour leurs parents dans le parc.

Des petits volets à soulever pour partager encore plus de moments de la vie des enfants : la série des Eliott s'adresse aux petits lecteurs, qui adorent son atmosphère apaisante et son univers qui leur ressemble. Une lecture gentillette et charmante.

Eliott veut danser, de Françoise de Guibert & Olivier Latyk

Gallimard jeunesse, 2018

=============================

 

Joyeux anniversaire

Pour celui-ci, c'est un énorme coup de cœur, un cri d'amour, un coup de je t'aime. C'est un album merveilleux, testé et approuvé auprès d'une princesse pour son premier anniversaire. Et qui adoooore la petite bougie qui s'allume par magie... et qui s'éteint quand on souffle dessus. Oui, oui. C'est magique !

Quatre amis musiciens se rendent à une fête très spéciale et interprètent, tour à tour, un extrait du Joyeux anniversaire avec leur flûte, guitare, violon et violoncelle. 

Un livre enchanteur et interactif avec de beaux enregistrements musicaux, un orchestre surprise et une vraie bougie d'anniversaire ! On adore.

Joyeux anniversaire ! de Nicola Slater

Gallimard jeunesse, Mes petits livres sonores, 2018

=============================

 

Roald Dahl les contraires  Roald Dahl 1 2 3

Voilà une chouette collection d'apprentissage (pour compter ou connaître les contraires) plantée dans l'univers de Roald Dahl. On savoure son trait de génie, ses facéties et les couleurs de Quentin Blake (son indissociable complice). 

Là, une petite fille se promène dans la jungle. Deux enfants attendent leur amie. Trois garçons courent à toute vitesse. Mais surtout, en fil rouge, on n'oublie pas l'énorme crocodile qui guette à chaque coin de page. L'album des contraires oppose un très gros éléphant à une souris minuscule, une grande girafe et un petit pélican... Et toujours l'énorme crocodile avec ses très grandes dents !

On trouve en bonus d'autres surprises sous les rabats à soulever. C'est drôle et efficace. On ne peut qu'inviter à la découverte.

Les Contraires (ou) 1, 2, 3 de Roald Dahl & Quentin Blake

gallimard jeunesse, 2018

=============================

 


Pêle-mêle : Moi, ma grand-mère - Toubien toumal - Girafe Blues - L'Homme qui plantait des arbres - La Forêt

Moi ma grand mere

Quand tous les enfants rivalisent et fanfaronnent à raconter les exploits de leurs grands-mères, cela donne des portraits farfelus : pilote d'essai d'ascenseur, mousquetaire du roi, romancière, exploratrice ou capitaine d'un bateau. Que d'imagination ! Et pourtant, l'un d'eux n'oublie pas l'essentiel : sa grand-mère sait faire de bonnes tartines de beurre avec des morceaux de chocolat. Tout simplement.

Cet album fétiche de Pef a donc quarante ans ! Il s'adresse aux rêveurs et suscite toujours des sourires au fil des pages. Une relecture éclatante et qui met de bonne humeur. 

Moi, ma grand-mère... de Pef

Gallimard jeunesse, 2018

==========================

 

toubien toumal gj

Toubien et toumal sont deux frères jumeaux que tout sépare : l'un est exemplaire, l'autre une catastrophe ambulante.

D'un côté, tout est lisse, parfait, irréprochable. Et plus la vie de Toubien est cadrée, rythmée à la seconde près, plus elle laisse entrevoir le bazar qui règne dans la vie de son frère. Avec Toumal, on collectionne les mauvais points, les pas de travers. Tout ce qu'il ne faut pas faire. Est-ce que c'est mal ? Non, après tout. La balance est équilibrée. Après tout, même les enfants sages rêvent de sortir des clous pour inverser les rôles !

Quelle bonne surprise ! Cette lecture est pleine d'humour et se termine sur un grand sourire. Un beau clin d'œil qui donne envie de relire cet album. À découvrir pour dépasser les préjugés et les apparences. TOP !

Toubien Toumal, de Constance Verluca, Julien Hirsinger & Cathy Karsenty

gallimard jeunesse, 2018

==========================

 

girafe blues gj

La girafe n'aime pas son cou. Elle se plaint qu'il est trop long, trop bariolé, trop COU. Ce serait mieux d'avoir un cou comme celui du lion ou de l'éléphant. Moins voyant, plus gracieux. Mais la tortue proteste : elle aussi se sent riquiqui et impuissante. La preuve, cela fait une semaine qu'elle scrute la banane dans son arbre, rêvant de la manger. Comment l'attraper quand on a un cou tout rabougri ?

Une très belle fable, pleine de dérision et d'allusions sur les complexes et l'importance de prendre confiance en soi. Lane Smith & Jory John forment un tandem rigolo et offrent un album de grande qualité, à l'humour totalement décalé. Très bonne pioche !

Girafe Blues, de Jory John & Lane Smith

gallimard jeunesse, 2018

==========================


Superbe adaptation du grand classique de Jean Giono dans une édition magnifiquement illustrée par Olivier Desvaux.

l'homme qui plantait des arbres gj

Ce texte raconte l'aventure tranquille d'un berger solitaire, qui passe la fin de sa vie à planter des arbres dans les collines provençales afin de combler le vide laissé par les hommes. Les années passent, deux guerres éclatent, mais Elzéard Bouffier poursuit son objectif. Peu à peu, le pays se transforme : joie, jeunesse et énergie reprennent leur place.

En fait, Elzéard Bouffier est un personnage imaginaire mais il incarne à sa façon un message d'espoir et une prise de conscience sur la nature à préserver. Cette lecture est d'autant plus d'actualité dans notre société en manque d'idéaux (heal the world, make a better place). Cette nouvelle édition est donc une formidable aubaine pour porter son message et l'élargir auprès de la jeune génération, par exemple.

Soulignons aussi que les peintures d'Olivier Desvaux en mettent plein la vue et donnent noblesse et prestance à cet album. 

L'homme qui plantait des arbres, de Jean Giono & illustrations d'Olivier Desvaux

gallimard jeunesse, 2018

==========================

 

la forêt gj

Comment ne pas songer à Elzéard Bouffier, héros de Jean Giono, lorsqu'on se lance dans cette randonnée initiée par Riccardo Bozzi ? Il n'y a qu'à suivre les marcheurs aguerris pour explorer les bois (la variété des arbres, les espèces animales ou végétales). On peut ainsi parcourir des kilomètres de sentiers sans jamais se lasser et découvrir toujours plus de richesses. Car la forêt imaginée par l'auteur italien est extraordinaire (dense, luxuriante, mystérieuse). Visuellement, l'album est assez remarquable par son graphisme, ses couleurs, ses effets en creux et en relief, ses yeux en découpe (on s'imagine à la place des randonneurs et on contemple la forêt à travers leur regard). Tentez l'aventure, c'est inattendu et étonnant. Bravo. 

La Forêt, de Riccardo Bozzi / illustrations de Violeta Lopiz & Valerio Vidali

gallimard jeunesse Giboulées, 2018

==========================

 

 

11/10/18

Le journal de Chloe Snow, 2 : Confessions toujours plus catastrophiques, d'Emma Chastain

Confessions toujours plus catastrophiquesAprès une première année catastrophique, cf les confessions de Chloe Snow, au moment d'entrer au lycée, notre demoiselle avait dans l'optique de trouver un amoureux et d'échanger son premier baiser. Mais son plan était parti en cacahuète, avec une solide réputation à la clef. Cette fois, Chloe a de l'expérience et de la sagesse à revendre. Et se dit que son année ne peut pas être pire.
N'est-ce pas ?
Ses parents ont entamé une procédure de divorce. Sa mère est partie vivre au Mexique. Chloe refuse de lui parler. Son amie Hannah est tombée sous le charme de Reese, alias Kaa le serpent. Son pote Tris a le cœur en miettes. Son ancien béguin souffle le chaud et le froid. Son père sort avec sa prof d'anglais. Et les auditions pour la comédie musicale tournent au vinaigre. On rappelle aussi que son journal s'ouvre sur cette phrase prophétique, ou pas : Au secours. Je crois que Mike est amoureux de moi.
Voilà, voilà. On rembobine tout ça en accéléré, on inspire un bon coup et on plonge tout de go dans cette lecture... rafraîchissante et hyper drôle ! Car oui, c'est totalement déculpabilisant à lire : on adore le ton mordant de Chloe, ses confessions sans filtre et ses questions qui se bousculent dans sa tête. À quinze ans, on confond l'amitié et l'amour, on a besoin de réconfort, on se gave d'illusions et on oublie l'essentiel, là, sous notre nez.
La nouvelle version de Chloe Snow est aussi beaucoup plus douce et attachante. L'adolescente est certes paumée et se sent délaissée, car elle a perdu de nombreux repères dans son entourage (amitié, famille, amour) mais elle dégage toujours autant d'audace et de causticité. Ses confessions sont donc rapportées en toute liberté et sans complexe. C'est extrêmement plaisant à lire, même si ça peut parfois surprendre et choquer. No harm done.
Je trouve que ça fait du bien dans le paysage actuel, et pour les nostalgiques de Georgia Nicolson, et autres séries du même acabit, ça comble un manque. Chloe Snow est une adolescente bien d'aujourd'hui, bourrée de charmants défauts, qui clame haut et fort ce que pensent toutes ses comparses. Emballez, c'est pesé ! Totalement impudique et culotté. On adore.

Gallimard jeunesse (2018) - traduit par Faustina Fiore

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18/09/18

Gaspard in love, de Stéphane Daniel

Cet ouvrage a été publié pour la première fois en 2006, puis en 2010 sous le titre Si par hasard c'était l'amour, aux éditions Rageot.

Gaspard in loveRoulant joyeusement sur la route des vacances, la famille Corbin doit pourtant revoir ses projets quand leur voiture tombe en panne en rase campagne. Le garagiste du coin leur promet d'agir au plus vite, en attendant Gaspard et ses parents s'installent à l'hôtel du Lion d'Or. Mais ce contretemps contrarie grandement l'adolescent, impatient de rejoindre sa bande de potes, plus particulièrement sa dulcinée, car il n'ignore pas que sa place laissée vacante sera rapidement occupée par un autre prétendant...
Face à ce garçon qui erre comme une âme en peine, l'hôtelière lui suggère de faire un tour au bistro voisin. Dans l'arrière-salle, d'autres jeunes de son âge ont l'habitude de se réunir autour d'un babyfoot. N'en rajoutez plus : les mots magiques ont coulé comme du miel sur Gaspard, dont les yeux brillent déjà de mille feux. Lui, le King de la gamelle, va enflammer la foule en délire. Il n'en doute pas une seconde. Du moins, ce serait oublié que ses vacances sont placées sous le signe de l'inattendu (et de la déconfiture).
Ha, ha ! Comment vous dire, à part que c'est drôle, mais tellement drôle à lire ! J'ai franchement souri tout du long des aventures de Gaspard, dont l'ironie est son arme fatale, quitte à paraître un peu lourd et cinglant, mais ce garçon mérite vraiment d'être connu. On partage à ses côtés quelques jours de vacances dans un village loin du tourisme de masse et on aime cette mise au vert imposée qui rend notre jeune parisien moins cynique à force de côtoyer la faune locale. C'est plein de vie, de joie, d'insouciance, d'amitié et d'amour. On passe un vrai bon moment et c'est tout ce qui compte. Big up aussi pour l'écriture en verve et les réparties rigolotes qui fusent à chaque coin de page. J'ai adoré.

Pôle Fiction, coll. Gallimard jeunesse (2018)

« Avec Gaspard, j'ai fait le choix de raconter une histoire d'humour, et de préférer les éclats de rire aux éclats de pire. J'ai eu pour ambition de rendre les lecteurs heureux, le temps d'une lecture. » Stéphane Daniel

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/08/18

Connexion immédiate, de Mary H. K. Choi

Connexion immédiatePenny a hâte d'entrer à l'université pour commencer une nouvelle vie, loin de sa mère au look de bimbo et au comportement trop volage à son goût. Sous ses airs revêches et ses vêtements noirs, la jeune fille veut tenir le monde à distance et tirer un trait sur les nombreuses remarques perfides de ses camarades du lycée. Et puis elle rencontre Sam qui bosse dans un café et qui a mis ses études entre parenthèse pour subvenir à ses besoins. Fragilisé par une rupture amoureuse, le garçon n'est plus que l'ombre de lui-même. Pourtant, entre Penny et lui, un petit déclic a lieu. Des regards complices et des affinités culturelles font que ces deux-là sont peut-être sur la même longueur d'onde... Mais ne nous emballons pas car l'histoire est loin d'être une promesse d'idylle légère et enchanteresse. Au lieu de ça, la lecture mettrait plutôt du plomb au moral avec ces deux personnalités peu attachantes et l'ambiance teintée d'amertume ! On se noie dans une succession de détails sordides, d'échanges SMS d'une platitude affligeante et dans un imbroglio sentimental d'où ne surgit aucune étincelle. En gros, j'ai été déçue car je n'ai pas accroché au jeune couple, je n'ai pas aimé leur histoire, je n'ai pas été sensible à leurs tourments, au contraire, j'ai fini par me morfondre dans mon coin en trouvant le temps long. Ce roman a, par ailleurs, été encensé par Rainbow Rowell, l'auteur de Eleanor & Park. Cela aurait pu me mettre la puce à l'oreille car j'avais déjà été douchée dans mes attentes avec son livre, pourtant gros succès en librairie. Soupir.

Gallimard jeunesse (2018) - traduit par Simon Baril

 

Posté par clarabel76 à 15:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

10/08/18

La courte histoire de la fille d’à côté, de Jared Reck

La courte histoire de la fille d'à côtéMatthew est amoureux de sa voisine, la fabuleuse Tabby. Ils se connaissent depuis toujours, ont grandi ensemble et sont inséparables. Mais Matt n'a jamais osé avouer ses sentiments. À la place, son cœur se brise en voyant son amie monter dans la voiture de Liam Branson - un élève de terminale ultra populaire. Le garçon est jaloux et masque son amertume derrière son humour. Pourtant, l'entente avec Tabby est toujours au beau fixe. Celle-ci n'a qu'à traverser la rue pour se réfugier chez les Wainwright où sa place est acquise. Tabby a tout partagé avec Matt : s'empiffrer de bonbons devant un marathon Star Wars, se déguiser en pygargue le soir de Halloween, partager les restes de dinde farcie et de jus de viande, s'échanger des cadeaux le lendemain de Noël... Pour Matt, Tabby est sa promise. Son futur. Son évidence. Et déjà le garçon se fait des films - façon comédie romantique - il ne doute pas qu'un jour les deux meilleurs amis tomberont dans les bras l'un de l'autre en se promettant l'éternité. Clap de fin. Un matin, cependant, les rêves s'effondrent car la réalité a repris ses droits. Et le raz-de-marée émotionnel est foudroyant.

Ce roman est certes bouleversant, mais pendant longtemps il nous transporte dans l'univers drôle et farfelu de son narrateur. Matt est un adolescent de quinze ans tout à fait ordinaire, amateur de basket, de friandises et de jolies filles, il a des idées folles qui bouillonnent dans la tête et des désirs absurdes, qui nous remettent aussi les pieds sur terre. Car l'auteur a tout compris des jeunes qu'il a l'habitude de côtoyer dans son boulot (prof dans un atelier d'écriture) et parvient à s'exprimer comme eux, sans fausse note. Le ton est cynique, naïf et paumé. On vit ainsi au rythme de leurs doutes et interrogations. Matt est en adoration devant Tabby mais souffre en silence quand elle tombe amoureuse d'un autre. Et quand survient le drame, on a également le cœur en miettes. Colère, détresse, nostalgie, impuissance... En somme, j'ai beaucoup aimé le tourbillon des émotions que nous fait vivre ce roman. J'ai aimé son style, son humour, ses personnages et sa sincérité. J'ai ri et pleuré. Je ne suis pas prête d'oublier Matthew & Tabitha ! C'était une belle découverte. À conseiller. 

Gallimard jeunesse (2018) - traduit par Nathalie Peronny

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,